Rançon : définition de rançon


Rançon : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RANÇON, subst. fém.

A. −
1. Somme d'argent, valeur que l'on exige contre la remise en liberté d'une personne retenue captive. Acquitter sa rançon. Ce Nérestan, qui apporte la rançon de ses frères d'armes, au moment où on ne l'attendoit plus, et se vient rendre prisonnier, parce qu'il ne se peut racheter lui-même (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 364):
1. ... à la première bataille, le comte tomba en embuscade et fut pris par les infidèles, qui le traitèrent misérablement. Et le Soudan exigea pour sa rançon une somme si considérable, qu'on l'aurait à peine réalisée en mettant à sec les trésors de trois quartiers juifs. Murger, Nuits hiver, 1861, p. 236.
Vieilli. ,,C'est la rançon d'un roi, somme qui paraît excessive. Il donne cent mille écus de dot à sa fille; c'est la rançon d'un roi`` (Ac. 1835, 1878).
Á rançon (vieilli).Mettre, prendre, recevoir qqn à rançon. On fit grâce à Jean de Menou, et comme il était riche et chevalier, on le mit à rançon (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 3, 1821-24, p. 417).C'était l'habitude des vainqueurs de tuer dans les déroutes tout ce qui ne valait pas la peine d'être pris à rançon (A. France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. xlix).
SYNT. Bonne, exorbitante, forte, grosse, lourde, riche rançon; acquitter, fixer, imposer, offrir, promettre, verser une rançon; payer (une) (la) rançon (de qqn); envoyer une somme d'argent pour rançon; rendre qqn contre, moyennant rançon; renvoyer qqn libre et sans rançon.
2. Somme d'argent exigée en contre-partie de quelque chose dont on s'est emparé. Le misérable (...) s'est emparé, pour pouvoir en faire une rançon, des lettres que Mesdames de Sérisy et de Maufrigneuse ont écrites à ce Lucien Chardon, sa créature (Balzac, Splend. et mis., 1847, p. 597).
Rançon de guerre. Les puissances de création d'un Pasteur, dont les seules découvertes ont suffi à combler la rançon de guerre de cinq milliards (Rolland, J.-Chr., Maison, 1909, p. 989).
MAR. Somme d'argent, moyennant laquelle un corsaire relâchait un bâtiment marchand ennemi qu'il avait capturé. (Dict. xixeet xxes.).
P. ext. Somme d'argent ou objets de valeur pris à une personne de force ou sous la menace. Des bandits, embusqués près de chaque buisson, Arrêtaient le passant pour en tirer rançon (Banville, Exilés, 1874, p. 31).
B. − Au fig.
1. Désagrément, inconvénient qui semble être le prix d'un avantage, d'un plaisir. Synon. contre-partie, prix, tribut.La rançon de la gloire, des honneurs, du plaisir, du progrès. On est fâché d'être obligé de dire que Mmede Gisors, en vieillissant, paya par de l'aigreur et du fanatisme la rançon de sa vertu (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 11, 1868, p. 234):
2. ... toutes ces faiblesses et ces tares d'un grand homme sont la rançon, non seulement des circonstances et du milieu qui l'oppressent, mais de son génie; car le don du ciel n'est pas léger, qui charge du faix d'un génie les épaules d'un pauvre bougre, comme nous sommes tous, à la fois fier et effaré de le porter. Rolland, Beethoven, t. 1, 1937, p. 56.
En rançon de.Sans doute quelque catastrophe m'attend-elle à Paris, en rançon de tout ce bonheur (Gide, Journal, 1930, p. 1012).
2. RELIG. CHRÉT. Rachat, rédemption. La rançon d'une faute. Agenouillé dans sa cellule devant le simulacre de ce bois salutaire où fut suspendue, comme dans une balance, la rançon du monde (A. France, Thaïs, 1890, p. 15).Acceptez la souffrance qu'elle vous cause comme une rançon du péché commis, jadis, par d'autres (La Varende, Dern. fête, 1953, p. 260).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɑ ̃sɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1150 raançon (Wace, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 466); 1268 rençon (Claris et Laris, 26915 ds T.-L.). Du lat. redemptio, -onis « action de racheter » au sens propre, et au sens relig. dans lequel il est remplacé au xiiies. par l'empr. rédemption*. Fréq. abs. littér.: 410. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 717, b) 587; xxes.: a) 339, b) 612. Bbg. Merk Lat. -tione 1982, pp. 214-215.

