La langue française

Disconvenance

Sommaire

  • Définitions du mot disconvenance
  • Étymologie de « disconvenance »
  • Phonétique de « disconvenance »
  • Évolution historique de l’usage du mot « disconvenance »
  • Citations contenant le mot « disconvenance »
  • Traductions du mot « disconvenance »
  • Synonymes de « disconvenance »
  • Antonymes de « disconvenance »

Définitions du mot disconvenance

Trésor de la Langue Française informatisé

DISCONVENANCE, subst. fém.

A.− [Correspond à disconvenir A] Rapport de deux ou plusieurs éléments qui ne sont pas en accord, en harmonie (cf. disconvenir ex. 1). La profonde disconvenance entre le mode d'expression du musicien et celui de l'écrivain (Benda, Fr. byz.,1945, p. 188).
B.− [Correspond à disconvenir B] Fait de ne pas convenir à quelqu'un ou à quelque chose :
Pour vivre dans une terre, il faut avoir des habitudes rurales (...) Autrement on voit que l'on n'est pas là ce qu'on y devrait être, et l'on se dit : à Paris, je ne sentirais pas cette disconvenance... Senancour, Obermann,t. 2, 1840, p. 139.
Prononc. et Orth. : [diskɔ ̃vnɑ ̃:s]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1488 (La Mer des Histoires, II, 61 c, édit. 1491 ds Rom. Forsch., t. 32, p. 47). Empr. au b. lat.disconvenientia « désaccord ». Fréq. abs. littér. : 29.

Wiktionnaire

Nom commun

disconvenance \dis.kɔ̃.vnɑ̃s\ féminin

  1. Défaut de convenance, de rapport, de proportion.
    • Il y a une grande disconvenance entre eux.
    • Disconvenance d’âge, de qualité, d’humeur, etc.
    • L’amour-propre condamne l’individu à la disconvenance aux autres et à soi même. — (Florent Guénard, Rousseau et le travail de la convenance, 2004)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DISCONVENANCE. n. f.
Défaut de convenance, de rapport, de proportion. Il y a une grande disconvenance entre eux. Disconvenance d'âge, de qualité, d'humeur, etc.

Littré (1872-1877)

DISCONVENANCE (di-skon-ve-nan-s') s. f.
  • 1Défaut de convenance, c'est-à-dire de rapport, de proportion. Toute la nature est pleine de convenances et de disconvenances, de proportions et de disproportions, selon lesquelles les choses ou s'ajustent ensemble ou se repoussent l'une l'autre, Bossuet, Conn. V, 2. Je crois que les idées du juste et de l'injuste sont aussi claires que les idées de convenance et de disconvenance, Voltaire, Phil. ignor. 32. Selon la disconvenance que nous trouvons entre nous et ces objets, Rousseau, Ém. I.

    Défaut de convenance, c'est-à-dire manque de ce qui convient, agrée. La passion n'est dans eux que l'amour de leurs convenances et la haine de leurs disconvenances, Bernardin de Saint-Pierre, Harmon. liv. V, Harmon. anim.

  • 2 Terme de grammaire. État de mots qui ne s'accordent pas.

HISTORIQUE

XVIe s. La disconvenance aux mœurs presentes de nostre estat, Montaigne, IV, 79. Ce temps n'est propre qu'à nous amender à reculons, par disconvenance plus que par accord ; par difference, que par similitude, Montaigne, IV, 34.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DISCONVENANCE, s. f. (Gramm.) on le dit des mots qui composent les divers membres d’une période, lorsque ces mots ne conviennent pas entre eux, soit parce qu’ils sont construits contre l’analogie, ou parce qu’ils rassemblent des idées disparates, entre lesquelles l’esprit apperçoit de l’opposition, ou ne voit aucun rapport. Il semble qu’on tourne d’abord l’esprit d’un certain côté, & que lorsqu’il croit poursuivre la même route, il se sent tout-d’un-coup transporté dans un autre chemin. Ce que je veux dire s’entendra mieux par des exemples.

Un de nos auteurs a dit que notre réputation ne dépend pas des loüanges qu’on nous donne, mais des actions loüables que nous faisons.

Il y a disconvenance entre les deux membres de cette période, en ce que le premier présente d’abord un sens négatif, ne dépend pas ; & dans le second membre on sousentend le même verbe dans un sens affirmatif. Il falloit dire, notre réputation dépend, non des loüanges, & c. mais des actions loüables, & c.

Nos Grammairiens soûtiennent que lorsque dans le premier membre d’une période on a exprimé un adjectif auquel on a donné ou le genre masculin ou le féminin, on ne doit pas dans le second membre sousentendre cet adjectif en un autre genre, comme dans ce vers de Racine :

Sa réponse est dictée, & même son silence.

Les oreilles & les imaginations délicates veulent qu’en ces occasions l’ellipse soit précisément du même mot au même genre, autrement ce seroit un mot différent.

Les adjectifs qui ont la même terminaison au masculin & au féminin, sage, fidéle, volage, ne sont pas exposés à cette disconvenance.

Voici une disconvenance de tems : il regarde votre malheur comme une punition du peu de complaisance que vous avez eue pour lui dans le tems qu’il vous pria, & c. il falloit dire, que vous eûtes pour lui dans le tems qu’il vous pria.

On dit fort bien, les nouveaux philosophes disent que la couleur EST un sentiment de l’ame ; mais il faut dire, les nouveaux philosophes veulent que la couleur SOIT un sentiment de l’ame.

