La langue française

Abusif

Sommaire

  • Définitions du mot abusif
  • Étymologie de « abusif »
  • Phonétique de « abusif »
  • Évolution historique de l’usage du mot « abusif »
  • Citations contenant le mot « abusif »
  • Traductions du mot « abusif »
  • Synonymes de « abusif »
  • Antonymes de « abusif »

Définitions du mot abusif

Trésor de la Langue Française informatisé

ABUSIF, IVE, adj.

A.− [En parlant d'une coutume, d'un usage, d'un emploi, d'une action, etc.] Qui constitue un abus :
1. En quelque discrédit que soit tombé le mot drame par la manière abusive et tortionnaire dont il a été prodigué dans ces temps de douloureuse littérature, il est nécessaire de l'employer ici... H. de Balzac, Le Père Goriot,1835, p. 5.
2. Il faut la mettre à part pour le souper, car le dîner est un repas indigeste, abusif et superflu que nous supprimerons. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 157.
3. L'emploi abusif de termes abstraits nuit souvent beaucoup au récit d'une action. A. Gide, Journal,1944, p. 272.
4. Le lendemain, parlant à la radio, je pris le peuple à témoin des exigences abusives que des partisans prétendaient me dicter. Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre,Le Salut, 1959, p. 275.
P. ext. Rare. [En parlant d'une chose concrète] Dont l'usage constitue un abus :
5. Heureusement M. de Rênal ne vit point cette nouvelle impertinence, elle ne fut remarquée que de MmeDerville, son amie fondait en larmes. En ce moment M. de Rênal se mit à poursuivre à coups de pierres une petite paysanne qui avait pris un sentier abusif, et traversait un coin du verger... [Il] appela son jardinier avec lui à barrer, avec des fagots d'épines, le sentier abusif, à travers le verger. H. Stendhal, Le Rouge et le noir,1830, p. 56.
B.− [En parlant d'une pers. ou du comportement d'une pers.] :
6. − Mais non, à la fin, la créature humaine est née égoïste, abusive, vile. Regardez donc autour de vous et voyez! Une lutte incessante, une société cynique et féroce, les pauvres, les humbles, hués, pilés par les bourgeois enrichis, par les viandards! J.-K. Huysmans, Là-bas,1891, p. 197.
Mère abusive, père abusif. Mère, père qui capte pour soi et de manière exclusive l'affection de ses enfants.
Veuve abusive. Veuve qui exploite à son profit ou arrange selon ses idées la réputation posthume de son époux :
7. Demain, plus tard et toujours, les hommes s'inquièteront de la condition des veuves, pour célébrer l'héroïsme des unes, pour stigmatiser les abus que d'autres commettent dans l'administration d'un héritage d'amour ou de gloire. En essayant de classer à leur rang les veuves abusives, je prétends traiter un sujet d'une actualité indéfinie. A. de Monzie, Les Veuves abusives,1936, p. 12.
8. ... j'étais avocat à Paris ... j'avais une spécialité : les nobles causes. La veuve et l'orphelin, comme on dit, je ne sais pourquoi, car enfin il y a des veuves abusives et des orphelins féroces. A. Camus, La Chute,1956, p. 1482.
C.− Vieilli. Qui abuse, trompeur :
9. Je demeurai dans les abusives croyances de l'amour platonique. H. de Balzac, Le Lys dans la vallée,1836, p. 110.
Rem. Sens signalé sporadiquement : DG et Rob.
Prononc. : [abyzif], fém. [-i:v]. Enq. : /abyzif, abyziv/.
Étymol. − Corresp. rom. : ital., esp., port. abusivo; cat. abusiu (fém. -iva); roum. abuziv. 1. a) 1371 « qui est le fait d'un mauvais usage (d'un inanimé) » terme gramm. (Oresme, Polit., 94 ro[éd. 1489] ds Gdf. Compl. : Faire une comparaison abusive de choses qui ne sont pas comparables); b) xvies. « qui constitue un abus (d'un inanimé) » terme jur. (Carloix, V, 32 ibid. : Il rompit et annula cette coustume comme abusive, pleine de larcin); 2. 1541 « qui induit en erreur (d'un inanimé) » Calvin, Inst., 56 ds Littré : Tout ce que les hommes apprennent de Dieu par les images est frivole et mesme abusif); 1547 abusif de « qui trompe au moyen de (d'une pers.) » (Budé, Inst. du prince, éd. Foucher, ch. 36 ds Hug. : Antigonus congnoissant le personnage, ou la maniere de ces philosophes simulés, et abusifz de l'habit et profession). Empr. au lat. abusivus, attesté dep. Cael. Aurel., Acut., praef. 14 ds TLL s.v., 238, 72 au sens 1 a (abusiva appellatione) fréquemment empl. dans cont. gramm. (cf. Pomp., Gramm., V, 155, 20 : haec non est vera comparatio sed abusiva; et aussi Albert le Grand, De causis et proprietatibus elementorum, 1, 1, 1 ds Mittellat. W. s.v., 68, 63 : abusiva comparatio); 1 b en lat. médiév. xies. Otlohus, Vita Wolfkangi episc., 15 med., ibid. 68, 70 : abusiva potestas. 2 non attesté en lat., issu de abuser* 2. Attest. du dér. abusivement, 1327 révèle existence de abusif antérieurement à 1371. HISTORIQUE I.− Abusif, « qui constitue un abus », s'est maintenu avec une grande stab. dep. son apparition dans la lang. Attesté comme terme de gramm. au xives. puis comme terme jur. au xvies. (cf. étymol.) il conserve ces 2 caractéristiques dans la plupart des dict. et ne semble avoir été empl. de façon plus gén. que dep. la fin du xixes. II.− 1. Abusif, « qui abuse, qui trompe », semble avoir connu un emploi plus limité; attesté au xvies. (cf. étymol.) puis au xviies. : [Cette] méthode... est abusive, les met en erreur, les abuse. Monet, Invant. des deux lang. (DG). Ce sens est ignoré par les dict. du xviiies. et du début du xixes.; au xxes., DG et Rob. le considèrent comme vieilli. 2. Attest. isolée de l'expr. abusif de au xvies. (cf. étymol.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 93.

