Insignifiance : définition de insignifiance


Insignifiance : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INSIGNIFIANCE, subst. fém.

A. − [Correspond à insignifiant A] Rare
1. Caractère, état de ce qui est dénué de toute signification. Anton. signification.Cette insignifiance infinie du monde (...) d'où Dieu s'est retiré, où l'aventure humaine n'a plus de sens (Mauriac, Nouv. Bloc-notes,1961, p. 32).
En partic. [En parlant d'un élément ling.] Caractère, état de ce qui est dénué de sens. Anton. signifiance.La parole, se produisant comme conséquence immédiate, l'insignifiance et la valeur d'un réflexe, comme on le voit par l'exclamation, l'interjection, le juron, le cri de guerre, les formules votives ou imprécatoires, sur lesquelles la pensée ne peut revenir que pour constater qu'elles ne signifient rien par elles-mêmes, mais qu'elles ont joué un rôle instantané (Valéry, Variété V,1944, p. 231).
2. Vieilli. Caractère de ce qui n'a pas de signification adéquate ou claire. On s'est récrié sur la recherche et l'insignifiance et le vague de cette définition (Maine de Biran, Journal,1819, p. 209).
B. −
1. [Correspond à insignifiant B 1]
a) Caractère de quelque chose dont la valeur existentielle est médiocre ou nulle; caractère de ce qui est banal, médiocre. Synon. médiocrité, platitude.L'insignifiance d'une occupation, de paroles. Après déjeuner, vaine attente de Chapon. Thé chez les Lerolle; effarante insignifiance de la conversation (Gide, Journal,1912, p. 374):
1. ... il refit les étapes franchies, et une fois de plus encore la vulgarité, l'insignifiance des épisodes le révolta jusqu'à l'écœurement. Il avait beau faire, il ne trouvait dans ce passé tranquille, régulier, d'écrivain, de savant, d'érudit laborieux, rien qui justifiât une fatigue profonde, essentielle, un épuisement si grave... Bernanos, Joie,1929, p. 712.
P. méton.
Propos insignifiant. Synon. banalité, trivialité.Jamais Des Esseintes n'avait imaginé qu'on pût écrire de pareilles insignifiances (Huysmans, À rebours,1884, p. 194).
Action, événement insignifiant. Leur vie tissue de ténèbres et de servitudes, d'insignifiances et d'échecs (Arnoux, Visite Mathus.,1961, p. 114).
Situation, état d'une extrême médiocrité, banalité. Le Gouvernement provisoire (...) ne réussissait qu'à les soulever tous [les partis et les intérêts] et s'usait dans l'insignifiance (Proudhon, Révol. soc.,1852, p. 84).
b) Caractère de ce qui est sans importance, sans conséquence, de ce qui ne remplit qu'une fonction secondaire (dans un domaine, une institution, un système). On est frappé de l'insignifiance de leurs sujets de mécontentement [des Français] (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 289):
2. Elles [Rosa Luxembourg, MmeCurie] démontrent avec éclat que ce n'est pas l'infériorité des femmes qui a déterminé leur insignifiance historique : c'est leur insignifiance historique qui les a vouées à l'infériorité. Beauvoir, Deux. sexe, t. 1, 1949, p. 221.
Importance limitée, de second plan. Réduire, être voué à l'insignifiance. À mesure que s'avance le xviiiesiècle on voit le rôle du continuo s'amoindrir et tomber peu à peu dans l'insignifiance (Gevaert, Orchestr.,1885, p. 307).Dans une composition d'êtres humains, le centre seul possède l'initiative et rejette les éléments périphériques dans l'insignifiance (G. Bataille, Exp. int.,1943, p. 140).
c) Caractère, état de quelque chose dont la valeur, l'effet esthétique est médiocre ou nul. Je songe à l'insignifiance, à la laideur ou à la banalité pittoresque de l'Europe du centre et de l'Est (Faure, Espr. formes,1927, p. 80).
2. [Correspond à insignifiant B 2] Caractère, état de ce qui n'est pas important quantitativement. Raymond de Saint-Gilles avait bien peu de monde avec lui, quatre cents hommes d'après les plus généreuses estimations, mais malgré l'insignifiance actuelle de ses moyens (...), il poussait ses attaques jusque sous les murs de Tripoli (Grousset, Croisades,1939, p. 75).
Caractère, état de ce qui n'a aucune importance, aucune valeur (par rapport à une valeur absolue, à une grandeur infinie). Il voit, il sent, il touche son insignifiance absolue et l'infinité de Dieu (Bremond, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 346).La parfaite insignifiance de l'homme dans l'univers (Carrel, L'Homme,1935, p. 70).
C. − [Correspond à insignifiant C]
1. État, aspect d'une personne qui est sans personnalité, sans caractère. Synon. inconsistance, médiocrité.Comment aurait-il pu aimer, intelligent comme il était, une petite personne, dont l'insignifiance et la médiocrité frappaient les yeux de tous? (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 288).Pour une douceur gracieuse ou héroïque, cent autres trahissent surtout mollesse et insignifiance (Mounier, Traité caract.,1946, p. 289).
Loc. adj. (Être) d'une parfaite insignifiance. À dix-huit ans, mademoiselle de Watteville était une jeune fille frêle, mince, plate, blonde, blanche et de la dernière insignifiance (Balzac, A. Savarus,1842, p. 16).Elle est d'une telle insignifiance! Elle y sera [dans la maison] proprement une cinquième roue à un carrosse (Richepin, Cadet,1890, p. 73).
2. Aspect d'un trait du visage, d'une expression qui est commun(e), sans caractère. La figure remarquable par l'insignifiance de ses traits (...) se cachait à demi sous une barbe abondante (A. Daudet, Jack, t. 2, 1876, p. 246).Un regard de langueur et de mystère, dont l'insignifiance était comme chargée de sens et enchantait tout d'abord (Arnoux, Chiffre,1926, p. 16).
Prononc. et Orth. : [ε ̃siɳifjɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. 1785 « caractère de ce qui est dépourvu de signification » (Tournon ds Domergue, J., 1erjuin, t. II, p. 652 ds Proschwitz Beaumarchais, p. 257); 2. 1789 « caractère de ce qui est dépourvu de valeur; d'importance » (Mirabeau peint par lui-même, 141 ds Z. fr. Spr. Lit. t. 35, p. 139 : l'insignifiance de la nation). Dér. de insignifiant*; suff. -ance*. Fréq. abs. littér. : 146. Bbg. Gohin 1903, p. 238, 284.

