Revoir : définition de revoir


Revoir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REVOIR1, verbe trans.

I. − Empl. trans. dir.
A. − Voir de nouveau.
1. Revoir qqn
a)
α) Rencontrer de nouveau une personne que l'on a déjà vue, se retrouver en sa présence. Revoir qqn avec bonheur, avec plaisir; avoir le besoin, le désir, l'envie, l'espoir/avoir hâte de revoir qqn; être anxieux, désireux, impatient/être aise, content, heureux de revoir qqn; (ne pas) chercher à revoir qqn; désespérer, espérer, se promettre de revoir qqn. Lorsqu'à l'heure des adieux elle (...) pressa [son enfant] dans ses bras, elle eut comme un pressentiment qu'elle ne le reverrait plus (Sandeau,Mllede La Seiglière, 1848, p. 12).Lecouvreur (...) se rendit au Marais, dans le quartier où il avait travaillé longtemps comme cocher-livreur. Il voulait revoir ses amis (Dabit,Hôtel Nord, 1929, p. 23).V. présent1I B 2 b α ex. de La Martelière.
[Avec un compl. de lieu] V. huitaine B ex. de Flaubert.
[Dans une formule de politesse] Au plaisir de vous revoir. En attendant l'honneur de vous revoir, je vous prie, mon général, d'agréer l'expression de mes sentiments respectueux et très dévoués (De Gaulle,Mém. guerre, 1954, p. 292).
β) En partic. Rencontrer quelqu'un avec régularité dans le cadre d'une relation amoureuse. « (...) Dites, aimez-vous encore? − Non ». Je parlais vrai, en répondant ce non: il ne fut ni douloureux, ni même pénible. Cependant je crois que j'aurais continué à revoir Sara (Restif de La Bret.,M. Nicolas, 1796, p. 237).V. malgré ex. 2.
γ) P. ext. Revoir des gens, du monde. Rencontrer à nouveau des gens, sortir de sa solitude. Je vous assure: vous lui rendriez un inestimable service si vous lui persuadiez qu'il doit travailler, retourner à Paris, revoir des gens, revivre! (Martin du G.,Thib., Épil., 1940, p. 861).
b) Empl. pronom. réciproque. Yves emporta une impression profonde de cette entrevue dernière avec son frère Gildas. Ils ne s'étaient revus que deux fois depuis que Gildas était parti pour la mer (Loti,Mon frère Yves, 1883, p. 174).Nous nous reverrons plus tard sans doute. Même, si tu le désires, nous ne nous reverrons plus du tout. Depuis une minute, je n'ai plus aucun pouvoir sur toi (Bernanos,Soleil Satan, 1926, p. 176).
[Avec un compl. de lieu] Nous prîmes congé, avec des vœux et la promesse de nous revoir bientôt à Paris (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p. 46).
[Dans le cadre d'une relation amoureuse] Ce séjour s'achevait sans qu'ils se fussent revus seul à seule, sans qu'ils eussent retrouvé l'intimité de leur rencontre à Paris (Martin du G.,Thib., Épil., 1940, p. 878).
2. Revoir un lieu.Retourner dans un lieu que l'on a quitté, s'y retrouver après une plus ou moins longue absence. Revoir sa patrie, son pays; revoir les lieux de son enfance. Pour seulement revoir la France, j'avais été obligé de jurer à la frontière l'abandon de mon patrimoine, la légalisation de sa perte; aussi je ne me regardais dans ce pays, jadis le mien, que comme un simple passager (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 448).J'entends dans les ténèbres une voix qui grelotte. On dirait qu'on chante... Mais oui, c'est une chanson. Je veux revoir ma Normandie... (...). C'est tragique et burlesque cette romance bredouillée dans le noir (Dorgelès,Croix de bois, 1919, p. 95).
En partic. Retourner voir ce qui s'y trouve. Il voulut tout revoir, l'étang près de la source, La masure où l'aumône avait vidé leur bourse, Le vieux chêne plié, Les retraites d'amour Au fond des bois perdues (Hugo,Rayons et ombres, 1840, p. 1094):
1. J'ai revu la fontaine du coteau, ses eaux vives et limpides; la route des Beauges, les châtaigniers de la Puya, la terre couverte des fleurs des châtaigniers. J'ai retrouvé la place de notre jardin et la maison de la Françon. J'ai revu l'étable de mon mouton, l'âtre de la chaumière, l'escalier de bois du dehors... Dupanloup,Journal, 1851-76, p. 68.
3. Revoir qqc.
a) Avoir de nouveau sous les yeux ce que l'on avait déjà vu auparavant, y porter de nouveau son regard. J'écartai d'une des hautes fenêtres de la galerie le rideau poussiéreux qui en tamisait la lumière, et je ne pus réprimer une exclamation de surprise en revoyant au grand jour (...) [le portrait] qui ne s'était jusqu'alors offert à ma vue qu'estompé d'artificiel crépuscule (Milosz,Amour. init., 1910, p. 26).[En raison d'une impression de déjà vu] En parcourant ces amusants albums de voyage [de H. Hildebrandt], il me semble toujours que je revois, que je reconnais ce que je n'ai jamais vu (Baudel.,Curios. esthét., 1859, p. 272).
[Avec attribut du compl. d'obj. exprimant le nouveau regard porté sur les choses] De voiture en voiture, comme dans les relais d'un rêve, nous sommes arrivés hier au Havre. La chose curieuse que les impressions à dix ans de distance! Comme on revoit changés les mêmes lieux! (Goncourt,Journal, 1864, p. 68).
[Avec compl. exprimant les modalités de l'action] Il m'a semblé que les paysages, les maisons, les meubles vus paraissent plus nets [dans mon souvenir] que les visages des personnes, sauf quand je les ai revus en photographie (Warcollier,Télépathie, 1921, p. 49).