Wiktionnaire

Adjectif

abusif

  1. Où il y a abus, qui est contraire à l’ordre, aux règles, aux lois.
    • Cette association du politique et du religieux perpétua, jusqu’au milieu du XXe siècle, un système féodal abusif entretenu par la noblesse et les moines. — (Louis Dubé, La sagesse du dalaï-lama : Préceptes et pratique du bouddhisme tibétain, dans Le Québec sceptique, no 66, été 2008, page 5)
    • Or les tribunaux grecs ont tendance à assimiler le prosélytisme abusif à la simple influence. — (Raymond Goy, Du droit interne au droit international : le facteur religieux et l’exigence des droits de l’homme, 1998)
    • Ces dépenses injustifiées et excessives sont communément appelées, reprenant ainsi le terme de la jurisprudence des juridictions du contentieux de la tarification, abusives. — (Jean-Pierre Hardy, Financement et tarification des établissements et services sociaux et médico-sociaux, Éditions Dunod, 5e éd., 2018, page 101)
  2. Qui est trompeur, spécieux.
  3. (Linguistique) Se dit d’un mot employé dans un sens qu’il n’a pas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABUSIF, IVE. adj.
Où il y a abus, qui est contraire à l'ordre, aux règles, aux lois. Privilèges abusifs. Usage abusif. Procédure abusive.

Littré (1872-1877)

ABUSIF (a-bu-zif, ziv') adj.
  • 1Qui tient de l'abus. Tout privilége qui tend à l'exemption de cette contribution étant injuste et abusif, Vauban, Dîme, 104.
  • 2 En termes de grammaire, emploi abusif d'un mot.

HISTORIQUE

XIVe s. Faire une comparaison abusive de choses qui ne sont pas comparables, Oresme, Thèse de Meunier.

XVIe s. Tout ce que les hommes apprennent de Dieu par les images est frivole et mesme abusif, Calvin, Inst. 56. Il rompit et annulla cette coustume comme abusive, pleine de larcin, Carloix, V, 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ABUSIF, adject. terme de Droit, qui se dit singulierement des entreprises, procédures & jugemens des ecclésiastiques, où il y a eu abus, c’est-à-dire infraction des Canons ou des Ordonnances. Voyez plus haut le mot Abus.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « abusif »

Du latin abusivus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abusivus, de abusus, abus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abusif »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abusif abyzif

Évolution historique de l’usage du mot « abusif »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abusif »

  • L'écologie est une rébellion de l'esprit critique contre toute forme de pouvoir abusif. De Noël Mamère / Ma République
  • Les hommes ne sont-ils pas les propres artisans de leur servitude en s'imposant toute une bureaucratie qu'ils appellent du nom abusif de gouvernement. De Viateur Beaupré / La colombe et le corbeau
  • Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous Journal L'Union, Val-d’Oise: un hôpital psychiatrique épinglé pour isolement abusif de patients durant le confinement
  • Vente par téléphone : tourner la page du démarchage abusif , Vente par téléphone : tourner la page du démarchage abusif
  • La direction de Goodyear a été condamnée, jeudi 28 mai, par le conseil de prud’hommes d’Amiens, pour le licenciement abusif de 832 salariés de son usine d’Amiens-Nord, fermée en janvier 2014 et qui employait alors 1 143 personnes. Le Monde.fr, Goodyear condamnée pour le licenciement abusif de 832 salariés de son usine d’Amiens-Nord

Traductions du mot « abusif »

Langue Traduction
Anglais abusive
Espagnol abusivo
Italien abusivo
Allemand missbräuchlich
Portugais abusivo
Source : Google Translate API

Synonymes de « abusif »

Source : synonymes de abusif sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abusif »

Partager