La langue française

Épidémie

Définitions du mot « épidémie »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPIDÉMIE, subst. fém.

A.− MÉDECINE
1. Augmentation inhabituelle et subite du nombre d'individus atteints d'une maladie transmissible existant à l'état endémique dans une région ou une population donnée; apparition d'un nombre plus ou moins élevé de cas d'une maladie transmissible n'existant pas normalement à l'état endémique dans une région donnée (p. oppos. à endémie) (d'apr. Méd. Biol. t. 2 1971). Épidémie dévastatrice, régnante; grande, terrible épidémie; propagation, transmission des épidémies. Les épidémies sont un fléau; mais elles ne sont pas les seuls maux dont les vivants soient menacés dans leur chair (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 86):
1. Les centres endémiques du typhus et de la fièvre récurrente correspondent à des foyers permanents de saleté ou de misère. Quant aux grandes épidémies que causent parfois ces maladies, elles éclatent lorsque des perturbations économiques viennent rompre les habitudes d'hygiène qu'a peu à peu créées la civilisation moderne. Brunhes, Géogr. hum.,1942, p. 289.
P. compar. [En parlant d'une chose considérée comme un mal phys. ou mor.] Une barbe rongée par cette lèpre étrange qui s'abat quelquefois, comme une épidémie, sur toutes les statues d'un quartier (Sartre, Nausée,1938, p. 46).Un matérialisme sordide s'était répandu dans le pays comme une épidémie (Sartre, Mort âme,1949, p. 238).
Rem. 1. On parle aussi d'épidémie à propos des animaux. Le deuil morne d'un troupeau frappé d'épidémie (Zola, Germinal, 1885, p. 1298). On voit parfois les corneilles ou les daims succomber sous des épidémies inexplicables (Giraudoux, Électre, 1937, I, 3, p. 42). En méd. vétér., le terme approprié est toutefois épizootie (d'apr. Villemin 1975). 2. On rencontre ds la docum. le dér. épidémicité, subst. fém. Caractère épidémique d'une maladie. Ces fièvres endémiques, prématurées dans leur apparition, contractèrent presque soudainement un véritable caractère épidémique. On ne pouvait raisonnablement attribuer leur existence, encore moins leur épidémicité et la gravité qu'elles ont eue, aux causes ordinaires et propres à ce genre de maladies, à l'impaludation (Dr. L. Marchant, in Actes de l'Acad. royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, VI, 91 − C.H. ds Quem. DDL t. 8).
2. P. ext. Multiplication considérable de cas de toute maladie (transmissible, carentielle ou autre; intoxication) ou de tout autre phénomène biologique ou social (accident, divorce, suicide, etc.). Après six mois de vie en commun, une épidémie de divorce s'abattit tout à coup sur les ménages (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 174).Une folie, une épidémie de folie, (...) sévit en ce moment dans la province de San-Paulo (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Horla, 1886, p. 1117):
2. Quoiqu'il faille compter avec ce que Gœthe appelait « le destin allemand de se rendre toutes choses difficiles », l'épidémie de suicides qui affecta le pays entier, entre les deux guerres, en dit long sur le désarroi des esprits. Camus, Homme rév.,1951, p. 223.
B.− Au fig. [En parlant de tout autre phénomène hum. jugé comme un mal collectif] Ce qui touche rapidement et dans un même lieu un grand nombre de personnes en se propageant comme une épidémie. Synon. contagion, engouement, entraînement, mode.
1. [En parlant d'attitudes mentales] Qu'y a-t-il au fond de cette immense épidémie d'« infranchise »? (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 157).Et se sentir atteint par cette épidémie morale, qui propage dans les peuples la puissante folie des pensées collectives, le souffle de la guerre! (Rolland, J.-Chr.,Maison, 1909, p. 1066).
2. [En parlant de comportements collectifs] L'épidémie de destruction née du siège de Paris (Zola, Débâcle,1892, p. 625):
3. isabelle. − Ah? oui, parce que tu veux travailler, toi aussi, bien entendu! philippe. − Il faudra bien! isabelle. − Décidément, c'est une épidémie! ... enfin! ... Bourdet, Sexe faible,1931, III, p. 466.
Prononc. et Orth. : [epidemi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1256 ypidime (A. de Sienne, Regime du Corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, p. 60, 4); après 1349 epydimie, epydemie (G. de Machaut, Jugement du roi de Navarre, éd. Hœpffner, 346, 473). Empr. au lat. médiév. epidemia, epidimia (1250 ds Latham), gr. ε ̓ π ι δ η μ ι ́ α « épidémie »; les formes en -di- en raison de la prononc. du η en gr. de basse époque. Fréq. abs. littér. : 324. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 274, b) 365; xxes. : a) 431, b) 689. Bbg. Gohin 1903, p. 364. − Rog. 1965, p. 110.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPIDÉMIE, subst. fém.

A.− MÉDECINE
1. Augmentation inhabituelle et subite du nombre d'individus atteints d'une maladie transmissible existant à l'état endémique dans une région ou une population donnée; apparition d'un nombre plus ou moins élevé de cas d'une maladie transmissible n'existant pas normalement à l'état endémique dans une région donnée (p. oppos. à endémie) (d'apr. Méd. Biol. t. 2 1971). Épidémie dévastatrice, régnante; grande, terrible épidémie; propagation, transmission des épidémies. Les épidémies sont un fléau; mais elles ne sont pas les seuls maux dont les vivants soient menacés dans leur chair (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 86):
1. Les centres endémiques du typhus et de la fièvre récurrente correspondent à des foyers permanents de saleté ou de misère. Quant aux grandes épidémies que causent parfois ces maladies, elles éclatent lorsque des perturbations économiques viennent rompre les habitudes d'hygiène qu'a peu à peu créées la civilisation moderne. Brunhes, Géogr. hum.,1942, p. 289.
P. compar. [En parlant d'une chose considérée comme un mal phys. ou mor.] Une barbe rongée par cette lèpre étrange qui s'abat quelquefois, comme une épidémie, sur toutes les statues d'un quartier (Sartre, Nausée,1938, p. 46).Un matérialisme sordide s'était répandu dans le pays comme une épidémie (Sartre, Mort âme,1949, p. 238).
Rem. 1. On parle aussi d'épidémie à propos des animaux. Le deuil morne d'un troupeau frappé d'épidémie (Zola, Germinal, 1885, p. 1298). On voit parfois les corneilles ou les daims succomber sous des épidémies inexplicables (Giraudoux, Électre, 1937, I, 3, p. 42). En méd. vétér., le terme approprié est toutefois épizootie (d'apr. Villemin 1975). 2. On rencontre ds la docum. le dér. épidémicité, subst. fém. Caractère épidémique d'une maladie. Ces fièvres endémiques, prématurées dans leur apparition, contractèrent presque soudainement un véritable caractère épidémique. On ne pouvait raisonnablement attribuer leur existence, encore moins leur épidémicité et la gravité qu'elles ont eue, aux causes ordinaires et propres à ce genre de maladies, à l'impaludation (Dr. L. Marchant, in Actes de l'Acad. royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, VI, 91 − C.H. ds Quem. DDL t. 8).
2. P. ext. Multiplication considérable de cas de toute maladie (transmissible, carentielle ou autre; intoxication) ou de tout autre phénomène biologique ou social (accident, divorce, suicide, etc.). Après six mois de vie en commun, une épidémie de divorce s'abattit tout à coup sur les ménages (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 174).Une folie, une épidémie de folie, (...) sévit en ce moment dans la province de San-Paulo (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Horla, 1886, p. 1117):
2. Quoiqu'il faille compter avec ce que Gœthe appelait « le destin allemand de se rendre toutes choses difficiles », l'épidémie de suicides qui affecta le pays entier, entre les deux guerres, en dit long sur le désarroi des esprits. Camus, Homme rév.,1951, p. 223.
B.− Au fig. [En parlant de tout autre phénomène hum. jugé comme un mal collectif] Ce qui touche rapidement et dans un même lieu un grand nombre de personnes en se propageant comme une épidémie. Synon. contagion, engouement, entraînement, mode.
1. [En parlant d'attitudes mentales] Qu'y a-t-il au fond de cette immense épidémie d'« infranchise »? (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 157).Et se sentir atteint par cette épidémie morale, qui propage dans les peuples la puissante folie des pensées collectives, le souffle de la guerre! (Rolland, J.-Chr.,Maison, 1909, p. 1066).
2. [En parlant de comportements collectifs] L'épidémie de destruction née du siège de Paris (Zola, Débâcle,1892, p. 625):
3. isabelle. − Ah? oui, parce que tu veux travailler, toi aussi, bien entendu! philippe. − Il faudra bien! isabelle. − Décidément, c'est une épidémie! ... enfin! ... Bourdet, Sexe faible,1931, III, p. 466.
Prononc. et Orth. : [epidemi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1256 ypidime (A. de Sienne, Regime du Corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, p. 60, 4); après 1349 epydimie, epydemie (G. de Machaut, Jugement du roi de Navarre, éd. Hœpffner, 346, 473). Empr. au lat. médiév. epidemia, epidimia (1250 ds Latham), gr. ε ̓ π ι δ η μ ι ́ α « épidémie »; les formes en -di- en raison de la prononc. du η en gr. de basse époque. Fréq. abs. littér. : 324. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 274, b) 365; xxes. : a) 431, b) 689. Bbg. Gohin 1903, p. 364. − Rog. 1965, p. 110.

