Barrière : définition de barrière


Barrière : définition du Wiktionnaire

Nom commun

barrière \ba.ʁjɛʁ\ féminin

  1. Assemblage de plusieurs pièces de bois ou d’autres matériaux, servant à fermer un passage.
    • Les pâturages, enclavés dans les bois de tous côtés, sauf au levant, où des haies vives érigeaient leurs épaisses barrières épineuses, restaient d’un vert dru malgré la chaleur torride de cette fin d’été. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • La barrière de ciment qui entourait les pelouses était facile à franchir. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
    • Un camion à plateau des services techniques, chargé de barrières métalliques, fend à cet instant la foule, de sorte que chacun rentre chez soi, hormis une poignée de bavasseurs accoudés aux extrémités de la rue Louis-Fournier. — (Michel Embareck, Avis d'obsèques, L'Archipel, 2013, chap. 1 (Décapsulé))
  2. (Histoire) Porte d’entrée grillée d’une ville fortifiée.
    • Les assiégeants ont envahi la barrière, n’est-ce pas ? demanda Ivanhoé. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  3. (Par extension) Bureaux placés aux voies d’accès des villes pour percevoir les droits d’entrée.
    • Un ancien officier d’ordonnance de Napoléon, […], était venu passer les beaux jours à Versailles, où il habitait une maison de campagne située entre l’église et la barrière de Montreuil, sur le chemin qui conduit à l’avenue de Saint-Cloud. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
  4. (Par métonymie) Endroit mal famé.
    • Une fois en train de battre, il ne s’arrêtait plus. Tout ce qu’il y a de mauvais, de destructeur dans ces affreux vins de barrière lui montait au cerveau et voulait sortir. — (Alphonse Daudet, Arthur, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 167.)
    • On y respirait une atmosphère frelatée de barrière, qu’un petit groupe d’individus en pull-over et en casquettes à carreaux s’employaient de leur mieux à rendre mystérieuse. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  5. (Histoire) Enceinte fermée de barrières où se faisaient les joutes, les tournois, les courses de bague, etc.
    • Combattre à la barrière.
    • Combat de barrière.
  6. Ce qui sert de borne et de défense naturelle à un État.
    • L’Espagne est séparée de ses voisins par de puissantes barrières, la mer et les Pyrénées.
    • Les Alpes servent de barrière entre l’Italie et la France.
  7. (Figuré) Empêchement ou obstacle à quelque chose.
    • Il est partisan de rétablir toutes les barrières qui séparaient au siècle précédent les juifs d’avec les chrétiens. Quitte sans doute à accuser ensuite les juifs de séparatisme ! — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937, page 45)
    • La province zoogéographique était définie comme une vaste aire où est présente une faune caractéristique en raison d’une position géographique par rapport à des barrières (y compris climatiques), en excluant ainsi le faciès en tant que facteur de contrôle du provincialisme. — (Fabrizio Cecca & ‎René Zaragüeta i Bagils, Paléobiogéographie, EDP Sciences, 2015, page 110)
  8. (Héraldique) Meuble représentant l’objet du même nom dans les armoiries. Elle est généralement représentée avec un certain nombre de pals verticaux appointés reliés par 2 éléments horizontaux. À rapprocher de haie et palissade.
    • De gueules à une barrière d’or, qui est de la commune de Thônes de Haute-Savoie → voir illustration « armoiries avec une barrière »
  9. (Sports hippiques) Un des types d'obstacle figurant dans les courses de steeple-chase.

Forme de verbe

barrière \ba.ʁjɛʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe barriérer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe barriérer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe barriérer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe barriérer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe barriérer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Barrière : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BARRIÈRE. n. f.
Assemblage de plusieurs pièces de bois servant à fermer un passage. La barrière d'une avenue. Ouvrir la barrière. Fermer la barrière. Franchir une barrière. Rompre, forcer la barrière. Il se disait autrefois des Portes d'entrée grillées d'une ville fortifiée, notamment de Paris. La Barrière Saint-Denis. La Barrière Saint-Jacques. On disait récemment encore La Barrière du Trône, La Barrière de l'Étoile. Par extension, il se dit des Bureaux placés aux voies d'accès des villes pour percevoir les droits d'entrée. Tout charretier est tenu de faire une déclaration de son chargement à la barrière. On ne l'arrêta pas à la barrière. Il se disait autrefois de l'Enceinte fermée de barrières où se faisaient les joutes, les tournois, les courses de bague, etc. Combattre à la barrière. Combat de barrière. Il signifie aussi Ce qui sert de borne et de défense naturelle à un État. L'Espagne est séparée de ses voisins par de puissantes barrières, la mer et les Pyrénées. Les Alpes servent de barrière entre l'Italie et la France. Il signifie encore figurément Empêchement, obstacle à quelque chose. Opposer une barrière à son ambition. Les lois sont des barrières, de fortes barrières contre les abus, contre les crimes. Une barrière insurmontable s'élève entre eux, les sépare, Il existe un obstacle qui les empêche de jamais s'unir, de se réconcilier.

Barrière : définition du Littré (1872-1877)

BARRIÈRE (bâ-riê-r') s. f.
  • 1Fermeture à l'aide de plusieurs pièces de bois. Franchir une barrière. Il força les barrières.
  • 2Enceinte fermée où l'on fait des combats, des jeux de toute espèce. Aux athlètes dans Pise elle ouvre la barrière, Boileau, Art poét. II. Et regarde le champ, assis sur la barrière, Boileau, Ép. I. Il avait forcé la barrière, où il s'était présenté le premier, Sévigné, 147.

    Combat à la barrière, combat qui se livrait à la barrière du champ des tournois. Soit qu'il se présente un rival Pour la lice ou pour la barrière, Malherbe, IV, 5. Les tournois, les combats à la barrière sont peut-être de l'invention de ces Arabes, Voltaire, Mœurs, 43. Aux noces d'Henriette et de Charles 1er, il y eut des combats à la barrière, des jeux et des courses de bagues, Chateaubriand, Stuarts, 176.

    Fig. Le sort qui de l'honneur nous ouvre la barrière, Corneille, Hor. II, 3.

  • 3Tout obstacle matériel. Les Alpes présentaient leur barrière. Ils trouvèrent l'Océan pour barrière. Des murs de ce palais ouvrez-lui la barrière, Racine, Baj. I, 2. Déjà, rompant partout leurs plus fermes barrières, Des débris de leurs forts il couvre ses frontières, Racine, Esth. prol. Il s'était fait de morts une noble barrière, Racine, Mithr. V, 4.

    En général, empêchement, obstacle. Les barrières du devoir. Mettre des barrières à la licence. Si vous aviez rompu une fois la barrière de l'honneur, Fénelon, Tél. XX. Pour mettre une barrière entre mon fils et moi, Racine, Brit. I, 2. Donner de plus fortes barrières à l'idolâtrie, Bossuet, Hist. II, 3. Elles servaient de barrière à l'idolâtrie, Bossuet, ib. Elle oppose une barrière invincible aux violences, Bossuet, Instr. I. S'il ne mettait entre votre faiblesse et vous une barrière qui vous arrête, Massillon, Avent, Afflict. Elle opposa la barrière de la pudeur aux premiers orages, Massillon, Panég. Magd. Quelle barrière l'opprobre de ce vice ne met-il pas au retour de Dieu en nous ? Massillon, Car. Prod. L'indolence est la seule barrière qui vous arrête, Massillon, Car. Tiéd. I. De ce trône sanglant je m'ouvris les barrières, Voltaire, Mér. I, 4.

  • 4Porte d'entrée d'une ville. On ferma les barrières. Il fut arrêté à la barrière.

    Bureaux établis aux portes et aussi à certaines limites de territoire pour la perception des droits d'entrée. Les barrières furent incendiées lors de l'émeute. Il est bien à désirer qu'on transporte ailleurs les barrières et les commis qui rendent ce petit pays de Genève ennemi du nôtre, Voltaire, Lettr, d'Argental, 20 janv. 1766. J'ai de la fraude en pacotille Qu'à la barrière on saisirait, Béranger, Portrait.

    Anciennement. Barrière des sergents [officiers de justice], réduit couvert d'un toit où ils se tenaient pour attendre pratique.

  • 5Bande en forme d'ansette, dans laquelle le metteur en œuvre arrête le ruban d'un bracelet.
  • 6Barrière, nom qu'on donnait autrefois à un district qui couvrait la Hollande. L'empereur a raison de vouloir se rendre maître de la Barrière et le protecteur de la Hollande, Fénelon, XXII, 485.

