Société : définition de société


Société : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SOCIÉTÉ, subst. fém.

I.
A. − État de vie collective; mode d'existence caractérisé par la vie en groupe; milieu dans lequel se développent la culture et la civilisation. Individu et société; nature et société; l'homme en société; vivre en société; concept, conception de la société.
[P. oppos. à individu] Si chacun de nous vivait d'une vie purement individuelle, s'il n'y avait ni société ni langage, notre conscience saisirait-elle sous cette forme indistincte la série des états internes? (Bergson,Essai donn. imm., 1889, p. 110).C. H. Cooley − le seul sociologue américain qui ait conçu la réalité sociale comme un tout et qui ait insisté sur l'impossibilité d'opposer l'individu et la société comme les termes d'une alternative (Traité sociol., 1967, p. 16).
[P. oppos. à nature] Jamais l'homme n'est en face des conditions de sa propre activité. La société fait écran entre la nature et l'homme. Être en face de la nature et non des hommes, c'est la seule discipline. Dépendre d'une volonté étrangère, c'est être esclave (S. Weil,Pesanteur, 1943, p. 156):
1. .... [Rousseau et Montesquieu] admirent comme base de la science de la société, ou du moins établirent dès l'entrée la bonté native de l'homme, et un prétendu état humain de pure nature antérieur à la société, et meilleur que la société. « L'homme est né bon, dit J.-J. Rousseau, et la société le déprave... Tout ce qui n'est pas dans la nature a des inconvéniens, et la société civile plus que tout le reste ». Bonald,Législ. primit., t. 1, 1802, p. 90.
B. −
1. Vieilli. Ensemble de relations éphémères ou durables, de rapports organisés ou fortuits que les êtres humains entretiennent entre eux. Ils partirent. Cette séparation me brisa le cœur. Ma société intime, presque réduite à ma famille, se trouvoit diminuée de ceux qui en faisoient le charme le plus précieux (Fiévée,Dot Suzette, 1798, p. 33).Ces hommes (...) n'ayant point une soirée à donner à l'amitié et à la société! Ouvriers solitaires et renfoncés, vivant loin de la vie, avec une pensée et une œuvre! (Goncourt,Journal, 1860, p. 711).
2. P. méton.
a) Compagnie, présence habituelle de quelqu'un. Synon. fréquentation.Société agréable, aimable; recherche de la société des femmes. Toute la maison a été dîner hier chez monsieur de Warberg, et comme la société de sa femme m'ennuie, j'ai pris le prétexte de ma santé pour rester chez moi (Sénac de Meilhan,Émigré, 1797, p. 1666).Mon ami Shaw (...) dit que désirer la société permanente d'une jolie femme, jusqu'à la fin de ses jours, c'est comme si, sous prétexte que l'on aime le bon vin, on voulait toujours avoir la bouche pleine (Maurois,Sil. Bramble, 1918, p. 132).
b) En société (avec). En compagnie (de). Je suis toujours languissant et faible, peu expansif, et taciturne en société (Maine de Biran,Journal, 1816, p. 224).L'homme isolé, peut souvent plus qu'en société avec mille autres (Rolland,Beethoven, t. 1, 1937, p. 74).
P. anal. [À propos de plantes] Originaire d'Amérique du Nord (...), le sapin géant y vit en société avec (...) le thuya et diverses autres espèces (Cochet,Bois, 1963, p. 43).
c) Vieilli. Ensemble, réunion de personnes. Oh! la banban [Gervaise qui boite]! Et ce mot: la Banban, courut dans la société (Zola,Assommoir, 1877, p. 442).Après le dîner, il faut que je parte (...). Je quitte la société et je redescends du côté du faubourg Saint-Honoré (Vallès,J. Vingtras, Enf., 1879, p. 321).
Jeu de société. Jeu (p. oppos. aux jeux et sports de plein air) qui réunit plusieurs personnes. Une dévote qui ne pouvait à seize ans souffrir qu'on l'embrassât dans des jeux de société (Senancour,Obermann, t. 2, 1840, p. 28).À la danse je préférais les petits jeux de société et les charades qui étaient en grande faveur chez mon parrain (France,Vie fleur, 1922, p. 505).
d) En partic. Groupe de personnes entretenant des relations mondaines, qui se réunissent pour se distraire, pour le plaisir de la conversation. Société brillante, mondaine, parisienne. On y jouissait d'une société fort agréable en hommes et en belles dames (Vigny,Serv. et grand. milit., 1835, p. 96).La princesse savait le regret qu'avait Mmede Cambremer d'être restée à la porte de la haute société aristocratique, où personne ne la recevait (Proust,Fugit., 1922, p. 665).
Talent de société. Talent propre à distraire dans une réunion de salon. Il m'eût peut-être fait du tort: ses talents de société éclipsaient les miens; il devenait le héros de la fête (Reybaud,J. Paturot, 1842, p. 332).Surtout avec moi, qui n'ai rien que mon génie, et qui suis (...) absolument dépourvu de brillant, et sans conversation, et sans talent de société, et presque sans intelligence après tout! (Larbaud,F. Marquez, 1911, p. 157).
Vers de société. Vers faciles propres à distraire dans une réunion de salon (d'apr. Littré).
La société. L'ensemble des personnes qui ont une vie sociale ou mondaine. On ne peut vivre dans la société après l'âge des passions. Elle n'est tolérable que dans l'époque où l'on se sert, de son estomac pour s'amuser, et de sa personne pour tuer le temps (Chamfort,Max. et pens., 1794, p. 36).La (bonne) société. Synon. le monde, le gratin (fam.), la haute (fam.).Proust prit son essor dans la société lors de l'affaire Dreyfus, chez Geneviève Halévy (Blanche,Modèles, 1928, p. 103).
La haute, la meilleure société. L'ensemble des personnes les plus connues pour leur naissance, leur fortune, leur culture, leur influence, leur pouvoir, etc. Synon. le grand* monde.Les trois quarts de ses personnages [de M. Ohnet] appartiennent à la meilleure société, sont ducs, marquis ou comtes: dans chacun de ses romans vous trouverez la description consciencieuse d'un vieux château de famille (Lemaitre,Contemp., 1885, p. 351).Elle était retournée à Paris et y avait institué un ouvroir, tâche qui l'avait mise en rapport avec la haute société parisienne (Billy,Introïbo, 1939, p. 28).
La bonne société. L'ensemble des personnes importantes, dont les idées, les manières sont conformes aux valeurs en vigueur. Il faut bien que tu lui montres que nous connaissons de la bonne société, quelque chose d'élevé (Janin,Âne mort, 1829, p. 142).Un inspecteur général me protégeait, la bonne société d'Aurillac voulait bien me recevoir, ma jeune femme me portait l'affection la plus tendre (Sartre,Mots, 1964, p. 153).
II.
A. − Communauté organisée d'individus conçue comme une réalité distincte de l'ensemble des individus qui la composent. Société idéale, future. C'est dans la société enfantine que les histoires de fées et de lutins, après avoir émerveillé les grandes personnes, trouvent leur suprême auditoire (Dévigne,Légend. de Fr., 1942, p. 13):
2. Non, dit-on, la société n'existait pas; les hommes étaient agglomérés, mais point associés: la constitution arbitraire de la propriété et de l'état, ainsi que le dogmatisme intolérant de la religion, le prouvent. Rhétorique pure: la société existe du jour où les individus, communiquant par le travail et la parole, ont consenti des obligations réciproques et donné naissance à des lois et à des coutumes. Sans doute la société se perfectionne à mesure des progrès de la science et de l'économie... Proudhon,Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 372.
Société conjugale. Communauté dont l'équilibre repose sur la vie de couple. Faites régresser au delà d'un certain point la division du travail sexuel, et la société conjugale s'évanouit pour ne laisser subsister que des relations sexuelles éminemment éphémères (Durkheim,Divis. trav., 1893, p. 24).Les diverses adaptations sollicitées par la société conjugale et par les nouveaux groupements familiaux achèvent cette mise en place de la personnalité (Mounier,Traité caract., 1946, p. 153).
P. anal. Communauté organisée d'animaux. Deux méthodes mathématique et attrayante qui régissent l'ensemble de l'univers matériel et les sociétés d'animaux industrieux (Fourier,Nouv. monde industr., 1830, p. 73).L'homme d'aujourd'hui, né de l'évolution biologique et prenant sa place, simplement sa place, dans la hiérarchie des sociétés animales après la société simple de certains insectes, de certains oiseaux comme les chauve-souris, les sociétés d'animaux migrateurs comme celle des hirondelles, ou celle des bandes de criquets, enfin les sociétés à travail collectif dont le modèle est fourni par les castors, les termites, les abeilles (Univers écon. et soc., 1960, p. 62-15).
P. métaph. La statue est seule. Même dans une société de statues, chacune est seule; il y a donc du sauvage et du rustique dans la statue (Alain,Beaux-arts, 1920, p. 219).
B. −
1. Communauté d'individus organisée autour d'institutions communes (économiques, politiques, juridiques, etc.) dans le cadre d'un état ou plus généralement dans le cadre d'une civilisation à un moment historique défini. Société actuelle, ancienne, moderne, de classes; crise, problème de société; rôle de la femme dans la société. Les sentiments, la culture, le bonheur; j'ai besoin de penser que dans la société sans classe l'humanité s'accomplira sans rien renier d'elle-même (Beauvoir,Mandarins, 1954, p. 195).
[L'accent est mis sur les instit. pol., jur., etc.] Société démocratique. J'ai vécu (...) [le système politique] qui résultait de la constitution de 1790, le système républicain de 1793, le système de guerre et de conquête sous Buonaparte, et enfin l'établissement d'une nouvelle société basée seulement sur les besoins des hommes (Delécluze,Journal, 1827, p. 413).
[P. oppos. à société politique] Société civile. La société civile n'est évidemment pas née en juin 1988 (...). C'est même une réalité permanente, puisqu'on pourrait la définir comme ce qui, dans la société, n'est pas directement la société politique, c'est-à-dire qu'elle n'exerce pas le pouvoir d'État (La Croix, 19 juill. 1988, p. 9, col. 1).
[L'accent est mis sur l'organ. écon.] Société bourgeoise, capitaliste, industrielle, libérale, paysanne, socialiste. Rome était essentiellement une société agricole et guerrière (Durkheim,Divis. trav., 1902, p. xxii).Keynes est mort et, avec lui, les politiques du « plein emploi ». La question qui se pose maintenant est: la troisième révolution industrielle va-t-elle conduire à la société du chômage ou à la société du temps libre? (Le Nouvel Observateur, 4 déc. 1978, p. 81, col. 2).
Société d'abondance, de consommation*. Société dans laquelle les individus sont incités à satisfaire (au moyen de l'argent) des besoins artificiellement créés, pouvant aller jusqu'au gaspillage. Avec le crépuscule de la société d'abondance c'est la fin de la société permissive qui a fait un si mauvais usage de la liberté (Le Monde, 17 janv. 1974ds Gilb. 1980).V. consommation ex. 7.
Société post-industrielle. V. post- B 1 c.
[L'accent est mis sur un ensemble de valeurs, un mode de vie] Société chrétienne, occidentale, permissive. L'infiltration du christianisme dans les sociétés barbares pose-t-elle un autre problème de contact que l'infiltration de l'Islam dans les sociétés animistes de nos jours? (Philos., Relig., 1957, p. 44-8).Les bandits ordinaires de la « société de violence » dont parle l'avocat général (L'Express, 7 oct. 1978, p. 149, col. 1).
Société de communication. Société dans laquelle les moyens d'information et de communication les plus divers ont une grande importance dans la vie quotidienne. Une expérience en vraie grandeur de ville câblée par fibres optiques permet de préfigurer l'avenir de la société de communication. Grâce à un réseau télévisé bidirectionnel, les habitants ont à leur disposition l'interrogation d'une banque de données, la participation directe aux émissions, les échanges mutuels (L'Express, 28 juill. 1979, p. 56, col. 3).
[L'accent est mis sur une situation historique définie] Société antique, contemporaine, médiévale. Nous avons vu comment le mouvement général de transition, qui s'accomplit au milieu de la société européenne du treizième au quatorzième siècle, devait se faire ressentir dans la marche de l'esprit humain (Ozanam,Philos. Dante, 1838, p. 85).Le système juridique de la société féodale peut d'ailleurs être caractérisé par la prépondérance très accentuée des différents ordres du droit social non étatique sur le droit individuel (Traité sociol., 1968, p. 200).
[L'accent est mis sur le classement ethnol.] Société archaïque, civilisée, matriarcale, patriarcale, primitive. Le problème du primitivisme d'une société est généralement posé par le contraste qu'elle offre avec ses voisins proches ou lointains (Lévi-Strauss,Anthropol. struct., 1958, p. 126):
3. Le monde qui a pratiqué la chasse aux têtes, est aussi celui qui a connu la maison des hommes et qui, d'une façon générale, possède encore cette institution, tant dans les sociétés à descendance utérine que dans les sociétés de type patriarcal. Est-ce à dire que toute société où existe la maison des hommes est ou fut une société de chasseurs de têtes? Cuisinier,Danse sacrée, 1951, p. 75.
2. P. méton. Formes économiques et politiques, conduites sociales, valeurs morales engendrées par une communauté. Ce n'est pas en tant qu'il décrit une société pourrie que Proust fait œuvre révolutionnaire (Mauriac,Journal 2, 1937, p. 153).Dans une société cosmopolite comme fut l'hellénisme et comme l'est notre civilisation, un certain intérêt pour le mythe prend volontiers la forme de la gnose (Philos., Relig., 1957, p. 36-16).
SYNT. Base, classe, constitution, destruction, étude, évolution, fonctionnement, intérêt, liens, lois, maux, progrès, structure, transformation de la société; sciences de l'homme et de la société; histoire, origine, structure des sociétés; en marge de, au nom de la société; utile à la société; réformer la société; être mis au ban de la société.
III.
A. − Association d'individus soumis à un règlement (pouvant être juridique), fondée sur une communauté d'idées, d'intérêt(s) ou de travail. Société d'anthropologie, d'auteurs, de bibliophiles, de bienfaisance, de concerts, d'encouragement à, de gens de lettres, de géographie, de gymnastique, d'histoire, de secours mutuels; société fraternelle, littéraire, philharmonique, populaire; académies et sociétés savantes; faire partie, être membre d'une société. La société encyclopédique: quel était le but de l'institution? De dîner une fois par mois avec des boyards russes et des magnats hongrois (Reybaud,J. Paturot, 1842, p. 272):
4. Telles sont aussi les sociétés zoologiques, créées au cours du siècle en France, Angleterre (1826) et ailleurs et qui demeurent très vivantes, ou d'autres encore, plus spécialisées, comme les sociétés entomologiques. Ces diverses sociétés ont assuré la publication et la diffusion de nombreux travaux d'ordre systématique. Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 403.
Société de courses. Société pour l'amélioration de la race chevaline, qui organise les paris sur les hippodromes. Il a été dit que les sociétés de courses étaient placées sous la tutelle de l'État. Comment cette tutelle s'exerce-t-elle? (P. Arnoult,Les Courses de chevaux, 1967, p. 63).
Société léonine. V. léonin1.Société protectrice* des animaux.
Société secrète. Association clandestine composée d'un nombre limité de personnes qui poursuivent des menées subversives à caractère politique, social ou religieux. J'ai connu jadis un vieux sénateur de la République qui, dans sa jeunesse, avait conspiré avec toutes les sociétés secrètes contre Charles X (France,Jard. Épicure, 1895, p. 73).Ce qu'il est intéressant de noter, ce sont les contacts d'Agrippa (...) avec des sociétés secrètes (Caron, Hutin,Alchimistes, 1959, p. 39).
En partic. Association religieuse, ordre religieux. Il en est de même des églises; le gouvernement respectant tous les cultes, les protège également, et encourage les sociétés religieuses qui en construisent de nouvelles (Crèvecœur,Voyage, t. 2, 1801, p. 36).Société de Jésus (vx). Compagnie des Jésuites. Sûr de son affaire, il s'écrit: La société sera satisfaite! (C'est la société de Jésus) (Courier,Pamphlets pol., Procès, 1821, p. 103).
B. −
1. DR. Contrat entre deux ou plusieurs personnes qui conviennent de mettre quelque chose en commun dans un but lucratif en vue du partage des bénéfices résultants; p. méton., personne morale issue de ce contrat. Grande, grosse, importante société; société coopérative; type de société; siège de la société; constitution, liquidation d'une société. Je vous ai dit sans doute que mon ami Pagnerre était un des actionnaires de la nouvelle société qui possède les théâtres du boulevard (Flaub.,Corresp., 1863, p. 121).Les dix-huit compagnies du Nord et du Pas-de-Calais entrent en liquidation, comme toutes les autres sociétés minières, dont le patrimoine est transmis, dans toute la France, à des établissements publics nationaux (Chenot,Entr. national., 1956, p. 39).
Société d'acquêts. Contrat qui, dans le régime de la séparation de biens, stipule que l'ensemble des économies et des biens acquis par les époux sera divisé entre eux à la dissolution du mariage. En se soumettant au régime dotal, les époux peuvent néanmoins stipuler une société d'acquêts, et les effets de cette société sont réglés comme il est dit aux articles 1498 et 1499 (Code civil, 1804, art. 1580, p. 292).
Société de fait. Association de deux ou plusieurs personnes qui mettent leurs biens en commun avec partage des bénéfices et des pertes, sans contrat écrit ni statut. (Dict. xxes.).
Société civile. ,,Société dont l'objet constitue une activité non commerciale et qui n'a pas adopté la forme anonyme, à responsabilité limitée, en nom collectif ou en commandite`` (Jur. 1985). Nous ne pouvons en ce moment entrer plus à fond dans la critique des sociétés civiles et de commerce (Proudhon,Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 250).À 72 ans, Henri Jannès (...) lance une nouvelle croisade: contre les sociétés civiles immobilières qu'il accuse de pratiquer des frais de gestion exorbitants aux dépens de leurs 100 000 souscripteurs (Le Point, 5 janv. 1976, p. 64, col. 1).
[P. oppos. à société civile]
Société commerciale et, p. ell., société. Société qui a pour objet l'accomplissement d'opérations commerciales, à but essentiellement lucratif, régie par les règles du droit civil et le code du commerce. Les ventes de la société commerciale à l'étranger sont ainsi passées de 397 000 tonnes (...) en 1952 à 550 000 tonnes en 1953 (Industr. fr. engrais chim., 1956, p. 18).Société de capitaux. Société commerciale dans laquelle chaque associé n'est tenu responsable des dettes qu'à la proportion de son apport. La difficulté de l'articulation entre la société papetière et la société forestière, celle-ci société de personnes devant être, en fait sinon en droit, une simple filiale de celle-là, société de capitaux (Industr. fr. bois, 1955, p. 25).Société de personnes, en nom collectif (p. oppos. à société de capitaux). Société commerciale dans laquelle les associés sont responsables sur tous leurs biens de l'ensemble des engagements de la société. La Société constituée sous forme de nom collectif... est transformée, à partir de ce jour, en Société à responsabilité limitée (Contrat de société, 1928ds Doc. hist. contemp., p. 161).Société mère. Importante société de capitaux qui détient plus de la moitié du capital d'une autre appelée filiale. Les participations. Outre celle de Goodrich il faut citer celle de l'US Rubber au capital d'Englebert par l'intermédiaire de la société mère belge (Industr. fr. caoutch., 1965, p. 43).Société par actions. Société de capitaux dans laquelle la participation de chacun des associés est matérialisée par des actions transmissibles. Aujourd'hui, nous avons progressé. On ne vole plus, on fait des coups de bourse et on monte des sociétés par actions (Farrère,Homme qui assass., 1907, p. 42).Société en commandite* et, p. ell., commandite. Société filiale et, p. ell., filiale*.
Société anonyme (S.A.). Société de capitaux d'au moins sept personnes, dont les actions sont transmissibles et où la personnalité de chaque associé disparaît derrière la personnalité morale de la société. Avec les sociétés anonymes par actions tout lien personnel entre le propriétaire et l'objet de sa propriété disparaît (Jaurès,Ét. soc., 1901, p. 257).Société à responsabilité limitée (S.A.R.L.). Société de capitaux dont les parts sociales ne sont transmissibles qu'à un autre associé (pour toute cession à un tiers, l'agrément des autres associés est requis). Il existe une forme de société, intermédiaire entre les sociétés de personnes et celles de capitaux: la loi française de 1925 a précisé le fonctionnement des « sociétés à responsabilité limitée » (SARL) qui groupent plusieurs associés, propriétaires de « parts sociales » du capital (Lesourd, Gérard,Hist. écon., 1968, p. 22).Société (de) portefeuille. Société de capitaux qui possède de nombreuses actions dans des sociétés, les contrôle et les dirige financièrement, sans s'occuper de l'exploitation. Synon. holding.Cette société n'est plus qu'une société de portefeuille depuis qu'elle a constitué en 1951, une filiale (Industr. fr. caoutch., 1965, p. 37).
Société d'économie mixte. Société anonyme dans laquelle l'État ou une collectivité locale sont associés à des capitaux privés. Apporter des garanties d'emprunt, des dons en terrains, des participations financières aux offices d'HLM (...) et parfois à des sociétés d'économie mixte (Belorgey,Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 266).Société d'aménagement foncier et d'établissement rural (S.A.F.E.R.). Société d'économie mixte qui a pour objectif l'amélioration de la structure des exploitations familiales. Éviter à la fois l'éclatement des exploitations et la concentration des propriétés. Ceci s'exprime notamment dans l'action des sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (SAFER) et dans celle du crédit agricole (Belorgey,Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 370).Société d'investissement. Société anonyme qui gère un portefeuille de valeurs mobilières en répartissant les risques. Le principal mérite des sociétés d'investissement et des fonds communs de placement réside dans leurs possibilités d'attirer l'épargne vers des emplois intéressant immédiatement les activités économiques du pays (Univers écon. et soc., 1960, p. 30-16).Société d'investissement à capital variable (S.I.C.A.V.). Société d'investissement qui peut accueillir à tout moment un nouvel actionnaire et laisse libre tout actionnaire de quitter la société; p. méton., action appartenant à cette société. La reprise amorcée au lendemain des élections vire à l'euphorie avec les mesures de René Monory en faveur de l'épargne investie en actions françaises (...). Le Crédit lyonnais a recueilli en deux jours, pour sa « SICAV 5 000 », 50 millions de Francs (L'Express, 7 oct. 1978, p. 117, col. 1).
Société par intérêts. ,,Société à laquelle chaque associé est réputé n'avoir donné son consentement qu'en considération de ses coassociés et qui exige leur collaboration personnelle à la poursuite du but social, d'où il résulte que la part sociale de chacun d'eux, appelée intérêt, n'est transmissible qu'en vertu d'une clause expresse et avec le consentement des coassociés`` (Cap. 1936).
Règle de société. Règle de partage des bénéfices entre chaque associé. (Ds DG, Rob., Lar. Lang. fr.).
P. méton.
Entreprise gérée par une société. Société immobilière, industrielle ; véhicule, voiture de société. La société aura extrait 10 000 tonnes métriques de charbon, dont le quart a été dirigé sur Paris (E. Schneider,Charbon, 1945, p. 145).Vous possédez une première expérience marketing ou commerciale acquise dans une société agro-alimentaire auprès d'une clientèle industrielle (L'Express, 18 avr. 1981, p. 157, col. 1).
Société de service et de conseil en informatique (S.S.C.I.). Société commerciale qui offre l'assistance d'un personnel spécialisé pour la mise au point ou l'exploitation de systèmes informatiques, bureautiques, télématiques (d'apr. Bureautique 1982).
2. DR. INTERNAT. Société des Nations (S.D.N.). Organisation internationale d'états qui visait à maintenir la paix, instituée par le traité de Versailles en 1919 et dissoute en 1947 au profit de l'Organisation des Nations Unies. Cette situation ne pourrait, en effet, être modifiée qu'avec l'assentiment du Conseil de la Société des Nations, avec le consentement du Gouvernement des États-Unis (De Gaulle,Mém. guerre, 1954, p. 573).
Prononc. et Orth.: [sɔsjete]. Ac. 1694, 1718: societé; dep. 1740: société. Étymol. et Hist. 1. a) 1176-84 « compagnie, relations entre des êtres humains » (Gautier d'Arras, Eracle, éd. G. Raynaud de Lage, 4242); 1355 « union, alliance » (Bersuire, Tite-Live, B.N. 20312ter, f o16 ds Gdf. Compl.); 1580 la société de qqn « sa compagnie » (Montaigne, Essais, I, 28, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 193); 1649 « commerce ordinaire que l'on a avec quelqu'un » (La Rochefoucauld, Apologie de M. Le Prince de Marcillac ds Œuvres, éd. D.-L. Gilbert et J. Gourdault, t. 2, p. 449); b) 1560 « sentiment d'alliance et d'amitié qu'on éprouve pour quelqu'un, et le lien qui en résulte » (La Bible, impr. A. Rebul, Machabees, I, 8, 17); 2. a) 1467 « groupement professionnel » (doc. ds Bartzsch, p. 43); b) 1656 La Société « la congrégation des Jésuites » (Pascal, Onzième lettre ... écrite aux révérends pères jésuites, Les Provinciales, Œuvres compl., éd. L. Lafuma, p. 420); 1690 « compagnie de gens qui s'assemblent pour vivre selon les règles d'un institut religieux » (Fur.); c) 1668 « union de plusieurs personnes qui sont jointes pour quelque affaire, pour quelque intérêt » (La Fontaine, Fables, I, VI, 3); d) 1740 « association de savants » (Ac.); e) ca 1770 Société patriotique (A. Cochin, Les Sociétés de pensée et la révolution en Bretagne, I, 25 ds Quem. DDL t. 11), 1790 Société Fraternelle des Patriotes des deux sexes amis de la constitution (Brunot t. 9, p. 812); 1842 société secrète (Mozin-Biber); 3. a) 1615 compagnie et société « association de personnes finançant ou gérant en commun une entreprise » (Décl. juill. ds Kuhn, p. 162); 1636 société (Monet); b) 1656 acte de société (Lettre patente, mars ds Kuhn, p. 162); 1872 règle de société « règle qui donne les moyens de partager une somme avec plusieurs associés d'après la quotité de leurs mises » (Littré); c) 1673 société anonyme (Savary); 1857 société en nom collectif (J. Vallès, L'Argent, p. 165); 4. a) 1650 « coterie » (Menage, Origines, p. 233: « Coteries est un vieux mot François qui signifie compagnie et societez de villageois, unis pour tenir d'un Seigneur quelque heritage, dont vient le mot de certaines coustumes de tenir en coterie, c'est à dire société »); 1690 « toute compagnie de personnes qui s'assemblent habituellement pour le jeu, la conversation, etc. » (Fur.); b) 1756 la société « les gens qui ont des salons, y reçoivent pour la conversation, pour le jeu, et ceux qui les fréquentent » (Voltaire, Mœurs, 134 ds Littré); 1832 la haute société (Raymond); 5. a) 1670 « communauté des êtres humains, unis par leur nature et par les lois de la vie collective » (Bossuet, Duchesse d'Orléans ds Littré); b) 1753 « groupe social (d'animaux) » (Buffon, Hist. nat., t. 4, p. 95). Empr. au lat.societas « association, réunion, communauté, compagnie, union politique, alliance, association commerciale ou industrielle », dér. de socius « compagnon, associé, allié », d'où aussi en a. fr. la forme pop. soisté « compagnie » (fin xiies. ds T.-L.), usitée surtout au sens de « métayage (terme de coutume) » (xiiies. ds Gdf. et T.-L.) et qui survit dans les parlers de l'Ouest et de l'Yonne dans le dér. souater « se prêter réciproquement ses chevaux pour les travaux agricoles », « travailler en commun », etc. (v. FEW t. 12, p. 19b). Fréq. abs. littér.: 16 161. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 37 235, b) 18 711; xxes.: a) 20 702, b) 14 477. Bbg. Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1981, t. 45, p. 249. − Blochw.-Runk. 1971, p. 316 (s.v. société d'abondance). − Dub. Pol. 1962, pp. 423-424. − Hotier Cirque 1973 [1972], p. 77. − Jouvenel (B. de). « Société »... R. internat. Philos. 1961, t. 55, pp. 42-60. − Provost (G.). Approche du discours politique... Langages. Paris, 1969, n o13, pp. 67-68. − Quem. DDL t. 11 (s.v. société d'agriculture; fraternelle; patriotique), 16, 22, 24 (s.v. société câblée). − Tournier (M.). Un Vocab. ouvrier en 1848... Thèse, St Cloud, 1975, pp. 104-105. − Vardar Soc. pol. 1973 [1970], p. 309.

Société : définition du Wiktionnaire

Nom commun

société \sɔ.sje.te\ féminin

  1. (Nom collectif) (Droit) Assemblage d’hommes qui sont unis par la nature ou par des lois ; commerce que les hommes réunis ont naturellement les uns avec les autres.
    • Lorsqu’ils entreront en société et qu’ils feront entr’eux des conventions pour leur avantage réciproque, ils augmenteront beaucoup la jouissance de leur droit naturel. — (François Quesnay, Observations sur le Droit naturel des hommes réunis en société, 1765)
    • L’avenir est à ceux qui savent le prédire. Se réformer, c’est se conformer à l’évolution irrésistible et lente des sociétés en marche vers le but inconnu. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l’amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • L’individualisme libertaire, l’insoumission aux nécessités fondamentales d’une société la dissolvent. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Cette transformation générale de la société ne se fera pas par la prise du pouvoir d’État par une majorité de gauche ; elle suppose une myriade de luttes locales et globales. — (Jean-Paul Russier, Plutôt Proudhon que Marx, 2005)
  2. (Nom collectif) (Par extension) Classe dirigeante de cet assemblage.
    • La société enrichie la veille par des spéculations, honnêtes ou non, joignait à ses richesses des titres nobiliaires ; chacun s’improvisait comte, marquis ou baron. — (Général Ambert, Récits militaires : L’Invasion (1870), Bloud & Barral, 1883, p. 240)
    • Je suis entré ce soir au café « Sturm ». Les Berlinois de la Société ne fréquentent jamais ce dancing vulgaire où la jeunesse brune et les « sous-offs » de la garnison fraternisent. — (Xavier de Hauteclocque, La Tragédie brune, Nouvelle Revue Critique, 1934, page 77)
  3. (Nom collectif) (Par analogie) Assemblage naturel de certains animaux qui vivent réunis.
    • Les abeilles, les fourmis vivent en société. — Les sociétés animales.
  4. (Nom collectif) Réunion de plusieurs personnes associées pour quelque intérêt, pour quelque affaire et sous certaines conditions.
    • Alexandre de Gavinard, le grand financier […] rédigeait […] le septième rapport qu’il devait présenter, le jour même, à la septième société de crédit dont il était l’inévitable président. Il s’agissait, comme bien vous pensez, de mettre dedans une quantité, incalculable d’actionnaires, et Alexandre de Gavinard —Gavinard, comme on l’appelait— se trouvait très en verve. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Gavinard)
    • Les géants de l’acier ont détrôné les rois du pétrole en 2004 […] Les dix hommes d’affaires qui se sont le plus enrichis l’an dernier détiennent tous des parts dans les sociétés métallurgiques. — (Pascal Airault, Russie : les magnats de l’acier roulent sur l’or, Jeuneafrique.com, 14 février 2005)
    • […], néanmoins l'émergence des premières sociétés à caractère compagnonnique se situe bien dans ce champ de l'histoire où le triptyque corporations-cathédrales-croisades contribue fondamentalement à forger la première identité compagnonnale. — (François Icher, Les compagnons ou l'amour de la belle ouvrage, 1995, Découvertes Gallimard n° 255, 2005, page 29)
  5. (Christianisme) Compagnie de gens qui s’assemblent pour vivre selon les règles d’un institut religieux.
    • Rien n’irrite davantage les gens raisonnables, que des hommes qui ont renoncé au monde, et qui cherchent à le gouverner. Tel était, aux yeux des sages, le crime de la Société le moins pardonnable […] — (Jean le Rond d’Alembert, La Suppression des jésuites (éd. populaire abrégée), Édouard Cornély, 1888)
    • […] au temps de la République cléricale, la Société de Saint-Vincent-de-Paul était une belle officine de surveillance sur les fonctionnaires de tout ordre et de tout grade […] — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. VI, La Moralité de la violence, 1908, page 277)
  6. (Sciences) Groupement de spécialistes ou d’amateurs éclairés, pour conférer ensemble sur certaines sciences.
    • […]; et le 27 novembre suivant il fut élu président aux termes des statuts qui venaient d'être votés. Ce mandat, renouvelé le 6 août 1866, fut rempli jusqu'au 2 août 1869, jour où la Société accorda à l'unanimité le titre de président d'honneur ad vitam à M. Th. Harou. — (Nécrologie , dans les Documents & rapports de la Société paléontologique et archéologique de l'arrondissement judiciaire de Charleroi, Mons : chez Hector Manceaux, 1872, vol. 5, page 293)
    • Dans nos Sociétés médicales, il y a des chefs d'emploi, des docteurs idémistes et des muets. La séance est intéressante si les muets sont intéressés. — (Lyon médical: organe officiel de la Société médicale des hôpitaux de Lyon et de la Société médico-chirurgicale des hôpitaux de Saint-Étienne, 1893, page 309)
  7. Réunions qui ont un objet politique.
    • Sociétés populaires.
    • Sociétés secrètes.
  8. Petit groupe de personnes entretenant des liens plus ou moins étroits.
    • La lettre de cette sensible et vertueuse demoiselle fit verser des larmes à toute la famille. Sa mère lui répondit, au nom de la société, de rester ou de revenir, à son gré, [...]. — (Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, 1788)
    • […] nous remontons au sommet du Hohneck par un sentier à nombreux zigzags, et bientôt toute la société réunie s’entasse pour déjeuner dans le restaurant en planches établi près de la table d’orientation du Club alpin. — (Bulletin de la Société d’histoire naturelle des Ardennes, 1907 (vol. 14-18), page 56)
  9. (En général) Compagnie que forment entre eux les habitants les plus distingués d’une ville.
    • …il était admis, sans la moindre contestation, dans les sociétés de la haute ville, espèce de monde supérieur vers lequel un riche bourgeois de Genève aspirait toujours, mais où il n’y avait place que pour un petit nombre d’élus. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, t. 2, 4, 1833)
    • …moi, ça me lève le cœur, des fois, cette ivrognerie de personnes de la société, vicieuses et sans aucune tenue. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
  10. Commerce ordinaire, habituel que l’on a avec certaines personnes.
    • Si nous apprenions que cet homme […] a rapproché de lui une fille juive ; qu’il a erré dans cette société lubrique, et parcouru dans cette compagnie impure des lieux solitaires […] que pourrions-nous dire, si ce n’est que le noble chevalier était possédé par quelque démon malin ou influencé par quelque sortilège sinistre ? — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  11. Petit groupe de personnes réuni autour de quelqu’un.
    • — Voici le premier sujet de ma troupe, dit Vitalis, c’est M. Joli-Cœur. Joli-Cœur, mon ami, saluez la société.
      Joli-Cœur porta sa main fermée à ses lèvres et nous envoya à tous un baiser.
      — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
  12. (Sports hippiques) Lot, ensemble des chevaux concurrents d'une course hippique.
    • Il revoit ses ambitions à la baisse et aura son mot à dire en pareille société. — (Fiche d'Eclat du Buisson, geny.com)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Société : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOCIÉTÉ. n. f.
Assemblage d'hommes qui sont unis par la nature ou par des lois; commerce que les hommes réunis ont naturellement les uns avec les autres. L'homme est né pour la société. Vivre en société. La société naturelle. La société civile. Troubler la société, l'ordre de la société. Travailler pour le bonheur de la société. Être le fléau de la société. L'origine des sociétés. Les sociétés modernes. Chaque famille forme une société naturelle dont le père est le chef. Il se dit, par analogie, de l'Assemblage naturel de certains animaux qui vivent réunis. Les abeilles, les fourmis vivent en société. Les sociétés animales. Il se dit aussi de la Réunion de plusieurs personnes associées pour quelque intérêt, pour quelque affaire et sous certaines conditions. Une société commerciale, industrielle, financière. Société anonyme. Société en nom collectif, en commandite, en participation, à responsabilité limitée. Constituer une société. Contrat de société. L'acte de société. Dissolution, liquidation d'une société de commerce. La Société des Gens de lettres. La Société des Auteurs et Compositeurs de musique. Société des Nations, Association d'États qui a pour but de garantir la paix et la sécurité, et de développer la coopération entre les nations.