Wiktionnaire

Nom commun

épidémie \e.pi.de.mi\ féminin

  1. (Médecine) Maladie qui atteint en même temps et dans le même lieu un grand nombre d’individus d’une population.
    • Mais comme la mère Désiré agonisait et que quelques autres ne valaient guère mieux, il jugea que l’enquête rigoureuse et sévère qui s’imposait devait lui faire découvrir la source occulte de cette extraordinaire épidémie. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Soudain une épidémie de typhoïde ravagea le village. Coup sur coup, les morts s'amoncelaient. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
    • Leur pouvoir était illimité ; ils guérissaient les malades abandonnés des médecins, rendaient fécondes les terres stériles, arrêtaient les épidémies de bestiaux, mais ils n’étaient point toujours d’humeur à ces sorcelleries bienfaisantes. — (Octave Mirbeau, Rabalan,)
    • A Singapour, en 1967, au moment même où la chute de la fécondité atteint sa vitesse maximale, se déclenche une épidemie de Koro, manifestation hystérique spécifiquement masculine. Les individus touchés craignent et perçoivent une rétraction de leur pénis, qui menace, disent-ils, de disparaître dans l'abdomen. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, p.22)
    • Dans une petite commune telle que Drain, l’épidémie de peste de 1563 fit 153 morts qui furent enterrés ensemble à l'endroit où se dresse la croix commémorative du Moulin-Moreau, sur la route de Saint-Laurent-des-Autels. — (Pierre-Louis Augereau, Les Mauges mystérieuses, Éditions Cheminements, 1994, page 103)
    • Francis Hallé : (...) Une épidémie, par exemple une attaque bactérienne, ça ne tue jamais 100 % des arbres. Ça s’est passé avec les ormes il y a quelques années. Presque tous les ormes ont disparu, mais pas tous ! Il reste des ormes résistants. — (Propos recueillis par Lucien Jedwab, Rencontre entre les botanistes Gilles Clément et Francis Hallé : « Les plantes paraissent toujours exotiques au début », Le Monde, 4 juillet 2017,)
  2. (Figuré) Engouement qui atteint un grand nombre de personnes.
    • Une véritable épidémie de petits drapeaux et d’insignes pour boutonnières s’abattit sur les torrents de jeunesse laborieuse et pressée […]. Il était dangereux de ne pas avoir d’insignes patriotiques au revers de l’habit. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 213 de l’éd. de 1921)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPIDÉMIE. n. f.
T. de Médecine. Maladie qui atteint en même temps et dans le même lieu un grand nombre de personnes. Cette maladie, qui n'avait d'abord atteint que peu de gens, dégénéra en épidémie. Plusieurs épidémies ont désolé cette contrée. Il régnait une épidémie dans le pays. Fig., L'engouement pour cette mode est général, c'est une épidémie, c'est une véritable épidémie.

