La langue française

Bande

Définitions du mot « bande »

Trésor de la Langue Française informatisé

BANDE1, subst. fém.

A.− Usuel
1. Morceau de papier, de tissu, etc., long et étroit, qui sert à couvrir, à protéger, à maintenir, à serrer, à border ou à orner quelque chose :
1. Tous portaient une bande de toile blanche passée sur l'épaule droite, c'était le signe et la couleur des Armagnacs; comme le chaperon bleu, la croix de Saint-André, avec la fleur de lis au milieu, étaient la marque du parti des Bourguignons. Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 3, 1824, p. 179.
2. Puis, tirant d'une armoire quantité de vieux linge, elle se mit à le couper pour faire des bandes et de la charpie. Mérimée, Colomba,1840, p. 146.
SYNT. Bande de gaze, de papier; bande collée, compressive, élastique, métallique, molletière, tricolore, velpeau; casquette à bande rouge; découper, rouler des bandes pour les pansements.
2. Spécialement
a) PRESSE. Déchirer, faire sauter la bande d'un journal; mettre, recevoir un journal sous bande.
b) SPECTACLES :
3. As-tu lu ma préface? Je te l'envoie sous bande à tout risque. Lamartine, Correspondance,1836, p. 43.
Coller, mettre une bande sur l'affiche du théâtre. Annuler un spectacle.
B.− P. anal.
1. Tout objet ou espace dont la forme allongée et étroite rappelle celle d'une bande :
4. ... ils foulaient un sentier de quatre pieds de largeur à peine, séparé du précipice au bas duquel la mer rugissait par une étroite bande de gazon et de plantes parasites poussées dans les anfractuosités de la falaise. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 1, L'Héritage mystérieux, 1859, p. 648.
SYNT. Bande jaune, lumineuse; une bande alluviale, frontière, littorale; une bande de brouillard, de ciel, de feu, de forêt, de mer, de terrain, de verdure; une bande de châtaigniers, de sapins; les bandes du tigre; le tatou à dix bandes; immeuble en bande.
P. métaph. :
5. ... le souvenir des quatre soirs écoulés depuis le départ d'Albertine (...) quatre soirs déjà faisant une bande de souvenirs bien mince à côté de l'autre, mais que chaque jour qui s'écoulerait allait peut-être étoffer. Proust, La Fugitive,1922, p. 449.
2. Spécialement
a) JEUX
En partic. Les quatre bandes d'un billard. Les côtés intérieurs.
Au fig. Par la bande. Indirectement, de biais, allusivement :
6. ... c'est toi qui me montres (...) que j'ai touché la corde sensible. C'est ce que nous nommons agir par bande, métaphore prise au jeu de billard (...) agir par bande, c'est mettre en jeu la passion que l'on connaît à quelqu'un au lieu de lui demander directement. Stendhal, Correspondance,t. 1, 1842, p. 261.
7. Pour nous, nous ne voyons aucun inconvénient à ce que Corneille ait traité l'illustre légende « par la bande » : c'est la manière même de Jean Giraudoux. Il s'agit beaucoup moins d'Œdipe, dans ce conte dramatique, en marge de Sophocle, que de Dircé (...). À la fin seulement, car il le faut bien, nous rejoignons le vieux mythe. Brasillach, Pierre Corneille,1938, p. 359.
b) Techn. diverses
ARCHIT. ,,Les parties plates des architraves, chambranles, impostes et archivoltes`` (Bach.-Dez. 1882). ,,Bande de languette, de linteau, de trémie`` (Chabat1881).
ARM. Dispositif d'assemblage dans les armes automatiques. Une bande de mitrailleuse; tirer une bande; une arme à bande, (à chargeur) :
8. Le pointeur était tombé sur le côté, tué sans doute; c'était le servant qui avait crié. Il tirait balle par balle la bande engagée. Malraux, La Condition humaine,1933, p. 382.
CIN. Synon. de film.,,Terme qui désigne la pellicule surtout au stade du montage. On l'emploie aussi au figuré, avec le sens de pièce cinématographique`` (O. Uren, Le Vocab. du cin. fr., Fr. mod., juill. 1952, p. 202). Bande-dialogue, bande sonore.
En partic. Bande internationale. ,,Bande sonore d'un film ne comportant aucune parole, mais uniquement la musique et les effets sonores`` (Cham. 1969). Bande dessinée, synon. de dessin animé*. P. ext. [Dans les albums, dans les journaux, etc.] Séquence d'images, avec ou sans texte, relatant une action au cours de laquelle les personnages types sont les héros d'une suite à épisodes (bande feuilleton), (ex. : Bécassine, les Pieds-Nickelés, Tintin, Astérix, Lucky Luke, les Dalton, etc.).
Péj. Les rois de la bande. ,,Les industriels du film`` (Giraud 1956).
ÉLECTRON. Bande magnétique. ,,En informatique, bande souple de matière plastique ou de métal revêtue d'une matière magnétisable sur laquelle peuvent être disposés des spots (taches) aimantés représentant l'information. La bande magnétique est généralement à sept, huit ou neuf voies (ou pistes)`` (Baudhuin 1968). Bande perforée. ,,Ruban de papier (ou de matière plastique) perforé selon une disposition codifiée des trous appropriés à la transmission de l'information. On dit aussi ruban perforé`` (Électron. 1959).
HÉRALD. Pièce honorable qui traverse l'écu de l'angle dextre du chef à l'angle sénestre de la pointe.
RADIO-ÉLECTR., TÉLÉV. Bande de fréquence. ,,Zone plus ou moins large du spectre hertzien`` (Neyron 1970). Bande magnétoscopique. ,,Bande magnétique sur laquelle sont enregistrées les images de la télévision`` (Neyron 1970).
MÉCAN. (cf. bander B). Tension d'un ressort quelconque :
9. On donne aux ressorts de choc et de traction une bande, c'est-à-dire une tension initiale, qu'on augmente (...) pour avoir la bande d'attelage; ... Ch. Bricka, Cours de ch. de fer,t. 2, 1894, p. 19.
PRONONC. : [bɑ ̃:d]. Enq. : /bãd/.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1100-50 bende « pièce de métal en forme de cercle, anneau » (Pelerinage Charlemagne, éd. Koschwitz-Thurau, 201 dans T.-L. : A granz bendes d'argent l'a fait leier menut); av. 1150 « cercle, cerceau servant à renforcer qqc. » (Antioche, éd. P. Paris, II, 296, ibid. : Il le [l'engien] dolent et drescent, gentemnt le garenisent, Les bendes sont de fer et roides les chevilles); 1165-70 bande « long morceau d'étoffe servant à panser une blessure » (Chr. de Troyes, Erec et Enide, éd. W. Foerster, 3925, ibid. : Chascuns des panz de sa chemise Trancha bandes longues et lees, S'ont lor plaies antrebandees); ca 1175 hérald. (Id., Perceval, éd. W. Roach 4752 : Un escu d'or, et en l'escu Une bende ot qui d'azur fu). Empr. au germ. *bindō- « bande ruban » que l'on peut déduire de l'a. h. all. bintan (all. mod. binden), got., a. sax., ags. bindan a. nord. binda « lier », mot à rattacher à la racine i.-e. *bhendh- « lier » (Kluge20; IEW t. 1, p. 127). L'hyp. d'un empr. anc. au germ. est confirmée par l'ancienneté du mot dans les lang. rom. : a. prov. benda, xiies. (Rayn.), ital. benda, xiiies. (DEI), de même lat. médiév. binda, domaine ital., xiiies. (Salimbene, Richard de San Germano dans Mittellat. W. s.v.), esp. venda (dér. vendar « bander », xiiies. dans Cor.); aussi est-elle préférable à celle d'un empr. au frq. (EWFS2). D'apr. Brüch, p. 98, le terme serait issu du commerce de la fourrure importée dans la Romania par des marchands romains qui auraient trafiqué en Germanie.
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, p. 300.

BANDE2, subst. fém.

A.− Courant
1. Groupe de plusieurs personnes rassemblées pour un but précis :
1. Je ne sais si le livre de Cicéron sur l'amitié a fait de grands amis; mais la bande sacrée des jeunes Thébains, formée par Pélopidas, en renfermait un bon nombre, qui, après avoir vécu dans la plus parfaite union, périrent tous ensemble le visage tourné vers l'ennemi. Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 310.
2. − Tiens, dit l'Évêque, j'y songe. Vous avez raison. Je puis les [les brigands] rencontrer. Eux aussi doivent avoir besoin qu'on leur parle du bon Dieu. − Monseigneur! Mais c'est une bande! C'est un troupeau de loups! Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 37.
3. « Homme étonnant! » pensait Jerphanion. « Ce qu'il ferait bien dans ma bande du Meygal! ... Encore deux ou trois ans, et quelques déchirements de plus (...) ce sera seulement un homme de bande, un compagnon. » Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 130.
SYNT. Bande de cavaliers, d'insurgés, de patriotes, de pirates; une bande furieuse, redoutable; bandes rivales; chef de bande; enrôler qqn dans sa bande; se mettre en bande; mener, organiser, recruter une bande; faire partie d'une bande.
2. En partic.
a) Vx, et souvent péj. Groupe d'hommes armés, rangés sous la même bannière, guerroyant de façon régulière ou non. Bande armée; la bande des Armagnacs :
4. En outre, des compagnies de gens de guerre, formées d'hommes de toute nation et de tout état, désolaient la France par leurs brigandages. (...) ces bandes aimaient mieux guerroyer pour le pillage et sans discipline : elles se trouvaient si bien en France, qu'elles la nommaient leur chambre. Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 1, 1824, p. 110.
5. La Grèce ne fut jamais au point de ruine et de désolation où nous la trouvons. C'est un champ de bataille, de massacres et de pillage universel. Il y a autant d'armées ou plutôt de bandes qu'il y a de villages. Lamartine, Correspondance,1832, p. 293.
SYNT. Bande d'assassins, de chenapans, d'enragés, de gangsters, de pillards, de scélérats.
b) Péj. [Comme 1erterme d'un syntagme exprimant une injure adressée à un groupe de pers.] Bande d'andouilles, de cinglés, de feignants, d'idiots, de salauds, de vaches :
6. − Eh bien? Qu'elle leur dit ... Qu'est-ce que vous avez? ... Bande de paumés! Bande de saindoux! Vous êtes que des sales morveux! Allez-vous-en vous gratter! Malfrins! Cressons! Céline, Mort à crédit,1936, p. 530.
B.− P. ext., non péj.
1. Groupe étroitement uni de personnes réunies par des goûts communs pour des motifs divers :
7. À propos d'un article de Lemaître sur Anatole France dans le Figaro, Daudet me disait : « C'est bien de la bande de Renan, une bande d'érudits à l'érudition un peu fanée, mais avec un grain de poésie. E. et J. de Goncourt, Journal,1889, p. 1015.
8. le malade. − Et vous n'êtes pas un vrai malade, hein! Vous faites partie, en quelque sorte, de la bande. Il fait signe vers le monde du dehors. corte. − De quelle bande? le malade. − La bande, la maffia, la sainte compagnie de ceux qui vivent dehors, la clique des gens en bonne santé. Camus, Un Cas intéressant,adapté de D. Buzzati, 1955, 2etemps, 9etabl., p. 696.
SYNT. Bande d'amis, de comédiens, d'étudiants, de jongleurs, de touristes; une joyeuse bande; une bande d'une douzaine; la petite bande des amis; la bande de qqn (fam. à) : la bande à Bébert, à Bonnot; le plus bavard, le plus courageux de la bande; aller quelque part en bande, être de la même bande; faire bande à part.
2. Spécialement
MUS. Réunion, ensemble, compagnie de musiciens formant un orchestre :
9. Si tu sens sur toi des regards soupçonneux, sors une expression de Québec, appelle un orchestre une bande, un wagon-restaurant un char réfectoire. Giraudoux, Siegfried et le Limousin,1922, p. 31.
10. Comme j'attaquais la rue solitaire, les premières mesures du jazze-bande furent attaquées aussi, avec une violence incroyable. Jouve, La Scène capitale,1935, p. 48.
SOCIOL. ,,Groupe d'individus, le plus souvent non intégrés à leur milieu socio-familial, dont l'âge moyen est 16 ans et demi`` (Mucch. Sc. soc. 1969). Les bandes de jeunes; ,,la plupart des auteurs voient dans la bande une réponse à un système social désorganisé`` (Sociol.1970, s.v. gang).
C.− P. anal. [En parlant d'animaux] Bande de brochets, de canards, d'étourneaux, de loups, de rats, de sarcelles.
PRONONC. − Cf. bande1.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1360 milit. « réunion de soldats » (Froiss., Chron., III, 132 dans Gdf. Compl. : Des bendes de Normandie et de Bretagne); xves. bande (Comm., IV, 11, ibid.); 1601, 24 déc. [le syntagme ne se trouve pas dans Est. 1549 comme l'indique le FEW t. 151, p. 53 b] faire bande à part « marcher séparément » (Lett. miss. de Henri IV, t. V, p. 518, ibid. : Ils ont descouvert leur but, duquel plusieurs affectionnez a la religion catholique sont si scandalisez qu'ils ont commencé a faire bande a part); av. 1597 chef de bande « tribun militaire » (Amyot, Paul Emile, 20 dans Hug.); 2. a) p. anal. bende 1509 « réunion de personnes » (Lemaire de Belges, Illustr., I, 44, ibid. : Le Roy et la Royne, et tous les nobles de Troye, convoyerent Polymnestor Roy de Thrace et de Bistonie, avec madame Ilione sa compaigne, et toute sa bende, jusques au port de Sigee); 1669 spéc. Grand[e] bande « les 24 violons de la Chambre du Roi » (Molière, Tartuffe, collect. Bordas, II, 3, p. 57 : Là, dans le carnaval, vous pourrez espérer Le bal et la grand-bande, à savoir deux musettes); b) 1690 bande de bohémiens « bande malfaisante » (Fur.); 1718 bande de voleurs (Ac.); 1835 bande de maraudeurs, de brigands (Ac.); 3. 1468 « parti, faction » (K. Heilemann, Der Wortschatz von G. Chastellain nach seiner Chronik, Leipzig, Paris, 1937, p. 238 : J'ai volontiers nourri paix en ma maison, enchassé division où j'ai pu rompuz bandes et complu à deux laz); 1694 [être] d'une autre bande (Ac.); Ac. 1835 ,,Dans ce sens, on ne l'emploie guère que par une sorte de dénigrement.`` Empr. à l'a. prov. banda « troupe, compagnie de gens » (fin xives. dans Rayn.), d'orig. germ. dont la voie de pénétration est difficile à préciser − ou bien issu du got. − soit bandwo « signe » attesté sous la forme bandum au sens de « étendard, bannière » en lat. médiév., ca 675, Julian., Hist. Wambae, c. 16, Scr. rer. Merov., V, p. 516 dans Nierm. (le prov. étant en ce cas issu du plur. banda devenu fém. sing.) − soit bandwa « id. » (Feist); ou bien issu du germ. *banda « id. » (Brüch, p. 58, 102), le mot étant anc. dans l'ensemble des lang. rom. (v. FEW t. 151, p. 56). Le sens de « troupe » est issu de celui de « troupe assemblée sous un étendard », lui-même emploi méton. de bandum « étendard ». L'hyp. d'un empr. au corresp. ital. banda « corps de troupe distingué par son fanion » (Brunot t. 1, p. 510; DG; DEI, s.v. bandiera; REW3, no929; Dauzat70) attesté seulement dep. le xvies. (Machiavel [1469-1527] dans Batt.) n'est pas satisfaisante du point de vue chronologique.
BBG. − Duch. 1967, § 60.

BANDE3, subst. fém.

MAR. ,,Inclinaison permanente que prend un navire sous l'effet d'un fort vent transversal, ou par suite d'un déséquilibre dû à la répartition des poids à bord, par exemple à la suite d'un ripage de la cargaison ou d'une entrée d'eau`` (Le Clère 1960). Avoir, prendre une bande de 10 degrés; donner de la bande (cf. abattée ex. 2) :
Il était temps; l'ordre n'était pas exécuté que le vent était à nos trousses et que le bâtiment donnait de la bande. A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 353.
En partic. Mettre l'équipage à la bande. Le disposer sur le pont, le long des lisses, pour rendre les honneurs (cf. Le Clère 1960).
Prononc. : [bɑ ̃:d]. Enq. : /bãd/. Étymol. et Hist. Fin xives. mar. « bord, côte » (Froissart, Chron. t. XI, pp. 185-186 (S. H. F.) dans Jal2: En mouvant des Harflues en venant toutes les bendes et les costières de mer jusques à l'Escluse); 1402 id. « côté [du sud] » (J. de Béthencourt, Découverte des Canaries, ibid. : Et allasmes chercher notre bonne aventure au long de la coste de la Bande du sud); 1515-22 « côté d'un vaisseau » (Ant. de Conflans, Faits de la marine, éd. Jal, Annal. marit. 1842, ibid.); p. ext. 1773 « inclinaison transversale d'un navire » (Bourdé de Villehuet, Manuel des marins ou Explication des termes de mar. : Un vaisseau donne la Bande quand il incline sur le côté, en portant trop de voiles, ou lorsque le vent est très fort). Empr. à l'a. prov. banda « bord, lisière (d'une forêt) » (début xives., Vie de S. Honorat dans Rayn.), « côté » Pt Lévy (E.); en a. prov., ce sens est donné par Bl.-W.5comme issu de celui de « troupe, bande » (xives. Chronique des Albigeois, col. 53 dans Rayn.) par l'intermédiaire de « parti, côté » mais plus prob. empr. à l'a. fr. bende « pièce, frange étroite » (bande1*), v. EWFS2.
STAT. − Bande1, 2, 3. Fréq. abs. littér. : 3 325. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 481, b) 8 017; xxes. : a) 5 866, b) 4 194.

