Sévir : définition de sévir


Sévir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SÉVIR, verbe intrans.

A. − Qqn sévit
1. Punir, réprimer avec rigueur. Synon. châtier, punir, réprimer.Sévir avec rigueur; être contraint, obligé de sévir. Henri III voulut sévir et ordonna l'arrestation des prédicateurs qui l'insultaient (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 182).
Il faut sévir! Lorsque la persuasion a échoué, lorsque l'amour a été impuissant, il faut s'armer de la force coercitive, brandir le glaive, terroriser, couper les têtes, sévir et frapper, imposer la justice (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 4).
Sévir contre qqn.Sévir contre un élève, un employé, un enfant. Le ministre invite le premier consul à sévir contre ses ennemis (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 162).Le nonce me fait dire par don Alvar que le pape accueillerait comme un outrage que je sévisse contre l'évêque (Montherl., Reine morte, 1942, III, 4, p. 211).
Sévir contre qqc.Sévir contre des abus, l'hérésie, la presse. C'était surtout contre la liberté de la presse qu'on sévissait avec violence (Staël, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 413).En vérité, dit l'apothicaire, on devrait bien sévir contre l'ivresse! Je voudrais que l'on inscrivît, hebdomadairement, à la porte de la mairie, sur un tableau ad hoc, les noms de tous ceux qui, durant la semaine, se seraient intoxiqués avec des alcools (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 175).
2. DROIT
a) Exercer des sévices. Cette femme se plaint que son mari a sévi plusieurs fois contre elle (Ac.1798-1878).
b) Utiliser des moyens légaux contre une personne jugée coupable d'enfreindre la loi. Le gouvernement sévit par des amendes, des destitutions (Michelet, Chemins Europe, 1874, p. 317).
B. −
1. Qqc. sévit.Exercer des ravages. L'hiver était venu; le froid sévissait, terrible, au Val des Saints (Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 230).Comment expliquez-vous les fléaux qui sévissent sur l'humanité? Pourquoi les pestes, les famines, les inondations, les tremblements de terre? (France, Révolte anges, 1914, p. 72).
SYNT. La chaleur, la sécheresse sévit; un cyclone, le mauvais temps, la tempête sévit; le choléra, l'épidémie, la fièvre, la gale, la peste, la pneumonie, le typhus sévit; la criminalité, la disette, la guerre, la mortalité, la persécution sévit.
2. P. hyperb., fam. Qqn, qqc. sévit.Exercer une action, une activité néfaste, détestable, difficile à supporter pour autrui.
a) [Le suj. désigne une pers.] Les touristes sévissent. De temps en temps, quand commençait à sévir un abstracteur de quintescence, il [J. Lemaitre] faisait le bêta aux yeux ronds (...) qui demande des explications (L. Daudet, Salons et journaux, 1917, p. 21).
b) [Le suj. désigne une chose] Le goût du public est décidément bien malade. Le succès des Misérables a sévi et continue de sévir au delà de tout ce qu'on pouvait craindre (Sainte-Beuve, Poisons, 1869, p. 53).Une anglomanie réelle continue de sévir dans ces milieux-là, comme elle sévit encore dans les milieux du « turf »: le chic est toujours de se fournir à Londres (Comment parlent les sportifsds Vie Lang., 1952, p. 34).
REM.
Sévissant, -ante, part. prés. en empl. adj.Qui sévit. Le docteur Lipp le fou, qui, maître des transports une heure en 1918, en avait profité pour déclarer à la Suisse et au Wurtemberg une guerre qu'il croyait toujours sévissante et qu'il avait hâte de conclure (Giraudoux, Siegfried et Lim., 1922, p. 252).
Prononc. et Orth.: [sevi:ʀ], (il) sévit [-vi]. Ac. 1694, 1718: sevir; dep. 1740: sé-. Étymol. et Hist. 1. [Fin xives. « être tourmenté, être en colère » (Ch. D'Orléans d'apr. FEW t. 11, p. 53b)]; − 1611 (Cotgr.); 2. a) 1593 « mal traiter, user de violence, en parlant d'un supérieur à l'égard d'un inférieur, d'un père à l'égard de ses enfants, etc... » sevir les uns contre les autres (Du Vair, Suasion de l'arrest. ... pour la manutention de la loy salique ds Actions et traictez oratoires, éd. R. Radouant, p. 133, ligne 716), qualifié de ,,vieilli`` par DG; b) 1690 « exercer une répression rigoureuse contre quelqu'un » (Fur.); av. 1783 id. « contre quelque chose » sévir contre le fanatisme (D'Alemb., Œuv., t. V, p. 224 ds Littré); 3. 1812 « (d'un fléau, ou de quelque chose de néfaste), faire des ravages » le combat (...) ne cessa de sévir que vers la nuit (J. de Maistre, Corresp., p. 218); 1821 cette maladie avoit sévi (Id., Soirées St-Pétersb., t. 1, p. 304); 1900 fig. p. plais. la philharmonique sévira dans la soirée (Colette, Cl. école, p. 182); 1928 en parlant d'une pers. (Gyp, Souv. pte fille, p. 141: la table derrière laquelle madame de Curel sévit). Empr. au lat.saevire « être furieux, être en rage », dér. de saevus « en fureur, cruel, sauvage », d'où le sens de « commettre des cruautés ». Fréq. abs. littér.: 283. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 183, b) 293; xxes.: a) 564, b) 548.

