La langue française

Dessous

Définitions du mot « dessous »

Trésor de la Langue Française informatisé

DESSOUS1, prép. et adv.

I.− Prép., vx
A.− Emploi autonome. Dans une position inférieure à quelque chose. C'est dessous mes pieds, et il montrait le talon de ses bottes (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 194).Il y avait dessous la porte une épaisse barre d'argent (Giono, Regain,1930, p. 89).
B.− [En combinaison avec d'autres prép., dans des loc. prépositives]
1. De dessous + subst.À partir du dessous, de la face inférieure de quelque chose. Une gerbe de boue jaillit de dessous leurs semelles (Courteline, Train 8 h 47,1888, 2epart., 3, p. 125).
2. Par(-)dessous + subst.
a) [Avec un mouvement] En passant sous quelque chose. Il mangeait dur, riait la bouche élargie, allongeait par-dessous la table des coups de genoux à la cousine et au camarade (Zola, Terre,1887, p. 178).
b) [Sans mouvement] Sous quelque chose. Il portait par-dessous la sienne, une chemise que sa maîtresse avait portée (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 235).
Au fig. Par-dessous la jambe. Avec mépris, désinvolture :
1. ...et en avant la musique! Bourniche joua par-dessous la jambe les trois premières mesures de la célèbre romance : zim! boum! boum! Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 59.
II.− Adv. [Correspond à la prép. sous]
A.− Emploi autonome. Plus bas, à un niveau inférieur. Regardant le métro arriver, j'ai failli passer dessous (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 247):
2. Après le dîner, ils se promenaient encore sur le pont, aux étoiles; elle l'entourait de son manteau et ils marchaient ensemble dessous, car il leur était commode pour cela, comme si on l'eût fait exprès. Flaubert, La 1reÉducation sentimentale,1845, p. 178.
Spéc., MAR. Mettre la barre dessous, ou p. ell. dans un commandement : dessous! (Ordre de) mettre la barre du gouvernail sous le vent. Il se précipita vers le gouvernail, mit la barre dessous (Verne, Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 40).
Au fig. Derrière, au-delà des apparences. Cette grande France muette qui est dessous, est depuis longtemps dominée par une petite France, bruyante et remuante (Michelet, Peuple,1846, p. 65).
B.− Emploi dans des loc.
1. Loc. adv.
a) Bras dessus bras dessous. Dans un couple, le bras de l'un sous le bras de l'autre (en signe de sympathie, d'amour). (S'en) aller bras dessus bras dessous (avec qqn). Bras dessus bras dessous, Anne et moi, nous nous mettons en route (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 195).
b) C'en, sens dessus dessous. À l'envers; ce qui était dessus se trouvant dessous et inversement. Après les avoir démâtées, l'on retournait les barques sens dessus dessous (Queffélec, Recteur,1944, p. 126).
P. ext. Dans un très grand désordre. Chez moi tout est c'en dessus dessous (Balzac, Corresp.,1831, p. 623):
3. On criait les journaux au dehors, les résultats de l'élection présidentielle. Cela mit le restaurant sens dessus dessous. Les gens sortirent, un camelot entra. On s'arrachait les feuilles. Poincaré élu! ... Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 234.
Rem. La forme c'en dessus dessous qui est étymol., est rare.
c) Ci-dessous. Cf. ci.
d) En dessous. Sur la face, dans la partie inférieure :
4. Et, dans l'effrayant silence, on entendit monter les chants et les rires des demoiselles Dauvergne, dont le piano faisait rage, heureusement en dessous, étouffant les bruits de lutte. Zola, La Bête humaine,1890, p. 19.
Au fig.
Derrière, au-delà des apparences. La propagande de Vichy qui se développe en dessous (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 538).En dessous main (vx). Secrètement. Cf. en sous main.Mais je veux conserver, en dessous main, mes relations libérales (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 323).
