La langue française

Prescrire

Définitions du mot « prescrire »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRESCRIRE, verbe trans.

A. − DR. Acquérir (un bien) ou se libérer (d'une dette, d'une peine), par prescription. Le fermier, le dépositaire, l'usufruitier, et tous autres qui détiennent précairement la chose du propriétaire, ne peuvent la prescrire (Code civil, 1804, art. 2236, p.409).
Absol. Exercer un droit de prescription. Je trouve dans ce code comment on commence des procès et comment on les prolonge; comment on se défend de ses semblables et comment on les attaque, et dans combien de temps on prescrit contre celui qu'on a dépouillé (Bonald, Législ. primit., t.1, 1802, p.151).Ceux qui possèdent pour autrui, ne prescrivent jamais, par quelque laps de temps que ce soit (Code civil, 1804, art. 2236, p.409).
Empl. pronom. passif. Être abrogé par la prescription. Les actions en réparation de délits en matière de pêche se prescrivent par un mois à compter du jour où les délits ont été constatés, lorsque les prévenus sont désignés dans les procès-verbaux (Code pêche fluv., 1875, p.28).La demande de remboursement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales indûment versées se prescrit par deux ans à compter de la date à laquelle lesdites cotisations ont été acquittées (Réforme Sécur. Soc., 1968, p.41).
B. −
1. Prescrire qqc. (à qqn); prescrire (à qqn) de + inf.; prescrire (à qqn) que + subj.Commander expressément, par des ordres extrêmement précis. Synon. dicter, ordonner.Lorsque le juge d'instruction croira devoir prescrire, à l'égard d'un inculpé, une interdiction de communiquer, il ne pourra le faire que par une ordonnance qui sera transcrite sur le registre de la prison (Code instr. crim., 1808, p.791).Il se leva d'un bond, courut à la cuisine, ordonna de chercher dans le village, une miche, du fromage blanc, de la ciboule, prescrivit qu'on lui apprêtât une tartine absolument pareille à celle que rongeait l'enfant (Huysmans,À Rebours, 1884, p.222).Le Directoire déclara caduque la constitution de Bonaparte et prescrivit à Trouvé d'en rédiger une autre (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p.525).V. explosif ex. 1.
Empl. pronom. réfl. indir. Julien était trop fidèle à ce qu'il appelait le devoir, pour manquer à exécuter de point en point ce qu'il s'était prescrit (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p.89).Pour se remonter, ils se faisaient des raisonnements, se prescrivaient des travaux, et retombaient vite dans une paresse plus forte, dans un découragement profond (Flaub., Bouvard, t.2, 1880, p.107).
En partic. [Le suj. désigne un médecin] Donner des conseils, des ordres, recommander fermement des soins ou un certain traitement à un patient. Prescrire de boire de l'eau. Il se mit à rédiger minutieusement une longue ordonnance, où il prescrivait du repos, des fortifiants, une bonne nourriture (Moselly, Terres lorr., 1907, p.148):
1. Un médecin prescrit pour Madeleine une potion capable de la tuer. Lu à temps sur l'ordonnance le mot pyramidon, drogue horrible qui détermina le délire de Jeanne en décembre dernier. Cette saleté, malheureusement payée déjà, ira aux latrines. Presque tous les médecins devraient être guillotinés. Bloy, Journal, 1906, p.303.
Empl. pronom. réfl. indir. À la deuxième séance, elle se prescrivit un bouillon d'orties; à la troisième, de l'herbe au chat. Les crises s'atténuèrent, disparurent. C'était vraiment comme un miracle (Flaub., Bouvard, t.2, 1880, p.73).
Au fig. Dicter, commander, exiger. Ce que l'honneur prescrit. Faisant abstraction de toute idée personnelle, j'y avais donné mon approbation, car je ne sacrifiais aucun des principes auxquels ma conscience me prescrivait de rester fidèle (Mac-Mahon, 1879ds Rec. textes hist., p.80):
2. ... cet amour de la patrie inné dans le coeur du Français, amour qui est un devoir impérieux pour la Noblesse, obligée par état, et par honneur, à dévouer ses biens, sa vie même pour le Roi, et pour la Nation, tout nous prescrivait la conduite que nous devions tenir: il n'y eut qu'un mouvement général. Le Clergé, la Noblesse se levèrent et adoptèrent toutes les motions proposées. Ferrières, 1789ds Doc. hist. contemp., p.43.
2. [Le suj. désigne une loi, un décret, un arrêté] Ordonner, imposer. Si la loi du pays prescrit la peine de mort pour tout vol domestique, tout domestique sait que s'il vole son maître, il s'expose à la mort (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., 1821, p.248).L'article 11 du décret de 1868 prescrivait de soulever, durant un intervalle hebdomadaire de trente-six heures, une partie de filets fixes, pour le libre mouvement des poissons (Code pêche fluv., 1875, p.73).Une ordonnance administrative de 1887 prescrit que toutes les modifications entreprises aux façades des maisons, toutes les inscriptions nouvellement apposées sur une boutique doivent être au préalable soumises à la police (Barrès, Cahiers, t.9, 1911, p.259).V. fossé ex. 5.
P. anal. Il faudra observer exactement, fidèlement, religieusement tout ce que prescrit réellement le cérémonial (Dupanloup, Journal, 1876, p.101).
3. Comporter comme condition nécessaire, indispensable. Pour que je trouve dans la devinette un chat, il faut «que l'unité de signification «chat» prescrive déjà en quelque manière les éléments du donné que l'activité coordinatrice doit retenir et ceux qu'elle doit négliger» (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p.28).
REM. 1.
Prescripteur, subst. masc.Personne qui prescrit, ordonne, plus particulièrement qui recommande, conseille l'achat d'un produit, la prise d'un médicament. Et moi, pauvre médicastre de quartier, prescripteur de purges et de laxatifs (Arnoux, Double chance, 1958, p.28).Les Fonderies Franco-Belges Fabricant de matériel de chauffage, leader sur son marché, cherche: un directeur régional sud-ouest. Il anime une équipe de trois représentants exclusifs (efficaces) qui visitent une clientèle de prescripteurs, d'installateurs et de distributeurs (L'Express, 29 sept. 1979, p.210, col. 1).
2.
Prescriptif, -ive, adj.Qui constitue un commandement, un ordre. Parler de quiétisme, à l'époque actuelle, c'est se donner beau jeu, il s'agit bien d'une chose impossible −mais qui ressemble à l'attentisme. Cela n'est peut-être pas contradictoire avec certains engagements individuels, mais cela est contradictoire avec la recherche d'un engagement qui prenne une valeur collective, et surtout une valeur prescriptive (Sartre, Existent., 1946, p.130).Ling., sémiot. [En parlant d'un signe] ,,Qui incite le récepteur à agir d'une certaine façon`` (Rey Sémiot. 1979). Pédag. Attitude prescriptive. Attitude consistant ,,à choisir un niveau (le niveau du «bon usage»), en fonction de critères non linguistiques mais socioculturels, à le charger du prestige de la classe qui l'utilise, (il est considéré comme garant de «qualité»), et à l'imposer au détriment de tous autres`` (D. D. L. 1976, s.v. normatif).
Prononc. et Orth.: [pʀ εskʀi:ʀ], (il) prescrit [-skʀi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1remoitié xiiies. «inscrire, enrôler» (Macchabées, éd. E. Goerlich, p.35 [= I Macc. 10, 36]: uoil que trente mile quatre soient prescrit en l'ost lo rey), sens isolé. B. 1. a) 1340 trans. «libérer (quelqu'un) d'une obligation par la prescription» (Doc. ds Livre Roisin, éd. Brun-Lavainne, p.363: nous ou noz successeurs nous puissions... prescrire... contre les diz eschevins); b) 1355 trans. «faire ou laisser éteindre par la prescription» (Isambert, Rec. gén. des anc. lois fr., t.4, p.752 ds Fonds Barbier: que toutes les debtes... soient prescriptes); 1549 pronom. (Est.: les proces... ne se prescrivent ne perissent point); ca 1395 part. passé «abrogé par prescription» (Jean Boutillier, Somme rural, éd. 1486, I, fo23d ds Gdf. Compl.: lettres prescriptes de XXI. ans); 2. 1372 part. passé «acquis par la prescription» (G. Espinas, La Vie urbaine de Douai, t.4, p.446 ds Fonds Barbier: boine saisine prescripte avoir acquise); 1411 trans. «acquérir par la prescription» (Coutumes de l'Anjou et du Maine, éd. Ch. J. Beautemps-Beaupré, t.1, p.569 ds Delb. Notes mss: acquerir ne prescripre le droit); 1680 intrans. (Rich.). C. 1. 1544 trans. «ordonner expressément; indiquer de façon précise, fixer, déterminer» (M. Scève, Délie, LXXVI, 2, éd. E. Parturier, p.59: Pour non la fin a mon doulx mal prescrire); 1547 part. passé (M. de Navarre, Innocents, 58, éd. F. E. Schneegans, p.97: le temps prescrit... qu'ilz demeurront en Egypte); 2. 1730 fig. «exiger, réclamer, comporter comme condition» (La Motte, Discours sur la tragédie, éd. 1754, p.34: le bon sens prescrit là-dessus certaines règles); 3. 1738 méd. (Ch. Rollin, Hist. anc. des Égyptiens, t.6, p.582: le régime de vivre qu'il prescrira aux malades). Empr. au lat. praescribere «écrire en tête, mettre en titre; mentionner d'avance; mettre en avant; dr.: opposer à quelqu'un une exception, faire opposition; indiquer, fixer, déterminer; prescrire (méd)», de prae- «avant, devant» (pré-*) et scribere (écrire*). Fréq. abs. littér.: 547. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1015, b) 555; xxes.: a) 402, b) 918. Bbg. Jessen (H.). Pragmatische Aspekte lexikalischer Semantik: Verben des Auffordens im Frz. Tübingen, 1979, p.111, 177, 178.

Wiktionnaire

Verbe

prescrire \pʁɛs.kʁiʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Ordonner ou marquer précisément ce qu’on veut qui soit fait.
    • Un capitulaire prescrit de ne contracter que des unions légitimes, car celles-là seules donnent des enfants capables de succéder. — (Gabriel Lepointe, La Famille dans l’Ancien droit, Montchrestien, 1947 ; 5e éd., 1956, p.113)
    • le 1er octobre 326, Constantin prescrivit de commuer en travaux forcés ad metalla les condamnations ad bestias et tarit de sa principale ressource le recrutement de la gladiature. — (Jérôme Carcopino, La Vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire, Hachette, 1939, p.286.)
  2. (Spécialement) (Médecine) Ordonner la prise de remèdes.
    • En prescrivant des antibiotiques sophistiqués ou à large spectre, il cherche à « écraser une mouche avec un marteau », enrichit les laboratoires et contribue au pillage de la Sécurité sociale. — (Fabien Gruhier, Onze docteurs au « banc d'essai », dans Le Nouvel observateur, n° 686 à 698, 1978, p. 66)
    • Mais ça c'est du Cialis©, on en prescrit aux mecs qui ont du mal à bander. Moi perso', je n'ai pas de souci de ce côté. Mais si je prends deux cachetons, une double dose, je peux rester en érection plus de trois heures, voire quatre sans aucun problème. — (Stanislas Petrosky, Je m'appelle requiem et je t'..., Éditions Lajouanie, vol. 1, chap. 27)
  3. (Droit) Acquérir par prescription.
    • Prescrire un héritage
    • Prescrire une dette
    • On ne peut prescrire le domaine des choses qui ne sont pas dans le commerce. (Code Nap. art 2226.)
    1. Il est aussi intransitif en ce sens.
      • On ne prescrit pas contre les mineurs.
      • Ceux qui possèdent pour autrui ne prescrivent jamais. (Code Nap. art. 2236.)
      • (Figuré) L’usage ne saurait prescrire contre la vérité, contre la justice, etc., L’usage ne saurait anéantir les droits de la vérité, de la justice, etc.

se prescrire transitif

  1. Se perdre par prescription.
    • Dans la coutume de Bouillon, chapitre 23, article 11, les injures légères & proférées dans la chaleur de la colère, se prescrivent par trois jours, lesquels paisiblement écoulés, n’en sera reçue la poursuite, comme présumée être remise par charité chrétienne. — (Supplément au Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique & bénéficiaire, mis en ordre par Joseph-Nicolas Guyot, t.15, Paris : Visse, 1786, p.389)
    • Toutes les actions civiles, tant réelles que personnelles, se prescrivent par cinq ans. (loi N°2008-561 du 7 juin 2008 portant réforme de la prescription civile).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRESCRIRE (prè-skri-r') v. a.

Il se conjugue comme écrire.

  • 1Ordonner, commander. Votre gloire le veut, l'amour vous le prescrit, Corneille, Rodog. III, 4. Dieu, qui a prescrit certains devoirs aux femmes, aux enfants, aux esclaves, en a prescrit d'autres aux maîtres, aux pères, aux maris, Bossuet, 5e avert. 52. Quel temps à mon exil, quel lieu prescrivez-vous ? Racine, Phèdre, IV, 1. Tout, s'il est généreux, lui prescrit cette loi, Racine, Brit. I, 1.

    Prescrire que. Aristote prescrit que les mœurs doivent être convenables, Le P. Catrou, dans DESFONTAINES.

    Prescrire de, avec l'infinitif. Ce hardi suborneur [le faux honneur]… Avant tout aux mortels prescrit de se venger, Boileau, Sat. X. Qui nous prescrit à tous d'être justes, de nous aimer les uns les autres, d'être bienfaisants et miséricordieux…, Rousseau, Ém. V.

    Prescrire un jour, fixer un jour. Je suis prêt à accepter un dîner tout autre jour qu'il vous plaira de me prescrire, Rousseau, Lett. à Mme de Créqui, 1752.

  • 2Il se dit aussi des ordonnances des médecins. Prescrire un émétique, une saignée.
  • 3 Terme de jurisprudence. Acquérir par la prescription, ou se libérer par la prescription. Prescrire une dette. Les rois de Syrie en avaient prescrit la possession [de la Judée] contre la famille de David, Bossuet, 5e avert. 42. On ne peut prescrire le domaine des choses qui ne sont point dans le commerce, Code Nap. art 2226.

    Fig. Détruire, faire oublier comme par une prescription. Vous vous souvenez de cela ; Ce sont égarements que le temps doit prescrire, Dancourt, Céphale et Procris, I, 7.

    Neutralement, gagner la prescription. Ceux qui possèdent pour autrui ne prescrivent jamais par quelque laps de temps que ce soit, Code Nap. art. 2236.

    Fig. Quelque temps qu'ait duré un schisme, il ne prescrira jamais contre la vérité, Bossuet, Polit. VII, III, 7. L'on ne trouvera pas aujourd'hui quatre personnes qui voulussent douter sérieusement que cette coutume [celle des auteurs pseudonymes] ait prescrit contre un point [défense de publier un écrit pseudonyme] qui n'est, dans le fond, qu'un simple règlement de police, Auteurs déguisés, p. 67. Édouard avait pour lui le bon droit, mais le malheur prescrit contre la légitimité, Chateaubriand, Stuarts, Jacques II.

  • 4Se prescrire, v. réfl. Être ordonné. L'émétique se prescrit dans ces cas-là.
  • 5Se perdre par prescription. La faculté d'accepter ou de répudier une succession se prescrit par le laps de temps requis pour la prescription la plus longue des droits immobiliers, Code Nap. art. 789.

    En un sens contraire, être gagné par la prescription. La noblesse se prescrit par une possession immémoriale, Richelet.

HISTORIQUE

XVIe s. Faculté de rachat de rentes procedans de bail d'heritages, se prescrit par trente ans, Loysel, 512. Les gens d'eglise en prescrivent l'indemnité [d'un acquêt] par trente ans, et le droit d'amortissement par cent ans, Loysel, 725. Possesseur de malle-foi ne peut prescrire, Loysel, 730.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « prescrire »

Lat. præscribere, de præ, avant, et scribere, écrire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin praescribere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prescrire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prescrire prɛskrir

Citations contenant le mot « prescrire »

  • Il est impossible de prescrire, d'introduire ou d'inculquer des goûts. De Ilya Ehrenbourg / Un écrivain dans la Révolution
  • Quelques médecins portent si loin la circonspection que, pour ne pas s'exposer à tuer leurs malades, ils s'abstiennent de leur prescrire aucun remède curatif, et n'ordonnent que ce qui ne peut leur faire ni bien ni mal. De Henry Fielding / Tom Jones
  • Didier Raoult avait raison ; il fallait laisser aux médecins leur droit fondamental de prescrire librement et aux patients leur droit fondamental de choisir comment être soigné. Nous devrions être libres de prendre nos décisions, en tant que médecins ou en tant que citoyens et citoyennes. FranceSoir, EXCLUSIVITE : Et si Didier Raoult avait raison ? Traiter et laisser prescrire - partie 5
  • INTERVIEW : Après le communiqué de presse du 27 mai du Ministère de la Santé, plusieurs de nos lecteurs, nous ont posé la question suivante : comment interpréter ce communiqué de presse ? Est-ce que les médecins peuvent oui ou non prescrire le Plaquenil et si oui dans quel cadre ? Nous avons posé les questions à Me Philippe Krikorian qui nous répond : FranceSoir, INTERVIEW : les médecins peuvent-ils prescrire le Plaquenil? Me Krikorian répond.
  • Dit simplement : les patients habituellement traités avec de l’hydroxychloroquine y avaient toujours droit. Quant aux patients Covid, ils pouvaient se voir prescrire de l’hydroxychloroquine par leur médecin… mais cette prescription ne devait pas leur permettre d’obtenir le médicament en question dans leur pharmacie. Libération.fr, Covid-19 : la délivrance d'hydroxychloroquine est-elle de nouveau autorisée ? - Libération
  • Selon une source de Downing street citée par l’agence britannique de presse PA, cela pourrait prendre la forme de projets pilotes dans les quartiers en mauvaise santé, où les médecins pourront « prescrire des sessions de vélo », qui seront facilitées par l’apport de matériel et la création de pistes cyclables séparées. , Royaume-Uni : Le gouvernement dévoile un grand plan de lutte contre le surpoids
  • Dans les zones où une partie importante de la population est en surpoids, les médecins seront invités à prescrire de l'exercice, et notamment l'usage du vélo. Certains cabinets médicaux devront disposer de bicyclettes qu'ils pourront prêter à des groupes de soutien. Si les patients les utilisent suffisamment, ils seront autorisés à les garder. Les Echos, Le Royaume-Uni lance un plan vélo de plus de 2 milliards d'euros | Les Echos
  • L'hydroxychloroquine, médicament contre le paludisme, a été promu au début de la pandémie par Donald Trump. Celui-ci a ensuite déclaré qu'il en prenait de façon préventive avant, que les autorités sanitaires américaines recommandent de ne pas prescrire ce médicament aux malades du Covid-19, en raison des risques cardiaques possibles et en l'absence de bénéfices prouvés. Appelé à expliquer ce soutien renouvelé à ce traitement, Donald Trump a assuré avoir « beaucoup lu sur l'hydroxy » (sic), avant d'assurer que le dossier était devenu « politique ». Les Echos, Twitter suspend temporairement le compte de Donald Trump Jr | Les Echos
  • Cet antipaludique a été promu avec force par Donald Trump au début de la pandémie, mais plusieurs études scientifiques ont conclu à son absence d'efficacité. L'Agence américaine du médicament (FDA) a recommandé mi-juin de ne pas prescrire le médicament aux malades du Covid-19. LaProvence.com, France - Monde | Covid-19: Trump brouille le message et se pose en victime | La Provence

Images d'illustration du mot « prescrire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « prescrire »

Langue Traduction
Anglais prescribe
Espagnol prescribir
Italien prescrivere
Allemand verschreiben
Chinois 规定
Arabe وصفة
Portugais prescrever
Russe предписать
Japonais 処方する
Basque prescribe
Corse prescrivere
Source : Google Translate API

Synonymes de « prescrire »

Source : synonymes de prescrire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « prescrire »

Prescrire

Retour au sommaire ➦

Partager