La langue française

Précepte

Sommaire

  • Définitions du mot précepte
  • Étymologie de « précepte »
  • Phonétique de « précepte »
  • Citations contenant le mot « précepte »
  • Traductions du mot « précepte »
  • Synonymes de « précepte »

Définitions du mot « précepte »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRÉCEPTE, subst. masc.

A. − Proposition, prescription énonçant un enseignement, une conduite à suivre, une règle (ou un ensemble de règles) à observer, généralement formulée par une autorité incontestée dans un domaine précis (science, arts, lettres, philosophie, etc.). Synon. leçon, loi, maxime, principe, règle.Précepte éthique, moral; précepte(s) de l'art, de la philosophie; précepte de conduite, de sagesse, de théorie; donner, pratiquer des préceptes; les préceptes de Descartes, de Pythagore. Les préceptes sont comme des hypothèses dont nous avons à vérifier la vérité; et l'obscure clarté de la conscience est destinée à devenir (...) la pleine lumière de la science (Blondel, Action,1893, p.420).Jusqu'au XIIèmesiècle la peinture est réglée par des préceptes fixes destinés à maintenir l'orthodoxie de toutes ses significations (Barlet, Lejay, Art de demain,1897, p.53):
1. Méthodes, poétiques bien définies, canons et proportions, règles de l'harmonie, préceptes de composition, formes fixes, ne sont pas (...) des formules de création restreinte. Leur objet profond est d'appeler l'homme complet et organisé (...) à s'imposer dans la production des ouvrages de l'esprit. Valéry, Variété V,1944, p.87.
Rem. On trouve souvent l'assoc. précepte/exemple, d'où les expr. suiv.: Doué d'un grand génie pour les sciences, il [Descartes] joignit l'exemple au précepte, en donnant la méthode de trouver, de reconnaître la vérité (Condorcet, Esq. tabl. hist., 1794, p.144). Donner l'exemple et le précepte (Delacroix, Journal, 1874, p.279).
RELIGION
1. Commandement de Dieu ou de l'Église, généralement contenu dans les Écritures saintes, auquel chaque fidèle est tenu de se conformer strictement. Précepte chrétien, divin, évangélique, religieux; précepte de charité, de l'Église, du christianisme; les préceptes du Décalogue. [Le] Christ qui a résumé sa doctrine dans ces deux préceptes: «Aimez-vous les uns les autres!» −«Croissez et multipliez!» (Romains, Copains,1913, p.232).Ce sont les préceptes de l'Évangile (...) qui m'ont inculqué le doute de ma valeur propre, le respect d'autrui, de sa pensée, de sa valeur (Gide, Journal,1933, p.1176):
2. ... le christianisme, universel par ses dogmes, par son culte, par ses préceptes, c'est-à-dire comme loi d'ordre et de vérité, est encore par la constitution divine de l'Église, l'institution sociale universelle. Lamennais, Religion,1826, p.196.
Rem. S'oppose à conseil, qui, en matière de religion ne constitue pas une obligation mais seulement une recommandation (v. conseil I B 3): L'un [Grégoire VII] insiste sur l'observation des préceptes, l'autre [Bérulle] ne parle guère que des conseils (Bremond, Hist. sent. relig., t.3, 1921, p.158).
[En mauvaise part] Comment osez-vous (...) parler de morale, vous dont le chef a pratiqué la licence et prêché le scandale? Vous dont le premier précepte est l'homicide et la guerre? (Volney, Ruines,1791, p.320).
2. Règle monastique particulière à un ordre religieux. Elles aussi [les Bénédictines], se lèvent à deux heures pour chanter matines; c'est un ordre de réparation qui suit les préceptes de saint Benoît dans leur rigueur la plus stricte (Huysmans, Oblat,t.2, 1903, p.50).
Précepte formel. ,,Précepte plus solennel fait par un supérieur religieux à l'un de ses religieux, selon une forme canonique déterminée, et obligeant immédiatement et gravement le sujet en vertu de son voeu`` (Foi t.1 1968). Le précepte formel donne seulement au précepte une plus grande netteté et clarté, et une fermeté sans ambages (Foit.11968).
B. − Conseil, recommandation dicté(e) par la sagesse et l'expérience. Précepte familial; précepte dicté par la sagesse, la raison; donner, suivre un précepte; les préceptes (de qqn). J'avancerai, comme un précepte appuyé d'une longue expérience, que, pour se plaire dans cet état de la vie [la vieillesse], il ne faut pas y arriver tout neuf (Jouy, Hermite,t.3, 1813, p.217).C'est ainsi que de l'épreuve de la vie sortent des maximes, des préceptes empiriques, des «moralités» populaires qui semblent résumer la sagesse des siècles et des nations (Blondel, Action,1893p.282):
3. Fabrice suivant le sage précepte de son amie la vivandière qui, la veille au matin, lui disait qu'il fallait piquer et non sabrer, abaisse la pointe de son grand sabre droit et fait mine d'en porter un coup à celui qui veut forcer la consigne. Stendhal, Chartreuse,1839, p.65.
REM.
Préception, subst. fém.,hist. (sous les Francs). Lettre ou édit royal permettant aux juges d'enfreindre les lois ou les coutumes en vigueur. En l'année 582, une préception royale (...) ordonnait que tous les Juifs domiciliés à Paris fussent baptisés (Thierry, Récits mérov.,t.2, 1840, p.325).
Prononc. et Orth.: [pʀesεpt]. Ac. 1694, 1718: precepte; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist.1. 1119 «commandement, ordre» precept (Philippe de Thaon, Comput, éd. E. Mall, 519); 2. 1546 «enseignement, règle de conduite» (Est.); 1665 préceptes moraux (La Fontaine, Ballades et Rondeaux, éd. Ad. Regnier, IX, 23); 3. 1688 «principes, fondement de quelque langue» (Rich. t.2). Empr. au lat. praeceptum «leçon, règle; commandement, prescription», dér. de praecipio «prendre le premier; recommander, prescrire». Fréq. abs. littér.: 795. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1888, b) 817; xxes.: a) 954, b) 757. Bbg. Gohin 1903, p.261 (s.v. préception).

Wiktionnaire

Nom commun

précepte \pʁe.sɛpt\ masculin

  1. Règle ; leçon ; enseignement.
    • Le maître de danse lui fit observer, avec toute la politesse possible, qu'on devait dire le coude-pied, parce que , disait-il , en joignant l'exemple au précepte, le pied fait le coude en cet endroit. — (Alexandre Boniface, Manuel des amateurs de la langue française, 1re année, 1813, Paris : chez l'auteur, chez Pillet, chez Le Normant, chez Périsse & Compère, chez Alex. Johanneau, de l'Imprimerie Pillet, 1814, p. 151)
    • Le gracieuse négligence, la hardiesse naïve de la Fontaine furent inappréciées par le grand roi ; mais le froid et correct Boileau donna à la poésie des préceptes tels que Louis les auraient donnés lui-même — (Théophile Lavallée, Histoire des Français depuis le temps des Gaulois jusqu'en 1830, Paris, Charpentier, 1858, 20e éd., t.3, chap.4, p.283)
    • « Ils sont partis par-là.
      — Selon les préceptes du commodore Holmes : « Si un criminel part dans une direction, cherchez-le dans la direction opposée. » »
      — (Les Nouvelles Aventures de Lucky Luke, 2001, épisode 3)
  2. (Philosophie) Ce qui ne peut pas ne pas être autrement. Référence nécessaire
  3. (Religion) Commandement et, surtout, commandement de Dieu, ou commandement de l’Église, etc.
    • Il en est résulté une conviction profonde que le salut dépendait de l’accomplissement rigoureux du précepte, et que ce précepte lui-même avait été établi par Dieu, […]. — (Anonyme, Le Clergé en Espagne, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Pour l’essentiel, les Gâtineaux se situent dans la norme catholique en observant et respectant massivement les grands préceptes de l’Église de la Contre-Réforme. — (Jacques Peret, Les paysans de Gâtine poitevine au XVIIIe siècle, Geste éditions, 1998, p. 238)
    • Pour Almaengien, le Grand Maître de la secte adamite dont Bosch n'a fait que suivre les préceptes, la notion du péché originel n'existe pas. — (Jérôme Peignot, Les jeux de l'amour et du langage, page 134, 2009)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRÉCEPTE (pré-sè-pt') s. m.
  • 1Ce qui est recommandé comme règle et enseignement. Que penses-tu que soit un art ? un recueil de préceptes qu'on met en pratique pour une fin utile à la vie de l'homme, Perrot D'Ablancourt, Lucien, Parasite. Les vieillards aiment à donner de bons préceptes, pour se consoler de n'être plus en état de donner de mauvais exemples, La Rochefoucauld, Réfl. 93. Ses exemples n'affaiblissaient pas ses préceptes, Fléchier, Duc de Mont. Les préceptes ne sont autre chose que des observations qu'on a faites sur ce qu'il y avait de beau et de défectueux dans les discours qu'on entendait, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. XI, 2e part. p. 649, dans POUGENS. Les préceptes sont toujours venus après l'art ; Tisias fut le premier qui recueillit les lois de l'éloquence, dont la nature donne les premières règles, Voltaire, Dict. philos. Éloquence. L'Art poétique de Boileau est admirable, parce qu'il dit toujours agréablement des choses vraies et utiles, parce qu'il donne toujours le précepte et l'exemple, Voltaire, Dict. phil. Art politique. Un choix de préceptes moraux tirés de Sénèque, et mis en ordre par un habile professeur, fournirait d'excellentes leçons de sagesse à de jeunes élèves, Diderot, Claude et Nér. I, 122. Puissiez-vous donner encore longtemps l'exemple et le précepte ! D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 27 nov. 1777. J'ai déjà dit, Monseigneur, que les préceptes ne nous apprennent jamais mieux ce qu'il faut faire, que lorsqu'ils nous font remarquer ce qu'il faut éviter, Condillac, Art d'écr. II, 1.
  • 2Commandement. Les lois humaines, faites pour parler à l'esprit, doivent donner des préceptes et point de conseils, Montesquieu, Espr. XXIV, 7. La religion, faite pour parler au cœur, doit donner beaucoup de conseils et peu de préceptes, Montesquieu, ib.

    Particulièrement, commandements de Dieu, de l'Église, et ce qui est ordonné par l'Évangile. En vérité, les préceptes chrétiens sont les plus pleins de consolations ; je dis plus que les maximes du monde, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 7. Un roi sage, ainsi Dieu l'a prononcé lui-même… Craint le Seigneur son Dieu, sans cesse a devant lui Ses préceptes, ses lois, ses jugements sévères, Racine, Athal. IV, 2. C'est un commencement de salut que d'accomplir le précepte, Massillon, Carême, Motifs de conv. Que deviendraient les peines et les récompenses, les menaces et les promesses, en un mot tous les préceptes de la loi, s'il ne dépendait pas de l'homme de les accomplir ou de les violer ? Diderot, Opin. des anc. phil. (juifs).

HISTORIQUE

XIIe s. Citeains i mist et borjois ; Si lor dona preceps et lois, Que pais et concorde tenissent, Brut, 1292. Deus le m'a dit, que je murrai, Quant son precept trespasserai, Adam, mystère, p. 14.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PRÉCEPTE. - HIST. Ajoutez :

XIVe s. La mer, qui est aspre et amere, Senefie, c'est chose clere, Les aspres precès de la loy, Macé, Traduction de la Bible, f° 1, verso, 1re col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « précepte »

Emprunté au latin praeceptum (« précepte, leçon, règle »), dérivé de praecipere signifiant « prendre avant, prendre le premier » ou encore « recommander », « conseiller », « prescrire » [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. praeceptum, de praecipere, commander, qui vieut de prae, en avant, et capere, prendre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « précepte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
précepte presɛpt

Citations contenant le mot « précepte »

  • La difficulté n'est pas d'aimer son prochain comme soi-même, c'est de s'aimer soi-même assez pour que la stricte observation du précepte ne fasse pas tort au prochain. De Georges Bernanos / Les Enfants humiliés
  • « J’ai toujours considéré qu’il ne fallait pas dans une démocratie vivace des professionnels de la politique, mais des professionnels en politique. Ce précepte je me l’applique aujourd’hui à moi-même », a-t-elle ajouté. , Gouvernement Castex : Absente du casting, Sibeth Ndiaye quitte la politique
  • Au lieu de ce grand nombre de préceptes dont la logique est composée, je crus que j'aurais assez des quatre suivants, pourvu que je prisse une ferme et constante résolution de ne manquer pas une seule fois à les observer. Le premier était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle : c'est-à-dire d'éviter soigneusement la précipitation et la prévention, et de ne comprendre rien de plus en mes jugements que ce qui se présenterait si clairement et si distinctement à mon esprit que je n'eusse aucune occasion de le mettre en doute. Le second, de diviser chacune des difficultés que j'examinerais en autant de parcelles qu'il se pourrait, et qu'il serait requis pour les mieux résoudre. Le troisième, de conduire par ordre mes pensées, en commençant par les objets les plus simples et les plus aisés à connaître, pour monter peu à peu comme par degrés jusques à la connaissance des plus composés : et supposant même de l'ordre entre ceux qui ne se précèdent point naturellement les uns les autres. Et le dernier, de faire partout des dénombrements si entiers et des revues si générales que je fusse assuré de ne rien omettre. René Descartes, Discours de la méthode
  • Les vieillards aiment à donner de bons préceptes pour se consoler de n'être plus en état de donner de mauvais exemples. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • N'est-il pas étrange de voir les hommes combattre si volontiers pour leur religion et vivre si peu volontiers selon ses préceptes ? Georg Christoph Lichtenberg, Aphorismes Aphorismen
  • Longue est la route par le précepte, courte et facile par l'exemple. De Sénèque
  • Le premier précepte d'un roi, c'est de savoir supporter la haine. De Sénèque / Hercule furieux
  • Presque en toutes choses, les préceptes valent moins que l’expérience. De Quintilien
  • Le chemin est long par les préceptes et court par les exemples. De François des Rues / Les Marguerites françaises
  • Qu'est-ce qui, dans les préceptes de la science, empêche les savants de faire le mal ? De Carl Sagan / Contact
  • Une morale nue apporte de l'ennui ; le conte fait passer le précepte avec lui. De Jean de La Fontaine
  • Quiconque recueille avec foi un simple précepte, est digne de recevoir l'esprit saint. De Le Talmud / Mekh
  • Il n'y a qu'un précepte : s'aimer. Aimer les autres est un a posteriori. De Michèle Mailhot / Le passé composé
  • Sans doute, est-il bien peu de préceptes de sagesse qui, pris sous un certain biais, ne semble folie. De André Gide / Journal
  • S’ils sont souvent présents à notre esprit, les bons préceptes vous seront aussi profitables que les bons exemples. De Sénèque
  • Détourne-toi des préceptes de ceux qui spéculent sur le monde mais dont les raisons ne sont pas confirmées par l’expérience. De Léonard de Vinci
  • Les vieillards aiment à donner de bons préceptes pour se consoler de n’être plus en état de donner de mauvais exemples. De François de La Rochefoucauld / Maximes
  • N'est-il pas étrange de voir les hommes combattre si volontiers pour leur religion et vivre si peu volontiers selon ses préceptes ? De Georg Christoph Lichtenberg / Aphorismes
  • Mieux vaut prévenir que guérir. Convaincus que ce précepte est aussi valable pour l’habitation, le néo-assureur Luko et Netatmo, la filiale de Legrand spécialisée dans les objets connectés pour la maison, ont développé une offre commerciale commune. Les clients de Netatmo pourront bénéficier d’une remise de 10% sur leur assurance habitation chez Luko. L’offre est toutefois réservée aux utilisateurs d’un système complet de surveillance de la maison, comprenant une alarme sonore, une caméra de surveillance et trois détecteurs d’ouverture de porte et/ou de fenêtre. Le Figaro.fr, Luko et Netatmo associent les caméras de surveillance à l’assurance habitation

Traductions du mot « précepte »

Langue Traduction
Anglais precept
Espagnol precepto
Italien precetto
Allemand gebot
Chinois 戒律
Arabe مبدأ
Portugais preceito
Russe предписание
Japonais 戒律
Basque manua
Corse prece
Source : Google Translate API

Synonymes de « précepte »

Source : synonymes de précepte sur lebonsynonyme.fr
Partager