Recommander : définition de recommander


Recommander : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RECOMMANDER, verbe trans.

A. − Empl. trans.
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.]
a) Recommander qqn à qqn
[Le suj. désigne une pers.] Qqn recommande qqn à qqn.Désigner quelqu'un à l'attention, à la bienveillance, aux soins de quelqu'un. L'évêque m'avait formellement promis de me recommander à Mgr Dupuis, évêque de Quatres, et de me faire recevoir au grand séminaire de cette ville (Billy,Introïbo, 1939, p. 93):
1. ... je montai sur un cheval que Saba-Cahil avait gracieusement mis à ma disposition, et je partis pour Birket-El-Karoum, précédé par un kaouas [= cavas, cawas] que le gouverneur envoyait avec moi pour me recommander au cheikh du village d'Abou-Gouçch où je devais coucher. Du Camp,Nil, 1854, p. 98.
[P. méton. du suj.] Une signature aussi respectable que celle de M. Berton pourrait encore recommander un article qui n'aurait par lui-même aucune espèce de valeur (Stendhal,Rossini, t. 1, 1823, p. 130).La chasse que recommande le chapitre XIV du Prince est devenue chasse au plaisir (Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 132).
[Le suj. désigne une chose] Plaider en faveur de, signaler à l'attention de quelqu'un. Le mobilier parfait et de très belles sacristies recommandent cet édifice à l'admiration attentive du passant sérieux (Verlaine,Souv. et fantais., 1896, p. 228).
b) RELIG. CATH.
Recommander qqn aux prières, aux aumônes des fidèles. ,,Exhorter à prier Dieu pour lui, à lui faire des charités`` (Ac. 1798-1935). Aux âmes dévotes de la paroisse de Véretz département d'Indre-et-Loire. On recommande à vos prières le nommé Paul-Louis, vigneron de La Chavonnière, bien connu dans cette paroisse (Courier,Pamphlets pol., Aux âmes dév. Véretz, 1821, p. 88).
Recommander qqn, qqc. au prône. Recommander quelqu'un ou quelque chose (aux prières, à la charité, à l'attention des fidèles) au cours du prône. Les Confrères ne jouèrent d'abord que de saints mystères (...). Cependant on ne s'en tint pas à ces plaisirs sérieux qui faisaient suite aux offices et étaient recommandés au prône comme de bonnes œuvres (Sainte-Beuve,Tabl. poés. fr., 1828, p. 176).Le curé de Doranges recommanda la vieille au prône, comme on le fait pour les malades (Pourrat,Gaspard, 1922, p. 20).Au fig. Attirer l'attention ou la malveillance sur quelqu'un. Nicolas doit passer dans quelques jours au conseil de révision; au lieu de solliciter sa réforme, mon général, sur la protection de qui les Tonsard comptent, n'a qu'à bien le recommander au prône (Balzac,Paysans, 1844, p. 216).
c) Recommander qqn à Dieu. Prier Dieu d'accorder ses grâces, sa protection à quelqu'un, de veiller sur quelqu'un. Je ne suis plus là pour veiller sur toi; mais je te recommande à Dieu, qui veille sur tous! (Dumas père, Antony, 1831, ii, 3, p. 179).« Ne pourrais-tu pas me recommander aussi à ton Dieu? » Alors, dit le docteur Crevaux, à tout hasard, je le baptisai (Barrès,Cahiers, t. 9, 1911, p. 143).[P. méton. de l'obj.] Repose-toi bien, mon Adèle, amuse-toi, et dis à tous mes petits bien-aimés de bien s'amuser et d'être bien heureux. Je pense à vous tous constamment et je recommande votre joie au bon Dieu (Hugo,Corresp., 1839, p. 564).
Recommander son âme à Dieu. Se sentir sur le point de mourir et prier Dieu d'avoir pitié de son âme. − Je vise à la tempe, continua la voix. Léon se crut mort. Il songea à sa femme, à son enfant, recommanda son âme à Dieu et s'apprêta à mourir (Ponson du Terr.,Rocambole, t. 3, 1859, p. 163).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose] Recommander qqc. à qqn; qqn recommande qqc.
a) Conseiller quelque chose à quelqu'un; indiquer à quelqu'un que quelque chose présente de l'intérêt, possède des qualités. Synon. préconiser.
[Le compl. est un subst.] Recommander un restaurant, un tailleur; recommander la marche, un régime. L'hôtel que me recommandait Bussy est fermé (Gide,Journal, 1940, p. 18):
2. Je me suis souvent demandé d'où venait à ma mère cette petite bibliothèque qui m'a formé et limité car je n'en suis jamais sorti. J'y vois quelques livres de dévotion recommandés certainement par les Jésuites de Nancy. Barrès,Cahiers, t. 1, 1896, p. 9
