La langue française

Barrage

Définitions du mot « barrage »

Trésor de la Langue Française informatisé

BARRAGE, subst. masc.

A.− Action de barrer.
Spécialement
1. TECHN. MILIT. Tir de barrage. Tir d'artillerie destiné à barrer le passage à l'ennemi.
2. PSYCHOL. [Correspond à barrer II] Test de barrage. Test de l'attention qui consiste à barrer d'un trait certains signes géométriques simples, mélangés à d'autres signes presque semblables (d'apr. Psychol. 1969).
3. SP. Match de barrage. Match servant à départager deux concurrents ou deux équipes qui, au cours d'une compétition générale (championnat, coupe, etc.), sont à égalité de points.
B.− P. méton. Barrière, obstacle qui ferme un passage. Barrage de police; forcer un barrage :
1. ... vers le milieu de cette ruelle il se heurta à un obstacle. Il étendit les mains. C'était une charrette renversée; son pied reconnut des flaques d'eau, des fondrières, des pavés épars et amoncelés. Il y avait là une barricade ébauchée et abandonnée. Il escalada les pavés et se trouva de l'autre côté du barrage. Hugo, Les Misérables,t. 2, 1862, p. 351.
2. ... il est interdit : 1 De placer dans les cours d'eau aucun barrage, appareil ou établissement quelconque de pêcheries ayant pour objet d'empêcher entièrement le passage du poisson. (Loi du 15 avril 1829, art. 24). Code de la pêche fluviale,1875, p. 91.
3. De quelque côté qu'on tente de tourner ce lit, un obstacle vous rejette, ou Christine, ou la bonne sœur, ou l'empilement des oreillers, ou le barrage des rideaux; ... Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 363.
P. métaph. :
4. Le christianisme, par exemple, n'est plus aujourd'hui qu'un barrage, une pyramide en travers du chemin, une montagne de pierres qui entrave les constructions nouvelles. Renan, L'Avenir de la sc.,1890, p. 383.
5. André avait la faculté de ne souffrir qu'en surface; son inattention volontaire opposait à sa déception un barrage étanche, l'empêchait d'atteindre la conscience. R. Martin du Gard, Devenir,1909, p. 84.
6. La censure est un barrage psychique qui aboutit à un compromis, exige le remaniement, le déguisement des désirs refoulés... Ricœur, Philos. de la volonté,1949, p. 359.
1. DR. FÉOD. Barrière qu'on ne pouvait franchir qu'en payant un droit de péage. Droit de barrage :
7. Quelques châteaux situés sur le bord d'une rivière levaient un impôt sur la navigation, au moyen d'un barrage ou estacade qui ne laissait un passage qu'assez près des remparts pour que les bateaux ne pussent se soustraire au payement du droit fixé. Il y avait, par exemple, un barrage sur la Seine auprès du Château-Gaillard. Mérimée, Ét. sur les arts au Moy. Âge,1870, p. 233.
Rem. La plupart des dict. du xixes. (Ac. jusqu'à 1878) ainsi que Quillet 1965 enregistrent un subst. masc. barrager, vx, ,,Celui qui était chargé de percevoir le droit de barrage.``
2. TRAV. PUBL. Ouvrage construit sur un cours d'eau, soit pour dériver ou régulariser le cours, soit pour en utiliser la retenue comme source d'énergie ou comme réserve pour l'irrigation :
8. Il était possible de corriger le défaut de pente et l'irrégularité de débit par la construction de barrages -réservoirs, énormes ouvrages barrant des vallées entières : on est parvenu ainsi, à grand-peine et à grands frais, à emmagasiner des millions de mètres cubes. J. Brunhes, La Géogr. hum.,1942, p. 36.
9. Il reste à parler des barrages qui ne créent pas à proprement parler des retenues, mais qui servent principalement à dériver les eaux dans le canal d'amenée. On les appelle, de préférence, « barrages de dérivation ». G. Thaller, La Houille blanche,1952, p. 48.
SYNT. Barrage d'accumulation, de prise, de régulation, de retenue; barrage fixe, mobile, provisoire, artificiel.
P. anal. :
10. On entendait aussi le bruit assez accentué d'une chute d'eau, qui indiquait, à quelques cents pas en amont, la présence d'un barrage naturel. Verne, L'Île mystérieuse,1874, p. 237.
Prononc. : [bɑ ʀa:ʒ] ou [ba-].
Étymol. ET HIST. − 1. 1130-60 « ce qui ferme un passage, barrière, porte » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 436 dans T.-L. : Si come il vindrent, hurtent par lor otrage A la grant porte, qui n'esteit mie basse : Seignor baron, dist l'apostoiles sages, Ici endreit guarderez cest barnage [lire barrage?]), attest. isolée; 1835, Ac.; a) 1363 « droit de passage » (Ordinat. reg. Franc., t. 4, p. 729 dans Du Cange : oudit lieu de la chancie ledit Barraige soit cueillis, levés et exploittiés sur les passans); b) p. anal. 1915 tir de barrage « tir destiné à barrer le passage à une troupe » (P. Bourget, Le Sens de la mort, p. 195); 2. 1669 « barrière qui ferme une rivière » (Ord., tit. XXVII, Art. 42 d'apr. Baudr. Pêches qui résume le contenu de cette ordonnance et précise ,,une décision du ministre des finances du 5 janvier 1815 − au Recueil des Réglements forestiers − autorise les préfets à ordonner la suppression des barrages établis sur la Loire``); 1842 (Hugo, Le Rhin, p. 433 : Et là, debout sur ce magnifique barrage naturel qui clôt la Mer Egée, fermant aux Turcs la sortie de l'Archipel). Dér. de barre*; suff. -age*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 404. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 64, b) 516; xxes. : a) 600, b) 1 025.
BBG. − Dub. Dér. 1962, p. 30.

Wiktionnaire

Nom commun

barrage \bɑ.ʁaʒ\ ou \ba.ʁaʒ\ masculin

  1. Barrière qui ferme un chemin[1].
    • Établir momentanément un barrage à l’entrée d’une rue où l’on pave.
  2. Constructions qui opposent un obstacle à un cours d’eau et qui ont pour objet de retenir l’eau, d’en élever le niveau, d’empêcher les inondations ou d’obtenir une force motrice[2].
    • On a fait un barrage sur la rivière pour les travaux du nouveau pont qu’on va construire.
  3. Rochers qui barrent une rivière [1].
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  4. (Figuré) Obstacle imprévu. Opposition déterminée, concertée, en vue d’empêcher quelque chose.
    • Depuis dix ans, la politique l’avait condamné à vivre isolé derrière un barrage de camaraderie hypocrite et méfiante. — (Roger Martin du Gard, Les Thibault, Tome IV, La Consultation, 1922-1940)
  5. (Histoire) Droit de péage sur les voitures et les bêtes de somme, pour l’entretien des routes [2].
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  6. (Commerce) (Vieilli) (Désuet) Linge ouvré [2].
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  7. (Équitation) Dans certaines épreuves de sauts d’obstacles, parcours supplémentaire destiné à départager les ex æquos ayant fait un sans-faute.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  8. (Psychologie) Pause de quelques secondes en plein milieu de la conversation et reprise comme si rien ne s’était passé. Lié à la schizophrénie.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BARRAGE. n. m.
Barrière qui ferme un chemin. Établir momentanément un barrage à l'entrée d'une rue où l'on pave. Il se dit aussi des Constructions qui opposent un obstacle à une rivière et qui ont pour objet de retenir l'eau, d'en élever le niveau, d'empêcher les inondations ou d'obtenir une force motrice. On a fait un barrage sur la rivière pour les travaux du nouveau pont qu'on va construire. Il se dit encore des Rochers qui barrent une rivière. En termes de Guerre, Tir de barrage, Tir destiné à barrer le passage à une troupe, à un avion, etc. Feu de barrage. Barrage roulant.

Littré (1872-1877)

BARRAGE (bâ-ra-j') s. m.
  • 1Barrière qui ferme un chemin.
  • 2Massif qui barre une rivière ; rochers qui barrent naturellement une rivière.
  • 3Barrière qu'on ne peut passer qu'en payant un droit de péage.