Rançon : définition du Wiktionnaire

Nom commun

rançon \ʁɑ̃.sɔ̃\ féminin

  1. Prix exigé pour la délivrance d’un captif ou d’un prisonnier de guerre.
    • Qu’il dise la rançon à laquelle il fixe notre liberté, et elle sera payée, pourvu que cette exaction soit en rapport avec nos moyens. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Histoire) Somme d’argent, moyennant laquelle un vaisseau de guerre ou un corsaire relâchait un bâtiment marchand ennemi qu’il avait capturé.
  3. (Figuré) Inconvénient par lequel on paie un avantage, un plaisir, un honneur.
    • La goutte est souvent la rançon des plaisirs de la table.
    • La rançon de la gloire, des honneurs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rançon : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RANÇON. n. f.
Prix exigé pour la délivrance d'un captif ou d'un prisonnier de guerre. Mettre à rançon. Payer rançon. Payer la rançon d'un captif. Exiger une rançon. Prendre à rançon. Il s'est dit aussi de la Somme d'argent, moyennant laquelle un vaisseau de guerre ou un corsaire relâchait un bâtiment marchand ennemi qu'il avait capturé. Il se dit au figuré d'un Inconvénient par lequel on paie un avantage, un plaisir, un honneur. La goutte est souvent la rançon des plaisirs de la table. La rançon de la gloire, des honneurs.

Rançon : définition du Littré (1872-1877)

RANÇON (ran-son) s. f.
  • 1Prix qu'on donne pour la délivrance d'un captif. Je donne la liberté, sans aucune rançon, à tous les Juifs qui ont été emmenés captifs du pays de Juda, Sacy, Bible, Machab. I, 10. Ses deux fils [de François 1er] furent prisonniers à sa place en qualité d'otages ; mais il les racheta pour de l'argent ; cette rançon, à la vérité, se monta à deux millions d'écus d'or, et ce fut un grand fardeau pour la France, Voltaire, Mœurs, 124.

    Fig. Et dans ce jour fatal [le jugement dernier] l'homme à l'homme inutile Ne paîra point à Dieu le prix de sa rançon, Rousseau J.-B. Odes, I, 3. De l'immense rançon qu'attend le roi des rois Le fils de l'Éternel peut seul porter le poids, Delille, Parad. perdu, XI.

    Mettre à rançon, rançonner, piller. Des pirates du Nord vinrent vous mettre à rançon, et vous prirent la province qu'on nomme depuis Normandie, Voltaire, Facéties, Disc. aux Velches.

    C'est la rançon d'un roi, se dit d'une somme qui paraît excessive. Il a payé cette terre six cent mille francs, c'est la rançon d'un roi.

  • 2Composition en argent au prix de laquelle un corsaire relâche un bâtiment de commerce qu'il a capturé. Il [Jean Bart] déclare que le 9 août, étant proche le Doggerbanc, il a pris un bâtiment hollandais, chargé de planches, et que, l'ayant gardé jusqu'au 11e, il est convenu de sa rançon avec le maître à la somme de dix mille florins argent de Hollande [en 1690], dans JAL.

HISTORIQUE

XIIe s. Por pecheors [pécheurs] venir à raenson, Ronc. p. 48.

XIIIe s. Sire, il vous mandent et prient que vous prendés de lor signor raenchon ; et il vous en donront tant qu'il vous en venra en gré, Chr. de Rains, p. 56.

XVe s. …Et vous laisserai venir à rançon legere et gracieuse [le roi d'Angleterre à messire Hervey son prisonnier], Froissart, I, I, 214.

XVIe s. En laissant aller francs et sans payer rençon, ceulx qui y avoient esté pris prisonniers, Amyot, Démétr. 20. Ils [les vainqueurs chez les sauvages d'Amérique] ne demandent à leurs prisonniers aultre rançon que la confession et recognoissance d'estre vaincus, Montaigne, I, 241.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RANÇON. Ajoutez :
3Billet de rançon, billet souscrit par un capitaine de navire capturé pour être mis en liberté (DALLOZ).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rançon : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RANÇON, s. f. c’est la somme qu’on paye pour un prisonnier de guerre ou un esclave à qui on fait rendre la liberté. Voyez Prisonnier de guerre.

