Après : définition de après


Après : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APRÈS. Préposition
qui marque un rapport de postériorité ou dans le temps ou dans l'espace; ou qui indique que, soit les personnes, soit les choses se suivent ou occupent un rang inférieur à d'autres. Après le déluge. Après la vocation d'Abraham. Après la naissance de JÉSUS-CHRIST, ou simplement, Après JÉSUS-CHRIST. Tibère fut empereur après Auguste, Trajan le fut après Nerva. Après la promenade. Venez me parler après la leçon, après la séance. Après cela, je lui dis telle chose. Il est arrivé après l'heure indiquée. Dans les cours de justice, les conseillers sont après les présidents. Après l'or et le platine, l'argent est le plus cher des métaux. Les richesses ne sont désirables qu'après l'honneur et la santé. Après ce vestibule est un magnifique salon. Après le parterre est un boulingrin, et après le boulingrin une grande pièce d'eau. Après cela signifie aussi Puisque telle chose a eu lieu, a été faite, ou existe. Après cela, on doit s'attendre à tout. Doit-on, après cela, s'étonner que... Après quoi, Après cela, ensuite. Nous allons déjeuner, après quoi nous nous mettrons en route.

APRÈS QUE, loc. conj. Après que vous aurez parlé, il parlera. Après que vous avez eu parlé, il s'est retiré. Après que vous eûtes parlé, il se retira. Lorsque les deux verbes de la phrase ont le même sujet, on peut employer, au lieu de Après que, Après suivi de l'infinitif passé. Après qu'il eut chanté, ou Après avoir chanté, il nous récita une fable. On dit exceptionnellement avec l'infinitif présent Après boire, au lieu de Après avoir bu. Après déjeuner, après dîner, après souper se disent pour Après le déjeuner, après le dîner, après le souper. J'irai chez vous après dîner.

APRÈS indique aussi la Poursuite, la recherche de quelqu'un ou de quelque chose. Il s'emploie en ce sens au propre et au figuré. On courut inutilement après le voleur. Les chiens courent après le lièvre. Il court après les honneurs, les emplois. Ce mauvais débiteur vous fera longtemps courir après votre argent. Il soupire après cette succession. Être après quelque chose, être après à faire quelque chose, Y travailler actuellement. J'ai trouve que mon avocat était après mon affaire. Il est après à bâtir sa maison. Je suis après à écrire. Il vieillit. Être après quelqu'un, S'en occuper beaucoup ou Le fatiguer. Cette mère est toujours après ses enfants. Cette maîtresse de maison est toujours après ses domestiques. On dit de même Se mettre après quelqu'un, Le chagriner, le maltraiter. Ils se mirent tous après lui. Crier après quelqu'un, Gronder quelqu'un, le quereller. N'avoir qu'un cri après quelqu'un, se dit lorsque Plusieurs personnes en désirent, en attendent une autre avec beaucoup d'impatience. On a longtemps attendu après lui, se dit en parlant de Quelqu'un qui s'est fait attendre longtemps. On n'attend plus qu'après cela pour partir, pour terminer, etc., se dit en parlant d'une Chose sans laquelle on ne peut partir ou achever ce qu'on se propose, etc. Attendre, languir après quelque chose, Désirer vivement une chose qui tarde à venir et dont on a besoin. Dans le sens contraire, N'attendre pas après quelque chose, Pouvoir s'en passer facilement. Je n'attends pas après cette somme.

D'APRÈS, loc. prép., exprime un Rapport de conformité avec quelqu'un ou quelque chose. Ce tableau est gravé d'après Raphaël, d'après Poussin. Ce portrait est fait d'après nature. Tout est peint d'après nature dans ce tableau, dans ce poème. Parler d'après quelqu'un. Raisonner d'après ses préventions. Il signifie aussi En conséquence de. D'après ces considérations, ces motifs, je pense que... D'après cela, je n'ai plus qu'à me retirer.

APRÈS s'emploie adverbialement par ellipse. Vous irez devant, et lui après. Nous en parlerons après. Partez et revenez après. Il n'arriva que longtemps après. Les uns attendent les emplois, les autres courent après. Vous occupez-vous de mon affaire? Je suis après. Le jour d'après, la semaine d'après, le mois d'après, l'année d'après, etc., Le jour, la semaine, le mois, l'année qui a suivi, etc., ou qui suivra immédiatement le jour, la semaine, etc., dont on vient de parler. On dit de même, en termes de Jeu, Le coup d'après, comme dans ces phrases : Il l'a fait pic, repic et capot le coup d'après. Je céderai la place le coup d'après.

CI-APRÈS, loc. adv. Plus loin.

APRÈS est aussi quelquefois une Manière de questionner ou d'engager ceux qui suspendent leur récit à le continuer. Il vous a dit qu'il me connaissait : après? Vous arrivâtes malade : après? En ce sens, il est synonyme d'ENSUITE. Quelquefois il se prend dans le sens de Qu'en résultera-t-il? Quand vous aurez frappé votre ennemi, vous serez vengé; et après?

APRÈS TOUT, loc. adv. Cependant, tout bien considéré, en dernier résultat. Après tout, il n'est guère possible qu'une demande si juste soit refusée. Vous avez beau avoir du talent; après tout, il faut de la modestie. Après tout, quel mal y a-t-il à dire cela?

APRÈS COUP, loc. adv. Trop tard, et après qu'une chose est faite, est arrivée. Vous voulez produire des pièces quand votre procès est jugé; c'est venir après coup.

Après : définition du Littré (1872-1877)

APRÈS (a-prê. L's se lie : après un an, dites : aprê-z un an) prépos. et adv.
  • 1Préposit. Marquant la postériorité, c'est-à-dire qu'une chose en a suivi ou en suivra une autre dans l'espace ou dans le temps. Marcher après quelqu'un. Après le départ. Six mois après la prise de Moscou. Le repos après le travail. Après le coucher du soleil. Ils furent massacrés les uns après les autres. Ceux qui viendront après nous. Tout auteur qui voudra vivre encore après lui [lui-même], Doit s'acquérir votre suffrage, La Fontaine, Fab. VII, Dédic.

    Après cela, les choses étant ainsi, c'est-à-dire, puisqu'il en est ainsi. Doit-on, après cela, s'étonner que, véritablement, il y avait bien quelque peine à les développer ; où l'un trouvait un sens moral, l'autre en trouvait un physique ; mais, après cela, ils convenaient que vous aviez tout su, Fontenelle, Homère, Ésope.

    Après quoi, loc. adv. Après cela, ensuite. Réfléchissez, après quoi vous agirez.

    Après tout, loc. adv. Tout bien considéré, quoi qu'il en soit. Après tout, la nature a des beautés nocturnes, Bernardin de Saint-Pierre, Ch. ind. La reine, après tout… Sachant ce que je puis, me pousse trop à bout, Corneille, Nicom. II, 3. Pensez-vous qu'après tout ses mânes en rougissent ? Racine, Andr. III, 8. Que m'importe, après tout, que Néron, plus fidèle, D'une longue vertu laisse un jour le modèle ? Racine, Brit. I, 1.

    Après coup, loc. adv. Après qu'une chose est faite, trop tard.

  • 2Marquant l'ordre, le rang, c'est-à-dire qu'une personne ou une chose n'a que le second rang. Le premier après le roi. Le plus savant après Varron. Immédiatement après ceux-là.

    Après Dieu, locution par laquelle on réserve l'intervention divine. Après Dieu, c'est à vous que je dois la vie.

  • 3Marquant le lieu, c'est-à-dire signifiant plus loin, derrière. Le fleuve qui était après notre camp. Les esclaves qui marchaient après lui. Fuir sans regarder après soi. Les maux que la guerre traîne après soi. Il tient après son char un vain peuple occupé…, Racine, Mithr. III, 1. Et les portes d'airain, se fermant après moi, M'ont vomi loin du temple et m'ont poussé vers toi, Corneille, Œd. V, 2. Ils attirent tout après eux, Massillon, Circ. C'est alors qu'il eût tout attiré après lui, Massillon, Incarn.

    Familièrement. Après lui, il faut tirer l'échelle, c'est-à-dire il est l'homme par excellence, on ne peut faire mieux que lui.

  • 4Marquant la tendance, vers, contre. Soupirer après quelque chose. Mes chiens aboient après moi. S'emporter après quelqu'un. Être après une affaire, après sa toilette. être toujours après quelqu'un, le fatiguer. Faire attendre après soi. J'attends après vos ordres. Je suis dans l'angoisse : j'attends après le médecin, après des nouvelles. Ce n'était qu'un cri après lui. J'allais comme un limier après la venaison, Régnier, Épît. II. Qu'on se mette après lui, Racine, Plaid. II, 14. Le bon berger va après sa brebis perdue, Bossuet, Conv. 1. De crainte qu'après moi vous n'eussiez envoyé, Corneille, Cinna, V, 3. Ils étaient une douzaine de possédés après mes chausses, Molière, Pourc. II, 4. Attaché dessus vous comme un joueur de boule Après le mouvement de la sienne qui roule, Molière, l'Étour. IV, 5. Plusieurs médecins ont déjà épuisé leur science après elle, Molière, Méd. m. lui, I, 5. Que Marinette est sotte après son gros René, Molière, le Dépit, IV, 4. Chacun se trompe ici-bas : On voit courir après l'ombre, La Fontaine, Fab. VI, 17. Qui ne court après la fortune ? La Fontaine, ib. VII, 12. Or, sans plus m'amuser après le contenu, Régnier, Sat. X. Courir après les fumées, Pascal, dans COUS.

    Elliptiquement, dans le même sens. Il a couru après d'une course précipitée, Bossuet, Bonté, I.

    Après à, suivi d'un infinitif, être occupé à. Je suis après à conclure avec Mme Guyon, Bossuet, Lett. quiét. 34. Je suis après à m'équiper, Molière, Fourb. II, 8.

    Après, expression interrogative dont on se sert pour engager à continuer. Ce n'est pas là tout ce que vous avez à dire… après ?… eh bien ! après ?

  • 5D'après, en conséquence de, conformément à. D'après le testament. D'après l'avis du conseil. D'après son extrême bonté, je suis convaincu… D'après votre ordre. Peindre d'après nature. Tableau d'après Raphaël. Je ne peins le monde que d'après votre cœur, Massillon, Bonh.

    D'après, loc. adv. qui se met après un nom de temps, et signifie d'ensuite. Ils s'enfuirent l'instant d'après. Dix magistrats absolus, qu'on créa l'année d'après sous le nom de décemvirs, rédigèrent les lois des XII Tables, Bossuet, Hist. I, 8. L'année d'après, toute l'Idumée reçut la loi de Moïse avec la circoncision, Bossuet, ib. I, 9.

    Corneille l'a employé, à tort, avec le sens d'ordre, de succession. Et si Léon devait l'empire à votre appui, Lui qui vous y ferait le premier d'après lui, Corneille, Pulch. IV, 4.

  • 6Après, adv. Cinquante ans après. Peu de temps après. Peu après. Bientôt après. Longtemps après. Et après, je ne l'ai plus revu. Il le plaça le premier, et me mit immédiatement après. Les raisons me viennent après ; mais d'abord la chose m'agrée, Pascal, Pens. div. 1. M'informant après de la doctrine, Pascal, Prov. 1. Après, je contemple les divers emplois…, Bossuet, Serm. Quinq. 2. Je t'enrichis après des dépouilles d'Antoine, Corneille, Cinna, v, 1. Et nous verrons après par nouveaux sacrifices, Si les dieux voudront être à nos vœux plus propices, Corneille, Rodog. V, 5. Quatre mots seulement, Après ne me réponds qu'avecque cette épée, Corneille, Cid, III, 4. Et n'employons après que nous à notre mort, Corneille, Hor. IV, 7. Tel on déteste avant, que l'on adore après, Voltaire, Catil. I, 1. Pour me traiter après de faible, de jaloux, Molière, D. Garc. I, 5. Votre rival après sera bien étonné, Molière, l'Étour. II, 7. Et d'abord après, les Allemands à qui on avait offert des présents s'en indignèrent, Montesquieu, Rom. 28.
  • 7Ci-après, loc. adv. Un peu plus loin, dans la suite du discours. Vous verrez ci-après.
  • 8Après que, loc. conj. qui veut l'indicatif ; après, avec le parfait de l'infinitif. Après que je fus venu. Onze jours après vous avoir quitté. Alexandre, après avoir ôté son anneau, le remit à Perdiccas. Après qu'entre les morts on ne le put trouver, Corneille, Poly. I, 4. Après avoir deux fois essayé la menace…, Corneille, ib. V, 3.

    Après se met aussi devant le présent de l'infinitif. Après boire, il n'est plus capable de rien. Après lire, ce que j'aime le mieux, c'est… Après souper, Sévigné, 582.

  • 9Proverbes. Après la pluie, le beau temps, c'est-à-dire souvent la joie succède à la tristesse.

    Après la panse vient la danse, c'est-à-dire après la bonne chère les divertissements.

  • 10Locutions vieillies. Par après. Les en ôter, afin d'y en remettre par après d'autres meilleurs, Descartes, Arith. J'ai peur… Que j'aie peine aussi d'en sortir par après, Molière, l'Étour. III, 5.

    Puis après. Les soldats, puis après, en amis de la paix, Régnier, Sat. VI.

    En après. L'ange en après lui fait un long sermon, La Fontaine, Fér.

REMARQUE

1. Des grammairiens ont contesté qu'on pût dire : il m'a couru après ; voulant qu'on dît : il a couru après moi. Mais d'une part on emploie après adverbialement ou absolument ; et de l'autre on dit : Il lui a couru sus. Rien donc n'empêche de dire : Il m'a couru après ; mais cela est du style familier.

2. Peut-on dire : Demander après quelqu'un, pour. S'informer où il est, désirer qu'il vienne ? Des grammairiens condamnent cette locution : mais elle est certainement usitée ; et d'ailleurs elle est ancienne et se trouve dans Froissard.

3. On admet : Il est après sa toilette ; et l'on condamne : La clef est après la porte. Ces deux locutions pourtant sont, à part le sens figuré, identiques grammaticalement, et toutes deux fondées sur ce que après, étymologiquement, est à près, touchant à, tenant à.

4. Quelquefois on entend dire : Il est après s'habiller. C'est une faute. Il faut : Il est après à s'habiller. Voy. n° 4 les exemples de Bossuet et de Molière. Cette locution, qui a vieilli et pour laquelle on dit maintenant de préférence il est à s'habiller, s'explique ainsi : il est après y est pris absolument, comme il est à même, et, quand nos pères voulurent le joindre à un infinitif, ils le joignirent par la préposition à.

5. Après qu'il eut fini, se disait autrefois, après ce qu'il eut fini. Grammaticalement, la langue ne pouvait donner tout d'abord à après un régime aussi compliqué qu'est celui-ci ; et que, étant une conjonction, ne se prêtait pas à servir de complément à une préposition. Aussi la vieille langue a-t-elle surmonté la difficulté en disant après ce que, qui s'explique par après ce, à savoir que ; et la nouvelle langue dès lors a pu faire l'ellipse de ce et dire après que.

HISTORIQUE

XIe s. E [que] cil vienge pois après, Lois de Guill. 5. Del dei après le polcier, ib. 13. Après ice i est Naymes venus, Ch. de Rol. XVI. Veiz [voici] Baligant qui après tei [à ta poursuite] chevauche, ib. CCXI.

XIIe s. Si compeignon après lui vont siguant, Ronciv. p. 38. Après ma mort en ert France doutée, ib. p. 49. Et en après [il occit] Gerart de Roussillon, ib. p. 88. Et la guerre dura tante mainte saison, Li uns rois après l'autre la reprist en son nom, Sax. III. Après parla dus Bueves li proz et li cortois, ib. XXXIII.

XIIIe s. En l'an après que cis preudoms ot commencié à parler de Dieu, Villehardouin, II. Après vinrent li Wandre, une gent maleïe, Berte, II. Après la mi aoust, ib. X. Droit après ce que Berte fu de Paris partie, ib. LX. Après le roy mon pere si fort li cuers me tire, ib. LXXXVIII. Faites aler après [à sa poursuite], jà s'en sera fuïe, ib. X. Après Dieu [je] sui par eus de la mort garantie, ib. CXXVIII. Après demain, se il s'en tient, Fetes le à force amener, Ren. 9917. Après se sont mis en chemin Nobles avant et Ysengrin, Et puis en après dant Renart, Qui moult par est plains de mal art, ib. 5707. Après ce que le roy fut couronné, Joinville, 201.

XIVe s. Après ce qu'il out oré [prié] par grant devocion, Girart. de Ross. V. 4389. Le roy descendi après mangier ou prael [au pré] desouz la chapelle, Joinville, 195.

XVe s. Je, Jean Froissard, commence à parler, après la relation de monseigneur Jean le Bel, Froissart, I, I, 1. Si pria tantost le duc de Normandie son cousin, et en après tous les comtes et les princes et les barons qui là estoient, Froissart, I, I, 154. Lors demanda-t-il après le roi d'Allemagne son fils et dit : Où est messire Charles mon fils ? Froissart, I, I, 288. Quand ce vint après diner, Froissart, II, II, 215. Tous jours fuyez, et après vous je cours, Orléans, Chans. 57. Après cette doulereuse journée et que toutes les parties furent retraites, Fenin, 1415. Chascun de nous la congnoist tard [l'esperance en Dieu], et après ce que nous en avons eu besoing, Commines, I, 16. Que plusieurs fois je avoye veu armé de toutes pieces après son maistre, car telle est l'usance des prelaz d'Allemagne, Commines, II, 7. Après, tous les hommes d'armes monterent à cheval, Commines, I, 3.

XVIe s. Quelque jour Pantagruel se pourmenoyt aprez soupper avecques ses compaignons, Rabelais, Pant. II, c. Et, aprez que ilz se feurent saluez, lui demanda, Rabelais, ib. Les ennemys, aprez soy estre reveillez, Rabelais, ib. II, 28. Aussi bien n'eust il par aprez rien presté, Rabelais, ib. III, 3. Le patient demande tout expres L'eau defendue, et est tousjours après, Saint-Gelais, 200. Ils produisent en après le tesmoignage de l'Ecclesiastique, Calvin, Instit. 452. Le monde est après pour me troubler, Calvin, ib. 594. Aprez beaucoup de difficultez, Montaigne, I, 4. L'ame se relaschant aprez aux larmes, Montaigne, I, 8. Aprez qu'on l'eut desarmé, Montaigne, I, 8. Aprez l'avoir ouï, Montaigne, I, 19. S'opiniastrer aprez quelque science, Montaigne, I, 154. Courir aprez un beau mot, Montaigne, I, 191. Ils les perçoient de traits et les pendoient aprez, Montaigne, I, 240. Un homme qui se laisse aler aprez son appetit naturel, Montaigne, II, 212. Toutes les cognoissances qu'il a, et qu'il peult acquerir par aprez, Montaigne, II, 243. Quand les peintres nous tirent, aprez le naturel, un subject…, Montaigne, II, 282. Il possedoit toute l'Egypte et estoit aprez à conquerir Cypre, Montaigne, III, 103. Il leur commanda de luy ordir une piece de toile ; ces filles estoient tout le jour après, Amyot, Rom. 3. À l'après, les monstres generales furent factes, Carloix, V, 32. Pensez à cette ingratitude que, Dieu vous ayant toujours couru après pour vous sauver, vous avez toujours fuy devant luy pour vous perdre, S. Fr. de Sales, Vie dév. t. I, p. 465, Desrez, 1836.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Après : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

APRÈS, préposition qui marque postériorité de tems, ou de lieu, ou d’ordre.

Après les fureurs de la guerre,
Goûtons les douceurs de la paix.

Après, se dit aussi adverbialement ; partez, nous irons après, c’est-à-dire, ensuite.

Après, est aussi une préposition inséparable qui entre dans la composition de certains mots, tels que après-demain, après-diné, l’après-dînée, après-midi, après-soupé, l’après-soupée.

