Nuire : définition de nuire


Nuire : définition du Wiktionnaire

Verbe

nuire \nɥiʁ\ transitif indirect 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Causer du tort ; porter dommage à quelque chose ou à quelqu’un.
    • […] ; elle lui pardonna une légèreté d'esprit, dont, après tout, elle n'avait jamais souffert : quand les défauts des autres ne nous nuisent pas, il est rare qu'ils nous choquent beaucoup. — (Marie-Jeanne Riccoboni , Histoire d’Ernestine, 1762, édition Œuvres complètes de Mme Riccoboni, tome I, Foucault, 1818)
    • L’échalassement , s'il est mal soigné , nuit à tous les ceps , mais sur-tout aux jeunes ; ils sont trop foibles pour se soutenir par eux-mêmes, []. — (Jean Antoine Roulet, Recueil des mémoires sur la culture de la vigne, 1808, page 121)
    • Comme les pluies nuisent beaucoup à la dessiccation en plein air, on vient d'inaugurer un séchoir artificiel : […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 32)
    • La profusion de détails gracieux ne nuit en rien à l’ensemble qui conserve toute sa majesté. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895, 1923)
    • La nourriture incrassante qu’elles recevaient de la main de leur maître, en les faisant passer peu à peu à l’état de poulardes, nuisait à la régularité de leur pondaison. — (Alexandre Dumas, Histoire de mes Bêtes, Michel Lévy frères, 1867, page 253)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Nuire : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NUIRE. (Je nuis, nous nuisons. Je nuisis. Je nuirai. Nuis. Que je nuise. Nuisant. Nui.) v. intr.
Faire tort, porter dommage à quelqu'un. Il cherche à me nuire. Accommodez-vous avec cet homme, il peut vous nuire dans vos affaires. Il n'a pas l'intention, le dessein, l'envie, les moyens, le pouvoir de vous nuire. Le manque d'exercice nuit à la santé. Cette affaire a nui à sa réputation, à sa fortune. Cela ne nuit en rien, ne nuit à rien. Il s'est nui dans mon esprit par son obséquiosité. Tu t'es nui à toi-même. Ils ont cherché tous les moyens de se nuire. Ces deux arbres trop rapprochés se nuisent. Prov., Trop gratter cuit, trop parler nuit. Voyez GRATTER. Ne pas nuire s'emploie souvent comme litote et signifie Aider, servir, être utile. Je ne lui ai pas nui. Cela ne nuira pas dans notre affaire. Impersonnellement, Il ne nuit pas d'avoir étudié, d'avoir voyagé. Prov., Abondance de bien ou de biens ne nuit pas. Surabondance de droit ne nuit pas.

Nuire : définition du Littré (1872-1877)

NUIRE (nui-r'), je nuis, tu nuis, il nuit, nous nuisons, vous nuisez, ils nuisent ; je nuisais ; je nuisis (qui n'est pas indiqué par l'Académie, mais qui est dans l'usage) ; je nuirai ; je nuirais ; nuis, nuisons ; que je nuise, que nous nuisions, que je nuisisse ; nuisant, nui v. n.
  • 1Causer un tort, un dommage. Messieurs les courtisans, cessez de vous détruire ; Faites, si vous pouvez, votre cour sans vous nuire, La Fontaine, Fabl. VIII, 3. Une chose nuisit pourtant à ces cheveux, Ce fut la beauté du visage, La Fontaine, Pysché, I, p. 84. Ils ne sauraient servir, mais ils peuvent vous nuire, Molière, Mis. II, 3. L'erreur de saint Cyprien, qui rejetait ce baptême donné par les hérétiques, ne nuisit ni à lui ni à l'Église, Bossuet, Hist. I, 10. J'abats ce qui me nuit partout où je le trouve, Boileau, Lutr. IV. Ceux qui nuisent à la réputation ou à la fortune des autres, plutôt que de perdre un bon mot, méritent une peine infamante, La Bruyère, VIII. Je n'ai point fait mettre Law en prison, parce que vous m'en avez dissuadé ; et je l'ai laissé partir, parce que je craignais que sa présence ne nuisît au crédit public, Duclos, Œuvr. t. VI, p. 65. Aussi faible qu'honnête, il nuit quelquefois aux gens pour lesquels il s'intéresse, à force de les vouloir préserver, Rousseau, Confess. X. Ce qui nous nuit, on le fuit ; mais ce qui nous veut nuire, on le hait, Rousseau, Ém. IV. On nuit plus aux progrès de l'esprit en plaçant mal les récompenses qu'en les supprimant, D'Alembert, Disc. prélim. Encycl. Œuvr. t. I, p. 295, dans POUGENS.

    Absolument. Parlez-moi d'élever et non pas de détruire ; Je n'ai pas de pouvoir quand il s'agit de nuire, Boursault, Ésope à la cour, IV, 2. Il eût voulu pouvoir attaquer sans nuire, se défendre sans offenser, et réduire au droit et à la justice ceux à qui il était obligé par devoir de faire violence, Fléchier, Turenne. L'on désirerait de ceux qui ont un bon cœur, qu'ils fussent toujours pliants, faciles, complaisants, et qu'il fût moins vrai quelquefois que ce sont les méchants qui nuisent, et les bons qui font souffrir, La Bruyère, XI. Ce qui m'étonne, c'est qu'on fasse de ces horreurs sans aucun intérêt que celui de nuire, et sans y pouvoir rien gagner, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 20 sept. 1769. Il ne suffit pas de nuire, il faut surtout amuser ; sans quoi, le discours le plus méchant retombe plus sur son auteur que sur celui qui en est le sujet, Duclos, Consid. mœurs, ch. 8. Il n'est point de sujet où l'intention de nuire trouve plus de prétextes à s'exercer qu'en matière de religion, D'Alembert, Abus de la crit. Œuvr. t. VI, p. 253. Allons, plats écoliers, maîtres dans l'art de nuire, Divisant pour régner, isolant pour détruire, Chénier M. J. la Calomnie.

    Impersonnellement. Si je vous avais déjà dit tout ceci, il ne vous nuira de rien de l'entendre encore une fois, Sévigné, 19 mai 1677.

  • 2Se nuire, faire du mal à soi, ou s'en faire l'un à l'autre. Il s'est nui à lui-même. Ils se sont nui l'un à l'autre. Ces arbres se nuisent. Ce commerce continuel de mensonges ingénieux pour se tromper, injurieux pour se nuire, officieux pour se corrompre, Fléchier, Duc de Mont. L'expérience ne permet pas aux hommes d'ignorer combien ils se nuiraient, si chacun, voulant s'occuper de son bonheur aux dépens de celui des autres, pensait que toute action est suffisamment bonne dès qu'elle procure un bien physique à celui qui agit, Condillac, Trait. anim. part. 2e, ch. 7.
  • 3Ne pas nuire, signifie quelquefois aider, servir, être utile. Vos bons offices n'ont pas nui à mon succès. Je n'ai point nui à vous faire recevoir ce cordon, Sévigné, 515. Le joli portrait ! j'aime fort la bonne peinture, mais je vous avoue que votre ressemblance ne nuit pas à me le faire aimer, Sévigné, 20 sept. 1675. J'ai une robe de chambre ouatée, j'allume du feu tous les soirs… cela ne nuit pas à me faire trouver les jours aussi longs que ceux du mois de mai, Sévigné, 19 juin 1680. Nous venons de faire un empereur, et pour ma part je n'y ai pas nui, Courier, Correspond. mai 1804.

PROVERBES

Abondance de bien ou de biens ne nuit pas.

Surabondance de droit ne nuit pas.

Ce qui nuit à l'un, nuit à l'autre.

Tel nuit qui ne peut aider.

Trop gratter cuit, trop parler nuit.

HISTORIQUE

XIIe s. Peu ai-je eü En la chambre [de ma dame] de joie ; Trop m'a neü L'aube qui me guerroie, Romanc. p. 68. Quant nous lui voulons nuire, je ne voi nulle part Que il demeurt en France ne la corone gart, Sax. XXIX. Grans fu l'ocise, graindor [plus grande] fust Se li presse ne lor neüst, Wace, Brut, 13529. Que l'endemain matin, quant devra Deu servir, Qu'il chant de saint Estiefne le primerain martyr ; Ja puis ne li purrunt si enemi nuisir, Th. le mart. 35.

XIIIe s. Qui voit le peril ains qu'il nuise, C'est cil qui mieux prend garde en lui, Jubinal, t. II, p. 273. J'ai bien sentu et cogneü Qu'el m'a aidié et m'a neü, la Rose, 1886.

XIVe s. Il sot [sut] bien au besoing le sien ami aider, Nuire à son anemi, quant ne l'a mie chier [cher], Baud. de Seb. x, 142.

XVe s. Par Escosse c'estoit le pays par où on pouvoit mieux nuire aux Anglois, Froissart, II, II, 45.

XVIe s. Qu'il soit homme de bon jugement, pour sçavoir discerner ce qui nuiroit plus à declarer, qu'il ne profiteroit à reprendre et à condamner, Amyot, Préf. XII, 39. Il ne nuira de rien de donner quelques petits advertissements sur ce poinct, Lanoue, 61.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Nuire : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

NUIRE, v. neut. (Gram.) c’est apporter un obstacle ou un dommage. Ses soins déplacés ont nui au succès de cette affaire. Les froids & les pluies ont nui à la récolte des vins. Cette nuée de critiques dont nous sommes accablés nuisent plus qu’ils ne servent au progrès des connoissances : le défaut de nuire pour nuire, marque le plus méchant & le plus vil des caracteres. Il est presque impossible de rien faire qui ne serve ou ne nuise : ne pas nuire équivaut souvent à servir. Ma recommandation ne lui a pas nui : le paysan qui étoit traîné à l’audience par une fille, qui l’accusoit d’être le pere de l’enfant qu’elle portoit dans son sein, disoit avec une finesse fort au-dessus de son état, qu’il ne l’avoit pas fait, mais qu’il n’y avoit pas nui.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Nuire : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « nuire » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « nuire »

Étymologie de nuire - Littré

Provenç. nozer ; anc. espagn. nocir ; ital. nuocere ; du lat. nocere. Au moment de la formation, il y avait pour nocere deux accentuations, l'une bonne, nocēre, qui a donné le français nuisir, le provenç. nozer et l'anc. espagn. nocir ; l'autre fautive, nocĕre, qui a donné le français nuire, et l'ital. nuocere.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de nuire - Wiktionnaire

Du latin nocere (« nuire »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nuire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nuire nµir play_arrow

Conjugaison du verbe « nuire »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe nuire

Citations contenant le mot « nuire »

  • Nous voilà au cœur du paradoxe français (qui a cours ailleurs aussi en Europe). Les gens continuent d’adorer la voiture et la liberté qu’elle procure – un sentiment renforcé par la crise sanitaire –, mais en même temps reconnaissent qu’il faut prendre des mesures fortes. Et la convention a beau jeu de rappeler que les déplacements représentent en France 30 % des émissions de gaz à effet de serre et que la voiture individuelle porte la moitié de cette responsabilité. Il faut donc en modifier profondément l’usage, sans nuire à l’économie et dans le respect de la justice sociale. Et ce dans l’espace très court de quelques années. Le Monde.fr, « Il faut modifier profondément l’usage de la voiture, sans nuire à l’économie et dans le respect de la justice sociale »
  • Ce boycott peut-il nuire à Facebook ? La réponse courte est oui - la grande majorité des revenus de Facebook proviennent des publicités. BBC News Afrique, Un boycott pourrait-il nuire à Facebook ? - BBC News Afrique
  • La seule garantie d'une longue paix entre deux Etats est l'impuissance réciproque de se nuire. De Duc de Lévis / Maximes et réflexions
  • En occupant les autres de leur propre intérêt, on les empêche de nuire à l’intérêt d’autrui. De Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais / Le Barbier de Séville
  • Voulez-vous nuire à quelqu'un ? N'en dites pas de mal, dites-en trop de bien. De André Siegfried / Quelques maximes
  • Gouverner, c'est mettre vos sujets hors d'état de vous nuire et même d'y penser. De Nicolas Machiavel / Le prince
  • Ce n’est jamais le temps qui manque aux scélérats Pour nuire, et machiner de nouveaux attentats. De Sénèque
  • On ne peut pas nuire à un enfant en l’aimant. De Helen Fielding / Bridget Jones, l’âge de raison
  • Est-ce donc nuire aux gens que de leur donner la liberté d'esprit ? De Jean-Paul Sartre / Les Mouches
  • C’est nuire aux gens de bien qu’épargner les méchants. De Publius Syrus / Sentences
  • J’ai assez d’idées pour qu’on puisse me voler sans me nuire. De André Malraux
  • Le mal a deux façons de nuire : en faisant le mal, et en faisant le bien. De Joseph Roux
  • C'est nuire aux bons que de pardonner aux méchants. De Chilon
  • Il peut bien peu qui ne peut nuire. De Proverbe du XVIème siècle
  • Nul ne peut me nuire que moi-même. De Bernard de Clairvaux
  • Nuire à son bienfaiteur, c’est se nuire à soi-même. De F.-J. Desbillons / Fables
  • Pour nuire, nous sommes puissants. Sénèque en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe, De la colère, I, 3
  • Voulez-vous nuire à quelqu'un ? N'en dites pas du mal, dites-en trop de bien. André Siegfried, Quelques maximes, J. Haumont
  • Que ces vains ornements, que ces voiles me pèsent ! Quelle importune main, en formant tous ces nœuds, A pris soin sur mon front d'assembler mes cheveux ? Tout m'afflige et me nuit, et conspire à me nuire. Jean Racine, Phèdre, I, 3, Phèdre
  • La plupart des gens vous nuisent, sans avoir la moindre intention de vous nuire. Ils ont parlé contre vous et ils ne voulaient que parler : ils ont parlé contre vous parce qu'ils étaient dans l'impuissance de se taire. Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, Mes pensées

Images d'illustration du mot « nuire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nuire »

Langue Traduction
Corse dannu
Basque kalte
Japonais
Russe вред
Portugais prejuízo
Arabe ضرر
Chinois 危害
Allemand schaden
Italien danno
Espagnol daño
Anglais harm
Source : Google Translate API

Synonymes de « nuire »

Source : synonymes de nuire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « nuire »


Mots similaires