La langue française

Maxime

Sommaire

  • Définitions du mot maxime
  • Étymologie de « maxime »
  • Phonétique de « maxime »
  • Citations contenant le mot « maxime »
  • Images d'illustration du mot « maxime »
  • Traductions du mot « maxime »
  • Synonymes de « maxime »

Définitions du mot maxime

Trésor de la Langue Française informatisé

MAXIME, subst. fém.

A. − Précepte, principe de conduite, règle morale. Maxime fondamentale, générale, obligatoire, principale, sévère; maxime de conduite; suivre des maximes. Plus les monarques sont faibles, plus ils sont fidèles à quelques maximes de fermeté qui leur ont été données dès leur enfance (Staël, Consid. Révol. fr., t.1, 1817, p.83).Cet homme d'humeur gaie et légère (...) avait pour maxime de jouir du présent et de prendre toujours la vie du côté agréable (Thierry, Récits mérov., t.2, 1840, p.269).On rencontre des familles qui diffèrent beaucoup les unes des autres par les règles et les maximes de la vie en commun (Alain, Propos, 1907, p.9):
1. Ma maxime la plus chérie est de ne jamais rien demander à ceux qui m'offrent... Autant je suis touché de tout ce qu'on m'accorde, autant je le suis peu de ce qu'on me fait accepter. Guéhenno, Jean-Jacques, 1952, p.288.
PHILOS. [Chez Kant] Principe choisi librement par un individu et d'après lequel il dirige sa conduite. Anton. loi.Maxime de la morale kantienne:
2. ... une telle loi ne peut être empruntée ni chez Épicure à l'intelligence qui conçoit les essences individuelles, ni chez Spinoza à l'imagination qui appréhende la durée (...) ni chez Kant aux maximes empiriques et changeantes du sentiment. J. Vuillemin, Essai signif. mort, 1949, p.77.
B. − Proposition, phrase généralement courte, énonçant une vérité morale, une règle d'action, de conduite. Synon. sentence, pensée, aphorisme.Ils avaient inventé pour leur usage cette maxime singulière «que la misère est l'engrais du talent» (Murger, Scènes vie jeun., 1851, p.232).J'ai écrit, pour moi seul, et au moyen de signes secrets, cette maxime laconique: «obéir d'abord» (Duhamel, Maîtres, 1937, p.30):
3. Au fond du choeur, derrière la croix, une bannière de pourpre élevait la maxime brodée d'argent, cor unum, anima una, qu'Omer avait lue sur les bagues de ses cousins et certain papier à lettres de Praxi-Blassans. Adam, Enf. Aust., 1902, p.420.
Littér., au plur. Titre donné à certains recueils contenant des pensées, des préceptes, des vérités morales. Il n'y a pas un seul nom propre dans les Maximes de La Rochefoucauld; pour un penseur de cette condition, ç'eût été déroger (Sainte-Beuve, Pensées, 1840, p.23):
4. Je relis le livre des Maximes [it. ds le texte] avec une admiration des plus vives. Il me paraît que la position que je tâchais de prendre à l'égard de La Rochefoucauld ne saurait être maintenue sans injustice. Gide, Journal, 1921, p.698.
Prononc. et Orth.: [maksim]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1330 scolast. (Guillaume de Digulleville, Pèlerinage vie hum., 2973 ds T.-L.); 2. ca 1485 «règle de conduite, appréciation ou jugement d'ordre général» (Myst. du V. Testament, éd. J. de Rothschild, 5375); 3. 1657 «formule lapidaire énonçant un jugement d'ordre général» (Pascal, Provinciales, IV ds Œuvres complètes, éd. L. Lafuma, 1963, p.384b); 4. 1665 «genre littéraire mineur» (La Rochefoucauld, Réflexions ou sentences et maximes morales [titre]); 5. 1873 «(dans la philosophie de Kant) règle de conduite considérée par celui qui l'adopte comme valable pour sa volonté propre, sans référence à celle d'autrui» (Lar. 19e). 1 empr. au lat. médiév. maxima (sententia) signifiant littéralement «(sentence) la plus grande», v. Nov. Gloss. s.v. magnus, col.50. Pour 4, v. M. Kruse, Die Maxime in der fr. Lit., Hamburg, 1960, notamment pp.24-27. Fréq. abs. littér.: 1305. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3254, b) 1397; xxes.: a) 855, b) 1510.
DÉR.
Maximer, verbe trans.Donner la valeur d'une règle générale à. On ne peut, on ne veut pas enfermer sa vie en soi en agissant, on agit comme pour tous et en tous. C'est la raison pour laquelle naturellement nous sommes portés tous à maximer notre conduite (Blondel, Action, 1893, p.230). [maksime], (il) maxime [maksim]. 1reattest. 1859 «donner la valeur d'une maxime, d'une règle générale à quelque chose» (H. Rigaud, Œuvres complètes, t.4, p.457: maximer [...] les mauvaises pratiques); de maxime, dés. -er.

Wiktionnaire

Nom commun

maxime \mak.sim\ féminin

  1. Proposition générale qui sert de principe, de fondement, de règle dans un art, dans une science, et particulièrement en matière de politique et de morale. Par exemple, Trajan disait « ces maximes de Zalmoxis » en parlant avec admiration à propos des enseignements du chef spirituel des Daces.
    • […] ; il n’est que trop facile qu’un jeune homme ambitieux, et dont le cœur et le jugement ne sont pas assez formés pour distinguer le bon du mauvais, soit corrompu par des maximes qui flattent ses passions. — (Frédéric II et Voltaire, L’anti-Machiavel, 1739, éd. 1947)
    • Mon ami, dit Holkbar, aussitôt pris, aussitôt empalé : c'est ma maxime. — (Alfred Assolant, Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, 1867)
    • Obéissant presque toujours, en voyage, à la maxime : « Quand vous êtes à Rome, faites comme les Romains », je fus amené à goûter tous les mets étranges qui constituaient le repas. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Vieillir est sot, ne nous laissons pas abuser par les belles maximes des songe-creux bibliques. — (Paul Fort, Le livre des visions : Vivre en Dieu, éd. 1941, p. 13)
    • La perspective d'accroître son capital personnel par l'investissement lui rappela irrésistiblement la maxime d'un célèbre humoriste : « Celui qui est parti de rien pour arriver à pas grand-chose, disait Pierre Dac, ne doit rien à personne ». C'était évidement son cas. — (René Passet, Une économie de rêve ! : « La planète folle », éd. Mille et une nuits, 2003, chap. 25)
  2. (Au pluriel) Recueil de pensées.
    • Les Maximes de La Rochefoucauld.
  3. (Musique ancienne) Figure de note dont la valeur est égale à deux longues.

Forme de verbe

maxime \mak.sim\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de maximer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de maximer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de maximer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de maximer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de maximer.

Adverbe

maxime \mak.ˈsi.mɛ\

  1. Le plus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAXIME. n. f.
Proposition générale qui sert de principe, de fondement, de règle dans un art, dans une science, et particulièrement en matière de politique et de morale. Maxime générale, fondamentale. Fausse, dangereuse maxime. Maxime d'État. C'est une maxime reçue parmi les théologiens, parmi les casuistes. Suivre de mauvaises maximes. Agir contre sa maxime ordinaire, suivant, selon ses maximes. Il se dit au pluriel d'un Recueil de pensées. Les Maximes de La Rochefoucauld.

Littré (1872-1877)