HISTORIQUE

XVe s. Si y eut plusieurs escarmouches et envayes devant les barrieres, Froissart, II, II, 8.

XVIe s. Elles se fermoient à grosses serrures et fortes barrieres, Amyot, Anton. 99. Comme aussi il leur servoit d'un des meilleurs hommes de barriere de son temps, D'Aubigné, Hist. II, 184.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Barrière : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « barrière » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « barrière »

Étymologie de barrière - Littré

Barrer ; provenç. barriera ; espagn. barrera ; ital. barriera.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « barrière »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
barrière barjɛr play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « barrière »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « barrière »

  • Le renforcement de la piétonisation de la rue se met en place. Dans un premier temps, les commerçants sont chargés d’installer des barrières Vauban mobiles tous les jours de 12 h à 15 h, « pour sécuriser les terrasses qui sont autorisées à s’étendre un peu », précise l’élue chargée du commerce. www.lejdc.fr, Barrière, stationnement limité... : la rue du 14-Juillet à Nevers devient, petit à petit, exclusivement piétonne - Nevers (58000)
  • Après la période de confinement, les établissements du groupe Barrière de la Baule rouvrent les uns après les autres.Toujours un haut niveau de prestations conservé avec le respect des gestes barrières. France Bleu, La Baule : réouverture des établissements Barrière
  • Ce monde est la porte d'entrée. C'est une barrière. Et, en même temps, c'est le passage. De Simone Weil / La Pesanteur et la grâce
  • Passage à niveau : barrière qui empêche les trains d’aller sur les routes. De Jean-Charles / La Foire aux cancres
  • J'aime travailler avec des gens qui n'ont aucune barrière. De Leonardo DiCaprio
  • Le ridicule est une puissante barrière contre les extravagances de tous les sectaires. De Voltaire / Traité sur la Tolérance, 1763
  • Les règles ne sont que des barrières pour empêcher les enfants de tomber. De Madame de Staël / De l'Allemagne, 1813
  • La tendresse; ce qui reste de l’amour derrière les barrières que le temps dresse. De Grand Corps Malade / Rencontre
  • Il y a des histoires de sexe et des histoires d’amour, il suffit de construire une grande barrière entre les deux. De Denis Robert / Le bonheur
  • Le patron qui déclare que ses cadres constituent une barrière au changement est aussi celui qui se plaint de ne pas être écouté par ses clients. De Jean Abraham
  • Les convenances c'est une barrière chimérique, c'est un ensemble de règles dont la définition est laissée à la discrétion de chacun. De Serge Roy / Impasse
  • Les riches et les pauvres ne peuvent parler le même langage. L'argent érige une barrière entre eux. De Madeleine Gérôme / Jouer sa vie
  • Sans destruction pas de construction ; sans barrière pas de courant ; sans arrêt pas d'avance. De Mao Tsé-Toung
  • La barrière la plus immuable de la nature se situe entre les pensées d'un homme et celle d'un autre. De William James
  • L'ennui est la maladie de la vie. On se fait des barrières pour les sauter. De Alfred de Vigny / Journal intime
  • Le plus solide et le plus durable trait d’union entre les êtres, c’est la barrière. De Pierre Reverdy / Le Livre de mon bord
  • Il n'y a jamais eu pour moi ni barrière culturelle, ni barrière de langue, ni barrière de couleur. Ce sont la conviction, la culture, la vie, l’intelligence de l'autre qui me redonnent sans cesse espoir. De Gérard Depardieu / Innocent, Le Cherche-Midi
  • L'homme qu'anime l'esprit n'achoppe pas devant les barrières et les différences ; elles le stimulent plutôt. Seul l'homme dénué d'âme en sent le poids et l'entrave. Friedrich, baron von Hardenberg, dit Novalis, Foi et amour Glauben und Liebe
  • Le plus solide et le plus durable trait d'union entre les êtres, c'est la barrière. Pierre Reverdy, Le Livre de mon bord, Mercure de France

Images d'illustration du mot « barrière »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « barrière »

Langue Traduction
Portugais barreira
Allemand barriere
Italien barriera
Espagnol barrera
Anglais barrier
Source : Google Translate API

Synonymes de « barrière »

Source : synonymes de barrière sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « barrière »


Mots similaires