Wiktionnaire

Nom commun 1

bande \bɑ̃d\ féminin

  1. Sorte de lien plat et large.
  2. (Chirurgie) Longue lanière de toile ou de coton qui est employée dans divers pansements.
    • Une bande Velpeau.
  3. Fer battu en long qui sert à lier ou à renforcer quelque chose.
    • Mettre des bandes à une roue.
  4. Morceau d’étoffe, de cuir, de papier, etc. long et étroit.
    • A la bride et au mors arabe on ajoute, aux grandes occasions, une large bande frontale ornée de franges et un gros gland pendant au cou du cheval. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 85)
    • Mettre un journal, un livre sous bande.
  5. (Figuré) Surface longue et étroite.
    • Une bande de terre, de gazon.
    • Le soleil pâlit au milieu de son cours, et l’azur du ciel, traversé de bandes verdâtres, semble se décomposer dans une lumière louche et troublée. — (François-René de Chateaubriand, Les Martyrs, livre dix-neuvième, volume 2, éd. Le Normant, 1809, p. 239)
    • Des trois bandes ou régions qui divisaient devant nous la plaine d’Athènes, nous traversâmes les deux premières, la région inculte et la région cultivée. — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, éd. Le Normant, 1811, p. 170)
    • Un de nos hommes, pour s’amuser, se mit à loucher et à faire des grimaces ; aussitôt un des jeunes Fuégiens, dont le visage était peint tout en noir, sauf une bande blanche à la hauteur des yeux, se mit aussi à faire des grimaces et il faut avouer qu’elles étaient bien plus hideuses que celles de notre matelot. — (Charles Darwin, Voyage d’un naturaliste autour du monde, traduit par Édouard Barbier, 1875, p. 221)
  6. (Astronomie) Zone obscure qui traverse les disques planétaires de Jupiter et de Saturne, par opposition aux zones, plus claires.
  7. (Billard) Chaque côté intérieur du billard.
    • Les bandes de ce billard sont trop dures.
  8. (Vieilli) Au jeu de trictrac, chacun des bords de la table.
  9. (Architecture) Se dit de plusieurs membres unis qui représentent en effet des bandes ou lisières.
  10. (Pêche) Espèce d’ailes que l’on ajoute à certains filets.
  11. (Marbrerie) Dalles de liais ou de marbre débitées en tranches étroites pour servir d’encadrement aux carrelages.
  12. Les longs côtés d’une glace qui, pendant qu’on la coulait, touchaient aux tringles.
  13. (Imprimerie) Pièces de fer attachées aux deux langues du milieu du berceau de la presse, sur lesquelles roule le train.
  14. (Pâtisserie) Morceau de pâte long et mince qui sert à bander certaines pâtisseries.
  15. (Héraldique) Pièce honorable d’écu qui représente le baudrier du cavalier et prend d’ordinaire depuis le haut de l’angle dextre du chef de l’écu jusqu’à l’angle senestre de sa pointe.
    • Porter d’argent à la bande de sable.
  16. (Équitation) Les deux pièces de fer plates, clouées aux arçons pour la tenir une selle en état.
  17. (Nom collectif) (Philatélie) Ensemble de plus de deux timbres alignés attenant l’un à l’autre.
  18. (Louisiane) Pneu d’une voiture.
  19. (Baby-foot) Tir qui rebondit sur le côté du baby-foot.
  20. (Électronique, Physique, Télécommunications) Plage de fréquences électromagnétiques, en particulier radio.
    • Comme prévu par la feuille de route sur la 5G du gouvernement, l'Arcep vient de lancer sa consultation publique pour l’attribution de nouvelles fréquences 5G dans la bande des 1,4 GHz, 3,5 GHz et 26 GHz. — (Sébastien Gavois, L'Arcep nous détaille sa consultation sur l'attribution des nouvelles fréquences 5G, Next INpact, 26 octobre 2018 → lire en ligne)

Nom commun 2

bande \bɑ̃d\ féminin

  1. (Marine) Côté du navire.
  2. (Par extension) Gite du navire.
    • Parfois, il est vrai, cette vaste étendue de toile, frappée par un vent impétueux, imprimait au navire une bande effrayante ; suspendu sur la pente d’une lame escarpée, il plongeait son plat-bord dans l’eau, tandis que la quille devait, au contraire, se montrer en entier hors des flots. — (Voyage de Dumont d’Urville autour du monde raconté par lui-même, 1829)
    • En ce moment, voici que la bande de l’Astara s’accentue ; les assiettes frémissent entre les chevilles de la table, les couverts glissent en cliquetant, les verres épanchent en partie leur contenu, les lampes de suspension s’écartent de la verticale […] — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, Hetzel, 1892, chap. 4)
  3. (Marine) Côté du navire où celui-ci gite.
    • Or, le Macquarie donnant sa bande sur tribord, sa gauche opposée émergeait, et les coutures défectueuses étaient à l’air. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BANDE (ban-d') s. f.
  • 1Sorte de lien plat et large.

    En chirurgie, longue lanière de toile ou de coton qui est employée dans divers pansements. Les chefs, le plein d'une bande.

    Bande se dit du fer battu en long qui sert à lier ou à renforcer quelque chose. Mettre des bandes à une roue.

    Bande d'une selle, se dit de deux pièces de fer plates, clouées aux arçons pour la tenir en état.

  • 2Morceau d'étoffe, de cuir, de papier, etc. long et étroit. Une bande de taffetas, de drap, de papier. Mettre un journal, un livre sous bande.

    Fig. Une bande de terre. Une bande de gazon. Des trois bandes ou régions qui divisaient devant nous la plaine d'Athènes, nous traversâmes les deux premières, Chateaubriand, Itin. 169. L'azur du ciel, traversé par des bandes verdâtres, sembla se décomposer dans une lumière louche, Chateaubriand, Mart. II, 239.

    Terme d'astronomie. Bandes de Jupiter, de Saturne, bandes obscures qui traversent le disque de ces planètes.

  • 3Chaque côté intérieur du billard. Les bandes de ce billard sont trop dures.

    Au jeu de trictrac, chacun des bords de la table.

  • 4 Terme de marine. Bande du nord, bande du sud, le côté du nord, le côté du sud, par rapport à la ligne. Bande de l'est, bande de l'ouest, le côté de l'est de l'ouest Les vents étaient à la bande de l'est, Villette, Relat. du combat de la Hougue, dans JAL.

    Donner la bande, être à la bande, se dit d'un bâtiment qui penche d'un côté.

    Bande de ris, bande de toile appliquée sur une des faces d'une voile pour la fortifier aux points où doivent être percés les trous dans lesquels passent les garcettes des ris.

  • 5En architecture, bande se dit de plusieurs membres unis qui représentent en effet des bandes ou lisières.
  • 6 Terme de pêche. Espèce d'ailes que l'on ajoute à certains filets.
  • 7 Terme de métier. Dalles de liais ou de marbre débitées en tranches étroites pour servir d'encadrement aux carrelages.

    Bandes de trémie, barres de fer placées en avant du foyer des cheminées.

    Les longs côtés d'une glace qui, pendant qu'on la coulait, touchaient aux tringles.

    Dans l'imprimerie, pièces de fer attachées aux deux langues du milieu du berceau de la presse, sur lesquelles roule le train.

    Morceau de pâte long et mince qui sert à bander certaines pâtisseries.

    Bande de cervelas, six cervelas attachés l'un au bout de l'autre.

  • 8 Terme de blason. Pièce honorable d'écu qui représente le baudrier du cavalier et prend d'ordinaire depuis le haut de l'angle droit de l'écu jusqu'à l'angle gauche du bas de l'écu. Porter d'argent à la bande de sable.

    Les chevaliers de la bande ou de l'écharpe, ordre de chevalerie institué vers l'an 1330 par Alphonse XI, roi de Castille, et destiné aux gentilshommes cadets de famille. Ces chevaliers portaient un ruban de soie rouge de l'épaule gauche jusqu'au-dessous du bras droit.

HISTORIQUE

XIIe s. Au front dessus [l'escu] ot [eut] trois bandes d'or mer [pur], Ronc. p. 50.

XIIIe s. Quant li rois Englois entendi que il venroient l'ourmiel [ormeau] copper, si fist fierer le tronc desous de bendes de fier tout entour, Chr. de Rains, p. 63. Que nus ne puisse couvrir de bandes, es fouriaux d'espées, chose que par les quatre mestres puisse estre dite fausse par leur seremens…, Liv. des mét. 367. Que me revolent [veulent de nouveau] ces gallendes, Ces coiffes à dorées bendes ? la Rose, 9312. Sa baniere estoit bandée, et une des bandes estoit les armes l'empereur qui l'avoit fait chevalier, Joinville, 221.

XVe s. Le roi d'Angleterre mettoit sus une grande armée de gens d'armes, et l'avoiton vu sur la mer, des bandes de Normandie et Bretagne, Froissart, I, I, 265.

XVIe s. Elles nourrissoient leurs enfans, sans les emmailloter, ny lier de bandes, ny de langes, Amyot, Lyc. 33. L'armée chrestienne [flotte] se met en ordre de bataille : Ulusalis l'aiant contemplée fait à l'autre bande, et tourne vers la Barbarie, D'Aubigné, Hist. II, 83. Le peuple eschauffé prend les armes et s'encourt à qui le premier rempliroit six navires moiens qui estoient à la rade, et se mettent à la bouline, et courans bande sur bande viennent aux canonades, D'Aubigné, ib. II, 393. Telle ligature ou bande se fait quelquefois avec un chef, ou avec plusieurs, Paré, VII, 5. Les parties sont le corps de la bande et les chefs, Paré, XII, 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. BANDE. Ajoutez :
9Nom donné par quelques-uns au comma, papillon de jour, papilio comma, plus exactement hesperia comma.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* BANDE, troupe, compagnie, (Gramm.) termes synonymes, en ce qu’ils marquent tous multitude de personnes ou d’animaux. Plusieurs personnes jointes pour aller ensemble, sont la troupe ; plusieurs personnes séparées de la troupe font la bande ; plusieurs personnes que des occupations, un intérêt, un emploi, réunissent, forment la compagnie. Il ne faut pas se séparer de sa troupe pour faire bande à part. Il faut avoir l’esprit & prendre l’intérêt de sa compagnie. On dit une troupe de comédiens, une bande de violons, & la compagnie des Indes. On dit aussi une bande d’étourneaux, des loups en troupe, deux tourterelles de compagnie.

Bande, est encore synonyme à troupe. On dit d’une troupe de soldats qui combattent sous le même étendart, que c’est une bande.

Romulus divisa les légions par cohortes, & les cohortes en manipules, du nom de l’enseigne sous laquelle elles combattoient, & qui étoit alors une poignée de foin au bout d’une pique, manipulus. Voyez Enseigne & Légion.

M. Beneton croit que le mot de ban a donné origine à celui de bande. D’abord que le ban étoit publié, dit-il, tous les militaires d’un gouvernement étant assemblés, on les partageoit en différentes bandes ou compagnies ; les unes de cavaliers ou d’hommes d’armes, les autres de soldats ou fantassins, chacune sous le commandement d’un senior, c’est-à-dire, du plus élevé ou du plus consideré d’entre tous ceux qui composoient la bande.... Du terme de ban sont venus ceux de bande & de banniere pour exprimer des hommes attroupés & des enseignes. Une bande étoit un nombre de soldats unis sous un chef, & l’enseigne qui servoit à la conduite de ces soldats, étoit aussi une bande ou une banniere. La bande enseigne donna son nom à chaque troupe assez considérable pour avoir une enseigne. Les bandes ou montres militaires d’autrefois, étoient ce que nous appellons présentement des compagnies.

Ainsi dans nos historiens, les vieilles bandes signifient les anciens régimens, les troupes aguerries. Il y est aussi parlé des bandes noires, soit que leurs enseignes fussent noires, soit qu’elles portassent des écharpes de cette couleur, comme c’étoit autrefois la mode dans les armées pour distinguer les divers partis. (G)

Bande (Hist. mod.) ordre militaire en Espagne, institué par Alphonse XI, roi de Castille, l’an 1332. Il prend son nom de banda, bande, ou ruban rouge, passé en croix au-dessus de l’épaule droite, & au-dessous au bras gauche du chevalier. Cet ordre n’étoit que pour les seuls cadets des maisons nobles. Les aînés des grands en sont exclus ; & avant que d’y être admis, il falloit nécessairement avoir servi dix ans au moins, soit à l’armée ou à la cour. Ils étoient tenus de prendre les armes pour la défense de la foi catholique contre les infideles. Le roi étoit grand maître de cet ordre, qui ne subsiste plus. (G)

Bande, s. f. (Gramm.) c’est en général un morceau de drap, de toile, de fer, de cuivre & de toute autre matiere, dont la largeur & l’épaisseur sont peu considérables relativement à la longueur.

Le mot bande présente assez ordinairement à l’esprit, l’idée d’attache & de lien ; cependant ce n’est pas là toûjours la destination de la bande.

Les termes bande, lisiere, barre, peuvent être considerés comme synonymes ; car ils désignent une idée générale qui leur est commune, beaucoup de longueur sur peu de largeur & d’épaisseur : mais ils sont différentiés par des idées accessoires. La lisiere indique longueur prise ou levée sur les extrémités d’une piece ou d’un tout ; bande, largeur prise dans la piece, avec un peu d’épaisseur ; barre, une piece ou un tout même, qui a beaucoup de longueur sur peu de largeur avec quelqu’épaisseur. Ainsi on dit la lisiere d’un drap ; une bande de toile ; une barre de fer.

Bandes de Jupiter (en Astronomie) sont deux bandes qu’on remarque sur le corps de Jupiter, & qui ressemblent à une ceinture ou baudrier. V. Jupiter.

Les bandes ou ceintures de Jupiter sont plus brillantes que le reste de son disque, & terminées par des lignes paralleles. Elles ne sont pas toûjours de la même grandeur, & elles n’occupent pas toûjours la même partie du disque.

Elles ne sont pas non plus toûjours à la même distance : il semble qu’elles augmentent & diminuent alternativement. Tantôt elles sont fort éloignées l’une de l’autre ; tantôt elles paroissent se rapprocher : mais c’est toûjours avec quelque nouveau changement. Elles sont sujettes à s’altérer de même que les taches du Soleil : une tache très-considérable que M. Cassini avoit apperçue sur Jupiter en 1665, ne s’y conserva que près de deux années. Elle parut pendant tout ce tems immobile au même endroit de la surface. On en détermina pour lors la figure, aussi bien que la situation par rapport aux bandes. Elle disparut enfin en 1667, & ne reparût que vers l’an 1672, où l’on continua de l’appercevoir pendant trois années consécutives. Enfin elle s’est montrée & cachée alternativement ; de maniere qu’en 1708, on comptoit depuis 1665 huit apparitions completes. C’est par les révolutions de cette tache observées un grand nombre de fois, qu’on a découvert le tems de la révolution de Jupiter autour de son axe.

Il est vraissemblable que la terre que nous habitons est dans un état plus tranquille & bien différent de celui de Jupiter ; puisque l’on observe dans la surface de cette planete des changemens, tels qu’il en arriveroit sur notre globe, si l’Océan par exemple changeant de lieu venoit à se répandre indifféremment sur toutes les terres, ensorte qu’il s’y formât de nouvelles mers, de nouvelles îles, & de nouveaux continens. Inst. astr. de M. le Monnier.

M. Huyghens a aussi découvert une espece de bande fort large dans la planete de Mars, qui est beaucoup plus foncée que le reste du disque, dont elle n’occupe que la moitié. (O)

Bandes (en Architecture) se dit des principaux membres des architraves, des chambranles, impostes & archivoltes, qui pour l’ordinaire ont peu de saillie & de hauteur sur une grande étendue. On les nomme aussi fasce, du latin fascia, dont Vitruve se sert pour exprimer la même chose. Voyez Plate-bande.

On donne encore, dans les édifices bâtis de brique, le nom de bande aux bandeaux de cette matiere qui sont aux pourtours, ou dans les trumeaux des croisées.

On dit aussi bande de colonne, lorsqu’on veut parler du bossage dont on orne quelquefois le nud des ordres rustiques, comme aux colonnes du Luxembourg pointillées ou vermiculées ; à celles du vieux Louvre ; aux colonnes taillées d’ornemens de peu de relief, comme aux galeries du même palais du côté de la riviere. Voyez Bossages. (P)

Bande (en terme de Marine) signifie côté.

Bande du nord, c’est-à-dire le côté du nord, ou latitude septentrionale.

Bande du sud, ou latitude méridionale.

Bande se dit encore du côté ou flanc du vaisseau : avoir son vaisseau à la bande, mettre son vaisseau à la bande, c’est le faire pancher sur un côté appuyé d’un ponton, afin qu’il présente l’autre flanc quand on veut le nettoyer, ou lui donner le radoub, le braier, & étancher quelque voie d’eau.

Tomber à la bande, c’est tomber sur le côté.

Bande de Sabords (terme de Marine) c’est toute une rangée de sabords sur le côté du vaisseau.

Bande, ou litre de toile goudronnée, qu’on met quelquefois sur les coutures d’un vaisseau.

Bande (en termes de Chirurgie) est une ligature beaucoup plus longue que large, qui sert à tenir quelque partie du corps enveloppée & serrée, pour la maintenir dans un état sain, ou le lui procurer.

La bande consiste en trois parties, le corps & les deux extrémités, que quelques-uns appellent tétes ou chefs ; & d’autres, queues. Il y a des bandes à un seul chef, c’est-à-dire, qui ne sont roulées qu’à un bout, fig. 21. Pl. II. & d’autres à double chef, fig. 22. Pl. II.

De plus, il y en a qui sont roulées également, comme celles pour les fractures & les dislocations ; d’autres qui sont divisées en plusieurs chefs, comme celles pour la tête, le menton ; d’autres sont composées de plusieurs bandelettes unies & cousues ensemble, comme celles pour les testicules. Quelques-unes sont fort larges, comme celles pour la poitrine, le ventre, &c. d’autres étroites, comme celles pour les levres, les doigts, &c. Guidon conseille de faire la bande pour l’épaule, de six doigts de large ; celle pour la cuisse, de cinq ; celle pour la jambe, de cinq ; celle pour le bras, de trois ; & celle pour le doigt, d’un.

Il a deux sortes de bandes, les unes sont remedes par elles mêmes ; telles sont celles qui servent aux fractures simples, à réunir les plaies, arrêter les hémorrhagies, &c. Les autres ne sont que contentives, c’est-à-dire qu’elles ne servent qu’à contenir les médicamens. La matiere des bandes est ordinairement du linge médiocrement fin, un peu élimé. Les bandes doivent être coupées à droit fil, & n’avoir ni ourlet ni lisiere. Voyez Bandage. (Y)

Bande, (en Commerce.) petit poids d’environ deux onces dont on se sert en quelques endroits de la côte de Guinée pour peser la poudre d’or. Dictionn. du Commerce, tom. I. p. 818. (G)

Bande, en termes de Blason, armoirie formée par deux lignes tirées diagonalement ou transversalement, c’est-à-dire, depuis le champ de l’écusson à la droite, jusqu’au bas de la gauche, en représentation d’un baudrier ou d’une écharpe passée sur l’épaule.

La bande est une des dix pieces honorables ordinaires : elle occupe la troisieme partie du champ, lorsqu’il est chargé, & la cinquieme lorsqu’il est uni. Elle est quelquefois dentelée, engrelée, &c. les héraults d’armes parlent d’une bande dextre & d’une bande fenestre : une bande se divise en bandelette, qui est la sixieme du champ ; en jarretiere, qui est la moitié d’une bande ; en valeur, qui est le quart de la bande ; & en ruban, qui est la moitié de la valeur. Bande dextre est celle qui se nomme en terme propre & absolu bande, comme elle est définie plus haut : le mot dextre lui est annexé par l’usage, pour obvier à des méprises & la distinguer de la bande fenestre, qui est ce que les héraults d’armes François appellent barre. Voy. Barre. (V)

Bande d’une selle, se dit en Manége de deux pieces de fer plates, larges de trois doigts, cloüées aux arçons pour la tenir en état. Mettre un arçon sur bande, c’est cloüer les deux bouts de chaque bande à chaque côté de l’arçon. Outre ces deux grandes bandes, l’arçon de devant en a une petite appellée bande du garot, avec un croissant pour tenir en état l’arcade du garot. L’arçon de derriere a aussi une petite bande pour le fortifier. (V)

Bande de derriere, en Bourserie, c’est une bande de cuir attachée aux deux bouts de la cartouche en-dessous, par laquelle on passe une autre bande de cuir qui sert à porter la cartouche. V. Cartouche.

Bande, chez les Imprimeurs, sont deux grandes tringles de bois de quatre piés & demi de long, sur trois pouces de large, recouvertes de lames de fer poli, ou à arrête, placées dans le milieu du berceau de la presse, & sur lesquelles roule le train. V. Berceau de presse .

Bandes de toises, dans les Salines, & particulierement à Moyenvic, ce sont des cercles de fer par lesquels le haut des poelles est ceint & terminé.

Bande de tour, terme de Pâtisserie, long morceau de pâte que les Pâtissiers nomment ainsi parce qu’il se met autour d’une tourte ou d’une autre piece, pour en contenir les parties intérieures ou supérieures.

Bande se dit encore en Pâtisserie d’un petit cordon de pâte qu’on étend en croix sur une tourte, & dont on forme plusieurs petits quarreaux qui servent d’agrémens à la piece.

Bandes de Billard, terme de Paumier ; ce sont quatre grandes tringles de bois rembourées de lisieres de drap, & recouvertes de morceaux de drap vert qui y sont attachés avec des clous de cuivre : on fixe ces bandes sur les bords de la table du billard par-dessus le tapis, avec des vis qui entrent dans la table ; ces bandes sont rembourées d’une maniere bien ferme, afin de renvoyer les billes qui viennent y frapper.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bande »

(début XIIe siècle) Du vieux haut allemand binda, de binden (« lier »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, baine ; namurois, bainde ; rouchi, béne ; picard, benne ; provenç. et ital. benda ; espagn. venda ; de l'anc. haut allem. binda ; allem. mod. binden, lier ; sanscr. bandh, lier. Comparez le gaélique bann, une bande, un lien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bande »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bande bɑ̃d

Citations contenant le mot « bande »

  • L'égoïsme, ce gros ventru, cette citrouille qui prend toute la plate-bande. De Jules Barbey d’Aurevilly / Les Ridicules du temps
  • Un livre c'est comme une bande dessinée, sauf que les images se trouvent entre les lignes. De Chantal Debaise
  • Pour mieux voir les défauts des autres, on prend une loupe ; pour les siens, on se bande les yeux. De Paul Chrétien-Audruger
  • La bande dessinée, c'est comme le cinéma, même si c'est un cinéma de pauvres. De Hugo Pratt / Entretien avec Michel Pierre - Décembre 1981
  • Quand on est plus de quatre on est une bande de cons. A fortiori, moins de deux, c'est l'idéal. De Pierre Desproges
  • Le pluriel ne vaut rien à l'homme Et sitôt qu'on Est plus de quatre On est une bande de cons De Georges Brassens / Le pluriel
  • Lorsque le chef de bande s'arroge le titre de roi, les rapines et les mauvais coups portent les noms flatteurs de trophées et de victoires. De François Cavanna / La hache et la croix
  • La bande dessinée c’est l’évasion. De Grzegorz Rosinski / Evene.fr - Mars 2006
  • Plus l'homme cultive les arts, moins il bande. De Charles Baudelaire / Mon Coeur mis à nu
  • Faire une bande dessinée, c’est se souvenir. De Chris Ware / Evene.fr - Mars 2009
  • Un bon élève est entouré par sa cour, un meneur est cerné par sa bande. De André Lévy / L’enseignement
  • Faire de la bande dessinée, c’est comme voir ses rêves. De Chris Ware / Evene.fr - Mars 2009
  • Dans une bonne bande dessinée, quelle qu’elle soit, le dessin reste la cerise sur le gâteau. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est accessoire. De Anthony Jean / Evene.fr -Janvier 2007
  • Le manga travaille essentiellement autour de l’idée de personnage, ce qui n’est pas le cas de la bande dessinée. De Jirô Taniguchi / Libération Livres, 29 janvier 2015
  • Le manga travaille sur la vitesse de lecture, la bande-dessinée demande au lecteur de s’arrêter sur les détails de chaque case. De Jirô Taniguchi / Libération Livres, 29 janvier 2015
  • Originaire du Vitryat, l’auteur Victor Lepointe publie sa deuxième bande dessinée. Elle portera sur la bataille du Mont Morêt, en septembre 1914 à Courdemanges tout près de Vitry-le-François. Il veut porter un autre regard sur le conflit. Journal L'Union abonné, En bande dessinée, Victor Lepointe jette un autre regard sur la bataille du Mont Morêt
  • Perturbé dans son calendrier comme toutes les autres manifestations culturelles française par l’épidémie de Covid-19, le Festival international de la Bande dessinée d’Angoulême prend une voie de traverse : il expose jusqu'à mi-février des bandes dessinées en gare. France 3 Occitanie, Bande dessinée : face au confinement, le festival d’Angoulême s’expose en gare de Toulouse et de Montpellier
  • Selon la bande-annonce, il ne s’agit pas d’une « histoire d’amour » mais de « l’histoire de l’amour ». Le film a été tourné en secret cet été en Californie, alors que l’industrie cinématographique commençait doucement à se remettre en marche après la première vague du coronavirus aux Etats-Unis. , Netflix : Le film « Malcolm & Marie » se dévoile dans une première bande-annonce
  • A la demande de Grasset, la traductrice a prêté son concours à l’exercice d’ajustement des textes figurant dans les phylactères et les récitatifs de Fido Nesti, ce dernier ayant gardé entre 30 % et 40 % du manuscrit initial (400 pages dans la version poche), ce qui est beaucoup au regard des contraintes narratives propres à la bande dessinée. Le Monde.fr, « 1984 » entre dans le domaine public, quatre adaptations en bande dessinée disponibles en librairie au mois de janvier
  • Le 27e Prix franceinfo de la bande dessinée d'actualité et de reportage sera proclamé jeudi 14 janvier. Présentation des 11 albums en sélection. Franceinfo, BD, bande dessinée. 27e Prix franceinfo de la bande dessinée d'actualité et de reportage : la sélection
  • « Spider-Man : Far From Home » est le dernier film du Marvel Cinematic Universe (MCU) à avoir vu le jour au cinéma avant la pandémie de covid-19. En attendant « Black Widow », de nombreux fans ont décortiqué le film sur le tisseur. Et une question demeure : pourquoi cette scène de la bande-annonce n’a pas été retenue dans le montage final ? CinéSéries, Spider-Man Far From Home : pourquoi cette scène de la bande-annonce a été coupée au montage ? - CinéSéries
  • La bande dessinée "Moi, Mikko et Annikki", publiée en 2014 et seule œuvre de l’auteure traduite en français, a été récompensée par le prix Artémisia. SudOuest.fr, BD : le prix Artémisia de la bande dessinée décerné à la Finlandaise Tiitu Takalo
  • Au vu de la bande-annonce, que vous retrouverez en tête de cet article, l’intrigue semble calquée à la version originale de Dan Fogelman, à quelques détails près. Les personnages de “Je te promets” n’évoluent pas à New York ni à Los Angeles mais en France. Leurs prénoms n’ont plus rien de Rebecca, Jack ou Randall mais tout de Mathis, Maud, Paul et Michaël, qu’on retrouvera à l’aube de leurs 37 ans.  Le HuffPost, "Je te promets", remake français de "This Is Us" dévoile sa bande-annonce | Le HuffPost

Traductions du mot « bande »

Langue Traduction
Anglais bandaged
Espagnol vendado
Italien fasciato
Allemand verbunden
Chinois 包扎的
Arabe ضمد
Portugais enfaixado
Russe перевязанный
Japonais 包帯
Basque bendatu
Corse fasciata
Source : Google Translate API

Synonymes de « bande »

Source : synonymes de bande sur lebonsynonyme.fr

Bande

Retour au sommaire ➦

Partager