En se dissimulant, sournoisement. Rire, regarder en dessous. Ces modèles de vertu qui font leurs petits coups en dessous (Duhamel, Journ. Salav.,1927, p. 75).Geneviève, elle, souriait en dessous, d'un air félin (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 25).
e) Par en dessous. Par dessous. Ils sont pris par en dessous (Loti, Pêch. Isl.,1886, p. 134).
f) Là-dessous. Sous cet objet ainsi fait ou constitué. Les feuilles mortes couvrant la surface du bassin, là-dessous les poissons ne devaient plus voir clair, les pauvres (Montherl., Démon bien,1937, p. 1240).
Au fig. Derrière cela, caché sous les apparences. Il y avait quelque traîtrise là-dessous (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Coup état, 1882, p. 182).
g) Par(-)dessous
[Avec un mouvement] En passant par le dessous, par la partie inférieure. Soulevant sa cotte d'armes, le percèrent [le duc de Bourgogne] par dessous d'un coup d'épée dans le corps (Barante, Hist. ducs de Bourg., t. 4, 1824, p. 266).
[Sans mouvement] Cuisses grosses mais fuselées, Tendres et fermes par dessous (Verlaine, Odes en son honn.,1893, p. 20).
2. Loc. prépositive. En dessous de
a) Sur la face, dans la partie inférieure de quelque chose. Des corbeilles de tulipes s'irradient en dessous d'une petite maison de rentier soigneux et propre (Huysmans, Art mod.,1883, p. 224).
b) [Par rapport à une norme, une limite] Inférieur à. L'héritage en dessous de vingt hectares, était de quatre-vingts pour cent (Zola, Terre,1887, p. 153).
Rem. L'hésitation est grande entre en + dessous (de) et au-dessous (de) (cf. dessous2) à tel point que la lang. usuelle substitue l'un à l'autre.
Prononc. et Orth. : [d(ə)su]. [ss] double n'est qu'une convention pour marquer qu'il s'agit d'une sourde entre voyelles. Il faut faire attention à ce que cette graph. n'altère pas le timbre de [ə] muet précédent (cf. Mart. Comment prononce 1913, p. 320; Nyrop Phonét. 1951, § 209 et des-, dé-). On ne fait pas la liaison entre dessous et un mot suiv. (cf. Fouché Prononc. 1959, p. 462). Les mêmes rem. valent pour dessus. Admis ds Ac. 1694-1932. Noter que au-dessous/au-dessus, par-dessous/par-dessus, ci-dessous/ ci-dessus, là-dessous/là-dessus, en-dessus s'écrivent avec un trait d'union alors que en dessous, par en dessous, de dessous/de dessus s'écrivent sans. Littré fait à ce sujet la rem. suiv. : ,,Pourquoi par derrière sans trait d'union et par-dessus, par-dessous avec un trait d'union? Le tiret ne peut se justifier, excepté dans les cas où par-dessus forme le nom d'un objet unique : un par-dessus de viole``. Étymol. et Hist. A. Prép. 1. Fin xes. desoz « sous, en bas » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 18); 2. ca 1100 loc. prép. dedesuz (Roland, éd. J. Bédier, 2081); 3. ca 1150 par desoz (Charroi de Nîmes, éd. D. Mac Millan, 135). B. Adv. 1. Ca 1100 desuz (Roland, éd. J. Bédier, 1356); 2. ca 1160 par desoz (Eneas, éd. J. Salverda de Grave, 448); 3. 1174-87 la desoz (Chr. de Troyes, Perceval, éd. F. Lecoy, 5340); 4. 1746 regards en dessous (La Morlière, Angola, éd. 1879, p. 66 ds IGLF). C. Loc. adv. formée à partir de dessous2subst. 1205-50 ce desouz deseure (Renard, éd. E. Martin, branche XXII, 1989); xves. sen dessus dessouz (Ch. d'Orléans, Rondeaux, CXCVIII, 5, éd. P. Champion, Poésies, t. 2, p. 404); xvies. sans dessus dessoulz (Amyot, Sol., 23 ds Littré, s.v. sens). Du b. lat. desubtus composé de la prép. de et de l'adv. subtus « en dessous » peut-être sur le modèle de l'expr. plus anc. de super et attesté dep. le ives. comme prép. puis comme adv. (TLL s.v., 775-776; Hamp ds Archiv für lateinische Lexicographie, t. 5, p. 360). Bbg. Delbouille (M.). Note pour l'hist. des couples fr. soz-desoz... In : [Mél. Rheinfelder (H.)]. Munich, 1963, pp. 78-86. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 242, 406. − Lausberg (H.). Rom. Forsch. 1965, t. 77, p. 233. − Quem. 2es. t. 3, 1972. − Rog. 1965, p. 127. − Tournemille (J.). Au jardin des loc. fr. Vie Lang. 1955, pp. 482-484. − Wagner (R.-L.). B. Soc. Ling. 1964, t. 59, no2, pp. 103-104.

