La langue française

Châtiment

Définitions du mot « châtiment »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHÂTIMENT, subst. masc.

Punition sévère donnée à celui qui a commis une faute, pour le corriger. Infliger, subir un châtiment; un châtiment léger, sévère, rigoureux; des châtiments corporels. Synon. peine, correction :
1. Tout châtiment, si la faute est connue, doit être non-seulement médicinal, mais exemplaire. Il doit corriger ou le coupable ou le public. J. Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 359.
2. S'il n'accomplissait pas les prescriptions qu'il s'était imposées, il s'en punissait par des châtiments : corporels (se lever une heure plus tôt qu'à l'ordinaire) ou spirituels (se réconcilier avec un adversaire, ne pas lire un livre dont il avait envie). Arland, L'Ordre,1929, p. 26.
P. ext., littér. Punition en général. Anton. récompense, rémunération.
[En partic., en parlant de la vie future] Châtiments divins, éternels. Les supplices de l'enfer infligés aux damnés. Les hommes, ruisselants et forcenés, paraissaient subir un châtiment de l'enfer du Dante (Hamp, Vin de Champagne,1909, p. 68).
SYNT. Mériter, souffrir, encourir un châtiment; menacer, frapper qqn d'un châtiment; attirer sur soi, sur sa tête des châtiments; échapper à un châtiment; digne d'un châtiment; un châtiment doux, cruel, terrible, effroyable, (im)mérité, public, suprême; un juste châtiment; le châtiment d'une offense, d'un crime; un châtiment du ciel.
Rem. La docum. atteste le subst. masc. castoiement au sens médiéval d'éducation. Il lui fit une recommandation tout à fait conforme à la sagesse du temps sur le castoiement des filles : − Reconduis-la à son père avec de bons soufflets (A. France, Vie de Jeanne d'Arc, 1908, p. 76).
Prononc. et Orth. : [ʃ ɑtimɑ ̃]. Ds Ac. 1694 et 1718 s.v. Chastiment; ds Ac. 1740-1932 sous la forme moderne. En ce qui concerne la forme castoiement, elle est écrite castoiement ds Ac. Compl. 1842 et ds Lar. 19equi admet également castoyement. Étymol. et Hist. 1160-74 chastiement « punition, remontrance » (Wace, Rou, 10974 ds Keller). Dér. du rad. de châtier*; suff. -ment1*. Fréq. abs. littér. : 1 147. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 709, b) 2 079; xxes. : a) 1 950, b) 1 131.

Wiktionnaire

Nom commun

châtiment \ʃɑ.ti.mɑ̃\ masculin

  1. Peine infligée en vue de corriger.
    • L'attitude de la théologie chrétienne à l'égard des juifs a été fixée dans le début du IVe siècle (concile de Nicée, 325) : le judaïsme ne doit pas se faire connaitre, il doit vivre, mais dans un état d'avilissement et de misère tel qu'il fasse nettement apparaître aux yeux des croyants comme des incroyants le châtiment infligé par Dieu à ceux qui n'ont pas voulu reconnaître la divinité de Jésus. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Quant à moi, […], je souhaiterais que des châtiments vraiment effrayants frappassent ceux qui, médecins ou matrones, pour de l'argent, se font les instruments de tels crimes. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Toutes sortes de châtiments le démangeait. Mais sans doute le guettaient-ils dans les rues où il ne passait pas. Quelquefois, c'est un fait, le châtiment guette mal, sa montre se détraque, et quand enfin il s'abat, il tombe sur un colègue modèle. — (Pierre Daninos, Despotes cruels et divine Providence, in Daninoscope, 1963)
    • Jusqu'à il y a quatre ans, les tribunaux cafouillaient. Est-ce-que la chaise électrique et la chambre à gaz sont des châtiments cruels et inhabituels ? L'attente entre la condamnation et l'exécution est-elle un châtiment cruel et inhabituel ? — (Stephen King, Le Fléau, traduit de l'anglais, éd. J.-C. Lattès, 1991, chap. 24)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHÂTIMENT. n. m.
Peine infligée en vue de corriger. Léger châtiment. Rude, sévère, rigoureux, cruel châtiment. C'est un châtiment de Dieu. S'il a fait une faute, il en a reçu, il en a souffert, subi le châtiment. Infliger un châtiment, des châtiments.

Littré (1872-1877)

CHÂTIMENT (châ-ti-man) s. m.
  • Peine qui a pour but la correction de celui à qui on l'inflige, et aussi, par extension, une punition en général. Infliger un châtiment. Il a reçu le châtiment de sa faute. S'humilier sous le châtiment. Faites son châtiment de sa confusion, Corneille, Cinna, IV, 4. … pour châtiment de sa témérité Il lui faudrait du front tirer le diadème, Corneille, Nicom. V, 7. … et si tu ne veux qu'un châtiment soudain T'ajoute aux scélérats qu'a punis cette main…, Racine, Phèd. IV, 2. Vous voulez qu'un roi meure, et pour son châtiment Vous ne donnez qu'un jour, qu'une heure, qu'un moment, Racine, Andr. IV, 3. L'âme sait que le châtiment répare l'ordre du monde blessé par l'injustice, Bossuet, Connaiss. V, 6. Vous y pouvez encore joindre une autre suite ; c'est la suite visible d'un continuel châtiment sur les Juifs, qui n'ont pas reçu le Christ promis à leur père, Bossuet, Hist. II, 13. Prendre châtiment des rebelles, Perrot D'Ablancourt, Arrien, liv. VIII, dans RICHELET. Le partage des hommes comme des bêtes y est [dans les états despotiques] l'instinct, l'obéissance, le châtiment, Montesquieu, Espr. III, 10.

    Punition infligée aux animaux à la suite d'une désobéissance ou de manifestations dangereuses.

REMARQUE

L'Académie écrit remercîment ou remerciement ; pourquoi n'écrit-elle pas châtiment ou châtiement ? ou réciproquement, pourquoi pas remerciment ? Ces anomalies compliquent inutilement l'orthographe.

HISTORIQUE

XIIe s. Il aporterent briefs, tel de castiement De ço que li prelat errouent malement, Tel de suspensiun…, Th. le mart. 66. Oez de vostre pere sun bon chastiement, E de vostre arcevesque sun amonestement, ib. 80. Droiz est ke la sainte pense [pensée] rapresset par spiritueil chastiement tot ce ke ele sent charneilment elleveir en soi, Job, 452.

XIIIe s. Quant j'oï ce chastiement, Je repondi iréement, la Rose, 3083.

XVe s. Ore prangne chascun ci chastiment ; Saiges n'est pas qui en tel service entre, Deschamps, Femme et enf.

XVIe s. Je visiteray avec verges leurs iniquitez, et leurs pechez avec chastiement, Calvin, Instit. 833. Les derniers chastiements sont employez par la justice plus pour l'exemple que pour l'interest de ceux qui les souffrent, Montaigne, Lettre IX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « châtiment »

 Dérivé de châtier avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. chastiament ; anc. catal. castigament ; espagn. castimento ; de castigamentum, de castigare, châtier. Dans l'ancienne langue, chastiement était de quatre syllabes ; on le trouve de trois dès le XVe siècle. A côté de chastiement, l'ancienne langue avait fait chastoi, qui signifiait correction, remontrance.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « châtiment »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
châtiment ʃatɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « châtiment »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « châtiment »

  • Cités ivres de sang, et encore altérées, Qui avez soif de sang, et de sang enivrées, Vous sentirez de Dieu l'épouvantable main : Vos terres seront feu, et votre ciel d'airain. Théodore Agrippa d'Aubigné, Les Tragiques
  • Le rire châtie certains défauts à peu près comme la maladie châtie certains excès. Henri Bergson, Le Rire, P.U.F.
  • Dieu nous ferme les yeux quand il nous veut châtier. Blaise de Lasseran de Massencome, seigneur de Monluc, Commentaires, VII
  • Plus le châtiment sera prompt et suivra de près le délit commis, plus il sera juste et utile. Cesare Bonesana, marquis de Beccaria, Dei delitti e delle pene, XIX
  • Le châtiment est fait pour améliorer celui qui châtie. De Friedrich Nietzsche / Le gai Savoir
  • Dans un enregistrement audio, diffusé jeudi 28 mai, l'Etat islamique évoque "un châtiment aux tyrans de notre époque et à leurs adeptes". midilibre.fr, Pour l'Etat islamique, la pandémie est un "châtiment divin" contre ses ennemis - midilibre.fr
  • La télévision d'Etat chinoise a prédit un «châtiment» pour le patron de la NBA, dont les «mensonges» ont «sali la Chine», alors que la polémique autour d'un tweet controversé sur Hong Kong reste toujours vive. La Croix, Chine: la TV d'Etat prédit un «châtiment» pour le patron de la NBA

Traductions du mot « châtiment »

Langue Traduction
Anglais punishment
Espagnol castigo
Italien punizione
Allemand strafe
Portugais castigo
Source : Google Translate API

Synonymes de « châtiment »

Source : synonymes de châtiment sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « châtiment »

Châtiment

Retour au sommaire ➦

Partager