Gouverner : définition de gouverner


Gouverner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GOUVERNER, verbe

I. − Emploi trans.
A. − [Le compl. d'obj. dir. désigne une embarcation] Diriger un bateau à l'aide d'un gouvernail; diriger un navire et le faire évoluer; en partic., ,,maintenir un navire à un cap donné au moyen du gouvernail`` (Sizaire Marine 1972). C'est le vieux caïman qui gouverne le brick (Sue, Atar Gull,1831, p. 9).Debout, à l'arrière, Pierre-Côme gouvernait le chaland rempli de bois de marée (Guèvremont, Survenant,1945, p. 198) :
1. La barque [des Normands au viies.] est actionnée par une vingtaine de rameurs et gouvernée, comme d'habitude, par un aviron à l'arrière. Elle n'a toujours ni quille ni pont... P. Rousseau, Hist. transp.,1961, p. 115.
Absol. Le gendarme ne savait pas gouverner, mais il savait un peu ramer. Il prit la seconde paire de rames, et je me mis à la barre (Mille, Barnavaux,1908, p. 63).
[En parlant de ceux qui sont sur un navire] Se diriger (vers). On hissa la voile de misaine, qu'on offrit au vent, et on gouverna vers la plage (Renan, St Paul,1869, p. 555).Les glaces, au début de l'éclaircie, étaient à l'horizon; nous gouvernons dessus, et déjà elles apparaissent comme les dents d'une scie blanche (Charcot, Mer Groënland,1929, p. 180) :
2. Nous gouvernons au nord, du moins autant que nous le pouvons, car il nous faut consulter le compas à chaque instant. La seule manière dont nous puissions nous diriger consiste à prendre pour guide un objet au nord et à marcher vers lui... Bellot, Voy. mers polaires,1863, p. 271.
Gouverner au plus près. ,,Gouverner de façon à tenir le vent dans les voiles sous l'angle le plus aigu possible`` (Soé-Dup. 1906). La brise était très-fraîche de la partie de l'ouest et je ne cessai de gouverner au plus près babord, filant à peine trois nœuds sur une mer très-dure (Dumont d'Urville, Voy. Pôle Sud, t. 2, 1842, p. 163).
Gouverner à barre franche. Gouverner en agissant directement sur la barre (d'apr. Bonn.-Paris 1859).
Gouverner à la roue. Mouvoir la barre du gouvernail à l'aide d'une roue (d'apr. Bonn.-Paris 1859).
Gouverner à la lame. ,,S'efforcer de diriger le navire de manière à suivre la direction de propagation de la houle, au lieu de la contrarier`` (Le Clère 1960) :
3. En cape, le bâtiment recevait de gros paquets risquant de tout arracher et la machine s'affolait; nous mîmes en fuite sous la misaine, la machine à quatre-vingts tours, filant de l'huile et gouvernant à la lame. Charcot, Rapp. prélim. camp. « Pourquoi-Pas? »,1934, p. 27.
Gouverner dans les eaux d'un navire. ,,Faire route en suivant les eaux d'un autre navire`` (Bonn.-Paris 1859).
P. anal. [Le compl. désigne un aéronef] Gouverner un avion (Ac. 1932). [En navigation aérienne] sans connaître exactement le vent (...). On gouvernera (...) dès le départ à un cap « plus au vent » de la route de façon à corriger, grosso modo, la dérive (A.-B. Duval, Hébrard, Nav. aér.,1928, p. 56).
Au fig.
Fam. C'est lui qui gouverne la barque. ,,C'est lui qui a la conduite de l'entreprise`` (Ac. 1835-1932).
Proverbial. Gouverner bien sa barque. ,,Conduire bien ses affaires ou Se conduire sagement`` (Ac. 1835, 1878). Ici, on va très bien, on est heureux et content. Les enfants gouvernent bien la barque et je suis heureuse de n'avoir rien à gouverner (Sand, Corresp., t. 5, 1866, p. 120).
P. anal., vieilli. [Le compl. désigne un attelage, des chevaux] Synon. de diriger, conduire.Gouverner un attelage (Ac. 1932). La Noue (...) au moyen d'un crochet qui sortait au lieu de main, de son brassard droit (...) gouvernait la bride de son cheval (Mérimée, Chron. règne Charles IX,1829, p. 255).Mmede Boufflers est là [dans un tableau] (...) le profil ne manquant pas de fierté, et gouvernant bien son cheval (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 4, 1863, p. 178) :
4. ... l'instant d'après je la vis remonter dans une grosse charrette de blanchisseuse traînée par un grand cheval normand. Elle gouvernait cette lourde machine avec autant de facilité qu'un cocher du faubourg Saint-Germain qui conduit sa noble maîtresse à Saint-Sulpice. Janin, Âne mort,1829, p. 88.
B. − [Le compl. désigne qqc.] Avoir la conduite, l'administration de quelque chose.
1. Avoir l'administration de quelque chose. [Le] duc, qui gouvernait lui-même les biens de sa maison en employant tous les revenus à son agrandissement ou à son train (Balzac, Enf. maudit,1831-36, p. 379).Elle me dit que Mathilde qui allait nous servir le thé gouvernait le ménage. Quand je pénétrai dans la maison, j'étais déjà un familier (Chardonne, Claire,1931, p. 20) :
5. Ce fut un des plus gros fermiers de Fonteneilles, M. Honoré Fortier, homme de vingt-six ans, qui venait d'hériter de son père, et qui gouvernait les cent hectares de la Vigie. R. Bazin, Blé,1907, p. 45.
En partic. Administrer avec épargne. Vous n'avez pas beaucoup de provisions, gouvernez-les bien (Ac.1798-1878).Je sais que je gouverne très mal mon petit budget (Bernanos, Imposture,1927, p. 486) :
6. Sa fortune n'était pas considérable, mais il la gouvernait avec tant d'ordre, qu'il trouvait toujours le moyen de faire la part du pauvre. Reybaud, J. Paturot,1842, p. 322.
Proverbe. Il faut gouverner sa bouche selon sa bourse. Il faut régler ses dépenses d'après sa fortune (d'apr. Guérin 1892).
2. Vieilli. Avoir soin de quelque chose; prendre soin de quelque chose afin qu'il ne périsse pas, qu'il reste en bon état. Il s'entend à gouverner le vin, à gouverner une cave (Ac.1798-1932).Rôtis et viandes grillées (...). Les jeunes perdrix, perdreaux et cailles doivent être gouvernés comme la volaille blanche (Audot, Cuisin. campagne et ville,1896, p. 628) :
7. Pour bien gouverner un parc ou un jardin paysager il est indispensable de savoir la culture, comme pour obtenir du blé, des choux, de la vigne ou des navets, des fleurs ou du foin, c'est-à-dire connaître les plantes que l'on cultive, savoir leurs besoins, comme leurs appétits. Gressent, Créat. parcs et jardins,1891, p. 540.
