Plomber : définition de plomber


Plomber : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PLOMBER, verbe

I. − Empl. trans.
A. −
1. Garnir de plomb. Plomber une canne, une ligne; plomber les arêtiers, les faîtes d'un toit d'ardoise. Ce grammairien Philetas (...) était si petit et si menu qu'il était obligé de plomber ses souliers pour n'être pas emporté par le vent (Hugo, Misér., t.1, 1862, p.794).Des pierres percées pour plomber les filets de pêche ou les fils du tisserand (S. Blanc, Init. préhist., 1932, p.69).
2. Littéraire
a) Donner une couleur, une teinte qui rappelle celle du plomb. Son deuil ne l'avantage pas: il plombe encore ce teint si gris qu'elle a, il la vieillit (Pourrat, Gaspard, 1931, p.27):
. Buteau, par les mauvais temps, la regarda aussi, cette Beauce ouverte à ses pieds (...). Il y vit un violent orage, une nuée noire qui la plomba d'un reflet livide, des éclairs rouges brûlant à la pointe des herbes, dans des éclats de foudre. Zola, Terre, 1887, p.201.
b) Empl. pronom. Prendre une couleur grise, terreuse. Ses yeux pleuraient, ses dents claquaient comme au gibet les genoux d'un squelette, et sa peau se plombait (Hugo, Légende, t.6, 1883, p.364).Au premier réveil du mal, son teint s'était plombé (Zola, Joie de vivre, 1884, p.1089).
3. CÉRAM. Vernir avec de la mine de plomb. Plomber une poterie. Plomber de la vaisselle de terre (Ac.).
B. − ADMIN. Sceller avec un (sceau de) plomb, pour contrôler et garantir la fermeture d'un objet, ou pour certifier l'acquittement de certains droits. Plomber un colis, un wagon; faire plomber des marchandises à la douane. Dans le train, dont on refermait les portes. Un chef de gare ficelait les poignées des portières, les plombait (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p.356).
C. − Spécialement
1. CONSTR. Établir ou vérifier la verticalité d'un mur à l'aide d'un fil à plomb. Plomber un mur (Littré).
P. métaph. Ce vide noir, dressé à une verticale qui plombait la nuque (Gracq, Syrtes, 1951, p.236).
2. MAR. Plomber un couple. Dresser un couple sur la quille au moyen du fil à plomb. (Dict. xixeet xxes.).
3. AGRIC. Tasser en surface (un terrain) pour rendre plus ferme. Il faut plomber les terres rapportées (Ac.).
4. CHIR. DENT. Obturer (une dent cariée ou abîmée) avec un alliage ou un amalgame. Plomber une dent; plomber une molaire; se faire plomber une dent. La petite, qui souffrait des dents (...) songeait à la dernière visite qu'elle avait rendue au dentiste de l'avenue du Maine. Tous ses chicots étaient cariés; il fallait les faire sauter tous, ou tous les plomber (Huysmans, Soeurs Vatard, 1879, p.98).Zelten avait ce jour-là (...) à se faire plomber cinq dents (Giraudoux, Siegfried et Lim., 1922, p.99).
5. Argot
a) Transmettre une maladie vénérienne. Il a été plombé (Littré).
b) Pop. Blesser, tuer avec une arme à feu. «Tu l'as plombé, il ne mordra plus» que me dit le pourvoyeur (Vercel, Cap. Conan, 1934, p.30).
II. − Empl. intrans., CÉRAM. [En parlant de l'émail appliqué sur un corps de couleur foncée] Prendre une couleur de plomb. (Dict.xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [plɔ ̃be], (il) plombe [plɔ ̃:b]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. Fin xies. plomer «revêtir de plomb» (Raschi, Gl., éd. A. Darmsteter et D. S. Blondheim, t.1, 822); ca 1160 bastons ploumes «garnis de plomb pour être plus lourds» (Moniage Guillaume, 1227 ds T.-L.); 1368 plomber (B. Prost, Inv. mobilier Duc de Bourgogne, t.1, p.168); 2. ca 1200 plomeir «donner la couleur du plomb à» (Poème moral, 128a ds T.-L.); 3. 1332 tuille plommée «vernie avec du plomb» (Travaux exécutés au château de Breteuil ds Havard); 4. 1472 «garnir d'un sceau de plomb une marchandise, une lettre...» (Ordonnance des rois de France, 17, 552 ds Bartzsch); 5. fin xives. plommer à plom «mettre d'aplomb avec un fil à plomb» (E. Deschamps, Balades, éd. G. Raynaud, VII, 203, 9); 1598 plomber un mur «vérifier la verticalité d'un ouvrage de construction» (P. Canale, Dittionario italiano-francese ds FEW t.9, p.97b); 6. 1690 «fixer des feuilles de plomb sur un faîte» (Fur.); 7. 1694 plomber un arbre «tasser la terre autour» (Corneille); 8. 1752 «obturer la cavité d'une dent cariée» (Trév.); 9. 1869 «plomber le marbre» (Littré); 10. 1559 «frapper de manière à couvrir de taches livides» (O. de Magny, Odes, éd. Courbet, I, 65); 11. 1858 «transmettre la syphilis» (ds Esn.); 12. 1934 «blesser ou tuer avec une arme à feu» (Vercel, loc. cit.). Dér. de plomb*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 41. Bbg. Gary-Prieur (M.-N.). Contribution à l'ét. de qq. règles sém. Thèse, Paris, 1979, pp.482-484. _Quem. DDL t.27.