[Corresp. à recommandation B 3 b] Effectuer une recommandation. Le G.A.T.T. [General Agreement on Tariffs and Trade], dans son rapport de 1958, a recommandé la conclusion d'accords entre les pays industriels pour qu'ils accroissent ensemble leur capacité d'importer à partir des pays sous-devéloppés (Perroux,Écon. XXes., 1964, p. 577).
[Le compl. est un nom propre] Je vous recommande Canterbury. C'est une cathédrale à vous remuer et à vous ravir d'enthousiasme (Hugo,Corresp., 1828, p. 448).
[Le compl. est un inf. ou une prop.]
Recommander (à qqn) de + inf.Prier (quelqu'un) de. Je te recommande d'inviter la tante d'Henriette (...), c'est une politesse (Labiche,Edgard, 1852, i, 20, p. 250).
Recommander (à qqn) que.Demander de façon pressante que. Elle recommanda qu'on ne laissât entrer personne dans sa loge (A. France,Hist. comique, 1903, p. 296).
Tournure impers. Il est recommandé de.Il était recommandé de poser sans aucun retard (...) du barbelé « partout où il en manquait », en vue d'une attaque de l'ennemi (Romains,Hommes bonne vol., 1938, p. 151).
b) Exhorter (quelqu'un) à quelque chose, prier (quelqu'un) d'apporter son attention à quelque chose. Recommander la discrétion, la prudence. L'enfant regarda son père fixement; puis, oubliant la modestie recommandée par son confesseur: − Cochon! dit-elle, les dents serrées (Zola,Assommoir, 1877, p. 679).
Recommander le secret. Prier de garder le secret, de ne pas dévoiler quelque chose. Julien m'a recommandé le secret le plus absolu; ainsi, à dîner, ne fais pas la moindre allusion à cette Carolina. Il en parlera sans doute le premier; mais je serais désolé qu'il sût que je t'ai confié cette intrigue (Champfl.,Bourgeois Molinch., 1855, p. 170).
Recommander le silence. Exhorter quelqu'un à se taire, à ne pas faire de bruit. Matrena Pétrovna fit un signe de tête avec un mouvement de l'index qui fermait sa petite bouche naïve, comme on a accoutumé de faire avec le doigt et la bouche pour recommander le silence (G. Leroux,Roul. tsar, 1912, p. 11).
c) POSTES ET TÉLÉCOMM. Effectuer la recommandation d'un envoi postal. Recommander une lettre. Je tâcherai de t'envoyer le reste pour dimanche prochain. Au besoin, je recommanderai le paquet, le précieux paquet (Alain-Fournier,Corresp.[avec Rivière], 1907, p. 52).
3. [Corresp. à commander III] Commander à nouveau (quelque chose). Je recommandai à la bar-maid deux verres de wisky, et j'en offris un à l'étranger (Richepin,Cauchemars, 1892, p. 80).
En partic., vieilli. Recommander (une chose volée). ,,Avis qu'on donne aux orfèvres et autres marchands, pour qu'ils aient à retenir des objets volés, dans le cas où l'acquisition leur en serait proposée. Cet orfèvre a retenu des flambeaux d'argent, parce qu'ils lui avaient été recommandés`` (Ac. 1798-1878).
B. − Empl. pronom.
1. réfléchi
a) Se recommander à
Se recommander à qqn.[Formule de politesse qui signifiait autrefois une sollicitation de bienveillance] Adieu. J'embrasse le filleul et me recommande à ta femme (Lamart.,Corresp., 1831, p. 108).Il arriva devant la porte de la prison criminelle. Ses deux esclaves l'attendaient là. « (...) Le geôlier te salue et se recommande à toi » (Louÿs,Aphrodite, 1896, p. 228).
HIST. (haut Moy. Âge). Effectuer la cérémonie de la recommandation, faire l'acte de recommandation. V. recommandation ex. 1.
[P. méton. de l'obj.] Se recommander à qqc.J'embrasse vos petits enfants, et me recommande au souvenir de leur mère (Lamennais,Lettres Cottu, 1831, p. 232).Lorsque mes clients partaient, je ne manquais point de me recommander à leur reconnaissance (Vercel,Cap. Conan, 1934, p. 104).
Expressions
Se recommander à Dieu, à sa miséricorde. Prier Dieu d'avoir pitié de soi; implorer son secours, son assistance. Elle fait ses prières du soir, elle se recommande à Dieu (Balzac,U. Mirouët, 1841, p. 81):
3. ... durant sa traversée de mer le vaisseau avait été battu d'une furieuse tempête. Chacun des passagers, ne voyant plus nul espoir, se recommandait à la miséricorde de Dieu, lorsque soudainement le vent s'apaisa... Barante,Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 105.
Se recommander aux/à tous les saints/à toutes les saintes du Paradis. L'ardente fille (...) enlève la barre pesante de la porte, se recommande aux bonnes saintes, et part, comme le vent, dans la nuit qui transit le cœur (Lamart.,Cours litt., 1859, p. 300).
b) Se recommander de
