Contagion : définition de contagion


Contagion : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CONTAGION, subst. fém.

A.− MÉDECINE
1. Transmission d'une maladie d'une personne à une autre. Contagion directe ou indirecte; contagion médiate ou immédiate :
1. Quelle existence, digne Hénarès, que celle qui nous reste dans une ville où la rencontre d'un ami peut être un accident funeste; où une main pressée dans la vôtre peut déposer le germe de la contagion; où un embrassement donne la mort! Latouche, L'Héritier, Dernières lettres de deux amans de Barcelone,1821, p. 149.
SYNT. La contagion des oreillons; la crainte de la contagion; un agent, un foyer, un mode, des risques de contagion; la contagion menace, gagne, se communique, s'étend, se répand; échapper, résister, s'exposer à la contagion; lutter, se prémunir contre la contagion; être sujet à la contagion; être à l'abri de la contagion; être atteint par la contagion.
Rare. Fait d'être contagieux :
2. Car celui-là seul remplit ses jours de qui la charité non contente de panser les plaies du voyageur meurtri, pardonne à la Madeleine d'être belle comme au lépreux sa contagion, et supporte sans envie l'ostentation des argentiers, l'orgueil des savants, le mépris léger des princes. Toulet, Le Mariage de Don Quichotte,1902, p. 155.
2. P. méton. Maladie contagieuse, épidémie. Les ravages de la contagion; être emporté par la contagion.
3. P. ext. Transmission par mimétisme, d'une réaction, d'un comportement. La contagion du bâillement, du rire, des larmes (cf. Maupassant, Contes et nouvelles, t. 1, Jour de fête, 1886, p. 1058).Pleurer, rire par contagion.
4. PSYCH. Contagion mentale. Transmission d'une idée ou d'un ensemble d'idées délirantes à une ou plusieurs autres personnes (Méd. Biol. t. 1 1970). Contagion nerveuse, névropathique (cf. E. et J. de Goncourt, Journal,1889, p. 1029):
3. Était-ce un de ces demi-hallucinés qui foisonnent dans ces crises de psychose collective que sont les révolutions? Car c'était bien une contagion de folie qui soulevait ces parisiens, ces civilisés, d'une colère de sauvages. P. Bourget, Nos actes nous suivent,1926, p. 18.
SYNT. La contagion collective (R. Martin du Gard, Les Thibault, L'Été 1914, 1936, p. 453). La contagion générale, démente. La contagion des colères rassemblées (Lemaitre, Les Contemporains, 1885, p. 272).
B.− Au fig., p. anal. Transmission de toute chose bonne ou mauvaise par fréquentation, influence, imitation. Un amour de contagion. Un amour inspiré par contagion (cf. Stendhal, Lucien Leuwen, t. 3, 1836, p. 398).
SYNT. Les forces, les phénomènes de contagion; le pouvoir, la vertu de contagion; se communiquer, se répandre par contagion ou comme une contagion; agir, émouvoir, haïr par contagion.
1. [Le déterminant désigne ce qui est transmis]
a) [En parlant d'un sentiment, d'un état moral, d'une idée] :
4. On ne pouvait se défendre de les envier et de les aimer, dans une contagion enchantée de tendresse. Ils dégageaient un charme qui retournait les cœurs. Zola, Le Docteur Pascal,1893, p. 184.
SYNT. a) La contagion des affections, de l'amour, de la tristesse, de l'angoisse, de l'ennui. b) La contagion de la franchise, de la foi, de la haine, du mystère, de la paix, de la sérénité, du vice. c) La contagion de l'erreur, des idées, des préjugés, de la sottise; la contagion du libéralisme, du positivisme.
b) [En parlant d'une attitude, d'un comportement, d'un intérêt pour qqc.] Une contagion de partage (Frapié, La Maternelle,1904, p. 271).
SYNT. Une contagion d'activité, de commérages, de silence, de suicide; la contagion du cigare, de la mode, du style; la contagion d'architecture.
− Dans le domaine de l'art.Inspiration. Il y eut (...) dès le premier tiers du siècle XVIIIe, une sculpture aux formes entortillées, modelé tourmenté, par contagion de la rocaille (L. Hourticq, Hist. gén. de l'Art,La France, 1914, p. 284).
2. [Le déterminant désigne ce qui provoque la contagion] La contagion de l'exemple, du mauvais exemple :
5. Cette étude perpétuelle que mettait le philosophe à séparer son ame de la contagion de son corps, et à s'affranchir des passions afin d'être plus libre et plus léger au moment de partir pour l'autre vie, a dégénéré en abstractions de la vie contemplative, et a engendré toutes les vertus chimériques, connues sous les noms de célibat, d'abstinences, de jeûnes... Dupuis, Abr. de l'orig. de tous les cultes,1796, p. 521.
SYNT. La contagion de l'âme, de l'atmosphère, des villes; la contagion de la Cour, du trône.
Au plur. Dangers. Les contagions de son temps (cf. Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 1, 1851-1862, p. 393).
3. P. méton. Influence, effet. Aucune déclaration, nulle preuve de passion insensée n'eut de contagion plus violente que ces symphonies de fleurs (Balzac, Le Lys dans la vallée,1836, p. 119).
Rem. 1. On rencontre ds les dict. le subst. masc. contagionnisme. ,,Doctrine médicale selon laquelle toute maladie infectieuse se transmet par contagion externe`` (Méd. Biol. t. 1 1970). 2. On rencontre ds la docum. et les dict. contagionniste, adj. et subst. ,,Partisan du contagionnisme`` (Méd. Biol. t. 1 1970). Préjugés contagionistes [sic] (G. Sand, Un Hiver à Majorque, 1842, p. 46).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃taʒjɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1375 [éd. 1531] domaine moral (R. de Presles, Cité de Dieu, X, Esp. sur le chap. 9 ds R. Hist. litt. Fr., t. 8, p. 489); 1538 (R. Estienne, Dictionarium latinogallicum : contagio, contagium, attouchement dommageable et dangereux); 1596 « peste » (Hulsius). Empr. au lat. class. contagio (composé à partir de cum et de la racine de tangere « toucher ») « contact, contagion, contamination », fig. « influence pernicieuse ». Fréq. abs. littér. : 428. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 612, b) 349; xxes. : a) 579, b) 761.

