La langue française

Regret

Définitions du mot « regret »

Trésor de la Langue Française informatisé

REGRET, subst. masc.

I. − [Corresp. à regretter I] Action, fait de regretter quelqu'un, quelque chose.
A. − État de conscience plus ou moins douloureux causé par une perte ou un mal, physique ou moral, concernant soi-même ou quelqu'un d'autre.
1.
a) [Le compl. déterm. objectif, introd. par de, plus rarement par pour, sur, désigne une chose, un état, une existence que l'on a eue ou connue] Peine due au désir d'un retour au passé. Synon. nostalgie.Regret du passé, de son enfance, de sa jeunesse, des beaux jours, des temps heureux. Un regret mélancolique pour ces matins de mai d'autrefois qui étaient plus lumineux que ceux de nos jours (Loti,Rom. enf., 1890, p. 26).Le Mariage de Figaro est l'œuvre de Mozart que j'aime le moins (...). J'excepte l'air de la Comtesse où passe le regret de l'enfance et de l'innocence perdue (Green,Journal, 1956, p. 208).V. nostalgie ex. 1.
P. plaisant., loc. fam., vx. ,,Il ne doit pas avoir regret à sa jeunesse. Il a passé sa jeunesse dans les plaisirs`` (Ac. 1798-1835).
[Sans compl.] Amer(s), extrême(s), grand(s), vain(s), vif(s) regret(s); regret(s) cuisant(s); être plein de regrets; avoir, éprouver, causer, provoquer du regret, (bien) des regrets. Profitez du bon temps, ne passez rien! Un voyage raté laisse des regrets infinis et on voit mal ce que l'on voit vite (Flaub.,Corresp., 1877, p. 315).V. amplificateur ex. 5.
b) [Le compl. désigne une chose, un état, une existence que l'on n'a pas eue ou connue] Peine due à un désir insatisfait. L'imagination du bon portier l'avait poussé, dans son regret de l'âge béni de l'hôtellerie suisse, à voir dans MmeBergen une « Lammer » des Forges et Aciéries (Peyré,Matterhorn, 1939, p. 51):
1. Comme tout aurait marché, si l'on s'était mieux entendu! Des regrets attendris le prenaient, il y avait des heures où, malade de solitude, sentant la vie crouler sous lui, il serait monté chez les Josserand leur redemander Berthe pour rien. Zola,Pot-Bouille, 1882, p. 349.
2. [Le compl. déterminatif objectif, introd. par de, plus rarement par pour, sur, désigne une pers.] Synon. affliction, chagrin, douleur, peine, tristesse.Les troupes étrangères, en 1814, ont traversé la France sans entendre exprimer ni un regret pour Bonaparte, ni un désir prononcé pour aucune forme de gouvernement (Staël,Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 172).
[Sans compl. déterminatif] Parce que ses cours allaient le forcer à résider à Toulouse, en l'écartant de sa clientèle rurale et du pays, il quitta sa chaire et revint aux champs paternels. L'étonnement fut profond parmi ses pairs, le regret unanime parmi ses élèves (Pesquidoux,Livre raison, 1932, p. 168).
En partic. [À propos d'une pers. décédée; sans compl. déterminatif] Mourir, partir en ne laissant que des regrets, en emportant les regrets de tous. L'assurance du prêtre que François Paradis, là où il se trouvait, se souciait uniquement des messes dites pour le repos de son âme, et non du regret tendre et poignant qu'il avait laissé derrière lui (Hémon,M. Chapdelaine, 1916, p. 160).
[En inscription funéraire] Regrets éternels. [Les] rubans: À notre mère chérie, à la compagne de mes jours, regrets éternels, en lettres d'or sur de beaux violets (Aragon,Beaux quart., 1936, p. 13).
P. anal. [À propos d'un animal] V. perte ex. 1.
SYNT. Regret(s) cruel(s), déchirant(s), désespéré(s), douloureux, immense(s), inavoué(s), inutile(s), superflu(s), mortel(s), poignant(s), profond(s), sincère(s), stérile(s), tardif(s), vague(s), vain(s); être rongé, consumé de regrets; se consumer de regrets, en regrets; exprimer, manifester, nourrir, témoigner un, du regret, des regrets; un regret prend, assaille, ronge, saisit, torture qqn, s'éveille en qqn.
B. −
1.
a) Mécontentement ou peine d'avoir ou de n'avoir pas accompli dans le passé une action personnelle qui, sans être moralement répréhensible, a causé un certain mal. Anton. satisfaction, joie, plaisir, consolation; synon. remords.Le regret d'un geste, d'une parole; être plein de regrets. Le regret de sa maladresse l'obsédait et ne lui permettait pas de prendre le ton simple et enjoué qu'il eût voulu (Martin du G.,Thib., Pénitenc., 1922, p. 703).
Regret de + inf.Le regret d'avoir perdu son temps, d'avoir manqué une occasion; n'avoir qu'un regret, c'est de...; son grand, son seul regret, c'est de... Vous êtes douteuse, inquiète; des repentirs retournent sur vous; de terribles regrets vous prennent de vous être ainsi embarquée (M. de Guérin,Corresp., 1837, p. 294).
Loc. verb.
Fam., vx. En être aux regrets. ,,Se repentir trop tard d'avoir fait ou dit quelque chose`` (Littré). Ta! ta! ta! ta! Voilà bien mes jeunes gens! Extrêmes en tout! Ils jettent le manche après la cognée. Si je vous écoutais, j'en serais aux regrets avant huit jours, et vous aussi (About,Roi mont., 1857, p. 237).
Vx ou littér. Avoir regret à + inf. Regretter de. La tombe est devenue jolie; il y a deux rosiers, des géraniums, du lierre, j'aurai même regret à voir arracher tout cela, mais il le faudra bien le mois prochain, la pierre devant être prête à ce moment-là (Ramuz,A. Pache, 1911, p. 136).
Vx ou région. Avoir regret de. Regretter. Je me déciderais à pile ou face et je n'aurais pas regret du choix, quel qu'il fût (Flaub.,Corresp., 1851, p. 320).
Fam. [Dans la conversation, en interrog., en empl. ell.] Sans regret? Réfléchissez bien, êtes-vous bien décidé?:
2. lumîr: Quelles sont tes intentions? louis: Repartir pour l'Algérie, le plus tôt possible, une fois la liquidation mise en train par quoi tout est remis entre les mains du couple. lumîr: Sans regret? louis: Des regrets? Qu'ils gardent tous ces biens. C'est un soulagement pour moi. Claudel,Pain dur, 1918, III, 2, p. 461.
b) En partic. Douleur morale, désaveu d'un acte moral répréhensible. Synon. remords, repentir, repentance (littér.), contrition.Regret d'une faute, d'une erreur, de ses fautes, de ses péchés, de son geste, de son mouvement. Tout est oublié. Pardonne-moi d'avoir été nerveuse. Et n'aie pas de regret de la peine que tu m'as faite (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p. 290).La faute ne laisse pas seulement chez ce type d'homme le regret profond et grave, mais passager, qui exprime la blessure de la conscience avant de se laisser emporter dans son élan créateur d'avenir. (...) le remords l'absorbe dans l'hypocondrie morale (Mounier,Traité caract., 1946, p. 699).
Regret de + inf.Regret de s'être emporté, d'avoir offensé Dieu. Pénétré du regret de l'avoir offensée, Malek Adhel n'ose point se présenter devant elle (Cottin,Mathilde, t. 4, 1805, p. 302).
2. Contrariété causée par une réalité qui s'oppose à la réalisation d'une attente, d'un désir, d'un souhait, d'un projet. Synon. déception, déplaisir, dépit.Le regret de ne pouvoir faire qqc. Leur plus gros regret était de ne pas avoir d'enfant (Rolland,J.-Chr., Maison, 1909, p. 973).Leur seul regret était qu'il n'y eût pas deux bicyclettes, car chacun prétendait être plus rapide que l'autre et lui lançait des défis (Giraudoux,Bella, 1926, p. 167).
À regret, loc. adv. Malgré soi, à contrecœur. Anton. avec plaisir, volontiers, de bon gré.Partir, quitter qqn à regret. L'aïeule au loin rappelait. Et une à une, lentement, comme à regret, Margot et les sœurs libres avaient pris leur essor, abandonnant là les prisonnières (Pergaud,De Goupil, 1910, p. 185).
Arg., vx. L'abbaye de Monte(-)à(-)regret. V. abbaye B 4.