[Au sortir de/après l'obscurité] Nous touchons au moment de sortir de ces bois, de revoir la lumière du soleil (Crèvecœur,Voyage, t. 2, 1801, p. 63).Vers le soir le ciel s'éclaircit enfin; on revoit l'azur avec ravissement et la surface libre des eaux reflète, non vers le couchant, mais vers l'est, une apothéose dorée, où de tendres nuances pourpres se mêlent (Gide,Voy. Congo, 1927, p. 711).
En partic. [Pour tirer un enseignement] Il s'était demandé si sa peinture ne manquait point de grandeur. Il avait été revoir les Titien, avait compris la distance, reconnu sa faute; et il s'était mis à repasser ses contours simplement (Flaub.,Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 18).
Relire. Je viens de revoir mes notes et je crains que dans ce chenil éloigné le gardien ait troublé les numéros des chiens, ce qui me chagrinerait fort. Nous verrons bien (Pasteur,Corresp., 1884, p. 422).
[Dans un exposé; à l'inf.; avec une valeur d'injonction] Se reporter à. Au niveau du chiasma optique − ainsi qu'on peut s'en assurer en détectant les ondes d'influx à l'aide d'électrodes fines reliées à des dispositifs galvanométriques sensibles (revoir p. 227) (...) les fibres nerveuses provenant des champs rétiniens droits (...) des deux rétines gagnent la couche optique droite (Camefort, Gama,Sc. nat., 1960, p. 265).
[Au cours d'une étude; dans un ouvrage] Rencontrer de nouveau la mention de. Une autre originalité de la période 1800-1825, c'est l'étonnant sens de la répétition chez certains grands orfèvres, Biennais notamment. Ce dernier, que nous reverrons plus loin, ne se plaît pas seulement à utiliser les mêmes formes, mais aussi les motifs dans les grands services de table livrés aux princes de l'Europe, se bornant simplement à en varier la décoration ciselée (Grandjean,Orfèvr. XIXes., 1962, p. 78).
b) Revoir (un spectacle). Assister de nouveau à un spectacle. Voir et revoir un film. Quelques jours après, étant allé revoir la pièce, je pus constater de visu et de auditu que l'opinion du public était totalement conforme à la mienne (L. Schneider,Maîtres opérette fr., 1924, p. 186).En partic. [Lors d'une reprise] Je suis allé l'autre jour revoir l'Antigone de Jean Anouilh que l'Atelier vient de reprendre pour un nombre limité de représentations (G. Marcel,Heure théâtr., 1959, p. 102).
c) Revoir (un événement, un phénomène).
α) Assister au retour de ce qui s'était déjà produit, de ce qui avait déjà existé dans le passé. [Depuis le IXesiècle environ l'usage des voitures s'était perdu. Vers la fin du XIIesiècle] on revit les charrettes de ferme à deux roues et les chariots à quatre roues, les uns réservés aux voyageurs, d'autres servant au transport des marchandises (P. Rousseau,Hist. transp., 1961, p. 89):
2. ... le grand crime est resté impuni, le crime contre les droits de l'homme allemand est devenu le crime contre les droits de l'homme des autres nations (...). Nous ne voulons pas revoir cela, et c'est pourquoi nous croyons qu'il est bon que des organismes soient créés pour garantir internationalement les droits de l'homme. Déclar. univ. Dr. Homme, 1949, p. 20.
En partic. [La comète] a commencé son voyage de retour vers les régions brillantes de la terre et du soleil. Nous la reverrons tous avec plaisir en 1910 (Flammarion,Astron. pop., 1880, p. 620).
Fam., vieilli. Revoir ses règles. Avoir de nouveau ses règles. On peut dire que les meilleures nourrices ne revoient pas leurs règles tant qu'elles allaitent (Apertds Nouv. Traité Méd.fasc. 8 1925, p. 418).
P. anal. Se revoir + attribut de l'obj. ou compl.Être de nouveau, se retrouver (dans un lieu, dans une situation). M. Vasi (...) eût été asphyxié par l'ennui s'il eût continué à se revoir les soirs dans la famille Duprez (Stendhal,Chartreuse, t. 2, Ébauches de développements nouv., Paris, Bossard, 1928 [1840], p. 365).Le gouvernement français se sentit (...) assez fort pour reprendre l'Aquitaine (...) la Normandie et le Maine se revoyaient françaises avec un plein contentement (A. France,J. d'Arc, t. 2, 1908, p. 442).
β) En partic. [Pour asserter l'existence dans une autre circonstance (lieu, temps) d'un phénomène de même nature que celui dont il est question ici ou maintenant] Retrouver quelque part ce que l'on avait déjà rencontré ailleurs. Il faut aller jusqu'en Silésie et en Pologne pour revoir un beau développement du Westphalien (Lapparent,Abr. géol., 1886, p. 193).Empl. pronom. passif. L'ordovicien se revoit dans la Montagne Noire, où un grès semblable au grès armoricain supporte des schistes à grosses concrétions (Lapparent,Abr. géol., 1886, p. 161).
4. Au fig.
a)
α) Se rappeler, se remémorer un élément, une période du passé; se les représenter par la pensée, en avoir l'image à l'esprit. Revoir son enfance. Certains souvenirs vifs et détachés lui restaient de sa première enfance. Elle revoyait son père assis à l'angle du foyer (...) Elle revoyait aussi sa maigre et triste mère (A. France,Thaïs, 1890, p. 89):