Il est actuellement assez d’usage parmi les puissances qui sont en guerre, de convenir d’échanger les prisonniers de guerre, ou de payer leur rançon, eu égard à leur grade. La convention qu’on fait pour ce sujet porte le nom de cartel. La rançon d’un soldat y est évaluée à dix ou à douze livres, & celle d’un général ou maréchal de France, à 50 mille livres. Mariana rapporte, liv. XXVII. ch. xviij. que dans la guerre que les François firent contre les Espagnols en Italie, la rançon d’un cavalier étoit le quart d’une année de sa paye ou de sa solde ; d’où l’on croit que le terme de quartier, dont on se sert pour demander à se rendre, est venu. Voyez Quartier. (q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rançon »

Étymologie de rançon - Littré

Prov. reemsos, rezempto ; esp. redencion ; ital. redenzione ; du lat. redemptionem, de redimere, racheter, de re, red, indiquant retour, et emere, acheter. Rançon est une contraction de raençon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rançon - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin redemptio (« rachat »). Au sens religieux, il a été remplacé dès le XIIIe siècle par le réemprunt rédemption.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rançon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rançon rɑ̃sɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « rançon »

  • Rabot Dutilleul attaqué par des pirates informatiques pour une rançon , Cyberattaque « Meow » : Des milliers de bases de données effacées par des hackers
  • ThiefQuest, le nouveau petit nom du rançongiciel EvilQuest1, va bien au-delà de la « simple » demande de rançon. Non seulement le malware chiffre les fichiers du Mac et exige une somme pour les déverrouiller, mais son pouvoir de nuisance est beaucoup plus étendu, selon Dinesh Devados de la société K7 Lab. Le chercheur met en évidence plusieurs des étonnantes capacités de ce logiciel malfaisant. MacGeneration, EvilQuest/ThiefQuest va bien au-delà de la demande de rançon | MacGeneration
  • Une fois installé sur le Mac, le logiciel rançonneur baptisé EvilQuest n'a pas témoigné d'une réelle activité. Pour le stimuler, Thomas Reed de Malwarebytes a modifié le réglage de l'horloge du système pour avancer de 3 jours, puis il a déconnecté le Mac du réseau et l'a redémarré deux fois. Alors enfin le malware s'est mis en branle et a commencé à chiffrer des fichiers de préférences et du trousseau. Il devient alors impossible de se connecter à un logiciel. Le curseur de macOS se transforme en ballon de plage quand on sélectionne un fichier chiffré. Des apps vont geler sur place, tout comme le Finder. MacGeneration, EvilQuest chiffre vos fichiers et demande une rançon | MacGeneration
  • C’est comme la Bête du Gévaudan : personne ne sait pourquoi, mais ses attaques sont bien réelles et soulèvent bien des questions. De récentes attaques, appelée Meow attacks ou attaques Miaou, ont touché un millier de bases de données. L’appellation Meow se réfère aux logs laissés dans le journal de la base de données qui se terminent par ce mot. Bizarrement, l’attaquant a simplement effacé les entrées de ces bases de données. Il n’a pas essayé de monétiser sa réussite en présentant une demande de rançon. Certains experts pensent qu’il s’agit d’un hacker éthique qui veut donner une leçon aux administrateurs et aux RSSI pour les inciter à mieux sécuriser leurs bases de données.   , Meow, une mystérieuse attaque sans demande de rançon cible les bases de données sur le web -
  • D'après le rapport, les rançons versées vont de «200 à 600 dollars par otage». En RDC, les deux tiers des quelque 80 millions d'habitants vivent avec moins de deux dollars par jour. Les enlèvements avec demande de rançon sont récurrents dans les provinces du Nord et Sud-Kivu (est). Le 17 juillet, une humanitaire de Médecins sans frontières a été libérée après avoir été retenue en otage pendant 18 jours dans le Sud-Kivu par un groupe armé non identifié. Le Figaro.fr, RDC: au moins 170 personnes enlevées contre rançon en 3 ans à proximité des Virunga
  • Si les larmes des enfants sont indispensables pour parfaire la somme de douleur qui sert de rançon à la vérité, j'affirme catégoriquement que celle-ci ne mérite pas d'être payée d'un tel prix. De Fiodor Dostoïevski / Les Frères Karamazov
  • Ce n’est pas par pudeur que je ne montre pas mes enfants à tous les passants. C’est parce que je n’ai pas les moyens de payer la rançon. De Pierre Desproges / Fonds de tiroir
  • La liberté n'a pas de prix. On paye la rançon qui nous a été demandée - fût-ce notre chair - le jour où l'on a compris qu'on ne pouvait vivre sans elle. De Hélène Ouvrard / La noyante
  • La rançon de la pensée, c'est qu'il faut bien penser. De Alain / Quatre-vingt-un chapitres

Images d'illustration du mot « rançon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rançon »

Langue Traduction
Corse salvezza
Basque ransom
Japonais 身代金
Russe выкуп
Portugais resgate
Arabe فدية
Chinois 赎金
Allemand lösegeld
Italien riscatto
Espagnol rescate
Anglais ransom
Source : Google Translate API

Synonymes de « rançon »

Source : synonymes de rançon sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires