La langue française

Maquiller

Sommaire

Définitions du mot maquiller

Trésor de la Langue Française informatisé

MAQUILLER, verbe trans.

A. − Qqn maquille qqn (ou p. méton. le visage de qqn).Appliquer sur le visage de quelqu'un un fard ou des produits de beauté, pour l'embellir ou en modifier l'aspect. Synon. farder, grimer (théâtre); anton. démaquiller.Maquiller un acteur de théâtre, de cinéma. Je trouvais même que vous vous négligiez beaucoup. Si vous me laissiez vous coiffer, vous maquiller (Cocteau, Par. terr., 1938, i, 4, p. 204).
[P. anal. du compl. d'obj.] Je le maquillais [le caniche] comme une jeune première: et le cosmétique noir au nez, et le crayon gras pour ses pauvres yeux (Colette, Music-hall, 1913, p. 177).
Emploi pronom. réfl. Se maquiller avant d'entrer en scène, avant de sortir. Un rôle! elle allait donc jouer la comédie! Un rôle! elle pourrait enfin se maquiller (Coppée, Poés., t. 3, 1865-1908, p. 34).− Il est fardé comme une maquerelle. − (...) ça le regarde. Vigny se maquillait bien (Duhamel, Désert Bièvres, 1937, p. 46):
1. ... elle sortit son peigne, sa boîte de fard, et elle se maquilla avec soin. Elle (...) appliquait un peu plus de rouge à ses lèvres, un peu plus de poudre sur son front. Roy, Bonheur occasion, 1945, p. 313.
Emploi pronom. réfl. indir. Se maquiller les yeux. Synon. fam. se faire les yeux.Les acteurs n'ont certes pas besoin, pour avoir l'air pâle, de se maquiller la figure (Verlaine, Corresp., t. 1, 1863, p. 11).
Au part. passé. Synon. peint (vieilli), fardé (moins fréq., fam., péj.), grimé (p. exagér.), peinturluré (p. plaisant.).Acteur bien, mal maquillé; femme bien, trop, excessivement, outrageusement, parfaitement maquillée; yeux maquillés (synon. fam. faits), figure maquillée. C'était la première fois que je voyais, du moins de près, une vieille femme peinte − on ne disait pas maquillée en ce temps-là − (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 239).Une jeune femme survint; elle était très maquillée, mise avec recherche (Arland, Ordre, 1929, p. 113).
P. anal. Derrière ce groupe trottinait (...) la mule-mère, (...) les yeux faits, maquillés au bleu, à l'ocre, à la craie jaune (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 375).Rare. Elle mangeait des groseilles (...) à s'en barbouiller la bouche (...); elle avait la bouche rouge, une bouche maquillée, fraîche du jus des groseilles, comme peinte et parfumée de quelque fard du sérail (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 822).
B. − Qqn maquille qqc.
1. P. anal. [L'obj. désigne un inanimé concr.] Modifier l'apparence de, afin de tromper. Synon. camoufler, déguiser, falsifier, truquer (fam.).Maquiller les cartes; maquiller une carte d'identité, un passeport, une voiture volée; maquiller une oeuvre d'art, un manuscrit, un timbre-poste. Un collégien, en cinq minutes, aurait tôt fait de maquiller des fragments d'Euripide et de se les approprier. C'est là le plagiat (Barrès, Cahiers, t. 14, 1922, p. 72).Au dépôt, personne n'a usé de permission maquillée, avec le cachet décalqué au papier carbone? Contrefaçon de sceaux: réclusion de cinq à dix ans! (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 63):
2. Honoré connaissait toutes les ficelles du métier de maquignon, mais l'exemple de son père n'avait jamais pu le décider à maquiller une bête ou à dissimuler les imperfections d'un cheval. Aymé, Jument, 1933, p. 35.
Arg. Faire (au sens général). Décarrons. Qu'est-ce que nous maquillons icigo? (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 180).
2. Au fig. [L'obj. désigne un inanimé abstr.] Fausser la nature de quelque chose, afin de tromper. Synon. déguiser, dénaturer, falsifier, truquer (fam.).Maquiller les faits, la vérité; maquiller des chiffres, des résultats, des sondages, des statistiques; maquiller un crime en suicide. Ils croyaient (...) que je me servais d'un subterfuge pour maquiller des folles dépenses (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 290):
3. ... ils (...) ne gardaient, bien entendu, que celles [des notes] qui pouvaient soutenir la fantaisie de leurs contes. Ces gens-là se défendaient de toute imagination, de tout enthousiasme, prétendaient ne rien inventer, ce qui était vrai, mais ils n'en maquillaient pas moins, par la sélection de leurs documents, l'histoire. Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 32.
Prononc. et Orth.: [makije], (il) maquille [makij]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. A. 1. a) α) 1455-70 macquiller «travailler» (Villon, Ballades en Jargon, éd. A. Lanly, p. 122, 3); β) 1790 «faire» (Le Rat du Châtelet ds Sain. Sources arg. t. 1, p. 339); b) 1628 «voler» (Chéreau, Le Jargon ou Langage de l'argot réformé, ibid., p. 226); c) α) 1827 maquiller les brêmes «jouer aux cartes» (Monsieur comme il faut, p. 22); β) 1847 maquiller une brême «marquer une carte d'un signe spécial (pour tricher)» (nain ds Esn.); 2. vers 1815 «falsifier» (Winter, Chanson ds Esn.). B. 1. Vers 1840 verbe pronom., arg. de théâtre «se grimer» (d'apr. Esn.); 2. a) 1867 au part. passé «fardé (en général)» (Mérimée, Lettres à une inconnue, p. 118: yeux ... maquillés); b) 1891 au fig. «dénaturer, fausser» (Huysmans, loc. cit.). Terme arg. pic., dér. à l'aide du suff. -iller*, de l'a. verbe pic. maquier «faire» (2 attest. en Artois au mil. du xiiies. ds T.-L., v. aussi FEW t. 16, p. 505a), lui-même empr. au m. néerl. maken «faire»; id. en néerl. Fréq. abs. littér.: 127.
DÉR.
Maquille, subst. fém.,arg. a) Jeux de cartes. Tricherie qui consiste à maquiller les cartes, à les marquer pour tricher. (Ds Lar. Lang. fr.). Faire la maquille. P. méton. Marque faite à une carte. (Ds Esn. 1966). b) ,,Maquillage de voitures volées ou d'occasion`` (Car. Argot 1977). c) Tromperie. Je suis le fils d'une gueuse Qui (...) Comptait ses maris par cents; (...) Je n'ai pas connu la fille Qui m'a fait cette maquille De me cacher mon papa (Richepin, Chans. gueux, 1876, p. 128). [makij]. 1resattest. 1875 «marque faite à une carte (pour tricher)» (A. Cavaillé, Les Filouteries du jeu, p. 68 ds R. Ling. rom. t. 29, 1965, p. 377), b) 1952 «transformation d'automobiles volées» (d'apr. Esn.); déverbal de maquiller*.
BBG.Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1965, t. 29, p. 377. _ Foerster (W.). Maquiller. Z. rom. Philol. 1879, t. 3, p. 565. _ Guiraud (P.). Mél. d'étymol. arg. Cah. Lexicol. 1970, t. 16, p. 74. _ Sain. Arg. 1972 [1907], p. 124, 267, 269, 293.