DESSOUS2, subst. masc.

A.− Au sing.
1.
a) Partie inférieure de quelque chose. Le silence occupait le dessous du bois (Alain, Propos,1921, p. 262):
1. ... tout en changeant de robe, en me donnant à voir sa gorge et la tache du dessous de son aisselle, avec le sans-souci des actrices pour cette exhibition, elle me remercie chaudement, chaudement, de lui avoir donné son rôle. Goncourt, Journal,1889, p. 918.
b) En partic.
ARCHIT. Étage immédiatement inférieur. Les gens du dessous sont bruyants (Rob.).
Dans un théâtre, chacun des étages superposés sous la scène et destinés à entreposer les accessoires et à manœuvrer les décors. Premier, troisième dessous. L'infortunée cantatrice était tombée dans les dessous et s'était cassé le bras (Jacob, Cornet dés,1923, p. 107):
2. Le troisième-dessous est la dernière cave pratiquée sous les planches de l'Opéra, pour en recéler les machines, les machinistes, la rampe, les apparitions, les diables bleus que vomit l'enfer, etc. Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes,1847, p. 525.
Au fig. Troisième... trente-sixième dessous. Le niveau le plus profond, le plus secret. Les choses inexprimables par lettres (...) − ce que j'appelle le quatrième dessous de tout (Barb. d'Aurev., Mémor. 3,1856, p. 29).Dans le dernier dessous de leur cœur (Romains, Hommes b. vol., Verdun, 1938, p. 136).Péj. L'échec le plus complet; la misère, la détresse la plus grande. Sombrer, tomber dans le trente-sixième dessous. Tu t'enfonces dans le troisième dessous du théâtre social (Balzac, Muse départ.,1844, p. 199).Le thérapeute s'effondre dans le sixième dessous (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1901, p. 389).
MUS., vx. Basse harmonique. L'autre [musicien] improvisait à côté de lui une variation, un accompagnement, un dessous (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 331).Alléger les dessous de l'harmonie (Gevaert, Orchestr.,1885, p. 16).
PEINT. Première couche de peinture sur une toile. Les peintres n'avaient pas étudié l'art des dessous et des glacis (Mauclair, Maîtres impressionn.,1904, p. 229).
2. P. ext. L'envers, le revers. Son célèbre uniforme vert (...) rehaussé par le dessous blanc de sa culotte de casimir (Balzac, Tén. affaire,1841, p. 257).
Au fig.
a) Ce qui est caché, secret. Cf. le derrière.Je connais un peu mieux que vous le dessous des familles (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1532).
Le dessous des cartes. La face cachée des choses. [Les] Parigots (...) avaient vite éventé la mèche et deviné le dessous des cartes (Courteline, Train 8 h 47,1888, 1repart., 2, p. 25).
Un dessous de table. Somme d'argent que l'on donne secrètement à un vendeur pour obtenir ses bons offices. Que certaines personnes volontiers disposées à verser « un dessous de table » ne puissent recevoir plus que leur ration (L'Œuvre,12 juin 1941).
b) Avoir le dessous. Être terrassé, vaincu dans un combat physique, intellectuel. Il devait avoir le dessous dans un corps-à-corps avec Larsan (G. Leroux, Parfum,1908, p. 100).
3. P. méton. Objet destiné à être placé sous un autre. Dessous de plat; dessous de robe; dessous de bouteille. De quoi s'offrir un dessous de lampe (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p. 17).Dessous de bras. Coussinet imperméable placé sous l'aisselle pour protéger un vêtement de la sueur. Elle [la sœur de Luce] a eu le toupet, cette saloperie, de me repasser un vieux corsage qui n'avait plus de dessous de bras (Colette, Cl. Paris,1901, p. 170).
Rem. On peut trouver ces syntagmes avec un trait d'union. Dans ce cas ils sont autonomes et on les considère comme des noms composés. Dans les pantalons pour cheval, les dessous-de-pied sont en étoffe pareille (L'observateur des modes, no6, 31 mai 1820, p. 96).
4. [En combinaison avec d'autres prép. dans des loc.]
a) Loc. adjective. De dessous. Qui se trouve dessous. Son vêtement de dessous (Delécluze, Journal,1826, p. 343).
b) Loc. adv. Au-dessous. Plus bas, à un niveau inférieur. Au-dessous, il y avait un hangar (Zola, Germinal,1885, p. 1451).
Spéc. Plus au sud. Nous aurions pu trouver sa rivière par les 42 degrés ou au-dessous (Voy. La Pérouse,t. 1, 1797, p. 139).
c) Loc. prépositive. Au(-)dessous de.
Plus bas que. Au-dessous de la dernière ligne il signa : Javert (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 588).Au-dessous d'eux, avançait patiemment l'ombre portée de l'avion (Malraux, Espoir,1937, p. 618).
Au sud de. Les riches et vastes perspectives que nous avions admirés au dessous de Bordeaux (Dusaulx, Voy. Barège,t. 1, 1796, p. 56).
[P. rapp. à un terme, à une limite] Inférieur à. Le thermomètre du dehors marquait dix-huit au-dessous de glace (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Auberge, 1886, p. 1077).Le blé au-dessous de seize francs, le blé vendu à perte (Zola, Terre,1887, p. 474).Le décret qui incorporait tous les hommes au-dessous de quarante ans (Zola, Débâcle,1892, p. 592).
Au fig. Je sais assez que l'homme est au-dessous de la musique (Alain, Beaux-arts,1920, p. 148):
3. ... après avoir fort bien défini l'« impressionnisme » des rois en exil, il se dit qu'après tout ce n'est là qu'une « forme inférieure de l'art » et met tranquillement le chef-d'œuvre d'Alphonse Daudet au-dessous de Manon Lescaut et de Gil Blas, qui pourtant ne sont encore que des œuvres secondaires ». Lemaitre, Les Contemporains,1885, p. 230.
(Être) au-dessous de tout. Nul, sans valeur. Mes notes ont été au-dessous de tout et vraiment morbides (Alain-Fournier, Corresp.[avec J. Rivière], 1906, p. 177).
B.− Au plur.
1. Sous-vêtements féminins. Pitoyables anatomies; je devine leur peau blanchâtre sous la rayonne de leurs dessous (Butor, Passage Milan,1954, p. 215).
2. Choses cachées, dissimulées. Pourquoi initiez-vous le public aux dessous de votre œuvre? (Flaub., Corresp.,1880, p. 368).L'art, dont il pénétrait si nettement les dessous, lui semblait proche et facile (Martin du G., Devenir,1909, p. 84).
Rem. Le processus de substantivation reste aisément perceptible entre la prép., l'adv. et le subst. Seule la clarté de la présentation justifie le dégroupement en deux entrées.
Prononc. et Orth. Cf. dessous1. Étymol. et Hist. 1. a) Dans la loc. adv. au dessous ca 1165 al desoz (B. de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 19558); b) dans la loc. prép. au dessous de 1530 au dessoulz de (Palsgr.); 2. a) ca 1393 « partie inférieure de quelque chose, ce qui est le plus bas » (Ménagier, éd. Sté Bibliophiles fr., t. 2, p. 209); b) xves. « vêtement qui est sous un autre » (G. Coquillart, Monologue, éd. M. J. Freeman ds Œuvres, p. 278); c) 1662 « côté caché des cartes », p. métaph. « ce que l'on ne veut pas dire, ce que l'on cache d'une affaire » (Pascal, Pensées, éd. L. Lafuma, papiers non classés, série II, § 418-233, p. 551). Substantivation de dessous1*. Fréq. abs. littér. : 2 608. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 503, b) 4 445; xxes. : a) 4 028, b) 3 297. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 293.

