La langue française

Avant

Sommaire

  • Définitions du mot avant
  • Étymologie de « avant »
  • Phonétique de « avant »
  • Évolution historique de l’usage du mot « avant »
  • Citations contenant le mot « avant »
  • Images d'illustration du mot « avant »
  • Traductions du mot « avant »
  • Synonymes de « avant »
  • Antonymes de « avant »

Définitions du mot « avant »

Trésor de la Langue Française informatisé

AVANT, formateur de loc. adv. ou prép.

A.− En avant (de)
1. En avant, loc. adv.
a) Indiquant un mouvement directif local ouvert dans la direction où l'on va, où l'on regarde.
[Avec un syntagme verbal] Faire un pas, pousser, regarder en avant :
1. ... il regardait, vers la barrière, si rien ne gênait la sortie de son détachement, et désignait les éclaireurs pour envoyer en avant. Vigny, Servitude et grandeur militaires,1835, p. 206.
Loc. Mettre en avant. Avancer une idée, proposer (deux noms étaient (...) mis en avant [Joffre, Mémoires, t. 2, 1931, p. 169]). Se mettre en avant. Se produire (une certaine aversion à se mettre en avant [Amiel, Journal intime, 1866, p. 231]; lents (...) à se mettre en avant [Mounier, Traité du caractère, 1946, p. 398]).
[Avec un syntagme nom.] Le bond, la fuite, la marche en avant.
[Dans un syntagme exclam.] Empl. pour faire avancer une ou plusieurs personnes.
Empl. seul :
2. Il ne riait pas, ni Zébédé, ni moi, ni les autres; mais nous galopions tout de même, et les officiers répétaient sans cesse : − En avant! En avant! Erckmann-Chatrian, Le Conscrit de 1813,1864, p. 180.
[Dans un syntagme verbal] En avant marche!
[Dans un syntagme nom.] :
3. Il est de moi, Messieurs! Et de cet imbécile de Vif-Argent! Saluez, Vif-Argent! ... Et en avant la musique! E. et J. de Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 59.
CHORÉGR. En avant-deux. Formule pour l'avant-deux* :
4. Les appels de : À vos places, mesdames! En avant deux! ne ralliaient personne. Gozlan, Le Notaire de Chantilly,1836, p. 152.
P. métaph. :
5. « Au revoir ici, n'importe où. Conscrits du bon vouloir, nous aurons la philosophie féroce; ignorants pour la science, roués pour le confort; la crevaison pour le monde qui va. C'est la vraie marche. En avant, route! » Rimbaud, Illuminations,1873, p. 307.
Empl. substantivement. Un en(-)avant :
6. Qu'est-ce qui distingue notre soldat, quand il est bon? Le nerf, la belle humeur, l'en-avant. P. Bourget, Monique,Trois récits de guerre, 1902, p. 238.
En partic. Désigne, au rugby, la faute commise par un joueur ,,qui laisse tomber le ballon devant lui, en direction du camp adverse`` (Lar. encyclop.).
b) [Avec valeur temp.] :
7. La douleur, comme d'un mal de dents, suppose que l'on prévoit, que l'on attend, que l'on étale quelque durée en avant et en arrière du présent; le seul présent est comme nul. Alain, Propos,1923, p. 524.
8. Hélas! Cette coïncidence elle-même ne dure qu'un instant : mais une durée infinitésimale est-elle encore une durée? En avant et en arrière se continue l'intervalle qui rendrait possible un savoir chronique ou habituel : ... Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 73.
2. En avant de, loc. prép.
a) Indique la position par rapport à quelqu'un ou à quelque chose placé devant :
9. En avant d'eux, étaient les prés en pente au bas desquels il semblait que le village s'était laissé glisser, comme les gamins font sur leur fond de culotte. Ramuz, La Grande peur dans la montagne,1926, p. 28.
10. Seul, tient bon le réduit qu'ils [les Allemands] ont établi en avant des ponts de Kehl et vers lequel courent leurs fuyards pêle-mêle avec nos voitures de combat. De Gaulle, Mémoires de guerre,1959, p. 137.
Rem. Dans l'ex. suiv., le point de repère (introd. par de) est omis mais peut facilement être rétabli (en avant signifiant en tête du cortège) :
11. L'ordonnateur nous donna nos places. Le curé marchait en avant, puis la voiture. Camus, L'Étranger,1942, p. 1133.
b) Au fig. :
12. Pas d'autre violence que la douceur, et patience que continuité, et outil que l'intelligence, et pas d'autre liberté Que ce rendez-vous en avant de moi sans cesse avec l'ordre et la nécessité! Claudel, Poésies diverses,Le Fleuve, 1952, p. 851.
B.− D'avant.[Avant est prép. ou adv.]
1. La prép. de pourrait être omise (la banquette d'avant/la banquette avant, la nuit d'avant/la nuit avant), toutefois sa présence permet de déterminer plus nettement le subst. en faisant jouer à d'avant ou au groupe introd. par d'avant le rôle d'un véritable compl. de nom.
a) Local :
13. Toute la banquette d'avant disparaît sous l'amas. Romains, Knock,1923, I, scène unique, p. 2.
MAR. Gaillard d'avant (Flaubert, Correspondance, 1843, p. 140), château d'avant (Moselly, Terres lorraines, 1907, p. 85).
b) Temporel :
14. C'était l'heure d'avant dormir. Dorgelès, Les Croix de bois,1919, p. 51.
2. La prép. de est indispensable lorsqu'elle sert à marquer l'origine :
15. Inquiète de n'éprouver plus la paix d'avant que cet homme la possédât, comment eût-elle discerné ce désaccord entre son cœur toujours endormi et sa chair à demi-éveillée? Mauriac, Le Baiser au lépreux,1922, p. 189.
16. Et pourtant soyez sans remords : mon malheur est d'avant vous et d'après vous. Montherlant, Les Lépreuses,1939, p. 1390.
PRONONC. − 1. Forme phon. : [avɑ ̃]. Pour Littré ,,le t se lie; avant un autre, dites : a-van-t-un autre``. Enq. : /ɑvɑ ̃/. 2. Homon. : avent. (En) avant : [ɑ ̃navɑ ̃].
ÉTYMOL. ET HIST. I.− Adv. 1. Antériorité dans le temps 938-52 « auparavant » (Fragm. de Valenc., vo, 1. 36 ds Gdf. Compl. : E le evangelio secundum Matheum de avant dist); 950-1000 « id. » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 457-58); 2. antériorité dans l'espace 950-1000 « en avant » (Ibid., 19-20 : Avant dels sos dos enveied, Un asne adducere se roved). II.− Prép. 1. Antériorité dans l'espace 950-1010 « devant » (Ibid., 256 : Avan toz vai a pasïun); 1ertiers xiiies. « id. » (Chevalier deux épées, éd. W. Foerster, 683 ds T.-L.); 2. antériorité dans le temps 1288 (J. de Journi, Dîme de pénitence, éd. H. Breymann, 2379, ibid. : Jonatas fu a mort jugiés Pour che qu'il prinst une disnee Avant l'eure qu'ert ordenee). III.− Loc. conj. 1258 avant que (Mahomet, éd. Reinaud et Fr. Michel, 54, ibid. : avant que soient, Set les choses par l'angele saint). IV.− 1. Adv. a) xes. a en avant, antériorité dans le temps « à l'avenir » (St Léger, éd. E. Koschwitz, 192 ds T.-L. : peis li promest adenavant), seulement en a. fr.; b) xies. antériorité dans l'espace « en précédant les autres » (Alexis, éd. G. Paris et L. Pannier, 113e, ibid. : Vont en avant, si derompent la presse); xves. fig. mettre en avant « faire connaître » (Comm., V, 2 ds Littré); 2. loc. prép. 1243 en avant « devant » (Ph. Mousket, Chron., éd. Reiffenberg, 23723 ds T.-L. : il iert ses om, sel devoit Avoiier, et il i avoit Pensee et cuer en avant dieu Et es saintüaires del lieu). Empr. au b. lat. abante (ab, v. a-2et ante, v. anté-, préf.), I 2 (Itala, cod. Cant. Luc., 19, 4 ds TLL s.v., 46, 48), II 1 (Ibid. [Aug. gen. c. Manich. Migne, 34, 196] Gen., 3, 8, ibid., 46, 33); le sens temporel étant à cette époque rendu par ante en lat. médiév. II 2 abante prép. au sens temporel : 1127-28 (Galbertius, Karol., 3 ds Mittellat. W. s.v., 7, 46); IV loc. composée de la prép. en* et de avant*.