3. Là, les yeux au plafond, pendant que mon cigare Exhale le lent nuage azuré qui s'égare Comme dans un brouillard matinal, je revois Ton sourire, ton beau sourire d'autrefois. Le passé me remonte à l'âme... Samain,Chariot, 1900, p. 103.
[P. oppos. à prévoir] À regarder les choses d'assez haut, il devrait être aussi naturel de prévoir l'avenir que de revoir le passé (Maeterl.,Sablier, 1936, p. 82).
[P. oppos. à voir] À travers le tulle de la croisée, il voyait tourbillonner les flocons de neige qui lui cachaient les façades des maisons et feutraient les échos de la rue. Alors il revoyait Lausanne, la ruelle des escaliers, la pension Cammerzinn, Sophia, les amis. Tout se confondait: présent et souvenirs, la neige de Paris et les hivers de là-bas (Martin du G.,Thib., Mort père, 1929, p. 1279).
[P. oppos. à voir empl. au fig., exprime une répétition de l'action] Je le vois tel qu'en 1899, dans les couloirs de l'école, il m'apparut pour la première fois (...). Et je le revois, ce matin gris de 1939 où j'allais lui serrer la main, la veille même du jour où on devait l'opérer: si calme dans sa gravité souriante (L. Febvre,Blondel,[1940]ds Combats, 1953, p. 370).
[Avec adv. de durée] Je reverrai toujours, pour ma part, la saisissante séance de discussion qui clôtura l'une des plus riches parmi ces Semaines: celle qui fut consacrée, en 1933, aux notions de science et de loi scientifique (L. Febvre,Hommage H. Berr,[1952],ds Combats, 1953, p. 341).V. baraque ex. 2.
[Les modalités de l'action sont exprimées] Revoir mentalement, dans la mémoire, dans ses souvenirs. Le duc Charles revit en esprit cette soirée, la salle éblouissante, Sieglinde et Siegmund sur le théâtre (Bourges,Crépusc. dieux, 1884, p. 129).V. imagination I B 1 ex. de Vogüé.
Empl. pronom. réfl. Elle lui parla de son enfance (...). Elle se revoyait trottinant dans les montagnes, et le père, un homme solide, qui la portait sur l'épaule quand elle était trop lasse (Aragon,Beaux quart., 1936, p. 310).
β) En partic. Voir se dérouler de nouveau, voir défiler devant ses yeux une suite d'événements passés. L'homme qui se noie revoit, dans la minute suprême de l'agonie, toute sa vie comme dans un miroir (Baudel.,Paradis artif., 1860, p. 427).Il revoyait les menus faits de la soirée, la physionomie des gens. Malgré lui, l'image de cette femme enlacée par un homme, tout à l'heure, dans l'ombre du portail, lui revenait avec insistance et le troublait (R. Bazin,Blé, 1907, p. 285).
b) Voir réapparaître ou se reproduire dans un rêve une réalité connue ou vécue. Dans mes rêves je revoyais Gomez le féroce; je haletais, poursuivi par sa meute (Gide,Si le grain, 1924, p. 424).Vers la fin de sa vie, les rêves se multiplient, où il revoit les rues de sa ville natale, soit telles qu'elles étaient, soit changées, soit encore sous l'aspect d'une « ville inconnue et pourtant connue » (Béguin,Âme romant., 1939, p. 17).
B. −
1. Reprendre pour examiner.
a) Reconsidérer des éléments, une période du passé pour les soumettre à une analyse. Synon. passer en revue (v. passer11reSection IV B 4 a α).On n'est pas mûr, à vingt-cinq ans, pour revoir et annoter sa vie (A. Daudet,Trente ans Paris, 1888, p. 75).Pierre passa tout ce temps-là à chercher, creuser, revoir des détails, évoquer Paul et sa mère, se rappeler leur vie, leur intimité, ressusciter des incidents et crisper les poings, et pleurer tout seul de fureur et de désespoir (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p. 265).
b)
α) Voir de nouveau d'un œil critique, examiner pour relever les imperfections et éventuellement modifier, corriger, amender.
[Le compl. désigne une chose concr.] [Landolfi (Carlo Ferdinando). Luthier italien, 1735-1775] marquait ainsi les instruments qu'il avait revus: Revisto da Carlo Ferdinando Landolfi l'Anno 1741 (Grillet,Ancêtres violon, t. 2, 1901, p. 203).
En partic., dans le domaine de l'écriture.Synon. relire, réviser.Revoir un texte, des épreuves. Le matin, de sept à onze heures, je revois mon manuscrit, car j'y travaille jusqu'à la dernière minute, et encore çà et là des choses m'échappent (Hugo,Corresp., 1862, p. 379).L'écrivain a le temps de revoir minutieusement ce qu'il a écrit, de corriger, de modifier, de polir, de fignoler ses phrases, de soigner son style. Tout cela est refusé au journaliste (Coston,A.B.C. journ., 1952, p. 93).Au passif. Il est aisé de deviner, à certains détails, (...) [que le récit] a été revu, sinon rédigé, à l'état-major (Bordeaux,Fort de Vaux, 1916, p. 273).V. fonder ex. 3.
[Le compl. désigne une chose abstr.] Revoir des conclusions, des hypothèses; revoir une politique. Ici comme dans beaucoup d'autres domaines, nous sommes obligés de modifier nos attitudes et de revoir nos principes (Univ. écon. et soc., 1960, p. 62-12).Bien avant l'apparition du pur-sang, l'élimination de la lourde chevalerie en armure et l'entrée en service de montures plus légères, tel le cheval arabe, avaient conduit à revoir et à perfectionner les règles de l'équitation (P. Rousseau,Hist. transp., 1961, p. 166).