On dit, je crois, je soûtiens, j’assûre que vous êtes savant ; mais il faut dire, je veux, je souhaite, je desire que vous SOYEZ savant.

Une disconvenance bien sensible est celle qui se trouve assez souvent dans les mots d’une métaphore ; les expressions métaphoriques doivent être liées entr’elles de la même maniere qu’elles le seroient dans le sens propre. On a reproché à Malherbe d’avoir dit,

Prends ta foudre, Louis, & va comme un lion.

Il falloit dire, comme Jupiter : il y a disconvenance entre foudre & lion.

Dans les premieres éditions du Cid, Chimene disoit,

Malgré des feux si beaux qui rompent ma colere.


Feux & rompent ne vont point ensemble ; c’est une disconvenance, comme l’académie l’a remarqué. Ecorce se dit fort bien dans un sens métaphorique, pour les dehors, l’apparence des choses ; ainsi l’on dit que les ignorans s’arrêtent à l’écorce, qu’ils s’amusent a l’écorce. Ces verbes conviennent fort bien avec écorce pris au propre ; mais on ne diroit pas au propre, fondre l’écorce : fondre se dit de la glace ou du métal. J’avoue que fondre l’écorce m’a paru une expression trop hardie dans une ode de Rousseau :

Et les jeunes zéphirs par leurs chaudes haleines
Ont FONDU l’ÉCORCE des eaux. l. III. ode 6.

Il y a un grand nombre d’exemples de disconvenances de mots dans nos meilleurs écrivains, parce que dans la chaleur de la composition on est plus occupé des pensées, qu’on ne l’est des mots qui servent à énoncer les pensées.

On doit encore éviter les disconvenances dans le style, comme lorsque traitant un sujet grave, on se sert de termes bas, ou qui ne conviennent qu’au style simple. Il y a aussi des disconvenances dans les pensées, dans les gestes, & c.

Singula quæque locum teneant sortita decenter.
Ut ridentibus arrident, ita flentibus adsunt
Humani vultus. Si vis me flere, dolendum est
Primum ipse tibi, & c. Horat. de Arte poët. (F)

Disconvenance, correlatif de convenance. Voy. l’article Convenance.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « disconvenance »

Disconvenant ; provenç. disconveniencia, descovinensa ; espagn. desconveniencia ; ital. disconvenienza.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « disconvenance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
disconvenance diskɔ̃venɑ̃s

Évolution historique de l’usage du mot « disconvenance »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « disconvenance »

  • Le travail est aussi – et ce n’est pas le moindre – de lecture et de relecture, parfois de discussion avec les auteurs et les autrices quand il s’agit d’éclaircir le sens d’une intention ou d’éclairer le contexte d’une remarque ou d’un élément factuel. En gardant toujours à l’esprit ce point crucial : le point de vue est de droit celui de l’auteur quoi qu’on en pense même si un accord de base est nécessaire pour travailler ensemble. L’accord est un préalable aux désaccords, la convenance la condition de la disconvenance. Il y a eu entre quelques contributeurs et moi des discussions passionnantes qui ont vérifié la vigueur de ce principe. Je suis par ailleurs sûr que c’est le cas des auteurs quand ils découvrent la contribution de leurs pairs et cela m’arrive toujours comme lecteur des numéros d’Éclipses auxquels je participe ou non. Il s’agit d’une étape certes fastidieuse, il ne faut pas hésiter à relancer plusieurs fois en craignant toujours d’embêter les contributeurs, pour des questions de forme et de titre, de date butoir, de nombre de caractères, de citations et d’illustrations, etc. Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle tant l’étape est concrètement celle où l’on en apprend le plus sur son sujet et je n’ai jamais autant appris sur Agnès Varda qu’en travaillant à lire et relire les contributions de mes camarades. Culture 31, Rencontre avec Saad Chakali, de la revue Eclipses "Agnès VARDA"
  • Mais plus largement, il existe une véritable contradiction entre ses appels en faveur d’une désescalade des tensions avec Moscou et sa tirade à charge visant l’un de ses principaux alliés : le Kazakhstan. Comment mieux apaiser les rapports avec le Kremlin qu’en s’en prenant à ses partenaires ? En tout cas, cette disconvenance met en lumière une dangereuse inéducation politique ou prise de position idéologique partisane et irrationnelle, selon. Club de Mediapart, Monsieur Mélenchon est-il bien sérieux ? | Le Club de Mediapart
  • Pas besoin de forcer l’imagination quand on écoute le récit de Gabriella. Cette année-là, quand elle visite le château suintant l’abandon et l’indigence, on voit l’abbé faisant l’article de l’édifice, «un curé de choc qui gérait l’école et les vieillards de main de maître»; on se figure les nonnes coiffées de leur voile noir, «qui disaient des neuvaines depuis vingt ans au moins pour se voir accorder de quitter les lieux»; et le couple Maillard avec leur marmaille, forcément sous le charme de la disconvenance. Le Temps, Le château d’Attalens, un nid pour coucous farfelus - Le Temps

Traductions du mot « disconvenance »

Langue Traduction
Anglais disagreement
Espagnol desacuerdo
Italien disaccordo
Allemand uneinigkeit
Chinois 分歧
Arabe الخلاف
Portugais desacordo
Russe разногласие
Japonais 不一致
Basque desadostasuna
Corse disaccordo
Source : Google Translate API

Synonymes de « disconvenance »

Source : synonymes de disconvenance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « disconvenance »

Partager