La langue française

Ignominie

Définitions du mot « ignominie »

Trésor de la Langue Française informatisé

IGNOMINIE, subst. fém.

A. − Au sing.
1. Grand déshonneur (infligé par un jugement social, formel ou implicite), état de dégradation, de déchéance sociale. Synon. infamie, opprobre.Acte, marque d'ignominie; être couvert d'ignominie; être exposé à l'ignominie; vivre dans l'ignominie. La Grèce ignorait nos préjugés aristocratiques, qui frappent d'ignominie quiconque exerce une profession manuelle, et l'excluent de ce qu'on peut appeler le monde distingué (Renan, Avenir sc.,1890, p. 395).Le petit Jean-François connut alors les tristesses réservées aux enfants des familles qui tombent, l'ignominie où chaque jour on enfonce davantage, l'éternel regret du temps où l'on était encore quelque chose (Tharaud, Trag. de Ravaillac,1913, p. 14) :
1. La fadeur de la fausse bonne renommée met en appétit de honte. On dédaigne tant les hommes qu'on voudrait en être méprisé. Il y a de l'ennui à être estimé. On admire les coudées franches de la dégradation. On regarde avec convoitise la turpitude, si à l'aise dans l'ignominie. Hugo, Travaill. mer,1866, p. 213.
P. méton. Caractère de ce qui cause de l'ignominie, de ce qui est dégradant. L'ignominie d'une condamnation, d'un châtiment. Ces douleurs, Il [le Christ] les a senties de telle sorte que l'ignominie de son supplice et l'angoisse de sa mort physique n'ont été que la faible image de l'angoisse de son âme (Monod, Sermons,1911, p. 200).
2. Caractère de bassesse extrême, de vilenie morale (d'une personne ou d'un acte). Ils ont proclamé la noblesse morale de la dureté et l'ignominie de la charité (Benda, Trahis. clercs,1927, p. 173) :
2. On nous a reproché d'autre part, de souligner l'ignominie humaine, de montrer partout le sordide, le louche, le visqueux, et de négliger un certain nombre de beautés riantes, le côté lumineux de la nature humaine... Sartre, Existent.,1946, p. 10.
P. anal. Caractère hideux, répugnant (d'une chose). L'auteur [Zola] relève l'ignominie de sa conception par je ne sais quelle sombre apothéose qui fait planer sur tout Paris une Nana impersonnelle (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 256).Je me rends compte (...) combien un prêtre intelligent peut être incompréhensif dès qu'il s'agit d'art. Je lui parle de l'ignominie monumentale de Lourdes; il ne s'en était jamais aperçu (Huysmans, Foules Lourdes,1906, p. 149).
B. − Au sing. et au plur.
1. Action, parole basse et déshonorante. Voyez comme on traite cet homme après tant de services, c'est une ignominie (Ac.1935).Nous vivons dans un âge fréquent en lâchetés, abondant en ignominies, fertile en crimes (A. France, Pierre bl.,1905, p. 56).Le discours par où s'achevait la promenade comportait généralement, en effet, quelque ignominie bien frappée, qui souffletait tout ensemble sur nos joues de soldats vaincus la vérité, la décence et la patrie (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 155).
2. Chose d'une laideur ou d'une saleté répugnante. Nous le suivîmes à sa boutique où nous choisîmes deux costumes, de singes, je crois (...); deux ignominies en tout cas, deux saletés rongées de vermine et d'usure (Courteline, Linottes, Pendule, 1890, I, p. 182).Je ne permets pas que vous avilissiez la beauté du monde, en mettant dans le même panier les saintes harmonies et les ignominies (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 434).
Prononc. et Orth. : [iɳ ɔmini]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Av. 1475 (G. Chastellain, Chron., éd. Kervyn de Lettenhove, t. 7, p. 119 : Depuis... monta de ignominie a grant gloire); 1572 (Amyot, Alc., 59 ds Littré : a la honte et ignominie des Athéniens); 1587 (La Noue, Disc. polit. et milit., XXVI, 1, p. 695 ds Hug. : irritez d'une telle ignomenie). Empr. au lat.ignominia « deshonneur, tache, honte ». Fréq. abs. littér. : 391. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 383, b) 404; xxes. : a) 1 229, b) 378.

