Restaurant : définition de restaurant


Restaurant : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RESTAURANT, subst. masc.

A. − Vx. Aliment, boisson qui restaure, réconforte, redonne des forces. Prendre des restaurants. C'est un bon restaurant que le vin, le bouillon (Ac.1835, 1878).
B. − Moderne
1. Établissement public où l'on sert des repas moyennant paiement. On dîna au bord de l'eau, dans un restaurant champêtre (Maupass.,Contes et nouv., t. 1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p. 294).Je me cherchai un restaurant bien économique et j'abordai à l'un de ces réfectoires publics rationalisés où le service est réduit au minimum et le rite alimentaire simplifié à l'exacte mesure du besoin naturel (Céline, Voyage, 1932, p. 257).V. carte III B 1 a ex. de Defert.
SYNT. Grand, meilleur, modeste, petit, vieux restaurant; restaurant bien fréquenté, célèbre, cher, chic, confortable, connu, luxueux, renommé; restaurant alsacien, chinois, italien; restaurant exotique, gastronomique, régional, végétarien; restaurant libre-service; restaurant de luxe; restaurant avec dancing, orchestre; carte de restaurant; salle de restaurant; cuisine, office d'un restaurant; cuisinier, garçon, personnel, plongeur, serveur d'un/du restaurant; clientèle du restaurant; menus, plats du jour du restaurant; ouvrir, tenir un restaurant; aller, déjeuner, dîner, manger au restaurant; emmener, inviter qqn au restaurant; entrer dans un restaurant.
En partic. Restaurant mis en place par une collectivité locale, une association dans un but social. Restaurant d'entreprise; restaurant populaire; restaurant économique, social. Dans le secteur Restaurants de collectivités (France), (...) la marge bénéficiaire a été touchée par les poussées inflationnistes (2,1 % contre 2,8 % en 1972) (Les Informations, 17 sept. 1973, p. 114, col. 2).
Restaurant du cœur. Restaurant où sont servis des repas gratuits aux déshérités durant les mois d'hiver. En deux heures, il [Coluche] avait trouvé tout le système des « Restaurants du cœur » (Télé Star, 11 janv. 1988, p. 37, col. 2).
Restaurant universitaire. Restaurant réservé aux étudiants et à une catégorie de personnel de l'enseignement ou de la recherche, et dont le coût est partiellement pris en charge par l'État. Les restaurants universitaires accordent aux étudiants moyennant un prix très modique, des repas sains et abondants (Le Particulier, juill. 1956, p. 48).
2. P. méton.
a) Service de restaurant d'un établissement; partie d'un établissement réservé à ce service. Restaurant d'une auberge, d'une boîte de nuit, d'un hôtel; hôtel sans restaurant. Certains restaurants de grands hôtels ne servent que peu de couverts, sauf les jours de pluie, leur clientèle se rendant dans les restaurants à la mode, ou au contraire dans les snack-bars (Jocard, Tour. et action État, 1966, p. 97).
b) Repas pris au restaurant; temps passé au restaurant. Il haussa les épaules (...) et paya l'addition. Après le restaurant, ils marchèrent un peu (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 176).
REM. 1.
-restaurant, élém. de compos. entrant dans la constr. de subst.a) [-restaurant indique que les repas peuvent être pris dans le lieu noté par le 1erélém.] α)
Bar(-)restaurant,(Bar restaurant, Bar-restaurant) subst. masc.,café(-)restaurant,(café restaurant, café-restaurant) subst. masc.Bar, café assurant un service de restauration. Combien de pensions de familles: nombre de chambres. Combien de cafés, de cafés restaurants (Fonteneau, Cons. munic., 1965, p. 41).
β)