Wiktionnaire

Verbe

maquiller \ma.ki.je\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se maquiller)

  1. (Cosmétologie) Farder ; recouvrir de fard.
    • […] à la fin du mois, je pouvais apporter à ma femme, une centaine de francs, qu’elle dépensait aussitôt en pommades, en glycérine, en menus objets avec lesquels elle se parait, se maquillait, se pomponnait. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Je la revois avec ses toilettes, pas très jolies mais tapageuses, ses beaux bras gras, sa croupe bien en chair, ses seins bien lourds de belle brune au calme de génisse, et ses cheveux si noirs, ses lèvres si rouges, sa peau si fraîche, ses yeux superbes toujours trop charbonnés, car elle savait très mal se maquiller. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 90.)
  2. (Par extension) Travestir une chose.
    • Le maquignon de bas étage […] tripote, drogue, maquille, défigure un cheval sur lequel il veut gagner quelques pistoles. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Honoré connaissait toutes les ficelles du métier de maquignon, mais l’exemple de son père n’avait jamais pu le décider à maquiller une bête ou à dissimuler les imperfections d’un cheval. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 28.)
    • (Figuré) Maquiller un manuscrit.
    • Cet auteur a su habilement maquiller tous ses emprunts.
  3. (Argot) Faire : le sens étymologique a été conservé.
    • - Qu’est-ce que nous maquillons icigo ? — (Victor Hugo, Les Misérables — Tome IV : L’idylle rue Plumet et l’épopée rue Saint-Denis (1862), Émile Testard, 1890, pages 264-265)
    • - Qu’est-ce qu’on maquille ici ? — (Luc Vernon, Tombeau légionnaire, Albin Michel, 1981)
    • (Pronominal) [...] de ma planque, je peux voir ce qui se maquille dans le hall.— (Frédéric Dard (San-Antonio), Le Secret de Polichinelle, Fleuve Noir, 1958, page 179)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAQUILLER. v. tr.
Farder, recouvrir de fard. Cet acteur sait bien se maquiller. Par extension, il signifie Travestir une chose. Batterie d'artillerie, mitrailleuse maquillée. Fig., Maquiller un manuscrit. Cet auteur a su habilement maquiller tous ses emprunts.

Littré (1872-1877)

MAQUILLER (ma-ki-llé, ll mouillées) v. a.
  • Opérer le maquillage.

    Se maquiller, v. réfl. Maquiller n'est plus seulement un terme de théâtre ; beaucoup de femmes du monde se maquillent.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MAQUILLER. Ajoutez : - HIST. XIIIe s. [Il] Vit sa barbe sanglente et le vis masquilliés [c'est une variante de vermeilliés], Ch. d'Ant. t. II, p. 279.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « maquiller »

(1815) Dérive, à l’aide du suffixe -iller, de l’ancien verbe picard maquier (« faire »), lui-même emprunté au moyen néerlandais maken (« faire »). Le verbe est passé dans l’usage argotique avec le sens de « falsifier » puis dans l’argot du théâtre (1840) avec celui de « grimer ». Il a enfin perdu le sens argotique pour signifier « farder, enjoliver un visage ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « maquiller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
maquiller makije

Citations contenant le mot « maquiller »

  • Même pour jouer son propre rôle, il faut se maquiller. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles Pensées échevelées
  • Se maquiller, c'est se déguiser, pas se cacher. De Marion Cotillard / Ciné Live - Décembre 2001
  • Le monde qui nous entoure est dégueulasse et sordide. Je ne cherche pas à le maquiller comme 99 % des films hollywoodiens. De Quentin Tarantino
  • Make up : 3 réflexes pour se maquiller avec un masque  Public.fr, Make up : 3 réflexes pour se maquiller avec un masque 
  • Bien entendu, vous vous connaissez mieux que personne et vous savez ce que vous voulez. Se maquiller soi-même semble donc être la solution la plus simple et la évidente et pourtant elle n'est pas la plus efficace. amomama.fr, Expériences, préparation de la peau : 5 erreurs de maquillage à éviter le jour du mariage
  • En effet, seule une femme sur cinq (21%) déclare se maquiller quotidiennement, selon une enquête Ifop pour Label Slow Cosmétique, menée du 9 au 12 juin. C’est deux fois moins que ce que l'institut de sondages avait observé il y a trois ans (42% en 2017). CNEWS, Seule 1 Française sur 5 se maquille quotidiennement, selon une enquête | CNEWS
  • “Consommer un sandwich, un burger après un passage dans un drive, se maquiller,  ou boire un café, peut effectivement être considéré comme une entrave aux manoeuvres du conducteur” précise Maître Le Dall. , Magazine Automobile | Avez vous le droit de manger ou de vous maquiller en conduisant ?
  • Avec le port du masque, il n'est pas si simple de se maquiller. Les femmes utilisent ainsi de moins en moins de rouge à lèvres, mais ce n'est pas pour ça qu'elles arrêtent de se maquiller.De nouvelles habitudes ont en effet été prises, notamment concernant le maquillage des yeux. , Avec le port du masque, il n'est pas si simple de se maquiller - Voici les nouvelles habitudes des femmes qui insistent notamment davantage sur ... les yeux ! - VIDEO

Images d'illustration du mot « maquiller »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « maquiller »

Langue Traduction
Anglais make up
Espagnol maquillaje
Italien trucco
Allemand bilden
Chinois 补偿
Arabe يتزين
Portugais maquiagem
Russe составить
Japonais 化粧
Basque makillajea
Corse custituisci
Source : Google Translate API

Synonymes de « maquiller »

Source : synonymes de maquiller sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « maquiller »

Partager