La langue française

Convention

Sommaire

  • Définitions du mot convention
  • Étymologie de « convention »
  • Phonétique de « convention »
  • Évolution historique de l’usage du mot « convention »
  • Citations contenant le mot « convention »
  • Images d'illustration du mot « convention »
  • Traductions du mot « convention »
  • Synonymes de « convention »

Définitions du mot convention

Trésor de la Langue Française informatisé

CONVENTION1, subst. fém.

A.− DROIT
1. Accord conclu entre deux ou plusieurs parties en vue de produire certains effets juridiques : créer des obligations, modifier ou éteindre des obligations préexistantes. L'usage commun des rails d'une ligne par plusieurs exploitants est resté en fait subordonné à des conventions particulières (Bricka, Cours ch. de fer,t. 2, 1894, p. 397).
2. Spécialement
a) DR. CIVIL. Conventions matrimoniales. ,,Clauses arrêtées entre les futurs époux relativement à leurs intérêts pécuniaires et stipulées dans leur contrat de mariage`` (Barr. 1974). Toutes conventions matrimoniales seront rédigées, avant le mariage, par acte devant notaire (Code civil,1804, art. 1394 et 1395, p. 253).
b) DR. INTERNAT. Accord conclu entre États. Une convention quadripartite; signer une convention militaire, une convention d'armistice :
1. ... Andréi Gromyko, proposait une convention internationale perpétuelle ouverte à toutes les nations et comprenant : l'interdiction absolue d'utilisation des armes atomiques, la prohibition de la production et du stockage de celles-ci, et l'obligation de destruction des armes existantes... Goldschmidt, L'Aventure atomique,1962, p. 67.
c) DR. DU TRAVAIL. Convention collective. ,,La convention collective du travail est un accord relatif aux conditions de travail, conclu entre, d'une part, une ou plusieurs organisations syndicales de travailleurs et, d'autre part, une ou plusieurs organisations syndicales d'employeurs`` (Code du travail, 1970, art. 31 a du livre 1er). LÉGISL. SOC. Accord conclu entre d'une part une caisse de sécurité sociale et d'autre part un établissement de soins (de prévention ou d'enseignement public ou privé), ou un ou plusieurs membres de professions de santé (d'apr. Cotta 1968).Dans les maternités agréées mais n'ayant pas signé de convention avec la Sécurité Sociale, vous devez payer directement l'établissement et vous faire rembourser ensuite par votre Caisse (L'Enfant du 1erâge, F.N.O.S.S., 1956, p. 8).
3. P. méton.
a) Acte dans lequel un tel accord est consigné. ,,La convention de Genève doit être affichée dans les camps de prisonniers de guerre`` (Lar. Lang. fr.).
b) Plur. Clauses que contient cet accord :
2. Le mineur n'est point restituable contre les conventions portées en son contrat de mariage, lorsqu'elles ont été faites avec le consentement et l'assistance de ceux dont le consentement est requis pour la validité de son mariage. Code civil,1804, art. 1309, p. 236.
B.− P. ext.
1. Cour. Accord tacite, pacte implicite conclu entre des personnes; chose convenue entre deux ou plusieurs personnes, règle qui en résulte. L'amitié est une convention tacite de porter les maux à deux pour qu'ils soient moins lourds (Karr, Sous tilleuls,1832, p. 79):
3. On se salua. Dix minutes après, les conventions étaient réglées; pistolet, vingt-cinq pas, au commandement. Villiers de L'Isle-Adam, Contes cruels,Sombre récit, conteur plus sombre, 1883, p. 276.
4. Il se retourna d'un seul coup, le cœur battant, pour la première fois, allait-elle rompre cette convention du silence qui, entre eux, semblait leur interdire de former tout projet d'avenir? Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, p. 527.
En partic., absol. et péj., souvent au plur. La (les) conventions(s). Convention sociale. Règle de vie observée par les membres d'un même groupe social. Il lui passait des bouffées de révolte contre les usages, les conventions sociales autrefois si bien respectées par elle (A. Daudet, Immortel,1888, p. 238).La Morale, convention si ancienne qu'elle a mérité d'en paraître éternelle (Toulet, Mar. Don Quichotte,1904, p. 154):
5. Les amants forcés de vivre au milieu du grand monde auront toujours tort de renverser ces barrières exigées par la jurisprudence des salons, tort de ne pas obéir scrupuleusement à toutes les conventions imposées par les mœurs... Balzac, Le Lys dans la vallée,1836, p. 279.
2. Spécialement
a) LING. Accord tacite entre les membres de la communauté, grâce auquel existe la langue (cf. Saussure, Ling. gén., 1916, p. 31) :
6. Mais qu'est-ce que la langue? (...) C'est à la fois un produit social de la faculté du langage et un ensemble de conventions nécessaires, adoptées par le corps social pour permettre l'exercice de cette faculté chez les individus. Saussure, Ling. gén.,1916p. 25.
b) B.-A., LITT. Accord tacite pour admettre certains procédés même s'ils s'éloignent de la réalité, en vue de produire l'effet voulu; ces procédés; thème, expression littéraire ou artistique qui s'éloigne de la réalité, et/ou est dénué d'originalité. Convention théâtrale. Qu'est-ce qu'un dessin au blanc et au noir, si ce n'est une convention à laquelle le spectateur est habitué (Delacroix, Journal, t. 3, 1857, p. 18).M. Degas a culbuté les traditions de la sculpture comme il a depuis longtemps secoué les conventions de la peinture (Huysmans, Art mod.,1883, p. 248).
P. méton. :
7. La vérité était que Bongrand se trouvait en continuelle hostilité avec Mazel, nommé président du jury, un maître célèbre de l'école, le dernier rempart de la convention élégante et beurrée. Zola, L'Œuvre,1886, p. 300.
c) SC. et DIDACT. Principe adopté par la pensée, librement, mais en tenant compte de l'expérience :
8. Quelques personnes ont exagéré le rôle de la convention dans la science; elles sont allées jusqu'à dire que la loi, que le fait scientifique lui-même étaient créés par le savant. Poincaré, La Valeur de la sc.,1905, p. 9.
C.− Loc. adj. De convention
1. Qui est admis par suite d'une convention, qui n'a de valeur ou de réalité que par l'effet d'une convention. Un signe de convention. Il est de convention en art que la lyre personnifie la poésie (Grillet, Ancêtres violon, t. 1, 1901, p. 261):
9. Le droit, le bien, le mal, sont choses purement relative et toutes de convention. Il n'y a d'absolu que les grande lois naturelles. La loi de concurrence vitale l'est au même titre que celle de la gravitation. Verne, Les 500 millions de la Bégum,1879, p. 130.
P. ext., péj. Qui est plus ou moins factice. Sentiments de convention :
10. L'idéalisme vulgaire des dramaturges qui ont succédé à Victor Hugo a cherché la vraisemblance dans une couleur locale de convention qui fait pendant au naturalisme en trompe-l'œil des pièces de mœurs... Apollinaire, Les Mamelles de Tirésias,1918, p. 865.
2. Souvent péj. Qui est conforme à l'usage établi. La censure était là, indulgente pour les ouvrages d'école et de convention (Hugo, M. Delorme,1831, p. 167).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Le verbe pronom. se conventionaliser. [En parlant du langage] Devenir conventionnel, être soumis à des conventions (cf. supra B 2 a). Ayant la communication pour fin, elle [la forme] est tournée vers le groupe et tend à se conventionaliser et par conséquent à se figer et à se clore (Le Langage, 1968, p. 450). b) Le part. passé adj. conventionalisé. Les fonctions et les buts du discours se réalisent à travers des modes d'expression conventionalisés et normalisés dans un corps de règles et d'habitudes (ibid., p. 452). c) Le subst. fém. conventionalisation. Action de se conventionaliser (ibid., p. 450).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃vɑ ̃sjɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. [1268 d'apr. Bl.-W4-5], av. 1350 convencion « accord entre plusieurs parties sur un sujet précis » (J. de Vignay, Enseign., ms. Brux. 11042, fo7 vods Gdf. Compl.); 1804 « clause » supra ex. 2; 2. [av. 1703 « ce qui résulte d'un accord réciproque (par opposition aux lois naturelles) » (S. Evr[emond] ds Trév. 1704)], 1721 (Montesq., Lett. pers., 129 ds Littré); 1761 de convention « qui est admis » (J.-J. Rouss., Hél. I, 26, ibid.); 1761 termes de convention (Gaudet, La Bibliothèque des Petits Maîtres, p. 3 ds IGLF). Empr. au lat. class. conventio, -onis « pacte », dér. du supin conventum de convenire (convenir*). Bbg. Engagements (Les) internat. Actual. terminol. 1974, t. 7, no1, p. 2. − Hagnauer (R.). L'Expr. écrite et orale. Paris, 1972, p. 261. − Lutaud (O.). Translation, trad., tradition. Cah. Lexicol. 1968, t. 13, p. 57.

CONVENTION2, subst. fém.

A.− Assemblée nationale réunie exceptionnellement pour établir ou modifier une constitution. Pendant la révolution de 1688, le Parlement d'Angleterre s'était constitué en convention (Ac.) :
Il nous parla (...) de la grande convention de Philadelphie, qui, outre-passant ses pouvoirs, avoit formé une constitution dont la partie aristocratique absorboit l'influence de ce même peuple; ... Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie,t. 2, 1801, p. 323.
HIST. La Convention (nationale). Assemblée nationale française qui fonda la 1reRépublique et exerça tous les pouvoirs de septembre 1792 à octobre 1795. Les membres de la Convention. La Convention, appelée par une loi de l'Assemblée législative pour donner une nouvelle constitution à la France, décréta la République (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 771).
B.− [Aux États-Unis] Congrès d'un parti en vue de désigner un candidat à la présidence et à la vice-présidence.
P. anal. Congrès extraordinaire d'un parti politique. Convention du parti socialiste.
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃vɑ ̃sjɔ ̃]. Ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. I. Convention « assemblée » [1456-67 (Cent Nouvelles nouvelles ds Guérin)] 1468 convencion (Ordonnance de Louis XI, XVII, 126 ds Bartzch, p. 40) − av. 1607 ds Hug.; répertorié par Guérin comme ,,anc.``. II. 1. 1688 « Assemblée extraordinaire du Parlement anglais » (Journal de ce qui s'est passé en Angleterre depuis l'arrivée du Prince d'Orange, p. 19 ds Mack. t. 1, p. 85); 1776 « (en Angleterre) Assemblée chargée d'établir une constitution » (Aff. de l'Angleterre, 5 mars ds Proschwitz Beaumarchais, p. 234); 1777 « id. (en parlant des États-Unis d'Amérique » (ibid., p. 235); 1789 (Le Moniteur, t. 2, p. 359 : Vous aurez besoin, dans quelques années, d'une Convention nationale, pour réformer les erreurs que l'expérience aura fait reconnaître dans la Constitution); spéc. 1792 désigne l'Assemblée qui dirigea la France de 1792 à 1795 (Décret du 10 Août ds Duvergier, Collection des lois, t. 4, p. 293b); 2. 1866 (Lar. 19e: Convention. Aux États-Unis, Réunion libre dans laquelle un parti politique règle les mesures à prendre pour le triomphe de ce parti). I empr. au lat. class. conventio, -onis « assemblée » dér. du supin conventum de convenire (convenir*); pour II avec prob. infl. de l'angl. et de l'anglo-américain convention (1660 et 1720 NED, sens II 1; 1793 DAE, sens II 2).
STAT. − Convention1 et 2. Fréq. abs. littér. : 1 963. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 697, b) 2 246; xxes. : a) 2 184, b) 2 675.

Wiktionnaire

Nom commun

convention \kɔ̃.vɑ̃.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de convenir, accord, pacte.
    • Au surplus , comme il était décidé que la citadelle serait rendue avant toute autre chose, la France et l'Angleterre passèrent outre à l'exécution complète de la convention du 22 octobre. — (Ulysse Tancé, Annuaire historique universel pour 1832, publié par Charles-Louis Lesur, Paris : Thoisnier-Desplaces, avril 1834, p.320)
    • De grands embarras financiers avaient conduit le gouvernement à signer avec des compagnies de chemin de fer des conventions que les radicaux avaient dénoncées comme étant des actes de brigandage. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.281)
  2. Clause ; condition.
    • Voici quelles ont été nos conventions.
    • Une convention spéciale.
    • Conventions matrimoniales, ou absolument conventions, les articles stipulés entre les époux par le contrat de mariage.
  3. (Au pluriel) Ce qui est convenu, ce qui résulte d’un pacte implicite, par opposition à ce qui résulte des lois mêmes de la nature ou de la force des choses.
    • Une religion qui serait seulement faite de conventions extérieures, d'attitudes et de formes serait sans action sur la conscience et ne changerait rien aux secrets de la vie intime. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Mon vieil instinct d’individualiste me tient lieu de morale. Assez de blagues, de conventions, de poudre aux yeux. L'homme se dresse, les poings serrés. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 197)
    • Les peuples préhistoriques ont eu des conventions monétaires, de coquillages, pierres, pépites ou lingots de métaux précieux, de valeur intrinsèque relative constante, pour acheter des objets moins portatifs dont le possesseur était titulaire. C'était des constitutions financières démocratiques de l'âge d'or. — (Géo, Démocratie Européenne, Saint-Nazaire : Imprimerie ouvrière, 1924, non paginé : 3e page)
  4. (Arts) Accord tacite par lequel on admet certaines fictions, certains procédés qui s’éloignent de la réalité, mais qui paraissent indispensables pour produire l’effet voulu.
    • Le théâtre ne peut se passer de certaines conventions.
  5. Assemblée nationale formée pour établir une constitution, ou pour la changer, la modifier, etc.
    • Pendant la révolution de 1688, le Parlement d’Angleterre s’était constitué en convention.
  6. (En particulier) (Histoire) (France) L'assemblée nationale qui se réunit à Paris au mois de septembre 1792 et qui exerça tous les pouvoirs jusqu’en octobre 1795. → voir Convention
    • Les décrets de la convention.

Nom commun

convention

  1. Convention.
  2. Congrès, symposium.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONVENTION. n. f.
Accord, pacte que deux ou plusieurs parties font ensemble. Convention expresse, verbale, par écrit. Ils ont fait une convention entre eux... La convention était que... Je m'en tiens à la convention. Il se prend aussi pour Clause, condition. Voici quelles ont été nos conventions. Une convention spéciale. En termes de Jurisprudence, Conventions matrimoniales, ou absolument Conventions, Les articles stipulés entre les époux par le contrat de mariage,

CONVENTIONS, au pluriel, signifie, d'une manière générale, Ce qui est convenu, ce qui résulte d'une sorte de pacte implicite, par opposition à Ce qui résulte des lois mêmes de la nature ou de la force des choses. Les conventions sociales. Il poussait fort loin le respect des conventions. En termes de Beaux-Arts et de Littérature, il se dit d'une Sorte d'accord tacite par lequel on admet certaines fictions, certains procédés qui s'éloignent de la réalité, mais qui paraissent indispensables pour produire l'effet voulu. Le théâtre ne peut se passer de certaines conventions.

DE CONVENTION signifie adjectivement Qui est conventionnel, qui n'a de valeur, de sens, de réalité que par l'effet de certaines conventions. Signes de convention. Langage de convention. Dans ce peintre, dans ce poète, on ne trouve qu'une nature de convention. La comédie italienne a plusieurs personnages de convention.

CONVENTION se dit de Certaines assemblées nationales formées pour établir une constitution, ou pour la changer, la modifier, etc. Pendant la révolution de 1688, le Parlement d'Angleterre s'était constitué en convention. La Convention nationale, ou simplement La Convention, Assemblée nationale qui se réunit à Paris au mois de septembre 1702 et qui exerça tous les pouvoirs jusqu'en octobre 1795. Les décrets de la Convention.

Littré (1872-1877)

CONVENTION (kon-van-sion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f.
  • 1 Terme de droit. Accord de volontés entre deux ou plusieurs personnes. Convention verbale. Convention écrite. Dans toute sorte de conventions. Faire une convention. Pourquoi veut-on que je tienne, malgré moi, une convention qui s'est faite sans moi ? Montesquieu, Lett. pers. 71.

    Être de difficile convention, locution qui s'est dite dans le XVIIe siècle pour : être difficile en affaires.

    Fig. Quelle convention peut-il y avoir entre Jésus-Christ et Bélial, et comment peut-on accorder le temple de Dieu avec les idoles ? Bossuet, Hist. II, 12.

    Au plur. Clauses diverses d'un pacte. Voici quelles ont été nos conventions.

    Conventions matrimoniales, ou, simplement, conventions, les articles accordés à une femme par contrat de mariage. Il ne lui est dû ni douaire, ni conventions, La Bruyère, III.

  • 2Dans le langage général, ce qui est convenu entre les hommes. L'or et l'argent avaient été établis par une convention générale pour être le prix de toutes les marchandises, par la raison que ces métaux étaient rares et inutiles à tout autre usage, Montesquieu, Lett. pers. 105. C'est [la puissance paternelle] de toutes les puissances, celle dont on abuse le moins ; c'est la plus sacrée de toutes les magistratures ; c'est la seule qui ne dépend pas des conventions, et qui les a même précédées, Montesquieu, ib. 129. Les conditions que ces conventions renferment sont les premières lois des sociétés ; on les peut nommer lois naturelles, Condillac, Hist. anc. I, 6. La vérité, comme le soleil, est faite pour éclairer le globe entier ; elle ne connaît point les bornes que des conventions passagères ont mises aux sociétés politiques, Holbach, dans les œuvres de DU MARSAIS, Essai préj. ch. 10. Les sciences, la gloire, les conventions sociales, tout était sacrifié à ce premier devoir [les soins paternels], Condorcet, Bertin.

    Terme de beaux-arts. Accord tacite pour admettre certaines fictions ou certains procédés. L'artiste est contraint ou juge bon de recourir à certaines conventions ; le spectateur s'y soumet, remplissant ainsi une condition sans laquelle il ne pourrait éprouver les sensations que l'art est destiné à produire. Le théâtre offre plusieurs conventions de ce genre.

    Manière fausse de certains artistes qui désignent les objets par des traits ou des couleurs qui ne sont pas celles de la nature, et qui comptent que le spectateur acceptera ces conventions tout arbitraires comme les conventions indispensables à chaque art. Dessin de convention. Couleur de convention.

    De convention, loc. adv. Qui est admis, mais qui n'est pas réel. Signes, langage de convention. L'or a une valeur réelle et une valeur de convention. Dans beaucoup de pièces de théâtre les paysans parlent un langage de convention. Le caractère de convention qu'il a dans les fables, Rousseau, Ém. II. Ce qui est véritable plutôt que ce qui est de convention, Rousseau, Hél. I, 26. Des tableaux de la nature, non de cette nature de convention que peignent si souvent les poëtes et qui n'est que la nature vue autrefois par Homère et défigurée par ses imitateurs, Condorcet, Haller. Trop occupés d'une nature de convention, la vraie nature nous échappe, Chateaubriand, Génie, III, III, 4.

    Monnaie de convention, monnaie qui a cours dans plusieurs États d'après une convention de leurs gouvernements.

  • 3Assemblée exceptionnelle des représentants d'un peuple, ayant pour objet d'établir une constitution ou de la modifier. La constitution des États-Unis a été rédigée par une convention. Le jour où, trouvant la salle qui devait nous rassembler [les états généraux], fermée, hérissée, souillée de baïonnettes, nous courûmes vers le premier lieu qui put nous réunir [le jeu de paume], jurer de périr plutôt que de laisser subsister un tel ordre de choses ; ce jour-là même, si nous n'étions pas convention nationale, nous le sommes devenus, Mirabeau, Collection, t. III, p. 271.

    La convention nationale, ou, simplement, la convention, l'assemblée qui mit la France en république en 1792, qui se constitua en septembre, et qui exerça tous les pouvoirs jusqu'au moment où elle les remit au Directoire en octobre 1795.

    Dans l'histoire d'Angleterre, assemblée extraordinaire du parlement anglais en 1688. … Jusqu'à ce qu'une assemblée qu'il indiqua, composée des deux chambres, eût tout réglé ; elle fut appelée convention, parce qu'il n'y a que le roi qui puisse convoquer un parlement, Raynal, Parlement d'Anglet. époque 8.

    Anciennement, conventions royales de Nîmes, juridiction royale qui était établie à Nîmes pour connaître des exécutions faites en vertu des obligations passées dans son ressort.

HISTORIQUE

XVe s. En intention d'estre et se trouver à la convention qui se devoit tenir par l'empereur et les autres princes, pour faire resistance contre le Turc et les Infidelles, Mathieu de Coucy, Hist. de Charles VII, p. 697, dans LACURNE. Environ le mois de juillet, alors que certaine convention et assemblée se tenoit entre la ville de Calais et Gravelinghes, Louis XI, Nouv. LXII.

XVIe s. À la fin ilz en vindrent aux promesses et conventions de mariage, Amyot, Sylla, 72. Ce travail [de défrichement] n'est petit, sur tout si le fond est argileux ; car le sablonneux est de plus facile convention [composition], De Serres, 73.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONVENTION, CONSENTEMENT, ACCORD, (Syn.) le second de ces mots désigne la cause & le principe du premier, & le troisieme en désigne l’effet. Exemple. Ces deux particuliers d’un commun consentement ont fait ensemble une convention au moyen de laquelle ils sont d’accord. (O)

Convention, s. f. (Jurisp.) est le consentement mutuel de deux ou de plusieurs personnes pour former entr’eux quelqu’engagement ou pour en resoudre un précédent, ou pour y changer, ou ajoûter, ou diminuer quelque chose, duorum vel plurium in idem placitum consensus.

On distinguoit chez les Romains deux sortes de conventions, savoir les pactes & les contrats proprement dits.

Les pactes étoient de simples conventions qui n’avoient point de nom propre ni de cause, de sorte qu’elles ne produisoient qu’une obligation naturelle qui n’engendroit point d’action, mais seulement une exception, au lieu que les contrats proprement dits étoient ceux qui avoient un nom propre, ou du moins une cause ; car il y avoit des contrats innommés, ainsi que nous l’avons dit ci-devant au mot Contrat & ces conventions produisoient une obligation civile, & celle-ci une action.

Les stipulations étoient des contrats nommés, qui se formoient verbalement & sans écrit par l’interrogation que faisoit l’un des contractans à l’autre, s’il vouloit s’obliger de faire ou donner quelque chose, & par la réponse de l’autre contractant, qui promettoit de faire ou donner ce que l’autre lui demandoit.

