La langue française

Blafard

Définitions du mot « blafard »

Trésor de la Langue Française informatisé

BLAFARD, ARDE, adj.

I.− [En parlant de pers. ou de choses concr.]
A.− [En parlant de la couleur, du teint de qqc.] Pâle, sans éclat, souvent désagréable à la vue. Couleur, teinte blafarde; les teintes, mises à plat, violentes et crues, relevaient singulièrement les tons blafards du papier (Zola, Madeleine Férat,1868, p. 188):
1. Dimanche 14 décembre. J'ai remarqué que les lendemains de bal de l'Opéra, le jour se lève comme les gens : terne. Il fait, ce matin, un temps singulier, un temps de sommeil et de tristesse. Le jour n'est pas gris, il est jaune de neige, d'un jaune blafard et lugubre. E. et J. de Goncourt, Journal,1862, p. 1191.
Emploi subst. Le blafard. La couleur blafarde.
P. ext.
1. [En parlant d'une chose susceptible de prendre une telle teinte] (Qui est) d'une couleur blafarde. Ciel blafard :
2. Sur l'horizon pesait et s'étendait une bande de brouillard couleur cendre, et au zénith une bande couleur plomb; des guenilles livides pendaient des nuages d'en haut sur les brouillards d'en bas. Tout le fond, qui était le mur de nuages, était blafard, laiteux, terreux, morne, indescriptible. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 351.
Rem. Noter la constr. blafard de « blafard à force de » : ,,la face animée de la lune, blafarde de souffrances`` (G. Kahn, Le Conte de l'or et du silence, 1898, p. 16).
Pop. La blafarde. La lune :
3. J'ai la Lun' en fac' ... La Blafarde est ma seule amante J. Rictus, Les Soliloques du pauvre,1919, p. 228.
2. En partic. [En parlant d'une pers.] Qui a le teint blafard. Banville avec sa mine blafarde de Pierrot (E. et J. de Goncourt, Journal,1853, p. 86):
4. Il s'agit d'un usurier. Saisirez-vous bien cette figure pâle et blafarde, à laquelle je voudrais que l'Académie me permît de donner le nom de face lunaire...? Balzac, Gobseck,1830, p. 383.
Emploi subst. Les blafards. Ceux qui ont le teint blafard (Voyage de La Pérouse, t. 1, 1797, p. 184)
B.− [En parlant de la lumière notamment de celle du jour, de celle de la lune] Pâle, sans éclat, blanchâtre et paraissant triste. Soleil blafard; lueur, lumière blafarde :
5. Ce jour-là, Villefort le vit poindre blafard et sinistre, et sa lueur bleuâtre vint faire reluire sur le papier les lignes tracées à l'encre rouge. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 653.
6. La nuit était tombée, la nuit blafarde des montagnes, la nuit pâle, la nuit livide qu'éclairait, au bord de l'horizon, un croissant jaune et fin prêt à tomber derrière les sommets. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, L'Auberge, 1886, p. 1079.
II.− [En parlant de choses abstr. ou de choses concr. considérées sous leur aspect abstr.] Terne, morne, triste :
7. ... j'étais dans une de ces situations d'âme que vous connaissez sans doute, où l'on n'a aucune raison d'être triste et aucun motif d'être gai; (...) où tout est gris et blafard au dedans comme au dehors. Il faisait en moi le même temps que dans la rue, et, si vous me permettiez la métaphore, je dirais qu'il pleuvait dans mon esprit. Hugo, Le Rhin,1842, p. 390.
8. La voix lente, blafarde, monotone, l'accent lyonnais, traînard et mou, où la longue taille de l'avocat se berçait par un mouvement de tête et d'épaules presque animal, faisaient un singulier contraste à la netteté féroce du réquisitoire... A. Daudet, Le Nabab,1877, p. 163.
P. ext. Lugubre, funèbre :
9. Oh! Je me souviens... Je me souviens... en son air de docilité coquette, gentille et repentante, quel éclair blafard jaillit soudain de ses yeux! Adam, L'Enfant d'Austerlitz,1902, p. 440.
Emploi subst.
Pop. La blafarde. La mort :
10. [Le Demi-Solde :] la Blafarde peut venir, le diable me flambe... si je regrette la vie. G. d'Esparbès, Les Demi-soldes,1899, p. 243.
Littér. Le blafard de... La teinte blafarde de... Sous le blafard de cet in pace (Laforgue, Moralités légendaires,1887, p. 158).
Rem. On rencontre dans la docum. les dér. synon. a) Blafarderie, subst. fém. Il y a sur sa face (...) la blafarderie des quinquets (E. et J. de Goncourt, Journal 1860, p. 797). b) Blafardise, subst. fém. La blafardise du crépuscule (G. Kahn, Le Conte de l'or et du silence, 1898, p. 246). Aspect, ton blafard de quelque chose.
PRONONC. ET ORTH. : [blafa:ʀ], fém. [-aʀd]. Littré : ,,blafard et défait, dites : bla-far et défait; au pluriel, l's ne se lie pas : blafards et défaits, dites : bla-far et défaits; cependant plusieurs prononcent l's : bla-far-z et défaits``. Nouv. Lar. ill. admet pour le terme d'orfèvrerie or blafard ou blafe (cf. aussi Lar. 20e). À comparer avec Lar. encyclop. qui ne donne que la forme blafard en orfèvrerie.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1342 blaffart « affaibli, amolli » (Jean Bruyant, Le Chemin de povreté et de richesse dans Le Ménagier de Paris, t. 2, p. 6a) − 1559, O. de Magny, Les Odes, II, 74 dans IGLF Litt.; 2. 1549 blaffard « pâle, de couleur atténuée » (Est.). Empr., avec assimilation régr. de la 1revoyelle, au m.h.all. bleichvar, adj. « pâle (en parlant d'une couleur) » (Lexer), composé des adj. bleich « pâle » et var « coloré; qui ressemble à »; m.h.all. varwe, all. Farbe « couleur » (Kluge20, s.v. Farbe); la finale all. a été, en fr., assimilée au suff. péj. -ard*. La reconstitution d'un a.h.all. *bleih-faro (Diez5, IIc, s.v. blafard) et à plus forte raison encore l'hyp. d'un empr. à la forme frq. corresp. *blaikvaro (Gam. Rom.2, t. 1, p. 343) semblent inutiles. L'hyp. d'un dér. du m. fr. blafe « pâle » (1576, J. Bodin) d'une racine onomatopéique exprimant l'inertie (L. Spitzer dans Z. rom. Philol., t. 42, p. 196) n'est acceptable ni du point de vue chronol. (blafe est un dér. régr. de blafard) ni du point de vue sém. (le sens d'« affaibli » est la transposition du sens de « pâle » au domaine moral).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 463. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 318, b) 1238; xxes. : a) 925, b) 476.
BBG. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 112. − Rigaud (A.). Les Métaph. du largonji. Vie Lang. 1971, no230, p. 297.