P. anal. [En parlant d'une chose] Cette pauvre chétive personne qui se démenait (...) sous ce gaz qui semblait ne brûler qu'à regret, comme tremblant de n'être pas payé (Veuillot,Odeurs de Paris, 1866, p. 154).
Au grand regret de (qqn), à mon/ton/son ... grand regret. Tout en déplorant de ne pouvoir faire autrement. Au (grand) regret de tous. Je la mène à Milly où je vais rester deux mois à la soigner. Je ne puis donc aller à mon grand regret causer avec toi et Vignet (Lamart.,Corresp., 1832, p. 257).M. de Stermaria n'était pas ce jour-là à Balbec, au grand regret du bâtonnier (Proust,J. filles en fleurs, 1918, p. 687).
ORFÈVR. Cendres d'orfèvre (d'apr. Brard 1838).
MUS. ,,Mélodie instrumentale populaire d'Auvergne, destinée à la cabrette`` (Mus. 1976).
II. − [Corresp. à regretter II] Action de formuler des excuses à quelqu'un; déplaisir exprimé à quelqu'un d'une situation présente dont on se sent responsable.
A. − [Pour exprimer un refus poli, dans la conversation ou la correspondance; parfois avec un compl. déterm. subjectif] Souvent au plur. Exprimer ses regrets. Je suis chargé de t'exprimer tous les regrets de mon compagnon de voyage d'être parti sans te revoir (Gide,Faux-monn., 1925, p. 1066):
3. − Je vous prie de croire, monsieur, que si j'eusse pu supposer... − Du tout, monsieur, c'est moi qui vous demande pardon! − Ah! permettez! Les regrets sont pour moi, monsieur. La faute en est à ces diables de corridors; on se perd! On se perd! Courteline,Ronds-de-cuir, 1893, 2etabl., II, p. 71.
Mille regrets; tous mes regrets. Vous ne me verrez pas ce soir. (...) une grippe carabinée. Tous mes regrets aux amis (Flaub.,Corresp., 1878, p. 69).
B. − [Dans le style admin., notamment dans une lettre, pour annoncer un événement fâcheux ou un refus à une demande] Nous avons le regret de vous annoncer, informer que... Je commence [ma circulaire]: « Monsieur », (...) « C'est avec un profond regret que je me vois obligé (...) de vous dire que votre demande est de celles que je ne puis (...) marquer d'un caillou blanc » (Vallès,J. Vingtras, Bachel., 1881, p. 374).
Être au regret de + inf.Être au regret de ne pouvoir donner suite à une demande, de donner satisfaction à qqn. Dimanche matin, Desjardins était au regret de n'avoir pas noté aussitôt ce qu'au sujet de cette décade l'improvisation m'apportait (Du Bos,Journal, 1925, p. 368).
Prononc. et Orth.: [ʀ əgʀ ε]. Homon. regrès. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1150 regrés plur. « lamentations, plaintes » (Conte de Flore et de Blancheflor, éd. J.-L. Leclanche, 1306); 2. ca 1165 faire regret de « manifester sa douleur à propos de » (Benoît de Ste-Maure, Troie, 23085 ds T.-L.); 3. a) 1377 avoir regret a « s'inquiéter de » (Gace de la Buigne, Desduis, 7605, ibid.); b) 1525 le regret du passé (Marguerite de Navarre, Nouvelles lettres, éd. F. Génin, p. 31); 4. a) α) ca 1470 à regret « avec déplaisir » (Georges Chastellain, Chronique ds Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 1, p. 342); β) fin du xves. avoir regret a quelque chose « éprouver du déplaisir à cause d'une réalité qui contrarie une attente, un désir, un souhait » (Philippe de Commynes, Mém., éd. J. Calmette, t. 2, p. 328); γ) 1erquart du xvies. avoir grant regret (Marguerite de Navarre, Lettres, éd. F. Génin, p. 150); b) 1530 « repentir (d'avoir fait, de n'avoir pas fait, dans le passé) » (Palsgr., p. 262); c) α) 1672 avoir regret de « être désolé, navré de » (Molière, Femmes savantes, V, 4 ds Œuvres, éd. E. Despois et P. Mesnard, t. 9, p. 178); β) 1790 à mon grand regret (Staël, Lettres jeun., p. 404). Déverbal de regretter*. Fréq. abs. littér.: 4 864. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 8 686, b) 6 874; xxes.: a) 6 771, b) 5 517. Bbg. Bréal (M.). Regret et regretter. B. Soc. Ling. 1903-1905, t. 13, pp. 147-148.