Emploi pronom. passif. Les vieux initiés (...) savent comment le haschisch se gouverne (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 357).
P. ext.
Prendre soin de quelqu'un (enfants, malades). C'est une femme qui s'entend à gouverner les enfants, les malades (Ac. 1835, 1878). En partic. Gouverner un enfant. En être le gouverneur; diriger son éducation. Vous savez, ma mie, (...) quelles raisons m'ont fait vous choisir pour gouverner mon fils (Druon, Roi de fer,1955, p. 17).
Élever, soigner des animaux. Gouverner les chevaux; gouverner la basse-cour, l'étable. Le sel est d'une nécessité absolue pour gouverner les bestiaux (Crèvecœur, Voyage, t. 2, 1801, p. 258).C'est ces réunions du soir, ces belles réunions du soir (...); les vaches ont été gouvernées, les petits enfants ont été mis au lit, on vient de manger la soupe (Ramuz, Œuvres compl., Terre du ciel, Lausanne, éd. Rencontre, 1967 [1921], p. 177).
Emploi abs. :
8. Les Vaudois savent qu'un patron gouverne quand il trait, affourage, nettoie les bêtes à l'étable, puis coule le lait à la laiterie. J. Chessex, Portrait des Vaudois, Lausanne, Bertil Galland, 1972 [1969], p. 22.
3. [Le suj. désigne un inanimé] Avoir une influence déterminante sur quelque chose. La même loi gouverne le relief du fond des mers (Lapparent, Abr. géol.,1886, p. 10).C'était un thermomètre gouverné par le zodiaque (Beer1939, p. 173) :
9. Ainsi la parathyroïde gouverne le taux de la calcémie et de la phosphorémie; un hyperfonctionnement de la glande est suivi d'une hausse plasmatique du calcium aux dépens d'os devenus friables. Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 637.
GRAMM. Synon. de régir.C'est ainsi que l'on dit : Les verbes et les adjectifs s'accordent avec leurs sujets et leurs substantifs, et gouvernent leurs régimes (Destutt de Tr., Idéol., 2, 1803, p. 184).
C. − [Le compl. désigne un ou des individus, une collectivité] Diriger quelqu'un; conduire des hommes; les mener en usant de son influence ou les régir avec autorité.
1. Diriger la conduite de personnes. C'est au père à gouverner ses enfants (Ac. 1835-1932).
a) [Le suj. désigne une personne] Chaque maîtresse gouverne un trop grand nombre d'élèves (Frapié, Maternelle,1904, p. 108).Le clergé de ce diocèse était le plus difficile à gouverner de toute la France! (Billy, Introïbo,1939, p. 121) :
10. Pourtant, loin de prendre en main la cause de ceux qu'ils étaient faits pour défendre et pour gouverner dans cet humble gouvernement des choses quotidiennes, les sous-officiers volontaires se sont presque toujours conduits avec un odieux égoïsme. Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 274.
Absol. Dans cette maison, c'est la femme qui gouverne (Ac. 1798-1932). Ce dernier [M. Villemain] règne depuis trente-deux ans. Règne ou gouverne, car les secrétaires perpétuels ont de fait le gouvernement de l'Académie (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 12, 1867, p. 408).Le patron ne gouverne pas plus que l'ouvrier (Vedel, Dr. constit.,1949, p. 200).
P. métaph. Excusez-le s'il [Ronsard] ne gouverne pas son français comme il le faudrait, il vient de faire un excès d'Homère ou de Pindare (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 12, 1855, p. 77).
b) [Le suj. est abstr.]
[Le suj. désigne Dieu et son action dans le monde] Dieu gouverne l'univers (Ac. 1835-1932). C'est Dieu qui gouverne, ce ne sont pas les hommes (Courier, Pamphlets pol., À réd. Constitutionnel, 1823, p. 202).Cf. gouvernement, ex. 4.
[Le suj. désigne des choses morales] L'âme gouverne le corps (Ac. 1835-1932). Parallèle de la volupté, de l'ambition et de la passion du jeu; « les trois plus tyranniques passions qui puissent gouverner l'homme; il faut y joindre l'avarice. » (Chênedollé, Journal,1820, p. 102) :
11. Cet homme n'est jamais solitaire, mais mêlé et lié à une collection ou à des collections d'hommes de qui les avis, les jugements, les passions et les mœurs gouvernent ses croyances, ses idées, son attente, ses songes. Nizan, Chiens garde,1932, p. 194.
2. [En parlant d'une pers.] Avoir de l'influence sur quelqu'un.
a) Avoir du crédit, de l'empire, de l'influence, un grand pouvoir sur quelqu'un. Gouverner qqn. Gœthe, le plus insouciant de tous les hommes, parce qu'il est sûr de gouverner son public, ne s'est pas donné la peine de mettre sa pièce en vers (Staël, Allemagne, t. 3, 1810, p. 29).Thérèse était bavarde, sotte (...) on lui tire les vers du nez, on la flatte, on la gouverne comme on veut (Cocteau, Poés. crit. I,1959, p. 273) :
12. ... il [l'abbé Tolbiac] pria la vicomtesse de ne point manquer l'office du dimanche (...) − Vous et moi, disait-il, nous sommes la tête du pays; nous devons le gouverner et nous montrer toujours comme un exemple à suivre. Maupass., Une Vie,1883, p. 185.
Vieilli, fam. ,,Comment gouvernez-vous un tel?`` (Ac. 1798-1878) ,,Comment êtes-vous, de quelle façon vivez-vous avec lui?`` (Ac. 1798-1878).
P. anal. Eh bien! cher beau-père, comment gouvernez-vous ce petit désespoir? (...) Avez-vous pris votre parti? (Augier, Gendre M. Poirier,1864, II, p. 278) :
13. − (...) Je ne demande pas seulement comment je gouvernerai mon chagrin. Que j'en vive ou que j'en meure, c'est comme il plaira à Dieu... Sand, F. le Champi,1808, p. 86.
b) Avoir de l'emprise sur des sentiments, des passions; en être maître. Gouverner ses passions (Ac. 1835-1932). Gouverner nos membres et nos désirs (Blondel, Action,1893, p. 222) :
14. Nous commençons toujours, à ce que je crois, par de ridicules pensées, que nous redressons, que nous surmontons, que nous oublions; penser est cela même; penser c'est gouverner ses pensées, d'après le double modèle de l'univers résistant et du commun sens. Alain, Propos,1921, p. 243.
Emploi pronom. Dans une grande partie de leurs actes, les anciens se gouvernaient par les songes qu'ils avaient eus la nuit précédente (Renan, Vie Jésus,1863, p. xx) :
15. ... pour cette fois, mon cœur éclaira ma raison. Je voudrais en conclure que toujours on doit se gouverner sur les lumières du cœur (...). Mais il faut dire la vérité au risque de déplaire. Le cœur se trompe comme l'esprit... France, Pt Pierre,1918, p. 34.
Vieilli. Avoir une conduite, quelle qu'elle soit, dans sa vie, ses affaires; se comporter. Il s'est toujours gouverné sagement (Ac. 1798-1932). Il n'était pas facile de se gouverner au milieu des débris de cette armée (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 238).
En partic. [Le suj. désigne une femme] Avoir une certaine conduite en ce qui concerne son honneur. Cette femme se gouverne mal (Ac. 1835-1932).
[Sans autre compl.] Être maître de soi, de ses passions. Pour jouer parfaitement, il faut avoir le plus grand sang-froid (...). En un mot, il faut se gouverner (Mérimée, Lettres à une autre inconnue,1865, p. 7).Tous (...) admirent ceux qui se gouvernent, et méprisent ceux qui cèdent à la partie inférieure (Alain, Propos,1921, p. 212).
3. Détenir l'autorité (dans un pays); diriger les affaires publiques de l'État; exercer le pouvoir politique. Il [Guillaume Tell] n'a point pour but d'affranchir son pays du joug étranger, il ne sait pas si l'Autriche doit ou non gouverner la Suisse (Staël, Allemagne, t. 3, 1810, p. 16).Est-ce vous qui choisissez ceux qui vous gouvernent, qui vous commandent de faire ceci et de ne pas faire cela, qui imposent vos biens, votre industrie, votre travail? (Lamennais, Paroles croyant,1834, p. 171) :
16. ... tout dépendra des hommes qu'on y enverra pour l'habiter ou pour la gouverner. Ce n'est pas un soldat qu'il faut envoyer pour gouverner la Louisiane, c'est un général administrateur. Baudry des Loz., Voy. Louisiane,1802, p. 219.
Absol. L'art de gouverner (Ac. 1835-1932).
Spéc. Détenir le pouvoir exécutif. Lorsque le ministère ou la magistrature s'empare du pouvoir et l'exerce en corps, comme en Pologne, à Berne, en Suède, à Venise, ce ministère ne sert pas, il gouverne; il n'est plus ministère, il est pouvoir (Bonald, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 99).Les familles florentines ont beau crier, le peuple et les marchands ont beau dire, les Médicis gouvernent au moyen de leur garnison (Musset, Lorenzaccio,1834, I, 2, p. 92) :
17. La Monarchie selon la Charte est un catéchisme constitutionnel (...). Ainsi, ce principe, que le roi règne et ne gouverne pas, [it. ds le texte] se trouve tout entier dans les chapitres IV, V, VI et VII sur la prérogative royale. Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 15.
[P. réf. à E. de Girardin ou à Thiers] Gouverner, c'est prévoir :
18. « Gouverner, c'est prévoir » : prévoir le moment où l'on a accumulé assez d'erreurs, de scandales et de déficits pour se retirer à temps. G. Cesbron, Mourir étonné, Paris, Laffont, 1976, p. 226.
Emploi pronom. [Le suj. désigne un peuple, un état] Ils résolurent de se gouverner eux-mêmes et de se constituer en république (Ac.1835, 1878).Le pays alors se gouvernait lui-même, maintenant on le gouverne (Dusaulx, Voy. Barège, t. 1, 1796, p. 61).Si les Suisses sont un peuple qui sait se gouverner, c'est aussi un peuple qui ne sait pas grand chose d'autre (Gobineau, Corresp. [avec Tocqueville], 1850, p. 146) :
19. Il faut même distinguer, parmi les peuples conquis, ceux qui avaient toujours obéi à des rois et ceux qui avaient l'habitude de se gouverner eux-mêmes. Ménard, Rêv. païen mystique,1876, p. 131.
II. − Emploi intrans. [Le suj. désigne un bâtiment, une embarcation] Obéir au gouvernail, se (laisser) diriger. Ce bâtiment, ce bateau est désemparé : il ne gouverne plus (Ac.1932).Par le plus grand bonheur, une brise presque insensible se leva; le vaisseau, gouvernant un peu, se rapprocha de moi (Chateaubr., Voy. Amér. et Ital., t. 1, 1827, p. 17).Le brick (...) changea sa route et gouverna en plein sur le phare (Malot, R. Kalbris,1869, p. 19) :
20. Les deux navires se sont tenus pendant quelque temps si près l'un de l'autre, sans pouvoir gouverner, qu'un abordage a failli avoir lieu. Dumont d'Urville, Voy. Pôle Sud, t. 2, 1842, p. 35.
Gouverner sur son ancre, sur sa bouée. ,,Lorsqu'un vaisseau étant au mouillage, dans une rivière, l'action du courant lui imprime des mouvements de rotation`` (Ac. 1878, 1932).
REM.
Gouvernance, subst. fém.,hist. [En Flandre et en Artois] Synon. de bailliage (d'apr. Lep. 1948).La gouvernance d'Arras, de Lille, etc. (Ac. 1798-1878).
Prononc. et Orth. : [guvε ʀne], (il) gouverne [guvε ʀn̥]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1050 guverner « exercer le pouvoir politique » (Alexis, éd. Chr. Storey, 561); 1789 part. prés. et passé masc. plur. subst. gouvernants, gouvernés (Art. du 4 sept. ds Moniteur I 419b d'apr. Ranft, p. 116); b) ca 1455 part. prés. subst. masc. gouvernant « celui qui a la charge d'une ville, d'un pays, d'une province » (Gilles Le Bouvier, Chron. de Charles VII, éd. H. Courteault et L. Celier, p. 321), supplanté par gouverneur; 1477 part. prés. subst. fém. gouvernante « femme d'un gouvernant » (Documents ds Bartzsch, p. 7); 2. a) ca 1050 guverner « diriger quelque chose (ou quelqu'un) » (Alexis, 413); spéc. b) fin xive-début xves. gouverner « action de s'occuper de l'éducation d'un enfant » (XV joies de mariage, éd. J. Rychner, IV, 165, p. 31); 1534 part. prés. subst. fém. gouvernante « personne qui s'occupe de l'éducation d'un enfant » (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, chap. 10, 21); 1690 id. « personne qui s'occupe d'un célibataire » (Fur.); c) xives. gramm. (ms. St Germain, no1460, fo8 vods Thurot, p. 51); 3. ca 1100 guverner « diriger (un navire) » (Roland, éd. J. Bédier, 2631). Du lat. gubernare « diriger un navire » et « diriger, gouverner », gr. κ υ ϐ ε ρ ν α ́ ω « id. ». Fréq. abs. littér. : 2 176. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 774, b) 2 357; xxes. : a) 2 473, b) 2 424. Bbg. Dub. Pol. 1962, p. 313. - Dupont-Ferrier (G.). Le Mot gouverner et ses dér. ds les instit. du M. Âge. J. des Savants. 1938, t. 36, pp. 49-60. - Wagner (R.-L.). Romania. 1940, t. 66, pp. 413-414.

Gouverner : définition du Wiktionnaire

Verbe

gouverner \ɡu.vɛʁ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Diriger une embarcation à l’aide d’un gouvernail.
    • Vers 13 heures, je hisse la trinquette et le tourmentin et, comme le vent augmente, j'amène la grand'voile et laisse le Firecrest se gouverner seul sous voilure avant. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Gouverner un vaisseau, une barque.
    • (Absolument) Gouverner au plus près.
    • Gouverner à la lame, fuir vent arrière par un gros temps, pour éviter de recevoir des lames.
    • (Figuré) C’est lui qui gouverne la barque, c’est lui qui a la conduite de l’entreprise.
    1. (Par extension) Se dit de l’embarcation elle-même.
      • Ce bâtiment, ce bateau est désemparé, il ne gouverne plus.
      • Gouverner sur son ancre, se dit lorsqu’un vaisseau étant au mouillage, dans une rivière, l’action du courant lui imprime des mouvements de rotation.
  2. (Figuré) Conduire un moyen de transport.
    • Gouverner un cheval, un attelage.
    • Gouverner un ballon, un avion.
  3. Diriger la conduite de choses ou de personnes.
    • Si le succès de sa morale n'a pas égalé le triomphe de sa politique, c'est qu'il est plus difficile, comme il est plus beau, d'améliorer les hommes que de les gouverner. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d'Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • Cependant les femmes de Lima gouvernent les hommes parce qu’elles leur sont bien supérieures en intelligence et en force morale. — (Flora Tristan; Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • Ce n'est rien d'ordonner des actes, si préalablement on n'est pas maître des pensées ; pour gouverner le monde des corps, il faut dominer celui des esprits. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, page 262)
    • Il ressentit une véritable joie à la pensée qu’il avait peut-être une tumeur mortelle, qu’il n’allait plus avoir à s’occuper de rien, que c’était la maladie qui allait le gouverner, faire de lui son jouet, jusqu’à la fin prochaine. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 168)
    • Une fois de plus il constata qu’il gouvernait son cœur aussi mal que possible. — (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 194)
    • Il s’est toujours gouverné sagement.
    • (Absolument) Les ministres gouvernent sous leur responsabilité.
  4. Diriger un pays ; régner.
    • Martov ne condamnait pas la révolution d'Octobre, mais la monopolisation du pouvoir par le Parti bolchévique et sa façon de gouverner, la « commissariocratie ». — (Jean Elleinstein, D'une Russie à l'autre: vie et mort de l'URSS, éd. Messidor/Éditions sociales, 1992, page 143)
  5. Apporter des soins à une chose pour la maintenir en bon état, pour qu’elle ne périsse pas.
    • […], et il serait à préférer qu'on le construisît ainsi que le fourneau d'une forme carrée plutôt que ronde ; cette disposition convient mieux pour l'ajustement dans les douves de la chaudière ; le feu est plus facile à tiser et à gouverner ; […]. — (R. O'Reilly, « Description d'un Alambic avec des Chaudières de bois pour économiser le combustible, ainsi que d'un appareil distillatoire pour rectifier l'esprit-de-vin (alcool) » , dans Annales des arts et manufactures ou mémoires technologiques, tome 5, Paris : Imprimerie des Annales, s.d., page 142)
    • Il s’entend à gouverner le vin, à gouverner une cave.
    • Cette fille de ferme gouverne bien la basse-cour.
  6. (Grammaire) Régir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Gouverner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOUVERNER. v. tr.
Diriger une embarcation à l'aide d'un gouvernail. Gouverner un vaisseau, une barque. On l'emploie le plus souvent absolument. Gouverner au plus près. Par extension, il se dit de l'Embarcation elle-même. Ce bâtiment, ce bateau est désemparé : il ne gouverne plus. Fig. et fam., C'est lui qui gouverne la barque, C'est lui qui a la conduite de l'entreprise. Fig., Gouverner bien sa barque, Conduire bien ses affaires ou Se conduire sagement. Gouverner à la lame, Fuir vent arrière par un gros temps, pour éviter de recevoir des lames. Gouverner sur son ancre, se dit lorsqu'un vaisseau étant au mouillage, dans une rivière, l'action du courant lui imprime des mouvements de rotation. Par analogie, on dit Gouverner un cheval, un attelage. Gouverner un ballon, un avion. Par extension,

GOUVERNER signifie Diriger la conduite de choses, de personnes. Dieu gouverne l'univers. Cet État, ces peuples sont bien gouvernés. C'est au père à gouverner ses enfants. Il s'est toujours gouverné sagement. Cette femme se gouverne mal. Gouverner ses passions. L'âme gouverne le corps. Il n'est pas homme à se laisser gouverner. Gouverner à son gré les volontés de quelqu'un. Gouverner les esprits. Gouverner l'opinion publique. L'opinion gouverne le monde. Les préjugés gouvernent la plupart des hommes. C'est lui qui gouverne toute la maison. Cet habile fonctionnaire s'est arrangé pour gouverner tout le ministère. C'est elle qui gouverne tout le ménage. On l'emploie souvent absolument. Les ministres gouvernent sous leur responsabilité. Gouverner avec fermeté. L'art de gouverner. Dans cette maison, c'est la femme qui gouverne. Il se dit également du soin qu'on a qu'une chose soit en bon état, qu'elle ne périsse pas. Il s'entend à gouverner le vin, à gouverner une cave. Cette fille de ferme gouverne bien la basse-cour. En termes de Grammaire, voyez RÉGIR.

Gouverner : définition du Littré (1872-1877)

GOUVERNER (gou-vèr-né) v. a.
  • 1Diriger avec le gouvernail (ce qui est le sens étymologique). On ne choisit pas pour gouverner un vaisseau celui des voyageurs qui est de meilleure maison, Pascal, Pensées, art. v, 10, édit. LAHURE, 1860.

    Absolument. Ce pilote gouverne bien, gouverne mal. Où va-t-il ? il gouverne au berceau du soleil [vers l'Orient], Lamartine, Harold, 10.

    Gouverner à la lame, fuir vent arrière par un très gros temps pour éviter de recevoir des lames. Gouverner sur son ancre. sur sa bouée, se dit lorsqu'étant au mouillage dans une rivière, l'action irrégulière du courant fait faire au navire de grandes embardées. Gouverner à telle aire, à tel vent, courir sur cette aire de vent. Gouverner où est le cap, se maintenir dans la route que l'on suit actuellement. Gouverner à barre franche, gouverner à la roue, suivant qu'on manœuvre le gouvernail avec une simple barre ou avec une roue.

    Fig. et familièrement. C'est lui qui gouverne la barque, c'est lui qui a la direction de l'entreprise, de l'affaire.

    Bien gouverner sa barque, conduire sagement sa fortune.

  • 2 Par extension, diriger, conduire. On n'est point encore parvenu à gouverner les aérostats. Ce cocher ne sait pas gouverner ses chevaux. On s'aperçut d'abord à la manière dont Itobad gouvernait son cheval que ce n'était pas à un homme comme lui que le ciel réservait le sceptre de Babylone, Voltaire, Zadig, 19.

    Fig. Il semblait à son gré gouverner le tonnerre, Racine, Esth. III, 9.

  • 3 Fig. Régir, conduire avec autorité. C'est au père à gouverner ses enfants. Prétendrais-tu nous gouverner encor, Ne sachant pas te conduire toi-même ? La Fontaine, Fabl. VI, 6. La reine obtint aux catholiques le bonheur singulier d'être gouvernés sucessivement par trois nonces apostoliques, Bossuet, Reine d'Anglet. Je ne vois rien de plus remarquable que le jugement si réglé avec lequel elle [une abbesse] a gouverné les dames qui lui étaient confiées, Bossuet, Yol. de Monterby. Qu'aux larmes, au travail le peuple est condamné, Et d'un sceptre de fer veut être gouverné, Racine, Athal. IV, 3. Dans les mains des Persans jeune enfant apporté, Je gouverne l'empire où je fus acheté, Racine, Esth. II, 1. Pendant que Rome ne domina que dans l'Italie, les peuples furent gouvernés comme des confédérés : on suivait les lois de chaque république, Montesquieu, Esp. XI, 19. Que les peuples vaincus gouvernent les vainqueurs, Voltaire, Orphel. v, 6. Quelle est donc la destinée du genre humain ? presque nul grand peuple n'est gouverné par lui-même, Voltaire, Dict. phil. Gouvern. § 2. Un aigle gouvernait les oiseaux de tout le pays d'Ornithie ; il est vrai qu'il n'avait d'autre droit que celui de son bec et de ses serres ; mais enfin, après avoir pourvu à ses repas et à ses plaisirs, il gouverna aussi bien qu'aucun autre oiseau de proie, Voltaire, ib. § 4.

    Absolument. Le roi règne et ne gouverne pas, dans le régime parlementaire. Eux qui, pour gouverner, sont les premiers des hommes, Corneille, Nicom. v, 1. Le lion, pour bien gouverner, Voulant apprendre la morale, Se fit un beau jour amener Le singe, maître ès arts chez la gent animale, La Fontaine, Fabl. XI, 5. Il y a peu de règles générales et de mesures certaines pour bien gouverner : l'on suit le temps et les conjonctures, et cela roule sur la prudence et sur les vues de ceux qui règnent, La Bruyère, X. Une liberté modérée par la seule autorité des lois, dont ceux qui gouvernent ne devraient être que les simples défenseurs, Fénelon, Dial. des morts anc. dial. 16. De leurs voisins soumis heureux législateurs, Gouvernant sans conquête, et régnant par les mœurs, Voltaire, Orph. IV, 2. Il faut que le plaisir de gouverner soit bien grand, puisque tant de gens veulent s'en mêler, Voltaire, Dict. phil. Gouvern. § 1. La force de ceux qui gouvernent n'est réellement que la force de ceux qui se laissent gouverner, Raynal, Hist. phil. XVIII, 39.

    Trop gouverner, se dit d'un gouvernement qui se mêle de toute chose et laisse peu ou point d'initiative aux gouvernés. Instruits par l'expérience comme nous le sommes, que trop gouverner est le plus grand danger des gouvernements…, Mirabeau, Collection, t. IV, p. 324.

  • 4Il se dit de l'action de Dieu sur le monde. Dieu, qui gouverne l'univers, n'a-t-il pas donné à de certains hommes plus de lumières, à d'autres plus de puissance ? Montesquieu, Esp. Défense, II, 8e obj. Vous, dieux, qui lui laissiez le monde à gouverner, Voltaire, M. de César, III, 8.
  • 5Avoir empire sur des sentiments, des passions. Gouverner ses passions. Eh bien ! guidez mes pas, gouvernez ma furie, Voltaire, Brut. IV, 3.
  • 6Avoir une grande influence sur quelqu'un, le faire agir à son gré. Sa mère qui le gouvernait, Bossuet, Hist. I, 10. Il y a autant de paresse que de faiblesse à se laisser gouverner, La Bruyère, IV. Pour gouverner quelqu'un longtemps et absolument, il faut avoir la main légère et ne lui faire sentir que le moins qu'il se peut sa dépendance, La Bruyère, ib. D'autres consentent d'être gouvernés par leurs amis en des choses presque indifférentes, et s'en font un droit de les gouverner à leur tour en des choses graves et de conséquence, La Bruyère, ib. Un homme sage ne se laisse gouverner ni ne cherche à gouverner les autres ; il veut que la raison gouverne seule et toujours, La Bruyère, ib. Celui qui est à la cour, à Paris, dans les provinces, qui voit agir des ministres, des magistrats, des prélats, s'il ne connaît les femmes qui les gouvernent, est comme un homme qui voit bien une machine qui joue, mais qui n'en connaît point les ressorts, Montesquieu, Lett. pers. 107.

    Absolument. Il a reçu du ciel certaine bonté d'âme Qui le soumet d'abord à ce que veut sa femme ; C'est elle qui gouverne ; et, d'un ton absolu, Elle dicte pour loi ce qu'elle a résolu, Molière, Fem. sav. I, 3.

  • 7Se dit des choses qui nous commandent, auxquelles nous obéissons. Faites donc en sorte que mon souvenir vous gouverne, comme le vôtre me gouverne, Sévigné, 422. Il savait que l'amour et les plaisirs gouvernaient un maître qu'il gouvernait à l'exclusion du chancelier, Hamilton, Gramm. 8. L'opinion gouverne le monde, et les philosophes à la longue gouvernent l'opinion des hommes, Voltaire, Lett. d'Argental, 27 janv. 1766.
  • 8Administrer. C'est elle qui gouverne le ménage.

    Administrer avec épargne. Vous n'avez pas beaucoup de provisions, gouvernez-les bien.

  • 9Avoir soin qu'une chose soit en bon état, ne périsse pas. Gouverner le vin. Gouverner une cave.
  • 10Gouverner un enfant, en être le gouverneur. Plus le prince qu'il gouvernait avait de bonté et de docilité naturelle, plus il éloignait tout ce qui pouvait le corrompre, Fléchier, M. de Montausier.
  • 11Prendre soin, en parlant d'enfants, de malades. C'est une femme qui s'entend à gouverner les enfants. On sut que Mme la duchesse d'Arpajon avait pris la petite vérole, qu'elle n'avait jamais eue, en gouvernant sa fille qui l'a depuis un mois, Dangeau, I, 106, 8 janv. 1685. Laissez-moi gouverner votre santé ; vous savez combien je m'y intéresse, Dancourt, Fête de village, III, 5.
  • 12Soigner, élever des animaux. Cet homme sait bien gouverner les chevaux. Gouverner une basse-cour.
  • 13 Familièrement. Vivre en certains termes avec quelqu'un. Comment gouvernez-vous un tel ? Dis-moi comme en ce lieu l'on gouverne les dames, Corneille, Ment. I, 1.

    On dit à peu près dans le même sens : Comment gouvernez-vous les plaisirs, le jeu, la fortune ?

  • 14 Terme de grammaire. Régir. Ce verbe, cette préposition gouverne l'accusatif.
  • 15 V. n. Obéir au gouvernail. Les deux vaisseaux ne gouvernaient plus. Le bâtiment gouverne, lorsqu'il obéit à son gouvernail ; il gouverne bien, il gouverne mal, il gouverne comme un poisson, Willaumez, Dict. de mar. Gouvernail.
  • 16Se gouverner, v. réfl. Régir ses propres affaires, en parlant d'un peuple, d'un État. Les hommes sont très rarement dignes de se gouverner eux-mêmes, Voltaire, Mœurs, 67.

    Être gouverné. Une nation éclairée ne se gouverne pas comme des peuples ignorants et superstitieux.

  • 17Laisser prendre sur soi de l'empire par quelqu'un. Tels se laissent gouverner jusqu'à un certain point, qui au delà sont intraitables et ne se gouvernent plus, La Bruyère, IV.
  • 18Tenir une conduite bonne ou mauvaise. Ces femmes de bien qui se gouvernent mal, Corneille, Ment. I, 1. Je vis d'un air dans le monde à ne pas craindre d'être cherchée dans les peintures qu'on fait là des femmes qui se gouvernent mal, Molière, Critique, 7. Pison y fut appelé [à cette charge] et s'y gouverna au contentement de tout le monde, Perrot D'Ablancourt, Tacite, 269. Les grands se gouvernent par sentiment, âmes oisives sur lesquelles tout fait d'abord une vive impression, La Bruyère, IX.
  • 19Se maîtriser. Elle n'a pas appris de moi à se gouverner, Sévigné, 262.

    PROVERBE

    Il faut gouverner sa bouche selon sa bourse, c'est-à-dire il ne faut pas faire des dépenses de table au delà de sa fortune.

HISTORIQUE

XIe s. Tei cuvenist [il te conviendrait] helme et brunie [cuirasse] à porter, Espede ceindre cume tui altre per, E grant maisnede [mesnie, maison] douses [tu dusses] guverner, Cum fist tis pedres [ton père] e li tons parentez, St Alexis, LXXXIII. Siglent à fort et nagent et guvernent, Ch. de Rol. CLXXXVI.

XIIe s. Li rois qui nous governe est de mout grant puissance, Ronc. p. 197. Dous [deux] choses a el mund par quei est guvernez, Des reis e des evesques la sainte poestez, Th. le mart. 75. Ço [ce] sace bien li reis, e tu li deiz mustrer, Que cil qui puet les angles et humes guverner…, ib. 90. Mesels [lépreux] fud puis tus jurs jesque à sa mort, e mest [demeura] en unes chambres severalment des gens, e Joatha ses fiz guvernout la terre, Rois, p. 392. Une estele [étoile] qui ne se muet, Qui conoistre la set et puet, Et par li se set governer, Ne puet pas esgarer en mer, Wace, Vierge Marie, p. 54.

XIIIe s. Comment la traïson il devra gouverner [conduire], Berte, XVII. [Elle ne pourrait résister à la peine] Selonc la nourreture dont elle ert [était] gouvernée, ib. XLVI. Et li faites du vostre [de votre bien] si largement doner, Que ses hoirs après li s'en puisse gouverner, ib. CXXXIX. Et ot en cescune esciele [troupe] connestable preudomme et gentil qui les gouvrenoit, Chron. de Rains, p. 76. Totes gens qui sont guovernés par lois et par coustumes, Liv. de just. 3.

XIVe s. Si que il [les fils de Philippe le Bel] puissent profitablement gouverner le pueple des François, H. de Mondeville, f° 3, verso. Gouverne le malade o [avec] bon regime, et purge souvent melencolie, Lanfranc, f° 58. Ceux de Lacedemone ne conseillent pas ou ne traittent pas en leurs conseulx comme ceux de Scite se gouverneront, Oresme, Eth. 66.

XVe s. Et de ce, feurent très mal contents de ceux qui estoient autour du roy et qu'on disoit le gouverner, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1392. Et haultement et en grande auctorité se gouvernoient [conduisaient], Juvénal Des Ursins, ib. Jardins y a, riviere pour voler [chasser au vol], Sauvoirs [réservoirs à poissons] dedenz garenne proufitable, Vignes entour pour l'ostel gouverner [entretenir], Deschamps, Poésies mss. f° 158. Les dessus nommés seront tenus de trouver les despens des quevaulx et logier et gouverner [défrayer] nostre dit procureur et ses gens, Du Cange, gubernantia. Ils se gouvernerent [les Suisses] tres vaillamment en tous les lieux où ils se trouverent, Commines, I, 6.

XVIe s. Il estoit loisible aux censeurs de degrader et oster du senat un senateur qui se gouvernoit indignement, Amyot, P. Aem. 61. Il receut aussi quatre-vingts vaches à laict, et des vachers pour les gouverner, Amyot, Pélop. 56. Tous ces seigneurs estans en sa chambre avec leur greffier, il [St-Valier, détenu pour un procès capital] les pria de se retirer, desirant gouverner [entretenir] à part monsieur le premier president, Pasquier, Rech. liv. VIII, p. 707, dans LACURNE. Un quidam qui gouvernoit la femme de son voisin et l'alloit voir si souvent qu'à la fin le mary s'en aperçut, Bouchet, Serées, liv. III, p. 202, dans LACURNE. Celuy gouverne bien mal le miel, qui n'en taste, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Gouverner : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

GOUVERNER, v. act. terme de Grammaire. Il ne suffit pas, pour exprimer une pensée, d’accumuler des mots indistinctement : il doit y avoir entre tous ces mots une corrélation universelle qui concourre à l’expression du sens total. Les noms appellatifs, les prépositions, & les verbes relatifs, ont essentiellement une signification vague & générale, qui doit être déterminée tantôt d’une façon, tantôt d’une autre, selon les conjonctures. Cette détermination se fait communément par des noms que l’on joint aux mots indéterminés, & qui, en conséquence de leur destination, se revêtent de telle ou telle forme, prennent telle ou telle place, suivant l’usage & le génie de chaque langue.

Or ce sont les mots indéterminés qui, dans le langage des Grammairiens gouvernent ou régissent les noms déterminans. Ainsi les méthodes pour apprendre la langue latine disent, que le verbe actif gouverne l’accusatif : c’est une expression abregée, pour dire, que quand on veut donner à la signification vague d’un verbe actif, une détermination spéciale tirée de l’indication de l’objet auquel s’applique l’action énoncée par le verbe, on doit mettre le nom de cet objet au cas accusatif, parce que l’usage a destiné ce cas à marquer cette sorte de service.

C’est une métaphore prise d’un usage très-ordinaire de la vie civile. Un grand gouverne ses domestiques, & les domestiques attachés à son service lui sont subordonnés ; il leur fait porter sa livrée, le public la reconnoît & décide au coup-d’œil, que tel homme appartient à tel maître. Les cas que prennent les noms déterminatifs sont de même une sorte de livrée ; c’est par-là que l’on juge que ces noms sont, pour ainsi dire, attachés au service des mots qu’ils déterminent par l’expression de l’objet, de la cause, de l’effet, de la forme, de la matiere, &c. Ils sont à leur égard ce que les domestiques sont à l’égard du maître : on dit des uns dans le sens propre, qu’ils sont gouvernés ; on le dit des autres dans le sens figuré.

Il seroit à desirer, dans le style didactique sur-tout, dont le principal mérite consiste dans la netteté & la précision, qu’on pût se passer de ces expressions figurées, toûjours un peu énigmatiques. Mais il est très-difficile de n’employer que des termes propres ; & il faut avoüer d’ailleurs que les termes figurés deviennent propres en quelque sorte, quand ils sont consacrés par l’usage & définis avec soin. On pouvoit cependant éviter l’emploi abusif du mot dont il est ici question, ainsi que des mots régir & régime, destinés au même usage. Il étoit plus simple de donner le nom de complément à ce que l’on appelle régime, parce qu’il sert en effet à rendre complet le sens qu’on se propose d’exprimer ; & alors on auroit dit tout simplement : le complément de telles prépositions doit être à tel cas ; le complément objectif du verbe actif doit être à l’accusatif, &c. M. Dumarsais a fait usage de ce mot en bien des occurrences, sans en faire en son lieu un article exprès : nous développerons nos vûes sur cet objet au mot Régime, en y exposant les principes de Grammaire qui peuvent y avoir rapport. On y verra que l’on peut quelquefois à peu de frais répandre la lumiere sur les élémens des Sciences & des Arts. (E. R. M.)

Gouverner, v. act. voyez Gouvernement.

Gouverner, (Marine.) c’est tenir le timon ou la barre du gouvernail pour conduire le vaisseau & porter le cap sur le rumb de vent qu’on veut suivre. On dit gouverner au nord, au sud, pour dire faire route au nord, ou au sud. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gouverner »

Étymologie de gouverner - Littré

Bourguign. gouvanai ; provenç. governar ; espagn. gobernar ; ital. governare ; du latin gubernare, qui vient du grec ϰυϐερνᾷν.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de gouverner - Wiktionnaire

Du latin gubernare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gouverner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gouverner guvɛrne play_arrow

Conjugaison du verbe « gouverner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe gouverner

Citations contenant le mot « gouverner »

  • Le Thunderbolt 4 pour les gouverner tous Frandroid, Intel finalise le Thunderbolt 4, la connectique pour les gouverner tous
  • Anne Hidalgo gouvernera avec un bataillon de 37 adjoints (contre 21 en 2014 et 27 en fin mandature) et 3 conseillers délégués, soit quarante au total. Paris en Commun détient 25 postes, les écologistes 5, les communistes 4 et Génération.s 3. leparisien.fr, Officiellement réélue, Anne Hidalgo va gouverner avec un bataillon de 37 adjoints - Le Parisien
  • Communiquer ce n'est pas plaire, communiquer, c'est utile pour agir. Communiquer ce n'est pas gouverner, mais on ne plus gouverner sans communiquer. La Tribune, Gouverner, c’est communiquer
  • Quiconque élève bien son enfant pourrait gouverner un pays. De Ostad Elahi
  • Chacun peut gouverner lorsque la mer est belle. De Publius Syrus
  • Trop gouverner est le plus grand danger des gouvernements. De Mirabeau / Collection
  • Comment pourrais-je gouverner autrui, qui moi-même gouverner ne saurais ? De François Rabelais / Vie inestimable du grand Gargantua
  • Dissimuler est le principal moyen de gouverner. De Baltasar Gracian y Morales / L'Homme de cour
  • Pour gouverner, il faut un gouvernement. De Raymond Barre / Antenne 2 - Juin 1988
  • Si l'on ne commence pas par assurer l'équilibre de son esprit, comment gouverner le monde ? Sima Qian, Traduction D. Tsan
  • Gouverner, c'est résister. Ramón María Narváez duc de Valence,
  • Gouverne le mieux qui gouverne le moins. LaoziLao-tseu, Tao-tö-king, LVIII
  • Le roi règne et ne gouverne pas. Adolphe Thiers,
  • L'art de gouverner n'a produit que des monstres. Louis Antoine Léon Saint-Just, Discours à la Convention, 24 avril 1793
  • Gouverner, c'est choisir. Gaston, duc de Lévis, Maximes politiques
  • Il y a bien autant de paresse que de faiblesse à se laisser gouverner. Jean de La Bruyère, Les Caractères, Du cœur
  • L'on ne peut gouverner les enfants d'aujourd'hui. Robert Garnier, Bradamante
  • On gouverne les hommes avec la tête. On ne joue pas aux échecs avec un bon cœur. Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort, Maximes et pensées
  • Un grand politique doit être un scélérat abstrait, sans quoi les sociétés sont mal menées. Honoré de Balzac, La Maison Nucingen
  • Toutes les passions, comme le nom l'indique, viennent de ce que l'on subit au lieu de gouverner. Émile Chartier, dit Alain, Minerve ou De la sagesse, Gallimard

Images d'illustration du mot « gouverner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gouverner »

Langue Traduction
Corse guvernà
Basque gobernatzen
Japonais 統治する
Russe править
Portugais governo
Arabe حكم
Chinois 治理
Allemand regieren
Italien governare
Espagnol regir
Anglais govern
Source : Google Translate API

Synonymes de « gouverner »

Source : synonymes de gouverner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « gouverner »


Mots similaires