Vieillard : définition de vieillard


Vieillard : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

vieillard -

Vieillard : définition du Wiktionnaire

Nom commun

vieillard \vjɛ.jaʁ\ masculin (pour une femme on dit : vieillarde)

  1. Homme d’un âge avancé.
    • Le vieillard, qui revient vers la source première,
      Entre aux jours éternels et sort des jours changeants ;
      Et l’on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens,
      Mais dans l’œil du vieillard on voit de la lumière.
      — (Victor Hugo, Booz endormi, dans La légende des siècles)
    • Nous avons connu des vieillards qui étaient, hélas ! ce que nous ne sommes plus, c’est-à-dire des hommes de bonne compagnie. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes - Avant-propos)
    • C’est l’absence de sublime qui fait peur à Renan; comme tous les vieillards en leurs jours de tristesse, il pense à son enfance […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.331)
    • Avec beaucoup de tact, ce vieillard, qui savait n’être ni autoritaire ni égoïste, s’efforçait de gagner l’affection de Nazira et de se faire pardonner d’être vieux. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", Édition Corrêa, 1940)
    • Ici un vieillard tuberculeux tisonnant un poêle et prolongeant son agonie tout en criblant innocemment de ses bacilles les tout petits confiés à sa garde. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • C’est un long vieillard, mince comme un baliveau, un peu courbé par une bonne septantaine d’ans. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • [...] le mot traditionnel, c'est celui de vieillard, mais il y a un gros effort, indiscutable, dans les périodes récentes, pour essayer d'échapper à ce mot, qui apparaît comme stigmatisant. Dans certains livres, je pense par exemple au Précis de gérontologie de 1955 de Léon Binet, on voit voisiner le mot vieillard avec le mot de personne âgée. Et c'est vrai qu'aujourd'hui, on a plutôt tendance à ne pas être personne âgée. [...] le mot sénior, qui est un mot neuf et qui, bien sûr, a un aspect plus valorisant que le mot vieillard. — (Georges Vigarello, émission Concordance des temps, France Culture, 24 octobre 2015.)
  2. (Au pluriel) Personnes d’un âge avancé, hommes ou femmes.
    • Moi, j’aimerais habiter la montagne, où il y a de grands arbres qui sont plus vieux que les plus anciens des vieillards, […] — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Les rares villages qu'on traversait étaient quasi déserts. On ne trouvait dans les fermes et les isbas que quelques vieillards, parfois des enfants. — (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p. 18)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vieillard : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VIEILLARD. n. m.
Homme d'un âge avancé. Sage, vénérable vieillard. Un bon vieillard. Il se dit au pluriel des Personnes d'un âge avancé, hommes ou femmes. On doit respecter les vieillards.

Vieillard : définition du Littré (1872-1877)