Hôtel-restaurant, subst. masc.Hôtel possédant un service de repas. Un autre point qui donna lieu à contestation à propos des hôtels-restaurants fut celui de savoir si l'hôtelier peut subordonner la fourniture de la chambre à celle des repas (Jocard, Tour. et action État, 1966, p. 98).
γ)
Voiture-restaurant, subst. fém.,wagon-restaurant, subst. masc.Voiture, wagon S.N.C.F., spécialement équipé(e) pour servir des repas aux voyageurs. Le wagon-restaurant (...). Voici un « intérieur » de quelques mètres carrés dans lequel on sert parfois 300 repas par jour à raison de 3 services de 50 couverts pour le déjeuner et autant pour le dîner − sans parler des petits repas (Arts et litt., 1935, p. 84-3).La S.N.C.F. a généralisé sur des lignes secondaires la voiture-buffet (sur des relations régionales ne pouvant pas comporter de voitures-restaurants) (Defert, Pol. tour. Fr., 1960, p. 72).
b) [-restaurant spécifie la finalité du 1erélém.] V. ticket-restaurant (s.v. ticket) et aussi:
Chèque-restaurant, subst. masc.Somme allouée par une entreprise à un salarié pour se restaurer, la différence de prix étant à la charge du salarié. On peut régler le repas (6 F) [livré à son domicile par un traiteur] avec des chèques-restaurants d'entreprise. Une excellente formule pour les déjeuners rapides, qui évite d'attendre dans les restaurants bondés (L'Express, 3-9 févr. 1969, p. 109, col. 2).
2.
Restaurant-, élém. de compos.,rare.
Restaurant-pont, subst. masc.Restaurant qui enjambe comme un pont les différentes chaussées d'une autoroute, réservé aux usagers de cette autoroute. Le restaurant-pont de M. (est situé) sur l'autoroute de Normandie (...). On connaît le principe des « ponts » à l'italienne: à l'automobiliste qui déjeune est offert, en spectacle panoramique, le défilé des voitures (Le Monde, 20 juill. 1969ds Gilb. 1980).
3.
Restau, resto, subst. masc.Abrév. fam. de restaurant (supra B 1). Un petit resto; manger au restau. J'connais un petit restau (...). Tu m'en diras des nouvelles (Le Breton, Rififi, 1953, p. 131).Restau(-)U, resto(-)U. Abrév. fam. de restaurant universitaire (supra B 1). Il s'est senti incapable de rejoindre sa chambre après le médiocre dîner du « resto-U » (Le Monde, 21 juin 1978ds Gilb. 1980).À Strasbourg, il y a quelques semaines, le Relais du volontariat distribue des tracts à l'entrée du « restau U » (Le Monde dimanche, 13 mars 1983, p. III, col. 5).Restos du cœur ou, absol., Restos. Abrév. fam. de restaurant du cœur (supra B 1). « Faut que tout le monde graille », disait Coluche. Ses « Restos du cœur » servent deux cent vingt mille repas chaque jour. (...) si les « Restos » fonctionnent, c'est surtout grâce aux pas riches. (Télé Star, 11 janv. 1988, p. 37, col. 4).
4.
Restauroute, restoroute, subst. masc.Restaurant établi au bord d'une grande route ou d'une autoroute. Le « restoroute » est un monde à part, le premier signal du retour à la civilisation, avec ses boutiques de mode (...) sa boîte aux lettres et son téléphone public, sa « salle à langer », sa caféterie (Le Monde, 21 juill. 1972, p. 10, col. 6).
Prononc. et Orth.: [ʀ εstɔ ʀ ɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1521 « ce qui répare les forces, aliment ou remède fortifiant » (Marguerite d'Angoulême ds Briçonnet, Corresp., t. 1, p. 70); 2. 1803 « établissement de restaurateur » (Boiste). Part. prés. subst. de restaurer « redonner des forces par la nourriture », cf. l'a. prov. restaurant « boisson réconfortante » dès 1507 ds Pansier; d'apr. Littré qui cite Fournier, Paris démoli, introd., p. XXXIX, le premier restaurant aurait été ouvert par Boulanger en 1765. Fréq. abs. littér.: 1 395. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 313, b) 1 849; xxes.: a) 2 459, b) 3 195. Bbg. Quem. DDL t. 14 (s.v. restoroute), 21 (s.v. café-restaurant).

Restaurant : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RESTAURANT, subst. masc.

A. − Vx. Aliment, boisson qui restaure, réconforte, redonne des forces. Prendre des restaurants. C'est un bon restaurant que le vin, le bouillon (Ac.1835, 1878).
B. − Moderne
1. Établissement public où l'on sert des repas moyennant paiement. On dîna au bord de l'eau, dans un restaurant champêtre (Maupass.,Contes et nouv., t. 1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p. 294).Je me cherchai un restaurant bien économique et j'abordai à l'un de ces réfectoires publics rationalisés où le service est réduit au minimum et le rite alimentaire simplifié à l'exacte mesure du besoin naturel (Céline, Voyage, 1932, p. 257).V. carte III B 1 a ex. de Defert.
SYNT. Grand, meilleur, modeste, petit, vieux restaurant; restaurant bien fréquenté, célèbre, cher, chic, confortable, connu, luxueux, renommé; restaurant alsacien, chinois, italien; restaurant exotique, gastronomique, régional, végétarien; restaurant libre-service; restaurant de luxe; restaurant avec dancing, orchestre; carte de restaurant; salle de restaurant; cuisine, office d'un restaurant; cuisinier, garçon, personnel, plongeur, serveur d'un/du restaurant; clientèle du restaurant; menus, plats du jour du restaurant; ouvrir, tenir un restaurant; aller, déjeuner, dîner, manger au restaurant; emmener, inviter qqn au restaurant; entrer dans un restaurant.
En partic. Restaurant mis en place par une collectivité locale, une association dans un but social. Restaurant d'entreprise; restaurant populaire; restaurant économique, social. Dans le secteur Restaurants de collectivités (France), (...) la marge bénéficiaire a été touchée par les poussées inflationnistes (2,1 % contre 2,8 % en 1972) (Les Informations, 17 sept. 1973, p. 114, col. 2).
Restaurant du cœur. Restaurant où sont servis des repas gratuits aux déshérités durant les mois d'hiver. En deux heures, il [Coluche] avait trouvé tout le système des « Restaurants du cœur » (Télé Star, 11 janv. 1988, p. 37, col. 2).
Restaurant universitaire. Restaurant réservé aux étudiants et à une catégorie de personnel de l'enseignement ou de la recherche, et dont le coût est partiellement pris en charge par l'État. Les restaurants universitaires accordent aux étudiants moyennant un prix très modique, des repas sains et abondants (Le Particulier, juill. 1956, p. 48).
2. P. méton.
a) Service de restaurant d'un établissement; partie d'un établissement réservé à ce service. Restaurant d'une auberge, d'une boîte de nuit, d'un hôtel; hôtel sans restaurant. Certains restaurants de grands hôtels ne servent que peu de couverts, sauf les jours de pluie, leur clientèle se rendant dans les restaurants à la mode, ou au contraire dans les snack-bars (Jocard, Tour. et action État, 1966, p. 97).
b) Repas pris au restaurant; temps passé au restaurant. Il haussa les épaules (...) et paya l'addition. Après le restaurant, ils marchèrent un peu (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 176).
REM. 1.
-restaurant, élém. de compos. entrant dans la constr. de subst.a) [-restaurant indique que les repas peuvent être pris dans le lieu noté par le 1erélém.] α)
Bar(-)restaurant,(Bar restaurant, Bar-restaurant) subst. masc.,café(-)restaurant,(café restaurant, café-restaurant) subst. masc.Bar, café assurant un service de restauration. Combien de pensions de familles: nombre de chambres. Combien de cafés, de cafés restaurants (Fonteneau, Cons. munic., 1965, p. 41).
β)
Hôtel-restaurant, subst. masc.Hôtel possédant un service de repas. Un autre point qui donna lieu à contestation à propos des hôtels-restaurants fut celui de savoir si l'hôtelier peut subordonner la fourniture de la chambre à celle des repas (Jocard, Tour. et action État, 1966, p. 98).
γ)
Voiture-restaurant, subst. fém.,wagon-restaurant, subst. masc.Voiture, wagon S.N.C.F., spécialement équipé(e) pour servir des repas aux voyageurs. Le wagon-restaurant (...). Voici un « intérieur » de quelques mètres carrés dans lequel on sert parfois 300 repas par jour à raison de 3 services de 50 couverts pour le déjeuner et autant pour le dîner − sans parler des petits repas (Arts et litt., 1935, p. 84-3).La S.N.C.F. a généralisé sur des lignes secondaires la voiture-buffet (sur des relations régionales ne pouvant pas comporter de voitures-restaurants) (Defert, Pol. tour. Fr., 1960, p. 72).
b) [-restaurant spécifie la finalité du 1erélém.] V. ticket-restaurant (s.v. ticket) et aussi:
Chèque-restaurant, subst. masc.Somme allouée par une entreprise à un salarié pour se restaurer, la différence de prix étant à la charge du salarié. On peut régler le repas (6 F) [livré à son domicile par un traiteur] avec des chèques-restaurants d'entreprise. Une excellente formule pour les déjeuners rapides, qui évite d'attendre dans les restaurants bondés (L'Express, 3-9 févr. 1969, p. 109, col. 2).
2.
Restaurant-, élém. de compos.,rare.
Restaurant-pont, subst. masc.Restaurant qui enjambe comme un pont les différentes chaussées d'une autoroute, réservé aux usagers de cette autoroute. Le restaurant-pont de M. (est situé) sur l'autoroute de Normandie (...). On connaît le principe des « ponts » à l'italienne: à l'automobiliste qui déjeune est offert, en spectacle panoramique, le défilé des voitures (Le Monde, 20 juill. 1969ds Gilb. 1980).
3.
Restau, resto, subst. masc.Abrév. fam. de restaurant (supra B 1). Un petit resto; manger au restau. J'connais un petit restau (...). Tu m'en diras des nouvelles (Le Breton, Rififi, 1953, p. 131).Restau(-)U, resto(-)U. Abrév. fam. de restaurant universitaire (supra B 1). Il s'est senti incapable de rejoindre sa chambre après le médiocre dîner du « resto-U » (Le Monde, 21 juin 1978ds Gilb. 1980).À Strasbourg, il y a quelques semaines, le Relais du volontariat distribue des tracts à l'entrée du « restau U » (Le Monde dimanche, 13 mars 1983, p. III, col. 5).Restos du cœur ou, absol., Restos. Abrév. fam. de restaurant du cœur (supra B 1). « Faut que tout le monde graille », disait Coluche. Ses « Restos du cœur » servent deux cent vingt mille repas chaque jour. (...) si les « Restos » fonctionnent, c'est surtout grâce aux pas riches. (Télé Star, 11 janv. 1988, p. 37, col. 4).
4.
Restauroute, restoroute, subst. masc.Restaurant établi au bord d'une grande route ou d'une autoroute. Le « restoroute » est un monde à part, le premier signal du retour à la civilisation, avec ses boutiques de mode (...) sa boîte aux lettres et son téléphone public, sa « salle à langer », sa caféterie (Le Monde, 21 juill. 1972, p. 10, col. 6).
Prononc. et Orth.: [ʀ εstɔ ʀ ɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1521 « ce qui répare les forces, aliment ou remède fortifiant » (Marguerite d'Angoulême ds Briçonnet, Corresp., t. 1, p. 70); 2. 1803 « établissement de restaurateur » (Boiste). Part. prés. subst. de restaurer « redonner des forces par la nourriture », cf. l'a. prov. restaurant « boisson réconfortante » dès 1507 ds Pansier; d'apr. Littré qui cite Fournier, Paris démoli, introd., p. XXXIX, le premier restaurant aurait été ouvert par Boulanger en 1765. Fréq. abs. littér.: 1 395. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 313, b) 1 849; xxes.: a) 2 459, b) 3 195. Bbg. Quem. DDL t. 14 (s.v. restoroute), 21 (s.v. café-restaurant).

Restaurant : définition du Wiktionnaire

Nom commun

restaurant \ʁɛs.tɔ.ʁɑ̃\ masculin

  1. (Désuet) Aliment ou nourriture qui revigore, d’où repas.
    • Je me contenterai de remarquer très sérieusement, que le substantif féminin Frigousse, salade de viandes froides, est oublié dans le Dictionnaire de l’Académie ; ce qui n’est guère excusable, une copieuse frigousse étant le meilleur restaurant qu’on puisse offrir à des chasseurs en halte, ou à des pêcheurs fatigués. — (Gabriel Feydel, Remarques morales, philosophiques et grammaticales, sur le Dictionnaire de l’Académie, Antoine-Augustin Renouard, Paris, 1807, p. 118)
    • (Figuré)Chacune de vos conquêtes est mon restaurant. — (Voltaire)
  2. Établissement commercial où l’on vend des repas.
    • Ils s’attablent dans de bons restaurants, se font déboucher des bouteilles de Châteauneuf-du-Pape, dégustent des liqueurs. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Ainsi nous entraîne-t-on à la découverte de ces petits restaurants inconnus, dont on nous vante telle « spécialité » mystérieuse, simplement pour que nous puissions être les premiers à nous rengorger devant nos amis […] — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • Et pourtant Elhamy est un gourmand, qui ne mangerait pas aussi souvent au restaurant, si sa femme savait mieux l’allécher ici. — (Out-el-Kouloub, « Zaheira », dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Au bout d’une vingtaine de mètres, il s’arrêta devant un restaurant, une boîte à bon marché, et nous invita à entrer avec lui, histoire de manger et de boire un peu. — (Henry Miller, L’Ancien Combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Nous étions en pleine déclaration d’amour quand un maître d’hôtel, ou quelque chose du genre, habillé en pingouin cravaté, est sorti du restaurant chic en face de nous. — (Claude Champagne, Amour et Jules, Québec Amérique, 2009)
  3. Service d’une collectivité servant des repas à leurs adhérents.
    • Le lundi, c’est spaghetti au restaurant universitaire.
  4. (Régionalisme) Pain de quatre-cents grammes dans certaines régions du sud de la France.

Adjectif

restaurant \ʁɛs.tɔ.ʁɑ̃\

  1. Qui restaure, qui donne des forces.
    • Mon guide […] en me voyant piteusement tremper, dans ce mélange acidulé, une croûte de pain dure et grise comme de la pierre ponce, me rendit un peu de courage en m’assurant qu’à l’auberge du col de Balme nous trouverions à manger quelque chose de plus restaurant. — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes, t. 1, 1833)

Forme de verbe

restaurant \ʁɛs.tɔ.ʁɑ̃\

  1. Participe présent du verbe restaurer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Restaurant : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RESTAURANT, ANTE. adj.
Qui restaure, qui répare les forces. Aliment restaurant. Liqueur restaurante. Il s'emploie surtout comme nom masculin et désigne l'Établissement d'un restaurateur. On vient d'ouvrir un nouveau restaurant aux Champs-Élysées.

Restaurant : définition du Littré (1872-1877)

RESTAURANT (rè-stô-ran, ran-t') adj.
  • 1Qui restaure, qui répare les forces. Aliment restaurant. Potion restaurante.

    S. m. C'est un bon restaurant que le vin.

    Particulièrement. Consommé fort succulent. Le père tout tremblant le fait reposer ; on lui fait prendre des restaurants, Voltaire, Jenni, 7.

    Fig. Chacune de vos conquêtes est mon restaurant, Voltaire, Lett. Catherine, 63.

  • 2Établissement d'un restaurateur. Tenir un restaurant. Dans la rue des Poulies s'ouvrit en 1765 le premier restaurant, qui fut ensuite transféré à l'hôtel d'Aligre ; c'était un établissement de bouillons, où il n'était pas permis de servir des ragoûts comme chez les traiteurs, mais où l'on donnait des volailles au gros sel, des œufs frais, etc. ; Boulanger, le maître, avait pris pour devise, copiant l'Évangile : Venite ad me omnes qui stomacho laboratis, et ego vos restaurabo, Éd. Fournier, Paris démoli, introd. p. XXXIX.

    Restaurants des pieds humides, nom populaire des cuisines en plein vent des halles et marchés de Paris.

HISTORIQUE

XVIe s. …Le maigre à la fosse courant, Et dont la vie est hors de restaurant, Marot, IV, 263. L'on ne m'a fait manger que restaurants et les meilleures viandes que je mangeai jamais, Marguerite de Navarre, Nouv. XLIX. Lequel [Henri IV], pour les paier [ses soldats] des labeurs intolerables de la guerre, pensoit leur avoir donné un restaurant en leur promettant une bataille, D'Aubigné, Hist. III, 289.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « restaurant »

Étymologie de restaurant - Wiktionnaire

Participe présent du verbe restaurer. En 1765, Boulanger dit Champ d’Oiseau ouvrit rue des Poulies, aujourd’hui rue du Louvre, un établissement où l’on acceptait tous les dîneurs auxquels était servies des soupes appelées restaurats. La proximité de sens et de prononciation du mot avec le participe présent du verbe restaurer a provoqué sa substitution.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « restaurant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
restaurant rɛstɔrɑ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « restaurant »

  • Les parents de Haifeng Zheng étaient poissonniers avant de venir s’installer en France, il y a quelque vingt-cinq ans, pour ouvrir un premier restaurant. Haifeng grandit en Alsace dans le milieu de la restauration pendant plus de vingt ans, avant d’ouvrir son propre restaurant avec sa femme, Feijie. L’enseigne existe déjà en Normandie, dirigée par la sœur et le père d’Haifeng, plus précisément à Montivilliers, dans l’agglomération havraise. Kinii est donc une affaire de famille, et le couple Zheng, fidèle à l’esprit familial, a conservé le même nom, même s’ils auraient pu l’appeler bi-Kinii. , Magazine Gastronomie et Vins | Le restaurant japonais Kinii a ouvert ses portes
  • Suite à une enquête interne, une ou plusieurs personnes ont quitté le restaurant, La Fontaine aux Bretons, précise Ouest-France.  , L’œsophage brûlé par la soude caustique dans un restaurant, une fillette ne mange presque plus depuis un an - Sputnik France
  • Depuis le 2 juin, le gérant de ce restaurant mitoyen au bâtiment de l’hôtel de ville se bat pour obtenir une terrasse. Refus du maire. L’affaire est au tribunal administratif. midilibre.fr, Bagnols : le restaurant Lescale et la mairie en justice pour une terrasse - midilibre.fr
  • La place Édouard-Adam a été le théâtre, mercredi 29 juilelt en début de soirée, d’une agression à l’arme blanche. Une des responsables du café-restaurant Le Green Coffee a été blessée au bras avec un couteau en céramique qui a pénétré de quelques centimètres sa peau. midilibre.fr, Montpellier : une employée d’un restaurant quartier Saint-Denis agressée à l’arme blanche - midilibre.fr
  • Deux générations ont goûté aux fameux nems du restaurant qui, à l’époque, était le seul de la région à proposer une cuisine asiatique. , Secteur de Clisson. Après 24 ans, le premier restaurant asiatique a fermé ses portes | L'Hebdo de Sèvre et Maine
  • Du fait "de la conjoncture actuelle", le groupe de restauration Flunch annonce la fermeture "temporaire" du restaurant de Châteaubernard, sur la zone commerciale d’Auchan.  SudOuest.fr, Charente : "fermeture temporaire" du restaurant Flunch de Châteaubernard
  • Didier Villemin, patron d’Aux Saveurs d’Ardennes reprend le restaurant du golf. Journal L'Ardennais abonné, Le restaurant «19» a rouvert ses portes aux Poursaudes à Villers-le-Tilleul
  • Le restaurant de Mustafa Arsalan a ouvert courant juin. Il y propose de nombreuses spécialités kurdes qui font déjà fureur. Le Phare Dunkerquois, Dunkerque : début réussi au restaurant avec des spécialités kurdes
  • Faire parler un homme politique sur ses projets et son programme, c’est comme demander à un garçon de restaurant si le menu est bon. De Jean Dutourd
  • L'Univers est plein de tordus qui se prennent pour Beethoven sans être capables de différencier une note de musique d'une note de restaurant. De Frédéric Dard
  • Un homme d’un certain âge, c’est un homme qui, au restaurant, fait plus attention aux plats qu’aux servantes. De Pierre Veber
  • Dieu ne peut pas répondre à tous ceux qui l'appellent. Il est comme un garçon dans un restaurant. Il a trop de tables à servir. De Mel Brooks
  • Quand j'entends discourir des cons au restaurant, je suis affligé, mais je me console en songeant qu'ils pourraient être à ma table. De Frédéric Dard
  • Certaines femmes sont comme une paire de chaussons. On est bien dedans, mais on a honte de les sortir au restaurant.
  • A quoi reconnaît-on un bon restaurant ? Les verres à vin y sont plus grands que les verres à eau. De Frédéric Beigbeder / Mémoires d’un jeune homme dérangé
  • Un bon film c’est celui qui vaut le prix du ticket, du restaurant et de la baby-sitter. De Orson Welles
  • La vie n'est pas un restaurant mais un buffet. Levez-vous pour vous servir. De Dominique Glocheux / C'est beau la vie
  • Note soutenue. Point d'orgue de votre repas au restaurant, pendant la saison des parasols. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • La vie est un restaurant petit, mauvais et cher. En plus, c'est trop court. De Woody Allen / Annie Hall
  • Aller en vacances avec sa femme, c'est comme aller au restaurant avec ses tartines. De Frédéric Deville
  • Un cannibale est un type qui va dans un restaurant et qui commande le serveur. De Jack Benny
  • Je juge un restaurant par son pain et son café. De Burt Lancaster
  • Un restaurant gastronomique, c'est un restaurant qui donne la gastro ? De Paroles d’enfant / Enfandises.com

Images d'illustration du mot « restaurant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « restaurant »

Langue Traduction
Corse ristorante
Basque jatetxe
Japonais 飲食店
Russe ресторан
Portugais restaurante
Arabe مطعم
Chinois 餐厅
Allemand restaurant
Italien ristorante
Espagnol restaurante
Anglais restaurant
Source : Google Translate API

Synonymes de « restaurant »

Source : synonymes de restaurant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « restaurant »



mots du mois

Mots similaires