β) Expr. Revu et corrigé. Qui a été remanié; dont la forme, le contenu, les caractéristiques ont été modifiés et généralement améliorés. Depuis la fameuse lettre du 31 mai 1897, où le faussaire Henry adressait à son supérieur le colonel Picquart une lettre de menaces et d'outrages préalablement revue et corrigée par Boisdeffre et par Gonse, tous les fabricateurs de faux n'ont cessé de jurer que Picquart avait fabriqué le « petit bleu » (Clemenceau,Vers réparation, 1899, p. 214).En empl. adj. L'art de Joseph Bernard repose sur la stylisation. Alliage de feinte gaucherie et de préciosité, cet art représente un aimable composé du maniérisme gothique du XVesiècle et d'un hellénisme revu et corrigé (Arts et litt., 1936, p. 18-2).
Var. Les Sardes inquiètent la division Sérurier par des reconnaissances offensives. (...) [Bonaparte] renforce cette division de la brigade Rusca poussée à Bardinetto. Le système d'avant-postes de Schérer est soigneusement revu et amélioré (Foch,Princ. guerre, 1911, p. 70).M. le Dr Seiffert a donné [des œuvres d'orgue de Buxtehude] (...) une nouvelle édition revue et complétée (Pirro,J.-S. Bach, 1919, p. 32).Étienne Gilson vient de publier (...) une seconde édition, entièrement revue et augmentée (L. Febvre,Gilson et la philos. du XIVes., [1946] ds Combats, 1953, p. 284).
Au fig. Enjolivé par le souvenir. On ne goûte vraiment son enfance, son adolescence, dûment revues et corrigées, que passée la cinquantaine (Arnoux,Zulma, 1960, p. 183).
c) P. anal. [Le compl. désigne une pers.] Faire subir un nouvel examen, notamment un nouvel examen médical. Lors de l'admission, l'élève subit une visite médicale complète par le médecin examinateur; le médecin consultant assiste à cette visite. Les élèves sont ensuite revus autant de fois qu'il est nécessaire dans le courant de l'année (Encyclop. éduc., 1960, p. 129).
d) Expressions
À revoir. À soumettre à un nouvel examen. Après avoir mis en place sur l'arbre moteur le volant de transmission, le monteur doit effectuer le portage parfait des différentes fusées de l'arbre dans les coussinets correspondants. Ce portage, même s'il a été fait correctement dans les usines du constructeur avant expédition, est généralement à revoir (Ambroise,Monteur mécan., 1949, p. 16).
Au part. passé subst., loc. prép., rare. Au revu de. En revoyant, après avoir revu. Au revu de tout cela, une chose m'a frappé (Chateaubr.,Mém., t. 3, 1848, p. 400).
2. Étudier de nouveau pour se remettre en mémoire. Synon. repasser, réviser.Revoir une leçon, le programme d'un examen. (Dict. xxes.).
II. − Empl. trans. indir., VÉN. Revoir d'une bête. Prendre connaissance d'une bête (d'apr. Burn. 1970). On revoit d'un cerf par le pied, les fumées, les abatures, les portées, les foulées, le frayoir, etc. (Baudr.Chasses1834).[Le marquis] savait que le cerf se dirigeait vers l'allée de midi (...) y trouverait le change qu'il cherchait (...) Puis il faudrait tenter d'en revoir. La bête reparaîtrait en effet, et c'est là qu'on donnerait le relais (Vialar,Rendez-vous, 1952, p. 36).
Revoir de bon temps. ,,Trouver une trace fraîche et de la nuit`` (Littré).
Prononc. et Orth.: [ʀ əvwa:ʀ], (il) revoit [ʀ əvwa]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) Fin xes. trans. revedeir « voir, rencontrer une personne que l'on a déjà vue, rencontrée au moins une fois antérieurement » (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 426); ca 1170 reveoir (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 4267); ca 1200 revoir (Chastelain de Coucy, Chansons, éd. A. Lerond, I, 44); b) 1651 pronom. « être, se trouver de nouveau en un lieu, dans une situation » (Scarron, Roman comique, ch. XVIII ds Œuvres, Paris, J. F. Bastien, 1786, t. 2, p. 140); c) 1677 id. « se rencontrer de nouveau, être de nouveau en présence l'un de l'autre » (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 478); 2. a) 1558 « regarder de nouveau quelque chose avec plaisir ou intérêt » (Du Bellay, Regrets, éd. J. Jolliffe, 31, 5, p. 98); b) 1676 [éd.] « assister de nouveau à un spectacle » (J. Racine, Britannicus, 2epréface ds Œuvres, éd. P. Mesnard, t. 2, p. 250); 3. 1588 [éd.] « retourner dans un lieu » les lieux et les livres que je revoy (Montaigne, Essais, éd. Villey-Saulnier, I, IX, p. 35); 4. a) 1651 « se rappeler des personnes, des choses du passé » (Corneille, La Poésie à la peinture, 104 ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 10, p. 121); b) 1847 pronom. « se voir soi-même de nouveau, par la pensée, dans un lieu ou une situation où l'on a été dans le passé » [ils] se revoyaient dans le costume de leur jeunesse (Balzac, Cous. Pons, p. 2). B. 1. xiiies. trans. « soumettre quelque chose à un nouvel examen, à une révision, à une vérification » (Isopet Lyon, éd. J. Bastin, 58, 33); 1718 à revoir (Ac.); 1832 revu et corrigé (Hugo, N.-D. Paris, p. 45); 2. 1686 id. « étudier une nouvelle fois une matière, un texte pour se les remettre en mémoire » (La Bruyère, Lettre à Condé, 26 mars ds Œuvres, éd. G. Servois, t. III2, p. 504). C. 1376 intrans. cynégét. revëoir de (Motus et Ratio, 20, 40 ds T.-L.). Dér. de voir*; préf. re-*.
STAT. Revoir1 et 2. Fréq. abs. littér.: 9 328. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 11 212, b) 15 265; xxes.: a) 13 337, b) 13 903.