Contagion : définition du Wiktionnaire

Nom commun

contagion \kɔ̃.ta.ʒjɔ̃\ féminin

  1. (Médecine) Propagation d’une maladie transmissible par un contact direct ou différé, infection, contamination.
    • Ce mal se prend par contagion.
    • Pendant la contagion.
  2. (Médecine) (Par extension) La maladie qui se communique par ce contact.
    • Il y a de la contagion en tel pays.
    • Les ravages de la contagion.
  3. (Figuré) Communication par la fréquentation ou par l’exemple.
    • La contagion du rire.
    • Une étrange contagion, en ces contrées, s’était emparée des esprits. Pas d’enfants ! Aujourd’hui, tous les biens, ici, tombent en déshérence ! — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Nom commun

contagion

  1. Contagion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Contagion : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONTAGION. n. f.
Communication d'une maladie par le contact médiat ou immédiat. Ce mal se prend par contagion. Il se dit aussi d'une Maladie qui se communique par ce contact. Il y a de la contagion en tel pays. Les ravages de la contagion. Pendant la contagion. Il se dit figurément de Toutes les mauvaises choses qui se communiquent par la fréquentation ou par l'exemple. La contagion des mauvaises mœurs. La contagion du vice, de l'hérésie. Par extension, La contagion du rire.

Contagion : définition du Littré (1872-1877)

CONTAGION (kon-ta-jion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Communication par contact ou par ce qui ressemble au contact. La contagion du vice, de l'hérésie. Cette contagion [du mauvais goût] infecta les provinces, Boileau, Art p. I. Le luxe répand sa contagion depuis le roi jusque…, Fénelon, Tél. XXII. Quand l'homme faible qui redoute La contagion du malheur Nous laisse seul sur notre route Face à face avec la douleur, Lamartine, Harm. I, 9. La contagion des dignités et de la grandeur ne lui forma pas cet œil superbe et ce cœur insatiable d'honneurs…, Massillon, Villars. La contagion ne s'était encore guère répandue dans les écoles publiques, Maucroix, Schisme, liv. II, dans RICHELET. Il est une contagion dans les mouvements passionnés, Mirabeau, Collection, t. I, p. 314.

    La contagion des idées, l'extension que certaines idées religieuses, sociales, politiques, prennent parmi les peuples à un moment donné.

  • 2Communication d'une maladie par contact médiat ou immédiat. Ce mal se prend par contagion. Quiconque approche d'elle… par contagion prend sa triste couleur, Malherbe, VI, 11.

    Contagion vive, la transmission par contact d'individu à individu : c'est la contagion immédiate. Contagion morte, la transmission par contact d'effets provenants d'un malade : c'est la contagion médiate.