MAXIME (ma-ksi-m') s. f.
  • 1Proposition générale qui sert de règle. Leurs maximes de feu et de sang assurent et fortifient la malice, quand elle est encore craintive et douteuse, Guez de Balzac, De la cour, 7e disc. N'écoutez point pour lui ces maximes cruelles, Corneille, Poly. III, 3. On ne peut trop louer trois sortes de personnes, Les dieux, sa maîtresse et son roi ; Malherbe le disait, j'y souscris quant à moi ; Ce sont maximes toujours bonnes, La Fontaine, Fabl. I, 14. Pour gagner les hommes, il n'est point de meilleure voie que… de donner dans leurs maximes, encenser leurs défauts, et applaudir à ce qu'ils font, Molière, l'Avare, I, I. Toutes les bonnes maximes sont dans le monde ; on ne manque qu'à les appliquer, Pascal, Pens. VI, 1. Les sujets ont cessé de révérer les maximes de la religion quand ils les ont vues céder aux passions et aux intérêts des princes, Bossuet, Reine d'Anglet. Siècle vainement subtil, où l'on veut pécher avec raison, où la faiblesse veut s'autoriser par des maximes, où tant d'âmes insensées cherchent leur repos dans le naufrage de la foi, Bossuet, Ann. de Gonz. Aussi avait-il pour maxime, écoutez, c'est la maxime qui fait les grands hommes : que, dans les grandes actions, il faut uniquement songer à bien faire, et laisser venir la gloire après la vertu, Bossuet, Louis de Bourbon. Socrate donnait pour maxime qu'il fallait que chacun suivît la religion de son pays, Bossuet, Hist. II, 5. Carthage tenait pour maxime de n'avoir que des troupes étrangères, Bossuet, ib. III, 6. C'était sa maxime que la raillerie ne convient pas à ceux qui sont élevés au-dessus des autres, Fléchier, Dauphine. Le vin au plus muet fournissant des paroles, Chacun a débité ses maximes frivoles, Réglé les intérêts de chaque potentat…, Boileau, Sat. III. La ballade, asservie à ses vieilles maximes, Souvent doit tout son lustre au caprice des rimes, Boileau, Art p. II. Mais si de vos flatteurs vous suivez la maxime, Racine, Brit. IV, 3. Après que vous aurez posé pour maxime qu'on peut violer les règles de la probité, Fénelon, Tél. X. Vous vous faites des maximes qui diminuent à vos yeux vos propres fautes, Massillon, Car. Tiédeur, 1. Ils [les Romains] vainquirent tous les peuples par leurs maximes ; mais, lorsqu'ils y furent parvenus, leur république ne put subsister, Montesquieu, Rom. ch. 18. Je hais les mauvaises maximes encore plus que les mauvaises actions, Rousseau, Hél. I, 30. On sait bien que tout homme qui pose des maximes générales entend qu'elles obligent tout le monde excepté lui, Rousseau, ib. III, 22. Une maxime ou un principe est un jugement dont la vérité est fondée sur le raisonnement ou sur l'expérience, Condillac, Art d'écrire, II, 9. Les maximes sont d'un grand usage en morale et en politique : elles expriment la profondeur de celui qui écrit, parce qu'elles supposent souvent beaucoup d'expérience, de réflexions fines et de grandes lectures, Condillac, ib.

    Les maximes d'État, les maximes que les politiques se faisaient pour le gouvernement et par lesquelles ils se mettaient souvent au-dessus des règles de la morale. Le séjour de votre potentat Qui n'a que ses fureurs pour maxime d'État, Corneille, Sertor. III, 2.

  • 2 Au plur. Titre donné à certains ouvrages de morale. Les Maximes de la Rochefoucauld.

    Une maxime, une proposition qui appartient ou pourrait appartenir à un livre de maximes. Je fis l'autre jour une maxime tout de suite sans y penser, et je la trouvai si bonne que je crus l'avoir retenue par cœur de celles de M. de la Rochefoucauld, Sévigné, 62. Ce ne sont point des maximes que j'ai voulu écrire ; elles sont comme des lois dans la morale ; et j'avoue que je n'ai ni assez d'autorité, ni assez de génie pour faire le législateur, La Bruyère, Caract. Préface.

REMARQUE

Au XVIIe siècle, quelques-uns faisaient maxime du masculin, d'après Marguerite Buffet, Observ. p. 191.

SYNONYME

MAXIME, SENTENCE. La maxime est une proposition importante qui sert de règle dans la conduite ; ce qui domine dans la signification de ce mot, c'est la grandeur, la force. La sentence est une proposition courte qui instruit et enseigne ; ce qui domine dans la signification de ce mot, c'est l'idée d'opinion, de manière de voir. Le malheur est le grand maître de l'homme, est une sentence ; Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fît, est une maxime. Mais c'est aussi, si l'on veut, une sentence ; de sorte que sentence est plus général que maxime ; il peut se dire là où maxime se dit, mais maxime ne peut pas se dire partout où l'on dit sentence.

HISTORIQUE

XVIe s. Il [la Boëtie] avoit une maxime souverainement empreinte en son ame, d'obeyr et de se soubmettre très religieusement aux loix soubs lesquelles il estoit nay, Montaigne, I, 221.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « maxime »

Lat. maxima, sous-entendu sententia, sentence très grande, générale (voy. MAXIMUM) ; cet emploi du superlatif appartient au latin du moyen âge, et encore assez récent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom) Du latin maxima.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

même
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « maxime »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
maxime maksim

Citations contenant le mot « maxime »

  • Afin que je ne demeurasse point irrésolu en mes actions pendant que la raison m'obligerait de l'être en mes jugements, et que je ne laissasse pas de vivre dès lors le plus heureusement que je pourrais, je me formai une morale par provision, qui ne consistait qu'en trois ou quatre maximes, dont je veux bien vous faire part. La première était d'obéir aux lois et aux coutumes de mon pays, retenant constamment la religion en laquelle Dieu m'a fait la grâce d'être instruit dès mon enfance, et me gouvernant en toute autre chose suivant les opinions les plus modérées et les plus éloignées de l'excès qui fussent communément reçues en pratique par les mieux sensés de ceux avec lesquels j'aurais à vivre. […] Ma seconde maxime était d'être le plus ferme et le plus résolu en mes actions que je pourrais, et de ne suivre pas moins constamment les opinions les plus douteuses, lorsque je m'y serais une fois déterminé, que si elles eussent été très assurées […] Ma troisième maxime était de tâcher toujours plutôt à me vaincre que la fortune, et à changer mes désirs que l'ordre du monde : et généralement de m'accoutumer à croire qu'il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir que nos pensées […] Enfin, pour conclusion de cette morale, je m'avisai de faire une revue sur les diverses occupations qu'ont les hommes en cette vie, pour tâcher à faire choix de la meilleure, et sans que je veuille rien dire de celles des autres, je pensai que je ne pouvais mieux que de continuer en celle-là même où je me trouvais […]. René Descartes, Discours de la méthode
  • Il n'est pas de sentences, de maximes, d'aphorismes, dont on ne puisse écrire la contrepartie. Paul Léautaud, Propos d'un jour, Mercure de France
  • - Qu'avez-vous voulu dire au juste par cette maxime ? - Si j'eusse voulu en dire davantage, je l'eusse fait. Jean Rostand, Inquiétudes d'un biologiste, Stock
  • Agiter le peuple avant de s'en servir, sage maxime. De Talleyrand
  • Une maxime doit être un fruit de l'arbre de la vie. De Désiré Nisard
  • Prenez cette maxime pour guide dans votre vie : vie modeste et nobles pensées. De Swâmi Râmdâs
  • Contenter le peuple et ménager les grands, voilà la maxime de ceux qui savent gouverner. De Nicolas Machiavel / Le Prince
  • Une maxime, pour être bien faite, ne demande pas à être corrigée. Elle demande à être développée. De Lautréamont / Poésies
  • Laisser engraisser les voleurs Avant de châtier leur crime, Semble trop souvent la maxime De maints grands administrateurs. De Conrad Pfeffel
  • Agis comme si la maxime de ton action devait être érigée par ta volonté en loi universelle de la nature. De Emmanuel Kant / Fondements de la métaphysique des moeurs
  • La maxime seule est morale. Elle seule a pour excuse la brièveté. Elle seule enfin veut être le dernier mot. De Pierre Baillargeon / Les médisances de Claude Perrin
  • Mens sana in corpore sano est une maxime absurde. Le corps est le produit de l'esprit sain.
  • Il n'y a qu'une maxime absolue, c'est qu'il n'y a rien d'absolu. De Auguste Comte / Catéchisme positiviste
  • Les jeunes gens surtout devraient se mettre en tête cette maxime véritable que plus on lit, plus on a d’esprit. De Voyer d’Argenson
  • Il faut tenir pour maxime indubitable que les difficultés que nous avons avec notre prochain viennent plutôt de nos humeurs que d'autre chose. De Saint Vincent de Paul / Lettres
  • L'élite de ce pays permet de faire et défaire les modes, suivant la maxime qui proclame : "Je pense, donc tu suis." De Pierre Desproges / Fonds de tiroir

Images d'illustration du mot « maxime »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « maxime »

Langue Traduction
Anglais maxim
Espagnol máxima
Italien massima
Allemand maxime
Chinois 格言
Arabe حكمة - قول مأثور
Portugais máxima
Russe максим
Japonais マキシム
Basque arau
Corse massima
Source : Google Translate API

Synonymes de « maxime »

Source : synonymes de maxime sur lebonsynonyme.fr
Partager