Wiktionnaire

Adjectif

blafard \bla.faʁ\ masculin

  1. Qui est d’une couleur ou d’un éclat pâle, terne.
    • Et vainement ai-je feuilleté pendant trois jours et trois nuits, aux blafardes lueurs de la lampe, les livres hermétiques de Raymond Lulle. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Une lune trouble, à demi noyée dans la brume humide, s'élevant à peine de quelques degrés au- dessus du sombre horizon, jetait une lueur blafarde sur tout cet ensemble. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Un jour blafard éclairait les dorures de la salle dont la partie inférieure restait plongée dans la pénombre. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Et de le brosser, et de l’inonder d’eau glacée ! Riquet pleurait, claquait des dents en s’agrippant à la brosse et, à la fin, quand tante Mimi s’est arrêtée, il était si blafard que j’ai eu peur. — (Colette Vivier, La maison des petits bonheurs, 1939, éd. Casterman Poche, page 215.)
    • Il chancelle et son visage est blafard. Horreur ! Comme c'est laid, un homme qui meurt. — (Jean-Paul Sartre, Les Mouches, 1943)
    • Le train avait une centrale électrique, mais les wagons étaient éclairés par des lampes donnant une lumière blafarde, on vivait dans une demi-obscurité. — (Alexandre Tchaikovski, C'était à Léningrad, traduit du russe par Julia et Georges Soria, 1951)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BLAFARD, ARDE. adj.
Qui est d'une couleur ou d'un éclat pâle, terne. Couleur blafarde. Teint blafard. Visage blafard. Un ciel blafard. Lumière blafarde. Lueur blafarde.