insignifiance « caractère de ce (ou de celui) qui est insignifiant »

Insignifiance : définition du Wiktionnaire

Nom commun

insignifiance féminin

  1. Qualité de ce qui est insignifiant.
    • Parmi ces colosses de l’air et ces hauts personnages, il se sentait écrasé par la certitude de son insignifiance ; la vie était trop vaste pour lui, elle le dépassait de partout. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 147 de l’éd. de 1921)
    • Le jardin est si dépouillé que rien ne cache plus l’insignifiance de ce qui est, ici, concédé à l'agrément : les carcasses des charmilles, les bosquets maigres grelottent sous la pluie éternelle. — (François Mauriac, Le Nœud de vipères, éd. Grasset, 1932, chap. 20)
    • Il est des moments, heureusement assez rares dans une vie, où le sort s'amuse à nous faire toucher du doigt l’insignifiance de notre condition. C'en était un. — (Antoine Bello, Roman américain, 2014)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Insignifiance : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INSIGNIFIANCE. n. f.
Qualité de ce qui est insignifiant. C'est une femme d'une grande insignifiance.

Insignifiance : définition du Littré (1872-1877)

INSIGNIFIANCE (in-si-gni-fi-an-s') s. f.
  • Qualité de ce qui est insignifiant. Quant aux mots collectifs de règnes, de classes… ils ont sans doute beaucoup d'insignifiance, Bernardin de Saint-Pierre, Harm. V.

    Fig. Manque de toute importance. L'insignifiance de cet homme. L'insignifiance d'un tel événement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « insignifiance »

Étymologie de insignifiance - Littré

Insignifiant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de insignifiance - Wiktionnaire

→ voir insignifiant
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « insignifiance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
insignifiance ɛ̃siɲifjɑ̃s play_arrow

Citations contenant le mot « insignifiance »

  • En annonçant qu’il était prêt à se ranger derrière le candidat écologiste à la présidentielle de 2022, Olivier Faure a acté la rétrogradation du Parti socialiste au rang de supplétif électoral. On retiendra bien sûr la vitesse avec laquelle une force politique centrale dans notre pays pendant cinquante ans, qui détenait il y a trois ans encore les clefs de l’Élysée, de l’Assemblée, de la quasi-totalité des régions et de la plupart des départements, a pu être réduite à l’insignifiance. Mais le plus intéressant est moins la disparition de ce courant politique que sa nouvelle hypostase. Contrairement à ce que beaucoup de caciques (de droite comme de gauche) pouvaient penser, l’existence d’une machinerie partisane incluant militants et élus est moins importante que celle d’une idéologie mobilisatrice. En mal de doctrine, le socialisme vient d’achever sa réincarnation dans un véhicule plus porteur. Le Figaro.fr, Olivier Babeau - Ce que cette «vague verte» a d’inquiétant
  • Viennent ensuite les politiques qui, une fois de plus, n’ont rien appris ni rien oublié, avec à l’extrême gauche un François Ruffin pire que Mélenchon, à droite un Jacob pire que Jacob, et entre les deux un Parti socialiste égal à lui-même dans l’insignifiance. J’allais oublier les favoris de l’heure, ces grands benêts d’écolos, qui pour la plupart Le Figaro.fr, Jacques Julliard: «La crise de la conscience républicaine»
  • La pandémie a rendu l’Afrique plus consciente de sa vulnérabilité et de son insignifiance aux yeux du monde. Elle lui a permis de constater, concrètement, que dans les grandes tragédies humaines on ne peut s’en remettre à personne pour son salut. En effet, si le fléau a frappé tous les pays en même temps, ceux-ci n’ont pas fait bloc pour lui résister. Bien au contraire, les égoïsmes nationaux ont très vite pris le dessus sur le réflexe de solidarité. Le continent africain, dépendant des autres pour presque tout, a rapidement compris que s’étaient (...) Le Monde diplomatique, Après la pandémie, le réveil de l’Afrique ?, par Boubacar Boris Diop (Le Monde diplomatique, juillet 2020)
  • Pourtant, sous son insignifiance, H dit quelque chose de profond sur son époque, celle de la fin des années 1990 et du début des années 2000. Car, dans les comédies pareillement débiles –celles, par exemple, des frangins Farrelly (Dumb & Dumber, Mary à tout prix) ou de Seinfeld, dont H s'inspire ouvertement–on n'avait encore jamais croisé un tel métissage au sein du casting principal. Slate.fr, «H», une certaine idée de la France | Slate.fr
  • Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne. Auteur de La réforme ou l’insignifiance: 10 ans pour sauver l’Union européenne (Éd. École de guerre 2018) Le Figaro.fr, «Non, Madame Dalli: il n’y a pas de «racisme structurel» à la Commission européenne!»
  • Jadis, le Canada anglais nous dominait. Époque révolue : le Québec se rabaisse désormais lui-même. Pas surprenant que nos « Saint-Jean » s’édulcorent d’année en année pour rivaliser d’insignifiance avec le Canada Day. Le Journal de Montréal, Deux fêtes insignifiantes | Le Journal de Montréal
  • En matière d’information, nos passions sont souvent ciblées et éphémères. Un jour une polémique fait le buzz, le lendemain on commente les entrées au gouvernement, le surlendemain les départs en vacances. On file vite de l’emphase à l’amnésie, de l’hyperbole à l’insignifiance. Osons reconnaître sur ce sujet la responsabilité des journalistes, une partie des médias participe en effet de cette logique d’emballements, souvent aussi fugaces que démesurés. La crise du coronavirus est évidemment un cas à part. Par son ampleur mondiale et ses répercussions sanitaires, économiques et sociales, elle justifie nos gestes barrières tout autant que la une des journaux. Malgré tout, il ne faudrait pas oublier que la marche du monde continue, d’autres actualités méritent aussi notre attention, et d’autres combats notre mobilisation. La Croix, Pendant ce temps-là…
  • Je vous le dis comme homme de gauche et antiraciste ! Faire le buzz sur la couleur de peau des hommes ou femmes de gouvernement, de droite ou de gauche, ne fait pas avancer la lutte antiraciste. Ni d’ailleurs la lutte contre le turbo-capitalisme post-confinement que ce gouvernement est chargé d’activer . Je crains même que cela retarde les processus du fait des pesanteurs médiatiques à rebondir sans cesse sur l’insignifiance du monde ! Club de Mediapart, Castex blanc : insignifiance d'un propos. | Le Club de Mediapart
  • La langue de coton se distingue de son homologue de bois, dure et soviétique, par son côté rassurant, chaud, moelleux, qui fait oublier sa totale insignifiance. De Jean Dion / Le Devoir - 10 Décembre 1998
  • Un livre, c'est aussi une présence intime, cette chose écrite par un autre et qui sublime l'insignifiance de vos jours. De Marie-Claire Blais / Un sourd dans la ville
  • Quel aspect présenterait la vie si elle n'était pas dénuée de sens ? L'insignifiance absolue est la base sur quoi elle repose. De Pär Lagerkvist / Le Nain
  • Le plus sûr moyen d'accéder aux charges suprêmes est de donner des gages assidus de son insignifiance. De Jacques Deval / Afin de vivre bel et bien
  • L'art est au-dessus des petits scrupules et de l'insignifiance populaire. De Michel Desrosiers / L'envol des corneilles
  • Ah ! l'insignifiance de tout face à la douleur ! De Louis Nucera / Ils s'aimaient
  • Quel aspect présenterait la vie si elle n'était pas dénuée de sens ? L'insignifiance absolue est la base sur quoi elle repose. Pär Lagerkvist, Le Nain

Traductions du mot « insignifiance »

Langue Traduction
Corse insignificanza
Basque insignificance
Japonais 取るに足らない
Russe незначительность
Portugais insignificância
Arabe التفاهة
Chinois 无关紧要
Allemand bedeutungslosigkeit
Italien piccolezza
Espagnol insignificancia
Anglais insignificance
Source : Google Translate API

Synonymes de « insignifiance »

Source : synonymes de insignifiance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « insignifiance »



mots du mois

Mots similaires