AVANT2, subst. masc.

I.− Subst. de l'inanimé
A.− Espace situé dans la direction dans laquelle on regarde, dans laquelle on se déplace.
1. Partie antérieure d'une chose :
1. Des bannières penchaient à l'avant du cortège Sur les voiles croisés, tels des flocons de neige. Jammes, Les Géorgiques chrétiennes,1911, p. 60.
2. Il gigotait sur son tabouret, le pilon dressé à l'horizontale, la tête penchée vers un sabot dont il creusait l'avant. Queffélec, Un Recteur de l'île de Sein,1944, p. 51.
En partic. Partie antérieure d'un véhicule. L'avant du train (Verne, Le Tour du monde en 80 jours,1873, p. 174);une litière, une chaise portée par deux mules, l'une à l'avant et l'autre à l'arrière (A. France, Le Crime de Sylvestre Bonnard,1881, p. 314).
MAR. ,,Partie d'un bateau comprise depuis l'étrave jusqu'au grand mât`` (Will. 1831). Nos vaisseaux qui, trop chargés sur l'avant, gouvernaient fort mal (Voyage de La Pérouse,t. 2, 1797, p. 13).
Loc. Aller de l'avant (mar.). ,,Un bâtiment va de l'avant lorsqu'il avance devant lui`` (Will. 1831).
Au fig. Aller ou donner de l'avant. S'engager à fond dans une affaire et tenter tout pour la mener à bonne fin :
3. − Elle est coupable d'aimer M. Eugène de Rastignac, et va de l'avant sans savoir où ça la mènera, pauvre innocente! Balzac, Le Père Goriot,1835, p. 192.
Subst. Un va-de-l'avant :
4. Une aspiration parente de cette soif du simultané est celle par laquelle certains littérateurs modernes veulent que la présentation matérielle de leur œuvre exprime leur état d'âme dans la multiplicité de ses conditions, avec ses espoirs et ses retraits, ses rutilances et ses pâleurs, ses va-de-l'avant et ses biaisements, ... Benda, La France byzantine,1945, p. 46.
P. plaisant. :
5. le matelot. − Oh! oh! c'est la fiancée, cette belle fille? gringole. − Un peu! ... Est-ce pas, maître Pénélon, qu'elle a un avant bien agréable! A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,Drame, 1846, II, 5, p. 47.
2. En temps de guerre, partie d'un pays qui se trouve dans la zone des combats :
6. ... ses gisements de fer, dont la plupart se trouvent actuellement dans la zone de l'avant, ne sont que par hasard accessibles aux trains non militaires, ... De Gaulle, Mémoires de guerre,1959, p. 450.
B.− Rare. Intervalle de temps s'étendant avant le moment envisagé par le contexte :
7. L'assouvissement de l'après justifiait l'inappétence de l'avant. Elle le répugnait et il se faisait horreur! Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 47.
8. Poser un commencement du temps, c'est certainement ne rien penser réellement; car un « avant » reste concevable et même doit nécessairement être conçu; c'est exclusivement poser un commencement de ce qui est dans le temps. Marcel, Journal métaphysique,1914, p. 8.
II.− Subst. de l'animé. Joueur qui, dans certains sports d'équipe, par opposition aux arrières chargés de la défense, est chargé de l'attaque :
9. C'est une vraie danse de chassés-croisés que mène la quintuplette des avants. Montherlant, Les Olympiques,1924, p. 353.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1422, 5 mai « avance » (Ste-Croix de Quimperlé, Arch. Finistère ds Gdf. : Fut ledit plegement jugié a bon sans aultres avantz de despens), attest. isolée; 1678 mar. (Guillet, Les Arts de l'homme d'épée, 3epart. L'Art de la navigation : Avant. L'avant du vaisseau ou de la Prouë, c'est la partie du vaisseau qui s'avance la première en mer. Le vent se rangea de l'Avant, et nous devint contraire); d'où expr. aller de l'avant, 1835 (Ac.); 1821 fam. (Ansiaume, Bagne de Brest ds Fr. mod., t. 11, p. 288 : De l'avant [aller] « aller vite, travailler fort » Il a fallu goupiner longtemps et de l'avant); au même emploi, Ac. 1835. Emploi subst. de avant1*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 37 945. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 52 345, b) 50 695; xxes. : a) 51 964, b) 58 297.
BBG. − Appuhn (H. J.). Der Konjunktiv nach après que. N. Spr. 1964, t. 13, pp. 26-33. − Bach.-Dez. 1882. − Barber. 1969. − Barr. 1967. − Bastin (J.). Ne explétif après avant que, sans que. In. : Nouv. glanures gramm. Riga, 1907, pp. 60-63. − Bél. 1957. − Bouillet 1859. − Canada 1930. − Canart (P. L.). Aspects of avant AUMLA, 1959, t. 10, pp. 81-88. − Capelovici (J.). Termes sportifs. Vie Lang. 1961, p. 554. − Chassaignon (A.). Une Révision des termes sportifs. Vie Lang. 1961, p. 390. − Dacier 1944. − Darm. 1877, p. 131. − Duch. 1967, § 13. − Dul. 1968. − Dupin-Lab. 1846. − Éd. 1913. − Esn. 1966. − Gossen (C. T.). Zur lexikalen Gliederung des pikardischen Dialektraumes. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, p. 135. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 123. − Gramm. t. 1 1789. − Gruss 1952. − Hartoy 1944. − Jal 1848. − Lancaster (H. C.). Avant de plus the infinitive. Mod. Lang. Notes. 1945, t. 60, pp. 401-404. − Le Clère 1960. − Lep. 1948. − Le Roux 1752. − Marshall (F. W.). Les Poésies de Blondel de Nesle. Une ét. du lex. d'après l'examen des mss, p. 38 (Thèse Univ. Paris. 1958). − Martin (E.). Courrier (Le) de Vaugelas. 1876, t. 7, p. 73. − Moignet (G.). La Place en système de que « comparatif ». In : [Mél. Harmer (L. C.)]. London-Toronto, Wellington-Sydney, 1970, pp. 103-114. − Pierreh. 1926. − Pierreh. Suppl. 1926. − Prév. 1755. − Quem. 2es. t. 3 1972, p. 18. − Remig. 1963. − Soé-Dup. 1906. − Spr. 1967. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Adverbe