Wiktionnaire

Nom commun

ignominie \i.ɲɔ.mi.ni\ féminin

  1. Infamie, grand déshonneur.
    • Être couvert d’ignominie.
    • Tu t’es rassasié plus d’ignominie que de gloire. — (Habacuc, chapitre 2.16)
    • Chaque fois qu’il disait ce mot "monsieur" avec sa voix doucement grave et de si bonne compagnie, le visage de l’homme s’illuminait. "Monsieur" à un forçat, c’est un verre d’eau à un naufragé de la Méduse. L’ignominie a soif de considération. — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862, I, 2, 3)
    • Chaque jour, je me dis que ma sœur ne peut s’enfoncer plus profondément dans la mare de l’ignominie et, chaque jour, je suis surprise de voir qu’elle le fait. — (Muriel Barbery, L’élégance du hérisson, 2006, collection Folio, page 295)
  2. (Par extension) Action honteuse, soit pour celui qui la fait, soit pour celui qui la subit.
    • Voyez comme on traite cet homme après tant de services, c’est une ignominie. - Voyez comme il traite son père, quelle ignominie.
    • La justesse de la cause n’annule jamais l’ignominie des méthodes. — (Philippe Breton, La parole manipulée, La Découverte / Poche, 2000, page 189)
  3. (Par extension) Idée, écrit ou énoncé honteux, soit pour celui qui le fait, soit pour celui qui le subit.
    • Il n'est pas question pour elle de faire lire cette ignominie à sa maîtresse. — (Monique de Huertas, Louise de La Vallière, éditions Pygmalion/Gérard Watelet, Paris, 1998, page 63)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IGNOMINIE. n. f.
Infamie, grand déshonneur. Être couvert d'ignominie. C'est une ignominie se dit d'une Action honteuse, soit pour celui qui la fait, soit pour celui qui la subit. Voyez comme on traite cet homme après tant de services, c'est une ignominie. Voyez comme il traite son père, quelle ignominie.

Littré (1872-1877)

IGNOMINIE (i-gno-mi-nie) s. f.
  • Grand déshonneur. Je me cache à moi-même un excès de malheur Où notre ignominie égale ma douleur, Corneille, Rodog. II, 4. Allons à lui [le Seigneur], en portant l'ignominie de sa croix, Sacy, Bible, Ép. aux Hébr. XIII, 13. Sa pauvreté [de Jésus-Christ], ses ignominies et sa croix le rendent un objet horrible à nos sens, Bossuet, Hist II, 11. Et ce sont ces périls et ce soin de ma vie Qui d'un servile hymen feraient l'ignominie, Racine, Baj. II, 3. Je n'ai point de leur joug [des Romains] subi l'ignominie, Racine, Mithr. V, 5. Et Phèdre, tôt ou tard de son crime punie, N'en saurait éviter la juste ignominie, Racine, Phèd. V, 1. Quel est cet honneur, mes frères, qu'on ne peut acheter qu'au prix de son âme et de son salut éternel ? et que l'on est à plaindre, si l'on ne peut se sauver de l'ignominie que par un crime ! Massillon, Car. Pardon. Ce vieux rimeur couvert d'ignominies, Organe impur de tant de calomnies, Voltaire, Ép. XXX.

HISTORIQUE

XVIe s. Et pour cette desfaitte les Ephesiens avoient dressé un trophée de bronze à la honte et ignominie des Atheniens, Amyot, Alc. 59.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* IGNOMINIE, s. f. (Gram. & Morale.) dégradation du caractere public d’un homme ; on y est conduit ou par l’action ou par le châtiment. L’innocence reconnue efface l’ignominie du châtiment. L’ignominie de l’action est une tache qui ne s’efface jamais ; il vaut mieux mourir avec honneur que vivre avec ignominie. L’homme qui est tombé dans l’ignominie est condamné à marcher sur la terre la tête baissée ; il n’a de ressource que dans l’impudence ou la mort. Lorsque l’équité des siecles absout un homme de l’ignominie, elle retombe sur le peuple qui l’a flétri. Un législateur éclairé n’attachera de peines ignominieuses qu’aux actions, dont la méchanceté sera avouée dans tous les tems & chez toutes les nations.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ignominie »

(XVe siècle) Du latin ignominia (« ignominie, infamie »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. ignominia, de i pour in privatif, et gnomen, par aphérèse, nomen, nom.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ignominie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ignominie iɲɔmini

Citations contenant le mot « ignominie »

  • Les livres que le monde appelle immoraux sont ceux qui lui montrent sa propre ignominie. De Oscar Wilde / Le Portrait de Dorian Gray
  • Lorsque le méchant est venu au plus profond des péchés, il méprise tout ; mais l'ignominie et l'opprobre le suivent. De La Bible / Le livre des proverbes
  • Celui qui se retire de la discipline tombera dans l'indigence et l'ignominie, mais celui qui reçoit de bon coeur les réprimandes sera élevé en gloire. De La Bible / Le Livre des proverbes
  • C’est Thomas Rudigoz, député de la 1ere circonscription, qui a relayé l’information sur Twitter, dénonçant cette « ignominie ». « Ces dégradations antisémites sont abjectes, elles rappellent des heures sombres de notre Histoire, commente-t-il. Ces démons errent toujours dans l’esprit et la pensée de certains. » , Municipales 2020 à Lyon : David Kimelfeld cible de tags antisémites sur ses affiches électorales

Traductions du mot « ignominie »

Langue Traduction
Anglais ignominy
Espagnol ignominia
Italien ignominia
Allemand schmach
Chinois 不明
Arabe عار
Portugais ignomínia
Russe бесчестье
Japonais 不名誉
Basque laido
Corse ignominia
Source : Google Translate API

Synonymes de « ignominie »

Source : synonymes de ignominie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ignominie »

Ignominie

Retour au sommaire ➦

Partager