C’est sous cette vûe de préposition inséparable qui forme un sens avec un autre mot, que l’on doit regarder ce mot dans ces façons de parler ; ce portrait est fait d’après nature ; comme on dit en peinture & en sculpture, dessiner d’après l’antique ; modeler d’après l’antique ; ce portrait est fait d’après nature ; ce tableau est fait d’après Raphaël, &c. c’est-à-dire, que Raphaël avoit fait l’original auparavant. (F)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Après : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « après » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « après »

Étymologie de après - Littré

À et près ; bourguig. aipré ; Berry, auprès ; provenç. apres ; ital. appresso. L'ancien français a dit aussi emprès.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de après - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du bas latin adpressum (« près de »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « après »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
après aprɛ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « après »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « après »

  • Le lycée André Malraux à Remiremont n'ouvrira pas ses portes aux élèves ce lundi 29 juin, après un nouveau cas de Covid-19. France Bleu, A Remiremont, le lycée Malraux suspend les cours après un nouveau cas de Covid-19
  • Surtout, c’est un coup marketing majeur pour Gap, qui peine depuis plusieurs années à rester pertinent dans le paysage du prêt-à-porter, en pleine mutation. Début 2019, le groupe avait annoncé la fermeture d’environ 230 magasins après avoir enregistré une baisse de 5 % de son chiffre d’affaires en 2018. Le groupe a un peu redressé la tête en 2019, mais le chiffre d’affaires de la seule marque Gap a lui affiché un repli, de 10 %. , Gap: L’action s’enflamme en bourse après un partenariat avec Kanye West
  • Coronavirus : Une classe de CP mise en quatorzaine après un cas avéré dans une école de Montpellier France Bleu, Après le confinement, le boom des réservations en gîtes et maisons d'hôtes
  • Ce vendredi, c'est l'OM qui reprend l'entraînement. Et à l'OM, dans le monde d'après, on ne laisse rien au hasard : on cherche un head of business et un head of football sur LinkedIn depuis un mois maintenant, et tant pis si l'intitulé du poste est un peu ronflant. L'Équipe, Le monde d'après - Humeur - L'Équipe
  • Bien malin celui qui peut prédire l’évolution post-confinement de l’économie dans le bassin rémois. Plus d’un mois après le début du déconfinement, les acteurs économiques évitent les conjectures. « C’est contrasté », analyse prudemment Philippe Wittwer, directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de la Marne. Journal L'Union abonné, Après le confinement, des entreprises continuent de recruter à Reims
  • Ne courez jamais après un autobus, ni après une fille ; il en viendra d'autres. De Proverbe italien
  • L'hymen vient après l'amour, comme la fumée après la flamme. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • Y'a des gens qui sont nés pour avoir la misère après eux comme la chair après les os. De Yves Beauchemin / Le matou
  • Le bonheur revient toujours après la peine. Après avoir fait son nid au bout du coeur. De Lauréanne Harvey / L'amour... assassin
  • Quiconque court après la grandeur voit la grandeur le fuir ; quiconque fuit la grandeur, voit la grandeur courir après lui. De Le Talmud / Pesakhim
  • Aimez-vous mieux avant, pendant ou après ? J'aime mieux avant parce que après c'est pendant. De Maurice Barrès
  • L'amour, c'est le soleil après la pluie, et la luxure, c'est l'orage après le soleil. De William Shakespeare / Vénus et Adonis
  • Mesure tes forces d'après tes aspirations et non tes aspirations d'après tes forces. De Adam Mickiewicz / Chant des Philarètes
  • On jugerait bien plus sûrement un homme d’après ce qu’il rêve que d’après ce qu’il pense. De Victor Hugo / Les Misérables
  • Mieux vaut devenir riche après avoir été pauvre, que de devenir pauvre après avoir été riche. De Proverbe chinois
  • Une femme est comme votre ombre, courez après, elle vous fuit ; fuyez-la, elle vous court après ! De Alfred de Musset
  • Ce qui est moral est ce que vous trouvez bon après et ce qui est immoral est ce que vous trouvez mauvais après... De Ernest Hemingway / La mort dans l'après-midi
  • Tout le monde court après sa jeunesse. A douze ans, on court après un cerf-volant. Puis, on court après son âme d'enfant. De Francis Blanche
  • Le secret pour gagner : une action après l'autre, une balle après l'autre, un match après l'autre, une saison après l'autre. De Luis Fernandez

Images d'illustration du mot « après »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « après »

Langue Traduction
Corse dopu
Basque ondoren
Japonais
Russe после
Portugais depois de
Arabe بعد
Chinois
Allemand nach dem
Italien dopo
Espagnol después
Anglais after
Source : Google Translate API

Synonymes de « après »

Source : synonymes de après sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « après »


Mots similaires