Wiktionnaire

Adverbe

dessous \də.su\adverbe de lieu

  1. Dans la partie, à la face inférieure.
    • Devant chaque porte se trouvait une botte de paille, pour empêcher le froid de passer dessous. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • On le cherchait sur le lit, il était dessous.

Nom commun

dessous \də.su\ masculin

  1. Partie, face inférieure d’une chose.
    • Le dessous d’une boîte, d’un plateau.
    • Le dessous de la queue et du croupion est roux clair. — (Louis Ternier, Les canards sauvages et leurs congénères: Leurs migrations, leur description, et leur chasse de jour et de nuit, devant soi, en bateaux, à la hutte et au gabion, 1922)
  2. (Peinture) Premier travail de l’artiste, l’ensemble des touches préparatoires qu’un travail ultérieur recouvrira plus ou moins.
  3. Quelque chose de secret, de caché dont il faut se défier.
    • Le dessous des cartes.
    • Les dessous d’un théâtre, étages disposés sous la scène pour la machination.
  4. (Habillement) Sous-vêtement féminin.
    • Cette femme a des dessous élégants.
  5. (Figuré) Désavantage dans un combat, dans une lutte, dans un débat quelconque.
    • Les ennemis eurent le dessous.
    • Il aime la discussion quoiqu’il y ait presque toujours le dessous.
  6. (Figuré) La partie cachée d’un évènement.
    • Les dessous d’une affaire.
  7. Étage ou pièces inférieurs.
    • Cette fois, les praticables s’effondraient en se tordant, les dessous flambaient pour tout de bon. — (Jules Verne, P’tit Bonhomme, ch. 6, J. Hetzel et Cie, Paris, Illustrations par Léon Benett, 1891)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DESSOUS. (DE se prononce DE et non DÉ.) adv. de lieu
. Dans la partie, à la face inférieure. On le cherchait sur le lit, il était dessous. Mettre une chose sens dessus dessous. Voyez DESSUS. Il entre en composition dans les locutions adverbiales :

LÀ-DESSOUS, Sous cela. Il y a quelque piège là-dessous.