    Droit que l'on paye au barrage.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BARRAGE. Ajoutez :
4 Sous l'ancienne monarchie, droit que payaient les charrettes, même vides, les harnais et les chevaux, Boislisle, Corresp. contrôl. gén. des finances, p. 343, 1693.
5 Terme de facteur de piano. Barrage métallique, disposition due à Érard, qui permet, par sa fixité, d'augmenter le nombre des cordes et de leur donner une grosseur plus considérable et une tension plus forte, Léon Pillaut, Journ. offic. 6 juin 1876, p. 3882, 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BARRAGE, (Commerce.) droit établi pour la réfection des ponts & passages, & particulierement du pavé. Ce droit s’appelle ainsi à cause des barres ou barrieres qui traversent le chemin aux entrées des villes & autres lieux où ce droit est établi. Il n’y a guere que les voituriers qui le payent pour leurs chariots, charrettes, & chevaux de somme. Il y a cependant des lieux où toutes les voitures en général, & même les gens de pié, ont coûtume de le payer. Il est inégal, & plus ou moins fort selon les lieux.

Les barrages, & entr’autres celui de Paris, appartenans au Roi, formoient autrefois une ferme particuliere, qui est maintenant réunie a celle des aides. Le droit de barrage se paye à Paris sur tout ce qui y entre & arrive, soit par terre soit par eau. Voyez sur cette matiere les détails dans lesquels entre M. Savary, Dictionn. du Commerce, tom. I. page 862 & 863.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « barrage »

(Date à préciser) De barrer avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « barrage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
barrage baraʒ

Évolution historique de l’usage du mot « barrage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « barrage »

  • J’aimerais donner mon nom à la fissure d’un grand barrage. De Ylipe / Sexes sans paroles
  • La tension était montée récemment entre les trois pays alors que l’Ethiopie avait annoncé son intention de procéder au remplissage du réservoir du grand barrage de la Renaissance. Le Monde.fr, Barrage sur le Nil : l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan s’accordent pour reporter la mise en eau
  • La tension monte après l’échec des négociations en vue d’un accord sur le remplissage du réservoir et la mise en service du grand barrage de la Renaissance. Le Monde.fr, Barrage sur le Nil : le Soudan met en garde contre une escalade
  • Un corps a été retrouvé ce samedi à 19 heures au barrage du cours d’eau de l’Isère, de la commune d’Aigueblanche en Savoie. , Faits-divers - Justice | Savoie : un corps retrouvé au niveau du barrage d’Aigueblanche
  • 70 mètres de long, 13,50 m de large, 22 bassins : la nouvelle passe à poissons du barrage de Mauzac-et-Grand-Castang, en Bergeracois, a été mise en eau le 17 juin. Cela boucle une campagne d’un an de travaux et concrétise un projet mené depuis plusieurs années.  SudOuest.fr, Dordogne : la nouvelle passe à poissons du barrage de Mauzac mise en eau
  • Dans le bas du tableau, le Werder Brême a profité de sa large victoire 6-1 contre Cologne et Sebastiaan Bornauw, aligné toute la rencontre, pour arracher avec 31 points, la 16e place, synonyme de barrage contre le troisième de la deuxième division, où la dernière journée est programmée dimanche. Dix-septième avec 30 unités après sa défaite 3-0 contre l’Union Berlin, le Fortuna Dusseldorf bascule en D2, rejoignant Paderborn (20), déjà relégué depuis plusieurs semaines. La lanterne rouge a terminé sa saison par une défaite 3-2 à Francfort. Le Soir, Bundesliga: le Werder Brême jouera les barrages, Mönchenglabach en Ligue des champions (vidéos) - Le Soir

Images d'illustration du mot « barrage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « barrage »

Langue Traduction
Anglais dam
Espagnol presa
Italien diga
Allemand damm
Portugais barragem
Source : Google Translate API

Synonymes de « barrage »

Source : synonymes de barrage sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « barrage »

Barrage

Retour au sommaire ➦

Partager