VIEILLARD (vié-llar ; ll mouillées, et non viéyar ; le d ne se lie pas ; au pluriel, l's ne se lie pas ; cependant quelques-uns la lient : les viéllar-z amoureux) s. m.
  • 1Homme qui est dans le dernier âge de sa vie. Il y a trois sortes de personnes que mon âme hait, et dont la vie m'est insupportable : un pauvre superbe, un riche menteur, et un vieillard fou et insensé, Sacy, Bible, Ecclésiastique, XXV, 3 et 4. Les vieillards aiment à donner de bons préceptes, pour se consoler de n'être plus en état de donner de mauvais exemples, La Rochefoucauld, Max. 93. Vieillard, lui dit la Mort, je ne t'ai point surpris ; Tu te plains sans raison de mon impatience, La Fontaine, Fabl. VIII, 1. Ce que M. le Tellier avait vu arriver à tant de sages vieillards qui semblaient n'être plus rien que leur ombre propre, le rendait continuellement attentif à lui-même, Bossuet, le Tellier. C'est une grande difformité dans la nature qu'un vieillard amoureux, La Bruyère, XI. Ce n'est pas le besoin d'argent où les vieillards peuvent appréhender de tomber un jour, qui les rend avares, La Bruyère, XI. Le souvenir de la jeunesse est tendre dans les vieillards ; ils aiment les lieux où ils l'ont passée…, La Bruyère, XI. Une trop grande négligence, comme une excessive parure, dans les vieillards, multiplient leurs rides et font mieux voir leur caducité, La Bruyère, XI. Un vieillard qui a vécu à la cour, qui a un grand sens et une mémoire fidèle, est un trésor inestimable : il est plein de faits et de maximes…, La Bruyère, XI. L'âge faisait encore une grande distinction ; et le nom de vieillard, dans l'Écriture, marque ordinairement de la dignité, Fleury, Mœurs des Israél. tit. v, part. 2, p. 48. Les femmes vivent un peu plus que les hommes, c'est-à-dire qu'en une génération on trouve plus de vieilles que de vieillards, Voltaire, Dict. phil. Femme. Je suis si vieux que je ne peux plus jouer les vieillards ; c'est un grand dommage ; car je vous avoue modestement que je jouais Lusignan beaucoup mieux que Sarrazin, Voltaire, Lett. Villette, 8 juill. 1765. Je n'ai point cette raideur d'esprit des vieillards, je suis flexible comme une anguille, et vif comme un lézard, et travaillant toujours comme un écureuil : dès qu'on me fait apercevoir d'une sottise, j'en mets vite une autre à la place, Voltaire, Lett. d'Argental, 22 oct. 1759. Ces deux vieillards dont il est fait mention dans les Transactions philosophiques, dont l'un a vécu 165 ans, et l'autre 144, Buffon, Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 356. Rien de plus commun qu'un vieillard qui commence à vivre ; rien de plus commun qu'un vieillard qui meurt avant que d'avoir vécu, Diderot, Claude et Nér. II, 1. Pourriez-vous me dire pourquoi il y a de beaux vieillards et point de belles vieilles ? Diderot, Lett. à Mlle Voland, 31 juill. 1762. Il y a bien de la différence entre être un beau vieillard et avoir une belle vieillesse ; peut-être n'est-on pas un beau vieillard sans avoir une belle vieillesse… mais on peut certainement… avoir une belle vieillesse et n'être pas un beau vieillard, Diderot, ib. 15 août 1762. J'aime les enfants et les vieillards ; je regarde ceux-ci comme des êtres singuliers que le sort a épargnés, Diderot, ib. 19 août 1759. Sur l'âge des vieillards c'est en vain qu'on se fonde ; Ils sont très obstinés à rester dans ce monde, Al. Duval, Fille d'honn. II, 12.
  • 2Il se dit des personnes avancées en âge, tant hommes que femmes. L'âme s'échappe du vieillard sans effort ; elle est sur le bord de sa lèvre, Diderot, Cl. et Nér. II, 7. Les vieillards, qui, devenus par leurs infirmités et par leurs besoins, plus personnels et plus concentrés dans ce qui les touche, éprouvent quelquefois, en perdant leurs amis même, la consolation secrète de jouir encore de la vie, et de subir quelques moments plus tard la loi commune de la nature, D'Alembert, Élog. St-Aulaire.
  • 3 Fig. Calendrier des vieillards, prétextes tirés du repos des fêtes par un vieux mari à l'égard de sa jeune femme, La Fontaine, Calendr. Tu te moquerais de moi, et tu m'enverrais pour étrennes le calendrier des vieillards, Ch. de Bernard, Un acte de vertu, § v.
  • 4Au fém. Vieillarde (employé seulement avec une nuance de mépris dans le style moqueur et satirique). Décider cette sensible vieillarde à quelque équipée folâtre et romanesque dans le goût des pèlerinages de Gretna-Green, Ch. de Bernard, le Gentilhomme campagnard, § XI.
  • 5 Vieillard, oiseau d'Amérique ainsi nommé parce qu'il a sous la gorge une espèce de duvet blanc ou plutôt de barbe blanche, Buffon, Ois. t. XII, p. 59.
  • 6 Terme d'alchimie. Vieillard des sages, le mercure.

HISTORIQUE

XIIIe s. Mes peres m'a à un vieillar donnée, Qui en cest meis [logis] m'a mise et enserrée, Romancero, p. 37. Je le vos di por Ysengrin Et por un prestre dant Martin ; Vieillarz estoit auques li prestres, Ren. 7388.

XIVe s. Et tele amisté utile est mesmement en gens villards et anciens, Oresme, Éth. 233.

XVIe s. Il fut faict loup, et la marque conforme Retient encor de sa premiere forme ; Tel poil vieillard et tel frayeur de vis Encores a…, Marot, IV, 24. D'un pas vieillart son allure hastoit, Du Bellay, J. IV, 24, verso. Nul samedy sans soleil, nul vieillard sans estre jaloux, nulle belle femme sans amours, Sauval, Hist. de Paris, t. III, p. 12, dans LACURNE. Mieux vaut l'ombre d'un sage vieillard que les armes d'un jeune coquard, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Vieillard : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VIEILLARD, s. m. (Morale.) homme qui est parvenu au dernier âge de la vie, qu’on appelle la vieillesse.