CI-DESSOUS, Plus bas dans la page. Comme on le verra ci-dessous. Voyez ci-dessous.

PAR-DESSOUS, Par le côté qui est en dessous. Prenez-le par-dessous. Passez par-dessous.

EN DESSOUS. Du côté de dessous, vers ou dans la partie de dessous. Un pain tout brûlé en dessous. Ces clous sont rivés en dessous. Passer, se mettre en dessous. Un vêtement qui se porte en dessous. Fam., Regarder en dessous, Regarder obliquement, en baissant les yeux. On dit aussi Avoir le regard, la mine en dessous, en parlant d'une Personne sournoise, cafarde, qui regarde habituellement de cette manière. On dit encore figurément Être en dessous. C'est un homme en dessous.

DESSOUS est aussi quelquefois préposition et signifie À la partie, à la face inférieure d'une chose. Cherchez dessous la table. Dans cet emploi il figure plus souvent dans des locutions prépositives. Il se vantait de faire sortir une armée de dessous terre. Prendre quelqu'un par-dessous le bras. Fig. et fam., Par-dessous jambe, par-dessous la jambe, Sans se donner de peine. Cet élève fait ses devoirs par-dessous la jambe. Il est très souvent nom masculin et signifie La partie, la face inférieure d'une chose. Le dessous d'une boîte, d'un plateau. Il désigne, en termes de Peinture, le Premier travail de l'artiste, l'ensemble des touches préparatoires qu'un travail ultérieur recouvrira plus ou moins. Le dessous des cartes, La face où sont imprimés les signes et les figures. Fig. et fam., Voir, savoir le dessous des cartes, Apercevoir, connaître les ressorts secrets d'une affaire, d'une intrigue. Il a fini par découvrir le dessous des cartes. On dit de même Il y a dans cette affaire un dessous de cartes, ou absolument un dessous, c'est-à-dire Quelque chose de secret, de caché dont il faut se défier. Fig. et fam., Les dessous se dit des Parties du costume féminin qui sont sous la robe. Cette femme a des dessous élégants. On dit aussi Les vêtements de dessous. Les dessous d'un théâtre, Étages disposés sous la scène pour la machination. Fig. et fam., Être dans le troisième dessous, Être très bas dans ses affaires. Il signifie au figuré Désavantage dans un combat, dans une lutte, dans un débat quelconque. Les ennemis eurent le dessous. Leur faction eut le dessous. Il aime la discussion quoiqu'il y ait presque toujours le dessous.

AU-DESSOUS DE, loc. prép. Plus bas que. Ce village est au-dessous de Paris, par rapport au cours de la Seine. Être assis au-dessous de quelqu'un. Être logé au-dessous de quelqu'un. Au-dessous du genou, du sein. Sa taille est fort au-dessous de la taille ordinaire. Le thermomètre est au-dessous de zéro. Fig., Être au-dessous de sa place, N'être pas en état de la bien remplir. On dit au contraire, Cet emploi est au-dessous de lui, Cet emploi n'est pas digne de lui.

AU-DESSOUS DE s'emploie encore figurément pour exprimer Toute espèce d'infériorité, de subordination. Dans la hiérarchie militaire, le général de brigade est au-dessous du général de division. Il est fort au-dessous d'un tel en mérite, en qualité, en richesse. Il est resté bien au-dessous de son concurrent. Je mets cet écrivain au-dessous de tel autre. Cela est au-dessous du médiocre. Cela est au-dessous de l'idée que je m'en faisais. Il se dit particulièrement pour marquer une Infériorité de nombre, de durée, de valeur, etc. On enrôla tous les hommes au-dessous de cinquante ans. Toute somme au-dessous de mille francs. Vendre une chose au-dessous de sa valeur. Au-dessous du cours, du taux, du prix ordinaire. Fam., Être au-dessous de tout, N'avoir aucune valeur. Ce roman est au-dessous de tout.

Littré (1872-1877)

DESSOUS (de-sou ; l's se lie : de-sou-z et dessus ; au contraire, Chifflet, Gramm. p. 216, XVIIe siècle, remarque que l's ne se prononce pas, même devant une voyelle) adv.
  • 1Il marque qu'une chose est sous une autre. J'ai cherché sur la table et il était dessous. J'ai crainte ici dessous de quelque manigance, Molière, l'Étour. I, 4. Ce bloc enfariné ne me dit rien qui vaille, S'écria-t-il de loin au général des chats ; Je soupçonne dessous encor quelque machine, La Fontaine, Fabl. III, 18.

    Mettre dessous, renverser dans une lutte. Il tâcha de me mettre dessous, Fénelon, Tél. V.

    Terme de jeu de paume. Mettre dessous, lancer une balle assez bas pour qu'elle ne soit arrêtée ni par la corde, ni par le filet.

    Terme de marine. La barre dessous ! dessous toute ! ordre au timonier de placer la barre du gouvernail tout à fait sous le vent.

    Sens dessus dessous, voy. cette locution à SENS.

  • 2Là-dessous, adv. Sous cela. Mettez ce paquet là-dessous.

    Fig. Il y a quelque piége là-dessous. Bon ! bon ! quelque chose là-dessous ; que pourrait-ce être ? Dancourt, Gal. jardin. sc. 1.

  • 3Ci-dessous, adv. Sous le lieu où l'on est. Ci-dessous gît un tel.

    Ciaprès. La note ci-dessous explique la chose. Vous trouverez ci-dessous les propres termes de l'auteur.

  • 4 S. m. La partie, le côté, l'endroit qui est sous le dessus. Le dessous d'une table, d'une étoffe. Il t'importera peu que le monde s'en joue, Et t'offre de la roue Ou le dessus ou le dessous, Corneille, Imit. II, 1.

    Les dessous d'un théâtre, les étages à planches mobiles qui sont au-dessous de la scène. Il y a jusqu'à trois de ces étages qu'on nomme le premier, le second et le troisième dessous.

    Fig. Être enfoncé dans le troisième dessous, être très mal dans ses affaires, être le plus bas possible.

    Terme d'eaux et forêts. Les dessous, nom donné aux branchages inférieurs et buissons qui se trouvent dans les bois.

  • 5Le dessous des cartes, la partie des cartes que l'on tient en dessous, c'est-à-dire qu'on ne laisse pas voir à l'adversaire.

    Fig. Le dessous des cartes, les ressorts secrets d'une intrigue, d'une affaire. N'y a-t-il point moyen de voir le dessous du jeu ? Pascal, Pensées, X, 1, éd. Lahure, 1860. L'on voit clair quand on voit le dessous des cartes, Sévigné, 202. Je crois que vous m'aimez ; c'est assurément le dessous de vos cartes, comme la véritable tendresse que j'ai pour vous est le dessous des miennes, Sévigné, Lett. 5 août 1675. Les gazettes dirent que leur vaisseau [des philosophes qui étaient allés faire des observations sous le cercle polaire] échoua aux côtes de Bosnie, et qu'ils eurent bien de la peine à se sauver ; mais on ne sait jamais dans ce monde le dessous des cartes, Voltaire, Micromégas, 4.

    On dit aussi le dessous de cartes. Une de nos folies a été de souhaiter de découvrir tous les dessous de cartes de toutes les choses que nous croyons voir et que nous ne voyons point…, Sévigné, 197.

    Absolument. Un dessous, quelque chose de caché dont il faut se défier.

  • 6Avoir le dessous, avoir le désavantage dans un combat, dans une discussion. Soit que Rome y succombe ou qu'Albe ait le dessous, Corneille, Hor. I, 3. Est-il possible que toujours j'aurai du dessous avec elle ? Molière, G. Dandin, II, 13. Nous avons toujours du dessus et du dessous, de plus habiles et de moins habiles, de plus élevés et de plus misérables, pour abaisser notre orgueil et relever notre abjection, Pascal, Pensées. Monval m'a conté une affaire vive à la Caldiera ; les nôtres auraient eu du dessous, Courier, Lett. II, 87.
  • 7En dessous, loc. adv. Dans le dessous, dans la partie qui est dessous. Un pain brûlé en dessous.

    Fig. Regarder en dessous, regarder sans lever les yeux. D'abord ils [les noirs] ne savent qu'en dire [des marionnettes] ; Ils se regardent en dessous, Béranger, Nègres. Son regard en dessous observait tout avec une ombrageuse attention, Marmontel, Mém. IV.

    Être en dessous, être morne et dissimulé. Il a l'air en dessous, il a l'air dissimulé.

  • 8Par-dessous, loc. adv. Par le côté qui est dessous. Il le prit par-dessous.

    Par-dessous, prép. Par-dessous ses vêtements. Passer par-dessous la barrière.

    Fig. et familièrement. Par-dessous la jambe, avec promptitude et facilité. Il fait cela par-dessous la jambe.

  • 9Au-dessous, loc. adv. Plus bas. Notre village est situé près du pont ; le vôtre est bien au-dessous. La citadelle est sur la colline ; la ville s'étend au-dessous.

    Fig. Être au-dessous, être inférieur. Jamais il [Racine] n'ira plus loin qu'Andromaque ; Bajazet est au-dessous, au sentiment de bien des gens et au mien, si j'ose me citer, Sévigné, 126.

    Au-dessous de, loc. prép. L'eau ne nous venait qu'audessous du genou. Être logé au-dessous de quelqu'un. Le thermomètre est au-dessous de zéro.

    Terme de marine. Être au-dessous du vent d'un vaisseau, être placé de manière que ce vaisseau reçoit le vent le premier.

    Par extension. Il marque l'infériorité par rapport à un terme. On enrôla tous les hommes au-dessous de cinquante ans. Une somme au-dessous de mille francs. Vendre au-dessous du cours. Les enfants de l'âge de deux ans et au-dessous.

    Fig. Être au-dessous de sa place, n'être pas en état de la remplir. Cet emploi est au-dessous de lui, cet homme est capable et digne d'occuper un poste plus élevé. Je n'ignore pas qu'à cause de votre noblesse vous me tenez fort au-dessous de vous, Molière, Georges Dandin, II, 3. Le Mercure Galant est immédiatement au-dessous du rien ; il y a bien d'autres ouvrages qui lui ressemblent, La Bruyère, I. La faveur met l'homme au-dessus de ses égaux, et sa chute au-dessous, La Bruyère, VIII.

  • 10De dessous, loc. adv. Vêtement de dessous, vêtement qui se porte ordinairement sous d'autres.

    De dessous, loc. prép. exprimant que l'on tire de quelque chose qui est dessus. Vous ne trouverez pas bon qu'une magicienne fasse sortir une armée de dessous terre, Montesquieu, Lett. pers. 137. Hommes noirs, d'où sortezvous ? Nous sortons de dessous terre, Béranger, Jés.

    Voy. aussi AU-DESSOUS, à son rang alphabétique.

REMARQUE

Dans la première partie du XVIIe siècle, dessous a été employé couramment comme préposition : Ce sera dessous cette égide Qu'invincible de de tous côtés…, Malherbe, III, 2. Si dessous sa valeur ce grand guerrier s'abat, Corneille, Cid, II, 5. Et que dessous les cieux Auprès de mon honneur rien ne m'est précieux, Corneille, ib. V, 1. Je le tiendrai longtemps dessous votre fenêtre, Corneille, Ment. II, 1. Rome est dessous vos lois par le droit de la guerre, Corneille, Cinna, II, 1. Ou qu'enfin s'il tombait dessous votre puissance, Corneille, Pomp. III, 2. Malheureux que je suis d'avoir dessous ce masque Été, sans y penser, te faire cette frasque ! Molière, l'Étour. III, 12. Je sais qu'il est rangé dessous les lois d'un autre, Molière, Dép. amour. II, 3. Le lièvre était gîté dessous un maître chou, La Fontaine, Fabl. IV, 4. Ses sacriléges mains Dessous un même joug rangent tous les humains, Racine, Alex. II, 11. Il est fâcheux que les puristes du XVIIe siècle aient voulu, sans aucune raison grammaticale ni étymologique, ôter à dessous le rôle de préposition ; il en résulte que de beaux passages de nos classiques nous paraissent ou archaïques ou fautifs. Aujourd'hui la règle s'est établie, et ce serait une faute d'employer dessous comme préposition. Cependant V. Hugo a essayé de faire revivre l'ancien usage : [Ils] Poursuivent un œil noir dessous la jalousie à travers l'éventail, Hugo, F. d'aut. 28.

HISTORIQUE

XIe s. Desuz un pin, delez un eglantier, Ch. de Rol. VIII. Lur [leurs] chevalz [ils] laissent de desuz un olive, ib. CXCI.

XIIe s. Dessus mes piez charront [ils tomberont sous mes pieds], Rois, p. 209. Desoz un pin, Ronc. p. 6. Au pié d'un mont par desoz un lorier, ib. p. 49. [Je] N'en donroie le desir Pour tout l'avoir desouz ciel, Couci, XI. Adonc m'est vis que jel sente [le vent] Par desoux mon manteau gris, Dame de Faiel, dans Couci. As prez desoz Golane se viennent hebergier, Sax. VI.

XIIIe s. Il se sont arestés desouz un olivier, Berte, XI. La dame fut au bois desous un arbre assise, ib. XX. Quant la seconde esciele [bataillon] des Espaignois vit au dessous sa partie, si se ferirent entre aus [eux] isnelement, Chron. de Rains, p. 76. Si en fu moult dolans et envoya maintenant un legat en France et un en Engleterre et un en Alemaigne et par toutes les terres de sous la loi de Rome, ib. 33. On doit miex croire le tesmognage de l'apostoles que le par desous [le témoignage de l'inférieur], Beaumanoir, XVIII, 13.

XIVe s. Et de telles ars et doctrines aucunes sont dessoubz une autre ; si comme art de faire frains est dessoubz art de chevaucher, Oresme, Eth. 11.

XVe s. Et d'autre part il voyoit bien que il ne pourroit mauvaisement mettre au dessous le grand royaume de France, Froissart, I, I, 62. La comté d'Evreux estoit revenue aux enfans du roi de Navarre qui estoient dessous age et au gouvernement du roi Charles de France, leur oncle, Froissart, II, II, 19. Et aussi quant Picars les trouvoient à leur dessoubz, ils leur faisoient assez de peines, Fenin, 1411. Messire Enguerrant, très bien accompaigné, le tenant par dessoubz le bras, tout à genouillons le presenta au roy, Jeh. de Saintré, ch. 32. Toutesfois estans Venitiens presque au dessous, au moins ayant le pire et fort ruinez d'argent…, Commines, VII, 2.

XVIe s. J'entreprends de marcher sus l'herbe des prez, sans que elle flechisse dessoubs moy, Rabelais, Pant. II, 24. Osté qu'il sera [ce masque], nous ne trouverons au dessous que…, Montaigne, I, 90. Il se coucha dessoubs un arbre, Montaigne, I, 341. Il luy mettoit sa trompe dans le sein, par dessoubs son collet, Montaigne, II, 185. Aegeus luy laissa une espée et des souliers, lesquelz il cacha dessoubs une grosse pierre, Amyot, Thésée, 4. Theseus soubleva facilement la pierre, et print ce qui estoit dessoubs, Amyot, ib. 6. Elle trahit dessoubs ceste esperance Le roi son pere avec sa demourance, Amyot, Rom. 26. Le dessus du bourbier estoit crousté ; mais le dessoubs enfondroit, Amyot, ib. 27. … Ou sous le frais d'un antre, ou dessous la froideur D'un chesne dont les bras s'opposent à l'ardeur, Ronsard, 814. L'air retentit dessous le cri des meres, Ronsard, 968.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DESSOUS. Ajoutez :
11Le dessous, en termes de peinture, épaisseur donnée aux couleurs. La musique de M. Mermet nous a paru, comme disent les peintres, manquer de dessous ; c'est de la musique un peu mince et pas assez empâtée, E. Gautier, Journ. offic. 19 avr. 1876, p. 2807, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dessous »

Du latin desubtus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Des… préfixe, pour dé… avec une s de prononciation, et sous ; bourguig. deso ; Berry, dessour ; picard, dezous, edzous ; provenç. desotz, desostz ; ital. disotto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dessous »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dessous dœsu

Évolution historique de l’usage du mot « dessous »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dessous »

  • Le bambou existe au-dessus et en dessous de son noeud. De Koan zen
  • Souvent il n'y a rien dessus, tout est dessous. Cherchez ! De Paracelse
  • Tirer vanité de son rang, c'est avertir qu'on est au-dessous. De Marie Leszcynska
  • Comme les dessous intimes, l’art est froissable et se salit rapidement. De Roland Topor / Journal in Time
  • Lorsque notre haine est trop vive, elle nous met au-dessous de ceux que nous haïssons. De François de La Rochefoucauld
  • Le poète, pour représenter l’univers visible, est bien en dessous du peintre, et pour l’univers invisible, il est bien en dessous du musicien. De Léonard de Vinci
  • Je ne suis juif qu'en dessous de la ceinture !
  • En dessous de la poussière du temps, je suis toujours neuf. De Patricia Vallier
  • On juge de la vertu d'une femme à ses dessous. De Emile Bayard
  • Il n’y a pas de sagesse au-dessous de la ceinture. De Edward Matthew Hale
  • Celui qui excelle à employer les hommes se met au-dessous d'eux. De Lao-Tseu
  • Au-dessous du nombril, il n'y a ni religion ni vérité. De Proverbe italien
  • Une femme du monde est quelqu'un qui ne montre jamais involontairement ses dessous. De Tony Mayer
  • Une vraie dame est celle qui ne montre jamais ses dessous de façon non délibérée. De Lilian Day
  • Le bonheur est en soi, chez soi, autour de soi, et au-dessous de soi. De Henri Estienne

Images d'illustration du mot « dessous »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dessous »

Langue Traduction
Anglais below
Espagnol abajo
Italien sotto
Allemand unten
Chinois 下面
Arabe أدناه
Portugais abaixo
Russe ниже
Japonais 未満
Basque behean
Corse quì sottu
Source : Google Translate API

Synonymes de « dessous »

Source : synonymes de dessous sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dessous »

Dessous

Retour au sommaire ➦

Partager