Littré (1872-1877)

ÉPIDÉMIE (é-pi-dé-mie. Ménage dit, pour son temps, que l'on prononçait épidimie) s. f.
  • 1Maladie, contagieuse ou non, qui attaque un très grand nombre de personnes. Il régnait une épidémie dans le pays. Les grandes épidémies qui ont ravagé le monde. L'épidémie du choléra.

    Au plur. Les Épidémies, titre d'un ouvrage d'Hippocrate où il rapporte l'histoire de différentes maladies et l'influence pathologique de quelques années.

  • 2 Fig. Ce qui s'empare des esprits comme l'épidémie s'empare des corps. Il est pour ainsi dire des épidémies d'esprit qui gagnent les hommes de proche en proche comme une espèce de contagion, Rousseau, 2e dial. Cent orateurs fameux sous le seul règne d'Auguste ! quelle épidémie ! Diderot, Règne de Claude et Néron, I, § 1. L'épidémie des croisades eût entraîné les Français loin de leurs frontières, Raynal, Hist. phil. IV, 17.

HISTORIQUE

XIIIe s. Pestilence que li phisicien apelent ypidime, Alebrand, f° 21.

XVe s. Et de jour en jour aloient mourant, en l'ost, d'impidemie, Geste des nobles, Viriville, p. 143. De mauvais air corrompu, de pourceaulx, Font en maint lieu causer l'epidemie, Deschamps, Poésies mss. f° 350, dans LACURNE. Dieu me fiere [frappe] d'espidimie, Orléans, Ball. 138.

XVIe s. Les anciens l'ont appellée [la peste] epidemie, quand la corruption venoit de l'air qui promptement fait mourir plusieurs en un instant, et en mesme region, Paré, XXIV, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épidémie »

Ἐπιδήμιος, épidémique, populaire, de ἐπὶ, sur, et δῆμος, peuple. On trouve impedumié, frappé d'une épidémie régnante : Et lors le roi lui demanda si elle estoit impedumiée, Duclos, Hist. de Louis XI, pièces justif. in-12, 1746, p. 54. On remarquera l'ancienne forme ypidime, qui est conforme à l'accentuation latine, epidémia, et à la prononciation grecque moderne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin epidemia dérivé du grec ancien ἐπιδημία (« à la maison »). Les premières attestations (1256) ypidime — (A. de Sienne, Regime du Corps) ; (Après 1349) epydimie, epydemie — (G. de Machaut, Jugement du roi de Navarre) correspondent à la prononciation hellénistique du grec επιδημία.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « épidémie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épidémie epidemi

Évolution historique de l’usage du mot « épidémie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « épidémie »

  • Les modes ne sont après tout que des épidémies provoquées. De George Bernard Shaw
  • Les grandes épidémies meurtrières ont disparu. Elles ont toutes été remplacées par une seule : la prolifération des êtres humains eux-mêmes. De Jean Baudrillard / Cool Memories - 1980-1985
  • Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, s'est exprimé ce mercredi dans les colonnes du Figaro. Pour lui, "il faut se préparer à une reprise de l'épidémie, voire à une deuxième vague", alors que Santé Publique France montre qu'un quart des personnes infectées restent asymptomatiques. France Bleu, Coronavirus : "Il faut se préparer à une reprise de l'épidémie", estime Jérôme Salomon
  • La pandémie de Covid-19 n'est pas la première épidémie virale de notre histoire. Pourtant, nous peinons à anticiper son évolution alors que le bilan mondial s'élève aujourd'hui à plus d'un demi-million de morts. Comment ce virus continue-t-il à déjouer tous les modèles épidémiques ? France Culture, Covid-19 : pourquoi l'épidémie nous surprend-elle encore ?
  • Cette épidémie est totalement mondialisée, mais « hors de contrôle » m’apparaît un peu fort, car un certain nombre de pays qui ont subi la première vague l’ont à peu près contrôlée. Tout ce qui se passe dans l’hémisphère Sud nous fait dire que, même si ce virus est moins saisonnier qu’un virus grippal, il s’en rapproche quand même par certains côtés. Et on ne voit pas comment on éviterait un retour du virus dans l’hémisphère Nord à l’automne, donc une possible deuxième vague en octobre-novembre. Le très grand point d’interrogation est l’Afrique, qui, pour des raisons encore inconnues, est très peu touchée. C’est évidemment un enjeu majeur. Le Monde.fr, Jean-François Delfraissy : « Nous sommes à la merci d’une reprise de l’épidémie de Covid-19 en France »
  • L'épidémie de Covid-19 est pour le moment maîtrisée mais la présence de traces du virus dans les eaux usées parisiennes interroge.  lejdd.fr, Covid-19 : faut-il craindre un retour de l'épidémie en France?
  • L'Académie recommande également d'étendre cette surveillance à d'autres virus comme les myxovirus (dont fait partie la grippe), les rotavirus (qui provoquent des gastro-entérites) ou les virus respiratoires syncitial (bronchiolite) et de "de constituer une banque de prélèvements permettant rétrospectivement de détecter tout nouveau virus ou agent pathogène qui apparaîtrait dans la population en fixant ainsi le début de l'épidémie".  LExpress.fr, Pour anticiper l'épidémie, l'Académie de médecine recommande de surveiller les eaux usées - L'Express
  • Si la situation semble sous contrôle en Europe, continent le plus durement touché avec plus de 200.000 morts, l'inquiétude se renforce en Australie, aux États-Unis ou en Inde qui vient de franchir la barre des 20.000 morts. Plus de trois millions de cas de Covid-19 ont par ailleurs été recensés en Amérique latine et aux Caraïbes depuis le début de l'épidémie. Le Figaro.fr, Coronavirus : nouveau record de cas aux États-Unis, «l'épidémie s'accélère», selon l'OMS
  • Après une épidémie très forte en mars-avril, le coronavirus circule nettement moins dans le département du Haut-Rhin. La campagne de dépistage gratuit et sans ordonnance menée ces derniers jours n'a révélé que très peu de cas positifs. France Bleu, Coronavirus : dans le Haut-Rhin, après des semaines d'épidémie, le virus circule très peu
  • Les annonces peu rassurantes sur l'évolution de l'épidémie se multiplient à travers le monde entre le cap des trois millions de cas détectés aux Etats-Unis, la probable restriction des retours en Australie pour les résidents en provenance de l'étranger et l'imposition du masque obligatoire dans l'espace public en Catalogne. usinenouvelle.com/, L'accélération de l'épidémie incite à la prudence - Infos Reuters

Images d'illustration du mot « épidémie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « épidémie »

Langue Traduction
Anglais epidemic
Espagnol epidemia
Italien epidemia
Allemand epidemie
Chinois 流行性
Arabe وبائي
Portugais epidemia
Russe эпидемия
Japonais エピデミック
Basque epidemikoa
Corse epidemia
Source : Google Translate API

Synonymes de « épidémie »

Source : synonymes de épidémie sur lebonsynonyme.fr

Épidémie

Retour au sommaire ➦

Partager