La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « fadeur »

Fadeur

Définitions de « fadeur »

Trésor de la Langue Française informatisé

FADEUR, subst. fém.

A.− [Correspond à fade1A]
1. Caractère de ce qui est fade.
a) Domaine du goût.La fadeur d'un mets, d'une sauce. Leur goût [des fruits] écœurait tout d'abord, étant d'une fadeur incomparable (...) la chair en semblait passée; elle laissait après, l'âpreté dans la bouche (Gide, Nourrit. terr.,1897, p. 194).La fadeur des crèmes de blé vert, des bouillies d'avoine, des panades, m'arrachait des larmes (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 10).
b) Domaine de l'odorat.Il régnait une odeur de fièvre et de vieillesse accumulée (...), une odeur aigre et douceâtre à la fois, une fadeur (Druon, Gdes fam.,t. 1, 1948, p. 34):
Des caves voisines, à travers les madriers, toutes sortes d'odeurs leur arrivaient : la fadeur des légumes, l'âpreté de la marée, la rudesse pestilentielle des fromages, la chaleur vivante des volailles. Zola, Ventre Paris,1873, p. 774.
c) Domaine de la vue.(Le soleil échantillonne un à un ses rayons) (...) voilà le bon, le safran! rien ne relève comme lui la fadeur de la peau humaine... vas-y, soleil! (Giraudoux, Amphitr. 38,1929, p. 75).
En partic., PEINT. Une certaine fadeur fait présager la couleur fatiguée de Nattier [toiles de Largillière] (Hourticq, Hist. art,1914, p. 253).
d) Domaine de l'ouïe,en partic. MUS. Des neuvièmes mystérieuses et profondes viennent relever la fadeur des accords de sixte (La Laurencie, Éc. fr. violon,1922, p. 177).
2. P. ext. Caractère de ce qui procure une sensation de chaleur, d'étouffement désagréable. Il [Crescent] peignait le midi ardent et poussiéreux... avec ses tons neutres et brûlants, ses soleils sourds faisant peser la fadeur écœurante de l'été sur la sieste des moissonneurs (Goncourt, Man. Salomon,1867, p. 269).[Didace] huma avec dédain la fadeur de l'air tiède. Quoique la fraîcheur du soir approchât, il sentait ses épaules pénétrées de chaleur. À ce temps mort, amollissant, il préférait les pluies de bourrasque, les rages de vent qui fouettent le sang des hommes (Guèvremont, Survenant,1945, p. 16).
B.− Au fig. [Correspond à fade1B]
1. Caractère de ce qui produit une impression désagréable par sa monotonie, son manque de vie, d'intérêt. La fadeur d'une existence en maison publique (E. de Goncourt, Élisa,1877, p. 117).Même le récit du bonheur les fatigue [les hommes]. Ce qui est constamment délicieux, ils l'appellent fadeur; par faiblesse (Romains, Hommes bonne vol.,1939, p. 76).
[En bonne part] Un doux sentiment jamais défleuri pareil à ces affections déjà anciennes qui sont plus indulgentes peut-être que le miel des débuts et dont la paisible fadeur est touchante comme ces deux fleurs fanées en tes cheveux (Barrès, Barbares,1888, p. 104).
P. méton. Une de ces fadeurs de l'âme où il semble que tout ce qu'on a en vous se liquéfie et se dissout (Flaub., Corresp.,1846, p. 332).
2. Caractère d'une personne fade, insignifiante. Sa gaucherie [de Néron] (...), cette balourdise prétentieuse qui fait ressembler sa vie entière aux miaulements d'un sabbat grotesque, atteignaient au sublime de la fadeur (Renan, Antéchrist,1873, p. 312).Il n'y a que les femmes qui ne savent pas s'habiller qui craignent la couleur, reprit M. de Charlus. On peut être éclatante sans vulgarité et douce sans fadeur (Proust, Sodome,1922, p. 1055).La fadeur courtisanesque, l'extase béate de Dangeau devant la figure du roi écœurent profondément le duc et pair (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 187).
P. méton. La fadeur de ses manières, de sa conversation est insupportable; la fadeur de ses discours, de ses plaisanteries; il y a de la fadeur dans ses louanges; des louanges pleines de fadeur; complaisant jusqu'à la fadeur (Ac.1835-1932).
♦ Domaine littér. ou artistique.Lu et pris des notes. − Commencé ce tissu de fadeurs et de fadaises sur le livre de Mmede Saint-M. mais interrompu pour demander un renseignement sur ce livre à la marquise (Barb. d'Aurev., Mémor. 2,1838, p. 374).
♦ Domaine amoureux.Personne ne me fait la cour. Nalege. − Et à vous, on vous la fait toute la journée... Germaine. − Non! de cinq à sept. Nalege. − Et cela vous amuse d'entendre toutes ces fadeurs, toutes ces niaiseries? (France, Pt bonh.,1898, 3, p. 496).Et je viens demander la main de votre Altesse. Nous ne nous disons pas de bien longues fadeurs, Puisque tout est réglé par nos ambassadeurs (Coppée, Poésies,t. 2, 1865-1908, p. 366).
Prononc. et Orth. : [fadœ:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début xiiies. « dégoût » fadur de cuer (Alphabetical Lapidary, 1376 ds Anglo-norman Lapidaries, éd. P. Studer et J. Evans); 2. 1611 « manque de saveur, de goût » (Cotgr.); 3. 1611 « chose insignifiante » (ibid.); au plur. av. 1778 « discours fade, louange fade » (Volt., Lett. en vers et en prose, 161 ds Littré). Dér. de fade*; suff. -eur1*. Fréq. abs. littér. : 161.