    Par extension, maladie contagieuse. Les ravages de la contagion. … La contagion Jusqu'au pied de son trône a porté son poison, Voltaire, Œdipe, I, 1.

    Contagion s'est dit, absolument, pour la peste. On a besoin de grande police en temps de contagion.

SYNONYME

CONTAGION, INFECTION. La contagion spécifie que la maladie est transmise soit par la communication d'un virus, soit par le contact d'individu à individu sans virus (visible du moins). L'infection au contraire spécifie que l'air est vicié et communique la maladie ; l'individu malade gâte l'air, et l'air rend malade celui qui se trouve dans la sphère de l'agent morbifique.

HISTORIQUE

XVIe s. La contagion est très dangereuse en la presse ; il fault ou imiter les vicieux ou les haïr, Montaigne, I, 273. Qui a pu deffendre aux miserables d'opposer les bras aux bras, et le fer au fer, et prendre d'une fureur sans justice la contagion d'une juste fureur ? D'Aubigné, Hist. III, 457. La contagion universelle des opinions populaires et erronées, Charron, Sagesse, I, 15.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CONTAGION. - HIST. XVIe s. Ajoutez : J'ay le cœur si comblé d'amertume et d'oppresse, Que, par contagion, je rens pleins de tristesse Ceux qui parlent à moy, Desportes, Épitaphes, complainte pour Henri III.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Contagion : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONTAGION, s. f. (Med.) qualité d’une maladie, par laquelle elle peut passer du sujet affecté à un sujet sain, & produire chez le dernier une maladie de la même espece.

Les maladies contagieuses se communiquent, soit par le contact immédiat, soit par celui des habits ou de quelques meubles ou autres corps infectés, soit même par le moyen de l’air qui peut transmettre à des distances assez considérables certains myasmes ou semences morbifiques.

Ces myasmes sont plus ou moins legers, plus ou moins mobiles, selon l’espece de maladie contagieuse à laquelle ils appartiennent : ceux de la gale par exemple, ne s’étendent presque pas au-delà de la surface de la partie affectée : ceux de la rage, qui ne se communiquent que par l’application immédiate de la bave de l’animal enragé sur une partie blessée, ou recouverte seulement d’une peau très-mince, comme les levres, la langue, &c. ceux de la rage, dis-je, paroissent plus fixes encore : le virus vérolique n’a pas non plus, pour le bien de l’espece humaine, une atmosphere fort étendue. Voy. Gale, Rage & Vérole. Les myasmes pestilentiels, au contraire, ceux de la dyssenterie, ceux de la petite vérole & de la plûpart des maladies éruptives, se répandent assez loin, supposé pourtant qu’ils existent réellement ; car c’est précisément par la peste & les maladies pestilentielles ou malignes, qu’a commencé l’incrédulité des medecins sur la contagion des maladies. Voyez Peste.

Rien n’est peut-être moins décidé en Medecine que l’existence ou la non-existence de la contagion de cette derniere classe de maladies, & de beaucoup d’autres que le peuple croit contagieuses sans le moindre doute, & que plusieurs medecins déclarent non-contagieuses sans avoir assez douté : mais l’explication de ce phénomene qu’ils sont contraints d’avoüer pour la gale, la rage, les maladies vénériennes, & un petit nombre d’autres, est un problème bien plus embarrassant encore dans la doctrine regnante : les humoristes modernes sur-tout n’en trouveront la solution qu’avec peine dans les épaississemens, les dissolutions, les acrimonies des humeurs, leurs hérences, stagnations, arrets, orgasmes, &c. ils ne trouveront que très-difficilement, dis-je, le rapport de quelqu’un de ces vices considérés comme effets, comme dûs à des myasmes, avec l’action de cette matiere insensible, son énergie, son aptitude à disposer les humeurs & les organes de la façon nécessaire pour produire une maladie d’une espece déterminée.

Cette spécification de la maladie produite, ou ce qui revient au même, cette qualité exactement séminale du myasme laissera vraissemblablement encore long-tems une lacune dans la théorie pathologique ; à moins cependant qu’on ne voulût recevoir pour des explications les ingénieuses métaphores de Vanhelmont, recourir à cet ordre de causes qu’il désignoit sous les noms de lumieres, d’idées irradiées, de semences incorporelles, de gas, &c.

Mais dans le fond & à examiner la chose de près, sommes-nous bien fondés à rejetter ces explications ? Ne nous fournissent-elles pas de legeres approximations ? Pouvons-nous prétendre à davantage, toutes les fois qu’il s’agit d’expliquer des vertus séminales ? Et ne vaut-il pas mieux se contenter de signes proportionnés à l’obscurité de l’idée que nous avons de ces agens insensibles, que de tomber dans des erreurs manifestes, en s’obstinant, pour s’en former des notions plus claires, à les ramener aux lois méchaniques si peu faites pour ces corps ? On seroit fort mal reçu, à la vérité, si on vouloit en faire encore aujourd’hui des êtres moyens entre la matiere & l’esprit, ou entre la substance & l’accident : mais en ramenant ces anciennes idées au ton de notre philosophie, il doit nous être permis d’avancer que les agens séminaux doivent être regardés comme les extrèmes dans la classe des êtres matériels, comme placés, pour ainsi dire, sur les confins par lesquels ces derniers touchent aux êtres abstraits. Or les signes réels, les expressions propres, doivent nécessairement nous manquer pour des êtres de cette espece : on est donc forcé de se contenter d’une image à peine sensible, qu’il sera toûjours très-ingénieux de saisir, & très-utile de présenter, & qui vaudra mieux sans contredit qu’une ombre vaine, que l’obscurité absolue, & surtout que l’erreur. Voy. Myasme, Médicament, Poison, Semence, Génération.

Par exemple, pour nous en tenir au cas particulier de la contagion, ces énonciations indéterminées vaudront mieux que l’opinion de M. Cheyne, qui a assuré dans une petite dissertation sur la contagion, que les myasmes étoient de nature alkaline volatile : opinion déclarée vraissemblable par un célebre professeur en Medecine. Ces deux auteurs ont expressément admis la prétendue qualité septique des alkalis volatils, & la tendance spontanée des fluides des animaux à l’alkalinité : deux dogmes du Boerhavisme également gratuits, & également démentis par l’expérience. Celle de M. Pringle qui n’a pas trouvé d’assaisonnement plus efficace pour la conservation des viandes que l’alkali volatil, est sur-tout remarquable dans cette occasion. Le dernier des partisans du sentiment que nous venons d’exposer, après l’avoir proposé en ces mots, verisimile est… hasce lues esse indolis alkalinæ, corosivæ, septicæ, in quam animalium omnium fluida sponte tendunt ; ajoûte forte insecta quædam Americana venenatissima hisce affluviis originem dederunt, ut canes, lupi virus hydrophobicum primi parant, &c. (Sauvages, patholog.). J’observerai à propos de ce soupçon, que la premiere origine ou la matrice des myasmes, nous est aussi inconnue que leur nature.

Au reste il ne faut pas oublier que les semences morbifiques n’operent pas indistinctement sur tous les sujets, mais seulement sur ceux qui sont disposés de leur côté d’une maniere propre à recevoir l’impression du venin, & à concourir à son action. La nécessité de ce rapport a été observée dans toutes les maladies contagieuses. Toutes les personnes mordues par des chiens enragés n’ont pas contracté la rage, lors même qu’elles ont négligé l’usage des préservatifs ordinaires (voyez Rage) : toutes celles qui ont eu des commerces impurs n’ont pas été infectées du virus vénérien (voyez Vérole), &c. mais le concours de cette disposition du sujet est encore plus sensible & remarquable par plus de circonstances dans la petite vérole. Voyez Petite vérole). Voyez les moyens généraux de se garantir autant qu’il est possible des impressions des myasmes & de l’air infecté, au mot Préservatif ; & les secours découverts ou proposés contre chaque différent myasme, aux articles particuliers, Rage, Vérole, Peste, Dyssenterie, &c. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « contagion »

Étymologie de contagion - Littré

Lat. contagio ; de cum, avec, et tangere, toucher (voy. TANGIBLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de contagion - Wiktionnaire

Du latin contagio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « contagion »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
contagion kɔ̃taʒjɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « contagion »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « contagion »

  • Le ministère de la Santé a fait état mardi de 27 nouveaux malades à Pékin, ce qui porte à 106 le nombre total de cas enregistrés depuis cinq jours dans la métropole, qui n'avait pas connu de nouvelle contamination depuis deux mois. Ce regain de contagion est parti de l'immense marché de gros de Xinfadi, dans le sud de la capitale, où le coronavirus a été repéré la semaine dernière. Des cas ont également été constatés sur d'autres marchés, désormais fermés. Le Figaro.fr, Coronavirus: Pékin en alerte maximale après un regain de contagion
  • Une question lancinante, celle des asiatiques qui portent des masques quasiment toute l’année. Regardez la pollution de certaines villes chinoises. Ils les portent pour se protéger des poussières et de grosses particules de la pollution et non des vilains coronavirus. Comparaison n’est pas toujours raison. Et la contagion de groupe, la contagion psychique y est probablement pour beaucoup dans le port du masque en Asie. FranceSoir, Les mystères du masque, entre déraison, soumission, panique et contagion
  • Plusieurs mesures de confinement visant à freiner la propagation du nouveau coronavirus seront rétablies mardi dans la région de Lisbonne afin de maîtriser des foyers de contagion, a annoncé lundi le Premier ministre portugais Antonio Costa. Parmi ces mesures figurent l’interdiction des rassemblements de plus de dix personnes, alors que la limite avait été relevée à 20 personnes dans l’ensemble du pays, et la fermeture des cafés et commerces dès 20h00.  SudOuest.fr, Coronavirus : nouveau confinement à Lisbonne pour enrayer la contagion
  • Comment ne pas être frappés par cette évidence: à bien des égards, la crise du Covid-19 n’a fait qu’accélérer les tendances déjà à l’œuvre antérieurement. Parmi celles-ci, la contagion protectionniste a encore gagné du terrain. Nous l’avions déjà évoqué, le Covid-19 n’est que «la prolongation de la guerre commerciale sino-américaine par d’autres moyens1».  Donald Trump, en mauvaise posture dans tous les sondages pour sa gestion désastreuse de la pandémie, accentue les pressions sur la Chine, mais aussi sur l’Europe. Nouvelles mises à l’index de sociétés chinoises considérées comme étant sous l’emprise de l’armée, retrait des discussions sur la taxation internationale des GAFA etc. Pour le président américain en campagne, le thème est assez porteur pour qu’il aille jusqu’à suspendre les visas H1-B de travail temporaires pour les personnes qualifiées, cette fois-ci au nom de la protection de l’emploi et des travailleurs nationaux. Allnews, La contagion protectionniste | Allnews
  • Actuellement, le ministère de la Santé recense une quarantaine de nouveaux foyers même si le risque de contagion se limite à une douzaine et qu'il n'y aurait "vraiment" que deux foyers importants, qui touchent un total de 290 personnes en Aragon et 91 en Andalousie. , Covid-19: L'Espagne confrontée à plusieurs foyers de contagion | lepetitjournal.com
  • Par ailleurs, face à l’ampleur de la pandémie, une baisse historique ainsi qu’un effet de contagion ont été observés sur le marché mondial des taux d’intérêt souverains, c’est-à-dire les taux d’intérêt sur les obligations émises par les États pour financer leur dette publique. The Conversation, Dettes publiques : le Covid-19 augmente la contagion sur le marché des obligations d’État
  • Pour enrayer la contagion, le gouvernement a décidé d’imposer aux quelque 700.000 habitants d’une vingtaine de quartiers un nouveau « confinement à domicile », pour au moins deux semaines. Le Quotidien, Contagion dans les banlieues de Lisbonne, où le confinement est une gageure | Le Quotidien
  • Le mépris est la maladie la plus dangereuse d'un état, et dont la contagion se répand le plus aisément et le plus promptement du chef dans les membres. De Cardinal de Retz
  • Encre. Vil composé de tanin, de noir de fumée, de gomme arabique et d'eau, principalement utilisé pour faciliter la contagion de la bêtise et promouvoir le crime intellectuel. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Le deuil est une convalescence. Le repos de l'être absent devient notre propre repos. Il y a de la contagion dans la mort. De Robert Baillie
  • Il n'y a point de contagion plus dangereuse que celle des malheureux. De Baltasar Gracian y Morales / L'homme de cour
  • La plupart attrapent une opinion comme on attrape la rougeole, par contagion. De Jules Payot / La Faillite de l’enseignement
  • Il pense par contagion et attrape une opinion comme un rhume. De John Ruskin
  • Je me méfie de la contagion des machines. De Georges Duhamel / Scènes de la vie future
  • Les condamnés à mort sont contagieux. André Malraux, L'Espoir, Gallimard

Images d'illustration du mot « contagion »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « contagion »

Langue Traduction
Corse contagi
Basque kutsadura
Japonais 伝染
Russe зараза
Portugais contágio
Arabe مرض معد
Chinois 传染
Allemand ansteckung
Italien contagio
Espagnol contagio
Anglais contagion
Source : Google Translate API

Synonymes de « contagion »

Source : synonymes de contagion sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « contagion »



mots du mois

Mots similaires