REVOIR2, subst. masc.

A. −
1. Action, fait de revoir quelqu'un; (pour deux ou plusieurs personnes) action, fait de se revoir; nouvelle rencontre après une séparation. La joie du revoir; l'heure du revoir; espérer un prochain revoir; un revoir plusieurs fois différé. Tu m'expliqueras la tactique pour porter cette œuvre magistrale sur les planches. Mais tu m'expliqueras ça de vive voix, car nous nous amuserons à en causer et notre revoir à présent est une affaire de jours (Gide,Corresp. [avec Valéry], 1898, p. 317).Ni l'un ni l'autre ne songèrent aux formules banales qui accompagnent normalement le revoir du matin (Estaunié,Vie secrète,1908, p. 253).Le revoir en Dieu. Fait de se revoir, l'espoir de se revoir dans l'Autre monde. [L'abbé Anne] prêcha l'absence vaincue par les mêmes efforts dans un même esprit puis le retour et le revoir en Dieu (Verlaine, Œuvres posth., t. 1, Hist. comme ça, 1896, p. 360).
Faire bon/mauvais revoir à qqn, (vieilli). Bien/mal accueillir quelqu'un à son retour. Six jours après, l'autocar ramenait (...) un légionnaire en permission (...). On ne lui fit pas mauvais revoir (La Varende,Tourmente,1948, p. 59).
2.
a) Au revoir! [Interjection exprimant, au moment de prendre congé, l'espoir d'une nouvelle rencontre] Luisa: Adieu, mon père!... Fra Leonardo: Au revoir dans le ciel! (Dumas père, Lorenzino,1842, iv, 4, p. 264).L'Ange Gardien: Maintenant je n'ai plus rien à te dire, sinon au revoir, à Dieu! J'ai fini ma tâche avec toi. Au revoir, sœur chérie, dans la lumière éternelle! (Claudel,Soulier,1944, 2epart., 4, p. 1059).
Cour. [Formule de politesse par laquelle on prend congé de qqn] Comme elle refermait sur moi la barrière: − Allons... Au revoir!... Il faut, maintenant, que j'aille faire ma gibelotte (Mirbeau,Journal femme ch.,1900, p. 92).
Se dire au revoir; dire au revoir à qqn. Prendre congé de quelqu'un; se séparer. Oui, mon cher Dominique, il y a dix-huit mois que je vous ai quitté sur cette petite place où nous nous sommes dit au revoir (Fromentin,Dominique,1863, p. 104).Je lui dis au revoir sans tourner la tête (Renard,Journal,1900, p. 577).
Empl. subst. masc. Action de se dire au revoir. Elle lui tendait ses bras fermes et blancs, pour l'au revoir de chaque matin (Zola,Fécondité,1899, p. 2).La Stazione Termini était le lieu de la séparation, de l'au revoir (Butor,Modif.,1957, p. 119).
Ce n'est qu'un au revoir:
Faut-il nous quitter sans espoir, Sans espoir de retour? Faut-il nous quitter sans espoir De nous revoir un jour. Ce n'est qu'un au revoir, mes frères, Ce n'est qu'un au revoir, Oui, nous nous reverrons, mes frères, Ce n'est qu'un au revoir. W. Lemit, Chansonnier des éclaireurs et des éclaireuses,1961, p. 64.
b) Vieilli. À revoir! Action de se dire au revoir. Vous prendrez le bâton du voyageur et le sac du pèlerin, comme je le fais maintenant en vous embrassant, en vous disant: Adieu, frère, et à revoir (Sand,Lettres voy.,1835, p. 235).Allons, à revoir, monsieur Jean-des-Figues! (Arène,J. des Figues,1870, p. 43).
B. − VÉN. ,,Empreinte du pied d'un animal sur le sol`` (Vén. 1974). Le rôle du limier est terminé; celui de l'homme, du valet commence. Il faut à ce dernier juger de l'animal et de sa direction par son « revoir » (Vidron,La Chasse à courre, 1965, p. 28).
Beau, mauvais revoir. Empreinte bien, mal marquée. Il avait très légèrement neigé, une poudre qui tenait (...) un vrai temps de beau revoir (Genevoix,Laframboise, Couguar, 1942, p. 143).
Loc. Il fait beau/mauvais revoir. Lorsque le temps est frais, sans vent et que le terrain humide garde bien l'empreinte des pieds, on dit qu'il fait beau revoir. Lorsque, au contraire, il vente fort et que la terre est sèche et dure, on dit qu'il fait mauvais revoir (E.V.F., 1961) (Duchartre1973).
Prononc.: [ʀ əvwa:ʀ]. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1200 Li reveoirs « action de revoir quelqu'un » (prob. Hugues de Berzé ds Chatelain de Coucy, Chansons, éd. A. Lerond, XXV, 9), attest. isolée; à nouv. au xvies. 1538 ton doulx Reveoir (Marot, Épigrammes, éd. C. A. Mayer, CXXXVI, 4, p. 202); 2. 1633 adieu, jusqu'au revoir (Corneille, Mélite, éd. M. Roques et M. Lièvre, III, 7, vers 1145); 1792 au revoir (Collin d'Harl., Vieux célib., I, 3, p. 8): 1829 à revoir (Janin, Âne mort, p. 195). B. 1690 cynégét. (Fur.). Subst. de revoir1*.