Sévir : définition du Wiktionnaire

Verbe

sévir \se.viʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Exercer la répression avec rigueur, contre les personnes, leurs actes.
    • On a justement sévi contre ce scélérat.
    • Il a eu raison de sévir contre ce fils coupable.
    • Les lois ne sauraient trop sévir contre ce genre de crimes.
    • Il faut sévir contre cet abus.
  2. (Figuré) Agir avec violence, en parlant d’un fléau.
    • Faut-il s'étonner si, en une population aussi entichée de ses habitudes, la mortalité puerpérale et la mortalité infantile sévissent au delà des moyennes connues! — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Spirillum minus est l’agent causal du Sodoku sévissant surtout au Japon (de so = rat et doku = poison) et Streptobacillus moniliformis provoque la Streptobacillose ou fièvre d'Haverhill. — (Henri Le Louarn & Jean-Pierre Quéré, Les Rongeurs de France: Faunistique et biologie, page 78, Éditions Quae, 2003)

Nom commun

sévir \se.viʁ\ masculin

  1. (Antiquité) Membre d'un collège ou d'une assemblée de six personnes. Notamment nom donné aux six premiers décurions. Il s'agissait de la représentation officielle des affranchis à Rome (collège des Sevirs ou des Augustales) permettant la reconnaissance publique des affranchis les plus notables de la ville.
    • Trimalcion dans le Satyricon de Petrone fait partie du collège des sévirs. — (P. Veyne, Vie de Trimalcion, Annales. Économies, sociétés, civilisations, 16, 1961 ; A.D. Nock Seviri and Augustales in Mélanges Bidez t. II, p. 636)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Sévir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SÉVIR. v. intr.
Exercer la répression avec rigueur. On a justement sévi contre ce scélérat. Il a eu raison de sévir contre ce fils coupable. Il se dit aussi en parlant des Choses. Les lois ne sauraient trop sévir contre ce genre de crimes. Il faut sévir contre cet abus. Il se dit figurément, en parlant d'un Fléau, et signifie Agir avec violence. La peste sévit dans l'Inde.

Sévir : définition du Littré (1872-1877)

SÉVIR (sé-vir) v. n.
  • 1Agir avec rigueur contre les personnes. Il est imprudent de sévir, à moins qu'en sûreté l'on ne puisse punir, Crébillon, Catilina, IV, 1. À quoi servent les lois, si vous vous mettez à leur place, et si vous sévissez pour des crimes inconnus ? Diderot, Lett. à Mlle Voland, 28 sept. 1761. Sachant en pareil cas comme les choses se passent, et que l'usage est de sévir contre les libraires en ménageant les auteurs, Rousseau, Conf. X.

    Agir avec rigueur contre les choses. Il faut sévir contre cet abus, contre ce genre de crimes. Nous avons déjà sévi contre le fanatisme ridicule et scandaleux qu'ils [les jansénistes] cherchaient à répandre par leurs convulsions ; que ne sévissons-nous aussi contre les intrigues sourdes qu'ils font jouer pour exciter du trouble ? que ne sévissons-nous contre l'acharnement avec lequel ils violent sans cesse la loi du silence, en disant toujours qu'il faut se taire ? D'Alembert, Œuv. t. V, p. 224.

  • 2 Terme de palais. Il se dit d'un supérieur à l'égard d'un inférieur ; d'un père à l'égard de son fils, etc. Maltraiter, user de violence.
  • 3Exercer des ravages, en parlant d'un fléau. La peste sévissait en Égypte.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Sévir : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SÉVIR, v. n. (Gram.) punir, châtier ; la cour sevit contre les gens de robe subalternes qui font mal leur devoir.

Sévir, s. m. (Antiq. rom.) nom d’un officier chez les Romains. Il y avoit deux sortes de sevirs : les premiers étoient des décurions des six décuries des chevaliers romains. Les seconds étoient les principaux officiers des colonies, auxquels on accordoit même le titre d’Augustates. Le trimalcion de Pétrone est titré de sévir Auguste, au pié du trophée que lui érigea Cinnamus son trésorier. (D. J.).

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sévir »

Étymologie de sévir - Littré

Lat. sævire, exercer des actes de cruauté, de violence ; dénominatif de sævus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de sévir - Wiktionnaire

(Verbe) Du latin saevire (« être en fureur, sévir, se déchaîner »).
(Nom commun) Du latin sevir (« six hommes »), composé de sex (« six ») et de vir (« homme »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sévir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sévir sevir play_arrow

Conjugaison du verbe « sévir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe sévir

Citations contenant le mot « sévir »

  • Il n’y a pas qu’au Québec que la réouverture des bars et restaurants donne des maux de tête aux autorités de santé publique. Plusieurs pays doivent sévir ces jours-ci contre l’indiscipline de la clientèle et certains gouvernements offrent même des primes aux établissements pour les inciter à fermer leurs portes. Radio-Canada.ca, COVID-19 : de nombreux pays doivent sévir contre l'indiscipline dans les bars | Coronavirus | Radio-Canada.ca
  • Le gouvernement cherche un moyen de sévir sans brimer les droits et libertés de la personne. Radio-Canada.ca, Québec veut sévir contre les rassemblements hostiles aux consignes sanitaires | Coronavirus | Radio-Canada.ca

Images d'illustration du mot « sévir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sévir »

Langue Traduction
Corse sfracicà
Basque pitzatu
Japonais 取り締まる
Russe расправиться
Portugais reprimir
Arabe قمع
Chinois 严厉打击
Allemand hart durchgreifen
Italien reprimere
Espagnol tomar medidas enérgicas
Anglais crack down
Source : Google Translate API

Synonymes de « sévir »

Source : synonymes de sévir sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires