Enraciner : définition de enraciner


Enraciner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ENRACINER, verbe trans.

A.− [Le compl. désigne une plante] Faire prendre racine, fixer dans le sol par des racines. La joubarbe, la menthe, et ces fleurs parasites que la pluie enracine aux parois décrépites (Lamart., Jocelyn,1836, p. 701).Elle [la plante verte] semble ne rien emprunter au milieu solide, au sol dans lequel elle est enracinée (Plantefol, Bot. et biol. végét.,t. 1, 1931, p. 325).
Emploi pronom. à sens passif. Prendre racine. Les cocotiers s'y [sur les grèves] enracinent par une multitude de filaments, qui font du sable une masse solide comme un rocher (Bern. de St-P., Harm. nature,1814, p. 239).Pour pousser haut, le blé doit s'enraciner profond (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 137).
P. anal. :
1. Celui-ci [le poil] s'enracine fortement sur la papille, avec sa partie inférieure renflée, le bulbe pileux. QuilletMéd.1965, p. 298.
P. anal. Fixer, implanter solidement. Ces voûtes séculaires et ces forts piliers qui enracinent le tout (Alain, Beaux-arts,1920, p. 149):
2. Gilliatt (...) tirait parti de toutes les fentes du granit, les élargissait au besoin, et y enfonçait d'abord des coins de bois dans lesquels il enracinait ensuite les clous de fer. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 294.
Emploi pronom. à sens passif. L'église s'élevait près de l'endroit où la langue de sable s'enracinait à la côte (Gracq, Syrtes,1951, p. 189).
P. métaph. [Le compl. désigne une pers.] Immobiliser, retenir longtemps sur place (cf. clouer).Prendre la fuite (...) il [Gwynplaine] avait essayé et n'avait pu. Il était enraciné (...) Quand nous voulons rétrograder, la tentation cloue nos pieds au pavé (Hugo, Homme qui rit,t. 3, 1869, p. 90).Les badauds, enracinés par la curiosité et l'horreur, se pressaient plus nombreux encore à l'entrée de la rue Jean-Goujon (Morand, Fin de s.,1957, p. 157).
Emploi pronom. Il [ton père] s'enracine, hypnotisé par cette huile qui goutte encore, qui file, qui flambe à fleur de braise (H. Bazin, Huile sur feu,1954, p. 311).
B.− Au fig.
1. Fixer quelqu'un dans un lieu.
Emploi pronom. réfl. Se fixer dans un lieu; s'attacher à un lieu particulier. Chez les nations germaniques, l'homme s'attache à son champ, s'y enracine, et aime à tirer son nom de sa terre (Michelet, Introd. Hist. univ.,1831, p. 437).On repartit joyeusement, le mois écoulé, et ce fut cependant (...) un nouvel arrachement. L'homme s'enracine vite (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 355):
3. Il s'agit de résider, de s'enraciner et de devenir un maître, un chef de sol. C'est toute une vocation. On a celle du sol comme celle de la mer ou du désert... Pesquidoux, Le Livre de raison,1928, p. 260.
P. ext. S'introduire et s'établir solidement dans un milieu social. Anna de Brancovan (...) avait dansé aux bals de sa mère avec les jeunes lions de ce « gratin » français où elle entendait bien s' « enraciner » (Blanche, Modèles,1928, p. 58).
2. Fixer, durablement et profondément (un principe, un sentiment, une manière de penser, de se comporter) dans le cœur, l'esprit de quelqu'un. Enraciner une habitude, une opinion; enraciner qqc. dans la conscience, dans le caractère, chez qqn. Ce qui a fait la force du catholicisme, ce qui l'a si profondément enraciné dans les mœurs, c'est précisément l'éclat avec lequel il apparaît dans les circonstances graves de la vie (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 77).La peste avait enraciné un scepticisme profond dont ils ne pouvaient pas se débarrasser (Camus, Peste,1947, p. 1439):
4. Si fortes que soient les passions du garçon de vingt ans, elles ne sont pas encore enracinées, elles ne sont pas encore trop encombrantes et le laissent libre. Ce n'est qu'avec le temps qu'elles s'enracinent et tout les nourrit... Green, Journal,1955-58, p. 336.
Emploi pronom. à sens passif. C'est la plus dangereuse conviction qui puisse s'enraciner dans le cerveau d'un homme d'état, que de croire la guerre inévitable! (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 131).Cf. aussi supra ex. 4.
Rem. On rencontre une constr. différente où le compl. d'obj. désigne une pers. et le compl. second. une attitude de l'esprit. Faire que quelqu'un tienne fortement à quelque chose. La discussion ne fait, dit-on, le plus souvent qu'enraciner les gens dans leur avis (Tocqueville, Corresp. [avec Gobineau], 1853, p. 205). Ce récit ne pouvait qu'enraciner Mr Fogg et ses compagnons dans leur généreuse résolution (Verne, Tour monde, 1873, p. 63).
3. Donner des racines, rattacher (quelqu'un ou quelque chose) à un principe, une origine, un fait qui lui donne une assise, une réalité. Nous voulons donner à nos jeunes gens une formation qui, en même temps qu'elle les enracine, les prépare à des contacts avec le reste de l'univers (Barrès, Cahiers,t. 14, 1922-23, p. 81).Il avait besoin de ce corps qui enracinait son aventure dans la réalité par les fortes secousses de la chair (Lacretelle, Hts ponts,t. 4, 1935, p. 28).
Emploi pronom. Se rattacher à quelque chose, prendre sa source dans quelque chose. Profond besoin [pour les Juifs] de s'enraciner, à défaut de passé national dans un passé de rites et de coutumes (Sartre, Réflex. quest. juive,1946, p. 84):
5. ... les grandes passions qui vont, pendant bien des lustres, faire virer la roue du monde, s'enracinent, de toutes parts, dans le siècle finissant. Toutes les idées qui vont, pendant bien des années, alimenter, exalter, puis décevoir des millions d'esprits avides, toutes ces idées commencent de couler comme des sources à travers l'été suffocant de l'année 95. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Jardin des bêtes sauvages, 1934, p. 52.
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃ ʀasine], (j')enracine [ɑ ̃ ʀasin]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1176 part. passé fig. [mals] anracinez (Ch. de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 643); 1213 au propre « prendre racine » (Fet des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, 595, 20); 1269-78 « faire prendre racine » (J. de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 11127 : enraciner les entes). Dér. de racine*; préf. en-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 123.