Wiktionnaire

Nom commun - français

fadeur \fa.dœʁ\ féminin

  1. Propriété de ce qui est fade.
    • Elle ne salait les mets qu'après la cuisson, bien qu'elle sût à quel point la fadeur lui en était désagréable. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 23)
  2. (Figuré) Insignifiance dans la mine, dans les manières, dans les propos de quelqu’un.
    • […] ; son teint était d’une blancheur exquise ; mais le moule splendide dans lequel avait été jeté sa tête et ses traits bannissait jusqu’à l’idée même de cette fadeur qui, quelquefois, s’attache aux femmes blondes ; […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  3. (Par extension) Propos fades.
    • […]; il n'est de sottises que ces niais ne débitassent, de grossièretés enveloppées de fadeurs qu'ils n'osassent laisser tomber, et l'arrogance mielleuse de ces bas de plafond ne contribuait pas peu à entretenir ma bilieuse tristesse. — (Octave Uzanne, Paul Avril & Adolphe Alphonse Géry-Bichard, Les surprises du cœur, p.78, E. Rouveyre, 1881)
  4. (Figuré) Louange fade.
    • Dire des fadeurs à une femme.
    • Leur entente sautait aux yeux : il caressait les bras de maman, la cajolait, lui disait de tendres fadeurs. — (Simone de Beauvoir, Une mort très douce, Gallimard, 1964, Le Livre de Poche, page 47)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FADEUR. n. f.
Qualité de ce qui est fade. La fadeur d'un mets, d'une sauce. Figurément, il signifie Insignifiance dans la mine, dans les manières, dans les propos de quelqu'un. La fadeur de ses manières, de sa conversation est insupportable. La fadeur de ses discours, de ses plaisanteries. Des louanges écœurantes de fadeur. Complaisant jusqu'à la fadeur. Il se dit aussi pour Louange fade. Dire des fadeurs à une femme.

Littré (1872-1877)

FADEUR (fa-deur) s. f.
  • 1Qualité de ce qui est fade. La fadeur d'un mets.
  • 2 Fig. Il se dit de ce qui manque de vivacité, de piquant, d'animation. Je suis lasse à mourir de la fadeur des nouvelles, Sévigné, 236. Cette manière basse de plaisanter a passé du peuple à qui elle appartient, jusque dans une grande partie de la jeunesse de la cour, qu'elle a déjà infectée ; il est vrai qu'il y entre trop de fadeur et de grossièreté, pour devoir craindre qu'elle s'étende plus loin, La Bruyère, V.

    Il se dit aussi de la mine, des manières, de la conversation. Son visage était de la dernière fadeur, Hamilton, Gramm. 7.

    Il se dit enfin d'un excès de flatterie dans la complaisance ou dans la louange. Vraie, franche, naturelle, la fadeur des éloges lui était à charge, Massillon, Or. fun. Madame. Je ne veux point mourir sans vous avoir envoyé une ode pour Mme de Pompadour ; je veux la chanter fièrement, hardiment, sans fadeur ; car je lui ai obligation ; elle est belle, elle est bienfaisante, sujet d'ode excellent, Voltaire, Lett. duc de la Vallière, mai 1759. Le grand point dans toutes ces fêtes est d'éviter la fadeur de l'épithalame ; je devrais éviter la fadeur des longues et ennuyeuses lettres, Voltaire, Lett. Richelieu, 17 juill. 1773.