Revoir : définition du Wiktionnaire

Verbe

revoir \ʁə.vwaʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se revoir)

  1. Voir de nouveau.
    • Quoi qu’il en soit, l’espérance de revoir le pauvre baron gai et gaillard m’a bien épargné de la tristesse. — (Lettre de Madame de Sévigné à Madame de Grignan, à Vichi, mardi 28 mai 1676)
    • Albert et Ludwig se revirent avec plaisir, tous deux venaient de combattre contre les infidèles, l’un au midi, l’autre au nord. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
  2. Examiner de nouveau.
    • Revoir un manuscrit, un ouvrage pour le corriger.
    • Revoir des épreuves.
    • Revoir un compte.
    • Obtenir un arrêt pour faire revoir un procès.
    • C’est un homme qui examine les choses avec soin ; après lui il n’y a plus à revoir.
  3. (Intransitif) (Chasse) Prendre connaissance de la force du cerf, par le pied, les fumées, les abattures, les portées, les foulées, le frayoir, etc.
    • Il faut que les piqueurs aient l’œil à terre dans tous les lieux où ils croiront de pouvoir en revoir, afin d’aider à leurs chiens, & s’assurer que c’est le cerf de la meute qu’ils chassent. — (Encyclopédie ou Dictionnaire universel raisonné des connoissances, T.42, 1775, page 19)
  4. (Pronominal) Se souvenir de son passé.
    • Pour elle j'étais l’amant, non le séducteur; elle revoyait son premier rendez-vous, elle ressentait le premier baiser; elle se revirginisait! Pauvre Gretchen! — (Alfred Delvau, Les dessous de Paris, Paris : chez Poulet-Malassis et De Broise, 1860, vol.1, p.127)
    • Les premiers souvenirs de Louis Pasteur dataient de cette époque. Il se revoyait enfant, heureux de courir sur la route qui conduit au village d’Aiglepierre. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, p. 11)
    • Je me revois tout chétif, tout mièvre, suivant les cours du catéchisme, où j’arrivais bon premier. Ma piété, mon application épataient le bon curé. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 247)
    • Il se mit à boire plus que la normale, faisant livrer des cubis de bon pinard (en quantité ça coûte moins cher) toujours en perce à la souillarde, et je me revois échapper à la tablée bruyante et discordante où il s'échauffait en parlant politique […]. — (Martin Provost, Léger, humain, pardonnable, Éditions du Seuil, 2015)

Nom commun

revoir \ʁə.vwaʁ\ masculin

  1. Action de voir à nouveau.
    • Adieu jusqu’au revoir.
    • Il m’a dit à revoir.
    • Je devais retrouver mes cousines le lendemain, au temple, et cela seul occupait mes pensées ; car mon esprit d’enfant attachait une grande importance à cette sanctification de notre revoir. — (André Gide, La porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, pages 20-21)
    • Du reste, la perspective d’un très prochain revoir enlevait à mon adieu ce qu’il eût pu avoir de tragique. — (André Gide, La porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, page 111)
    • Pour Port-Vendres ne sais rien encore pour la bonne raison que ne peux guère avoir ma permission précisée d’avance mais vais tâcher de profiter de ma situation de brigadier fourrier pour hâter ce revoir. — (Guillaume Apollinaire, lettre à Madeleine Pagès du 20 août 1915)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Revoir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REVOIR. (Il se conjugue comme VOIR.) v. tr.
Voir de nouveau. Je l'avais vu hier, je l'ai revu aujourd'hui. Revoir sa patrie. Nous allons bientôt revoir les beaux jours. Vous ne le reverrez plus, il est mort. Ils se revirent, ils se sont revus après une longue séparation. Quand nous reverrons-nous?

REVOIR signifie aussi Examiner de nouveau. Revoir un manuscrit, un ouvrage pour le corriger. Revoir des épreuves. Revoir un compte. Obtenir un arrêt pour faire revoir un procès. C'est un homme qui examine les choses avec soin; après lui il n'y a plus à revoir. À revoir, Locution dont on se sert pour dire qu'il faut faire un nouvel examen d'un compte, d'une citation, d'un écrit, etc. À côté de chaque article douteux de ce compte, j'ai mis : À revoir. En termes de Chasse, Revoir d'un cerf, Prendre connaissance de la force du cerf, par le pied, les fumées, les abattures, les portées, les foulées, le frayoir, etc. Le cerf a passé par ici, j'en revois, j'en ai revu.

REVOIR s'emploie substantivement dans cette locution : Adieu jusqu'au revoir, ou, plus habituellement et plus simplement, Au revoir, Terme de politesse pour prendre congé de quelqu'un. On dit aussi : revoir. Il m'a dit à revoir. Le participe passé

REVU s'emploie comme adjectif. Seconde édition revue, corrigée et augmentée.

Revoir : définition du Littré (1872-1877)

REVOIR (re-voir) v. a.

Il se conjugue comme voir.

  • 1Voir de nouveau. M. le chevalier vous doit mander ce que dit le roi au roi d'Angleterre, en lui disant adieu : Monsieur, je vous vois partir avec douleur ; cependant je souhaite de ne vous revoir jamais, Sévigné, 2 mars 1689. Après la rigueur extrême D'un fatal éloignement, Que c'est un plaisir charmant De revoir ce que l'on aime ! Quinault, Amad. I, 2. Mes yeux sont éblouis du jour que je revois, Racine, Phèdre, I, 3. Une femme inconnue, Qui ne dit point son nom, et qu'on n'a point revue, Racine, Athal. II, 7. Leur profession [de certains hommes de cour] est d'être vus et revus, et ils ne se couchent jamais sans s'être acquittés d'un emploi si sérieux et si utile à la république, La Bruyère, VIII.