Enraciner : définition du Wiktionnaire

Verbe

enraciner transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’enraciner)

  1. Fixer au sol par les racines.
    • La pluie enracine maint arbuste dans les murailles.
    • Les plantes ne peuvent s’enraciner dans un mauvais terrain.
  2. (Figuré) Fixer dans l’esprit ou dans le cœur.
    • U se diphtongue en ou dans un grand nombre de cas. […]. Aujourd'hui la tendance est si bien enracinée qu'en récitant le Confiteor, nos enfants disent mea keulpa, mea maxima keulpa. — (E. de Chambure, Glossaire du Morvan, Paris, H. Champion & Autun, Dejussieu père & fils, 1878, page 23)
    • Cette fausse opinion s’est enracinée dans les esprits.
    • Il ne faut pas laisser s’enraciner ou enraciner les abus, les mauvaises habitudes.
  3. Fixer des origines
    • Le point culminant de l’Indre est Pouligny-Notre-Dame, à 459 mètres d'altitude. Vous vous souvenez ? Les origines les plus anciennes de mon arbre généalogique sont enracinées justement à Pouligny-Notre-Dame, c'est pourquoi j'ai souvent pensé que ma famille voulait prendre de la hauteur sur le reste du monde berrichon. — (Patrice Parnoix, Mon amie s'appelle George, Éditions Edilivre, 2016, page 295)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Enraciner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENRACINER. v. tr.
Fixer au sol par les racines. La pluie enracine maint arbuste dans les murailles. Les plantes ne peuvent s'enraciner dans un mauvais terrain. Figurément, il signifie Fixer dans l'esprit, dans le cœur. Cette fausse opinion s'est enracinée dans les esprits. Il ne faut pas laisser s'enraciner ou enraciner les abus, les mauvaises habitudes. Un mal enraciné. Des préjugés enracinés.