avant \a.vɑ̃\ invariable

  1. Désigne un rapport de lieu ou de temps, au propre et au figuré. — Note : Il est ordinairement précédé des mots si, bien, trop, plus, assez, ou fort.
    • N’allez pas si avant.
    • Il entra assez avant dans le bois.
    • Le coup entra fort avant dans le corps.
    • Creuser bien avant dans la terre.
    • Jamais philosophe ne pénétra plus avant dans la connaissance des choses.
    • Vous poussez les affaires trop avant.
    • Il fait des propositions bien hardies, il va un peu trop avant.
    • Il est bien avant dans les bonnes grâces du ministre.
    • Gravez cela bien avant dans votre mémoire, dans votre cœur.
    • Il est mêlé bien avant dans cette affaire.

Nom commun

avant \a.vɑ̃\ masculin

  1. (Marine) La partie d’un bâtiment qui s’étend depuis le grand mât jusqu’à la proue.
    • Nous nous tenions sur l’avant.
    • Gaillard d’avant.
    • Ce vaisseau a son avant bien endommagé.
  2. Espace qui est devant.
    • Le canot bascule sur le berthon, se met à glisser vers l’avant écrasant une trentaine de personnes et blessant grièvement à la jambe Isaac Lehmann. — (Philippe Masson, Les Naufrageurs du Lusitania et la guerre de l’ombre, Albin Michel, 1985, page 117)
    • Aller de l’avant : Faire du chemin en avançant.
    • Le vaisseau allait de l’avant.
    • (Figuré) et (Familier) Aller de l’avant : S’engager dans une affaire et la pousser avec hardiesse.
    • Il n’hésite jamais, il va toujours de l’avant.
    • Dans les conditions où se présente l’affaire, vous pouvez aller de l’avant.
  3. (Football) Joueur qui joue à l’avant et doit généralement attaquer.
    • Il aurait préféré être en uniforme, et même assis sur le banc des remplaçants, quitte à ne pas jouer du tout, plutôt que de traîner « en civil » avec des inutiles comme nous, tandis que ses copains se faisaient frotter les oreilles et que ça cognait sec dans les affrontements entre avants, en bas, à quelques mètres de lui, sur l’herbe boueuse. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 67)
  4. (Rugby) Joueur qui joue en mêlée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AVANT. Préposition
servant à marquer Priorité de temps. Ceux qui ont été avant nous. Les hommes d'avant le déluge. Avant la naissance de JÉSUS-CHRIST, ou simplement Avant JÉSUS-CHRIST. J'ai vu cela avant vous. Avant Pâques. Bien avant l'époque dont il s'agit. Avant la fin de l'année. Avant l'heure. Avant le terme. Avant terme. Avant midi. Avant le jour. Avant dîner. Elliptiquement, Le jour d'avant, la nuit d'avant.

AVANT DE, AVANT QUE DE, loc. prép., se fait suivre d'un infinitif;

AVANT QUE, loc. conj., d'un subjonctif. Avant que de venir. Avant de venir. J'irai le voir avant de partir. J'irai le voir avant qu'il parte, avant qu'il ne parte. Avant que je fusse venu ou Avant que je ne fusse venu. Avant qu'il fasse froid ou Avant qu'il ne fasse froid. Avant qu'il soit un an ou Avant qu'il ne soit un an, ou, par ellipse, Avant un an. En termes de Procédure, Avant dire droit, avant faire droit, Avant de juger définitivement. Ces locutions s'emploient quelquefois comme noms. Un avant faire droit, Un jugement provisoire ou interlocutoire. Prononcer un avant faire droit.

AVANT sert aussi à marquer Priorité d'ordre et de situation. La maison où il habite est avant l'église, en venant du côté de... Il faudrait mettre ce chapitre avant l'autre. Il faudrait mettre les histoires générales avant les histoires particulières. Avant tout, D'abord. Nous devons, avant tout, prendre telle mesure. Il signifie aussi Principalement, préférablement à toute autre chose. Je désire, avant tout, que cela reste secret. On dit également Avant toutes choses. Il peut s'employer aussi adverbialement pour désigner un Rapport de lieu ou de temps, au propre et au figuré, et il est ordinairement précédé des mots si, bien, trop, plus, assez, fort. N'allez pas si avant. Il entra assez avant dans le bois. Le coup entra fort avant dans le corps. Creuser bien avant dans la terre. Vous creusez trop avant. N'allons pas plus avant. Bien avant dans la nuit. Bien avant dans le siècle passé. Jamais philosophe ne pénétra plus avant dans la connaissance des choses. Vous poussez les affaires trop avant. Il fait des propositions bien hardies, il va un peu trop avant. Il est bien avant dans les bonnes grâces du ministre. Gravez cela bien avant dans votre mémoire, dans votre cœur. Il est mêlé bien avant dans cette affaire.