Wiktionnaire

Nom commun

regret \ʁə.ɡʁɛ\ masculin

  1. Chagrin que cause la perte, la mort d’une personne.
    • Suis-je heureux ? Oui ; je n’ai ni deuil, ni regrets, ni désir compliqué ; donc, je suis heureux. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • La perte de cet ami m’a causé de vifs regrets.
  2. Déplaisir d’avoir perdu un bien qu’on possédait, ou de n’avoir pu obtenir celui qu’on désirait.
    • Le regret que lui cause la perte de ses biens, de sa fortune, de sa place.
    • Il a eu de bonnes marchandises, il ne doit pas avoir regret à son argent.
    • J’ai regret de n’avoir pas acheté ce domaine, cette maison.
  3. Toute sorte de déplaisir, léger ou considérable.
    • éprouver un regret sensible de quelque chose.
    • Un regret cuisant.
    • Un regret extrême.
    • J’ai regret que vous n’ayez pas entendu ce sermon, ce discours.
    • J’ai du regret de vous voir dans l’erreur.
    • J’ai beaucoup de regret de ne vous avoir pas trouvé chez vous.
    • J’ai regret que vous n’ayez pas fait cela.
    • Je vous quitte avec beaucoup de regret.
    • Il m’a quitté sans regret.
    • Il en mourra de regret.
    • Il est parti à mon grand regret.
    • En quittant la France, il a laissé bien des regrets après lui.
  4. Repentir, déplaisir d’avoir fait ou de n’avoir pas fait quelque chose, d'un oubli, d'une erreur ou d'une décision.
    • Le regret d’avoir failli, d’avoir offensé Dieu.
    • Avoir regret de ses égarements, de ses péchés.
    • J’ai un grand regret de la faute que j’ai commise.
    • Je suis au regret d’avoir dit, d’avoir fait cela; j’en suis au regret.
    • J’ai le regret de vous apprendre que… J’ai regret à le dire.
  5. (Au pluriel) Lamentations, plaintes, doléances.
    • Regrets sur quoi l’enfer se fonde
      Qu'un ciel d’oubli s’ouvre à mes vœux.

      — (Guillaume Apollinaire, La Chanson du Mal-aimé, 1913)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REGRET. n. m.
Chagrin que cause la perte, la mort d'une personne. La perte de cet ami m'a causé un grand regret, m'a laissé un grand regret, de grands regrets, de vifs regrets. Il se dit aussi du Déplaisir d'avoir perdu un bien qu'on possédait, ou de n'avoir pu obtenir celui qu'on désirait. Le regret que lui cause la perte de ses biens, de sa fortune, de sa place. Il a eu de bonnes marchandises, il ne doit pas avoir regret à son argent. J'ai regret de n'avoir pas acheté ce domaine, cette maison. Il se dit aussi de Toute sorte de déplaisir, léger ou considérable. Éprouver un regret sensible de quelque chose. Un regret cuisant. Un regret extrême. J'ai regret que vous n'ayez pas entendu ce sermon, ce discours. J'ai du regret de vous voir dans l'erreur. J'ai beaucoup de regret de ne vous avoir pas trouvé chez vous. J'ai regret que vous n'ayez pas fait cela. Je vous quitte avec beaucoup de regret. Il m'a quitté sans regret. Il en mourra de regret. Il est parti à mon grand regret. En quittant la France, il a laissé bien des regrets après lui. Il signifie encore Repentir, déplaisir d'avoir fait ou de n'avoir pas fait quelque chose. Le regret d'avoir failli, d'avoir offensé Dieu. Avoir regret de ses égarements, de ses péchés. J'ai un grand regret de la faute que j'ai commise. Je suis au regret d'avoir dit, d'avoir fait cela; j'en suis au regret. J'ai le regret de vous apprendre que... J'ai regret à le dire.

REGRETS, au pluriel, signifie Lamentations, plaintes, doléances. Ce sont des regrets inutiles. Se consumer en regrets, en regrets superflus.

À REGRET, loc. adv. Avec déplaisir, avec répugnance. Il a fait cela à regret. Il ne l'a fait qu'à regret. Nous partons à regret.

Littré (1872-1877)

REGRET (re-grè ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel l's se lie : des re-grè-z éternels ; regrets rime avec paix, succès, traits, etc. Palsgrave, p. 24, dit que devant une voyelle le t se fait sentir) s. m.
  • 1Déplaisir d'avoir perdu, ou de n'avoir pu obtenir quelque chose. Si j'ai quelque regret, ce n'est pas à ma vie, Que le déclin des ans m'aurait bientôt ravie, Corneille, Médée, V, 4. Vous me dites que la beauté de votre fils diminue, et que son mérite augmente ; j'ai regret à sa beauté, Sévigné, 4 mai 1672. J'ai regret à tous mes jours qui s'en vont, et qui m'entraînent sans que j'aie le temps d'être avec vous, Sévigné, 13 nov. 1675. Il avait regret aux heures qu'il donnait au jeu, Hamilton, Gramm. 7. Le sophiste Eunapius, païen, paraît avoir grand regret au temple de Sérapis, Fontenelle, Oracl. II, 4. Une mort semblable à celle des justes, pleine de consolation, sans regret à ce qu'on laisse dans le monde, Massillon, Profess. relig. 4. Les regrets permettent la parole ; mais la douleur est muette, Buffon, Réponse à Chastelux. Qu'un regret inutile est un regret amer ! Mme Riccoboni, Sophie de Vallière, Lett. 43. J'ai grand regret à la féerie, Lebrun, Ép. I, 9. Ah ! plus, amour, tu nous causes de larmes, Plus, quand tu fuis, tu laisses de regrets, Béranger, Fuite de l'amour.

    Familièrement. Il ne doit pas avoir regret à sa jeunesse, se dit d'un homme qui a passé sa jeunesse dans les plaisirs.

  • 2 Particulièrement. Chagrin que cause la mort, la perte, l'absence d'une personne. Qu'il ait regret à moi pour son dernier supplice, Corneille, Médée, I, 4. J'ai regret, disait-il, à mon premier seigneur, La Fontaine, Fabl. VI, 11. Le pauvre M. du Bois [mort], j'y ai un regret extrême, Sévigné, 20 juill. 1694. Par le regret que vous témoignez de la perte d'Ulysse, vous m'apprenez vous-même à sentir le malheur de ne pouvoir retrouver mon père, Fénelon, Tél. IX. Si les regrets de la reconnaissance sont les plus sincères et les plus sûrs, quel deuil a jamais dû être plus universel ? Massillon, Or. fun. Madame. La place [Namur] avait la gloire de n'avoir jamais changé de maître ; aussi eut-elle grand regret au sien, Saint-Simon, I, 31. Allons et rallumons dans ces âmes timides Ces regrets mal éteints du sang des Héraclides, Voltaire, Mérope, I, 2. Ce n'était plus ce prince [Henri III] environné de gloire… Et qui de sa patrie emporta les regrets, Voltaire, Henr. I. La douleur n'est pas la seule marque des regrets ; et, en pareil cas, plus on trouve de plaisir à penser à un ami, plus on sent vivement la perte qu'on a faite, Condillac, Traité sens extr. rais. Œuv. t. III, p. 55. Quel homme… à l'espoir d'un regret ne sent pas quelques charmes, Et des yeux d'un ami n'attend pas quelques larmes ? Delille, Jard. IV. Il y a dans le sentiment même des regrets quelque chose de doux et d'harmonieux qu'il faut tâcher de faire connaître à ceux qui n'en ont encore éprouvé que les amertumes, Staël, Corinne, V, 1. De quelque nom d'ailleurs que le regret s'appelle, L'homme par tout pays en a bien vite assez, Musset, à la Malibran.
  • 3Déplaisir causé par le souvenir de ce qu'on a fait ou omis de faire. Ils disent qu'ils ont regret du passé, Pascal, Prov. X. Un regret immense de ses péchés ne permet pas à Madame de regretter autre chose, Bossuet, Duchesse d'Orléans. Et, si je m'en croyais, ce triomphe indiscret Serait bientôt suivi d'un éternel regret, Racine, Brit. IV, 4. À quels mortels regrets ma vie est réservée ! Racine, Phèdre, V, 6. Vous… qui portez des embarras et des regrets sur la conscience que vous n'éclaircissez jamais à fond, Massillon, Carême, Tiéd. 1. Pourquoi tant de pleurs, chère et douce amie ? pourquoi ces regrets plus grands que ta faute, et ce mépris de toi-même que tu n'as pas mérité ? Rousseau, Hél. I, 30.

    Familièrement, en être aux regrets, se repentir trop tard d'avoir fait ou dit quelque chose.

  • 4Toute espèce de déplaisir. En sorte que les vaincus n'eussent point de regret à mes victoires, Vaugelas, Q. C. 468. J'ai tous les regrets du monde d'être obligé d'en user ainsi, Molière, Mar. forcé, 16. Je suis fort redevable à vos feux généreux… …Et j'ai regret, monsieur, de n'y pouvoir répondre, Molière, Femm. sav. V, 1. Je suis contente, et n'ai point de regret à mon voyage, Sévigné, 24 oct. 1687. Quand… dix-huit ans [son âge de dix-huit ans] lui donneraient [au jeune Grignan] quelque regret à carême prenant [quitter Paris à ce moment], Sévigné, 25 janv. 1690. Ils [les alliés assiégeant Maestricht] n'ont point voulu attendre le combat ; le prince d'Orange, qui avait regret à ses peines, voulait tout hasarder, Sévigné, 2 sept. 1676. Les pluies nous empêchent de faire les foins, et nous avons grand regret à cette perte, Sévigné, 31 juill. 1680. En vain je veux au moins faire grâce à quelqu'un [des mauvais auteurs] ; Ma plume aurait regret d'en épargner aucun, Boileau, Sat. VII.

    Avoir regret que, avec le subjonctif, être fâché que. J'aurais grand regret d'en payer le port [de ces lettres], si vous me les renvoyiez ; elles sont pleines de tant de bagatelles, que j'ai quelquefois regret que vous le payiez vous-même, Sévigné, 21 sept. 1676. J'ai regret à sa gloire ; J'ai regret qu'aveuglée elle attire sur soi La honte qu'elle croit faire tomber sur moi, Th. Corneille, Comte d'Ess. IV, 1. J'aurais même regret qu'il me quittât l'empire, Racine, Théb. IV, 1.

    Familièrement. Avoir regret à quelque chose, donner, faire cette chose avec peine, faire avec peine la dépense de quelque chose. Il avait regret à ce qu'il mangeait.

  • 5 Au plur. Plaintes, lamentations. Nous entrons dans une salle, où nous voyons une vieille femme mourante, assistée d'une servante qui faisait des regrets, Molière, Fourber. I, 2. Ô prince, le digne objet de nos louanges et de nos regrets, Bossuet, Louis de Bourbon. Venez en d'autres lieux enfermer vos regrets, Racine, Bajaz. I, 4.

    Coups de cloche intermittents, pendant des funérailles.

  • 6 Au plur. Cendres d'orfévre.
  • 7À regret, loc. adv. Avec répugnance. Je vous quitte à regret ; Mais enfin il le faut, Corneille, Poly. I, 2. Je ne m'étonne plus qu'interdit et distrait Votre père ait paru nous revoir à regret, Racine, Iphig. II, 4. Couchant sur une peau d'ours, et y donnant, à regret encore, peu d'heures au sommeil, Voltaire, Dict. phil. Julien. La terre, à regret cultivée, semble être fertile à regret, et, sous des mains avares de leurs peines, elle est avare de ses dons, Marmontel, Œuv. t. XVII, p. 117. On loue à regret ce qu'on ne voudrait pas imiter, Genlis, Ad. et Th. t. I, p. 219, dans POUGENS.

    L'abbaye de Monte-à-regret [la potence], Dict. argot-franç. à la suite du poëme de Cartouche, par Granval, 1725.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ses confors [son confort] fu regrès et plors, Fl. et Blanchefl. V. 1734.

XVe s. Dame Bonne sa femme, sœur au duc de Bar, la quelle durant sa maladie [il] manda pour venir devers luy, ayant desir et regret de parler à elle, Monstrelet, t. I, ch. 138, p. 220, dans LACURNE.

XVIe s. Comblé des saints desirs, si du ciel le sejour Donnoit place au regret, j'auroy regret au jour, Et voudroy…, Desportes, Tombeau de Desportes. Son regret [le regret de sa perte] me console et m'honore, Montaigne, II, 83. Je aurois grant regret, sy ne venés ici avant la grant compaignie, Marguerite de Navarre, Lett. 3. Vous ne deveriés point avoir regret au temps passé, Marguerite de Navarre, ib. IV. Encore neantmoins mouroit il à regret, Amyot, Marius, 86.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

REGRET, s. m. REGRETTER, v. act. (Gram.) le regret est un souvenir pénible d’avoir fait, dit ou perdu quelque chose. Il semble pourtant que le remors soit d’avoir commis un mal, & le regret d’avoir perdu un bien. Ainsi tout le monde est exposé à avoir des regrets ; mais il n’y a que les coupables qui soient tourmentés de remors. Les choses qu’on regrette le plus, sont celles auxquelles on attache le plus de valeur, l’innocence, la santé, la fortune, la réputation. Les remors sont quelquefois utiles, ils inclinent le méchant au repentir. Plus souvent encore les regrets sont superflus, ils ne réparent pas la perte qui les a occasionnés. Les regrets sont un hommage que les vivans rendent à la vertu des morts. A quoi sert le regret du tems perdu ? On regrette indistinctement une bonne & une mauvaise chose. Il y eut des hommes qui regretterent la perte de l’imbécille Claude. Les Israélites regrettoient dans le désert les oignons de l’Egypte. Il y a peu d’objets vraiment regrettables. Le regret marque toujours du malheur, ou de l’imprudence.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « regret »

Wallon, li r'gret d'on mau, le retour d'un mal ; dicton namurois, on a todis des r'grets d'on mau do moeis de maiye, on a toujours des retours d'une maladie gagnée au mois de mai (CHAVÉE, Rev. de ling. t. I, p. 224). La plus ancienne étymologie de regretter et la plus reçue est le latin re-quiritari, composé de quiritari, se plaindre. Pour le changement de q en g, on a l'exemple de Guienne venant de Aquitania ; et, bien que quiritari ait donné crier, on peut expliquer la conservation du t dans regretter, par fugita qui a donné fuite à côté de fuie. Une autre étymologie est celle de Mätzner, qui, appuyant sur le sens de plaindre attaché au mot regretter, renvoie au goth. gretan, ancien scand. grata, anglo-sax. graetan, graedan, pleurer, plaindre ; Diez est favorable à cette étymologie, parce que, regretter ne se trouvant pas dans les langues sœurs, il est probable que l'origine dans le français en est germanique. Enfin Mahn le dérive du lat. gratus ; avec ce radical, regretter signifiera primitivement reprendre avec reconnaissance ; mais, de là, le passage au sens de regretter est difficile. M. Chavée, Revue de linguistique, t. I, p. 224, arguant du sens du mot regret en wallon, y voit le latin recretum, chose qui recroît, qui repousse, de recrescere : le c changé en g, comme dans segret, prononciation très usitée de secret ; le sens de fàcherie attaché à ce mot, comme dans l'italien increscere, rincrescere (il aurait pu ajouter que cette signification de increscere n'est pas étrangère à l'ancien français, encroistre y ayant signifié peiner). En définitive, il faut un mot qui renferme l'idée de retour : regret du passé, d'une perte, recroissance, comme dans le wallon, et, pour regretter, rappeler, invoquer, comme dans certains textes du vieux français. On a repoussé avec raison le lat. regressus, qui aurait donné regrès, non regret ; mais ce sens fondamental apparaît quand on compare regret à degret (voyez l'historique à DEGRÉ) ; regret répond à une forme regradus, comme degret à une forme degradus. De cette façon, on rend raison de toutes les acceptions, en conservant l'analogie entre regret et degret. Une difficulté reste : le radical étant gradus, le verbe devrait être regreder, non regreter ; mais le changement de d en t se voit dans convoitise, de cupidicia, dans piétiner, piéton, de pedem ; et, inversement, de t en d, dans plaider, de placitum, et cuider, de cogitare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) Déverbal sans suffixe de regretter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français regretter (verbe) ou regret (nom), apparenté à greet.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « regret »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
regret rœgrɛ

Citations contenant le mot « regret »

  • La vie n'est qu'un long regret de la veille. De Joseph Méry
  • Un regret plus mouvant que la vague marine A roulé sur ce cœur envahi jusqu'au bord. Charles Péguy, Œuvres poétiques complètes, l'Épave , Gallimard
  • Le regret est une seconde erreur. De Raymond Latarjet
  • Le regret est un amplificateur du désir. De Marcel Proust / Albertine disparue
  • Le plus semblable aux morts meurt le plus à regret. De Jean de La Fontaine / Fables
  • Se séparer sans peine ni regret et à la dernière minute aimer. De Leah Goldberg / De ma vieille maison
  • La jeunesse est une courte erreur, et la vieillesse un long regret. De Henri Duvernois
  • La mort est le regret de la vie. De Joë Bousquet / Les cahiers du double
  • Le souvenir d'avoir été jeune ne produit que du regret. De Proverbe oriental
  • Mieux vaut mourir d'amour que d'aimer sans regrets. Eugène Grindel, dit Paul Eluard, 152 Proverbes mis au goût du jour, n°125 , Éditions surréalistes
  • L'instant n'a de place qu'étroite entre l'espoir et le regret et c'est la place de la vie. Marcel Jouhandeau, Algèbre des valeurs morales, Gallimard
  • Mieux vaut laisser aux gens le remords de vous avoir grugé que le regret de vous avoir comblé. Marcel Jouhandeau, Journaliers, Gallimard
  • Le regret de n'avoir pas fait une mauvaise action profitable est bien plus commun que le remords. Gaston, duc de Lévis, Maximes et réflexions sur divers sujets
  • Le souvenir, ce n’est qu’un regret apaisé. De Francis Blanche / Mon oursin et moi
  • Le regret me prouve que je ne suis pas dans la bonne direction. De Franck Dunand
  • Les hommes compatissent avec plaisir : mais ils n'admirent qu'à regret. De Jean-François Marmontel / de l'intérêt
  • Ceux qui croient au progrès s'exposent au regret d'être nés trop tôt. De Oscar Louis Forel
  • Simon Hankinson : "Je quitte Marseille à regret" LaProvence.com, Politique | Simon Hankinson : "Je quitte Marseille à regret" | La Provence
  • Ce que l'indifférence disjoint, le regret l'accomplit. De Marc Lambron / Les menteurs
  • La solitude est bonne, et les hommes ne valent pas un regret. De George Sand / Indiana
  • Pour freiner la propagation du coronavirus, la NBA va reprendre dans une «bulle» sans spectateurs. LeBron James regrette déjà de ne pas être entouré par sa famille pour la dernière ligne droite de la saison.  Le 10 Sport, Basket | Basket - NBA : Reprise, «bulle»... LeBron James affiche un énorme regret !
  • Il doit surtout regretter sa coupe de cheveux. , Ghost of Tsushima : le réalisateur de la saga Yakuza a un gros regret à propos du jeu
  • Alors que son avenir en Formule 1 demeure incertain, Sebastian Vettel a indiqué qu’il regrettait la façon dont il a quitté Red Bull à l’issue de la saison 2014. Le 10 Sport, Formule1 | Formule 1 : Vettel affiche un énorme regret dans sa carrière !
  • Durant son interview accordée à France Info vendredi 10 juillet, Brigitte Macron a expliqué qu'elle ne dépasserait pas ses fonctions d'épouse de Chef d'Etat. Ce que regrette l'un de ses amis dans les colonnes du Parisien. Closermag.fr, Brigitte Macron : le regret de l'un de ses proches à propos de son couple avec Emmanuel Macron - Closer

Images d'illustration du mot « regret »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « regret »

Langue Traduction
Anglais regret
Espagnol lamentar
Italien rimpiangere
Allemand bedauern
Chinois 后悔
Arabe يندم
Portugais arrepender
Russe сожалеем
Japonais 後悔
Basque damua
Corse ramintà
Source : Google Translate API

Synonymes de « regret »

Source : synonymes de regret sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « regret »

Regret

Retour au sommaire ➦

Partager