La langue française

Attrition

Sommaire

  • Définitions du mot attrition
  • Étymologie de « attrition »
  • Phonétique de « attrition »
  • Évolution historique de l’usage du mot « attrition »
  • Citations contenant le mot « attrition »
  • Traductions du mot « attrition »
  • Synonymes de « attrition »

Définitions du mot « attrition »

Trésor de la Langue Française informatisé

ATTRITION, subst. fém.

I.− Usure par frottement.
A.− MÉD. Écorchure superficielle résultant d'un frottement :
1. Le crâne, fracassé par un instrument contondant, montrait la cervelle à nu, et la substance cérébrale avait subi une attrition profonde. Verne, Vingt mille lieues sous les mers,1870, p. 247.
Chambre d'attrition musculaire. ,,Zone d'une blessure des parties molles particulièrement propre à s'infecter, du fait de l'écrasement des tissus et de la présence éventuelle soit d'esquilles osseuses provenant d'une fracture concomitante, soit de corps étrangers`` (Méd. Biol. t. 1 1970).
B.− PHYS., vx. ,,Usure par frottement de deux corps durs`` (Mots rares 1965). C'est par l'attrition que l'on aiguise, que l'on polit les métaux (Ac.1835-1932).
II.− Au fig.
THÉOL., CATH. Contrition imparfaite fondée sur la seule crainte des châtiments éternels :
2. Nous pouvons nous éclairer ici par l'exemple de l'église catholique, qui établit deux degrés dans le remords justifiant. L'un, qu'elle appelle la contrition, est le regret d'avoir péché, fondé sur la douleur d'avoir offensé Dieu; l'autre qu'elle appelle attrition, est le regret d'avoir péché, fondé sur la crainte des peines de l'enfer. J. Simon, Le Devoir,1854, p. 378.
PRONONC. ET ORTH. : [atʀisjɔ ̃]. Barbeau-Rodhe 1930 donne la possibilité d'une prononc. avec [tt] géminées : at/t/- (pour [tt], cf. Besch. 1845). Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. atrition.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1314 chir. (H. de Mondeville, La Chirurgie, éd. A. Bos, Paris, t. I, p. 278 : les plaies acompaignans grant attricion de grant membre avec effusion de mouelle); 2. 1541 théol. (Calvin, Instit., 485 ds Gdf. Compl. : Contrition et attrition). Empr. au b. lat. attritio 1 « action de broyer » (St Augustin, Moral. Manich., 2, 16, 46 ds Blaise); 2 au fig. « action de réprimer, d'écraser (un vice) » (Id., Civ., 11, 22, ibid.); spéc. théol. « action de réprimer ses vices; regrets que leur souvenir inspire, et résolution de ne plus y céder » (xiiies., St Thomas, Sum. theol., supplem. q. 1, a, 2, ad. 2umds Théol. cath., t. 1).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 10.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Baulig 1956. − Bouillet 1859. − Bouyer 1963. − Chesn. 1857. − Foi t. 1 1968. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Littré-Robin 1865. − Marcel 1938. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Mots rares 1965. − Nysten 1824. − Plais.-Caill. 1958. − Théol. cath. t. 1, 2, 1909.

Wiktionnaire

Nom commun

attrition \at.ʁi.sjɔ̃\ féminin

  1. (Physique) Action de deux corps durs qui s’usent par un frottement mutuel.
    • C’est par l’attrition que l’on aiguise, que l’on polit les métaux.
  2. (Théologie) Regret d’avoir offensé Dieu, causé par la crainte des peines du purgatoire ou de l’enfer.
    • L’attrition ne suffit pas sans la confession.
  3. (Économie) Perte de client, de substance ou d’autres éléments non forcément matériels.
    • La pauvreté, au sens large de pénurie d’opportunités et d’abondance d’occasions manquées est une guerre d’attrition au quotidien.— (Stephen Smith, La Ruée vers l’Europe, 278 pages, Grasset, 2018, page 160)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ATTRITION (a-tri-sion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f.
  • 1 Terme de physique. L'action de deux corps durs qui se frottent et s'usent. Les métaux, quelque attrition qu'ils puissent éprouver, n'attirent point les corps minces à eux, Voltaire, Feu, I, III, 5.

    En chirurgie, écorchure superficielle résultant d'un frottement. On a appelé aussi attrition le plus haut degré de la contusion, l'écrasement d'une partie quelconque.

  • 2 Terme de théologie. Regret d'avoir offensé Dieu, causé par la crainte des peines. Dire que la contrition soit nécessaire, et que l'attrition toute seule ne suffit pas avec le sacrement, Pascal, Prov. 10.

SYNONYME

ATTRITION, CONTRITION. L'attrition est un sentiment intéressé et exprime, en vue des peines qui peuvent être infligées, le regret d'avoir offensé Dieu. La contrition est un sentiment désintéressé, et exprime le même regret, sans aucun regard pour les peines et avec la seule attention au mécontentement de Dieu.

HISTORIQUE

XVIe s. Ils gergonnent assez de contrition et attrition, Calvin, Inst. 485. Pour l'attrition des deux corps solides et durs conjoints ensemble, Paré, I, 34. En maniant la partie fracturée, on sent une crepitation et attrition ou craquement, Paré, XIII, 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* ATTRITION, s. f. ce mot vient du verbe atterere, frotter, user, & se forme de la préposition ad, à, unie au verbe tero, j’use. Il signifie un frottement réciproque de deux corps, au moyen duquel se détachent les particules brisées de leurs surfaces. Voyez Mouvement & Frottement.

C’est par ce mouvement que l’on aiguise & que l’on polit. Voyez aux articles, Chaleur, Lumiere, Feu, Electricité, les effets de l’attrition.

M. Gray a trouvé qu’une plume frottée avec les doigts, acquit par cela seul un tel dégré d’électricité, qu’un doigt, auprès duquel on la tenoit, devenoit pour elle un aimant : qu’un cheveu qu’il avoit trois ou quatre fois ainsi frotté, voloit à ses doigts, n’en étant éloigné que d’un demi-pouce ; qu’un poil & des fils de soie étoient par ce même moyen rendus électriques. L’expérience fait voir la même chose sur des rubans de diverses couleurs & de quelques piés de long ; la main les attire quand ils sont frottés : imprégnés de l’air humide, ils perdent leur électricité ; mais le feu la leur redonne.

Le même philosophe dit que les étoffes de laine, le papier, le cuir, les coupeaux, le parchemin, sont rendus électriques par l’attrition.

Il y a même quelques-uns de ces corps que l’attrition seule rend lumineux. Voyez Phosphore. (O)

Attrition, se prend aussi quelquefois pour le frottement de deux corps, qui, sans user leurs surfaces, ne fait que mettre en mouvement les fluides qu’ils contiennent : ainsi on dit que les sensations de la faim, de la douleur, du plaisir, sont causées par l’attrition des organes qui sont formés pour ces effets. (O)

Attrition, (en Théologie.) c’est une espece de contrition ou une contrition imparfaite. Voyez Contrition.

Les Théologiens scholastiques définissent l’attrition, une douleur & une détestation du péché, qui naît de la considération de la laideur du péché & de la crainte des peines de l’enfer. Le concile de Trente, sess. XIV. chap. iv. déclare que cette espece de contrition, si elle exclut la volonté de pécher, avec espérance d’obtenir pardon de ses fautes passées, est un don de Dieu, un mouvement du Saint-Esprit, & qu’elle dispose le pécheur à recevoir la grace dans le sacrement de pénitence. Le sentiment le plus reçû sur l’attrition, est que l’attrition dans le sacrement de pénitence ne suffit pas pour justifier le pécheur, à moins qu’elle ne renferme un amour commencé de Dieu, par lequel le pécheur aime Dieu, comme source de toute justice. C’est la doctrine du concile de Trente, sess. VI. chap. vj. & de l’assemblée du clergé de France en 1700.

Les Théologiens disputent entre eux sur la nature de cet amour ; les uns voulant que ce soit un amour de charité proprement dite, les autres soûtenant qu’il suffit d’avoir un amour d’espérance. Voyez Amour & Charité.

Il est bon de remarquer que le nom d’attrition ne se trouve ni dans l’Écriture ni dans les Peres ; qu’il doit son origine aux Théologiens scholastiques, qui ne l’ont introduit que vers l’an 1220, comme le remarque le P. Morin de Pænitent. Lib. VIII. cap. ij. n°. 14. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « attrition »

Du latin attritio (« frottement »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Attritio, de atterere, broyer, de ad, à, et terere, broyer (voy. TRITURER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « attrition »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
attrition atrisjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « attrition »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « attrition »

  • Le président du groupe pharmaceutique relativise par ailleurs le nombre des suppressions de postes annoncé. "En France, environ un millier de postes, sur les 25.000 que compte le groupe, seront ainsi supprimés dans les trois ans qui viennent sous forme de volontariat, donc une moyenne de 350 par an, annonce Paul Hudson. "Nous avons pris l'engagement et je le renouvelle que cela se fera grâce à l'attrition naturelle d'un groupe comme le nôtre et de départs volontaires élaborés en concertation avec les partenaires sociaux. En parallèle, nous avons aussi confirmé la création de nombreux nouveaux postes pour des nouvelles compétences comme l'intelligence artificielle et la thérapie génique dès les prochains mois. Enfin, nous augmentons l'effort considérable et exemplaire de Sanofi pour faciliter l'apprentissage des jeunes." lejdd.fr, 1.000 emplois supprimés en France chez Sanofi : le président Paul Hudson s'explique
  • Année après année, le cabinet Bain & Company réalise une étude portant sur la mobilité bancaire des Français. A chaque fois, le constat est le même: le nombre de ménages ayant changé d'établissement en cours d'année reste faible. Ainsi, en 2018, le taux d'attrition bancaire (pourcentage de clients perdus) s'est élevé à 4,8 % parmi les 15.000 personnes interrogées. Il était de 4,5 % en 2017 et 4,3 % en 2016. Boursorama, Les Français restent encore fidèles à leur banque - Boursorama
  • Et c’est là que parfois, tout dérape. Que certains, peut-être, se perdent dans leur volonté de présenter une facette idéale et colle un peu trop à un monde du travail parfois un peu... flippant. C'est ainsi que pullulent ces phrases entre le mantra et l'invocation, comme "ce sont les hommes qui font l’organisation et pas l’inverse", "Ne me jugez pas sur mes succès, jugez-moi sur le nombre de fois où je suis tombé et ou je me suis relevé à nouveau". Ce sont aussi ces récits qui se veulent inspirants, mêlant novlangue managériale et développement personnel. C'est également une langue qui n'existe qu'ici, où les internautes parlent d'"attrition", d'"impact carrière", vantent le "bottum-up disruptif".  LCI, "Disruptivité", "attrition" et "bottum-up" : quand les Twittos se gondolent avec la novlangue de LinkedIn | LCI
  • Au début, Attrition ressemble à un autre film d’action à petit budget de la star de l’action Steven Seagal où il joue une sorte d’ex-opérateur des Forces spéciales / CIA qui doit rassembler une équipe de collègues pour faire quelque chose, comme tuer des méchants et / ou arrêter une sorte de régime criminel international. Et bien que tout cela se produise dans le film, ce n’est pas l’objectif réel d’Attrition. L’attrition est plutôt une méditation sur les arts martiaux ou, du moins, ce que Steven Seagal pense des arts martiaux. Attrition est en quelque sorte un projet de rêve pour Seagal, car il a produit le film, écrit le scénario, y joue les stars et, à un moment donné, a apparemment pensé à la réalisation (Seagal a plutôt engagé le réalisateur français Mathieu Weschler pour diriger le film). Il a un ton étrange, un rythme inhabituel et est, à bien des égards, la meilleure performance de Seagal depuis des années (il est clairement plus engagé dans ce projet que beaucoup de ses films récents). C’est presque un film d’art, ou aussi proche d’un film d’art qu’un gars comme Seagal va jamais faire. Je suppose que la bizarrerie globale est la raison pour laquelle Attrition peut actuellement être trouvée dans le bac DVD de liquidation chez Walmarts à travers le pays. L’attrition n’est tout simplement pas le genre habituel d’effort de Steven Seagal. Cela joue comme quelque chose de tout à fait différent. Breakingnews.fr, La colonne gratuite B-Movie: Attrition
  • Pour celles et ceux qui aimeraient s’essayer au calcul du taux d’attrition de leur entreprise, voici donc la formule mathématique à utiliser. Elle consiste à diviser le nombre de clients perdus par le nombre total de client. , Comment calculer le taux d’attrition ? | Le journal de l'éco

Traductions du mot « attrition »

Langue Traduction
Anglais attrition
Espagnol desgaste
Italien logoramento
Allemand attrition
Chinois 损耗
Arabe استنزاف
Portugais atrito
Russe потертость
Japonais 消耗
Basque higadura
Corse attrittu
Source : Google Translate API

Synonymes de « attrition »

Source : synonymes de attrition sur lebonsynonyme.fr
Partager