EN AVANT, loc. adv. Au-delà du lieu où l'on est, vers le lieu, vers le côté qui est devant. Pousser en avant. Aller en avant. Faire un pas en avant. Se porter en avant. Votre coiffure est trop en avant. Se pencher en avant. En avant, marche, ou simplement En avant, Terme de commandement militaire. En termes de Manège, Ce cheval est beau de la main en avant, Il est beau du devant. Fig. et fam., Aller en avant, Continuer à faire une chose, ne pas s'arrêter devant les obstacles. Fig. et fam. Cette affaire ne va ni en avant ni en arrière, Elle est toujours dans le même état. Fig., Mettre en avant, Avancer une proposition. Vous mettez en avant un principe fort dangereux. Cet avocat a-t-il les preuves des faits qu'il met en avant? Il signifie particulièrement Devant et à une certaine distance. Il était fort loin en avant. Il se tenait au pied du trône et deux pas en avant.

EN AVANT DE, loc. prép., s'emploie au propre et au figuré. Il marchait en avant du roi. Cet homme, cet auteur était fort en avant de son siècle.

AVANT s'emploie comme nom, en termes de Marine, et signifie la Partie d'un bâtiment qui s'étend depuis le grand mât jusqu'à la proue. Nous nous tenions sur l'avant. Gaillard d'avant. Ce vaisseau a son avant bien endommagé. Les voiles, les canons de l'avant. Aller de l'avant, Faire du chemin en avançant. Le vaisseau allait de l'avant. Fig. et fam., Aller de l'avant, S'engager dans une affaire et la pousser avec hardiesse. Il n'hésite jamais, il va toujours de l'avant. Dans les conditions où se présente l'affaire, vous pouvez aller de l'avant.

AVANT, en termes de Sports, se dit du Joueur de football qui joue à l'avant et doit généralement attaquer.

AVANT, préposition ou adverbe, entre comme préfixe dans la composition d'un certain nombre de mots. Il est préposition dans Avant-hier, Avant-scène, etc.; adverbe dans Avant-coureur, Avant-poste, Avant-propos etc. (Voyez ces mots à leur rang alphabétique.)

Littré (1872-1877)

AVANT (a-van ; le t se lie ; avant un autre, dites : a-van-t-un autre) Prép.
  • 1Marquant priorité d'ordre et de situation ; en tête de. Il marchait avant moi. Mettre la fin avant le commencement. Il s'élança avant tous les autres.

    Fig. De préférence à. Mettre Alexandre avant Annibal. Remarquant avant tout que. La patrie passe avant tout.

  • 2Avant, marquant la priorité du temps. Avant le règne de Louis XIV. Longtemps avant la nuit. Avant le jour. Avant le lever du soleil. Je veux savoir de toi, traître, Ce que tu fais, d'où tu viens avant jour, Molière, Amph. I, 2.

    Avant régit quelquefois l'infinitif. Pontchartrain, avant partir, monta chez Voysin, Saint-Simon, 293, 249.

  • 3Avant, adv. de temps et de lieu. Ils n'allèrent pas plus avant. Nations qui habitent bien avant dans les terres. On combattit fort avant dans la nuit. Le fer n'avait pas pénétré bien avant. Comme le sillon était creusé plus avant. Ces rois antiques [les Stuarts] dont l'origine se cache si avant dans l'obscurité des premiers temps, Bossuet, Reine d'Angl. N'allons point plus avant ; demeurons, chère Oenone, Racine, Phèd. I, 3. Mais quoi ! ma barque vagabonde Est dans les Syrtes bien avant, Malherbe, IV, 5. L'œil ose à peine atteindre à sa face sereine [du glacier], Tant il est avant dans les cieux ! Hugo, F. d'aut. 7. Le repas ne finit que bien avant dans la nuit, Hamilton, Gramm. 4.

    Fig. avec trop, bien et les adverbes de comparaison. Cette maxime avait pénétré bien avant dans son esprit. Il était placé bien avant dans le cœur du prince. Mais je vais trop avant et deviens indiscrète, Corneille, Cid, I, 4. Qu'a fait Mandonius, qu'a fait Indibilis, Qu'y plonger plus avant [sous le joug] leurs peuples avilis ? Corneille, Sertor. II, 1. Vos bontés, madame, Ont gravé trop avant ses crimes dans mon âme, Racine, Andr. IV, 3. Le sang et ma fureur m'emportent trop avant, Racine, Mithr. V, 4. Je me suis engagé trop avant, Racine, Phèd. II, 3. Entrez plus avant, ce n'est plus que vide, vanité, Massillon, Prière. Je puis passer plus avant, et dire... . FLÉCH. Mont. Pour ne pas entrer trop avant dans la question, Massillon, Euch. 1. Quelques-uns même, passant plus avant, ont déclaré que, quelque recherche qu'ils en aient faite, ils ne les y ont jamais trouvées, Pascal, Prov. 1. Et Vasquez passe plus avant, car il dit qu'on satisfait au précepte d'ouïr la messe, encore même qu'on ait l'intention de n'en rien faire, Pascal, Prov. 9. La règle de l'Évangile ne va pas si avant, Pascal, Prov. 12. Avant que de passer plus avant, Molière, le Mar. f. 5. Il était bien avant dans la faveur du duc, Hamilton, Gramm. 9.

    En termes de marine, avant partout ! commandement aux canotiers de faire tous force sur les avirons.

  • 4Auparavant. Quelques jours avant. Vous vous y êtes pris trop tard ; j'avais parlé avant. Tel on déteste avant, que l'on adore après, Voltaire, Catil. I, 1. Elle est plus caressante et plus libre qu'avant, Lamartine, Joc. IV, 163. Mais avant, pour pouvoir mieux feindre ce trépas, J'ai fait que vers sa grange il a porté ses pas, Molière, l'Étour. II, 1.
  • 5En avant, devant soi, sans se détourner de son chemin. La lance en avant. Aller ou se porter en avant. S'étant porté à huit lieues en avant de Metz. Faire marcher son armée en avant. Pousser son cheval en avant. Se pencher en avant.

    Aller en avant, s'avancer dans un travail, dans la vie. Allez en avant, et cette lecture vous attachera. J'espère que, plus vous irez en avant, plus vous trouverez qu'il n'y a de véritable bonheur que celui-là, Racine, Lettre IX à son fils. Croissant l'âge en avant [l'âge avançant], il se fait aux chevaux, Régnier, Sat. V.

    En avant, en précédant les autres. Marcher en avant [en tête]. Envoyer en avant.

    Fig. Mettre quelqu'un en avant, le mettre en vue, et aussi le faire agir, parler. Se mettre trop en avant, s'engager à la légère.

    Mettre quelque chose en avant, l'alléguer, le produire. Tels étaient les motifs de guerre qu'on mettait en avant. Une des causes qui poussa l'un des Gracques à mettre en avant la loi agraire, Voiture, Lett. 125. Mais, sans esprit, faut-il mettre en avant De gais couplets qu'on répète en buvant ? Béranger, Mort viv.

    En termes de manége, ce cheval est beau de la main en avant, il est beau du devant.

    En termes de danse, pas composé de quatre mouvements, qui exige quatre mesures, et après lequel on fait presque toujours un en arrière qui ramène le danseur à sa place. En avant, deux, trois ou quatre, c'est-à-dire, que deux, trois ou quatre figurants doivent faire ce pas.

    En avant ! commandement militaire de se mettre en marche.

  • 6D'avant, qui a précédé. Le jour d'avant.
  • 7Avant que, loc. conj. avec le subjonctif. Allons, courons avant que d'avec eux il sorte, Molière, Amph. III, 5. J'avais fini mes jours avant qu'Ulysse partît, Fénelon, Tél. XIX. Un autre [sauvage] ne veut pas que l'affaire soit décidée [le coup décisif aux osselets], avant qu'il ait jeté un morceau de petun dans le fleuve, Chateaubriand, Amér. 88. Avant qu'on l'ouvrît [la cédule], les amis du prince soutinrent que…, La Fontaine, Vie d'Ésope. Écoutez ce récit avant que je réponde, La Fontaine, Fabl. III, 1. Et le voir en ces lacs pris avant que je parte, La Fontaine, ib. VI, 1. Avant que la griffe et la dent Lui soit crue, et qu'il soit en état de nous nuire, La Fontaine, ib. XI, 1. Toutes vos fables pourraient vous servir avant qu'on sût vos principes, Pascal, Prov. 15. Avant que Babylone éprouvât ma puissance, Racine, Baj. IV, 3. Avant que vous parliez, je demande instamment Que vous daigniez, seigneur, m'écouter un moment, Molière, D. Garc. V, 5. Avant même que Rome eût gravé douze tables, Metius et Tarquin n'étaient pas moins coupables, Racine L. Relig. ch. I. Gand tombe avant qu'on pense à le munir, Bossuet, Mar.-Thér. Le roi voulut voir ce chef-d'œuvre [le Tartuffe] avant même qu'il fût achevé, Voltaire, S. de Louis XIV, 25. Quant à moi, je dispute avant que je m'engage, Malherbe, V, 6.

    Avant que, avec le subjonctif et un ne explétif. Lorsque le tigre leur fend et leur déchire le corps, c'est pour y plonger la tête et pour sucer à longs traits le sang dont il vient d'ouvrir la source, qui tarit presque toujours avant que sa soif ne s'éteigne, Buffon, Tigre.

    Avant que de, avec l'infinitif. Avant que de partir, l'esprit dit à ses hôtes, La Fontaine, Fab. VII, 6. Nous nous trouvons au terme avant que d'avoir pris parti, Massillon, Car. Causes des rechutes. Avant que d'entrer dans le fond de mon sujet, Massillon, ib. Fausse conf. La langue du détracteur est un feu dévorant, qui sait plaire et briller quelquefois avant que de nuire, Massillon, ib. Médis. Les défaites et les résistances dont elle use avant que de se rendre, Massillon, ib. Samarit. Vous mourrez comme eux, avant que d'avoir commencé à mieux vivre, Massillon, ib. Mort. Il semble que la prudence demanderait qu'on s'éclaircît du moins avant que de passer outre, Massillon, ib. Salut. David vainquit les lions et les ours avant que d'oser attaquer Goliath, Massillon, Myst. Purif. 2. Il quitta le monde avant que de l'avoir connu, Fléchier, II, 104. Avant que d'en venir à ces cruels adieux, Racine, Bérén. IV, 5. Je voulais voir Calchas avant que de partir, Racine, Iphig. II, 5. Avant que de combattre ils s'estiment perdus, Corneille, Cid, IV, 3. Mais avant que d'entrer dans ces difficultés, Corneille, Sertor. III, 2. Avant donc que d'écrire apprenez à penser, Boileau, Art p. I. Avant que d'expirer, qu'il nomme ses complices, Voltaire, Mérope, III, 4. Avant que de quitter Ce jour, ce monde affreux que je dois détester, Voltaire, Tancr. V, 5. Les plus emportés proposèrent même, avant que d'aller plus loin, de poignarder les consuls, Vertot, Révol. rom. liv. I, p. 94. Avant que d'entrer dans quelques détails sur cet écrit…, Diderot, Ess. s. Claude, liv. II. Si l'auteur lui eût montré sa comédie avant que de la faire voir au public, il l'eût trouvée la plus belle du monde, Molière, Crit. de l'Éc. des f. 6. Je les conjure de tout mon cœur de ne point condamner les choses avant que de les voir, Molière, Préf. de Tart. Ah ! mon Dieu, je vous prie, Avant que de parler, prenez-moi ce mouchoir, Molière, Tart. III, 2. Avant que de répondre aux reproches que vous me faites, je commencerai par l'éclaircissement de votre doctrine à ce sujet, Pascal, Prov. 12. Fortune aveugle suit aveugle hardiesse : Le sage quelquefois fait bien d'exécuter, Avant que de donner le temps à la sagesse D'envisager le fait, et sans la consulter, La Fontaine, Fab. X, 14. Avant que de mourir, j'ai voulu voir encore une dernière fois cette terre, qui m'est si chère, Fénelon, t. XIX, 112. Nathan ne vient pas reprocher aigrement à David le scandale de sa conduite : il s'insinue avant que de reprendre ; il fait aimer la vérité avant de la dire ; il fait haïr le crime avant de blâmer le coupable, Massillon, Car. Bons et méchants.

  • 8Avant de, avec l'infinitif. Mais avant de mourir elle sera vengée, Voltaire, Tancr. III, 2. Avant de vous venger, Polyphonte, dit-il, prétend l'interroger, Voltaire, ib. III, 5.

    Avant que, sans de, avec l'infinitif. Avant qu'abandonner mon âme à mes douleurs, Corneille, Poly. III, 2. Pour me justifier avant que vous rien dire, Corneille, Sertor. V, 8. Faut-il tant de fois vaincre avant que triompher, Corneille, Poly. V, 3. L'Égypte troublée, Avant qu'être en défense, en serait accablée, Corneille, Pomp. II, 3. Mais avant que sortir, viens que ton roi t'embrasse, Corneille, Cid, IV, 4. Avant qu'offrir des vœux, je reçois des refus, Corneille, Poly. IV, 6. Mais avant que partir je me ferai justice, Racine, Mithr. III, 1. Heureux si je pouvais avant que m'immoler…, Racine, ib. IV, 2. Ne me demandez rien avant que regarder Ce qu'à mes sentiments vous devez demander, Molière, D. Garc. III, 2. Laisse-m'en rire encore avant que te le dire, Molière, l'Étour. II, 13. Avant que nous lier, il faut nous mieux connaître, Molière, Mis. I, 2. Avant que passer à ce discours, Molière, le Dép. II, 1. Laissons venir la fête avant que la chômer, Molière, ib. I, 1. Et je le connaissais avant que l'avoir vu, Molière, Femmes sav. I, 3. Des charmes Qu'avant qu'être à Paris la belle n'avait pas…, La Fontaine, Coupe. Avant qu'en venir là, au moins souvenez-vous, Régnier, Élég. IV. Qui n'eût cru… Et qu'avant qu'être à la fête De si pénible conquête, Les champs se fussent vêtus Deux fois de robe nouvelle…, Malherbe, II, 2. Il fallait expliquer tout cela avant qu'en venir au fait, Saint-Simon, 166, 199.

    Elliptiquement. Régnez sur votre cœur avant que sur Byzance, Corneille, Héracl. III, 1. Je dois tout à mon père avant qu'à ma maîtresse, Corneille, Cid, I, 9.

    En termes de procédure, avant dire droit, avant faire droit, avant de juger définitivement.

    Substantivement. Prononcer un avant faire droit.

  • 9 S. m. Partie antérieure, opposée à l'arrière. L'avant d'une voiture. Peser sur l'avant. Décharger l'avant.

    En termes de marine, la moitié de la longueur d'un bâtiment, depuis le grand mât jusqu'à la proue.

  • 10Aller de l'avant, faire du chemin en avançant ; et, figurément, s'engager dans une affaire sans en trop considérer les difficultés.

REMARQUE

1. On dit également avant de faire et avant que de faire. On dit aussi avant que faire ; mais cela est une tournure poétique. Avant faire, qui s'est dit aussi, a un peu vieilli ; cependant rien n'empêcherait de l'employer encore.

2. Des grammairiens ont taxé d'incorrection cette phrase : sa méchanceté est aussi grande qu'avant. L'usage est contre eux ; avant s'emploie, absolument, au lieu d'auparavant ; mais auparavant ne peut s'employer pour avant, quand avant est préposition et suivi d'un complément.

3. Les grammairiens ont essayé de faire une distinction entre avant que sans ne, et avant que avec ne, disant qu'on doit faire usage de la négative ne après avant que, toutes les fois qu'il y a du doute sur la réalité de l'action exprimée par le verbe qui vient après avant que ; et que l'on doit supprimer le ne toutes les fois que le verbe qui suit avant que exprime une action sur l'existence de laquelle il ne s'élève aucun doute. Cette distinction n'est pas justifiée ; et le ne est ici un gallicisme, pour lequel l'oreille seule intervient.

SYNONYME

AVANT, DEVANT. Avant, marque l'antécédence immédiate ; devant, une antécédence médiate ou non. Celui qui est devant moi, est en avant de moi, d'une distance quelconque ; celui qui est avant moi, est immédiatement devant moi.

HISTORIQUE

Xe s. Lieu de avant dist, Fragm. de Valenc. p. 469.

XIe s. Avant [il] se dresce, mout par ot fier le vis, Ch. de Rol. X. Ce dist li reis : Guenes, venez avant, ib. XXIV. Il est si fieble qu'il ne peut en avant [aller en avant], ib. CLXIII. Faut lui li cuers, il est chaüt [chu] avant [la tête en avant], ib. Veez avant de deux lieues de nous, ib. CLXXIV.

XIIe s. Il garde avant [regarde en avant] desous un eglantier, Ronc. 99. Son petit pas [il] aloit tout en avant, ib. p. 100. Se il te perdent, que feront en avant [dorénavant] ? ib. 153. Maistre Omangin m'amenez ci avant, ib. p. 163. Douce dame, je vous prie et demand Que vous pensez [pensiez] de moi guerredonner ; Je penserai de bien servir avant, Couci, XII.

XIIIe s. Assés i ot parlé en avant et arrieres, Villehardouin, CLX. Je vous convoierai… le plus avant que je onques pourrai, Berte, VII. De là en avant, ib. XII. Lors a la male vieille un peu avant passé, ib. X. [Elle] Ne sait où on l'emmene en avant ou arrier, ib. XI. Je le diroie avant, pour moi faire douter, Que du cors me laissasse honir ne vergonder, ib. XLIII. Tant leur a dit Bertain et arriere et avant Que tout quanqu'il lui plaist leur a fait entendant, ib. CVII. Et Symons passe avant [s'avance], mie ne s'oublia, ib. CXXXI. Amener avant la chose est mostrer la en commun, si que chascuns ait pooir de pledier encontre, Dig. f° 132. Par aucune cause resnable que le tesmoins met avant, Beaumanoir, IX, 13. Avant son terme, Joinville, 252. En [on] prise si pou [peu] les excommuniemens hui [aujourd'hui] et tous les jours, que avant se lessent les gens mourir excommeniés, que il se facent absodre, Joinville, 200.

XIVe s. Comme par avant est dict, Trait. d'alch. 345. Son ost [il] fist arrester sans aler plus avant, Guesclin. 15851.

XVe s. Qu'ils seroient de ce jour en avant aidans et confortans l'un l'autre en tous cas et en tous affaires, Froissart, I, I, 125. Pour avoir conseil entr'eux qu'ils pourroient faire de là en avant, Froissart, I, I, 157. Si comme vous orrez en avant recorder en l'histoire, Froissart, I, I, 77. [Les Anglais tombent dans une embûche dressée par les Lillois ; ceux-ci] les escrierent tantost : Avant ! avant ! par cy ne pouvez vous passer sans nostre congé ! Froissart, I, I, 108. Il fait bon ouvrer par engin quand on ne peut avant aller par force, Froissart, I, I, 151. Il avoit esté present au dit sire de Mauny mettre en terre : et pour ce en parloit-il si avant et si certainement, Froissart, I, I, 240. Le connestable de France avant ce que on assaillist Bergerac ni que nuls fussent blessés ni travaillés, envoya parlementer à ceux de la ville, Froissart, II, II, 7. De ce se fait fort Esperance Et plus avant que n'ose dire, Orléans, Bal. 25. Et si luy dist que les choses estoient trop avant, Fenin, 1427. Et de là en avant tinst bien le dit parti, comme cy-après sera desclairié, ib. 1417. Le roy René l'institua en son lieu, avant que mourir, Commines, VII, 1. Nous avons bien voulu mettre en avant ce marché avec ledit duc, affin que vous en ouyssiez les nouvelles, Commines, V, 2. Avant les quatre ans passez, Commines, VII, 1. Combien que aucuns le blasmeroient qui ne considereroient point si avant que luy, Commines, III, 11. Le laisser faire, et avant lui faire ung petit d'ayde, Commines, IV, 1. Je n'en veulx nulz nommer ne plus avant parler de ceste matiere, Commines, IV, 4. Ledit prince, environ un ang avant, estoit venu vers ledit duc très bien acompaigné, Commines, V, 3. Se je fusse aussi bien à l'avant [au-dessus de mes affaires], comme j'ai esté, Louis XI, Nouv. XLIV.

XVIe s. Ceste coustume a esté receuë en l'Eglise desjà avant treze cens ans, de prier pour les trespassez, Calvin, Inst. 531. Là on luy repetoit les liezons du jour d'avant, Rabelais, Garg. I, 23. Soubdain, d'avant boire ny manger, Rabelais, ib. I, 26. Vous criez d'avant qu'on vous escorche, Rabelais, ib. I, 47. En ceste disputation je n'entreray plus avant, Rabelais, Pant. III, 32. Ilz sont bien folz s'en plaindre avant que moy, Marot, J. V, 234. Je me treuve maintenant plus saine et forte que je ne faisois par avant [ma fausse couche], Marguerite de Navarre, Lett. 127. L'empereur eust mieux fait de se asseurer par alliance avecques vous avant laisser joindre deux telles puissances, Marguerite de Navarre, ib. 110. Le jour avant, il avoit faict noyer son fils, Montaigne, I, 3. Se tirant avant [en avant] pour parler, Montaigne, I, 19. Un mois avant que de…, Montaigne, I, 25. Ce que j'ay à faire avant mourir, Montaigne, I, 78. Mourir avant qu'avoir marié sa fille, Montaigne, I, 79. Longue piece avant que je l'eusse vu, Montaigne, I, 206. Ils les amuserent sur mer, tantost avant, tantost arriere, jusques à ce que…, Montaigne, I, 298. Je le crois si avant [fort, complétement], que…, Montaigne, II, 118. À la guerre, avant aller aux factions, chascun s'essaye de son costé de gaigner la bonne grace des Dieux, La Boétie, 148. Avant que finir ce discours ci, il faut aussi parler de la fausse concorde, Lanoue, 61. On voudroit avoir du temps pour en faire l'experience avant qu'en juger, Lanoue, 70. Et ne lui servira de rien de mettre en avant sa bonne intention, pource qu'elle ne peut changer la nature des choses, Lanoue, 70. L'homme voué pour la guerre n'a que faire d'estudier si avant aux sciences, Lanoue, 123. Quelques unes passent si avant les termes de raison, que…, Lanoue, 162. Tu enquiers et escoutes avant que de condamner, et luy condamne avant que ouir les parties, Amyot, Rom. 9. Le fer entra si avant dedans la terre, que…, Amyot, ib. 32. Il acheva d'escrire le vingt et deuxieme livre de ses commentaires deux jours avant qu'il trespassast, Amyot, Sylla, 75.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

AVANT.
10Ajoutez :

Pousser de l'avant, faire avancer. Une fois commencée, l'entreprise sera poussée de l'avant avec activité et menée à fin en 1874, Journ. offic. 3 déc. 1872, p. 7487, 3e col.

Pousser de l'avant est une locution fort équivoque, qui ne se comprend qu'à cause d'aller de l'avant, qui est très clair. Si on pousse de l'avant, que fait-on, sinon arrêter le mouvement, comme on le hâterait si on poussait de l'arrière ? Cela est donc mauvais.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AVANT (Grammaire.) préposition qui marque préférence & priorité de tems ou d’ordre, & de rang : il est arrivé avant moi : il faut mettre le sujet de la proposition avant l’attribut : se faire payer avant l’échéance : n’appellez personne heureux avant la mort : nous devons servir Dieu, & l’aimer avant toutes choses : la probité & la justice doivent aller avant tout.

M. l’abbé Girard, dans son traité des Synonymes, observe qu’avant est pour l’ordre du tems, & que devant est pour l’ordre des places. Le plûtôt arrivé se place avant les autres ; le plus considérable se met devant eux. On est exposé à attendre devant la porte quand on s’y rend avant l’heure.

Devant marque aussi la présence : il a fait cela devant moi ; au lieu qu’il a fait cela avant moi, marqueroit le tems ; sa maison est devant la mienne, c’est-à-dire, qu’elle est placée vis-à-vis de la mienne ; au lieu que si je dis, sa maison est avant la mienne, cela voudra dire que celui à qui je parle arrivera à la maison de celui dont on parle, avant que d’arriver à la mienne.

Avant se prend aussi adverbialement, & alors il est précédé d’autres adverbes ; il a pénétré si avant, bien avant, trop avant, assez avant.

Il faut dire, avant que de partir ou avant que vous partiez. Je sai pourtant qu’il y a des auteurs qui veulent supprimer le que dans ces phrases, & dire avant de se mettre à table, &c. mais je crois que c’est une faute contre le bon usage ; car avant étant une préposition, doit avoir un complément ou régime immédiat ; or une autre préposition ne sauroit être ce complément : je crois qu’on ne peut pas plus dire avant de, qu’avant pour, avant par, avant sur : de ne se met après une préposition que quand il est partitif, parce qu’alors il y a ellipse ; au lieu que dans avant que, ce mot que, hoc quod, est le complément, ou, comme on dit, le régime de la préposition avant ; avant que de, c’est-à-dire, avant la chose de, &c.