SOCIÉTÉ se dit aussi d'une Compagnie de gens qui s'assemblent pour vivre selon les règles d'un institut religieux, ou pour conférer ensemble sur certaines sciences. La Société de Marie. La Société royale de Londres. La Société de l'Histoire de France. Société littéraire, Association d'un certain nombre de personnes qui se réunissent pour cultiver les lettres. Société savante, Association dont le but est de cultiver les sciences.

SOCIÉTÉ se dit encore des Réunions qui ont un objet politique. Sociétés populaires. Sociétés secrètes. Il se dit aussi d'une Compagnie de personnes qui s'assemblent ordinairement pour la conversation, pour le jeu, pour le sport. Société agréable, choisie. C'est un homme de bonne compagnie, il faut l'admettre dans notre société. Il se dit, en général, de la Compagnie que forment entre eux les habitants les plus distingués d'une ville. Il n'y a pas de société dans cette ville. On trouve dans cette petite ville une excellente société. Le ton de la société. Les agréments de la société. Talents de société, Talents qui apportent de l'agrément dans les réunions mondaines. Vers de société, Vers qui sont faits pour le plaisir d'une réunion particulière et qui ne sont pas destinés au public.

SOCIÉTÉ se dit aussi du Commerce ordinaire, habituel que l'on a avec certaines personnes. Je trouve beaucoup de douceur, d'agrément dans sa société. Je ne voudrais pas faire ma société de cette personne. Rechercher la société de ses semblables. Fuir la société des hommes.

Société : définition du Littré (1872-1877)

SOCIÉTÉ (so-si-é-té) s. f.
  • 1Réunion d'hommes ayant même origine, mêmes usages, mêmes lois. Les hommes ne vivraient pas longtemps en société, s'ils n'étaient les dupes les uns des autres, La Rochefoucauld, Max. 87. Cette grande société que l'Écriture appelle le monde a son esprit qui lui est propre ; et c'est ce que l'apôtre saint Paul appelle l'esprit du monde, Bossuet, Panég. de saint Sulpice, Préambule. Loin de la société des hommes ces âmes sans force aussi bien que sans foi, qui ne savent pas retenir leur langue indiscrète ! Bossuet, Duch. d'Orl. Selon l'Écriture, il n'y a que deux genres d'hommes, dont les uns composent le monde et les autres la société des enfants de Dieu, Bossuet, Panég. de saint Sulpice, 1. Dépouillons-nous ici d'une vaine fierté, Nous naissons, nous vivons pour la société, Boileau, Sat. X. Le désir de vivre en société est une quatrième loi naturelle, Montesquieu, Esp. I, 2. Sitôt que les hommes sont en société, ils perdent le sentiment de leur faiblesse, Montesquieu, ib. I, 3. Une société ne saurait subsister sans un gouvernement, Montesquieu, ib. I, 3. Il y a dans la nature, telle qu'elle nous est parvenue, trois espèces de sociétés qu'on doit considérer avant de les comparer : la société libre de l'homme, de laquelle, après Dieu, il tient toute sa puissance ; la société gênée des animaux, toujours fugitive devant celle de l'homme ; et enfin la société forcée de quelques petites bêtes, qui, naissant toutes en même temps dans le même lieu, sont contraintes d'y demeurer ensemble, Buffon, Quadrup. t. III, p. 41. Quoi qu'en pensent les ambitieux, les sociétés ne peuvent s'étendre au delà de certaines bornes sans s'affaiblir, Condillac, Étud. hist. III, 3. Des sociétés de vingt à trente millions d'hommes ; des cités de quatre à cinq cent mille âmes ; ce sont des monstres dans la nature, Raynal, Hist. phil. IX, 5. La société a, quoi qu'on fasse, beaucoup d'empire sur le bonheur ; et ce qu'elle n'approuve pas, il ne faut jamais le faire, Staël, Corinne, IX, 1. … J'entrevis que la connaissance textuelle des tarifs et des règlements et la manœuvre des chiffres ne constituaient pas seules le savoir en finance ; que l'étude de cette science ne pouvait se compléter que par celle de la société même, dont elle devait toujours avoir en regard les mouvements progressifs, conséquemment tous les intérêts nouveaux, dans l'application de chacun de ses actes, Mollien, Mém. d'un ministre du trésor public, I, 16. Sans doute M. de Calonne était fort inférieur à M. Turgot dans ce qu'on appellera un jour la science des sociétés humaines, ID. ib. I, 9. Société, vieil et sombre édifice, Ta chute, hélas ! menace nos abris, Tu vas crouler…, Béranger, les Quatre âges. Nous sommes en possession de deux éléments primitifs et fondamentaux de la civilisation française ; nous avons étudié d'une part la société romaine, de l'autre la société germaine, chacune en soi et avant leur rapprochement, Guizot, Hist. de la civil. en France, 8e leçon.
  • 2Réunion d'animaux qui concourent à un même but, qui ont un intérêt commun. Les fourmis vivent en société.
  • 3Communication, rapports, relations. C'est ici qu'il faut vous apprendre, par la sainte société que nous avons avec les saints anges, que notre origine est céleste, Bossuet, Sermons, Anges gardiens, Préambule. L'Église, en nous enseignant qu'il est utile de prier les saints, nous enseigne à les prier dans ce même esprit de charité et selon cet ordre de société fraternelle qui nous porte à demander le secours de nos frères vivants sur la terre, Bossuet, Expos. doctr. cath. 4. [Dieu] défendit à leur postérité [des Juifs] Avec tout autre dieu toute société, Racine, Athal. II, 4. Les dieux inférieurs, pour parler comme les païens, ou plutôt les hommes divins, peuvent avoir de la société avec les hommes mortels, en leur donnant des secours invisibles, Fénelon, t. XXII, p. 237. L'agriculture et l'industrie sont deux sœurs qui, par leur société entre elles, ont enfanté la société générale, Cambacérès, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. III, p. 5.
  • 4Association, participation. Il a connu parfaitement les biens qu'il [l'esprit de Dieu] vous donne : un trésor qui ne se perd pas, une vie qui ne finit pas, l'héritage de Jésus-Christ, la communication de sa gloire, la société de son trône, Bossuet, Panég. de saint Sulpice, Préambule. Combien d'âmes touchées de Dieu ne résistent à sa grâce et à son esprit, que de peur de perdre auprès de vous ce degré de confiance qu'une longue société de plaisir leur a donné ! Massillon, Pet. carême, Vices et vert. des gr. Une société de guerre avec les Romains, Montesquieu, Rom. 1.

    On dit quelquefois dans un sens analogue : la société conjugale.

    Ouvrage fait en société, fait en société avec quelqu'un, ouvrage fait en commun par deux ou plusieurs personnes.

  • 5 Terme de commerce et de jurisprudence. Union de plusieurs personnes qui sont jointes pour quelque affaire, pour quelque intérêt ; contrat d'association formé entre plusieurs personnes. Former, rompre une société. Dissolution, liquidation d'une société de commerce. La génisse, la chèvre et leur sœur la brebis Avec un fier lion, seigneur du voisinage, Firent société, dit-on, au temps jadis, Et mirent en commun le gain et le dommage, La Fontaine, Fabl. I, 6. Ils [les marchands] faisaient en société les entreprises qu'ils ne pouvaient faire seuls ; et la police de ces sociétés était inviolable, Fénelon, Tél. XI. Toutes sociétés doivent être rédigées par écrit, lorsque leur objet est d'une valeur de plus de cent cinquante francs, Code civil, art. 1834. On distingue deux sortes de sociétés universelles, la société de tous biens présents, et la société universelle de gains, ib. art. 1836. La société universelle de gains renferme tout ce que les parties acquerront par leur industrie, à quelque titre que ce soit, pendant le cours de la société, ib. art. 1838. La société particulière est celle qui ne s'applique qu'à certaines choses déterminées, ou à leur usage, ou aux fruits à percevoir, ib. art. 1841.

    La société en nom collectif, celle que contractent deux ou plusieurs personnes pour faire le commerce sous une raison sociale.

    Société en commandite, celle qui a lieu entre plusieurs personnes qui fournissent leur apport en argent, et un ou plusieurs gérants administrant l'affaire sous leur responsabilité.

    Société anonyme, celle qui a des actionnaires, et est administrée par des mandataires révocables, sans nom social.

    La société en participation, celle qui a lieu entre commerçants pour des opérations temporaires et déterminées.

    Terme d'arithmétique. Règle de société ou de compagnie, voy. COMPAGNIE, n° 4.

    Société léonine, société où tous les profits sont pour l'un, et toutes les charges pour l'autre.

  • 6Réunion de personnes qui s'assemblent pour vivre selon les règles d'un institut religieux, ou pour conférer sur certaines sciences. Société de la morale chrétienne On aura peut-être de la peine à comprendre comment une société aussi sainte dans son institution, et aussi pleine de gens de piété que l'est celle des jésuites, a pu avancer et soutenir de si étranges calomnies, Racine, Hist. Port-Royal. La Société royale de Londres, déjà formée, mais qui ne s'établit par des lettres patentes qu'en 1660, commença à adoucir les mœurs en éclairant les esprits, Voltaire, Mœurs, 182. Despréaux n'était guère moins dévoué aux écrivains de l'illustre société de Port-Royal, dont les ouvrages ont tant contribué à rétablir parmi nous l'étude et le goût de la saine antiquité, D'Alembert, Él. Despr. Ajoutons, car il faut être juste, qu'aucune société religieuse, sans exception, ne peut se glorifier d'un aussi grand nombre d'hommes célèbres dans les sciences et dans les lettres [que celle des jésuites], D'Alembert, Œuvr. t. V, p. 28. La Société royale de médecine établie à Paris, et composée de ce qu'il y a dans la Faculté de meilleur et de plus instruit, D'Alembert, Lett. au roi de Pr. 22 sept. 1777. L'astronomie n'est pas moins redevable à la Société royale de Londres, dont l'origine est, de quelques années, antérieure à celle de l'Académie des sciences, Laplace, Exp. V, 4.

    La société de Jésus, l'ordre des jésuites. Ils sont à présent aux prises avec les gens du parlement, qui trouvent que la société de Jésus est contraire à la société humaine, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 9 juil. 1761.

    Absolument, la Société, l'ordre des jésuites [avec une S majuscule]. L'inquisition et la Société, les deux fléaux de la vérité, Pascal, Pens. XXIV, 66, éd. HAVET. L'évêque de Meaux, malgré les coups que la Société lui portait sourdement, était lié, au moins d'estime, avec quelques jésuites, D'Alembert, Él. Boss. note 14.

    On met une S majuscule aux associations pour lesquelles le mot société, joint à une qualification, fait une sorte de nom propre.

    Société littéraire, association de gens qui se réunissent pour cultiver les lettres. Le plus grand service que les sociétés littéraires pourraient rendre aujourd'hui aux lettres, aux sciences et aux arts, serait de faire des méthodes et de tracer des routes qui épargneraient du travail, des erreurs, et conduiraient à la vérité par les voies les plus courtes et les plus sûres, Duclos, Consid. mœurs, 12.

    Société du Temple, Société des Tournelles, s'est dit de deux réunions littéraires et bachiques.

    Société savante, association de gens qui se réunissent pour cultiver les sciences. M. de Haller savait que, si c'est le génie seul qui fait dans les sciences les grandes découvertes, ce sont les sociétés savantes, les établissements d'instruction publique qui éclaircissent les découvertes, qui les répandent et les perfectionnent, Condorcet, Haller.

    Société d'Arcueil, société scientifique qui s'occupait de physique et de chimie, et qui était composée de Laplace, Berthollet, Biot, Gay-Lussac, Humboldt, Thenard, de Candolle, Collet, Descotils et A. Berthollet ; ainsi dite parce qu'elle se réunissait au château d'Arcueil, près Paris, chez Laplace.

    Quelquefois, dans un sens plus étendu, sociétés savantes, au pluriel, comprend les sociétés littéraires.

  • 7Il se dit aussi d'associations pour exécuter de la musique. Sociétés chantantes. La Société de l'Orphéon.
  • 8Société secrète, association de conspirateurs. Les sociétés secrètes travaillaient activement, mais en vain, après la restauration, à renverser les Bourbons.
  • 9Rapports qu'ont entre eux les habitants d'un pays, d'une ville. Mon dessein n'est pas de parler de l'amitié en parlant de la société ; bien qu'elles aient quelque rapport, elles sont néanmoins très différentes : la première a plus d'élévation et d'humilité, et le plus grand mérite de l'autre est de lui ressembler, La Rochefoucauld, Réfl. div. p. 123. Il a tellement les petites vertus qui font l'agrément de la société que, quand je ne le regretterais que comme mon voisin, j'en serais fâchée, Sévigné, 266. L'esprit d'union, de déférence et de société, caractère si essentiel à la république littéraire, Gresset, Disc. à l'Acad. Dans les lettres de Sévigné, l'on voit distinctement ce que l'esprit de société avait acquis de politesse, d'élégance, de mobilité, de souplesse, d'agrément dans sa négligence, de finesse dans sa malice, de noblesse dans sa gaieté, de grâce et de décence dans son abandon même et dans toute sa liberté, Marmontel, Œuv. t. IV, p. 413. Il y a très peu de société en Angleterre, parce qu'il faut être invité pour aller dîner et souper chez ses amis les plus intimes, Genlis, Mères riv. t. II, p. 315, dans POUGENS.
  • 10Compagnie de personnes qui s'assemblent ordinairement les unes chez les autres. La bonne société. La mauvaise société. Les mauvaises sociétés l'ont perdu. Je voudrais qu'on choisît tellement les sociétés d'un jeune homme, qu'il pensât bien de ceux qui vivent avec lui, Rousseau, Ém. IV. La promenade même m'est presque entièrement interdite, quoiqu'elle soit ma seule ressource, mes sociétés d'hiver étant toutes dispersées, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 28 juill. 1777. Fontenelle avait consenti sans peine à conserver cette réputation d'insensibilité ; il avait souffert les plaisanteries de ses sociétés sur sa froideur, sans chercher à les détromper, Condorcet, Malouin. On peut prévoir assez sûrement ce qu'un jeune homme doit être un jour, en le jugeant d'après ses sociétés, Condorcet, Duhamel.

    Absolument, la société, les gens qui ont des salons et ceux qui les fréquentent, pour la conversation, pour la causerie, le jeu. Voir la société. Calvin eut par trahison les feuilles d'un ouvrage que Servet faisait imprimer secrètement ; il les envoya à Lyon, avec les lettres qu'il avait reçues de lui : action qui suffirait pour le déshonorer dans la société ; car ce qu'on appelle l'esprit de la société est plus honnête et plus sévère que tous les synodes, Voltaire, Mœurs, 134. J'aimerais la société comme un autre, si je n'étais sûr de m'y montrer non-seulement à mon désavantage, mais tout autre que je ne suis, Rousseau, Conf. III. On vivrait donc toujours pour ce que la société dira de nous, reprit Oswald ; et ce qu'on pense et ce qu'on sent ne servirait jamais de rien, Staël, Corinne, IX, 1. Des femmes de la société, de graves philosophes avaient leurs chaires d'incrédulité, Chateaubriand, Génie, I, I, 1. La société était si brillante dans le dix-huitième siècle, elle était si spirituelle, qu'elle était à elle-même son unique point de vue, Villemain, Littér. franç. XVIIIe siècle, 2e part. 2e leçon.

    Talents de société, petits talents qui jettent de l'agrément dans les réunions. Les talents de société ne sont presque plus comptés pour rien, Mme de Puisieux, Ridic. à la mode, p. 214, dans POUGENS.

    Vers de société, vers faciles et sans prétention qui se font pour l'amusement de certaines sociétés. Une morale voluptueuse, des lettres écrites à des gens de cour, dans un temps où ce mot de cour était prononcé avec emphase par tout le monde, des vers médiocres qu'on appelle vers de société, faits dans des sociétés illustres, tout cela, avec beaucoup d'esprit, contribua à la réputation de ses ouvrages, Voltaire, Louis XIV, écrivains, St-Evremond.

  • 11Commerce habituel que l'on a avec certaines personnes. Cette personne est de notre société. Pour rendre la société commode, il faut que chacun conserve sa liberté ; il ne faut point se voir, ou se voir sans sujétion, et pour se divertir ensemble ; il faut pouvoir se séparer, sans que cette séparation apporte du changement, La Rochefoucauld, Réfl. div. p. 124. Elle est d'une bonne société, et nous sommes fort loin de nous ennuyer, Sévigné, 310. Elle ne serait nullement incommode, et l'on n'aurait de société avec elle qu'autant que l'on voudrait, Sévigné, 232. Je vous remercie, ma fille, de me mettre si joliment de votre société en me disant ce qui s'y passe, Sévigné, 2 oct. 1689. Ah ! mon enfant, qu'il est aisé de vivre avec moi ! qu'un peu de douceur, d'espèce de société, de confiance même superficielle, que tout cela me mène loin ! Sévigné, 6 nov. 1680. Ma société est composée de cinq ou six personnes qui me laissent une liberté entière, et avec qui j'en use de même ; la société sans la liberté est un supplice, Voltaire, Lett. au roi de Pr. 5 janv. 1767. Un souverain spirituel et qui veut plaire a, dans la société intime, un avantage que nul autre ne peut avoir, Genlis, Mme de Maintenon, t. I, p. 56, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIVe s. Souz umbre de la societé et aliance qu'il avoient aus Romains, Bercheure, f° 16. Nous n'avons aveuc les Faliques nulle société qui ait esté conjointe par commune aliance, Bercheure, f° 107.

XVIe s. La societé et amitié s'en augmente, Montaigne, I, 199. La doulce compagnie et societé de ce personnage, Montaigne, I, 219. Il y a une pareille societé entre le roytelet et le crocodile, Montaigne, II, 195. Le seigneur du bestail qui l'aura baillé à societé, Nouv. coust. gén. t. IV, p. 907.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SOCIÉTÉ. - HIST. XIVe s. Ajoutez : Pour che que lesdites terres ne soient plus en soihestés, ai consenti, de ma bonne volonté, à partir desdites terres… (1317), Du Cange, soistura.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Société : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOCIÉTÉ, s. f. (Morale.) les hommes sont faits pour vivre en société ; si l’intention de Dieu eût été que chaque homme vêcut seul, & séparé des autres, il auroit donné à chacun d’eux des qualités propres & suffisantes pour ce genre de vie solitaire ; s’il n’a pas suivi cette route, c’est apparemment parce qu’il a voulu que les liens du sang & de la naissance commençassent à former entre les hommes cette union plus étendue qu’il vouloit établir entr’eux ; la plûpart des facultés de l’homme, ses inclinations naturelles, sa foiblesse, ses besoins, sont autant de preuves certaines de cette intention du Créateur. Telle est en effet la nature & la constitution de l’homme, que hors de la société, il ne sauroit ni conserver sa vie, ni développer & perfectionner ses facultés & ses talens, ni se procurer un vrai & solide bonheur. Que deviendroit, je vous prie, un enfant, si une main bienfaisante & secourable ne pourvoyoit à ses besoins ? Il faut qu’il périsse si personne ne prend soin de lui ; & cet état de foiblesse & d’indigence, demande même des secours long-tems continués ; suivez-le dans sa jeunesse, vous n’y trouverez que grossiereté, qu’ignorance, qu’idées confuses ; vous ne verrez en lui, s’il est abandonné à lui même, qu’un animal sauvage, & peut-être féroce ; ignorant toutes les commodités de la vie, plongé dans l’oisiveté, en proie à l’ennui & aux soucis dévorans. Parvient-on à la vieillesse, c’est un retour d’infirmités, qui nous rendent presque aussi dépendans des autres, que nous l’étions dans l’enfance imbécille ; cette dépendance se fait encore plus sentir dans les accidens & dans les maladies ; c’est ce que dépeignoit fort bien Séneque, Senec. de benef. l. IV. c. xviij. « D’où dépend notre sûreté, si ce n’est des services mutuels ? il n’y a que ce commerce de bienfaits qui rende la vie commode, & qui nous mette en état de nous défendre contre les insultes & les évasions imprévues ; quel seroit le sort du genre humain, si chacun vivoit à part ? autant d’hommes, autant de proies & de victimes pour les autres animaux, un sang fort aisé à répandre, en un mot la foiblesse même. En effet, les autres animaux ont des forces suffisantes pour se défendre ; tous ceux qui doivent être vagabonds, & à qui leur férocité ne permet pas de vivre en troupes, naissent pour ainsi dire armés, au lieu que l’homme est de toute part environné de foiblesse, n’ayant pour armes ni dents ni griffes ; mais les forces qui lui manquent quand il se trouve seul, il les trouve en s’unissant avec ses semblables ; la raison, pour le dédommager, lui a donné deux choses qui lui rendent sa supériorité sur les animaux, je veux dire la raison & la sociabilité, par où celui qui seul ne pouvoit résister à personne, devient le tout ; la société lui donne l’empire sur les autres animaux ; la société fait que non content de l’élement où il est né, il étend son domaine jusque sur la mer ; c’est la même union qui lui fournit des remedes dans ses maladies, des secours dans sa vieillesse, du soulagement à ses douleurs & à ses chagrins ; c’est elle qui le met, pour ainsi dire, en état de braver la fortune. Otez la sociabilité, vous détruirez l’union du genre humain, d’où dépend la conservation & tout le bonheur de la vie. »

La société étant si nécessaire à l’homme, Dieu lui a aussi donné une constitution, des facultés, des talens qui le rendent très-propre à cet état ; telle est, par exemple, la faculté de la parole, qui nous donne le moyen de communiquer nos pensées avec tant de facilité & de promptitude, & qui hors de la société ne seroit d’aucun usage. On peut dire la même chose du penchant à l’imitation, & de ce merveilleux méchanisme qui fait que les passions & toutes les impressions de l’ame, se communiquent si aisément d’un cerveau à l’autre ; il suffit qu’un homme paroisse ému, pour nous émouvoir & nous attendrir pour lui : homo sum, humani a me nihil alienum puto. Si quelqu’un vous aborde avec la joie peinte sur le visage, il excite en nous un sentiment de joie ; les larmes d’un inconnu nous touchent, avant même que nous en sachions la cause, & les cris d’un homme qui ne tient à nous que par l’humanité, nous font courir à son secours, par un mouvement machinal qui précede toute délibération. Ce n’est pas tout, nous voyons que la nature a voulu partager & distribuer différemment les talens entre les hommes, en donnant aux uns une aptitude de bien faire certaines choses, qui sont comme impossibles à d’autres ; tandis que ceux-ci, à leur tour, ont une industrie qu’elle a refusée aux premiers ; ainsi, si les besoins naturels des hommes les font dépendre les uns des autres, la diversité des talens qui les rend propres à s’aider mutuellement, les lie & les unit. Ce sont là autant d’indices bien manifestes de la destination de l’homme pour la société.

Mais si nous consultons notre penchant, nous sentirons aussi que notre cœur se porte naturellement à souhaiter la compagnie de nos semblables, & à craindre une solitude entiere comme un état d’abandon & d’ennui. Que si l’on recherche d’où nous vient cette inclination liante & sociable, on trouvera qu’elle nous a été donnée très-à-propos par l’auteur de notre être, parce que c’est dans la société que l’homme trouve le remede à la plûpart de ses besoins, & l’occasion d’exercer la plûpart de ses facultés ; c’est là, surtout, qu’il peut éprouver & manifester ces sentimens, auxquels la nature a attaché tant de douceur, la bienveillance, l’amitié, la compassion, la générosité : car tel est le charme de ces affections sociables, que de-là naissent nos plaisirs les plus purs. Rien en effet de si satisfaisant ni de si flatteur, que de penser que l’on mérite l’estime & l’amitié d’autrui ; la science acquiert un nouveau prix, quand elle peut se produire au dehors ; & jamais la joie n’est plus vive que lorsqu’on peut la faire éclater aux yeux des autres, ou la repandre dans le sein d’un ami ; elle redouble en se communiquant, parce qu’à notre propre satisfaction se joint l’agréable idée que nous en causons aussi aux autres, & que par-là nous les attachons davantage à nous ; le chagrin au contraire diminue & s’adoucit, en le partageant avec quelqu’un, comme un fardeau s’allege quand une personne officieuse nous aide à le porter. Ainsi, tout nous invite à l’état de société ; le besoin nous en fait une nécessité, le penchant nous en fait un plaisir, & les dispositions que nous y apportons naturellement, nous montrent que c’est en effet l’intention de notre créateur. Si le christianisme canonise des solitaires, il ne leur en fait pas moins une suprème loi de la charité & de la justice, & par-là il leur suppose un rapport essentiel avec le prochain ; mais sans nous arrêter à l’état où les hommes peuvent être élevés, par des lumieres surnaturelles, considérons-les ici entant qu’ils sont conduits par la raison humaine.

Toute l’économie de la société humaine est appuyée sur ce principe général & simple : je veux être heureux ; mais je vis avec des hommes qui, comme moi, veulent être heureux également chacun de leur côté : cherchons le moyen de procurer notre bonheur, en procurant le leur, ou du moins sans y jamais nuire. Nous trouvons ce principe gravé dans notre cœur ; si d’un côté, le Créateur a mis l’amour de nous-mêmes, de l’autre, la même main y a imprimé un sentiment de bienveillance pour nos semblables ; ces deux penchans, quoique distincts l’un de l’autre, n’ont pourtant rien d’opposé : & Dieu qui les a mis en nous, les a destinés à agir de concert, pour s’entraider, & nullement pour se détruire ; aussi les cœurs bien faits & généreux trouvent-ils la satisfaction la plus pure, à faire du bien aux autres hommes, parce qu’ils ne font en cela que suivre une pente que la nature leur a donnée. Les moralistes ont donné à ce germe de bienveillance qui se développe dans les hommes, le nom de sociabilité. Du principe de la sociabilité, découlent, comme de leur source, toutes les lois de la société, & tous nos devoirs envers les autres hommes, tant généraux que particuliers. Tel est le fondement de toute la sagesse humaine, la source de toutes les vertus purement naturelles, & le principe général de toute la morale & de toute la société civile.

1°. Le bien commun doit être la regle suprème de notre conduite, & nous ne devons jamais chercher notre avantage particulier, au préjudice de l’avantage public ; c’est ce qu’exige de nous l’union que Dieu a établie entre les hommes.

2°. L’esprit de sociabilité doit être universel ; la société humaine embrasse tous les hommes avec lesquels on peut avoir commerce, puisqu’elle est fondée sur les relations qu’ils ont tous ensemble, en conséquence de leur nature & de leur état. Voyez Humanité. Un prince d’Allemagne, duc de Wirtemberg, sembloit en être persuadé, lorsqu’un de ses sujets le remerciant de l’avoir protégé contre ses persécuteurs : mon enfant, lui dit le prince, je l’aurois dû faire à l’égard d’un turc ; comment y aurois-je manqué à l’égard d’un de mes sujets ?

3°. L’égalité de nature entre les hommes, est un principe que nous ne devons jamais perdre de vue. Dans la société c’est un principe établi par la philosophie & par la religion ; quelqu’inégalité que semble mettre entr’eux la différence des conditions, elle n’a été introduite que pour les faire mieux arriver, selon leur état présent, tous à leur fin commune, qui est d’être heureux autant que le comporte cette vie mortelle ; encore cette différence qui paroît bien mince à des y eux philosophiques, est-elle d’une courte durée ; il n’y a qu’un pas de la vie à la mort, & la mort met au même terme ce qui est de plus élevé & de plus brillant, avec ce qui est de plus bas & de plus obscur parmi les hommes. Il ne se trouve ainsi, dans les diverses conditions, guere plus d’inégalité que dans les divers personnages d’une même comédie : la fin de la piece remet les comédiens au niveau de leur condition commune, sans que le court intervalle qu’a duré leur personnage, ait persuadé ou pû persuader à aucun d’eux, qu’il étoit réellement au-dessus ou au-dessous des autres. Rien n’est plus beau dans les grands, que ce souvenir de leur égalité avec les autres hommes, par rapport à leur nature. Un trait du roi de Suede, Charles XII. peut donner à ce sujet une idée plus haute de ses sentimens, que la plus brillante de ses expéditions. Un domestique de l’ambassadeur de France, attendant un ministre de la cour de Suede, fut interrogé sur ce qu’il attendoit, par une personne à lui inconnue, & vétue comme un simple soldat ; il tint peu de compte de satisfaire à la curiosité de cet inconnu ; un moment après, des seigneurs de la cour abordant la personne simplement vétue, la traiterent de votre majesté, c’étoit effectivement le roi ; le domestique au désespoir, & se croyant perdu, se jette à ses piés, & demande pardon de son inconsidération d’avoir pris sa majesté, disoit-il, pour un homme. Vous ne vous êtes point mépris, lui dit le roi avec humanité, rien ne ressemble plus à un homme qu’un roi. Tous les hommes, en supposant ce principe de l’égalité qui est entre eux, doivent y conformer leur conduite, pour se preter mutuellement les secours dont ils sont capables ; ceux qui sont les plus puissans, les plus riches, les plus accrédités, doivent être disposés à employer leur puissance, leurs richesses, & leur autorité, en faveur de ceux qui en manquent, & cela à proportion du besoin qui est dans les uns, & du pouvoir d’y subvenir qui est dans les autres.

4°. La sociabilité étant d’une obligation réciproque entre les hommes, ceux qui par leur malice, ou leur injustice, rompent le lien de la société. ne sauroient se plaindre raisonnablement, si ceux qu’ils offensent, ne les traitent plus comme amis, ou même s’ils en viennent contre eux à des voies de fait ; mais si l’on est en droit de suspendre à l’égard d’un ennemi, les actes de la bienveillance, il n’est jamais permis d’en étouffer le principe : comme il n’y a que la nécessité qui nous autorise à recourir à la force contre un injuste aggresseur ; c’est aussi cette même nécessité qui doit être la regle & la mesure du mal que nous pouvons lui faire, & nous devons toujours être disposés à rentrer en amitié avec lui, dès qu’il nous aura rendu justice, & que nous n’aurons plus rien à craindre de sa part. Il faut donc bien distinguer la juste défense de soi-même, de la vengeance ; la premiere ne fait que suspendre, par nécessité & pour un tems, l’exercice de la bienveillance, & n’a rien d’opposé à la sociabilité ; mais l’autre, étouffant le principe même de la bienveillance, met à sa place un sentiment de haine & d’animosité, vicieux en lui-même, contraire au bien public, & que la loi naturelle condamne formellement.

Ces regles générales sont fertiles en conséquences ; il ne faut faire aucun tort à autrui, ni en parole, ni en action, & l’on doit réparer tout dommage : car la société ne sauroit subsister si l’on se permet des injustices.

Il faut être sincere dans ses discours, & tenir ses engagemens : car quelle confiance les hommes pourroient-ils prendre les uns aux autres ; & quelle sûreté y auroit-il dans le commerce, s’il étoit permis de tromper & de violer la foi donnée !

Il faut rendre à chacun non-seulement le bien qui lui appartient, mais encore le degré d’estime & d’honneur qui lui est dû, selon son état & son rang : parce que la subordination est le lien de la société, & que sans cela il n’y auroit aucun ordre dans les familles, ni dans le gouvernement civil.

Mais si le bien public demande que les inférieurs obéissent, le même bien public veut que les supérieurs conservent les droits de ceux qui leur sont soumis, & ne les gouvernent que pour les rendre plus heureux. Tout supérieur ne l’est point pour lui même, mais uniquement pour les autres ; non pour sa propre satisfaction & pour sa grandeur particuliere, mais pour le bonheur & le repos des autres. Dans l’ordre de la nature, est-il plus homme qu’eux ? a-t-il une ame ou une intelligence supérieure ? & quand il l’auroit, a-t-il plus qu’eux d’envie ou de besoin de vivre satisfait & content ? A regarder les choses par cet endroit, ne seroit-il pas bizarre que tous fussent pour un, & que plutôt un ne fût pas pour tous ? d’où pourroit-il tirer ce droit ? de sa qualité d’homme ? elle lui est commune avec les autres : du goût de les dominer ? les autres certainement ne lui cederont pas en ce point : de la possession même où il se trouve de l’autorité ? qu’il voye de qui il la tient, dans quelle vue on la lui laisse, & à quelle condition ; tous devant contribuer au bien de la société, il y doit bien plus essentiellement servir, n’étant supérieur qu’à titre onéreux, & pour travailler au bonheur commun, à proportion de l’élévation que sa qualité lui donne au-dessus des autres. Quelqu’un disoit devant le roi de Syrie, Antigone, que les princes étoient les maîtres, & que tout leur étoit permis : oui, reprit-il, parmi les barbares ; à notre égard, ajouta t-il, nous sommes maîtres des choses préscrites, par la raison & l’humanité ; mais rien ne nous est permis, que ce qui est conforme à la justice & au devoir.

Tel est le contrat formel ou tacite passé entre tous les hommes, les uns sont au-dessus, les autres au-dessous pour la différence des conditions ; pour rendre leur société aussi heureuse qu’elle le puisse être ; si tous étoient rois, tous voudroient commander, & nul n’obéiroit ; si tous étoient sujets, tous devroient obéir, & aucun ne le voudroit faire plus qu’un autre ; ce qui rempliroit la société de confusion, de trouble, de dissension ; au lieu de l’ordre & de l’arrangement qui en fait le secours, la tranquillité, & la douceur. Le supérieur est donc redevable aux inférieurs, comme ceux-ci lui sont redevables ; l’un doit procurer le bonheur commun par voie d’autorité, & les autres par voie de soumission ; l’autorité n’est légitime, qu’autant qu’elle contribue à la fin pour laquelle a été instituée l’autorité même ; l’usage arbitraire qu’on en feroit, seroit la destruction de l’humanité & de la société.

Nous devons travailler tous pour le bonheur de la société à nous rendre maîtres de nous-mêmes ; le bonheur de la société se réduit à ne point nous satisfaire aux dépens de la satisfaction des autres : or les inclinations, les desirs, & les goûts des hommes, se trouvent continuellement opposés les uns aux autres. Si nous comptons de vouloir suivre les nôtres en tout, outre qu’il nous sera impossible d’y réussir, il est encore plus impossible que par-là nous ne mécontentions les autres, & que tôt ou tard le contre-coup ne retombe sur nous ; ne pouvant les faire tous passer à nos goûts particuliers, il faut nécessairement nous monter au goût qui regne le plus universellement, qui est la raison. C’est donc celui qu’il nous faut suivre en tout ; & comme nos inclinations & nos passions s’y trouvent souvent contraires, il faut par nécessité les contrarier. C’est à quoi nous devons travailler sans cesse, pour nous en faire une salutaire & douce habitude. Elle est la base de toute vertu, & même le premier principe de tout savoir vivre, selon le mot d’un homme d’esprit de notre tems, qui faisoit consister la science du monde à savoir se contraindre sans contraindre personne. Bien qu’il se trouve des inclinations naturelles, incomparablement plus conformes que d’autres, à la regle commune de la raison ; cependant il n’est personne qui n’ait à faire effort de ce côté-là, & à gagner sur soi ; ne fût-ce que par une sorte de liaison, qu’ont avec certains défauts les plus heureux tempéramens.

Enfin, les hommes se prennent par le cœur & par les bienfaits, & rien n’est plus convenable à l’humanité, ni plus utile à la société, que la compassion, la douceur, la bénéficence, la générosité. Ce qui fait dire à Cicéron, « que comme il n’y a rien de plus vrai que ce beau mot de Platon, que nous ne sommes pas nés seulement pour nous-mêmes, mais aussi pour notre patrie & pour nos amis ; & que comme disent les Stoïciens, si les productions de la terre sont pour les hommes, les hommes eux-mêmes sont nés les uns pour les autres, c’est-à-dire, pour s’entre-aider & se faire du bien mutuellement ; nous devons tous entrer dans les desseins de la nature, & suivre notre destination en contribuant chacun du sien pour l’utilité commune par un comerce réciproque & perpétuel de services & de bons offices, n’étant pas moins empressés à donner qu’à recevoir, & employant non-seulement nos soins & notre industrie, mais nos biens mêmes à serrer de plus en plus les nœuds de la société humaine ». Puis donc que tous les sentimens de justice & de bonté sont les seuls & vrais liens qui attachent les hommes les uns aux autres, & qui peuvent rendre la société stable, tranquille, & florissante, il faut regarder ces vertus comme autant de devoirs que Dieu nous impose, par la raison que tout ce qui est nécessaire à son but, & par cela même conforme à sa volonté.

Quelque plausibles que puissent être les maximes de la morale, & quelque utilité qu’elles puissent avoir pour la douceur de la société humaine, elles n’auront rien de fixe & qui nous attache inébranlablement sans la religion. Quoique la seule raison nous rende palpables en général les principes des mœurs qui contribuent à la douceur & à la paix que nous devons goûter & faire goûter aux autres dans la société ; il est vrai pourtant qu’elle ne suffit pas en certaines occasions, pour nous convaincre que notre avantage est toujours joint avec celui de la société : il faut quelquefois (& cela est nécessaire pour le bonheur de la société) nous priver d’un bien présent, ou même essuyer un mal certain, pour ménager un bien à venir, & prévenir un mal quoiqu’incertain. Or, comment faire goûter à un esprit qui n’est capable que des choses sensuelles ou actuellement sensibles, le parti de quitter un bien présent & déterminé, pour un bien à venir & indéterminé ; un bien qui dans le moment même le touche vivement du côté de la cupidité, pour un bien qui ne le touche que foiblement du côté de sa raison : sera-t-il arrêté par les reproches de la conscience, quand la religion ne les suscite pas ? par la crainte de la punition, quand la force & l’autorité l’en mettent à couvert ? par le sentiment de la honte & de la confusion, quand il sait dérober son crime à la connoissance d’autrui ? par les regles de l’humanité, quand il est déterminé à traiter les autres sans ménagement, pour se satisfaire lui-même ? par les principes de la prudence, quand la fantaisie ou l’humeur lui tiennent lieu de tous les motifs ? par le jugement des personnes judicieuses & sensées, quand la présomption lui fait préférer son jugement à celui du reste des hommes ? Il est peu d’esprits d’un caractere si outre, mais il peut s’en trouver : il s’en trouve quelquefois, & il doit même s’en trouver un grand nombre, si l’on foule aux piés les principes de la religion naturelle.

En effet, que les principes & les traités de morale soient mille fois plus sensés encore & plus démonstratifs qu’ils ne sont, qui est-ce qui obligera des esprits libertins de s’y rendre, si le reste du genre humain en adopte les maximes ? en seront-ils moins disposés à les rejetter malgré le genre humain, & à les soumettre au tribunal de leurs bisarreries & de leur orgueil ? Il paroît donc que sans la religion il n’est point de frein assez ferme qu’on puisse donner ni aux saillies de l’imagination, ni à la présomption de l’esprit, ni à la source des passions, ni à la corruption du cœur, ni aux artifices de l’hypocrisie. D’un côté vérité, justice, sagesse, puissance d’un Dieu vengeur des crimes, & remunérateur des actions justes, sont des idées qui tiennent si naturellement & si nécessairement les unes aux autres, que les unes ne peuvent subsister, là où les autres sont détruites. Ceci prouve évidemment combien est nécessaire l’union de la religion & de la morale, pour affermir le bonheur de la société.

Mais, 1°. pour mettre cette vérité dans toute son évidence, il faut observer que les vices des particuliers quels qu’ils soient, nuisent au bonheur de la société ; on nous accorde déjà, que certains vices, tels que la calomnie, l’injustice, la violence, nuisent à la société. Je vais plus loin, & je soutiens que les vices mêmes qu’on regarde ordinairement comme ne faisant tort qu’à celui qui en est atteint, sont pernicieux à la société. On entend dire assez communément, par exemple, qu’un homme qui s’enivre ne fait tort qu’à lui-même ; mais pour peu qu’on y fasse d’attention, on s’appercevra que rien n’est moins juste que cette pensée. Il ne faut qu’écouter pour cela les personnes obligées de vivre dans une même famille avec un homme sujet à l’excès du vin. Ce que nous souhaitons le plus dans ceux avec qui nous vivons, c’est de trouver en eux de la raison ; elle ne leur manque jamais à notre égard, que nous n’ayons droit de nous en plaindre. Quelque opposés que puissent être les autres vices à la raison, ils en laissent du-moins certaine lueur, certain usage, certaine regle ; l’ivresse ôte toute lueur de la raison ; elle éteint absolument cette particule, cette étincelle de la divinité qui nous distingue des bêtes : elle détruit par-là toute la satisfaction & la douceur, que chacun doit mettre & recevoir dans la société humaine. On a beau comparer la privation de la raison par l’ivresse avec la privation de la raison par le sommeil, la comparaison ne sera jamais sérieuse ; l’une est pressante par le besoin de réparer les esprits qui s’épuisent sans cesse, & qui servent à l’exercice même de la raison ; au lieu que l’autre supprime tout-d’un-coup cet exercice, & à la longue en détruit, pour ainsi dire, les ressorts. Aussi l’auteur de la nature, en nous assujettissant au sommeil, en a-t-il ôté les inconvéniens, & la monstrueuse indécence qui se trouve dans l’ivresse. Bien que celui-ci semble quelquefois avoir un air de gaieté, le plaisir qu’elle peut donner est toujours un plaisir de fou qui n’ôte point l’horreur secrette que nous concevons contre tout ce qui détruit la raison, laquelle seule contribue à rendre constamment heureux ceux avec qui nous vivons.

Le vice de l’incontinence qui paroît moins opposé au bonheur de la société, l’est peut-être encore davantage. On conviendra d’abord que quand elle blesse les droits du mariage, elle fait au cœur de l’outragé la plaie la plus profonde : les lois romaines qui servent comme de principes aux autres lois, supposent qu’en ce moment il n’est pas en état de se posséder ; de maniere qu’elles semblent excuser en lui le transport par lequel il ôteroit la vie à l’auteur de son outrage. Ainsi le meurtre, qui est le plus opposé de l’humanité, semble par-là être mis en parallele avec l’adultere. Les plus tragiques événemens de l’histoire, & les figures les plus pathétiques qu’ait inventé la fable, ne nous montrent rien de plus affreux que les effets de l’incontinence dans le crime de l’adultere ; ce vice n’a guere de moins funestes effets, quand il se rencontre entre des personnes libres ; la jalousie y produit fréquemment les mêmes fureurs. Un homme d’ailleurs livré à cette passion, n’est plus à lui-même ; il tombe dans une sorte d’humeur morne & brute qui le dégoûte de ses devoirs ; l’amitié, la charité, la parenté, la république, n’ont point de voix qui se fasse entendre, quand leurs droits se trouvent en compromis avec les attraits de la volupté. Ceux qui en sont atteints, & qui se flattent de n’avoir jamais oublié ce qu’ils devoient à leur état, jugent de leur conduite par ce qu’ils en connoissent ; mais toute passion nous aveugle ; & de toutes les passions, il n’en est point qui aveugle davantage. C’est le caractere le plus marqué que la vérité & la fable attribuent de concert à l’amour ; ce seroit une espece de miracle, qu’un homme sujet aux desordres de l’incontinence, qui donnât à sa famille, à ses amis, à ses citoyens, la satisfaction & la douceur que demanderoient les droits du sang, de la patrie, & de l’amitié ; enfin, la nonchalance, le dégoût, la mollesse, sont les moindres & les plus ordinaires inconvéniens de ce vice. Le savoir vivre qui est la plus douce & la plus familiere des vertus de la vie civile, ne se trouve communément dans la pratique que par l’usage de se contraindre sans contraindre les autres. Combien faut-il davantage se contraindre & gagner sur soi, pour remplir les devoirs les plus importans qu’exigent la droiture, l’équité, la charité, qui sont la base & le fondement de toute société ? Or, de quelle contrainte est capable un homme amolli & efféminé ? Ce n’est pas que malgré ce vice, il ne reste encore de bonnes qualités ; mais il est certain que par-là elles sont extraordinairement affoiblies ; il est donc constant que la société se ressent toujours de la maligne influence des desordres qui paroissent d’abord ne lui donner aucune atteinte. Or, puisque la religion est un frein nécessaire pour les arrêter, il s’ensuit évidemment qu’elle doit s’unir à la morale, pour assurer le bonheur de la société.

2°. Il est certain que les devoirs qui nous reglent par rapport à nous-mêmes, n’aident pas peu à nous régler aussi par rapport aux autres hommes. Il est encore certain que ces deux sortes de devoirs se renforcent beaucoup de notre exactitude à remplir nos devoirs envers Dieu. La crainte de Dieu jointe à un parfait dévouement pour sa volonté, est un motif très-efficace pour engager les hommes à s’acquitter de ce qui les concerne directement eux-mêmes, & à faire pour la société tout ce qu’ordonne la loi naturelle. Otez une fois la religion, vous ébranlez tout l’édifice des vertus morales ; il ne repose sur rien. Concluons que les trois principes de nos devoirs sont trois différens ressorts qui donnent au système de l’humanité le mouvement & l’action, & qu’ils agissent tous à-la-fois pour l’exécution des vûes du Créateur.

3°. La société, toute armée qu’elle est des lois, n’a de force que pour empêcher les hommes de violer ouvertement la justice, tandis que les attentats commis en secret, & qui ne sont pas moins préjudiciables au bien public ou commun, échappent à sa rigueur. Depuis même l’invention des sociétés, les voies ouvertes se trouvant prohibées, l’homme est devenu beaucoup plus habile dans la pratique des voies secrettes, puisque c’est la seule ressource qui lui reste pour satisfaire ses desirs immodérés ; desirs qui ne subsistent pas moins dans l’état de société que dans celui de nature. La société fournit elle-même une espece d’encouragement à ces manœuvres obscures & criminelles, dont la loi ne sauroit prendre connoissance, en ce que ses soins pour la sûretê commune, le but de son établissement, endorment les gens de bien en même tems qu’ils aiguisent l’industrie des scélérats. Ses propres précautions ont tourné contre elle-même ; elles ont subtilisé les vices, rafiné l’art du crime : & delà vient que l’on voit assez souvent chez les nations policées des forfaits dont on ne trouve point d’exemple chez les sauvages. Les Grecs avec toute leur politesse, avec toute leur érudition, & avec toute leur jurisprudence, n’acquirent jamais la probité que la nature toute seule faisoit reluire parmi les Scythes.

Ce n’est pas tout : les lois civiles ne sauroient empêcher qu’on ne donne quelquefois au droit & à la justice des atteintes ouvertes & publiques ; elles ne le sauroient lorsqu’une prohibition trop sévere donne lieu de craindre quelque irrégularité plus grande, ce qui arrive dans les cas où l’irrégularité est l’effet de l’intempérance des passions naturelles. L’on convient généralement qu’il n’y a point d’état grand & florissant où l’on puisse punir l’incontinence de la maniere que le mériteroient les funestes influences de ce vice à l’égard de la société. Restreindre ce vice avec trop de sévérité, ce seroit donner lieu à des désordres encore plus grands.

Ce ne sont pas là les seuls foibles de la loi : en approfondissant les devoirs réciproques qui naissent de l’égalité des citoyens, on trouve que ces devoirs sont de deux sortes ; les uns que l’on appelle devoirs d’obligation parfaite, parce que la loi civile peut aisément & doit nécessairement en prescrire l’étroite observation ; les autres que l’on appelle devoirs d’obligation imparfaite, non que les principes de morale n’en exigent en eux mêmes la pratique avec rigidité, mais parce que la loi ne peut que trop difficilement en prendre connoissance, & que l’on suppose qu’ils n’affectent point si immédiatement le bien être de la société. De cette derniere espece sont les devoirs de la reconnoissance, de l’hospitalité, de la charité, &c. devoirs sur lesquels les lois en général gardent un profond silence, & dont la violation néanmoins est aussi fatale, quoiqu’à la vérité moins prompte dans ses effets que celle des devoirs d’obligation parfaite. Séneque, dont les sentimens en cette occasion sont ceux de l’antiquité, ne fait point difficulté de dire que rien n’est plus capable de rompre la concorde du genre humain que l’ingratitude.

La société elle-même a produit un nouveau genre de devoirs qui n’existoient point dans l’état de nature ; & quoiqu’entierement de sa création, elle a manqué de pouvoir pour les faire observer : telle est par exemple, cette vertu surannée & presque de mode, que l’on appelle l’amour de la patrie. Enfin la société a non-seulement produit de nouveaux devoirs, sans en pouvoir prescrire une observation étroite & rigide ; mais elle a encore le défaut d’avoir augmenté & enflammé ces desirs désordonnés qu’elle devoit servir à éteindre & à corriger ; semblables à ces remedes qui dans le tems qu’ils travaillent à la guérison d’une maladie, en augmentent le degré de malignité. Dans l’état de nature, on avoit peu de choses à souhaiter, peu de desirs à combattre ; mais depuis l’établissement des sociétés, nos besoins ont augmenté à mesure que les rits de la vie se sont multipliés & perfectionnés ; l’accroissement de nos besoins a été suivi de celui de nos desirs, & graduellement de celui de nos efforts, pour surmonter l’obstacle des lois : c’est cet accroissement de nouveaux arts, de nouveaux besoins, de nouveaux désirs, qui a insensiblement amorti l’esprit d’hospitalité & de générosité, & qui lui a substitué celui de cupidité, de venalité & d’avarice.

La nature des devoirs, dont l’observation est nécessaire pour conserver l’harmonie de la société civile ; les tentations fortes & fréquentes, & les moyens obscurs & secrets qu’on a de les violer ; le foible obstacle que l’infliction des peines ordonnées par les lois oppose à l’infraction de plusieurs de ces devoirs, le manque d’encouragement à les observer, provenant de l’impossibilité où est la société de distribuer de justes récompenses : tous ces défauts, toutes ces imperfections inséparables de la nature de la société même, démontrent la nécessité d’y ajouter la force de quelque autre pouvoir coactif, capable d’avoir assez d’influence sur l’esprit des hommes pour maintenir la société, & l’empêcher de retomber dans la confusion & le désordre. Puisque la crainte du mal & l’espérance du bien, qui font les deux grands ressorts de la nature pour déterminer les hommes, suffisent à peine pour faire observer les lois ; puisque la société civile ne peut employer l’un qu’imparfaitement, & n’est point en état de faire aucun usage de l’autre ; puisque enfin la religion seule peut réunir ces deux ressorts & leur donner de l’activité, qu’elle seule peut infliger des peines & toujours certaines & toujours justes ; que l’infraction soit ou publique ou secrette, & que les devoirs enfraints soient d’une obligation parfaite ou imparfaite ; puisqu’elle seule peut apprécier le mérite de l’obéissance, pénétrer les motifs de nos actions, & offrir à la vertu des récompenses que la société civile ne sauroit donner, il s’ensuit évidemment que l’autorité de la religion est de nécessité absolue, non-seulement pour procurer à la société mille douceurs & mille agrémens, mais encore pour assurer l’observation des devoirs, & maintenir le gouvernement civil. Voyez l’article de la Probité, & celui des Athées.

La religion ayant été démontrée nécessaire au soutien de la société civile, on n’a pas besoin de démontrer qu’on doit se servir de son secours de la maniere la plus avantageuse à la société, puisque l’expérience de tous les siecles & de tous les pays nous apprend que leur force réunie suffit à peine pour réfréner les désordres, & empêcher les hommes de tomber dans un état de violence & de confusion. La politique & la religion, l’état & l’Eglise, la société civile & la société religieuse, lorsqu’on sait les unir & les lier ensemble, s’embellissent & se fortifient réciproquement, mais on ne peut faire cette union qu’on n’ait premierement approfondi leur nature.

Pour s’assurer de leur nature, le vrai moyen est de découvrir & de fixer quelle est leur fin ou leur but. Les ultramontains ont voulu asservir l’état à l’Eglise ; & les Erastiens, gens factieux qui s’éleverent en Angleterre du tems de la prétendue réformation, ainsi appellés du nom de Thomas Eraste leur chef, ont voulu asservir l’Eglise à l’état. Pour cet effet, ils anéantissoient toute discipline ecclésiastique, & dépouilloient l’Eglise de tous ses droits, soutenant qu’elle ne pouvoit ni excommunier ni absoudre, ni faire des decrets. C’est pour n’avoir point étudié la nature de ces deux différentes sociétés, que les uns & les autres sont tombés à ce sujet dans les erreurs les plus étranges & les plus funestes.

Les hommes en instituant la société civile, ont renoncé à leur liberté naturelle, & se sont soumis à l’empire du souverain civil : or ce ne pouvoit pas être dans la vûe de se procurer les biens dont ils auroient pu jouir sans cela ; c’étoit donc dans la vûe de quelque bien fixe & précis, qu’ils ne pouvoient se promettre que de l’établissement de la source civile ; & ce ne peut être que pour se procurer cet objet qu’ils ont armé le souverain de la force de tous les membres qui composent la société, afin d’assurer l’exécution des decrets que l’état rendroit dans cette vûe. Or ce bien fixe & précis qu’ils ont eu en vûe en s’associant, n’a pu être que celui de se garantir réciproquement des injures qu’ils auroient pu recevoir des autres hommes, & de se mettre en état d’opposer à leur violence une force plus grande, & qui fût capable de punir leur attentat. C’est ce que promet aussi la nature du pouvoir dont la société civile est revêtue pour faire observer ses lois ; pouvoir qui ne consiste que dans la force & les châtimens, & dont elle ne sauroit faire un usage légitime que conformément au but pour lequel elle a été établie. Elle en abuse lorsqu’elle entreprend de l’appliquer à une autre fin ; & cela est si manifeste & si exactement vrai, qu’alors même son pouvoir devient inefficace ; sa force, si puissante pour les intérêts civils ou corporels, ne pouvant rien sur les choses intellectuelles & spirituelles. C’est sur ces principes incontestables que M. Locke a démontré la justice de la tolérance, & l’injustice de la persécution en matiere de religion.

Nous disons donc avec ce grand philosophe, que le salut des ames n’est ni la cause ni le but de l’institution des sociétés civiles. Ce principe établi, il s’ensuit que la doctrine & la morale, qui sont les moyens de gagner le salut, & qui constituent ce que les hommes en général entendent par le mot de religion, ne sont point du district du magistrat. Il est évident que la doctrine n’en est point, parce que le pouvoir du magistrat ne peut rien sur les opinions : par rapport à la morale, la discution de ce point exige une distinction. L’institution & la réformation des mœurs intéressent le corps & l’ame, l’économie civile & religieuse : en tant qu’elles intéressent la religion, le magistrat civil en est exclus ; mais en tant qu’elles intéressent l’état, le magistrat doit y veiller lorsque le cas le requiert, y faire intervenir la force de l’autorité. Que l’on jette les yeux sur tous les codes & les digestes, à chaque action criminelle est désigné son châtiment ; non en tant qu’elle est vice ou qu’elle s’éloigne des regles éternelles du juste ou de l’injuste ; non en tant qu’elle est péché, ou qu’elle s’éloigne des regles prescrites par la révélation extraordinaire de la volonté divine, mais en tant qu’elle est crime, c’est-à-dire à proportion de la malignité de son influence, relativement au bien de la société civile. Si l’on en demande la raison, c’est que la société a pour but, non le bien des particuliers, mais le bien public, qui exige que les lois déploient toute leur sévérité contre les crimes auxquels les hommes sont les plus enclins, & qui attaquent de plus près les fondemens de la société.

Différentes raisons & diverses circonstances ont contribué à faire croire que les soins du magistrat s’étendoient naturellement à la religion, en tant qu’elle concerne le salut des ames. Il a lui-même encouragé cette illusion flatteuse, comme propre à augmenter son pouvoir & la vénération des peuples pour sa personne. Le mélange confus des intérêts civils & religieux, lui a fourni les moyens de pouvoir le faire avec assez de facilité.

Dans l’enfance de la société civile, les peres de famille qui remplissoient toujours les fonctions du sacerdoce, étant parvenus ou appellés à l’administration des affaires publiques, porterent les fonctions de leur premier état dans la magistrature, & exécuterent en personne ces doubles fonctions. Ce qui n’étoit qu’accidentel dans son origine, a été regardé dans la suite comme essentiel. La plûpart des anciens législateurs ayant trouvé qu’il étoit nécessaire pour exécuter leurs projets, de prétendre à quelque inspiration & à l’assistance extraordinaire des dieux, il leur étoit naturel de mêler & de confondre les objets civils & religieux, & les crimes contre l’état, avec les crimes contre les dieux sous l’auspice desquels l’état avoit été établi & se conservoit. D’ailleurs dans le paganisme outre la religion des particuliers, il y avoit un culte & des cérémonies publiques instituées & observées par l’état & pour l’état, comme état. La religion intervenoit dans les affaires du gouvernement ; on n’entreprenoit, on n’exécutoit rien sans l’avis de l’oracle. Dans la suite, lorsque les empereurs romains se convertirent à la religion chrétienne, & qu’ils placerent la croix sur le diadème, le zele dont tout nouveau prosélyte est ordinairement épris, leur fit introduire dans les institutions civiles des lois contre le péché. Ils firent passer dans l’administration politique les exemples & les préceptes de l’Ecriture, ce qui contribua beaucoup à confondre la distinction qui se trouve entre la société civile & la société religieuse. On ne doit cependant pas rejetter ce faux jugement sur la religion chrétienne, car la distinction de ces deux sociétés y est si expresse & si formelle, qu’il n’est pas aisé de s’y méprendre. L’origine de cette erreur est plus ancienne, & on doit l’attribuer à la nature de la religion juive, où ces deux sociétés étoient en quelque maniere incorporées ensemble.

L’établissement de la police civile parmi les Juifs étant l’institution immédiate de Dieu même, le plan en fut regardé comme le modele du gouvernement le plus parfait & le plus digne d’être imité par des magistrats chrétiens. Mais l’on ne fit pas réflexion que cette jurisdiction à laquelle les crimes & les péchés étoient assujettis, étoit une conséquence nécessaire d’un gouvernement théocratique, où Dieu présidoit d’une maniere particuliere, & qui étoit d’une forme & d’une espece absolument différentes de celles de tous les gouvernemens d’institution humaine. C’est à la même cause qu’il faut attribuer les erreurs des Protestans sur la réformation des états, la tête de leurs premiers chefs se trouvant remplie des idées de l’économie judaïque. On ne doit pas être étonné que dans les pays où le gouvernement reçut une nouvelle forme en même tems que les peuples adopterent une religion nouvelle, on ait affecté une imitation ridicule du gouvernement des Juifs, & qu’en conséquence le magistrat ait témoigné plus de zele pour réprimer les péchés, que pour réprimer les crimes. Les ministres prétendus réformés, hommes impérieux, en voulant modeler les états sur leurs vues théologiques, prouverent, de l’aveu même des protestans sensés, qu’ils étoient aussi mauvais politiques que mauvais théologiens. A ces causes de la confusion des matieres civiles & religieuses, on en peut encore ajouter plusieurs autres. Il n’y a jamais eu de société civile ancienne ou moderne, où il n’y ait eu une religion favorite établie & protégée par les lois, établissement qui est fondé sur l’alliance libre & volontaire qui se fait entre la puissance ecclésiastique pour l’avantage réciproque de l’un & de l’autre. Or en conséquence de cette alliance, les deux sociétés se prêtent en certaines occasions une grande partie de leur pouvoir, & il arrive même quelquefois qu’elles en abusent réciproquement. Les hommes jugeant par les faits, sans remonter à leur cause & à leur origine, ont cru que la société civile avoit par son essence un pouvoir qu’elle n’a que par emprunt. On doit encore observer que quelquefois la malignité du crime est égale à celle du péché, & que dans ce cas les hommes ont peu considéré si le magistrat punissoit l’action comme crime ou comme péché ; tel est, par exemple, le cas du parjure & de la profanation du nom de Dieu, que les lois civiles de tous les états punissent avec sévérité. L’idée complexe de crime & celle de péché étant d’ailleurs d’une nature abstraite, & composée d’idées simples, communes à l’une & à l’autre, elles n’ont pas été également distinguées par tout le monde ; souvent elles ont été confondues, comme n’étant qu’une seule & même idée ; ce qui sans doute n’a pas peu contribué à fomenter l’erreur de ceux qui confondent les droits respectifs des sociétés civiles & religieuses. Cet examen suffit pour faire voir que c’est le but véritable de la société civile, & quelles sont les causes des erreurs où l’on est tombé à ce sujet.

Le but final de la société religieuse est de procurer à chacun la faveur de Dieu, faveur qu’on ne peut acquérir que par la droiture de l’esprit & du cœur, en sorte que le but intermédiaire de la religion a pour objet la perfection de nos facultés spirituelles. La société religieuse a aussi un but distinct & indépendant de celui de la société civile, il s’ensuit nécessairement qu’elle en est indépendante, & que par conséquent elle est souveraine en son espece. Car la dépendance d’une société à l’égard de l’autre, ne peut procéder que de deux principes, & d’une cause naturelle, ou d’une cause civile. Une dépendance fondée sur la loi de nature doit provenir de l’essence ou de la génération de la chose. Il ne sauroit y en avoir dans le cas dont il s’agit par essence ; car cette espece de dépendance supposeroit nécessairement entre ces deux sociétés une union ou un mélange naturel qui n’a lieu qu’autant que deux sociétés sont liées par leur relation avec un objet commun. Or leur objet loin d’être commun est absolument différent l’un de l’autre, la derniere fin de l’une étant le soin de l’ame, & celle de l’autre le soin du corps & de ses intérêts ; l’une ne pouvant agir que par des voies intérieures, & l’autre au contraire que par des voies extérieures. Pour qu’il y eût une dépendance entre ces sociétés, en vertu de leur génération, il faudroit que l’une dût son existence à l’autre, comme les corporations, les communautés & les tribunaux la doivent aux villes ou aux états qui les ont créés. Ces différentes sociétés, autant par la conformité de leurs fins & de leurs moyens, que par leurs chartres, ou leurs lettres de création ou d’érection trahissent elles-mêmes, & manifestent leur origine & leur dépendance. Mais la société religieuse n’ayant point un but ni des moyens conformes à ceux de l’état, donne par-là des preuves intérieures de son indépendance ; & elle les confirme par des preuves extérieures, en faisant voir qu’elle n’est pas de la création de l’état, puisqu’elle existoit déja avant la fondation des sociétés civiles. Par rapport à une dépendance fondée sur une cause civile, elle ne peut avoir lieu. Comme les sociétés religieuses & civiles different entierement & dans leurs buts, & dans leurs moyens, l’administration de l’une agit dans une sphere si éloignée de l’autre, qu’elles ne peuvent jamais se trouver opposées l’une à l’autre ; en sorte que la nécessité d’état qui exigeoit que les lois de la nation missent l’une dans la dépendance de l’autre, ne sauroit avoir lieu, si l’office du magistrat civil s’étendoit au soin des ames, l’église ne seroit alors entre ses mains qu’un instrument pour parvenir à cette fin. Hobbes & ses sectateurs ont fortement soutenu cette thèse. Si d’un autre côté l’office des sociétés religieuses s’étendoit aux soins du corps & de ses intérêts, l’état courroit grand risque de tomber dans la servitude de l’église. Car les sociétés religieuses ayant certainement le district le plus noble, qui est le soin des ames, ayant ou prétendant avoir une origine divine, tandis que la forme des états n’est que d’institution humaine ; si elles ajoutoient à leurs droits légitimes le soin du corps & de ses intérêts, elles réclameroient alors, comme de droit, une superiorité sur l’état dans le cas de compétence ; & l’on doit supposer qu’elles ne manqueroient pas de pouvoir pour maintenir leur droit : car c’est une conséquence nécessaire, que toute société dont le soin s’étend aux intérêts corporels, doit être revêtue d’un pouvoir coactif. Ces maximes n’ont eu que trop de vogue pendant un tems. Les ultramontains habiles dans le choix des circonstances, ont tâché de se prévaloir des troubles intérieurs des états, pour les établir & élever la chaire apostolique au-dessus du trône des potentats de la terre, ils en ont exigé, & quelquefois reçu hommage, & ils ont tâché de le rendre universel. Mais ils ont trouvé une barriere insurmontable dans la noble & digne résistance de l’Eglise gallicane, également fidele à son Dieu & à son roi.

Nous posons donc comme maxime fondamentale, & comme une conséquence évidente de ce principe, que la société religieuse n’a aucun pouvoir coactif semblable à celui qui est entre les mains de la société civile. Des objets qui different entierement de leur nature, ne peuvent s’acquérir par un seul & même moyen. Les mêmes relations produisant les mêmes effets, des effets différens ne peuvent provenir des mêmes relations. Ainsi la force & la contrainte n’agissant que sur l’extérieur, ne peuvent aussi produire que des biens extérieurs, objets des institutions civiles ; & ne sauroient produire des biens intérieurs, objets des institutions religieuses. Tout le pouvoir coactif, qui est naturel à une société religieuse, se termine au droit d’excommunication, & ce droit est utile & nécessaire, pour qu’il y ait un culte uniforme ; ce qui ne peut se faire qu’en chassant du corps tous ceux qui refusent de se conformer au culte public : il est donc convenable & utile que la société religieuse jouisse de ce droit d’expulsion. Toutes sortes de société quels qu’en soient les moyens & la fin, doivent nécessairement comme société avoir ce droit, droit inséparable de leur essence ; sans cela elles se dissoudroient d’elles-mêmes, & retomberoient dans le néant, précisément de même que le corps naturel, si la nature, dont les sociétés imitent la conduite en ce point, n’avoit pas la force d’évacuer les humeurs vicieuses & malignes ; mais ce pouvoir utile & nécessaire est tout celui & le seul dont la société réligieuse ait besoin ; car par l’exercice de ce pouvoir, la conformité du culte est conservée, son essence & sa fin sont assurées, & le bien-être de la société n’exige rien au-delà. Un pouvoir plus grand dans une société religieuse seroit déplacé & injuste.

Société, (Jurisprud.) signifie en général une union de plusieurs personnes pour quelque objet qui les rassemble. La plus ancienne de toutes les sociétés est celle du mariage, qui est d’institution divine.

Chaque famille forme une société naturelle dont le pere est le chef.

Plusieurs familles réunies dans une même ville, bourg ou village, forment une société plus ou moins considérable, selon le nombre de ceux qui la composent, lesquels sont liés entre eux par leurs besoins mutuels & par les rapports qu’ils ont les uns aux autres ; cette union est ce qu’on appelle société civile ou politique ; & dans ce sens tous les hommes d’un même pays, d’une même nation & même du monde entier, composent une société universelle.

Outre ces sociétés générales, il se forme encore dans un même état, dans une même ville, ou autre lieu, diverses sociétés particulieres ; les unes relatives à la religion, qu’on appelle communautés & congrégations, ordres religieux ; les autres relatives aux affaires temporelles, telles que les communautés d’habitans, les corps de ville ; d’autres relatives à l’administration de la justice, telles que les compagnies établies pour rendre la justice ; d’autres relatives aux arts & aux sciences, telles que les universités, les colleges, les académies, & autres sociétés littéraires ; d’autres encore relativement à des titres d’honneur, telles que les ordres royaux & militaires ; enfin d’autres qui ont rapport aux finances, ou au commerce, ou à d’autres entreprises.

Les sociétés qui se contractent entre marchands, ou entre particuliers, sont une convention entre deux ou plusieurs personnes, par laquelle ils mettent en commun entre eux tous leurs biens ou une partie, ou quelque commerce, ouvrage, ou autre affaire, pour en partager les profits, & en supporter la perte en commun, chacun selon leur fonds, ou ce qui est réglé par le traité de société.

Quand la part de chacun dans les profits & pertes n’est pas réglée par la convention, elle doit être égale.

Les portions peuvent être réglées d’une maniere inégale, soit eu égard à l’inégalité des fonds, ou à ce que l’un met plus de travail & d’industrie que l’autre.

On peut aussi convenir qu’un associé aura plus grande part dans les profits qu’il n’en supportera dans la perte, & même qu’un associé ne supportera rien de la perte, pourvu néanmoins que la perte soit prélevée avant qu’on regle sa part des profits, autrement la société seroit léonine.

Aucune société ne peut être contractée que pour un objet honnête & licite, & elle ne doit rien contenir de contraire à l’équité & à la bonne foi, qui doit être l’ame de toutes les sociétés ; du reste, elles sont susceptibles de toutes les clauses & conditions licites.

Pour former une société, il faut le consentement de tous les associés.

On peut avoir quelque chose en commun, comme des cohéritiers, des colégataires, sans être pour cela associés.

L’héritier d’un associé n’est même pas associé, parce qu’il n’a pas été choisi pour tel ; on peut cependant stipuler, que le droit de l’associé décédé passera à son héritier.

Si l’un des associés s’associe une autre personne, ce tiers ne devient point associé des autres, il n’est considéré que comme l’associé particulier de celui qui l’a adjoint avec lui, & c’est ce que l’on appelle vulgairement croupier.

Une société se peut contracter par écrit ou même sans écrit, par un consentement tacite.

Entre marchands les sociétés doivent être rédigées par écrit, & il doit en être déposé un extrait au greffe de la jurisdiction consulaire.

Les sociétés peuvent être générales de tous biens, ou relatives seulement à un certain objet, auquel cas elles se bornent à cet objet, & aux profits qui en proviennent, & n’embrassent point ce qui vient d’ailleurs.

On ne doit prendre sur les biens de la société que les dépenses licites, & dettes contractées pour le compte de la société ; chaque associé doit payer seul ses dettes particulieres, soit sur sa part, ou autrement.

Si la société étoit de tous biens, chaque associé ne peut disposer que de sa portion, & ne doit prendre sur le fonds commun que son entretien & celui de sa famille.

On peut cependant convenir dans une société générale que les dots des filles se prendront sur le fonds commun à mesure que les filles seront en âge d’être pourvues.

Les associés doivent demeurer unis & se garder fidélité. Chacun d’eux est obligé d’apporter tous ses soins pour l’intérêt commun, & est responsable aux autres de ce qui arrive par son dol, ou par sa faute grossiere.

Mais ils ne sont jamais tenus des cas fortuits, à-moins que leur faute n’y ait donné lieu.

Un associé ne peut rien faire contre le gré des autres, ni les engager sans leur fait, à-moins qu’il n’ait été chargé d’eux.

Il n’est pas permis à un associé de retirer son fonds avant la fin de la société.

Mais la société peut se dissoudre avant la fin, du consentement de tous les associés.

Chaque associé peut même renoncer à la société, pourvu que ce soit sans fraude, & que sa renonciation ne soit pas faite à contre-tems.

La société finit aussi lorsque l’objet pour lequel elle avoit été contractée est rempli, ou qu’il ne peut plus avoir lieu.

La mort naturelle ou civile d’un associé fait pareillement finir la société à son égard.

La société étant finie, l’on préleve les dettes, chacun se rembourse de ses avances, & l’on partage ensuite les profits s’il y en a.

L’héritier de l’associé a part aux profits qui étoient déja acquis, & porte aussi sa part des dettes qui étoient contractées ; il prend les choses en l’état qu’elles étoient au moment du décès. Voyez au digeste & au code le titre pro socio, l’ordonnance du commerce, tit. 4. Savary, & les mots Associés, Commandite, Commerce, Marchands. (A)

Société anonyme est celle qui se contracte sans paroître sous aucun nom. Ceux qui font ces sociétés travaillent chacun de leur côté sous leurs noms particuliers, pour se rendre ensuite raison l’un à l’autre des profits & pertes qu’ils ont fait dans leurs négociations. Voyez Savary.

Société civile s’entend du corps politique que les hommes d’une même nation, d’un même état, d’une même ville ou autre lieu, forment ensemble, & des liens politiques qui les attachent les uns aux autres ; c’est le commerce civil du monde, les liaisons que les hommes ont ensemble, comme sujets d’un même prince, comme concitoyens d’une même ville, & comme sujets aux mêmes lois, & participant aux droits & privileges qui sont communs à tous ceux qui composent cette même société. Voyez Cité, Citoyen, Etat, Nation, Peuple.

Société en nom collectif est celle où le commerce & toutes les affaires communes se font, sous le nom de chacun des associés, qui sont tous dénommés dans les actes comme négocians en compagnie, ou seulement sous le nom d’un ou deux d’entre eux, avec cette addition & compagnie, qui annonce que ceux qui sont dénommés négocians en compagnie, & qu’ils ont encore quelques autres associés qui ne sont pas dénommés.

Société en commande est confondue par quelques uns avec la société en commandite. Il semble néanmoins qu’il y ait quelque différence, & que le terme de société en commande convienne plus particulierement à cette espece de société qui se contracte entre celui qui donne des bestiaux à cheptel, & le preneur de ces bestiaux, sous la condition d’avoir certaine part aux profits provenans des bestiaux. Voyez Bestiaux, Cheptel, Commande & Société en commandite.

Société en commandite, est celle qui se fait entre deux personnes, dont l’une ne fait que mettre son argent dans la société, sans faire aucune fonction d’associé ; & l’autre donne quelquefois son argent, mais toujours son industrie pour faire sous son nom le commerce des marchandises dont ils sont convenus ensemble. Voyez Savary.

Société léonine est celle où l’un des associés tire pour lui seul tout le profit, ou du moins la plus grande partie, tandis que les autres ne sont participans que des pertes. Le surnom de léonines donné à ces sortes de sociétés, paroît avoir été tiré de la fable du lion, où cet animal sous divers prétextes, retient partout la part de ses associés, & garde tout pour lui.

Société par participation est la même chose que la société anonyme. Elle est ainsi appellée, parce que celui qui promet de payer une partie du prix de la chose que l’on achete en commun, ne le fait qu’à la charge de participer au profit. Voyez Société anonyme.

Société tacite est celle qui se contracte sans écrit, & même sans convention expresse, entre deux ou plusieurs personnes, par la demeure commune, mélange de biens, vie, bourse & dépense commune, & autrement que par le mariage. Voyez le traité de le Brun, inséré à la fin de son tr. de la communauté. (A)

Société d’Edimbourg, est le nom d’une académie de médecine, établie dans cette capitale de l’Ecosse. Elle a publié des mémoires estimés, dont plusieurs volumes sont traduits en françois.

Société royale de Londres, (Hist. des acad. mod.) académie de savans, établie à Londres pour la culture des arts & des sciences. Voici ce qu’en dit M. de Voltaire.

Quelques philosophes anglois, sous la sombre administration de Cromwel, s’assemblerent pour chercher en paix des vérités, tandis que le fanatisme opprimoit toute vérité. Charles II. rappellé sur le trône de ses ancêtres par l’inconstance de sa nation, donna des lettres patentes en 1660, à cette académie naissante ; mais c’est tout ce que le gouvernement donna. La société royale, ou plutôt la société libre de Londres, travailla pour l’honneur de travailler.

Ses travaux commencerent à adoucir les mœurs, en éclairant les esprits. Les Belles-lettres renaquirent, & se perfectionnerent de jour en jour. On n’avoit guere connu du tems de Cromwel, d’autre littérature que celle d’adapter des passages de l’ancien & du nouveau Testament aux dissensions publiques. On s’appliqua sous Charles II. à connoître la nature, & à suivre la route que le chancelier Bacon avoit montrée. La science des mathématiques fut portée bientôt à un point que les Archimedes n’avoient pu même deviner. Un grand homme, un homme étonnant, découvrit les lois primitives de la constitution générale de l’univers ; & tandis que toutes les autres nations se repaissoient de fables, les Anglois trouverent les plus sublimes vérités. Les progrès furent rapides & immenses en 30 années : c’est-là un mérite, une gloire qui ne passeront jamais. Le fruit du génie & de l’étude reste ; & les effets de l’ambition & des passions s’anéantissent avec le tems qui les ont produits.

Enfin l’esprit de la nation angloise acquit, sous le regne de Charles II. une réputation immortelle, quoique le gouvernement n’en eût point. C’est du sein de cette nation savante que sont sorties les découvertes sur la lumiere, sur le principe de la gravitation, sur l’abberration des étoiles fixes, sur la géométrie transcendante, & cent autres inventions qui pourroient à cet égard, faire appeller le xvij. siecle, le siecle des Anglois, aussi-bien que celui de Louis XIV.

M. Colbert, jaloux de cette nouvelle gloire des Anglois, voulut que les François la partageassent ; & à la priere de quelque savans, il fit agréer au roi l’établissement d’une académie des Sciences. Elle fut libre jusques en 1699, comme celle d’Angleterre ; mais elle n’a pas conservé ce précieux avantage.

Au reste, le docteur Sprat, évêque de Rochester, a donné l’histoire détaillée de la société royale de Londres ; & comme cette histoire est traduite en françois, tout le monde peut la consulter. (D. J.)

Société royale des Sciences, c’est sous ce nom que Louis XIV. fonda en 1706, une académie à Montpellier. Les motifs qui l’engagerent à cet établissement, furent la célébrité de cette ville, sa situation, la température & la sérénité de l’air, qui mettent en état de faire plus facilement qu’en aucun autre endroit, des observations & des recherches utiles & curieuses ; le nombre des savans qui y accouroient de toutes parts, ou qui s’y formoient dans les différentes sciences, & sur-tout dans une des parties la plus importante de la Physique. Le roi pour exciter davantage l’émulation des membres qu’il y nomma, voulut que la société royale des Sciences demeurât toujours sous sa protection, de la même maniere que l’académie royale des Sciences ; qu’elle entretînt avec cette académie l’union la plus intime, comme ne faisant ensemble qu’un seul & même corps ; que ces deux académies s’envoyeroient réciproquement un exemplaire de tout ce qu’elles feroient imprimer en leur nom ; qu’elles se chargeroient aussi mutuellement d’examiner les matieres importantes ; que leurs membres eussent séance dans les assemblées de l’une & de l’autre ; que la société royale des Sciences enverra toutes les années une des pieces qui y seront lues dans ses assemblées, pour être imprimées dans le recueil des mémoires de l’académie royale des Sciences, &c. Voyez les lettres-patentes & statuts donnés au mois de Février 1706.

Cette société n’a rien oublié pour répondre dans tous les tems aux vûes & aux bontés de S. M. toutes les sciences y ont été cultivées avec beaucoup de zele & de succès ; & quoique la Médecine soit la science favorite de cette ville qui a été son berceau & son premier asyle en France, & quoiqu’on s’y applique avec un soin particulier aux objets qui y sont relatifs, il ne laisse pas d’y avoir des personnes très-distinguées dans les autres parties de la Physique & les Mathématiques. On pourroit en voir la preuve dans plusieurs articles de ce Dictionnaire.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « société »

Étymologie de société - Littré

Provenç. societat ; espagn. sociedad ; du lat. societatem, de socius (voy. SOCIAL).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de société - Wiktionnaire

Du latin societas (« union, association »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « société »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
société sɔsiete play_arrow

Citations contenant le mot « société »

  • Le citoyen ne serait-il qu’un électeur ? Et la démocratie en danger face au taux d’abstention galopant ? Si tel est le cas, seul un petit tiers de la population en âge de voter dimanche a pris conscience de sa responsabilité. Des décennies que la démocratie, si fragile et forte à la fois, tente de s’adapter à nos sociétés, aux nouveaux paradigmes. Le Monde.fr, Convention citoyenne : « Et si la société civile était l’investissement prioritaire de l’après-crise ? »
  • Merci à cette société. Maintenant il ne faudrait pas que cela se reproduise dans la foulée... lindependant.fr, Pyrénées-Orientales - Train jaune saccagé par des tags : une société perpignanaise propose de le nettoyer gratuitement - lindependant.fr
  • Comme tous les ans, vous ne comptiez emporter que votre passeport et votre maillot de bain. Et comme tous les ans votre valise est pleine à craquer. Heureusement pour vous, nous vous avons concocté une sélection de jeux de société au matériel réduit, à glisser entre vos affaires. Numerama, 5 petits jeux de société à glisser dans la valise des vacances
  • Christophe Itier : Le modèle qui distingue l’entreprise créatrice de valeur, l’État redistributeur, et l’entre deux de la société civile est derrière nous. Face à des enjeux mondiaux, il faut à la fois être beaucoup plus ambitieux sur les objectifs et beaucoup plus humble sur la posture. L’État a dû revenir sur ses axiomes budgétaires et créer de nouvelles coalitions avec les acteurs économiques pour relever ce défi inédit de la crise sanitaire. Il ne s’agit pas de changer les entreprises en ONG mais de produire des biens et des services autrement, et donc de refonder la gouvernance des entreprises. Désormais, la question cruciale est celle de la vitesse à laquelle on propage ce nouveau paradigme. Rien de tel que le pair à pair pour faire de la pédagogie et de la sensibilisation. C’est en mobilisant les convaincus que l’on ira chercher des entreprises qui hésitent à franchir le pas ou qui se tiennent à distance. Les pouvoirs publics peuvent accélérer le mouvement en accompagnant et en valorisant des pratiques. Ils peuvent soutenir des chantiers plus structurels (comptabilité, formation, labels, développement de la finance à impact). Mais encore une fois, l’État ne pourra pas tout. À cela s’ajoute l’émergence de consomm-acteurs qui demandent des comptes sur les produits mais aussi sur les processus de production. Nous sortons d’une logique où chacun se cantonne à son rôle. , « Que l'État, les entreprises et la société civile ne se cantonnent à leurs rôles »
  • Il faut pouvoir choisir son territoire et son mode de vie. Il faut définir de façon personnelle et collective la manière de travailler et de lutter contre le travail inutile. La ville n’est pas seulement une idée spatiale, elle est aussi une idée mentale. Les décideurs publics devront s’interroger sur la notion d’une vie digne et le faire avec le monde économique. Les responsables publics se doivent de développer, dans le cadre de notre société, des personnes (plutôt que des individus), des personnes émancipées, c’est-à-dire de préparer les citoyennes et les citoyens à « s’équiper » pour vivre dignement. Le Monde.fr, Jean-Yves Chapuis : « Les élus doivent être les porteurs d’une société autonome et juste construite autour de la personne »
  • Une énième coalition pour le Sahel ? Oui, mais « citoyenne » cette fois. Une vingtaine d’organisations sahéliennes de la société civile ont décidé de s’associer pour faire entendre leur voix, dans une région où la guerre menée contre le terrorisme montre ses limites. Le Monde.fr, Au Sahel, une coalition « citoyenne » pour porter la voix de la société civile
  • En 2013, Pierre Pribetich, alors président du conseil d’administration de la Semaad, la société d’aménagement de Dijon, se montre confiant sur l'avancée du dossier et fait un geste en direction des occupants du jardin collectif. « Il faut rappeler que les jardiniers se sont accaparés des terres qui ne sont pas à eux. 150 architectes ont répondu à l’appel d’offre, cela prouve que c’est un beau projet, qui accueillera, à terme 3 000 résidents. Un hectare de jardin sera finalement conservé au cœur du futur quartier. Au départ, nous pensions réserver 6 000 m², nous faisons donc un effort  ». Un effort jugé insuffisant pour les opposants. , Société | Avenue de Langres - Lentillères : comme un air de déjà vu...
  • Les Français raffolent des jeux de société ! Plaisir de se défier, d'élaborer des stratégies, de travailler en équipe ou d'apprendre à se connaître, les motivations sont nombreuses pour se plonger dans une partie. Il y a environ 500 jeux qui sortent chaque année en France, et voici notre sélection ! France Inter, Plateau, cartes, ambiance, coopération... quel(s) jeu(x) de société choisir ?
  • Au programme : un verre offert, des jeux de société de la ludothèque du bar et surtout plusieurs blind test musicaux. Tout cela s’effectuera en équipe afin de briser la glace entre les différents célibataires. , Toulouse. Blind test, jeux de société... Ce bar accueille une soirée célibataire (et masquée) | Actu Toulouse
  • La société MUGI, créée il y a un an, propose des solutions clé en main d'investissement dans les monnaies numériques. Ses serveurs pour les transactions seront installés à Toucy. Entretien avec Maxime Chèry, un des gérants qui a préféré l'Yonne à la région parisienne pour développer ce projet. France Bleu, La relance éco : une société d'investissement dans les cryptomonnaies se développe dans l'Yonne
  • L’article 1858 du code civil étant inapplicable dans l’hypothèse de l’ouverture d’une procédure collective contre une société civile, il n’est pas tenu de vérifier si sont remplies les conditions posées par ce dernier texte pour poursuivre les associés en paiement des dettes sociales. , Les poursuites contre les associés d’une société civile en procédure collective - Entreprise en difficulté | Dalloz Actualité
  • Selon Marie-Laure Salles… Pour devenir une société de soins, nous devons:1️⃣ Détoxifier notre économie de la financiarisation2️⃣ Assurer l'égalité & l'égalité salariale au sein des entreprises3️⃣ Accroître la reconnaissance et les revenus des professions de soins pic.twitter.com/dOnj48EuPh lejdd.fr, Croissance inclusive : vers une société plus juste
  • Qui aurait pu croire que les jeunes adultes aimeraient autant jouer aux jeux de société ? Pourtant, le succès de ces produits est indéniable aujourd’hui en France. En 2019, l’Hexagone est carrément le plus gros marché d’Europe en la matière, près de 20 millions de boîtes ayant été vendues, pour un chiffre d’affaires dépassant les 340 millions d’euros ! Masculin.com, Les 5 meilleurs jeux de société pour adultes
  • Les investigations concernant le député de La République en marche (LRM) Thierry Solère, soupçonné de détournement de fonds publics, de fraude fiscale et de trafic d’influence passif, se poursuivent avec la mise en examen de six dirigeants de sociétés ces dernières semaines, a annoncé dans un communiqué le parquet de Nanterre, jeudi 23 juillet. Le Monde.fr, Dans l’affaire Thierry Solère, six dirigeants de société mis en examen pour « trafic d’influence actif et abus de biens sociaux »
  • Selon chinanews.com, une société de biotechnologie chinoise a développé de manière indépendante un système rapide de test d'acide nucléique du COVID-19, qui réduit le temps de détection à moins d'une heure. , COVID-19: une société chinoise développe un nouveau système de diagnostic du virus donnant un résultat en une heure
  • Au final, il est difficile aujourd'hui de négliger le poids des influenceurs dans la marche du monde. Que ce soit dans le mode de consommation ou la vision de la société ils contribuent au changement de façon directe comme indirecte. La technologie et les réseaux sociaux qui ont contribué entièrement à ce changement radical sont aussi en perpétuelle évolution. On n'est donc sûrement pas encore au bout de nos surprises; d'autres professions beaucoup plus palpitantes pourraient faire passer le métier d'influenceur pour obsolète dans un avenir proche. Alors, as-tu le charisme et les aptitudes qu'il faut pour devenir influenceur? Club de Mediapart, Comment les influenceurs ont réinventé la société et notre mode de consommation | Le Club de Mediapart
  • Le 9 juillet, Arthur a fièrement annoncé un accord avec Sony Pictures Television pour rapprocher leurs activités. Les deux filiales françaises de Sony (Satisfy et Starling) sont rachetées par Satisfaction, la société de production de l’animateur de TF1. L’accord prévoit aussi que le groupe japonais commercialisera à l’international les formats d'Arthur. Capital.fr, Voici ce qu'Arthur pourrait gagner en vendant sa société de production - Capital.fr
  • « J'ai toujours travaillé dans l'électronique », explique cet homme originaire de Picardie, diplômé d'un IUT d'électronique et d'une école de commerce. « Cela faisait déjà quelques années que je cherchais une entreprise à reprendre », sourit-il. Le paradoxe, c'est que « des entreprises comme ça, il n'y en a pas beaucoup à reprendre », analyse le trentenaire. « Ce qui se passe le plus souvent, c'est que les gérants ne veulent pas céder leurs sociétés. Elles vivent sur leurs acquis et sont de moins en moins performantes. » leparisien.fr, Fontenay-Trésigny : un jeune patron au chevet de la société SEF - Le Parisien
  • Pour rappel, dans les entreprises et sociétés qui relèvent de l'impôt sur le revenu, le déficit est imputé sur le revenu global et non sur le bénéfice fiscal d'un autre exercice. Compta Online, Déficit reportable dans les sociétés relevant de l'IS
  • Le test d'amplification en chaîne par polymérase (PCR) COVID-19 de la société a été l'un des premiers à être développé et enregistré dans le cadre de la directive CE-IVD, faisant de Novacyt un pionnier et un leader dans le domaine des diagnostics de la COVID-19. Le succès du produit s'est construit autour de principes de conception robustes et de la sélection d'une cible génétique qui a jusqu'à présent démontré des niveaux de mutation et de variation génétique extrêmement faibles. À ce jour, la cible a été analysée par rapport à 42 655 séquences virales individuelles de COVID-19 et a démontré un niveau de détection de 100%. , Novacyt S.A. (« Novacyt », la « Société » ou le « Groupe »): Point sur la R&D | Zone bourse
  • Le choix du mot "ensauvagement de la société" n'est pas passé inaperçu dans la bouche de Gérald Darmanin. Depuis son interview au Figaro ce vendredi 24 juillet, tous les médias s'en font écho. La raison : ce terme est régulièrement utilisé par une partie de l'extrême-droite française comme par la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen ou le député européen Jordan Bardella. midilibre.fr, "Ensauvagement de la société" : cette expression de Darmanin empruntée à l'extrême-droite - midilibre.fr
  • Jour après jour, la société s'engouffre dans la dictature. Valeurs actuelles, Mgr Aillet : “Jour après jour, la société s'engouffre dans la dictature” | Valeurs actuelles
  • C’est pourquoi l’arrivée d’une directive Disney Plus à la société propriétaire de Vogue est frappante, qui brevète la force acquise par la refonte des contenus au sein des entreprises. Marseille News .net, La société propriétaire de Vogue vole la direction de Disney Plus - Marseille News .net
  • Terre et Lac, contractant général, développeur et exploitant photovoltaïque a créé la société de projets photovoltaïques (SPV) Neptune afin de porter l’investissement d’une partie d’un portefeuille de projets solaires, soit 21 projets de 100 kWc chacun en toitures, pour une puissance de 2,1 MWc. Ces projets sont répartis sur les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Sud. Toutes les autorisations ont été obtenues pour ces projets qui seront construits en 2020 pour des mises en service programmées au premier trimestre 2021. Calen (Crédit Agricole Languedoc Énergies Nouvelles) financera ces projets par une prise de participation de 49 % dans la société. L’opération a été soutenue par BPI France. Enviscope, Solaire Photovoltaïque : Calen prend une participation de 49 % dans la société de projets Neptune développée par Terre et Lac - Enviscope
  • Média, banque, société de gestion : affichez les informations de Boursier.com sur votre site et apportez toute l'expertise de nos journalistes à votre audience. Boursier.com, Société de la Tour Eiffel poursuit le recentrage de son patrimoine et finalise la cession d'un actif situé à Strasbourg
  • Fondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l'échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l'excellence en matière de gestion de placements par l'entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d'investissement d'AGF s'étend à l'échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu'aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d'entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations. AGF a des bureaux et des équipes de service de l'exploitation et de service à la clientèle sur place en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Avec un actif géré de près de 36 milliards de dollars, AGF offre ses produits et services à plus d'un million d'investisseurs. AGF est inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole « AGF.B ». , AGF Management : La Société de Gestion AGF Limitée confirme le vote des actionnaires et l'approbation par la FCA de la fusion de Smith & Williamson | Zone bourse
  • Le géant de l'énergie Total a adopté le statut de société européenne qui permet à une entreprise de réaliser ses activités dans tous les pays membres de l'Union européenne sous une forme juridique unique, a-t-il annoncé vendredi. Total SA est "devenu Total SE à la suite de son immatriculation en tant que société européenne au Registre du commerce et des sociétés de Nanterre, intervenue le 16 juillet 2020", décrit le groupe dans un communiqué. La Tribune, Total est désormais une société européenne
  • Mais est-il seulement question de droit dans ces deux cas? Que disent ces affaires des évolutions de la société et de la capacité du politique à les absorber  France Culture, Le pouvoir est-il perméable aux évolutions de la société post-MeToo ?
  • Alain Bervas, qui s’attend à ce que les bénéficiaires de l’aide alimentaire – des étrangers en majorité – se présentent moins nombreux à la prochaine distribution le 7 août, et les responsables de la société locale de bienfaisance ont écrit, mercredi 29 juillet, à la sous-préfète, avec copie au maire, pour « protester énergiquement » contre ces arrestations. « Cette distribution alimentaire était la seule à fonctionner pendant le confinement et son travail a été fait en partenariat avec les services de la Ville. De plus, la DDCS (Direction départementale de la cohésion sociale) a reconnu notre travail et apporté une aide importante sous forme de chèques de services qui sont remis aux bénéficiaires lors de la distribution alimentaire », est-il rappelé dans ce courrier. www.paris-normandie.fr, Ressortissants algériens arrêtés au Havre : associations et politiques s’indignent
  • "Les éditeurs français et allemands créent une nouvelle société de gestion collective pour assurer conjointement la négociation, la perception et la répartition du droit voisin créé par la directive sur le droit d’auteur", expliquent l’Alliance de la Presse d’information générale et VG Media (pour l’Allemagne)  dans un communiqué publié ce jeudi. SudOuest.fr, Droit voisin : une société de gestion collective va défendre les éditeurs français et allemands
  • Apple Inc a bondi de plus de 10% pour atteindre un niveau record vendredi après avoir publié des résultats trimestriels à succès, aidant le fabricant d’iPhone à éclipser Saudi Aramco pour devenir la société cotée en bourse la plus précieuse au monde. News 24, Apple en tête de Saudi Aramco en tant que société cotée en bourse la plus précieuse - News 24
  • L’écrivain David Lodge décrit la nouvelle culture du management jusque dans les universités. Neil Kinnock alors leader du parti travailliste revient sur les fractures profondes qui s’installent dans la société. « La société n’existe pas » déclare Margaret Thatcher.  France Culture, "La société n’existe pas" disait-elle
  • Aux femmes accueillies dans ce centre d'hébergement, à toutes les victimes de violences conjugales, je veux le dire avec force : c'est le devoir de l'État et de la société de vous protéger, de vous écouter, de vous accompagner.Aujourd'hui comme demain, nous serons là pour vous. pic.twitter.com/SoF53e6uqD leparisien.fr, «La société a le devoir de vous protéger» : l’appel de Castex aux femmes victimes de violences - Le Parisien
  • « C’était mon pygmalion. Je me souviens de notre première rencontre, en 1995. J’avais 13 ans à l’époque et j’avais écrit une lettre à son père qui était alors président de la société des courses du Cantal. Je voulais commenter les courses d’Aurillac, car je suis passionné, depuis tout petit, de courses. Il m’avait reçu et j’avais commenté un quinté chez lui à Lascanaux. Quelques jours plus tard, je suis venu à l’hippodrome d’Aurillac et Jérôme m’a accueilli, tout de suite. » , Cantal. Hommage rendu à Jérôme Rambaud, président de la société des courses, qui est décédé | Actu Cantal
  • Un titulaire d’un MAPA ne peut invoquer la circonstance selon laquelle le métrage figurant au devis serait irréaliste, alors même qu’il résulte d’une proposition faite par la seule société, et qu’il n’apparaît pas incohérent par rapport à l’offre non retenue d’une entreprise concurrente. Actualité fonction publique territoriale, Les travaux doivent être conformes au devis présenté par la société - Actualité fonction publique territoriale
  • À présent, et jusqu’à la fin du mois d’août, c’est la société Sobega d’Ensisheim qui s’affaire à enterrer les réseaux secs : électricité et câbles de télécommunication d’Orange et de Numéricable. « L’éclairage public était déjà enfoui, mais les positionnements des mâts seront revus », indique Christophe Six. , Société | La petite rue de Dietwiller entièrement refaite
  • Au même titre que de nombreux secteurs tels que la médecine, l’agroalimentaire ou l’aérien pour ne citer que quelques exemples, il existe aussi pour les sociétés cotées des règles strictes à respecter, qui concerneront notamment la sécurité, la déontologie, ou encore la conformité en matière de publications et de communications. L’organisme étatique AMF (Autorité des Marchés Financiers) supervise l’ensemble des marchés financiers. Elle effectue régulièrement de nombreuses missions de veille et de contrôle pour s’assurer que toutes les réglementations en vigueur soient bien observées. Café de la Bourse : analyses et conseils pour investir, Société cotée en Bourse : comment vérifier sa fiabilité ?
  • Netflix vient d’investir une somme conséquente dans la société de production de Charlie Brooker et Annabel Jones, les créateurs de Black Mirror. Il s’agit du premier investissement de la firme au Royaume-uni. Journal du Geek, Netflix investit dans la société de production des créateurs de Black Mirror
  • La présence d’un mineur dans une société civile facilite tout d’abord la gestion de ses biens, immeubles, valeurs mobilières, contrats de capitalisation. PATRIMOINE24 - Toute l'actualité de la gestion de patrimoine, Le Conservateur : Le mineur associé d'une société civile - PATRIMOINE24 - Toute l'actualité de la gestion de patrimoine
  • Ce n’était pas l’assemblée générale mais pour la prochaine saison, la société de chasse de "La Torte" à La Barthe-de-Neste, avec son président Pierre Enjolras a réuni tous les sociétaires à la maison de la chasse, pour présenter les conseils, bilans, ainsi que la future saison 2020-2021 avec quelques aménagements pour la chasse à l’affût, à l’approche, organisée ou individuellement. L’ouverture est programmée pour le 13 septembre. nrpyrenees.fr, Prochaine saison pour la société de chasse "La Torte" - nrpyrenees.fr
  • Un laxisme qui trouve également sa source dans la culture de l’excuse qui prévaut trop souvent chez certains politiques, commentateurs et magistrats pour qui les criminels sont des victimes de la société devant bénéficier de leur mansuétude. Il n’est ainsi pas rare de voir des condamnés sortir libres du tribunal au grand désarroi des vraies victimes qui subissent là une sorte de double peine. Le Figaro.fr, David Lisnard: «Le sentiment d’impunité est destructeur pour la société française»
  • La société communale de chasse La Garrigue a récemment tenu son assemblée annuelle à la salle des fêtes, devant un public nombreux. midilibre.fr, La société de chasse va privilégier le repeuplement - midilibre.fr
  • L'accord de distribution entre les deux groupes était en place depuis l'introduction en Bourse de la société de gestion en 2015, elle-même issue de la fusion entre la filiale de gestion du Crédit Agricole et celle de la Société Générale en 2009. Le gérant ne dispose pas de boutiques en propres, mais doit s'appuyer sur les réseaux de ses partenaires pour distribuer ses produits auprès du grand public. Les Echos, Gestion d'actifs : Société Générale et Amundi font évoluer leur partenariat | Les Echos
  • Les sociétés reprises bénéficient aussi de la proximité et des synergies possibles avec les autres sociétés du Groupe qui opèrent dans le même secteur d’activité. Ainsi, le groupe Donges, société détenue à 100% par Mutares, est un des principaux fournisseurs européens de ponts et constructions en acier, systèmes de toitures et façades. Depuis son acquisition en 2017 par Mutares, Donges fait office de plateforme d’investissements dans le domaine de la construction. Donges regroupe aujourd’hui plusieurs marques renommées parmi lesquelles Norsilk, acteur spécialisé dans la filière bois ou Kalzip, fabricant de systèmes de façade et de toiture en aluminium. Entreprendre.fr, Mutares : la société d’investissement qui relance les entreprises en difficulté
  • Les société trop confiantes dans la littérature ont un rapport perturbé à la vérité ; les sociétés qui ne sont construites que sur l’alcool ont un rapport extrêmement perturbé à la vérité et à la littérature. De Michaël Krüger / Histoires de famille
  • On trouve des sociétés qui n'ont ni science, ni art, ni philosophie. Mais il n'y a jamais eu de sociétés sans religion. De Henri Bergson / Les deux sources de la morale et de la religion
  • La vie en société c'est quand tout le monde est là et qu'il n'y a personne. La vie en société c'est quand tous obéissent à ce que personne ne veut. De Christian Bobin / L'inespérée
  • Les sociétés à castes et à classes rigides faisaient un gaspillage impardonnables de talents... Mais il faut reconnaître que de telles sociétés réduisaient les aspects nocifs de la compétition. De Theodosius Dobzhansky / Le Droit à l'intelligence
  • Souvent les gens prennent leurs propres lacunes pour celles de la société qui les entoure, et cherchent à réformer ladite société parce qu'ils sont incapables de se réformer eux-mêmes. De Isaac Asimov / Les cavernes d'acier
  • L'homme n'existe que par la société et la société ne le forme que pour elle. De Louis de Bonald / Théories du pouvoir politique et religieux
  • Ce qu’on appelle la société de consommation devrait être rebaptisé : Société de Tentation. De Frédéric Beigbeder / Au secours pardon
  • Une société de liberté est une société où vous êtes libre d'être impopulaire sans pour autant que votre vie soit en danger. De Adlaï Stevenson
  • Il y a des hommes qui sont faits pour la société des femmes ; moi, je suis fait pour la société des enfants. De Victor Hugo / Choses vues
  • Les sociétés qui s'affolent deviennent des sociétés chirurgicales, y compris dans la volonté de retour à la guillotine. De Philippe Boucher / Le ghetto judiciaire
  • Quand une société ne peut pas enseigner, c'est que cette société ne peut pas s'enseigner. De Charles Péguy / Pour la rentrée
  • La société existe pour le bénéfice des hommes, et non les hommes pour le bénéfice de la société. De Herbert Spencer
  • Une société unie n'est pas une société sans différences, mais une société sans frontières intérieures. De Olivier Guichard / Un Chemin tranquille
  • Il nous appartient de veiller tous ensemble à ce que notre société reste une société dont nous soyons fiers : pas cette société des sans-papiers, des expulsions, des soupçons à l’égard des immigrés, pas cette société où l’on remet en cause les retraites, les acquis de la Sécurité sociale, pas cette société où les médias sont entre les mains des nantis, toutes choses que nous aurions refusé de cautionner, si nous avions été les véritables héritiers du Conseil National de la Résistance. De Stéphane Hessel / Indignez-vous !
  • Une société écologique, c'est une société qui trouve le point d'équilibre entre la société matérialiste absolue dans laquelle nous sommes et une société qui voudrait tomber dans une spiritualité béate qui ne serait pas plus intéressante. De Nicolas Hulot / Nouvel Observateur - Mars 2004
  • Il est impossible, dans notre société telle qu'elle est, de ne pas être parfois un snob. William Makepeace Thackeray, Les Snobs
  • L'existence sociale des hommes détermine leur pensée. Mao ZedongMao Tsö-tongMao Tsé-toung, Citations du président Mao Tsé-Toung, XXII
  • Les quatre principes de la vie en société sont : les convenances, la justice, l'intégrité et la modestie. Guanzi, Traduction D. Tsan
  • Partout, la société conspire contre l'humaine nature de chacun de ses membres. Ralph Waldo Emerson, Essays, Self-Reliance
  • Nulle société ne peut exister sans morale. Il n'y a pas de bonne morale sans religion. Il n'y a donc que la religion qui donne à l'État un appui ferme et durable. Napoléon Ier, Allocution aux curés de Milan, 5 juin 1800
  • Une société n'est forte que lorsqu'elle met la vérité sous la grande lumière du soleil. Émile Zola, Correspondance, à Louis Ulbach, 6 novembre 1871 , Fasquelle
  • La société tout entière repose sur l'industrie. Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon, L'Industrie
  • La société ne vit point d'idées négatives, mais d'idées positives. Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon, Le Système industriel
  • La nature a fait l'homme heureux et bon, mais […] la société le déprave et le rend misérable. Jean-Jacques Rousseau, Rousseau juge de Jean-Jacques
  • La férocité, c'est une des catégories cardinales de l'homme en société. Raymond Queneau, Gueule de pierre, Gallimard
  • L'homme et la société se servent réciproquement de sujet et d'objet. Pierre Joseph Proudhon, Système des contradictions économiques
  • L'homme n'est homme que par la société, laquelle, de son côté, ne se soutient que par l'équilibre des forces qui la composent. Pierre Joseph Proudhon, Qu'est-ce que la propriété ?
  • Ce ne sont pas les hommes qui gouvernent les sociétés, ce sont les principes ; à défaut de principes, ce sont les situations. Pierre Joseph Proudhon, De la justice dans la révolution et dans l'Église
  • Une société sans religion est comme un vaisseau sans boussole. Napoléon Ier, Allocution aux curés de Milan, 5 juin 1800
  • La vie sociale consiste à détruire ce qui lui donne son arôme. Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Plon
  • Qui dit homme dit langage, et qui dit langage dit société. Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Plon
  • Les hommes ne vivraient pas longtemps en société s'ils n'étaient les dupes les uns des autres. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Je sens tout ce que demande l'intérêt de la société ; mais il serait sans doute à souhaiter qu'il n'y eût pour juges que d'excellents médecins. Julien Offray de La Mettrie, L'Homme machine
  • Dans les individus de l'espèce humaine, ainsi que dans les sociétés politiques, la progression des besoins est une chose nécessaire ; elle est fondée sur l'essence même de l'homme, il faut que les besoins naturels, une fois satisfaits, soient remplacés par des besoins que nous nommons imaginaires, ou besoins d'opinion : ceux-ci deviennent aussi nécessaires à notre bonheur que les premiers. Paul Henri Thiry, baron d'Holbach, Système de la nature
  • Une société n'est, en elle-même, ni vertueuse ni vicieuse ; elle n'est ni sage ni folle ; elle est. Joseph Arthur, comte de Gobineau, Essai sur l'inégalité des races humaines
  • Dans la nature, toutes les espèces se dévorent : toutes les conditions se dévorent dans la société. Denis Diderot, Le Neveu de Rameau
  • Il n'y a de société vivante que celle qui est animée par l'inégalité et l'injustice. Paul Claudel, Conversations dans le Loir-et-Cher, Gallimard
  • La société est composée de deux grandes classes : ceux qui ont plus de dîners que d'appétit et ceux qui ont plus d'appétit que de dîners. Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort, Maximes et pensées
  • Les gens du monde ne sont pas plus tôt attroupés qu'ils se croient en société. Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort, Maximes et pensées
  • La littérature est l'expression de la société, comme la parole est l'expression de l'homme. Louis, vicomte de Bonald, Pensées sur divers sujets
  • Les vrais ennemis de la société ne sont pas ceux qu'elle exploite ou tyrannise, ce sont ceux qu'elle humilie. Georges Bernanos, Nous autres Français, Gallimard
  • Le pouvoir d'oublier, très fort chez les individus, l'est encore plus dans les sociétés humaines. Jacques Bainville, Lectures, Fayard
  • Crève donc, société ! Émile Augier, Les Effrontés, I, 7, le marquis , Michel Lévy
  • Fondez une Société des honnêtes gens, tous les voleurs en seront. Émile Chartier, dit Alain, Propos d'un Normand, tome III , Gallimard
  • L'individu qui pense contre la société qui dort, voilà l'histoire éternelle, et le printemps aura toujours le même hiver à vaincre. Émile Chartier, dit Alain, Politique, P.U.F.

Images d'illustration du mot « société »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « société »

Langue Traduction
Corse sucietà
Basque gizartea
Japonais 社会
Russe общество
Portugais sociedade
Arabe جمعية
Chinois 社会
Allemand gesellschaft
Italien società
Espagnol sociedad
Anglais society
Source : Google Translate API

Synonymes de « société »

Source : synonymes de société sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « société »



mots du mois

Mots similaires