Littré (1872-1877)

BLAFARD (bla-far ; le d ne se lie pas : blafard et défait, dites : bla-far et défait ; au pluriel, l's ne se lie pas : blafards et défaits, dites : bla-far et défaits ; cependant plusieurs prononcent l's : bla-far-z et défaits) adj.
  • D'un blanc terne. Que les teintes des nuages soient blafardes et livides…, Chateaubriand, Génie, II, V, 6. Quand il arrive à un nègre de faire l'amour à une personne de cette espèce blafarde [Albinos], il est tourné en ridicule, Voltaire, Relat. 178. Car la nature bonne et sage… A fait sans le secours du fard D'un Vendôme un peu trop blafard Un Vendôme plus beau qu'un ange, Chaulieu, Au duc de Nevers.

    Fig. Pour voir ce que produirait une union si blafarde [un mariage entre blonde et blond], Hamilton, Gramm. 9.

HISTORIQUE

XIVe s. Ains suis si blaffard et si fade, Qu'il semble qu'aie esté malade, J. Bruyant, dans Ménagier, t. II, p. 6. Et celui qui en ce excede et veult plaire à chescun, se il le fait de son inclinacion et volonté, sans que il tende à autre fin, il n'a pas nom approprié et par aventure peut estre appellé blafart, Oresme, Eth. 50.

XVe s. Mais s'il y a qui imputer Li vueille aucun crime ou blafarde, Lieve soy sus et plus ne tarde, Mart. de S. Étienne.

XVIe s. Leur urine est quelquefois blaffarde, et de couleur cendrée et fetide, Paré, XXII, 10. L'ombre… Luy rend un jour blafard tel qu'aux noires forêts, Am. Jamyn, liv. IV, Élég. Celui qui....

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BLAFARD. - ÉTYM. Ajoutez : Les orfévres, pour donner à l'ouvrage d'or plus de beauté et de fermeté et à moindres frais, font l'alliage de cuivre pur, quand ils peuvent ; qui est beaucoup plus léger que l'argent, qui rend l'or blafe et pale de couleur, Jehan Bodin, Discours sur le rehaussement et diminution des monnoyes, Paris, 1578, feuille 9 verso (il n'y a point de pagination) Blafe donne immédiatement le bas-latin blavus, qui signifie bleu et blond. Dans Du Cange, à blavus, on trouve : blavus, blavius, blavidus, blawfarb. Blafard est donc composé de blavus, qui est le blau des Allemands, et de l'all. Farbe, couleur. Diez avait bien vu Farbe, dans blafard, mais ce n'est pas bleich, c'est blav qui forme la première partie du mot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « blafard »

Du moyen haut-allemand bleichvar, « pâle ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas-lat. blaffardus, dans un texte du XIIIe siècle, nom d'une monnaie qui paraît répondre à un blanc. Ménage tire ce mot de l'allemand bleifarben, couleur de plomb ; mais Diez propose l'ancien haut-allemand blei-faro, de bleih ou bleich, pâle, et faro, couleur (d ajouté comme dans homard). Oresme au XIVe siècle a pris blafard dans le sens figuré, de bénin, sans volonté ; et dans le XVe siècle on a donné à blafarde la signification de mauvaise action.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « blafard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
blafard blafar

Évolution historique de l’usage du mot « blafard »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « blafard »

  • L'art, à côté de la nature est blafard et indigent. De Gao Xingjian / La Montagne de l'âme
  • Rentre ! C’est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille. De Théophile Gautier / Comédie maudite
  • De gros nuages noirs cachaient épisodiquement un soleil blafard. Quelques gouttes de pluie clapotaient dans les flaques laissées par les averses précédentes. Mais, ils étaient là, quelques fans de course à pied et de marche nordique à défier les éventuels caprices du ciel. midilibre.fr, Sur les traces des Foulées de l’Auzonnet - midilibre.fr
  • C’est la cave cachée de Crans, avec sa situation insolite, non visible de la rue, à hauteur du parking du magasin Migros, avec son éclairage blafard au néon, son absence de fenêtres, sa déco sans importance, son accueil gentillet, ses tarifs raisonnables, ses eaux de vie bien sélectionnées (dont une jolie collection d’armagnacs) et son choix de vins vaste et variés. Les grands bordeaux (Troplong-Mondot en magnum, Kirwan, Pédesclaux, Clos Floridenne, Sociando-Mallet) ou d’Italie (quelques jolis toscans) jouxtent le meilleur du Valais environnant, bien choisi comme le friand gamay d’Ismaël Bonvin de la Cave le Tambourin à Sierre/Corin. Un lieu et ses surprises à découvrir. Le blog de Gilles Pudlowski - Les Pieds dans le Plat, Crans-Montana : la cave cachée | Le blog de Gilles Pudlowski - Les Pieds dans le Plat
  • Véritable changement de registre avec « iZombie » qui s'éloigne du genre horrifique et se situe presque dans la catégorie des séries policières. Idéal pour les âmes sensibles. L'héroïne, Liv, est une interne en médecine. Contaminée lors d'une soirée cauchemardesque, elle meurt et devient zombie. Très loin des représentations habituelles des morts-vivants, cette jeune femme affiche certes un teint blafard et une chevelure décolorée, mais elle reprend son quotidien tout en cachant sa nouvelle nature à ses proches. Seul hic, si elle ne veut pas perdre son humanité apparente, elle doit se nourrir de cerveaux humains. Alors, pour avoir accès à cette denrée sans tuer, elle devient légiste à la morgue. Et comme chaque cerveau qu'elle déguste lui procure des visions du défunt, elle aide la police à résoudre ses affaires de meurtre. Au fil des saisons – les trois premières sont disponibles sur Netflix et la quatrième y est attendue pour le 1er juillet – la cohabitation entre humains et zombies (Liv est loin d'être la seule contaminée) va poser de plus en plus de problèmes, les intrigues policières devenant moins centrales. La série de Rob Thomas, créateur de « Veronica Mars », s'est achevée au bout de 5 saisons. leparisien.fr, «Reality Z», «Kingdom»... les zombies ne meurent jamais - Le Parisien
  • Je vous présente Emma, votre collègue du futur. Je vous l’accorde, elle est un peu effrayante avec son dos courbé, ses yeux rougis, ses poignets gonflés, ses varices et son teint blafard. Mais il faut dire qu’elle cumule tous les maux du salarié de bureau sédentaire. Ce mannequin a été conçu par des experts en ergonomie britanniques (1) pour alerter justement sur nos habitudes de travail alors que neuf employés sur dix passent plus de six heures par jour assis. , Dos courbé, yeux rouges, chevilles et poignets gonflés, teint blafard, voilà à quoi pourrait ressembler le salarié de demain
  • L’éclairage est un autre point sensible. L’ombre peut donner des faux airs de comploteur et la surexposition un teint blafard. Pour obtenir la bonne luminosité, « fenêtre et lumière doivent se trouver devant l’utilisateur et son ordinateur », explique Sabine Salats, coach et consultante en recrutement, notamment à Sup de luxe. Le Monde.fr, Arrière-plan, regard, voix… Comment réussir un entretien en « visio »
  • Si on peut se féliciter que les personnes nommées dans la catégorie de la révélation de l’année soient pour une première fois, en 2020, entièrement des femmes, on aurait pu aussi y glisser le nom de Justin Leyrolles-Bouchard. Dans le rôle du cousin d’une ancienne gloire du hockey devenue une loque, déterminé à devenir agent de joueurs coûte que coûte, il touche droit au cœur. Grande asperge au teint blafard, persuadé qu’il vient d’une « famille de losers », il est pourtant l’épine dorsale, tout en réserve, en feu brûlant sous la glace, en timidité, de ce film qui révèle toute sa sensibilité. Radio-Canada.ca,  Gala Québec Cinéma 2020 : trois hommes qui nous ont émus (nommés ou oubliés) | ICI.Radio-Canada.ca

Traductions du mot « blafard »

Langue Traduction
Anglais pale
Espagnol pálido
Italien pallido
Allemand blasser
Portugais pálido
Source : Google Translate API

Synonymes de « blafard »

Source : synonymes de blafard sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « blafard »

Blafard

Retour au sommaire ➦

Partager