Châtier : définition de châtier


Châtier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHÂTIER, verbe trans.

A.− [L'obj. désigne une pers. ou une partie du corps humain]
1. [Une pers.] Littér. Punir sévèrement celui qui a commis une faute, en vue de le corriger, de le rendre meilleur. Châtier un enfant, un coupable, un traître, un peuple rebelle; châtier durement, sévèrement, justement. Anton. récompenser.Si Jahvé corrige et éprouve, c'est par amour, comme un père qui châtie son enfant (Dict. de théol. cath.,t. 4, 1repart., 1920, p. 976):
1. ... si sévère qu'elle fût envers ses enfants, elle ne les fouettait jamais au moment où elle les prenait en faute, ne voulant pas, disait-elle, les châtier alors qu'ils avaient le cœur gros. Elle attendait qu'ils se fussent calmés pour aller chercher les verges. Green, Journal,1935-39, p. 227.
P. métaph. :
2. ... Roussainville, tantôt, quand la pluie avait déjà cessé pour nous, continuait à être châtié comme un village de la Bible par toutes les lances de l'orage qui flagellaient obliquement les demeures de ses habitants, ou bien était déjà pardonné par Dieu le Père qui faisait descendre vers lui, inégalement longues, comme les rayons d'un ostensoir d'autel, les tiges d'or effrangées de son soleil reparu. Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 152.
Proverbe. Qui aime bien châtie bien. Corriger quelqu'un, c'est lui prouver qu'on l'aime vraiment, qu'on veut son bien (cf. Alain, Propos, 1913, p. 157).
P. ext., ÉQUIT. Châtier un cheval. Lui donner des coups d'éperon ou de cravache pour le faire obéir. Quand la bête se bloquait, il la châtiait rudement. La main tordait les rênes comme un garot, sciait les lèvres; les longues jambes lardaient le ventre à grands coups d'éperon (Vercel, Capitaine Conan,1934, p. 184).
P. méton. Châtier une faute, un vice (par exemple l'orgueil, un crime, une hérésie). Synon. réprimer :
3. La nature à l'homme s'allie Pour châtier comme il le faut L'orgueilleuse mélancolie Qui vous fait marcher le front haut, ... Verlaine, Poèmes saturniens,Eaux-fortes, Grotesques, 1866, p. 69.
2. [Une partie du corps] Littér. Châtier son corps, sa chair. S'imposer des souffrances physiques, des privations, pour un motif religieux de pénitence, ou moral, ou utilitaire. Elle [Céline] châtia de son mieux ses innocents petits sens. Elle se priva des plats qu'elle aimait (E. et J. de Goncourt, Sœur Philomène,1861, p. 41).
Se châtier.Châtier son corps, se mortifier.
En partic. Châtier ses nerfs, sa voix. Les maîtriser, les discipliner par un rude effort (cf. Cendrars, Moravagine, 1926, p. 57).
B.− Fig., LITT. [L'obj. désigne le style, le lang., la diction, etc.] Le travailler dans un souci d'extrême correction, d'extrême pureté. Synon. polir.Châtier son style, sa prose. Il n'a pas assez châtié ses derniers ouvrages (Ac.1798-1932).
Prononc. et Orth. : [ʃ ɑtje], (je) châtie [ʃ ɑti]. Ds Ac. 1694 et 1718 s.v. Chastier; ds Ac. 1740-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. 1. xes. castier « réprimander, blâmer » (St Léger, éd. J. Linskill, 18, 104), encore dans la lang. class. (v. Littré); 2. [xies. d'apr. Lar. Lang. fr. et FEW, s.v. castigare] 1160-74 chastier « punir » (Wace, Rou, éd. H. Andresen, II, 2048); 1350-1400 proverbe Qui bien ayme bien chastie (Proverbes fr., éd. J. Morawski, 1836); 3. 1121-35 spéc. sa chair chastïer (Ph. de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 2772); 4. ca 1170 Soi chastier « se corriger, s'amender (d'un défaut) » ([Chrest. de Troyes], G. d'Angleterre, éd. W. Foerster, 1187); 5. 1661 littér. « corriger le style » (Somaize, Dict. des Précieuses, p. 201 ds Brunot t. 3, p. 252). Du lat. castigare « corriger » attesté en lat. eccl. au sens de « se mortifier » (Pseudo-Hilaire ds Blaise). Fréq. abs. littér. : 314. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 313, b) 595; xxes. : a) 593, b) 391. Bbg. Thomas (A.). Nouv. Essais 1904, p. 139.

Châtier : définition du Wiktionnaire

Verbe

châtier \ʃɑ.tje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Infliger une peine destinée à corriger.
    • Il ordonna, de sa petite voix, que sa mère serait régente pour avoir soin de son éducation ; en d'autres termes, il commanda qu'elle lui commandât, l’éduquât, le châtiât. — (Jules Michelet, Histoire De France au dix-septième siècle : Henri IV & Richelieu, Paris : chez Chamerot, 1857, p. 203)
    • Mais généralement l'envoi de quelques troupes met fin aux troubles en peu de temps. Elles envahissent le territoire de la tribu à châtier, pillent les douars, razzient les troupeaux, détruisent les cultures, font des prisonniers et coupent des têtes, […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 11)
    • Et les hordes fanatisées par les prédicateurs de la Croisade trouvèrent tout naturel, avant de régler leur compte à ceux qui avaient profané (soi-disant) le tombeau du Christ, de châtier les descendants des « déicides ». — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • C’est par moi que tu meurs, et tu resteras invengé. Ta fille ne pourra point armer de bras pour châtier tes agresseurs, le sang de l’ennemi ne lavera pas le tien […] — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Équitation) Donner, au cheval, des coups de cravache ou d’éperon, lorsqu’il refuse de faire ce qu’on exige de lui.
  3. Corriger la faute elle-même qu’on veut reprendre.
    • Châtier une faute. — Son insolence sera châtiée.
  4. Polir, rendre plus pur, plus correct, en parlant des ouvrages de l’esprit.
    • Il n’a pas assez châtié ses derniers ouvrages. Son style n’est pas assez châtié. Châtier sa prose, ses vers.
    • Prose châtiée.
    • (Par extension) Écrivain châtié.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Châtier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHÂTIER. v. tr.
Infliger une peine destinée à corriger. C'est au père de châtier ses enfants. Quand il plaît à Dieu de nous châtier. Les fléaux dont Dieu châtie les hommes. Châtier les rebelles. Il s'applique aussi à la Faute elle-même qu'on veut reprendre. Châtier une faute. Son insolence sera châtiée. Prov., Qui aime bien châtie bien, C'est aimer véritablement quelqu'un que de le reprendre de ses fautes. En termes d'Équitation, Châtier un cheval, Lui donner des coups de cravache ou d'éperon, lorsqu'il refuse de faire ce qu'on exige de lui. Il se dit aussi en parlant des Ouvrages de l'esprit et signifie Polir, rendre plus pur, plus correct. Il n'a pas assez châtié ses derniers ouvrages. Son style n'est pas assez châtié. Châtier sa prose, ses vers. Prose châtiée. Par extension, Écrivain châtié.

Châtier : définition du Littré (1872-1877)

CHÂTIER (châ-ti-é) v. a.
  • 1Infliger une correction. Les enfants connaissent si c'est à tort ou avec raison qu'on les châtie, et ne se gâtent pas moins par des peines mal ordonnées que par l'impunité, La Bruyère, XI. [Ils] Adorent dans leurs fers le Dieu qui les châtie, Racine, Esth. III, 1.

    Terme de manége. Châtier un cheval, lui donner de la cravache ou de l'éperon.

  • 2Mortifier. Les plus grands saints qui châtient leur corps, Massillon, Car. F. légères. Son corps qu'elle avait toujours châtié, crucifié, Massillon, ib. Mort.
  • 3 Par extension, condamner, blâmer. Châtier en autrui ce qu'on souffre chez soi, Corneille, Poly. III, 5. On devrait châtier sans pitié Ce commerce honteux de semblant d'amitié, Molière, Mis. I, 1.
  • 4Rendre plus pur et plus correct, en parlant des ouvrages d'esprit. Châtier son style.
  • 5Se châtier, v. réfl. S'infliger à soi-même une punition. Il se châtiait lui-même en croyant châtier autrui.

    PROVERBE

    Qui bien aime bien châtie, et aussi, qui aime bien châtie bien, c'est-à-dire on a une affection éclairée pour celui que l'on reprend, que l'on avertit de ses fautes.

SYNONYME

CHÂTIER, PUNIR. Les juges punissent le coupable, afin qu'il satisfasse par sa punition à la justice et qu'il serve d'exemple. Les pères châtient l'enfant, afin qu'il se corrige et devienne meilleur. Dans punir, il n'y a que l'idée de l'expiation de la faute commise ; dans châtier, il y a de plus l'idée de l'amélioration de celui qui est châtié.

HISTORIQUE

XIe s. Vint tresqu'à els [eux], si's [si les] prist à castier, Ch. de Rol. CXXX.

XIIe s. Vus ne i devez pas tut son voil conseillier, Ainz le devez suvent reprendre e chastier, Th. le mart. 28. Tierce feiz i fu pris ; pas ne s'en castiheit, ib. 31. Reis, suef se chastie qui d'autrui se chastie, ib. 75.

XIIIe s. Il la [sa fille] fait enserrer en la tour et remaindre, Ainsi la cuide bien chastoier et destraindre, Audefroi le Bastard, Romancero, p. 15. Bele Yolans, je vous chastoi ; Ma fille estes, faire [je] le doi, ib. p. 53. Si lor comanda qu'il castiascent lor enfants, Chr. de Rains, 226. Mais ice ne ferai-ge mie, Ge qui por ton preu te chastoi, la Rose, 7033. Plus en sai que vous ne savés, Qui ainsinc chastié m'avés, ib. 6628. Sunt en terre establi li juge… Por ceus pugnir et chastoier Qui por ceste amor renoier Murdrissent les gens et affolent, ib. 5487. Moult a beneürée vie Cil qui par autrui se chastie, ib. 8042. …Si que par le bannissement il se castient de lor meffet, Beaumanoir, XXIV, 16. Que chascun seignor deit estre curious et ententif de faire justice de murtrier, por chastier les autres qu'il ne le seient, Ass. de J. 135. Nus ne puet tormenter son serf sanz cause ; mès il le puet bien chasteier atempréement, Liv. de just. 77. Tout se furent assis sor l'erbe qui verdie ; L'apostoles se dresce en piés, si les chastie [exhorte], Ch. d'Ant. I, 802.

XIVe s. Il convient punir, chastier et corriger celui qui appete choses laides, Oresme, Eth. 99.

XVIe s. Il s'en chastoia en eage virille, Fr. de Bonnivard, Bibl. des ch. 2e série, t. II, p. 394. Il estoit incontinent admonesté par les autres evesques voisins : s'il ne se chastioit, il estoit deposé, Calvin, Instit. 862. Chastie les : car ils sont en ta subjection, Calvin, ib. 901. Pensant que, quand il entendroit cela, il se chastieroit de l'aimer tant, Marguerite de Navarre, Nouv. I. Si, après avoir parlé à lui, il ne se chastie, je le chastierai si bien, que les autres y prendront exemple, Marguerite de Navarre, ib. LIII. On chastie aux enfants des erreurs innocentes, Montaigne, I, 37. Vous serez chastiez : les enfans et les fous, S'ils ne sont chastiez, jamais ne se corrigent, Sat. Ménip. p. 212. Belle doctrine prend en luy, qui se chastie par autruy, Génin, Récréat. t. II, p. 235.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « châtier »

Étymologie de châtier - Littré

Provenç. castiar, chastiar ; espagn. castigar ; ital. castigare ; du latin castigare, de castus, chaste (voy. CHASTE), et un suffixe igare. Chastier et chastoyer, qui n'est plus usité, sont dans le même rapport que charrier et charroyer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de châtier - Wiktionnaire

De l’ancien français chastier. (Xe siècle) castier. Du latin castigare, réprimander, corriger.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « châtier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
châtier ʃatie play_arrow

Conjugaison du verbe « châtier »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe châtier

Évolution historique de l’usage du mot « châtier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « châtier »

  • Mais il parla trop tôt, alors que les monstres gloussants revenaient, à quel point Hawke commença à les châtier en plaisantant. “C’est mon interview!” cria-t-il, ajoutant: “C’est un temps d’antenne précieux!” avant de conclure: “Les enfants n’ont aucun respect!” Breakingnews.fr, Les filles de Jimmy Fallon écrasent de manière hilarante l'interview d'Ethan Hawke et se font châtier
  • Dans son ensemble, l’historiographie coloniale a tendance à magnifier Faidherbe et son œuvre. Un manuel qui a façonné la conscience historique de générations d’écoliers de l’ex A.O.F. juge l’ancien gouverneur comme suit : “Faidherbe était un homme honnête et droit. Il aimait protéger les faibles et les pauvres, châtier les oppresseurs. Il lutta de toutes ses forces contre l’esclavage. Partisan de l’égalité des races, il voulait hâter l’évolution des peuples noirs “ Plus récemment les discours de certains membres de la classe dirigeante du Sénégal et des travaux plus ou moins scientifiques allant des brochures de tourisme à la publicité journalistique, présentent Faidherbe comme le fondateur de l’unité de la nation sénégalaise. L’examen critique de l’œuvre de conquête faidherbienne nous permettra de juger de la valeur de telles assertions. SenePlus, FAIDHERBE ET LA CONQUETE FRANCAISE DU SENEGAL | SenePlus
  • Mais les victimes peuvent être vindicatives : réécrire l’histoire, censurer, dénoncer, déboulonner, châtier (le langage), punir et punir encore… Surveiller et punir, comme dirait un fameux French Theorist, sauf que ce qu’il critiquait est devenu le mot d’ordre. Marianne, Police, racisme, antiracisme racialiste : comment on devient américain | Marianne
  • Tiffany Haddish a beaucoup bavardé lorsqu’elle a été vue aux côtés d’Al Sharpton au mémorial de George Floyd. L’actrice est devenue un sujet tendance après que les gens aient pris d’assaut les médias sociaux pour la châtier, mais elle a expliqué pourquoi elle ressentait le besoin d’assister au service lors de son apparition sur Late Night avec Seth Meyers. L’hôte a noté que Tiffany Haddish est généralement une personne positive, il doit donc être difficile pour elle de rappeler les choses car elle parle ouvertement de problèmes graves. Breakingnews.fr, Tiffany Haddish se souvient d'avoir vu des amis mourir entre les mains de la police à l'adolescence
  • Ligotée elle refuse d’avouer. Très bien, Anzai le tortionnaire décide de profiter de l’occasion pour souder le groupe. Voici une pelle pour châtier la coupable et prouver ainsi aux timorés qu’ils ne sont pas complices du tueur. , Onirik - Monkey Peak : tome 4 - Avis +/-
  • En 1182-1183, Henri II Plantagenêt, duc d’Aquitaine et roi d’Angleterre (pris dans d’incessantes querelles avec sa femme Aliénor et ses fils), fait le siège du château et démanteler le pont pour châtier les habitants « indociles », le chroniqueur Geoffroy de Vigeois a raconté tout cela. www.lepopulaire.fr, La chronique de Laurent Bourdelas : et au milieu coule ma rivière… - Limoges (87000)
  • Les gens n'ont pas voté et les frères sont des vendus , faut les voir les colleurs d'affiches employés municipaux qui veulent faire rentre leur femme et les CDD qui espérent . Les titularisations , c'est leur rêve , leur carotte, mais qui va payer , combien de contrat électoraux veille d'election ? Sinon le discours du Maire , catastrophique , ils veulent museler les gens , les châtier , je vous le dis, il va nous flageller place carnot . Bref , les carcassonnais qui sont pas aller voter 60% 'ont pas à ouvrir leur bouche . Supportez l'octogénaire autoritaire . lindependant.fr, Municipales à Carcassonne : Tamara Rivel a "honte du maire de sa ville" - lindependant.fr
  • Le Ciel pour mieux châtier les coupables, les laisse régner quelque temps. De Chevalier de Méré / Maximes, sentences et réflexions morales et politiques
  • C'est la société qui institue des différences monstrueuses entre les personnes. Et ensuite, elle se permet de châtier les uns et pas les autres. De Louis Guilloux / Entretien avec Gilles Lapouge - Eté 1976
  • Les dieux sont souvent injustes. Ils frappent les innocents pour mieux châtier les coupables. De Jean Van Hamme / Thorgal - Arachnéa
  • Laisser engraisser les voleurs Avant de châtier leur crime, Semble trop souvent la maxime De maints grands administrateurs. De Conrad Pfeffel
  • Il vaut souvent mieux pardonner que de châtier, quand l'intention n'est pas mauvaise. De Joseph Lallier / Le Spectre menaçant
  • Dieu nous ferme les yeux quand il nous veut châtier. De Blaise de Montluc / Commentaires

Traductions du mot « châtier »

Langue Traduction
Portugais castigar
Allemand bestrafen
Italien punire
Espagnol castigar
Anglais punish
Source : Google Translate API

Synonymes de « châtier »

Source : synonymes de châtier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « châtier »


Mots similaires