On ne s’arrête point parmi nous à toutes ces distinctions inutiles de forme entre les conventions, les contrats, les pactes, & les stipulations : le mot convention est un terme général qui comprend toutes sortes de pactes, traités, contrats, stipulations, promesses, & obligations. Il est vrai que chacun de ces termes convient plus particulierement pour exprimer une certaine convention ; par exemple, on ne se sert guere du terme de pacte que pour les conventions qui concernent les successions. On dit un traité de société. On appelle contrats, les conventions par lesquelles deux personnes s’obligent réciproquement, & qui ont un nom propre, comme un contrat de vente, d’échange, &c. Obligation proprement dite est l’engagement d’une personne envers une autre par un acte authentique ; & promesse est un engagement verbal ou sous seing prive : mais tous ces engagemens produisent également une obligation civile & une action.

Les conventions sont proprement des lois privées que les contractans s’imposent, & auxquelles ils s’obligent de se conformer.

L’usage des conventions est une suite naturelle de la société civile & des besoins mutuels que les hommes ont les uns des autres, & des différentes choses qu’ils possedent chacun en propre ; c’est ce qui donne lieu aux traités de loüage, de prêt, de vente, d’échange, & à toutes les autres conventions en général.

Toutes personnes capables de contracter peuvent faire des conventions telles qu’ils jugent à-propos, pourvû qu’elles ne soient point contraires aux bonnes mœurs ou à quelque statut prohibitif.

Ce n’est pas seulement entre présens que l’on peut faire des conventions ; elles se peuvent faire entre absens, soit par l’entremise d’un fondé de procuration, ou de quelqu’un se portant fort pour l’absent, ou même par lettres missives.

Celui qui a charge d’un absent, ne peut l’engager au-delà du pouvoir qui lui a été donné.

Si un tiers se porte fort pour l’absent sans avoir charge de lui, l’absent n’est engagé que du jour qu’il a ratifié la convention.

Les tuteurs, curateurs, & autres administrateurs, les chefs des corps politiques & des sociétés particulieres, ne peuvent engager ceux qu’ils représentent au-delà du pouvoir qu’ils ont en leur qualité d’administrateurs.

Toutes les choses qui entrent dans le commerce & tout ce qui peut dépendre de l’industrie ou du fait de quelqu’un, peut faire la matiere des conventions.

On les rapporte communément toutes en Droit à quatre especes principales, savoir, do ut des, facio ut facias, facio ut des, de ut facias ; mais dans notre usage, ces deux dernieres especes sont proprement la même.

Toute convention pour être valable doit avoir une cause légitime, soit que l’engagement soit gratuit ou non de part & d’autre, & que les deux contractans s’obligent réciproquement l’un envers l’autre, ou qu’un seul s’oblige envers l’autre ; ainsi dans l’obligation pour cause de prêt, les deniers prêtés sont la cause de la convention : une donation doit pareillement avoir une cause, comme de récompenser le mérite ou les services du donataire, ou pour l’amitié que le donateur lui porte.

On distinguoit chez les Romains les conventions ou contrats de bonne foi de ceux qu’on appelloit de droit étroit ; mais parmi nous en toutes conventions la bonne-foi est nécessaire, tant envers les contractans qu’envers les tiers qui peuvent se trouver intéressés, & cette bonne-foi doit avoir toute l’étendue que l’équité demande selon la nature de l’engagement.

Il y a des conventions qui tirent leur origine du droit des gens, comme le prêt, le loüage, l’échange, &c. d’autres qui tirent leur origine du droit civil, comme les transactions, cessions, subrogations. Voyez Contrat.

Plusieurs conventions ont un nom qui leur est propre, & forment ce que l’on appelle en Droit des contrats nommés, telles que celles dont on vient de parler, telles encore que la vente, la société, &c. d’autres n’ont point de nom qui leur soit propre, & forment des contrats innommés.

On comprend sous le terme de convention, non seulement le contrat principal qui contient quelque engagement, mais aussi toutes les clauses, charges, conditions, & réserves que l’on peut ajoûter au contrat.

La plûpart des conventions s’accomplissent par le seul consentement mutuel des parties, sans qu’il soit accompagné de tradition de la chose qui fait l’objet de la convention ; il y en a néanmoins qui ne sont parfaites que par la délivrance de la chose, telles que le prêt, & la vente des choses qui se livrent par poids, nombre, & mesure.

Les conventions se forment en quatre manieres suivant la division du Droit, re, verbis, litteris, & solo consensu : par la chose, c’est-à-dire par la tradition d’une chose que l’on prête ou que l’on loüe, ou par paroles ou par écrit, ou par le seul consentement tacite. Voyez Contrat & Quasi-contrat.

Anciennement la bonne foi tenoit lieu d’écrit dans les conventions ; l’écriture même, lorsqu’elle commença à être en usage, ne servoit que de mémoire : on ne signoit point les conventions. Pline s’émerveille de ce que de son tems dans tout l’Orient & l’Egypte on n’usoit point encore de sceaux, on se contentoit de l’écriture seule ; au lieu qu’à Rome chacun marquoit l’écrit de son sceau ou cachet particulier, pour dire qu’il adoptoit ce qui étoit écrit, soit de sa main ou d’une main étrangere.

Quoiqu’on doive admirer la bonne-foi des anciens, il est cependant plus sûr d’écrire & de signer les conventions, parce que la mémoire est infidele, & que l’on évite par-là l’embarras de la preuve.

Les conventions par écrit se font pardevant notaire ou autre officier public, ou sous seing privé : on peut aussi faire des conventions ou contrats en jugement, lesquels engagent les parties comme si elles avoient signé.

Chez les Romains toute convention étoit valable sans écrit, mais dans notre usage cela souffre quelques exceptions : 1°. suivant l’article 54. de l’ordonnance de Moulins, & l’art. 2. du tit. xx. de l’ordonnance de 1667, toute convention pour chose excédante la somme de 100 livres doit être rédigée par écrit, si ce n’est en certains cas exceptés par l’ordonnance : 2°. il y a certaines conventions qui par leur nature doivent être redigées par écrit, & même devant notaire, & avec minute, telles que les contrats de mariage, les prêts sur gage, &c.

Les billets sous signature privée, au porteur, à ordre ou autrement, causés pour valeur en argent, sont nuls, si le corps du billet n’est écrit de la main de celui qui l’a signé, ou du moins si la somme portée au billet n’est reconnue par une approbation écrite en toutes lettres aussi de sa main : on excepte seulement les billets faits par les banquiers, négocians, marchands, manufacturiers, artisans, fermiers, laboureurs, vignerons, manouvriers & autres de pareille qualité, dont la signature suffit pour la validité de leur engagement. Voyez la déclaration du 22 Septembre 1733.

Lorsque la convention se fait devant un officier public, elle n’est parfaite que quand l’acte est achevé en bonne forme, que les parties, les témoins, & l’officier public ont signé : si la signature de celui-ci manquoit, la convention seroit nulle & ne vaudroit même pas comme écriture privée, n’ayant pas été destinée à valoir en cette forme ; ce seroit seulement un commencement de preuve par écrit.

Une convention authentique n’a pas besoin de preuve, à moins qu’il n’y ait inscription de faux contre l’acte. Voy. Faux & Inscription de faux.

Les signatures apposées au bas des conventions sous seing privé, sont sujettes à vérification.

Pour ce qui est des conventions verbales, on en peut faire la preuve tant par titres que par témoins, suivant les regles portées par le titre xx. de l’ordonnance de 1667. Voyez Preuve.

Ce qui se trouve d’obscur dans les conventions doit être à la rigueur interpreté contre celui qui a dû s’expliquer plus clairement : on incline sur-tout en ce cas pour l’obligé, & son engagement doit s’entendre de la maniere qui lui est le plus favorable.

On doit néanmoins tâcher de découvrir quelle a été l’intention des parties, à laquelle il faut toûjours s’arrêter plûtôt qu’à la lettre de l’acte ; ou si l’on ne peut découvrir quelle a été leur intention, on s’en tient à ce qui est de plus vraissemblable suivant l’usage des lieux & les autres circonstances.

Les différentes clauses & conventions d’un acte s’interpretent mutuellement ; on doit voir la suite de l’acte, le rapport qu’une partie avoit avec l’autre, & ce qui résulte du corps entier de l’acte.

L’effet des conventions valables est d’obliger non seulement à ce qui y est exprimé, mais encore à tout ce qui en est une suite naturelle ou fondé sur la loi.

Dans les conventions qui doivent produire un engagement réciproque, l’un ne peut être engagé que l’autre ne le soit pareillement, & la convention doit être exécutée de part & d’autre, de maniere que si l’un refuse de l’exécuter, l’autre peut l’y contraindre ; & en cas d’inexécution de la convention en tout ou partie, il est dû des dommages & intérêts à celui qui souffre de cette inexécution.

Il est permis d’insérer dans les conventions toutes sortes de clauses & conditions, pourvû qu’elles ne soient point contraires aux lois ni aux bonnes mœurs. Ainsi l’on peut déroger à son droit particulier & aux lois qui ne sont pas prohibitives ; mais les particuliers ne peuvent par aucune convention déroger au droit public.

L’évenement de la condition opere l’accomplissement ou la résolution de la convention, suivant l’état des choses & ce qui a été stipulé. Voy. Clause résolutoire & Clause pénale

Les conventions nulles sont celles qui manquant de caracteres essentiels qu’elles devroient avoir, ne produisent aucun effet.

La nullité des conventions peut procéder de plusieurs causes différentes : 1°. de l’incapacité des personnes, comme quand elles n’ont pas la faculté de s’obliger ; 2°. lorsqu’il n’y a point eu de consentement libre ; 3°. lorsqu’il y a eu erreur de fait ; 4°. lorsque l’acte n’est pas revêtu des formalités nécessaires ; 5°. si la chose qui fait l’objet de la convention n’est pas dans le commerce ; 6°. si la convention est contraire au droit public, ou à quelque loi prohibitive, ou aux bonnes mœurs.

Celles qui sont dans cette derniere classe ne sont pas seulement nulles, elles sont illicites ; tellement que ceux qui y ont eu part, peuvent être punis pour les avoir faites.

Il y a des conventions qui ne sont pas nulles de plein droit, mais qui peuvent être annullées ; comme quand il y a eu dol ou lésion. Voyez Nullité, Rescision, Restitution en entier.

Une convention parfaite peut être résolue, soit par un consentement mutuel des parties, ou par quelque clause résolutoire, ou par la voie de la rescision ; & dans tous ces cas, les conventions accessoires, telles que l’hypotheque, les cautionnemens, &c. suivent le sort de la convention principale. Voyez au digeste les titres de pactis & de obligat. & action. & ci-devant au mot Contrat. Voyez aussi Engagement, Obligation.

Convention compromissaire, est celle qui contient un compromis, à l’effet d’en passer par l’avis d’arbitres. Voyez Arbitres & Compromis, & au code, liv. IV. tit. xx. l. 20.

Convention du droit des gens, c’est celle qui tire son origine de ce droit ; c’est la même chose que contrat du droit des gens. Voyez ci-devant au mot Contrat.

Convention expresse, est tout contrat fait soit par écrit ou verbalement, ou par la tradition de quelque chose, à la différence des conventions tacites formées par un consentement, non pas exprès, mais résultant de quelques circonstances qui le font présumer. Voyez ci-devant Quasi-contrat & Contrat tacite

Convention illicite, est celle qui est contre les bonnes mœurs, ou contraire à quelque statut prohibitif négatif.

Convention innommée : on dit plus volontiers contrat innommé. Voyez Contrat.

Convention inutile, en Droit, est celle qui ne doit point avoir son exécution, telles que les conventions faites contre les bonnes mœurs. Voyez au dig. liv. XVI. tit. iij. l. 1. §. 7.

Convention légitime, en Droit, est celle qui est confirmée par quelque loi. Voy. au digeste, l. II. tit. xjv. l. 6. On entend aussi quelquefois par-là une convention qui tire son origine de la loi, c’est à-dire du droit civil ; & en ce sens la convention légitime est opposée à la convention ou contrat du droit des gens.

Convention licite, est toute convention qui n’est ni prohibée par les lois, ni contraire aux bonnes mœurs.

Conventions de mariage, ce sont toutes les clauses que l’on insere dans un contrat de mariage, relatives au mariage ou aux droits que les conjoints doivent avoir sur les biens l’un de l’autre : telles sont les clauses par lesquelles les futurs conjoints promettent de se prendre pour mari & femme ; celles qui concernent la dot de la femme & ses paraphernaux, la communauté de biens, le doüaire ou l’augment de dot, le préciput, les dons de survie, les dettes créées avant le mariage, le remploi des propres aliénés, &c. On peut par contrat de mariage faire telles conventions que l’on juge à-propos, pourvû qu’elles ne soient pas contraires aux bonnes mœurs, ou à quelque statut prohibitif qui régisse les futurs conjoints ou leurs biens.

Conventions matrimoniales : on confond souvent cet objet avec les conventions de mariage. Il y a cependant quelque différence, car l’objet des conventions de mariage est plus étendu : on entend ordinairement par-là toutes les clauses contenues dans le contrat de mariage, telles que celle qui concerne la célébration même du mariage, & autres clauses dont on a parlé dans l’article précédent ; au lieu que par le terme de conventions matrimoniales proprement dites, on n’entend ordinairement autre chose que les avantages stipulés en faveur de la femme par le contrat de mariage. On joint communément le terme de reprises avec celui de conventions matrimoniales. Les reprises sont ce qui appartient à la femme de suo, comme sa dot, ses propres, remplois de propres, &c. Les conventions matrimoniales sont ce qu’elle gagne en vertu du contrat exprès ou tacite, comme sa part de la communauté de biens, son préciput, son doüaire ou son augment de dot, & autres avantages portés par la loi ou par le contrat. La femme a pour ses reprises & conventions matrimoniales hypotheque sur les biens de son mari du jour du contrat ; ou à défaut de contrat écrit, du jour de la célébration du mariage.

Convention naturelle, qu’on appelle aussi convention sans titre, ou simple promesse, ou pacte nud, étoit chez les Romains une maniere de contracter, qui ne produisoit qu’une obligation naturelle sans aucuns effets civils. Cette convention n’étoit fondée ni sur un écrit, ni sur la tradition d’aucune chose ; mais sur le seul consentement des parties, & sur une promesse verbale qui formoit un simple pacte ou pacte nud : qu’il dépendoit de la bonne-foi des parties d’exécuter ou ne pas exécuter, parce qu’il ne produisoit point d’action civile. On ne connoît plus parmi nous cette distinction subtile des contrats d’avec les simples conventions ; toute convention licite produit une action civile pour en demander l’éxécution. Voyez Pacte, & l’hist. de la jurisprud. Rom. de M. Terrasson, part. I. §. 8.

Convention nue, est la même chose que convention naturelle ; elle ne produisoit point d’action, à moins qu’elle ne fût accompagnée de tradition ou de stipulation, ff. liv. II. tit. xjv. l. 45. Voyez ci-dev. Convention naturelle, & Pacte & Stipulation.

Conventions ordinaires, sont tous les contrats qui produisent une obligation civile : on les appelloit ainsi chez les Romains, pour les distinguer des conventions simples ou naturelles. Voyez Contrat.

Convention privée, est toute convention faite entre particuliers, & pour des objets qui les concernent seuls, ou qui ne concernent en général que des particuliers, & non le public. Ces sortes de conventions ne peuvent déroger au droit public ; elles sont opposées à ce que l’on appelle conventions publiques. Voyez l’article suivant, & au 50e. liv. du dig. tit. xvij. l. 45.

Convention publique, est celle qui concerne le public, & qui engage l’état envers une autre nation : tels sont les treves, les suspensions d’armes, les traités de paix & d’alliance. Voyez la loi v. au ff. de pactis, & ci-devant Convention privée.

Convention prohibée, est celle qui est expressément défendue par quelque loi, comme de stipuler des intérêts à un denier plus fort que celui permis par l’ordonnance, de s’avantager entre conjoints.

Conventions royales de Nîmes, est une jurisdiction royale établie dans cette ville par Philippe Auguste en 1272. Ce prince par une convention faite avec des marchands de différentes villes, donna à cette jurisdiction plusieurs priviléges à l’instar de ceux des foires de Champagne & de Brie, & des bourgeoisies royales de Paris ; il accorda entre autres choses à ceux qui étoient soûmis à cette jurisdiction, de poursuivre leurs débiteurs de la même maniere que le faisoient les marchands des foires de Champagne & de Brie, & de ne pouvoir être jugés par aucun autre juge que celui de Nîmes. Philippe de Valois, par des lettres du 19 Août 1345, accordées à la requête des marchands Italiens demeurant à Nîmes, & étant du corps des conventions royales, confirma ces priviléges qui étoient contestés par les bourgeois de la bastide nouvelle de Beauvais, qui prétendoient avoir des priviléges contraires. Ces lettres ne devoient servir que pendant un an. Le juge des conventions a son principal siége à Nîmes ; mais il a des lieutenans dans plusieurs lieux de la sénéchaussée : il est juge cartulaire, ayant scel royal, authentique & rigoureux. Il connoît des exécutions faites en vertu des obligations passées dans sa cour, & il peut faire payer les débiteurs par saisie de corps & de biens ; mais il ne peut connoître d’aucune cause en action réelle ou personnelle, pas même par adresse de lettres royaux, suivant l’ordonnance de Charles VIII. du 28 Déc. 1490.

Convention simple, voyez ci-devant Convention naturelle.

Convention de succéder, est un contrat par lequel on regle l’ordre dans lequel on succédera à un homme encore vivant ; c’est la même chose que ce que l’on appelle succession contractuelle. Voyez Succession contractuelle.

Convention tacite, est celle qui se forme par un consentement non pas exprès, mais seulement présumé, telles que sont les quasi-contrats. Voyez ci-devant au mot Contrat, à la subdivision des quasi-contrats.

Convention verbale, est celle qui est faite par paroles seulement sans aucun écrit. Chez les Romains on distinguoit les conventions qui se formoient par la tradition d’une chose, de celles qui se formoient par paroles seulement. Parmi nous on appelle convention verbale, toute convention expresse faite sans écrit.

Convention usuraire, est celle qui renferme quelque usure au préjudice d’une des parties contractantes. V. Contrat usuraire & Usure. (A)

Convention, (Hist. mod.) nom donné par les Anglois à l’assemblée extraordinaire du parlement, faite sans lettres patentes du roi l’an 1689, après la retraite du roi Jacques II. en France. Le prince & la princesse d’Orange furent appellés pour occuper le trône prétendu vacant, & aussi-tôt la convention fut convertie en parlement par le prince d’Orange. Les Anti-Jacobites se sont efforcés de justifier cette innovation : on a soûtenu contre eux que cette assemblée dans son principe étoit illégitime, & contraire aux lois fondamentales du royaume. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « convention »

Du latin conventio devenu covence au XIIIe siècle, et refait avec une forme savante.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin conventio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç et espagn. convencion ; ital. convenzione ; du latin conventionem, de convenire, convenir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « convention »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
convention kɔ̃vɑ̃sjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « convention »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « convention »

  • La morale est une question soit de convention, soit de prix à payer tout de suite. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • L'applaudissement, c'est une convention. De Guy Bedos / Inconsolable et gai
  • La parole, les mots, la langue sont fixés par une convention et un accord humains. De David Hume
  • Le ciel n'est bleu que par convention, mais rouge en réalité. De Alberto Giacometti
  • Le chic parisien est plus étroit que la convention de la vie de province. De Alfred Capus / Monsieur veut rire
  • La liberté est un mot, une convention qui décrit une réalité abstraite, lointaine, insaisissable. De Andrei Stoiciu / Alors, la tempête...
  • Mieux vaut tard que jamais. La convention signée hier entre Didier Lauga, le préfet du Gard, et Georges Labonne, le président territorial de la Croix Rouge, "est la déclinaison d’un accord national acté en 2014", souligne le représentant de l’État. midilibre.fr, Nîmes : la Croix-Rouge signe une convention sur ses quatre missions de secours - midilibre.fr
  • Une convention de coopération relative à la sécurisation des services routiers de voyageurs a été signée ce mardi. Une première nationale SudOuest.fr, Nouvelle-Aquitaine : une convention pour la sécurité entre la Région et les gendarmes
  • La parole est, finalement, la convention la plus fictive créée pour l’homme, et est sa plus extraordinaire merveille. De Virgilio Ferreira
  • Qu'est-ce que le beau, sinon une convention acceptée par la majorité à un certain moment ? De Federico Zeri
  • Qu'est-ce que la beauté ? Une convention, une monnaie, qui n'a cours qu'en temps et lieu. De Henrik Ibsen / Peer Gynt
  • Il y a à parier que toute idée publique, toute convention reçue, est une sottise, car elle a convenu au plus grand nombre. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • Qu'est-ce que la politesse ? Une convention tacite entre deux hommes, par laquelle chacun dissimule sa vanité au bénéfice de celle de l'autre. De Alphonse Karr
  • Une éloquence et une poésie d'Asiatique, Des états d'âme indescriptible, incalculable. C'est de la poésie comme l'or est un métal précieux : par convention. De Lemaître / Journal de Jules Renard 1893 - 1898
  • Les conventions nous tiennent en prison, comme la puce dans la culotte. De Yuan Hao-Wen
  • L'ordre social ne vient pas de la nature ; il est fondé sur des conventions. De Jean-Jacques Rousseau / Le contrat social
  • La civilisation n'est autre chose que l'acceptation, par les hommes, de conventions communes. De André Maurois / Un art de vivre
  • Le syndicat qui représente l’ensemble de l’offre solaire industrielle et commerciale en France souhaite que les mesures présentées par la convention citoyenne sur le climat soient rapidement appliquées.  SudOuest.fr, Convention citoyenne : la filière solaire demande d’appliquer rapidement les propositions
  • Enfin, le ministre de l'Economie se garde de reprendre à son compte la proposition qui prévoit d'«interdire la construction de nouveaux aéroports et l’extension des aéroports existants» sans y apporter des conditions. Bruno Le Maire a toutefois demandé à ce qu'on «refasse le bilan coûts-avantages du terminal 4 de [l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle]». Le patron de Bercy juge que sa mission n'est pas simplement d'appliquer de manière fidèle les propositions de la Convention. «Le rôle du responsable politique c'est de prendre les propositions qui sont faites par la convention citoyenne (...) et ensuite de regarder dans le détail la mise en œuvre, les conséquences, les coûts», a-t-il déclaré. , Convention climat : les bémols de Bruno Le Maire
  • Au lendemain de la vague écologiste lors du second tour des élections municipales, le président a mis en scène sa volonté de reprendre l’essentiel des propositions avancées par les 150 conventionnels. Le Monde.fr, « Il ne pouvait pas faire moins au lendemain des municipales » : les écologistes sceptiques après les annonces d’Emmanuel Macron

Images d'illustration du mot « convention »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « convention »

Langue Traduction
Anglais convention
Espagnol convención
Italien convenzione
Allemand konvention
Chinois 惯例
Arabe مؤتمر
Portugais convenção
Russe условность
Japonais コンベンション
Basque konbentzio
Corse convenzione
Source : Google Translate API

Synonymes de « convention »

Source : synonymes de convention sur lebonsynonyme.fr
Partager