Avant que de vous voir, tout flattoit mon envie, dit Quinault, & c’est ainsi qu’ont parlé tous les bons auteurs de son tems, excepté en un très-petit nombre d’occasions ou une syllabe de plus s’opposoit à la mesuré du vers : la poësie a des priviléges qui ne sont pas accordés à la prose.

D’ailleurs, comme on dit pendant que, après que, depuis que, parce que, l’analogie demande que l’on dise avant que.

Enfin, avant est aussi une préposition inséparable qui entre dans la composition de plusieurs mots. Par préposition inséparable, on entend une préposition qu’on ne peut-séparer du mot avec lequel elle fait un tout, sans changer la signification de ce mot ; ainsi on dit : avant-garde, avant-bras, avant-cour, avant-goût, avant-hier, avant-midi, avant main, avant-propos, avant-quart, avant-train, ce sont les deux roues qu’on ajoûte à celles de derriere ; ce mot est sur-tout en usage en Artillerie : on dit aussi en Architecture, avant-bec ; ce sont les pointes ou épérons qui avancent au-delà des piles des ponts de pierre, pour rompre l’effort de l’eau contre ces piles, & pour faciliter le passage des bateaux. (F)

Avant (aller en), terme de Pratique, usité singulierement dans les avenir qui se signifient de procureur à procureur : il signifie poursuivre le jugement d’une affaire. (H)

Avant, a différentes significations en Marine. L’avant du vaisseau ou la proue, c’est la partie du vaisseau qui s’avance la premiere à la mer.

On entend aussi par l’avant, toute la partie du vaisseau comprise entre le mât de misaine & la proue, le château d’avant, ou le gaillard d’avant. Voyez Chateau d’avant.

Vaisseau trop sur l’avant, c’est-à-dire qui a l’avant trop enfoncé dans l’eau.

Etre de l’avant, se mettre de l’avant, se dit d’un vaisseau qui marchant en compagnie, avance des premiers.

Etre de l’avant, se dit aussi lorsque l’on se trouve arrivé à la vûe d’une terre, quand par l’estime de ses routes, on croit en être encore éloigné. V. Estime.

Le vent se range de l’avant, c’est-à-dire qu’il prend par la proue & devient contraire à la route. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « avant »

Bourguig. aivan ; provenç. avant ; ital. avanti ; du latin abante (qu'on trouve dans des inscriptions), de ab, de, et ante, avant (voy. AINZ).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Préposition et adjectif) (842) Du bas latin abante, qui est une forme renforcée de ante (« avant »).
(Nom) (1678) Même origine. (1422) avance.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « avant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
avant avɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « avant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « avant »

  • Avec l’espoir que le projet soit voté à l’unanimité – comme l’exigent les statuts – avant la fin de l’année. Le Revenu, Zone euro : la reprise avant la relance | Le Revenu
  • Regarde avant de sauter. De Proverbe tchèque
  • Mourez avant de mourir. De Le Coran
  • Ecoute avant de parler, mâche avant d’avaler. De Proverbe éthiopien
  • Pense avant de parler et pèse avant d'agir. De William Shakespeare / Hamlet
  • Comprendre avant de juger, expliquer avant de condamner. De Edwy Plenel / Secrets de jeunesse
  • Les affaires avant le plaisir. De Proverbe québécois
  • Se surpasser avant de trépasser. De Christophe Chenebault
  • Mais que foutait Dieu, avant la création ? De Samuel Beckett
  • Le sage réfléchit avant d'agir. De Proverbe persan
  • Il faut connaître avant d'aimer. De Proverbe français
  • Regardez à deux fois avant de sauter. De Charlotte Brontë
  • La tristesse rend vieux avant l’heure. De Hazrat Ali
  • Il faut savoir avant que penser. De Proverbe du XVIème siècle
  • Comment le Brésil est passé de l’avant-garde médicale au chaos du Covid-19 Le Monde.fr, Inquiétude chez Air France avant l’annonce de coupes dans les effectifs
  • Première leçon à tirer de cette liste : les joueurs du Heat devront se montrer fin prêts pour le retour sur les parquets s’ils veulent conserver leur belle 4ème place à l’Est. Leurs principaux poursuivants, que sont les Pacers et les Sixers, possèdent de leur côté un calendrier aux apparences bien plus avantageuses. Preuve avec la seconde partie du classement. Parlons Basket, NBA - Les équipes qui ont le calendrier le plus difficile avant les playoffs
  • Premier aux Birvideaux vendredi, Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) reste en tête de la flotte de la Solo Maître Coq ce samedi matin. Le skipper de la Trinité-sur-Mer devrait enrouler le premier la dernière bouée du parcours avant la remontée vers les Sables d’Olonne et l'arrivée. Corentin Douguet (NF Habitat) et Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance) complètent le podium provisoire de cette première course professionnelle depuis le déconfinement comptant pour le circuit Figaro. Sport24, Laperche toujours leader avant la dernière marque - Fil Info - La Solitaire - Voile
  • La Super League est à l'arrêt depuis le 15 mars en raison de la pandémie de coronavirus, qui a paralysé le sport mondial. Les 12 clubs participant à la compétition, dix clubs anglais ainsi que les Français des Dragons catalans et les Canadiens du Wolfpack de Toronto, avaient disputé entre quatre et sept rencontres avant l'interruption du championnat.  ladepeche.fr, Rugby à XIII : la Super League reprendra le 2 août, finale avant fin novembre - ladepeche.fr
  • Pendant deux heures, ces passagers – pilotes, hôtesses et stewards, mécaniciens etc.- qui ont travaillé sur le plus gros avion commercial du monde, ont effectué une boucle au-dessus de la France avant de revenir se poser à Roissy Charles-de-Gaulle. leparisien.fr, Air France : les salariés ont effectué un dernier vol, avant la fin de l’A380 - Le Parisien

Images d'illustration du mot « avant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « avant »

Langue Traduction
Anglais before
Espagnol antes de
Italien prima
Allemand vor
Chinois 之前
Arabe قبل
Portugais antes
Russe перед
Japonais
Basque aurretik
Corse prima
Source : Google Translate API

Synonymes de « avant »

Source : synonymes de avant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « avant »

Partager