Les vieillards, dit Horace, sont assiégés de mille défauts. Une malheureuse avarice les tourmente sans cesse pour amasser du bien, & leur défend d’y toucher ; la timidité les glace, & les rend comme perclus ; ils n’esperent que foiblement, ils temporisent continuellement, ils n’agissent que lentement ; toujours allarmés sur l’avenir, toujours plaintifs & difficiles, panégyristes ennuyeux du tems passé, censeurs séveres, & surtout grands donneurs d’avis aux jeunes gens.

Multa senem circumveniunt incommoda : vel quod
Quarit, & inventis miser abstinet, ac timet uti :
Vel quod res omnes timidè, gelidèque ministrat,
Dilator, spe longus, iners, pavidusque futuri,
Difficilis, querulus, laudator temporis acti
Se puero, censor castigatorque minorum.

Cette peinture est aussi belle que vraie : multa senem circumveniunt incommoda, un vieillard est assiégé de maux. Dilator, il n’a jamais assez délibéré. Spe longus, ou si vous voulez lentus, il n’espere que foiblement, il est long à concevoir des espérances ; iners, il ne sait pas se remuer ; pavidusque futuri, il est toujours allarmé sur l’avenir, il tremble que le nécessaire lui manque ; querulus, de mauvaise humeur ; laudator temporis acti, il ne vante que le tems passé ; enfin pour finir de peindre les vieillards ; entiers dans le passé, ils en conservent toujours une idée agréable, parce que c’étoit le tems de leurs plaisirs ; & toujours occupés d’eux,

Racontent ce qu’ils ont été,
Oubliant qu’ils vont cesser d’être.

Un vieillard qui tient le timon de l’état, trouve presque toujours des difficultés, voit des dangers partout, délibére éternellement, a des craintes & des remords avant le tems, ne mene jamais une affaire jusqu’où elle doit aller, & compte pour une fortune complette le plus petit succès. Qu’un juste mélange de ces excès réduits à la modération qui fait les vertus, mettroit un excellent tempérament dans les affaires du gouvernement !

Tout vieillard en général doit penser à la retraite. Il est un tems de se retirer, comme il est un tems de paroître.

Un vieillard infirme & chagrin ne sauroit guere se montrer dans le monde, que pour être un objet de compassion ou de raillerie : il faut alors laisser jouir la jeunesse des avantages du bel âge ; il faut se reduire aux plaisirs tranquilles de la lecture, ménager la complaisance de ceux qui veulent bien nous souffrir, & ne chercher leur conversation qu’autant que nous en avons besoin, pour tempérer la solitude, jusqu’à ce que nous passions pour toujours dans celle du tombeau. Si nous étions sages, dit Saint-Evremont, notre dégoût répondroit à celui qu’on a pour nous, car dans l’inutilité des conditions, où l’on ne se soutient que par le mérite de plaire, la fin des agrémens doit être le commencement de la retraite. (Le chevalier de Jaucourt.)

Vieillard, (Médecine.) les vieillards sont sujets à nombre de maladies qui leur sont particulieres par le défaut de transpiration ; les reins, le bas-ventre, les articulations, & le cerveau, sont attaqués d’une humeur âcre qui demande à être évacuée & adoucie ; nous allons dire ce que conseille Aetius sur le regime des vieillards.

La vieillesse est naturellement froide & seche ; son effet ordinaire est de refroidir & de dessécher le tempérament ; mais lorsque la chaleur abandonne par degré les parties du corps, lorsqu’une grande sécheresse s’en empare, elles sont moins propres à leurs fonctions ; leurs actions s’éxécutent d’une maniere plus languissante, & l’animal perd de sa grosseur, de la force, & de son embonpoint. Lorsque la sécheresse est poussée à un certain degré, les rides lui succedent ; elles sont précédées de la maigreur & de la foiblesse des membres, & sur-tout des jambes & des piés ; celui donc qui aura étudié les causes du sec & du froid, & leurs remedes sera un excellent médecin pour les vieillards ; il saura que ces deux qualités doivent être combattues par des choses qui humectent & échauffent, tels que sont les bains chauds d’eau douce, l’usage du bon vin, les alimens capables de fortifier & d’humecter, la promenade ou la gestation, qu’il ne faut point pousser jusqu’à lassitude ; il fera trois repas par jour ; il goûtera sur les trois heures avec du bon pain & du miel clarifié, le meilleur qu’il pourra l’avoir ; à sept heures, après la friction & les exercices convenables à cet âge, qu’il prenne le bain, & qu’il soupe ; que sa nourriture principale à dîner soit de choses qui relâchent le ventre, comme des salades de bettes & de mauve ; il se nourrira de poissons de mer, pêchés aux environs des rochers ; qu’il se repose après ses repas, & qu’il fasse ensuite un peu d’exercice ; il ne mangera point de poisson à souper ; que ses alimens du soir soient d’un bon suc, de difficile corruption, comme le poulet, ou quelque autre volaille bouillie dans de l’eau seulement, ou sans sauce.

Le vin est excellent pour les vieillards, parce qu’il est restaurant, cordial, échauffant ; mais de plus en ce qu’il purge la sérosité du sang par les urines. Or cette évacuation devient plus nécessaire dans les vieillards, sur-tout ceux qui abondent en superfluités aqueuses & séreuses, Aetius Tetrab, 1. Serm. IV. chapitre xxx.

Cet ancien avoit une idée excellente du régime des vieillards ; cependant on peut dire que les bains ne paroissent pas fort indiqués ; attendu que la foiblesse naturelle à cet âge, & le défaut de chaleur qui l’accompagne, contreindiquent ces remedes, qui ne font qu’affoiblir encore davantage.

Les frictions sont ici fort bien indiquées ; les sueurs étant suppimées par la roideur des fibres & l’oblitération des pores, il faut y suppléer soit par les frictions, soit par les diurétiques, qui poussant par les urines, préviennent les acces de léthargie, d’apoplexie, & autres maux qui sont produits par le reflux de la sérosité âcre sur les visceres & sur les parties nobles ; telles que le cerveau, le poumon, & les visceres du bas-ventre ; les diurétiques suppléent en cela au défaut de transpiration, & rétablissent les fonctions dans leur premier état.

Comme les diurétiques pourroient ne pas suffire, on doit évacuer par les selles les humeurs surabondantes ; la purgation est donc indiquée dans les vieillards ; elle détourne les humeurs du cerveau & de la poitrine ; elle les pousse par les couloirs des intestins. D’ailleurs la liberté du ventre rend la circulation plus libre dans le bas-ventre, & empêche le sang de se porter en trop grande quantité dans le cerveau. Cependant il faut éviter de causer le dévoiement & l’arrêter peu-à peu, lorsqu’il est venu.

Enfin, comme les vieillards sont fort tourmentés de la goutte, du scorbut, de paralysie, de rhumatisme, il faut avoir égard aux indications de ces maladies, & ne point aller contre le but principal ; car si on venoit à repercuter la goutte, le rhumatisme, & les taches du scorbut, il seroit à craindre de voir survenir des inflammations des visceres, & de ne pouvoir rappeller la goutte au siége qu’elle occupoit auparavant. Voyez Age & Tempérament.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vieillard »

Étymologie de vieillard - Wiktionnaire

De vieil avec le suffixe -ard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de vieillard - Wiktionnaire

De vieil, vieille et du suffixe -ard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de vieillard - Littré

Vieil, avec la finale péjorative art ; provenç. veilard, viliard ; catal. vellas ; espagn. viejazo ; portug. velhão ; ital. vecchiardo.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vieillard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vieillard vjɛjar play_arrow

Citations contenant le mot « vieillard »

  • Pour passer inaperçu à l’intérieur des casinos, l’accusé aurait porté un masque prothétique de vieillard, affirment les autorités. TVA Nouvelles, Déguisé en vieillard, il dérobe plus de 100 000 $ à des clients de casinos | TVA Nouvelles
  • Les faits se sont déroulés le 29 mai dernier, au Croisic, au beau milieu de l’après-midi. Le prévenu voit la fenêtre d’une maison ouverte et y pénètre pour chercher de l’argent. Il ressort finalement avec des vêtements, un téléphone et trois couteaux, avant de s’apercevoir qu’il a oublié ses chaussures et d’entrer à nouveau dans la maison. Mais le propriétaire, un ancien responsable du cinéma du Croisic de 85 ans, l’a repéré et a appelé la gendarmerie avant son retour. L’octogénaire tente alors de coincer le cambrioleur avec son déambulateur et lui attrape le bras. Mais l’intrus le fait chuter. Il administre alors de nombreux coups, notamment à la tête du vieillard. Puis, une fois qu’il est au sol, il défèque sur lui et lui macule la tête avec ses excréments. « Il a été souillé littéralement », déplore l’avocat de l’octogénaire, estimant qu’il « n’a dû son salut qu’à l’arrivée de la police municipale ».  Valeurs actuelles, Bretagne : un individu cambriole un vieillard, le tabasse, lui défèque dessus et crie “Allah Akbar” | Valeurs actuelles
  • Le vieillard le plus âgé garde toujours l’espoir d’allonger sa vie d’un lendemain. De Jonathan Swift / Les voyages de Gulliver
  • Soixante ans. Ce déguisement de vieillard qu'il va falloir porter... De Jean Rostand / Carnet d'un biologiste
  • Il faut que le jeune homme aussi bien que le vieillard cultivent la philosophie. De Epicure / Lettre à Ménécée
  • Léger, l’enfant se plaît dans la mobilité ; Le vieillard, dans la gravité. De Caius Cornelius Gallus
  • Une table élégante est le dernier rayon de soleil que caresse le vieillard. De Louis de Cussy
  • Neige au blé est tel bénéfice Qu'au vieillard la bonne pelisse. De Proverbe français
  • Un vieillard endormi, on dirait la répétition générale de l'attaque qui l'emportera. De François Mauriac
  • Un vieillard est un homme qui a dîné et qui regarde les autres manger. De Honoré de Balzac
  • L'enfant cherche ses mots, le vieillard ne les trouvent pas. De Marie Valyère
  • Jeune homme on te maudit, on t'adore vieillard ! De Victor Hugo / Les rayons et les ombres
  • Le jeune homme est beau, mais le vieillard est grand. De Victor Hugo / Booz endormi
  • Le jeune homme connaît les règles, le vieillard les exceptions. De Anonyme
  • An : un élément du fardeau du vieillard. De Tristan Bernard / Mots-croisés
  • Tu te lèveras devant une tête chenue, tu honoreras la personne du vieillard et tu craindras ton Dieu. , Ancien Testament, Lévitique XIX, 32
  • Heureux vieillard ! Virgile en latin Publius Vergilius Maro, Les Bucoliques, I, 46
  • Les enfants flattent quelquefois les vieillards, mais ils ne les aiment jamais. Jean-Jacques Rousseau, Émile ou De l'éducation
  • Les vieillards meurent parce qu'ils ne sont plus aimés. Henry Millon de Montherlant, Carnets, Gallimard
  • Il n'y a rien de si laid que la bassesse dans un vieillard. Prosper Mérimée, Lettres, à Mme de Montijo, 8 octobre 1847
  • La jeunesse, en France, on ne l'admire que chez les vieillards. Maurice Martin du Gard, Petite Suite de maximes et de caractères, Flammarion
  • C'est une grande difformité dans la nature qu'un vieillard amoureux. Jean de La Bruyère, Les Caractères, De l'homme
  • Un vieillard n'a plus de vices, ce sont les vices qui l'ont. Max Jacob, Le Cornet à dés, Gallimard
  • Ne rien faire est le bonheur des enfants et le malheur des vieillards. Victor Hugo, Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • Le vieillard regardait le soleil qui se couche ; Le soleil regardait le vieillard qui se meurt. Victor Hugo, Les Quatre Vents de l'esprit
  • Les femmes regardaient Booz plus qu'un jeune homme, Car le jeune homme est beau, mais le vieillard est grand. Victor Hugo, La Légende des siècles, Booz endormi
  • Et l'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens, Mais, dans l'œil du vieillard, on voit de la lumière. Victor Hugo, La Légende des siècles, Booz endormi
  • Vieillard stupide ! il l'aime. Victor Hugo, Hernani, IV, 7, Hernani
  • Vieillard : À propos d'une inondation, d'un orage, etc., les vieillards du pays ne se rappellent jamais en avoir vu un semblable. Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues
  • Je sortirai du camp, mais quel que soit mon sort, J'aurai montré du moins comme un vieillard en sort. Adolphe Dumas, Le Camp des croisés
  • Un vieillard amoureux mérite qu'on en rie. Pierre Corneille, Médée, II, 3, Créon
  • Les pleurs des vieillards sont aussi terribles que ceux des enfants sont naturels. Honoré de Balzac, Ursule Mirouët
  • Les vieillards sont assez enclins à doter de leurs chagrins l'avenir des jeunes gens. Honoré de Balzac, La Femme de trente ans

Images d'illustration du mot « vieillard »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vieillard »

Langue Traduction
Corse vechju
Basque agure
Japonais 老人
Russe старик
Portugais velhote
Arabe رجل عجوز
Chinois 老人
Allemand alter mann
Italien vecchio uomo
Espagnol anciano
Anglais old man
Source : Google Translate API

Synonymes de « vieillard »

Source : synonymes de vieillard sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vieillard »


Mots similaires