  • 3Discours fade ; louange fade ; galanterie fade… Ah ! vous allez lâcher quelque fadeur, Destouches, Phil. mar. II, 2. On m'a su mauvais gré d'avoir dit des fadeurs à Catherine, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 161. Si leurs entretiens dégénèrent en fadeurs, Rousseau, Ém. V. Saint-Firmin : Vous étiez déjà de la famille, trop aimable orpheline. - Mme Dolban : Allons, point de fadeur, Collin D'Harleville, Malice pour malice, I, 2. Ne prenez pas ce que je viens de vous dire pour une fadeur ; je vous assure que c'est l'exacte vérité, Genlis, Veillées du château t. III, p. 443, dans POUGENS.

SYNONYME

FADAISE, FADEUR. La fadaise est proprement ce qui est fade, la fadeur en est la qualité abstraite ; mais quand, par métonymie, nous prenons la qualité pour la chose elle-même, les fadeurs se confondent avec les fadaises, sauf que la fadeur est avant tout une pensée fade, tandis que la fadaise, c'est tout ce qui n'a aucune valeur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fadeur »

Fade. Fadeur paraît avoir été fait dans le XVIIe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De fade, avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fadeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fadeur fadœr

Évolution historique de l’usage du mot « fadeur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fadeur »

  • Parmi les styles clairs, il y en a qui ont la saveur de l’eau de roche, mais d’autres la fadeur de l’eau filtrée. De Alfred Capus / Les Pensées
  • La recherche patiente et sans fadeur d'un bonheur partagé entre tous reste une idée neuve à la télévision comme... ailleurs. De Georges Kiejman / Les dossiers de l’Audiovisuel
  • Il n'y a que les femmes qui ne savent pas s'habiller qui craignent la couleur. On peut être éclatante sans vulgarité et douce sans fadeur. De Marcel Proust / Sodome et Gomorrhe
  • L’autre changement important concerne le ministère de la justice. A la surprise générale, Emmanuel Macron a décidé d’y nommer l’avocat pénaliste Eric Dupond-Moretti, personnage aussi truculent et controversé qu’était effacée Nicole Belloubet. Cette nomination est à l’évidence faite pour choquer, mais dans quel but ? Masquer la fadeur du reste du remaniement ? Céder à l’air du temps populiste en intégrant dans le gouvernement une « grande gueule » ou régler leur compte aux juges ? Car, ces derniers temps, l’avocat n’a pas mâché ses mots à l’égard du Parquet national financier, qui a épluché ses factures téléphoniques, comme celles d’autres avocats, pour tenter d’identifier une « taupe » dans l’affaire dites des « écoutes » impliquant Nicolas Sarkozy. Le Monde.fr, Nouveau gouvernement : le message régalien de Macron
  • Mais le tofu aussi. L’objet de son livre est de montrer que, comme avec une page blanche, les possibilités de cuisiner le tofu sont infinies. Vous n’aimez pas sa fadeur? C’est parfait, donnez-lui le goût que vous souhaitez. Salé, sucré, poivré, fumé, mariné, épicé, “les possibilités ne sont limitées que par votre imagination”. Le Huffington Post, Vous détestez la fadeur du tofu? C'est pourtant la meilleure raison de l'adopter | Le Huffington Post LIFE
  • Baumgarter retrace son basculement avec une forme de neutralité qui identifie le personnage à la platitude et la fadeur de son environnement. Le film trouve à son déraillement une explication d’ordre psychologique : c’est l’attrait fusionnel et morbide à l’égard de son frère décédé, ou tout du moins de sa figure fantasmatique, qui empêche chez le coureur toute relation sereine avec la gent féminine, immédiatement parasitée par les motifs de l’échec ou de la frustration. Le Monde.fr, « Midnight Runner » : derrière le jeune homme ordinaire, un « tueur de minuit »

Traductions du mot « fadeur »

Langue Traduction
Anglais blandness
Espagnol suavidad
Italien mitezza
Allemand milde
Chinois 无聊
Arabe اللطف
Portugais suavidade
Russe вялость
Japonais 穏やかさ
Basque blandness
Corse blandness
Source : Google Translate API

Synonymes de « fadeur »

Source : synonymes de fadeur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fadeur »

Fadeur

Retour au sommaire ➦

Partager