Se recommander de qqn.Invoquer le nom d'une personne, sa réputation, ses qualités, afin de se faire connaître ou soutenir favorablement. Le soldat Jean le vit se recommander du Christ (Barrès,Cahiers, t. 10, 1913, p. 37).Une mortifiante déconvenue l'attendait chez les fournisseurs du marquis de Gesvres, son dernier oncle (...). Comme il se recommandait de celui-ci, le tailleur sortit quelques factures que le marquis avait négligé de payer (Gide,Caves, 1914, p. 821).
[P. méton. de l'obj.] Se recommander de qqc.Accueillant bien dans son château non-seulement ses voisins, mais tous les aventuriers (...) qui se recommandaient du titre de royalistes (Lamart.,Nouv. Confid., 1851, p. 111).
2. passif. Attirer l'attention; se distinguer, montrer sa valeur.
a) [Le suj. désigne une pers.] Léon de Lora, célèbre peintre de paysage, appartient à l'une des plus nobles familles du Roussillon, espagnole d'origine et qui, si elle se recommande par l'antiquité de la race, est depuis cent ans vouée à la pauvreté proverbiale des Hidalgos (Balzac,Comédiens, 1846, p. 299).
b) [Le suj. désigne une chose] Le Tobie de Rembrandt ne se recommande pas par les mêmes qualités que tels tableaux du Titien, dans lesquels la perfection des détails est loin de nuire à la beauté de l'ensemble (Delacroix,Journal, 1857, p. 49).La maison de Saville-Row, sans être somptueuse, se recommandait par un extrême confort (Verne,Tour monde, 1873, p. 4).
REM.
Recommandaresses, subst. fém. plur.,hist. ,,Femmes préposées par le lieutenant-général de police à Paris pour tenir un bureau de nourrices`` (Marion Instit. 1923). Aller chercher une nourrice aux recommandaresses, chez les recommandaresses (Ac.1798-1878).
Prononc. et Orth.: [ʀ əkɔmɑ ̃de], (il) recommande [-mɑ ̃:d]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 2emoit. xes. « livrer quelqu'un » (St Léger, éd. J. Linskill, 194), attest. isolée; 1. 1174-78 « conseiller quelque chose » sil reconmande l'Escriture (Etienne de Fougère, Manières, éd. R. Anthony Lodge, 362); en partic. a) 1668 recommander à qqn de + inf. « conseiller − souvent de façon pressante − à quelqu'un de faire quelque chose » (Molière, George Dandin, II, V); b) 1831 il est recommandé de (Nodier, Fée Miettes, p. 183); 2. 1280 recommander qqn « désigner une personne à la bienveillance, à la protection d'une autre » ici pronom. (Clef d'amour, éd. A. Doutrepont, 2074); 1284 [ms.] trans. (Brunet Latin, Trésor, éd. P. Chabaille, p. 70 [éd. Fr. J. Carmody, I, LXIX, p. 61: commander]); en partic. a) 1580 se recommander à Dieu (Montaigne, Essais, éd. Villey-Saulnier, I, 14, p. 52); b) 1690 recommander une personne au prône (Fur.); 1841 iron. (Balzac, Tén. affaire, p. 62); 3. ca 1370 « (d'une qualité, d'un acte...) plaider en faveur de quelqu'un, le rendre digne de considération » (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, II, 10, p. 167, note 7); 4. 1831 recommander un envoi, une lettre « les soumettre à la formalité de la recommandation postale » ici part. passé adj. par lettre recommandée (Lamart., Corresp., p. 126). Dér. de commander*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 1 799. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 343, b) 3 367; xxes.: a) 2 113, b) 1 561.
DÉR. 1.
Recommandant, part. prés. en empl. subst. masc.,dr. pénal. ,,En matière de contrainte par corps, auteur d'une recommandation`` (Cap. 1936). Synon. recommandataire (v. ce mot A).[ʀ əkɔmɑ ̃dɑ ̃]. 1reattest. 1936 id.; part. prés. subst. de recommander. Fréq. abs. littér.: 178.
2.
Recommandataire, subst. masc.a) Dr. pénal, vieilli. Synon. de recommandant (v. supra dér. 1). (Ds Rob., Lar. Lang. fr.).b) Dr. comm. ,,Personne que le tireur (ou l'un des endosseurs) charge de payer la lettre au cas où le tiré ne la paierait pas, et cela afin d'éviter le protêt et les recours qui en sont la suite (Soufflier)`` (Barr. 1967). Synon. besoin.Depuis la mise en usage de la domiciliation, le recommandataire ou besoin tend à disparaître (Banque1963). [ʀ əkɔmɑ ̃datε:ʀ]. 1resattest. a) 1800 « créancier d'un débiteur emprisonné et recommandé » (Boiste), b) 1930 « tiers ou garant d'un effet de commerce, désigné par une clause de recommandation insérée sur le titre, pour accepter ou payer par intervention si besoin » (Lar. comm.); de recommander d'après mandataire*.

Recommander : définition du Wiktionnaire

Verbe

recommander \ʁə.kɔ.mɑ̃.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se recommander)

  1. Ordonner à quelqu’un, prier avec instance quelqu’un de faire quelque chose, lui donner à ce sujet des instructions précises.
    • Le Concile de Mâcon (581) recommande aux chrétiens de racheter les esclaves chrétiens servent chez les juifs, pour le prix de 12 sols. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • J’ai recommandé à mes gens de vous obéir comme à moi-même.
    • On m’a recommandé de veiller sur lui, sur toutes ses démarches.
    • On m’a bien recommandé de vous assurer que…
    • Recommander le secret à quelqu’un, Lui ordonner ou le prier de garder le secret.
  2. Conseiller particulièrement quelque chose, exhorter une personne à quelque chose.
    • Le docteur Léo, de Varsovie, avait aussi recommandé cette préparation dans le choléra de Pologne, et il passait même à ses yeux pour un remède héroïque et presque spécifique. — (Du sous-nitrate de bismuth dans le traitement des diarrhées rebelles., dans Encyclographie des sciences médicales, Vol. 6 à 8, 1833, page 171)
    • […]; c'est ainsi qu'en 1872 un écrivain belge recom­mandait de remettre en honneur les exorcismes, qui lui semblaient être un moyen efficace pour combattre les révolutionnaires. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p.28)
    • […] on avait ajouté deux écriteaux réclames, dont l’un recommandait une montre à 3 fr. 95 et l’autre un tonique pour le système nerveux. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 20 de l’éd. de 1921)
    • Surtout n'y touche pas ! recommanda le brigadier. A la boîte, ils nous sonneraient les cloches pour nous être permis d'avoir bougé la vieille. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • A la même époque, Malcolm Flemyng, médecin à Édimbourg, recommande lui aussi, en 1760, de manger avec frugalité, de préférence une alimentation monotone, riche en légumes, racines et verdure, mais sans adjonction de beurre, […]. — (Gérard Apfeldorfer, Maigrir, c'est fou !, Éditions Odile Jacob, 2000, 2006)
  3. Désigner à l’attention, à la bienveillance, à la protection de quelqu’un.
    • Je vous ai recommandé un tel.
    • Je l’ai déjà recommandé à tous mes amis.
    • Je vous recommande mon affaire.
    • Je recommande cet homme à vos bontés.
    • Recommander quelqu’un aux prières, aux aumônes des fidèles, Exhorter à prier Dieu pour lui, à lui faire des charités.
    • Recommander quelqu’un au prône, Le recommander aux prières ou aux charités des paroissiens, en faisant le prône.
  4. (Figuré) (Familier) et par ironie,
    • Il a été bien recommandé au prône, On a dit beaucoup de choses contre lui à quelqu’un qui peut lui nuire.
    • Il recommande son âme à Dieu ou
    • Il se recommande à Dieu, Il réclame le secours de Dieu, il prie Dieu d’avoir pitié de lui.
  5. (Figuré) (Familier)
    • Il se recommande à tous les saints et saintes du paradis, Il implore l’assistance, la protection de tout le monde.
    • Se recommander à quelqu’un, à ses bontés, etc. Formule de sollicitation, et plus souvent de simple politesse.
    • Dites-lui que je me recommande bien à lui, que je me recommande à ses bontés, à son souvenir.
    • Cette personne, cette chose se recommande d’elle-même, Elle a assez de mérite, de valeur pour qu’il ne soit pas nécessaire de la vanter.
    • Le vrai mérite se recommande de lui-même.
  6. (Administration) Faire enregistrer à la poste une lettre, un paquet, pour envoi postal afin qu’ils soient remis au destinataire en mains propres, contre signature.
    • Recommander une lettre, un paquet.
    • Un imprimé recommandé.
  7. Rendre recommandable.
    • Il n’a rien fait encore qui puisse recommander son nom à la postérité.
    • Un grand nombre de vieux livres, étalés sous ces nouveautés, ne se recommandaient que par leur prix modique, - et je fus étonné d'y trouver beaucoup de livres français. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Angélique, 1854)
  8. Commander de nouveau.
    • Il recommanda du thé et Catrin accepta de manger quelques buns. — (Exbrayat, Les blondes et papa, 1961)
  9. (Pronominal) Invoquer en sa faveur le nom, le témoignage de quelqu’un ; attester qu’on en est connu.
    • Il fut relâché parce qu’il se recommanda de l’ambassadeur.
    • Vous pouvez vous recommander de moi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Recommander : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RECOMMANDER. v. tr.
Ordonner à quelqu'un, prier avec instance quelqu'un de faire quelque chose, lui donner à ce sujet des instructions précises. J'ai recommandé à mes gens de vous obéir comme à moi-même. On m'a recommandé de veiller sur lui, sur toutes ses démarches. On m'a bien recommandé de vous assurer que... Recommander le secret à quelqu'un, Lui ordonner ou le prier de garder le secret.

RECOMMANDER signifie aussi Conseiller particulièrement quelque chose, exhorter une personne à quelque chose. On lui a recommandé d'être sage. Recommander à ses enfants d'aimer la vertu, de fuir le vice. On m'a recommandé la lecture de ce livre. Il signifie encore Désigner à l'attention, à la bienveillance, à la protection de quelqu'un. Je vous ai recommandé un tel. Je l'ai déjà recommandé à tous mes amis. Je vous recommande mon affaire. Je recommande cet homme à vos bontés. Recommander quelqu'un aux prières, aux aumônes des fidèles, Exhorter à prier Dieu pour lui, à lui faire des charités. Recommander quelqu'un au prône, Le recommander aux prières ou aux charités des paroissiens, en faisant le prône. Fig., fam. et par ironie, Il a été bien recommandé au prône, On a dit beaucoup de choses contre lui à quelqu'un qui peut lui nuire. Il recommande son âme à Dieu ou Il se recommande à Dieu, Il réclame le secours de Dieu, il prie Dieu d'avoir pitié de lui. Fig. et fam., Il se recommande à tous les saints et saintes du paradis, Il implore l'assistance, la protection de tout le monde. Se recommander à quelqu'un, à ses bontés, etc. Formule de sollicitation, et plus souvent de simple politesse. Dites-lui que je me recommande bien à lui, que je me recommande à ses bontés, à son souvenir. Cette personne, cette chose se recommande d'elle-même, Elle a assez de mérite, de valeur pour qu'il ne soit pas nécessaire de la vanter. Le vrai mérite se recommande de lui-même. En termes d'Administration postale, Recommander une lettre, un paquet, Faire enregistrer à la poste une lettre, un paquet afin qu'ils soient remis au destinataire en mains propres, contre signature. Un imprimé recommandé.

RECOMMANDER signifie encore Rendre recommandable. Il n'a rien fait encore qui puisse recommander son nom à la postérité.

SE RECOMMANDER DE signifie Invoquer en sa faveur le nom, le témoignage de quelqu'un; attester qu'on en est connu. Il fut relâché parce qu'il se recommanda de l'ambassadeur. Vous pouvez vous recommander de moi.

Recommander : définition du Littré (1872-1877)

RECOMMANDER (re-ko-man-dé) v. a.
  • 1Prier d'être favorable à, en parlant des personnes pour qui on s'intéresse. On recommande quelquefois des gens qui ne méritent pas d'être recommandés. Recommander quelqu'un chaudement.

    Absolument. Vous savez que souvent on aime mieux celle à qui on recommande que celle pour qui on parle, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 17 fév. 1716.

    Fig. Il est bon en pareille occasion de plaire un peu aux yeux ; ils vous recommandent au cœur, Marivaux, Marianne, 3.

    Recommander son âme à Dieu, prier Dieu d'avoir pitié de l'âme.

    Recommander quelqu'un aux prières, aux aumônes des fidèles, exhorter à prier pour lui, à lui faire quelque charité.

    Recommander quelqu'un au prône, le recommander aux prières ou aux charités des paroissiens, en faisant le prône.

    Fig. et familièrement. Il a été bien recommandé au prône, on a dit beaucoup de choses contre lui, à quelqu'un qui peut lui nuire.

    Il a été bien recommandé au prône, se dit aussi quelquefois d'un homme à qui il arrive coup sur coup plusieurs malheurs.

    Populairement. Nuire à quelqu'un par ses paroles. Il t'a bien recommandé au logeur (comme mauvaise paye).

  • 2Il se dit des choses auxquelles on prie de faire attention, de donner des soins. Il vous a recommandé son affaire. Ayant sur lui tout le gouvernement de son peuple, il [Louis XIV] lui donna [à M. Montausier] toute la conduite de son fils ; il lui recommanda le soin de l'instruction, et se chargea des grands exemples, Fléchier, Duc de Mont. J'attends Antiochus pour lui recommander Ce dépôt précieux que je ne puis garder, Racine, Bérén. II, 2. Vous sentez bien que je n'ai pu me dispenser d'instruire Mme la duchesse du Maine, que j'ai fait ce Catilina qu'elle m'avait tant recommandé, Voltaire, Lett. d'Argental, 28 août 1749.
  • 3Rendre recommandable. Rien ne le recommande. Sans aïeux dont la gloire pût le recommander. C'étaient des jeux funèbres, où, devant un tombeau chargé de trophées et de lauriers, ils recommandaient à l'avenir la mémoire d'un homme vaillant et juste qui avait vécu et qui était mort pour son pays, Marmontel, Œuv. t. IX, p. 3.
  • 4Ordonner à quelqu'un, charger quelqu'un de faire quelque chose. On m'a recommandé de veiller sur lui.

    Exhorter à, conseiller fortement. On lui a recommandé d'être sage. Recommandez-lui de se bien soigner. Je vous recommande d'être prudent. De quoi leur parlaient-ils plus souvent ? des bonnes œuvres ; que leur recommandaient-il plus fortement ? les bonnes œuvres, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 185.

    Recommander le secret à quelqu'un, lui ordonner ou le prier de garder le secret.

  • 5Recommander un prisonnier, retenir un prisonnier par un nouvel écrou. Il croyait sortir de prison ; mais un créancier est survenu qui l'a recommandé. … Quand même le prisonnier serait recommandé par plusieurs créanciers… un débiteur emprisonné, étant recommandé par quinze, vingt ou trente créanciers…, Lett. etc. de Colbert, VI, p. 61. … Mais que ses affaires s'étant dérangées, il a été arrêté prisonnier, et recommandé pour différentes sommes, Arrêt du cons. d'État, 1er août 1702.
  • 6Anciennement, donner avis aux orfévres et autres marchands qu'ils aient à retenir des objets volés, si on les leur porte à acheter. Le brocanteur à qui l'on avait recommandé certains meubles, les retint.
  • 7Se recommander, v. réfl. Réclamer le secours, la protection, les bons offices de quelqu'un. [Le saint abbé Winwalaeus] après avoir assemblé ses frères pour se recommander à leurs prières, Bossuet, Déf. trad. sur la communion, II, 14.

    Se recommander à Dieu, réclamer le secours de Dieu.

    Fig. Il se recommande à tous les saints et saintes du paradis, il implore la protection de tout le monde.

    Formule de politesse. Dites-lui que je me recommande bien à lui, que je me recommande à ses bontés. En terminant une lettre : Je me recommande à votre souvenir.

  • 8Se recommander de quelqu'un, invoquer en sa faveur le témoignage de quelqu'un, ou dire qu'on en est connu. Vous pourrez vous recommander de moi.
  • 9Se recommander, être recommandable. Cet homme ne se recommande par rien. Le vrai mérite se recommande de lui-même.
  • 10 Terme de féodalité. Faire l'acte dit recommandation. Quand les fiefs étaient à vie, on se recommandait pour un fief, Montesquieu, Esp. XXXI, 33. Celui qui tue un homme libre, est-il dit dans la loi des Bavarois, paiera la composition à ses parents, s'il en a, et, s'il n'en a point, il la paiera au duc, ou à celui à qui il s'était recommandé pendant sa vie, Montesquieu, ib. XXX, 22.

HISTORIQUE

XIe s. Ferez [frappez], Franceis, car jel vus recumenz, Ch. de Rol. CXLII.

XIIIe s. Li vesques fist les ames à Dieu recomander, Ch. d'Ant. VI, 1069. Diex l'ama tant [saint Jean l'évangéliste] que, à sa mort, li recommanda il sa mere, Latini, Trésor, p. 70.

XIVe s. Trop celer ou neer ou trop appeticier son bienfait ou ce dont l'en doit estre loé et recommandé, c'est un vice contraire à vanterie, Oresme, Eth. 50.

XVe s. Messire Jean Chandos, qui, depuis, de prouesse et de chevalerie fut plus recommandé que nul chevalier de son temps, Froissart, I, I, 92. Or vous dirai une grande appertise d'armes… que on doit bien tenir et recommander à sage fait d'armes…, Froissart, I, I, 150.

XVIe s. On y recommende estroictement la loyauté pendant le mariage, Montaigne, I, 111. Il l'exhortoit de se recommender à Dieu, Montaigne, I, 297. Cet exemple suffira pour recommender la prudence et l'affection d'un si bon pere, Montaigne, I, 195. Se recommandants à leurs amis…, Montaigne, I, 295. Une femme qui ne se recommande que par son aage ou par son riz [ris]…, Montaigne, III, 284. À la fin il recommanda les affaires de sa maison à Caesar, et s'en partit de l'Italie avec Octavia sa femme, Amyot, Anton. 40. Et apportant ses enfans en public, supplia le peuple de les vouloir avoir pour recommandez eulx et leur mere, Amyot, Gracq. 19. De prescheur qui se recommande, en tout temps bonheur nous defende, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Recommander : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RECOMMANDER, v. act. (Gramm.) il se dit des choses & des personnes. On recommande à son enfant de fuir les mauvaises compagnies. On recommande un homme à un autre. On se recommande à Dieu & à la sainte Vierge. On se recommande à tous les saints dans le péril, &c.

Recommander, (Jurisprud.) Voyez l’article Recommandation.

Recommander, (Commerce.) Voyez l’article suiv.

Recommander une chose volée, (Comm.) c’est faite courir chez les marchands qui pourroient l’acheter, des billets contenant sa nature, sa qualité, sa forme, &c. afin que si elle leur étoit apportée, ils pussent la retenir & en donner avis. On m’a volé une montre d’or à répétition ; je l’ai fait recommander chez les horlogers. Dictionn. de Comm. & Trév.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « recommander »

Étymologie de recommander - Littré

Re…, et commander ; wallon, rikmandé ; provenç. recommandar ; catal. recomanar ; espagn. recomendar ; ital. raccommandare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de recommander - Wiktionnaire

De commander, avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « recommander »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
recommander rœkɔmɑ̃de play_arrow

Conjugaison du verbe « recommander »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe recommander

Citations contenant le mot « recommander »

  • Évaluez votre réseau existant : qu’il s’agisse de vos relations LinkedIn, de vos anciens collègues, de votre famille, de vos amis, de vos connaissances… envoyez-leur un e-mail ou un message pour les informer de vos projets, de votre objectif professionnel et des compétences que vous pouvez mettre en avant auprès de potentiels employeurs. Essayez également de rencontrer des personnes qui pourraient vous embaucher ou vous recommander, via une mise en relation ou en leur passant un appel. Il est également temps de demander des lettres de référence si vous ne l’avez pas fait auparavant. Pour établir une véritable relation avec vos nouveaux contacts, restez disponible afin qu’ils aient envie de vous aider, et soyez empathique en raison du contexte actuel. Maddyness - Le Magazine sur l’actualité des Startups Françaises, En pleine crise économique, comment optimiser votre recherche d'emploi ?
  • D'abord réticent, le Danemark a annoncé jeudi recommander le port du masque dans certaines circonstances, notamment en cas de soupçon de contamination au nouveau coronavirus. «Le masque peut être utilisé pour protéger les autres dans certaines situations, quand les autres outils pour empêcher la contamination ne suffisent pas», a indiqué la directrice adjointe de l'Agence nationale de santé (Sundhedsstyrelsen) Helene Probst, citée dans un communiqué. Le Figaro.fr, Covid-19: d'abord réticent, le Danemark commence à recommander le port du masque
  • « l'OMS reconnaît depuis quelques jours un risque sérieux de transmission aérosol du virus », le ministre de la Santé dit recommander « le port du masque, notamment quand il y a une concentration de personnes », dans la rue, a lancé Olivier Véran, en déplacement ce mercredi.  Une annonce qui devrait accélérer le processus administratif en terme d'extension des recommandations et obligations, et ce d'autant plus que de nombreux indices sanitaires laissent présager une nouvelle vague, bien plus vite que celle qu'on espérait ne pas voir.  Info Chalon, Chalon-sur-Saône | CORONVIRUS - Après les lieux clos, Olivier Véran recommande le port du masque en extérieur Info Chalon l'actualité de Info Chalon
  • L’infectiologue marseillais reconnaît en revanche qu’il est interdit de recommander le produit au public, et jure s’être abstenu de le faire. Une déclaration que de nombreux internautes ont décrété mensongère. Sur les réseaux sociaux, ont été exhumés des articles de presse dans lesquels le professeur déclarait à 20 Minutes au mois de février, «ça serait honnêtement une faute médicale que de ne pas donner de la chloroquine au coronavirus chinois», ajoutant que «pour pas donner de la chloroquine, il faut être farci», ou encore au Parisien en mars : «Avec mon équipe, nous estimons avoir trouvé un traitement [hydroxychloroquine et azithromycine, ndlr]. Et sur le plan de l’éthique médicale, j’estime ne pas avoir le droit en tant que médecin de ne pas utiliser le seul traitement qui a jusqu’ici fait ses preuves. Je suis convaincu qu’à la fin tout le monde utilisera ce traitement.» Libération.fr, Est-il vrai que Didier Raoult n'a jamais recommandé l’hydroxychloroquine comme traitement ? - Libération
  • Face au coronavirus, la Suède avait choisi une stratégie moins stricte, qui a laissé ses voisins sceptiques sur son bilan (plus de 80.000 cas et 5.700 décès). Mais dans le refus de recommander le port des masques, les pays nordiques ont été unanimes, même si les interrogations émergent ces derniers jours. , RTL 5minutes - Santé: Le masque n'est toujours pas recommandé dans les pays nordiques
  • Olivier Véran est allé encore plus loin mercredi 29 juillet. Lors d’un déplacement dans la ville de Buc (Yvelines), le ministre de la Santé a profité d’une séance de questions avec la presse pour "recommander" le port du masque à l’extérieur. "Depuis quelques jours, il y a une augmentation de l’activité virale dans certains endroits de notre pays", a-t-il ajouté, avant de préciser : "L’Organisation mondiale de la Santé reconnaît depuis quelques jours un risque sérieux de transmission aérosol du virus, notamment quand il y a des concentrations de personnes. Quand vous êtes dans la rue où il y a plusieurs personnes qui se baladent, je recommande le port du masque dans ces cas-là". Planet, "Je recommande le port du masque dans la rue" : que sous-entend la phrase d’Olivier Véran ?
  • Après les avertissements de Paris et la quarantaine imposée par Londres à ceux qui rentrent d'Espagne, c'est au tour de Berlin de recommander de ne pas voyager vers la Catalogne et la Navarre. La remontée des contagions place l'Espagne dans le collimateur de ses voisins. Peu touchées par la pandémie, les îles Baléares et Canaries demandaient la constitution de corridors spéciaux pour faciliter la venue de touristes britanniques. Ce que Londres a refusé mardi. Les Echos, Espagne : L'Allemagne recommande à son tour d'éviter de se rendre en Catalogne | Les Echos
  • Si vous voulez un conseil, je vous recommanderais plutôt les vices. Ils sont plus fidèles que les amis. De Armand Salacrou / Sens interdit

Images d'illustration du mot « recommander »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « recommander »

Langue Traduction
Corse cunsigliatu
Basque gomendatzen
Japonais お勧め
Russe рекомендовать
Portugais recomendar
Arabe يوصي
Chinois 推荐
Allemand empfehlen
Italien raccomandare
Espagnol recomendar
Anglais recommend
Source : Google Translate API

Synonymes de « recommander »

Source : synonymes de recommander sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « recommander »



mots du mois

Mots similaires