Plomber : définition du Wiktionnaire

Verbe

plomber \plɔ̃.be\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se plomber)

  1. Mettre, attacher, appliquer du plomb à quelque chose, en quelque lieu.
    • Plomber des filets pour qu’ils descendent au fond de l’eau.
    • Plomber les faîtes, les arêtiers d’un toit couvert d’ardoise.
  2. (En particulier) (Vieilli) Vernir avec du plomb, en parlant de la vaisselle de terre.
  3. (En particulier) (Médecine) Remplir la cavité d’une dent cariée avec du plomb, un amalgame ou une autre substance métallique.
  4. Tirer un coup de feu sur quelqu’un ou quelque chose.
    • Il a plombé tous ses rivaux.
  5. (Administration) Appliquer un petit sceau de plomb sur des ballots, des caisses, etc., pour marquer qu’ils ont payé les droits, ou pour empêcher qu’ils ne soient ouverts.
    • Plomber des ballots, des caisses, etc.
    • Plomber un wagon.
    • Ces marchandises voyagent en wagon plombé.
  6. (Jardinage) Presser, battre, fouler des terres pour les affermir et afin qu’elles s’affaissent moins.
    • Il faut plomber les terres rapportées.
  7. (Familier) Infliger une maladie, en particulier sexuellement transmissible
  8. (Populaire) (Figuré) Alourdir.
    • Plomber l’ambiance.
  9. (Pronominal) (Populaire) (Figuré) Se refermer, comme scellé par des plombs.
    • Je ne comprends pas la réaction de Julia ! Lorsque je lui ai rapporté le message de Terence, elle s’est plombée. Elle me snobe depuis quatre jours… — (Éric-Emmanuel Schmitt, Le Poison d’amour, Albin Michel, Paris, 2014, p. 68)
  10. (Intransitif) Être à la verticale ; surplomber.
    • Partout, en l’air, la voûte énorme et cambrée plombait, si basse que le bras levé d’un homme pouvait l’atteindre. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  11. (Pétanque) Jeter sa boule très haut (en cloche) de telle manière que, retombant à terre, elle s’immobilise très vite.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Plomber : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLOMBER. v. tr.
Mettre, attacher, appliquer du plomb à quelque chose, en quelque lieu. Plomber des filets pour qu'ils descendent au fond de l'eau. Plomber les faîtes, les arêtiers d'un toit couvert d'ardoise. Plomber de la vaisselle de terre, La vernir avec du plomb. Plomber une dent, Remplir la cavité d'une dent cariée avec du plomb ou une autre substance métallique. Il s'est fait plomber une dent. Canne plombée, Canne dont la tête est garnie de plomb.

PLOMBER, en termes d'Administration, signifie Appliquer un petit sceau de plomb sur des ballots, des caisses, etc., pour marquer qu'ils ont payé les droits, ou pour empêcher qu'ils ne soient ouverts. Plomber des ballots, des caisses, etc. Plomber un wagon. Ces Marchandises voyagent en wagon plombé.

PLOMBER, en termes de Terrassier et de Jardinier, signifie Presser, battre, fouler des terres pour les affermir et afin qu'elles s'affaissent moins. Il faut plomber les terres rapportées. Le participe passé s'emploie quelquefois adjectivement et signifie Qui est livide, couleur de plomb. Cet homme a le teint plombé, le visage plombé. Couleur plombée.

Plomber : définition du Littré (1872-1877)

PLOMBER (plon-bé) v. a.
  • 1Attacher, appliquer du plomb. Plomber les faîtes d'un toit couvert d'ardoise.

    Plomber une canne, mettre du plomb à son extrémité.

  • 2 Terme de manufactures et de douanes. Attacher un petit sceau de plomb soit à des étoffes pour en certifier la qualité ou l'aunage, soit à des ballots, des coffres, etc. pour marquer qu'ils ont payé le droit, et pour empêcher qu'ils ne soient ouverts dans les autres bureaux. Chaque sixain des marchandises de bonneterie… sera… traversé d'un fil à l'extrémité, auquel ils appliqueront un plomb portant l'empreinte de leur bureau. À condition que, si les sixains qui auront été ainsi plombés ne se trouvaient pas assortis convenablement pour la vente, lesdits gardes… seront tenus de plomber de nouveau les mêmes sixains, Lett. pat. 1er mars 1638.
  • 3 Terme de diplomatique. Attacher à une bulle, à une charte une médaille de plomb portant un sceau.
  • 4 Terme de marine. Plomber un corps, le faire immerger avec du plomb ou avec des poids.
  • 5Juger de la position verticale d'un ouvrage à l'aide d'un fil à plomb. Plomber un mur.

    Terme de marine. Plomber un couple, le présenter, l'établir sur la quille, dans la position voulue.

  • 6Plomber une dent, en opérer le plombage.
  • 7Polir le marbre avec une molette de plomb.
  • 8Plomber de la vaisselle de terre, la vernisser avec la mine de plomb ou graphite. Limailles d'épingles servant à plomber pots de terre, le cent pesant estimé 10 livres, Décl. du roi, nov. 1649, Tarif.
  • 9 Terme de relieur. Mettre sur la tranche d'un livre la composition dite plomb.
  • 10Battre, fouler des terres pour les affermir, soit avec des rouleaux, soit en marchant dessus les pieds serrés.

    Plomber un arbre, fouler la terre avec les pieds autour d'un arbre nouvellement planté, pour l'affermir.

  • 11 Populairement. Donner la syphilis. Il a été plombé.
  • 12 V. n. On dit que l'émail plombe, pour dire qu'il devient louche et de couleur de plomb, lorsqu'il est appliqué sur un fond qui l'obscurcit.
  • 13Se plomber, v. réfl. Prendre une teinte plombée. À Orsière, le teint commence à se plomber ; à Saint-Branchiet, les symptômes [de crétinisme] deviennent plus marqués, Saussure, Voy. Alpes, t. IV, p. 268, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et quant il furent venu [les engins], si les fist drecier hastivement et ploumer pour le feu grigois, Chr. de Rains, 37. Nus deicier ne puet ne ne doit fere ne acheter dez ploumez, quelque chance que il doinent, de quoi qu'il soient ploumez, soit de vif argent ou de plons, liv. des mét. 182. Il ne portent o els [avec eux] ne lance ne espée, Mais gisarme esmolue et machue plomée, Ch. d'Ant. VIII, 89.

XIVe s. Massacumia, c'est ce dont les pos de terre sont plombez, qui viennent d'oultre mer, Lanfranc, f° LXV, verso.

XVIe s. Par coups de poing soient meurdris et plombez, Marot, IV, 146. Ce siecle auquel nous vivons est si plombé [vil], que la vertu n'est plus qu'un mot, Montaigne, I, 263. J'estois le plus lourd et plombé, le plus long et desgousté en ma leçon, Montaigne, II, 86. Le roi [François II], qui avoit la face plombée et boutonnée, l'haleine puante, et autres mauvais signes de santé, D'Aubigné, Hist. I, 89. Ainsi qu'on voit qu'on plombe par derriere les miroirs, Paré, IV, 6. Couleur tirant sur le livide et le plombé, Paré, VI, 2. C'est un extreme vice à un orfevre de plomber de l'or, Ronsard, 588.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Plomber : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLOMBER, en terme de Pêche ; on dit plomber des filets, c’est y attacher des plombs pour les faire descendre au fond de l’eau.

Plomber, opération de Chirurgien dentiste, qui consiste à mettre du plomb en feuille dans le creux d’une dent cariée, pour la conserver.

Pour plomber une dent, il faut nettoyer le creux que la carie a fait : on se sert à cet effet d’un instrument d’acier convenable. Ensuite on introduit à différentes reprises un petit bouton de coton proportionné à l’ouverture, afin d’emporter les ordures, les débris d’alimens qui pourroient s’y être introduits. Cela étant ainsi disposé, on porte un peu de coton imbibé d’essence de canelle dans le fond de la carie, pour dessecher le nerf, qui pourroit souffrir sans cette précaution, de la pression du plomb. Quand le nerf n’est pas douloureux, c’est-à-dire, lorsqu’on l’a desseché, ou dans les caries, qui n’ont pas encore assez fait de progrès pour le mettre à découvert, on procede à l’intromission du plomb, qu’on serre dans le creux de la dent avec un espece de fouloir, afin qu’il en remplisse bien tout le vuide. Une dent bien plombée reste ainsi sans faire de douleur jusqu’à ce que l’action des alimens contre les dents & l’air, la substance mêment de plomb, oblige à replomber la dent de nouveau. La carie est quelquefois placée si désavantageusement, & le trou est si peu propre à retenir le plomb, qu’on ne peut compter sur la conservation de la dent par ce moyen. Le plus court alors est d’en faire faire l’extraction. (Y)

Plomber, v. act. (Commerce.) mettre, appliquer ou apposer un plomb, une marque à une piece d’étoffe, à une balle de marchandise. Voyez Plomb.

Les marchands, manufacturiers, ouvriers sont obligés de faire plomber ou marquer leurs étoffes dans les bureaux, halles, foires, & lieux où doit s’en faire la visite.

A Amiens au lieu de dire plomber une étoffe, on dit la ferrer ; ailleurs on dit la marquer. Voyez Ferrer.

Si les marchands veulent que les balles, ballots ou caisses de marchandises ne soient point ouvertes ni visitées en chemin, il faut qu’ils les fassent acquitter & plomber dans les bureaux des fermes du roi. Dict. de comm.

Plomber, (Archict.) c’est juger par un plomb de de la situation, soit verticale, soit inclinée, d’un ouvrage de maçonnerie, d’un mur, par exemple. (D. J.)

Plomber, (Jardinage.) se dit d’une terre meuble que l’on presse, & que l’on foule avec les piés pour l’affermir.

Plomber un navire, (Marine.) c’est voir avec un instrument ou avec de l’eau si le navire est droit, s’il est sur l’arriere, ou s’il est sur l’avant.

Plomber les écubiers, c’est coudre ou clouer du plomb en table tout-au-tour des écubiers, tant pour leur conservation que pour la conservation des cables qui y passent. En clouant ce plomb il faut faire ensorte qu’il soit retourné l’un sur l’autre, & attaché avec de bons clous à tête large ; ce qui empêche le plomb de se casser par le grand froid ; & il faut observer la même chose dans tous les endroits où l’on en doit coudre.

Plomber, terme d’Emailleur. Les Emailleurs disent que les émaux clairs mis sur un bas or plombent & deviennent louches, pour dire qu’il y a certain noir comme une fumée qui obscurcit la couleur de l’émail, ôte de sa vivacité & la bordoie, se rangeant tout-autour, comme si c’étoit du plomb noir. Voyez Bordoyer, Bordement.

Plomber un arbre, (Jardinage.) c’est après qu’un arbre est planté d’alignement dans la terre, & comblé jusqu’au niveau de l’allée, peser du pié sur la terre pour l’affermir & l’assurer à demeure. (D. J.)

Plomber, en terme de Potier de terre ; c’est vernisser de la vaisselle de terre avec de la mine de plomb. Les Potiers emploient ordinairement à cet usage de l’alquifoux ou plomb minéral, du plomb en poudre, qui se fait en jettant du charbon pilé dans du plomb en fusion, & des cendres de plomb, qui ne sont autre chose que son écume & ses scories. Voyez Alquifoux, Plomb en poudre & Potier de terre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « plomber »

Étymologie de plomber - Wiktionnaire

(Date à préciser) Dénominal de plomb → voir plumbare en latin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de plomber - Littré

Plomb ; provenç. plombar ; esp. plomar ; port. chumbar ; ital. piombare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « plomber »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plomber plɔ̃be play_arrow

Conjugaison du verbe « plomber »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe plomber

Citations contenant le mot « plomber »

  • À mon sens, l’enjeu est pourtant conséquent. Je vous laisse imaginer le nombre de personnes qui se limitent dans leurs choix de carrière, pour ne pas "plomber" leur CV... quitte à mal vivre son poste et y rester 2, 3 ou 4 ans de plus, en attendant qu’une autre opportunité de carrière se profile. Alors qu’une opportunité, cela se provoque ! Il faut aller la chercher, et pour ça, il faut prendre des risques… Les Echos, Opinion | Entreprises : recrutez des profils atypiques ! | Les Echos
  • Après avoir entendu un certain nombre de récitals de piano, rien ne me détend plus que de m’asseoir dans le fauteuil du dentiste et de me faire plomber quelques dents. De George Bernard Shaw
  • La mort s'est tellement rapprochée qu'on tient compte d'elle même pour de toutes petites décisions, savoir, par exemple, s'il vaut encore la peine ou non de se faire plomber une dent. De Ernst Jünger / Journal
  • Si Butch se réfugie en Indochine, je veux un gonze dans chaque bol de riz prêt à lui plomber les molaires. De Ving Rhames / Pulp Fiction

Images d'illustration du mot « plomber »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « plomber »

Langue Traduction
Corse sella
Basque zigilua
Japonais 密閉する
Russe тюлень
Portugais foca
Arabe عجل البحر
Chinois 密封
Allemand dichtung
Italien foca
Espagnol sello
Anglais seal
Source : Google Translate API

Synonymes de « plomber »

Source : synonymes de plomber sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires