Sceller : définition de sceller


Sceller : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SCELLER, verbe trans.

A. −
1. Marquer d'un sceau (une lettre, un acte) pour authentifier, valider, clore. Le Chancelier (Seguier), tout ami qu'il était des Jésuites, fit de grandes difficultés, dit-on, avant d'y apposer le sceau, craignant que cet acte violent n'allât contre le but. Pourtant, sur le commandement exprès du Roi et de la Reine, il scella l'arrêt le 1erjour d'octobre (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 148).L'habitude de sceller les chartes en garantie de la parole donnée (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 393).V. cachet ex. 3.
2. Apposer un sceau, des scellés sur une porte, un meuble, afin d'en condamner l'ouverture, ou sur un objet, afin d'empêcher l'accès au contenu. Je me suis levé pour protester hautement contre la manière peu convenable dont j'avais été arraché de Longwood, sur l'illégalité avec laquelle on avait scellé mes papiers loin de ma personne (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 393).La postulante (...) émit ses vœux de clôture perpétuelle et fut menée, en procession, tandis que l'on chantait le « Veni Sponsa Christi » jusqu'à sa cellule où le prélat l'enferma et scella la porte de son seing (Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 179).V. cacheter ex. 1.
B. − P. méton.
1. Fermer hermétiquement. Sceller une bouteille, une fiole, un tube (Ac. 1935). Au lieu de le boucher [le vase] avec du liège, il le scelle à la flamme du chalumeau, après en avoir étiré le col (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p. 55).
2. Fixer un objet, une pièce mobile à l'aide de mortier, de plâtre, de ciment. Sceller un crochet, des gonds. Un petit puits creusé dans le rocher tout près de la maison, et fermé d'une grosse pierre où l'on avait scellé un anneau de fer (Lamart., Confid., Graziella, 1849, p. 186).Les murs y sont plus épais que partout ailleurs et plus hauts. À mi-hauteur, c'est encore le ciment romain qui les scelle... Ce sont encore les pierres entassées par les colons de César (G. Leroux, Parfum, 1908, p. 38).
C. − Au fig.
1. Confirmer définitivement, ratifier quelque chose. Sceller une alliance, un engagement. Le bûcheron tendit sa large main, pour sceller le contrat (R. Bazin, Blé, 1907, p. 11).Cette réunion, qui devait achever de sceller l'accord établi avec l'armée américaine, eut lieu à 14 heures dans le bureau du secrétaire d'État à la guerre (Joffre, Mém., t. 2, 1931, p. 461).
2. Fermer, clore quelque chose. Toi dont les yeux erraient, altérés de lumière, De la couleur divine au contour immortel Et de la chair vivante à la splendeur du ciel, Dors en paix dans la nuit qui scelle ta paupière (Leconte de Lisle, Poèmes trag., 1886, p. 105).La pensée que sa sœur avait aimé Christophe le rendait, devant Christophe, rougissant, comme s'il avait été elle. Et, pourtant, qu'il eût voulu parler d'elle avec lui! − Mais il ne le pouvait pas. Son secret lui scellait les lèvres (Rolland, J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 924).
Prononc. et Orth.: [sεle], [se-], (il) scelle [sεl]. Homon. seller. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1100 « marquer un écrit de l'empreinte d'un sceau pour le clore, le valider » (Roland, éd. J. Bédier, 2613: ses brefs seieler); 1229, mars sceler (Trésor des chartes du comté de Rethel, éd. G. Saige et H. Lacaille, t. 1, p. 102); fin xives. part. passé subst. « lettre, document scellé » (Froissart, éd. S. Luce, I, § 35, t. 1, 2, p. 96); 1439 id. « sceau » (Reg. de la Chambre des comptes de Dijon ds Gay t. 2, col. 898); 2. 1328 « apposer les scellés sur un objet » seeller [un] huis (Arch. nat. ds Gdf., s.v. deseeller); 1690 part. passé subst. sing. (Fur.: on a apposé le scellé chez ce marchand); 1804 subst. plur. (Code civil, art. 849); 3. 1384 p. ext. « imprimer une marque sur un objet pour indiquer son origine, sa qualité » [drapperie] séellée de propres seaulx (Ordonnances des rois de France, t. 7, éd. Secousse, 1747, p. 80); 4. fig. a) 1erquart xiiies. « graver, empreindre » (Reclus de Molliens, Miserere, 218, 5 ds T.-L.: jovenes hom [...], Quand tu mires ton vis novel Et dis ke en te fache gente A sëelé vint ans ou trente); b) fin xves. « contracter, confirmer solennellement » (Jean Molinet, Chron. CCXXIX, éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, t. 2, p. 252: avoyent promis et séellé par [...] traittié); 1621-1630 (D'Aubigné, Du Debvoir mutuel des Roys et des subjects, V ds Œuvres, éd. E. Réaume et Fr. de Caussade, t. 2, p. 58: la vérité maintenuë par escrits [...] et depuis scellee de [...] sang). B. 1. 1121-34 « fermer, clore » ici, en parlant d'une pierre tombale (Philippe de Thaon, Bestiaire, 2950 ds T.-L.); ca 1140 part. passé adj. « bien assemblé, en parlant d'un siège » (Voyage de Charlemagne, éd. G. Favati, 117, v. note p. 149); 2. ca 1160 « rendre consistant, solide » (Eneas, 7657 ds T.-L.); 3. a) 1180-90 « fixer solidement (avec du plomb, du mortier) » (Alexandre de Paris, Alexandre, I, 1374, éd. Elliott Monographs, XXXVII, p. 31: Li quarrel en estoient tout a plonc seelé); b) 1765 « fixer (une glace) dans le plâtre pour pouvoir la polir » (Encyclop. t. 17, p. 150a). Du lat. vulg. *sigellare, b. lat. sigillare « pétrifier, statufier » (fin ive-déb. ves., Prudence), « empreindre (de manière artistique) » (vies., Fulgence), « sceller (un écrit) » (b. lat. des gloses). Fréq. abs. littér.: 210. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 273, b) 253; xxes.: a) 360, b) 305.
DÉR. 1.
Scellage, subst. masc.Action de sceller (supra B 2); résultat de cette action. Synon. plus usuel scellement.Ainsi l'homme scelle une pierre à l'autre sous le soleil. Et son acte est tel. Payé tel prix. Coûtant telle fatigue. Et il ne voit là que sacrifice consenti au scellage des pierres (Saint-Exup., Citad., 1944, p. 862). [sεla:ʒ]. 1resattest. a) 1424-25 « action d'apposer un sceau à un écrit » seellage de le grace acordee (doc. Arch. Mons ds Gdf.), b) 1425 « action de marquer une marchandise » seellage de draps (doc. Arch. Tournai, ibid.), c) 1765 « action de sceller dans le plâtre la glace qu'on veut polir » (Encyclop. t. 17, p. 150b), d) 1842 maçonn. (Ac. Compl.); de sceller, suff. -age*.
2.
Scelleur, subst. masc.,vieilli, rare. Celui qui appose un sceau. Le scelleur de la Chancellerie (Ac.1798-1878).Une fois le tabellion réglé, il faut aller devant le scelleur, qui fait payer sa cire à prix d'or (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 95). [sεlœ:ʀ]. Att. ds Ac. 1762-1878. 1reattest. 2emoit. xiiies. « celui, celle qui scelle un document » (Dit des Avocats, éd. G. Raynaud, 203); de sceller, suff. -eur2*.

Sceller : définition du Wiktionnaire

Verbe

sceller \se.le\ ou \sɛ.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Marquer d’un sceau.
    • Le prieur s’assit et rédigea à son aise une épître à Brian de Bois-Guilbert, et, ayant soigneusement scellé les tablettes, il les donna au juif en lui disant : … — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Droit) Apposer, appliquer, par autorité de justice, les scellés à une porte, à une armoire, etc., pour empêcher d’en rien enlever.
    • Dès qu’il fut mort, le juge de paix alla chez lui sceller son coffre-fort, ses armoires.
  3. (Maçonnerie) Arrêter, fixer l’extrémité d’une pièce de bois ou de métal dans un mur, dans la pierre ou le marbre, avec du plomb, du plâtre, du mortier, etc.
    • Sceller des gonds, des crampons, des crochets dans une muraille ; les sceller en plomb.
    • Sceller avec du mortier.
    • Sceller des pavés.
  4. Fermer hermétiquement.
    • Sceller une bouteille, une fiole, un tube.
  5. (Figuré) Confirmer, affermir.
    • Ils dînèrent tous ensemble pour sceller leur réconciliation.
    • Par comparaison les trois hommes constatèrent qu’ils avaient plusieurs batailles célèbres en commun. C’est le genre de découverte qui scelle les amitiés et entretient les conversations. — (Jean L’Hôte, La Communale, Seuil, 1957, réédition J’ai Lu, page 166)
  6. (Québec) Jointoyer, appliquer un scellant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Sceller : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SCELLER. v. tr.
Marquer d'un sceau. Sceller un privilège. Sceller du grand sceau. Sceller en cire jaune, en cire verte. Les papes scellent plomb dans certaines occasions. Il signifie également Apposer, appliquer, par autorité de justice, les scellés à une porte, à une armoire, etc., pour empêcher d'en rien enlever. Dès qu'il fut mort, le juge de paix alla chez lui sceller son coffre-fort, ses armoires. On dit plutôt Mettre sous scellé. En termes de Maçonnerie, il signifie Arrêter, fixer l'extrémité d'une pièce de bois ou de métal dans un mur, dans la pierre ou le marbre, avec du plomb, du plâtre, du mortier, etc. Sceller des gonds, des crampons, des crochets dans une muraille; les sceller en plomb. Sceller avec du mortier. Sceller des pavés, Les fixer avec du mortier. Sceller une bouteille, une fiole, un tube, Les fermer hermétiquement.

SCELLER signifie au figuré Confirmer, affermir. Notre rédemption a été scellée par le sang de Notre-Seigneur JÉSUS-CHRIST. Ils dînèrent tous ensemble pour sceller leur réconciliation.

Sceller : définition du Littré (1872-1877)

SCELLER (sè-lé) v. a.
  • 1Appliquer le sceau à une lettre de chancellerie. On employa depuis le mois de février de l'année 1634 jusqu'à celui de l'année suivante 1635, à lui donner [à l'Académie française] la forme qu'elle devait avoir, à dresser les statuts, et à faire sceller l'édit de son érection, Pellisson, Hist. de l'Acad. I. Il dit en scellant la révocation du fameux édit de Nantes, qu'après ce triomphe de la foi et un si beau monument de la piété du roi, il ne se souciait plus de finir ses jours, Bossuet, le Tellier. Il lui est ordonné [à Daniel] de sceller le livre et de le tenir fermé jusqu'au temps ordonné de Dieu, afin de nous faire entendre que la pleine découverte de ces vérités [la résurrection des morts et la vie future] était d'une autre saison et d'un autre siècle, Bossuet, Hist. II, 6. Il apprenait alors à prononcer des arrêts, à sceller des grâces, Fléchier, le Tellier.

    Absolument. Sceller en cire jaune, en cire rouge. Il y a des princes qui scellent en or et en argent. Les papes scellent en plomb dans quelques occasions. Le roi scellera demain, avec dix conseillers d'État et quatre maîtres des requêtes [en place du chancelier mort], Sévigné, 5 févr. 1672.

  • 2Appliquer les scellés. Le juge de paix a scellé toutes les armoires.
  • 3 Terme de maçonnerie. Fixer l'extrémité d'une pièce de bois ou de métal dans un mur, dans la pierre ou dans le marbre, avec du plomb, du plâtre, du mortier, etc. Sceller un balcon. Sceller un crochet. Suis-je bien assuré que le sépulcre a été scellé, et qu'on y a placé des gardes ? Bonnet, Paling. XIX, 6.

    Terme de paveur. Mettre du mortier sous et entre les pavés.

  • 4Sceller un vase, une bouteille, les boucher avec une espèce de mastic.

    Terme de chimie. Sceller hermétiquement un vaisseau de verre, en fermer le col en en faisant fondre les bords à la lampe de l'émailleur ; ce qui les agglutine, de telle sorte que rien ne puisse y entrer et que rien n'en puisse sortir.

  • 5 Fig. Confirmer, affermir. Ils ont scellé de leur sang les vérités qu'ils ont annoncées, Bossuet, Serm. Quinq. 2. Il [Jésus] les oblige [les apôtres] à sceller leur témoignage de leur sang, Bossuet, Hist. II, 6. N'appréhendez rien pour elle [Madame mourante] ; quelque cruelle que la mort vous paraisse, elle ne doit servir à cette fois que pour accomplir l'œuvre de la grâce, et sceller en cette princesse le conseil de son éternelle prédestination, Bossuet, Duch. d'Orl. Puis-je ne point chérir l'heureuse occasion D'aller du sang troyen sceller notre union ? Racine, Iph. III, 3. Non, dit-il [Charondas], je ne les viole pas [mes lois qui défendent de paraître armé en une assemblée du peuple] ; mais je les scellerai de mon sang ; et sur-le-champ il se tua de son épée, Rollin, Hist. anc. Œuvr. t. III, p. 481, dans POUGENS. Un dernier affaissement [chez le duc d'Orléans] aurait scellé la pierre du sépulcre où il serait enfermé tout vivant, Saint-Simon, 253, 148. Sénèque ne ferme presque pas une de ses lettres sans la sceller de quelques maximes d'Épicure, Diderot, Claude et Nér. II, 4. En vain des baisers sans ivresse Ont scellé des serments sans foi, Béranger, Rossig.
  • 6Se sceller, v. réfl. Être scellé. Marot se plaignait qu'on ne scellât pas le brevet de sa pension, tandis que tant d'autres se scellaient.

HISTORIQUE

XIe s. Al premer an [il] fist ses brefs seieler, Ch. de Rol. CLXXXV.

XIIe s. En l'oré pont [poignée d'épée] [il] la fit bien seeler [une relique], Ronc. p. 111.

XIIIe s. Quand les chartres furent faites et seelées, Villehardouin, XIX. Letres [ils] lui ont baillie en cire seelée, Berte, LXVIII. La queue est en l'eve gelée Et en la glace seellée, Ren. 1168. N'en poroit estre un solz quarelz osteiz, Tant est li uns an l'autre saeleiz, Gerard de Vienne, p. 3228. Il [le testament] doit estre seelés du seel autentique, ou de plusors seax de nobles personnes, Beaumanoir, XII, 9.

XVe s. Repondit aux Flamands [Édouard III] que s'ils lui vouloient jurer et seeller qu'ils aideroient à parmaintenir sa guerre…, Froissart, I, I, 96.

XVIe s. Les sacrements sont comme seaux, desquels les promesses de Dieu sont seellées, Calvin, Instit. 1043. Il avoit enfermé un poinçon de poudre dans l'espesseur d'une muraille, avec l'amorce entre deux tuiles bien scellée comme il faut, D'Aubigné, Hist. II, 410. Philippus songea qu'il seelloit le ventre de sa femme, et que l'engraveure du seel dont il le seelloit, estoit la figure d'un lion, Amyot, Alex. 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Sceller : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SCELLER, v. act. (Gram.) c’est apposer un sceau, le scellé. Voyez l’article Scellé. Il se dit aussi au figuré : il a scellé par cette derniere action l’arrêt de sa réprobation éternelle ; ils ont scellé cette vérité ou cette fausseté de leur sang ; les mauvais prêtres rendent la résurrection de Jesus-Christ inutile, autant qu’il est en leur puissance ; on peut dire d’eux qu’ils scellent le tombeau, & signaverunt lapidem.

Sceller, (Archit.) c’est arrêter avec le plâtre ou le mortier des pieces de bois ou de fer. Sceller en plomb, c’est arrêter dans des trous avec du plomb fondu des crampons ou des barreaux de fer ou de bronze : on dit faire un scellement, pour sceller. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sceller »

Étymologie de sceller - Wiktionnaire

Du latin sigillare avec évolution parallèle à sceau, du latin sigillum.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de sceller - Littré

Lat. sigillare, de sigillum, sceau ; wallon, sâielé, étalonner, imprimer une marque.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sceller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sceller sele play_arrow

Conjugaison du verbe « sceller »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe sceller

Citations contenant le mot « sceller »

  • BRASILIA/ASUNCIÓN, 2 juillet (Reuters) - Le président brésilien Jair Bolsonaro a exhorté jeudi les négociateurs à sceller l'accord commercial entre l'Union européenne et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) afin qu'il puisse être signé ce semestre. Boursorama, Le Mercosur veut sceller l'accord avec l'UE malgré la résistance de Paris - Boursorama
  • Le rapport sur le marché mondial de Cire à sceller les bouteilles fournit une analyse exhaustive de l’espace commercial spécifique. Les principales tendances industrielles sont responsables de la définition du marché de la cire à cacheter pour bouteilles au cours de la période prévue. En dehors de cela, le rapport de recherche sur le rapport sur le marché mondial de la cire à cacheter pour bouteilles incorpore la portée régionale ainsi que des perspectives détaillées du marché international ainsi que les tendances marketing actuelles, les principaux défis et les facteurs moteurs du marché de la cire à cacheter pour bouteilles. Electroziq, Recherche: Marché de la cire à cacheter pour bouteilles 2020-26, Pigeon, Dr.Brown, NUK – Electroziq

Images d'illustration du mot « sceller »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sceller »

Langue Traduction
Corse sella
Basque zigilua
Japonais 密閉する
Russe тюлень
Portugais foca
Arabe عجل البحر
Chinois 密封
Allemand dichtung
Italien foca
Espagnol sello
Anglais seal
Source : Google Translate API

Synonymes de « sceller »

Source : synonymes de sceller sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « sceller »



mots du mois

Mots similaires