Enraciner : définition du Littré (1872-1877)

ENRACINER (an-ra-si-né) v. a.
  • 1Faire prendre racine à. Enraciner un arbre. La joubarbe, la menthe et ces fleurs parasites Que la pluie enracine aux parois décrépites, Lamartine, Joc. VI, 222.
  • 2 Fig. Fixer par des attaches morales comparées à des racines. Ces tendres sentiments Que l'amour enracine au cœur des vrais amants, Corneille, Tois. d'or, III, 3. L'inclination au bien sensible est née avec nous ; nous l'avons enracinée jusque dans nos moelles, si je puis parler de la sorte, par nos attachements criminels et nos mauvaises habitudes, Bossuet, 2e serm. pour le jour de Pâques, 1. Le tribunal des commissaires est odieux à la nation ; c'est un préjugé qu'on a enraciné dans les esprits par les études, Fénelon, Mém. sur la voie de procéd. contre les huit prélats, III. Je n'insulterai pas à ces préventions Que le temps enracine au cœur des nations, Voltaire, Irène, v, 2. Partout où la monarchie est illimitée, il n'y a point et il ne saurait y avoir de liberté ; il y a tout au plus des repos momentanés qui produisent une sécurité funeste, enracinent l'obéissance passive et ne garantissent en aucun sens le peuple et les individus, Mirabeau, Lett. de cachet, I, 8.
  • 3S'enraciner, v. réfl. Prendre racine. Les plantes marines s'enracinent sur les sables et sur les rochers.

    Fig. Se fixer par des attaches morales. On a vu s'enraciner cette coutume bizarre. Fais que par là ma foi d'autant mieux s'illumine ; Que par là mon espoir d'autant mieux s'enracine En ta haute bonté, Corneille, Imit. IV, 14. La tristesse, l'ennui, les regrets, le désespoir sont des douleurs peu durables qui ne s'enracinent jamais dans l'âme, et l'expérience dément toujours le sentiment d'amertume qui nous fait regarder nos peines comme éternelles, Rousseau, Hél. III, 22.

    Avec suppression du pronom personnel. Laisser enraciner les abus.

REMARQUE

L'Académie donne ce verbe seulement comme réfléchi ; mais l'actif est appuyé sur de très bonnes autorités.

HISTORIQUE

XIIe s. Gens si ahers [attachés] et si enracinez ens terriens solas et ens corporiiens, qu'il departir ne s'en puyent [peuvent], Saint Bernard, p. 522.

XIIIe s. Dame, tuit li bien sont changié, Et tuit li mal sont essaucié Et enraciné et repris, Lai du conseil. Pense d'aillors enraciner Les entes où tu vues [veux] fruit prendre, la Rose, 11196.

XIVe s. Puis c'orgieux [orgueil] ou [au] cuer s'enracinne, Jean de Condé, p. 107. Le cep de vigne qui sera planté et de longtemps enraciné, Ménagier, II, 2.

XVIe s. Il n'y a que les eleus ausquels il face ce bien d'enraciner la foy vive en leur cœur, Calvin, Instit. 427. Une haine qu'il avoit enracinée en son cœur et une rancune envieillie à l'encontre des Romains, Amyot, Flamin. 44.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « enraciner »

Étymologie de enraciner - Littré

En 1, et racine ; provenç enrazigar, enraigar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de enraciner - Wiktionnaire

 Dérivé de raciner avec le préfixe en-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « enraciner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enraciner ɑ̃rasine play_arrow

Conjugaison du verbe « enraciner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe enraciner

Évolution historique de l’usage du mot « enraciner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « enraciner »

  • Métro Plateau-Mont-Royal s’est donc donné comme mission de s’enraciner dans la communauté pour créer des liens entre les résidents et les commerçants afin de contribuer à la relance économique. Grenier aux Nouvelles, Métro Média relance l’hebdo local «Plateau-Mont-Royal» | Grenier aux nouvelles
  • Sous sanctions occidentales, Konstantin Malofeev n'a jamais voté car il méprise la démocratie. Mais, dans les urnes, cet orthodoxe radical, qui rêve du retour à la Russie tsariste, soutiendra le référendum constitutionnel du 1 er juillet, qu'il a contribué à orchestrer en coulisses. Pour renforcer le pouvoir de Vladimir Poutine et enraciner le pays dans le conservatisme. Les Echos, Malofeev, l'énigmatique nouveau Raspoutine du Kremlin | Les Echos
  • J’émets l’hypothèse qu’elle va reculer. Nous avons vécu une grande peur collective et, pour l’instant, l’inquiétude demeure. L’arrêt des contacts va donc se poursuivre, ce qui pourrait enraciner les nouvelles habitudes. Mais je ne pense pas que la bise va disparaître. Je crois plutôt qu’elle va redevenir ce qu’elle était auparavant, c’est-à-dire le signe d’un lien particulier réservé aux intimes. L’actualité, Dire au revoir à la bise | L’actualité
  • Le 23 mai 2020, le supérieur général de la Compagnie de Jésus, le père Arturo Sosa, a prononcé l’homélie pour les funérailles du père Adolfo Nicolás, ancien supérieur général de 2008 à 2016. Homélie diffusée en vidéo, en anglais, aux funérailles à Tokyo, et prononcée le même jour, en italien, lors de la messe commémorative en l’église du Gesù, à Rome. « Le grain de blé qui tombe en terre meurt pour permettre de s’enraciner et d’être nourri afin de pousser vers le haut et de porter des fruits… » a cité le père Arthuro Sosa au début de son homélie. Puis le supérieur général a poursuivi : « Pour être enraciné dans le Christ, il est nécessaire de se détacher de soi-même, de “mépriser sa vie dans ce monde” afin de gagner la vraie vie. Ce qui nous semble impossible, Dieu l’a rendu possible dans la vie de Nico ». Le supérieur général de la Compagnie de Jésus a ensuite souligné que : « Nico a su faire siens les gémissements de toute l’humanité, construisant des ponts d’est en ouest et du nord au sud ». Puis, il a ajouté que le père Nicolás était : « très intelligent. Une intelligence qui ne l’a pas conduit à se réfugier dans des abstractions mais à pénétrer profondément dans la vie concrète de ses semblables, surtout les plus pauvres et ses frères jésuites ». Enfin le père Arturo Sosa a rendu hommage à son prédécesseur  : « Pendant longtemps encore, nous profiterons de l’abondante récolte produite par ce grain de blé qui, mort à lui-même, a donné tant de vie dans l’Esprit (…) Sa familiarité avec Dieu a éclairé tous les aspects de sa vie. D’où son sourire accueillant pour chaque personne ou groupe rencontré et sa sérénité à affronter sans se laisser déborder des situations épineuses… » La Croix, “Le père Nicolás a su faire siens les gémissements de toute l’humanité”, l’hommage du père Sosa, supérieur général des jésuites
  • Convaincu de sa trajectoire ascendante après sa victoire dix mois plus tôt aux européennes, le parti dirigé par Marine Le Pen a vu ses ambitions refroidies avant même la tenue du premier tour. Candidats en nombre insuffisant, investis par le Rassemblement national mais s'en "émancipant", scores en repli par rapport à 2014... En dehors de la reconduction des -rares- maires RN sortants, l'ex-Front natonal peine à s'enraciner, analyse le politologue et chercheur au CNRS Emmnauel Négrier. Courrier des maires, Le Rassemblement national isolé ou l’échec annoncé du lepénisme municipal

Traductions du mot « enraciner »

Langue Traduction
Corse radice
Basque erro
Japonais ルート
Russe корень
Portugais raiz
Arabe جذر
Chinois
Allemand wurzel
Italien radice
Espagnol raíz
Anglais root
Source : Google Translate API

Synonymes de « enraciner »

Source : synonymes de enraciner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « enraciner »



mots du mois

Mots similaires