    Il se dit avec un infinitif. C'est vous, s'écria-t-il [Mornai], que je revois paraître, Voltaire, Henr. IX.

    Substantivement. Adieu jusqu'au revoir, ou, simplement, au revoir.

    Je ne vous reverrai de ma vie, se dit à une personne avec qui l'on rompt irrévocablement. Elle est sortie impétueusement, en criant qu'elle ne me reverrait de sa vie, Genlis, Ad. et Th. t. III, p. 443, dans POUGENS.

  • 2Revoir un lieu, y retourner après en avoir été absent ou exilé. Je reverrai ces campagnes si chères ; J'irai pleurer au tombeau de mes pères, Racine, Esth. III, 9. Les vents et les marées secondèrent son impatience, et il revit Londres avec transport, Hamilton, Gramm. X. Moins il doit espérer de revoir sa patrie…, Voltaire, Tancr. I, 4. Ô France, France aimée et qu'on pleure toujours, Je ne reverrai pas ta terre douce et triste, Tombeau de mes aïeux et nid de mes amours, Hugo, Ultima verba.

    Revoir une pièce de théâtre, retourner au théâtre pour la voir. C'est maintenant [la tragédie de Britannicus] celle des miennes que la cour et le public revoient le plus volontiers, Racine, Brit. 2e préf.

  • 3Examiner de nouveau. Revois tes actions, tes discours, tes pensées ; Peut-être y verras-tu, malgré ton bon dessein, à chaque occasion mille offenses glissées Contre le grand monarque ou contre le prochain, Corneille, Imit. I, 19. Je relis vos lettres, en disant, comme à Livry : voyons et revoyons un peu ce que ma fille me disait il y a huit ou neuf jours, Sévigné, 434. Elles [les poésies d'Homère] furent apportées tout entières d'Ionie par Lycurgue, et données au public par Pisistrate, qui les revit, Boileau, Longin, Subl. Réfl. 3. Il [Assuérus] revoit tous ces temps si remplis de sa gloire…, Racine, Esth. II, 1. Quand Virgile partit pour la Grèce dans le dessein d'employer le repos qu'il y allait chercher pour revoir son Énéide, Rollin, Hist. anc. liv. XXV, ch. I, II, 2. J'ai toujours cru que Pascal n'avait jeté ses idées sur le papier que pour les revoir et en rejeter une partie, Voltaire, Lett. s'Gravesande, 1er juin 1738.

    Absolument. [Dans l'étude de l'histoire naturelle] on doit commencer par voir beaucoup et revoir souvent, Buffon, Théorie de la terre, 1er disc. Avec mesure et poids il faut qu'on examine : Voyons et revoyons, Boissy, Impatient, II, 7.

    Elliptiquement. À revoir, pour dire qu'un nouvel examen d'un compte, d'un écrit, etc. est nécessaire.

  • 4Il se dit des procès, des affaires soumises à une nouvelle juridiction. Solon voulut que l'Aréopage revît l'affaire, Montesquieu, Esp. VI, 5. La plus grande grâce qu'elle [la famille de Lalli] espérait était de faire revoir, s'il était possible, le procès par un autre parlement, Voltaire, Pol. et lég. Fragm. Inde, 19.

    Fig. Vous me condamnâtes sans miséricorde, et toute la sollicitation de d'Hacqueville ne put pas même vous obliger à revoir mon procès, Sévigné, 32. Il viendra un temps où votre procès sera revu par la raison, et où vos infâmes juges seront condamnés avec horreur à son tribunal, Voltaire, Lett. d'Étalonde, 6 oct. 1767.

  • 5 V. n. Terme de vénerie. Revoir d'un cerf, avoir des indices du cerf par le pied, les fumées, les abattures, etc. Le cerf a passé par ici, j'en ai revu.

    Revoir de bon temps, trouver une trace fraîche et de la nuit.

    S. m. Empreinte laissée par le pied d'un animal que l'on chasse. Un beau revoir.

  • 6Se revoir, v. réfl. Se voir de nouveau. Qu'on nous vienne faire l'abominable compliment de nous dire, avec toute sorte d'agrément, que, pour être fort bien, il ne faut nous revoir jamais, Sévigné, à Mme de Grignan, 30 juin 1677. Mais nous nous reverrons ; adieu, je sors contente, Racine, Ath. II, 7. Des pères et des enfants qui se revoient après une longue séparation, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VIII, p. 397, dans POUGENS.
  • 7Se trouver de nouveau, être de nouveau en un certain lieu. Enfin, je me revis avec ma chère Léonore, Scarron, Rom. com. I, 18. Je me flattai que j'allais me retrouver dans mon couvent, où j'avais tant d'impatience de me revoir ; mais je n'étais pas encore au bout de mes voyages, Staal, Mém. t. I, p. 148.

REMARQUE

Il ne faut pas confondre à revoir et au revoir. À revoir indique qu'il faut revoir, corriger une chose. Au revoir est une formule d'adieu exprimant l'espoir qu'on se reverra bientôt.

HISTORIQUE

XIe s. [Ils] Ne reverrunt lur meres ne lur femes, Ch. de Rol. CVII.

XIIe s. [Je] Ne sai se jà [vous] verrez mais mon retour ; Aventure est que jamais [je] vous revoie, Couci, XXII.

XIIIe s. Ainçois que [il] la revoie, [elle] sera mout esmarrie, Berte, LXXII. Une ymage qui vilonie Avoit non, revi devers destre, la Rose, 157. …Le solail que nous voion à main [au matin] lever vers orient, E couchier devers occident, E puis après à l'andemain Le reveon nous si au main, Ymage du monde, II, Mouvement du ciel.

XVIe s. Je me suis mis à revoir ce que de longtemps j'avoye traduit de grec en françois des Vies de Plutarque, Amyot, Épit. Voyant de loin la voile noire, et n'esperant plus de revoir jamais son filz, il [Égée] se tua, Amyot, Thés. 25. Après avoir bien veu et reveu le tout, Amyot, Solon, 56. Je le laisse en sy bonne santé et ses affaires en sy bon train, que je ne puis esperer que ung heureux revoir, Marguerite de Navarre, Lett. 125. De pauvres chrétiens qu'ils [les Ottomans] prennent par-ci par-là… et puis les revendent de façon que le pere s'en va d'un costé, l'enfant de l'autre… pour estre esclaves toute leur vie, sans espoir de se revoir jamais, Lanoue, 386. Et si pourtant ne scaurois reveoir si souvent le tumbeau de cette ville [Rome] si grande et si puissante, que je ne l'admire et revere, Montaigne, IV, 139.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Revoir : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

REVOIR, v. act. (Gram.) voir de nouveau. Que j’aurois de plaisir à revoir cette femme, cet homme qui m’étoient si chers ! ne vous lassez point de revoir votre ouvrage ; c’est un procès à revoir ; il faut que l’étalon revoye cette jument. Voyez les articles Vue & Voir.

Revoir d’un cerf, (Vénerie.) On en revoit par le pié, par les fumées, par les abattures, par les portées, par les foulées, par le frayoir & par les rougeurs.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « revoir »

Étymologie de revoir - Littré

Berry, arvoir ; picard, revir ; provenç. reveser ; espagn. rever ; ital. rivedere ; du lat. revidere, de re, et videre, voir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de revoir - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin revidere → voir re- et voir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « revoir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
revoir rœvwar play_arrow

Conjugaison du verbe « revoir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe revoir

Citations contenant le mot « revoir »

  • Cette surprise-là, Jérôme ne s'y attendait pas. Alors qu'il s'apprêtait à partir vers de nouveaux horizons et changer de vie en allant s'installer au Québec avec sa femme Emma et ses deux enfants, plusieurs camions de la caserne de pompiers de Narbonne, dans laquelle il a servi pendant douze ans, l'attendaient à la Gare de Narbonne pour lui dire au revoir. Emma, qui est infirmière et pompière volontaire, était de mèche avec les autres soldats du feu pour mettre sur pied cette émouvante surprise.  lindependant.fr, Gare de Narbonne : l'au revoir des pompiers à leurs collègues en partance pour le Canada - lindependant.fr
  • Pour rappel, Netflix est une plateforme de streaming vidéo basée aux Etats-Unis mais accessible en France et qui propose aux utilisateurs des milliers de films, séries et documentaires à voir et à revoir en continu moyennant un paiement mensuel d’une redevance. TechGuru, Netflix : les meilleurs films et séries à voir et à revoir ce weekend - TechGuru
  • En attendant, le Ciné Pathé propose de revoir des succès comme Le Roi Lion, La Haine ou La Reine des Neiges 2. Des séances qui trouvent leur public. « Pour Titanic, on a fait 100 entrées sur deux séances. Repasser des succès, ça nourrit les spectateurs », estime Sébastien Joubioux. Et pourquoi ne pas prendre du bon temps dans une salle obscure et fraîche en temps de canicule ? www.paris-normandie.fr, Depuis sa réouverture post-Covid, le cinéma d’Évreux peine à revoir les spectateurs
  • Au-delà, Guadalajara est devenu une signature, le lieu et le moment de tout une époque. Il y a le match dans le mythe, que l’on peut revoir, et le mythe dans le match, un peu plus difficile à appréhender. Une participation à un épisode du podcast « Soyez sympas, rejouez » m’a donné l’occasion de revisiter ce 21 juin 1986. Le match en intégralité est visible ici en version française et ici avec des commentaires anglais (meilleure qualité). Une balle dans le pied, Revoir Guadalajara – Une balle dans le pied
  • Un optimiste est un monsieur qui croit qu'une dame a terminé sa conversation téléphonique parce qu'elle dit "au revoir". De Marcel Achard / L'amour ne paie pas
  • Je n'ai jamais compris pourquoi les gens se disent "au revoir" au téléphone. De Albert Willemetz
  • J'ai observé que, d'ordinaire, on se dit au revoir quand on espère bien qu'on ne se reverra jamais - tandis qu'en général on se revoit volontiers quand on s'est dit adieu. De Sacha Guitry / Toâ
  • C'est toujours difficile de revoir une inconnue, alors que c'est si simple d'en croiser une tous les jours. De Suzanne Jacob / La passion selon Galathée
  • Quand on aime quelqu'un, on doit toujours lui dire au-revoir comme si on le voyait pour la dernière fois. De Anonyme
  • Vouloir brusquement revoir son mari après une séparation de cinq ans, cela peut être une envie de femme enceinte. De Sophie Arnould
  • Un incurable, c’est celui qui s’entête à revoir son médecin. De Ylipe / Textes sans paroles

Images d'illustration du mot « revoir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « revoir »

Langue Traduction
Corse ritruvà dinò
Basque berriro elkartu
Japonais また会う
Russe встретимся снова
Portugais encontrar de novo
Arabe التقي مرة أخرى
Chinois 再次见面
Allemand wieder treffen
Italien rincontrarsi
Espagnol reunirse de nuevo
Anglais meet again
Source : Google Translate API

Synonymes de « revoir »

Source : synonymes de revoir sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires