La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « partie »

Partie

Définitions de « partie »

Trésor de la Langue Française informatisé

PARTIE, subst. fém.

I. − Élément (d'un tout).
A. − Élément constitutif ou portion d'un tout, considéré(e) dans ses rapports avec ce tout.
1. [Le tout est une chose concr. ou abstr., mesurable ou non, divisible ou non, ou une pers. physique ou morale] Synon. fraction, morceau, part.Des chagrins dont il nous cache une partie (Scribe,Bertrand,1833, ii, 2, p.151).Le chien accourut à l'appel de son maître. Celui-ci prit la tête de Top entre ses mains, et, détachant le collier que l'animal portait au cou, il le rompit en deux parties (Verne,Île myst.,1874, p.115).M. le Mesge s'agenouilla et fixa sur la partie antérieure de la caisse un rectangle de carton blanc, une large étiquette (Benoit,Atlant.,1919, p.160).V. louis A ex. de Guéhenno:
1. Est-ce dans les vrais principes qu'a été puisée l'idée de séparer le pouvoir législatif en trois parties, dont une seule est censée parler au nom de la nation. Sieyès,Tiers état,1789, p.61.
SYNT. Partie consubstantielle, constituante, constitutive, essentielle, intégrante; partie centrale (synon. centre, coeur, milieu), latérale (synon. côté, flanc), terminale (synon. bout, extrémité, pointe), inférieure (synon. bas, base), supérieure (synon. haut2, sommet); la deuxième, la millième partie d'un tout; diviser une surface en parties égales; les différentes parties d'un château-fort, d'un navire; arrangement, assemblage, organisation, rapport, relation des parties; agencer, coordonner, équilibrer, harmoniser les parties.
[Le tout est un lieu, un espace] La partie haute, basse d'une ville, d'une rivière; les différentes parties du ciel, de l'univers. Par de longs couloirs, nous parvînmes dans une autre partie du séminaire, de construction récente celle-là (Billy,Introïbo,1939, p.15).La partie cachée (immergée) de l'iceberg*.
DR. CIVIL. Parties communes (dans un immeuble en copropriété). ,,Parties affectées, soit à l'usage de tous les copropriétaires, comme les escaliers, les ascenseurs, soit à l'utilité de tous (gros murs, toiture)`` (cida 1973). Charge, conservation, entretien des parties communes. Anton. parties privatives.Parties privatives. ,,Parties qui ont été affectées à l'usage exclusif d'un copropriétaire (...) notamment (...) les parquets et carrelages`` (cida 1973).
GÉOGR. Les cinq (vx, les quatre) parties du monde. Les cinq continents. Un quadrille des quatre parties du monde où je devais représenter l'Afrique (Duras,Ourika,1824, p.39).V. cinq I A ex. de Cendrars.Absol. Région. Nous partîmes. Mon guide, qui connoissoit bien toutes les parties, dirigea sa course de manière à me faire voir ces sources miraculeuses (Crèvecoeur,Voyage,t.2, 1801, p.294).
MAR., vx. Côté où souffle le vent. Synon. secteur.L'entrée du port est facile avec les vents de la partie du Nord-Ouest, qui sont les vents régnans sur cette côte (Voy. La Pérouse,t.1, 1797, p.142).
[Le tout est un groupe hum., une société] Synon. fraction, part, section.M. Pleven et le capitaine de Boislambert constituent la partie «mobile» de la délégation, se portant aux points qui leur paraîtront les mieux appropriés pour les contacts qu'ils auront à prendre (De Gaulle,Mém. guerre,1954, p.287):
2. ... elle y était mal vue des jeunes nobles qui formaient l'autre partie de la clientèle et avaient adopté une seconde salle du café... Proust,Guermantes 2,1921, p.400.
[Le tout est un développement] Synon. degré, étape, phase, stade.La première partie d'une aventure, d'un trajet, d'un voyage, d'un récit. Dans un mois il irait subir, à Paris, les épreuves de la seconde partie du baccalauréat (Larbaud,F. Marquez,1911, p.185):
3. Dès qu'on fut rentré au domaine, commença, derrière la ferme, dans une grande prairie en pente, la course des poneys. C'était la dernière partie de la fête. D'après toutes les prévisions, les fiancés devaient arriver... Alain-Fournier,Meaulnes,1913, p.106.
2. Locutions
Une partie de, loc. prép. Une certaine quantité de, un certain nombre de. Une partie du temps, de la journée; une partie de la nation, de l'armée, des troupes; une partie des récoltes. Il y a quelque chance pour qu'ils retrouvent une partie de leur énergie (Sorel,Réflex. violence,1908, p.118).Elle passait une partie de l'année à Rome, le reste du temps à Paris (Rolland,J.-Chr.,Nouv. journée, 1912, p.1567):
4. Une partie des équipes formées par Tarrou se consacrait en effet à un travail d'assistance préventive dans les quartiers surpeuplés. On essayait d'y introduire l'hygiène nécessaire... Camus,Peste,1947, p.1326.
Rem. Le verbe ou le part. passé se met au plur. si l'aut. veut mettre l'accent sur la pluralité, et au sing. s'il envisage l'ensemble. Les gens se mouchaient, toussaient, crachaient −une grande partie des hommes s'étaient enrhumés cette nuit (Queffélec, Recteur, 1944, p.129). V. supra ex. 4.
[Pour indiquer l'appartenance] Une partie de notre être. Tout ce que l'homme put appeler mien fut dans son esprit identifié à sa personne; il le considéra comme sa propriété, son bien, une partie de lui-même, un membre de son corps, une faculté de son âme (Proudhon,Propriété,1840, p.172).
Une petite partie de. Un peu de. Une bonne, grande partie de. Beaucoup de, une fraction importante de. À la fin de la semaine une grande partie de ma fortune sera à votre nom (Mauriac,Noeud vip.,1932, p.226).La majeure partie de, la plus grande partie de. La plupart de. Passer la plus grande partie de son temps à + inf. Il gardait pour lui et mettait dans sa poche la majeure partie de la prime (Mirbeau,Journal femme ch.,1900, p.39):
5. Intelligent comme pas un, sensible, élevé dans son être d'homme à partir de ce qu'un enfant a de meilleur, il consacre la plus grande partie de ses loisirs à guider, à conseiller des ouvriers. J. Bousquet,Trad. du sil.,1936, p.190.
En partie, loc. adv. Partiellement, pour une part seulement. Anton. en bloc, en totalité, complètement, entièrement, totalement.En grande, en majeure partie; en tout ou en partie; être en partie responsable. L'aversion de nos contemporains pour toute idée pessimiste provient, sans doute, en bonne partie de notre éducation (Sorel,Réflex. violence,1908, p.13).
En partie..., en partie... Par moitié; partiellement:
6. Peut-être que ce mouvement d'humeur naissait en partie de son affaiblissement physique, en partie de cette extrémité de misère morale où les derniers événements l'avaient conduit. Montherl.,Célibataires,1934, p.899.
P. ell., vx ou littér. Partie..., partie... Synon. de en partie..., en partie...Devant lui, la retraite de l'ennemi se précipitait partie vers le nord, partie vers l'est (Joffre,Mém.,t.1, 1931, p.417).V. chemin de fer B 1 ex. de Joffre.
P. ell. Tout ou partie de. Le tout ou une portion de. Amener tout ou partie des colonies françaises d'Afrique occidentale et équatoriale et le Cameroun à se joindre au Général de Gaulle (De Gaulle,Mém. guerre,1954, p.287).
Pour partie. Synon. plus rare de en partie.Il présumait que le sort du front populaire serait pour partie entre les mains de ses techniciens (Malraux,Espoir,1937, p.528).
Faire partie de, loc. verb.
Qqc. fait partie de qqc. Être un élément constitutif de. Synon. appartenir à.Faire partie intégrante de; faire partie du décor, des meubles, du programme, de la vie. L'ambassadeur avait été habitué autrefois dans la diplomatie à considérer les dîners en ville comme faisant partie de ses fonctions (Proust,J. filles en fleurs,1918, p.438):
7. Si j'ai introduit le nom de certains de mes contemporains dans certains de mes récits (...), c'est que ces contemporains sont des hommes publics et font comme tels partie du «climat» de l'époque au même titre que la tour Eiffel fait partie du paysage parisien. Cendrars,Bourlinguer,1948, p.203.
Loc. verb., fam. Faire partie des meubles (v. meuble1B 2). Faire partie du décor. Être intégré dans un ensemble au point de se faire oublier. Il n'y avait pas de femmes. Seulement une yole circulait dans le drame, chargée de trois ou quatre diverses femelles muettes. Ça faisait partie du décor et, comme le reste, ne servait qu'à alimenter la conversation (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1894, p.213).
Qqn fait partie de + subst. coll. désignant un groupe.Être membre de; appartenir à (telle catégorie). Synon. adhérer à, appartenir à, être au nombre de.Faire partie d'une association, d'un mouvement, d'un syndicat, d'un parti politique, d'une société. Personne ne pouvait porter les armes, à moins qu'il ne fît partie ou du guet ou des gardes des portes (Barante,Hist. ducs bourg.,t.4, 1821-24, p.145).Le conseil municipal, dont mon frère fait partie (Flaub.,Corresp.,1871, p.199):
8. Lamuse fait partie de ces gens qui comprennent les choses. Il empoigne son bidon qui pend par habitude à son flanc. Barbusse,Feu,1916, p.79.
B. − Spécialement
1. ADMIN. ANC. Parties casuelles. V. casuel1A spéc.
2. COMM., vx. Quantité de marchandise. Vendre, placer, acheter une grosse partie, une partie considérable de café, de cacao, de drap, de mousseline (Besch. 1845).
3. COMPTAB. Compte, comptabilité* en partie double*, en partie simple*. V. comptabilité A 1 a.
4. LING., GRAMM. Parties du discours (v. discours C 1 a). Synon. vx parties de l'oraison.Entre trois êtres formant une famille, il y a par toute la terre un langage articulé, et même un langage complet, semblable dans ses parties d'oraison et dans leurs modes essentiels (Bonald,Législ. primit.,t.1, 1802, 247).
5. Chacun des éléments successifs d'une oeuvre formant un tout en lui-même; subdivision logique d'un (fragment d') ouvrage littéraire, audio-visuel. Les six parties du Discours de la méthode de Descartes; discours, dissertation, exposé, homélie, plan, roman en trois parties; les différentes parties (= suites de séquences) d'un film, d'une émission télévisée. Il y a deux parties dans Atala: la partie descriptive et la partie dramatique (Chênedollé,Journal,1815, p.81):
9. Une première fois, je fus prié de revoir le manuscrit [du roman le Journal d'une femme de chambre], de le corriger, d'en récrire quelques parties. Mirbeau,Journal femme ch.,1900, p.11.
6. LOG., PHILOS. Résultat d'une division, plus petit que le tout sans être plus simple. Décomposer une chose dans ses parties; juger du tout par la partie; prendre la partie pour le tout. L'idée détermine absolument la partie d'après le tout, au lieu que le jugement s'exerce contre l'obstacle (Alain,Beaux-arts,1920, p.198).Entre le tout et ses parties, il y a une relation analogique que Carus exprime par des images qui sont celles de correspondances rythmiques (Béguin,Âme romant.,1939, 130).
PHILOS. ANC. Petites parties. Atomes. Synon. petits corps*. (Dict.xixeet xxes.).
7. MARQ. Marqueterie de première, de seconde partie. Revêtir deux panneaux (...) d'un dessin marqueté semblable mais non identique: dans l'un, l'ébène forme le décor de fond (c'est une marqueterie de première partie), dans l'autre, l'ivoire forme le fond (marqueterie de deuxième partie) (Viaux,Meuble Fr.,1962, p.19).
8. MATH. Partie d'un ensemble. Tout sous-ensemble d'un ensemble. (Dict.xxes.). Partie aliquante*, aliquote*; intégration* par parties (pour le calcul intégral). Un ensemble E est une partie d'ensemble F si E est inclus dans F (...), si tout élément de E est élément de F (Chamb.1972):
10. ... toute addition implique une multiplicité de parties, perçues simultanément. Or, si l'on admet cette conception du nombre, on verra que toutes choses ne se comptent pas de la même manière... Bergson,Essai donn. imm.,1889, p.74.
9. MUSIQUE
a) Division structurée d'une oeuvre à forme fixe. Synon. mouvement.Les trois parties d'une sonate, d'une symphonie; les parties d'une fugue:
11. C'était d'ordinaire quelque partie d'une symphonie de Haydn, et de préférence le finale qui, pensait-elle, comportait moins d'expression à cause du mouvement rapide... Gide,Si le grain,1924, p.357.
b) Ce que doit exécuter un musicien et, p.méton., une voix, un instrument, dans un morceau d'ensemble. Synon. rôle, voix.Partie de soprano, d'alto, de ténor, de basse, de flûte, de violon, de solo, d'orchestre; partie récitante*; parties concertantes*; chanter, exécuter, jouer, tenir sa partie dans un choeur, dans un concert. L'Hymne à la nature. Marie, allez le chercher sur mon bureau, Claudine va commencer à le seriner. C'est un choeur à trois parties, très choeur de pension (Colette,Cl. école,1900, p.246):
12. ... l'aristocratique virtuose qui avait gardé l'inertie d'un instrumentiste dont le moment n'est pas venu d'exécuter sa partie... Proust,J. filles en fleurs,1918, p.456.
P. méton. Partition (parfois séparée) où est imprimée la partie à exécuter. Suivre la partie; les parties de basse. Aux premières mesures et dès le premier coup d'oeil jeté sur sa partie, la sérénité du vieux virtuose parut s'assombrir (Villiers de L'I.-A.,Contes cruels,1883, p.183):
13. Toutes les parties étaient là, même celle du chef d'orchestre, portant des corrections au crayon et des annotations de la main de Wagner. Bourges,Crépusc. dieux,1884, p.129.
THÉÂTRE LYRIQUE. Chanter, exécuter sa partie. Interpréter son rôle. Ils dirent le premier duo, chantèrent leur partie séparément, dans la scène avec Hunding, qui suit (Bourges,Crépusc. dieux,1884p.135).
P. anal. Faire, jouer, tenir sa partie. Dans une affaire, dans une entreprise délicate, tenir un rôle actif, participer effectivement à l'affaire. Tenir sa partie dans une conversation, un débat:
14. Je compris qu'aucun plaidoyer n'était de mise. S'il ne s'était agi que du général, peut-être... Mais celui-là ne fléchirait pas plus que Conan n'avait fléchi. Pas d'excuses à espérer là-bas, pas d'indulgence ici... Mais j'avais, moi aussi, ma partie à jouer... Vercel,Cap. Conan,1934, p.222.
C. − [Le tout est un être vivant]
1. Élément constitutif (descriptif) d'un organisme vivant. Les différentes parties d'un animal, d'une fleur. Le calice (...) est charnu dans le rosier et divisé en cinq parties: on l'appelle alors périanthe (Bern. de St-P.,Harm. nat.,1814, p.324):
15. Une longue discussion sur la partie du corps la plus vulnérable chez l'éléphant s'engagea; le Padre (...) expliqua en quoi l'anatomie de l'éléphant d'Afrique différait de celle de l'éléphant des Indes. Maurois,Sil. Bramble,1918, p.65.
Les parties du visage; partie antérieure, moyenne, postérieure, supérieure, latérale d'un organe. Il avait le nez de travers, il avait la partie gauche de la figure plus petite que la partie droite (Ramuz,Gde peur mont.,1926, p.26):
16. Dans la nuit aussi, des taches d'ombre et de lumière sont perçues dans le champ visuel noir, par suite de l'ébranlement continué des parties sensibles de l'oeil, plus ou moins fatiguées... Alain,Beaux-arts,1920, p.289.
ANAT. Les parties du corps. V. corps ex. 3.
[Les parties du corps du point de vue de la physiol., de la santé, du bon fonctionnement ou du développement des organes] Parties saines, malades, douloureuses, molles, flasques. Leur adresse (...) consistait à frapper sur les parties les plus sensibles, comme le visage et le bas-ventre (Lautréam.,Chants Maldoror,1869, p.260):
17. Dans ces rondeurs fessières, il ne découvrait nulle féminité; (...) son hilarité provenait de la représentation qu'il s'en faisait, tendues sur un pot de chambre. C'était la seule partie du corps féminin dont la vue lui semblât récréative et même plaisante. Aymé,Jument,1933, p.25.
Les parties charnues*; les parties nobles*.
Les parties génitales, honteuses, naturelles, nobles, sexuelles, de la génération. Les organes sexuels externes. Elle cachait des mains tantôt ses yeux, tantôt ses parties sexuelles. Elle n'était plus qu'un gibier forcé (Maran,Batouala,1921, p.92).
P. ell., absol. Les parties. Synon. testicules.Il avait, en concourant, frappé le Franc-Cévénol Angel! Un coup de pied au-dessous de l'aine, et quel coup!... Atteint aux parties, «El Leon» (...) frémissait en proie aux affres de la douleur (Cladel,Ompdrailles,1879, p.303).
Loc. verb. pop. Casser les parties à qqn. Ennuyer, agacer. Synon. casser* les pieds (fam.), casser les couilles* (vulg.), fatiguer, importuner.Je ne discute même pas, je lui réponds qu'il me casse les parties (Aymé, Maison basse,Paris, Gallimard, 1935 [1934], p.197).
2. PSYCHOL. Les parties de l'âme, de l'esprit; partie raisonnable, intelligente, sensitive, spirituelle; partie animale, brutale, concupiscible, irascible, instinctive de l'homme. Cette contrariété imprévue réveilla toute la partie altière du caractère de Mathilde (Stendhal,Rouge et Noir,1830, p.488).Notre mépris pardonnant de la partie raisonnante de l'être est une source de charité sainte et véritable (Milosz,Amour. initiation,1910, p.215).V. âme ex. 48, 82, 105, 111:
18. ... la partie purement humaine, (...) la partie brutale de l'homme (...) par l'auxiliaire du vin, usurpe la souveraineté, au lieu que le mangeur d'opium sent pleinement que la partie épurée de son être et ses affections morales jouissent de leur maximum de souplesse... Baudel.,Paradis artif.,1860, p.412.
II. − Personne qui participe (à une action juridique ou judiciaire).
A. − DR. CIVIL, DR. PÉNAL, DIPLOM., POL.
1. Chacune des personnes physiques ou morales, engagée dans un acte juridique, un contrat, une convention; en partic., personne engagée dans un procès. Voyons, est-ce qu'il n'y aurait pas un moyen d'arranger cette petite affaire à la satisfaction de toutes les parties intéressées? (Sandeau,Mllede La Seiglière,1848, p.300).Le mariage est un contrat et il se dissout par le consentement des parties (Claudel,Échange,1954, ii, p.760).V. avenant3ex.:
19. ... si c'est la société qui prononce la peine, ce n'est pas elle qui est maîtresse de l'appliquer. C'est un droit qu'elle confère à la partie lésée qui, seule, en dispose librement. Durkheim,Division trav.,1893, p.61.
SYNT. Les parties intéressées, en présence, contestantes*, contraires*, contractantes*, d'un contrat; les avocats des parties; entendre, renvoyer les parties; la partie adverse*, plaignante*, poursuivante*; la partie lésée*, condamnée aux dépens*; partie jointe, principale, intervenante.
PROCÉDURE CIVILE. Partie principale. ,,Mode d'action du ministère public quand il se présente, dans un procès civil, en qualité de demandeur ou de défendeur`` (Jur. 1981). Partie jointe. ,,Position qu'occupe le ministère public lorsqu'il intervient, dans un procès où il n'est ni demandeur ni défendeur, pour présenter ses observations sur l'application de la loi`` (Jur. 1981).
DR. INTERNAT. Les hautes parties contractantes*.
DR. PÉNAL
Partie civile*.
Partie publique. ,,Ministère public en tant qu'il exerce l'action publique devant les tribunaux de répression`` (Cap. 1936).
FIN. PUBL. Parties prenantes. ,,Créanciers de l'État dont le payement a été assigné sur un fonds particulier`` (Littré).
Loc. verb. fig. Être partie prenante. Participer activement à une entreprise, à un projet. Verlaine ne reçoit pas l'adhésion phénoménologique totale, à la différence de Baudelaire. Et c'est toujours ainsi; dans certaines lectures qui vont à fond de sympathie, dans l'expression même nous sommes «partie prenante» (Bachelard,Poét. espace,1957, p.9).
2. Proverbe et locutions
a) Proverbe. Qui n'entend qu'une partie n'entend rien. Une opinion qui ne se fonde que sur une seule version des faits est sujette à caution. Synon. qui n'entend qu'une cloche n'entend/n'a qu'un son (v. entendre). (Dict.xixeet xxes.).
b) Loc. verb.
Vx. Se rendre partie (contre qqn). Entrer en procès. Se rendre partie dans une affaire criminelle (Ac.).
Être juge et partie. V. juge A.
Prendre qqn à partie. Intenter un procès à quelqu'un. Synon. attaquer* en justice.Au fig. Prendre qqn à partie. Imputer à quelqu'un le mal qui est arrivé et, p.ext., s'en prendre violemment à quelqu'un, l'attaquer (souvent verbalement ou par écrit). Alors, une querelle formidable s'engagea. Coupeau, pris à partie, se débattait (Zola,Assommoir,1877, p.458).
Empl. pronom. réciproque:
20. ... dans la grange (...), s'élèvent des cris avinés. Deux hommes, là, se prennent à partie avec une violence et une rage désespérées. Barbusse,Feu,1916, p.200.
B. − En partic. Adversaire.
DR. INTERNAT. Parties belligérantes. V. belligérant ex. 3.
Loc. verb. Avoir affaire à forte partie. V. fort1I B 1.
III. − Activité.
A. −
1. Vx. Projet (de divertissement) concerté à plusieurs personnes. Faire (la) partie de + inf.Décider de. MmeGrégoire s'apitoya sur ces pauvres gens qui allaient souffrir de la faim; et déjà Cécile faisait la partie de distribuer des bons de pain et de viande (Zola,Germinal,1885, p.1313).
2.
a) Loc. verb.
Lier partie avec qqn. V. lier I B 2 b loc.
Avoir partie liée avec qqn. V. lier I B 2 b loc.
Ce n'est que partie remise. Ce projet n'est que différé, reporté à une occasion plus favorable:
21. −Tu as bien tort de t'enfermer par un temps pareil. Sur ces mots, cette charogne referme doucement la porte. Pour elle, ce n'est que partie remise. Pour moi, il s'agit de jouer serré. H. Bazin,Vipère,1948, p.260.
Être, se mettre de la partie. Participer à un divertissement, à une partie de plaisir ou à une entreprise délicate:
22. Une grande tournée électorale fut organisée: le sous-préfet et le notaire du chef-lieu devaient m'accompagner; le peintre ordinaire de Sa Majesté était de la partie. Reybaud,J. Paturot,1842, p.324.
P. anal. ou au fig. [Le suj. est une chose concr. ou abstr.] Sa conscience recommença de défaillir. La vanité se mit de la partie pour tourmenter cette pauvre âme (Sandeau,Mllede La Seiglière,1848, p.77).Le soleil était de la partie. Pour son dernier été, celui de la Saint-Martin, il s'en donnait de flamber, blanc et or, irradiant dans un ciel de cristal bleu (Pesquidoux,Livre raison,1928, p.157).
b) Proverbe. Il ne faut pas remettre la partie au lendemain. ,,Il ne faut point différer ce qu'on peut faire dans le moment`` (Ac.).
B. − [Souvent précédé de l'adj. poss.] Activité ou profession spécialisée, domaine qu'une personne connaît bien, où elle est à l'aise, terrain de prédilection. Synon. branche, domaine, métier, profession, rayon (fam.), spécialité.Connaître sa partie; c'est/ce n'est pas ma partie. Je ne suis pas fort sur les mots, ce n'est pas ma partie (Mille,Barnavaux,1908, p.293):
23. ... dans sa partie, il est très fort (...) Bellamy est un des neurologues les plus distingués d'aujourd'hui... Il a été longtemps médecin des hôpitaux à Paris... Simenon,Vac. Maigret,1948, p.31.
Être de la partie, dans la/sa partie. Avoir l'expérience de ce dont il est question, notamment du métier. J'ai tâché de lire son dernier roman, dont certains critiques font grand cas. Je n'y ai pas vu grand-chose; mais, vous savez, je ne suis pas de la partie (Gide,Faux-monn.,1925, p.1114).
C. − JEUX, SPORTS
1. Compétition entre deux ou plusieurs joueurs ou entre deux équipes, mesurée par un nombre total de coups à jouer, de points à obtenir pour gagner à un jeu; p.méton., durée d'un jeu à l'issue duquel l'un des joueurs ou l'une des équipes est gagnant(e) ou perdant(e). Fermina Marquez vous envoie le bonjour, et elle espère que bientôt les parties de tennis pourront être reprises (Larbaud,F. Marquez,1911, p.100):
24. ... ils entrèrent gaiement dans la petite ville dont les platanes annonçaient déjà la chaleur et les parties de boule du Midi... Beauvoir,Mandarins,1954, p.221.
SYNT. Partie de + subst. indiquant le genre de jeu, de sport, de compétition. Partie de ballon (v. ballon1ex. 1, 2, 4), de foot(ball), de rugby, de basket(ball), de volley, de barres, de billard, de billes, de boxe, de bridge, de cache-cache, de cartes, de colin-maillard, de dame(s), de dés, de dominos, d'échecs, de ping-pong, de poker, de quilles, de trictrac.
Absol. (souvent synon. de partie de cartes). Faire sa partie; une bonne partie. «Ça compte pour du beurre», disent les enfants quand la vraie partie n'est pas encore commencée, quand on joue à l'essai (Vailland,Drôle de jeu,1945, p.13):
25. gabrielle: Chaque fois que Ponta tape sur la table... mmede savageat: Oui, c'est le signe qu'il va faire perdre une partie énorme à son partenaire. ponta tulli: Madame, dans une maison où on joue le bridge, il faut toujours qu'il y ait une mazette. Bernstein,Secret,1913, II, 1, p.17.
SYNT. Une partie difficile, délicate, serrée, interminable; une partie simple, double; commencer, faire, jouer une partie; gagner, perdre, renoncer à, abandonner, finir, quitter la partie; partie en trois temps, en trois manches; partie de championnat.
Jouer en partie(s) liée(s). V. lié II A 2 b.
P. ext. Jeu (à plusieurs) sans règles fixes. Synon. divertissement, distraction.Parties de ballon*.
2. P. anal. Combat, lutte; entreprise délicate ou dont l'enjeu est important. Partie diplomatique; la partie n'est pas égale*, est inégale*, est serrée, (n')est (pas) jouée*; gagner*, perdre*, abandonner*, quitter* la partie; avoir partie gagnée*; avoir la partie belle*; donner, faire la partie belle* à qqn:
26. Nous n'avions pas encore livré la grande bataille qui devait décider du sort de la guerre (...). À continuer sans cesse cette retraite, nous finirions par prendre figure de vaincus, avant que la partie décisive ne soit jouée. Joffre,Mém.,t.1, 1931, p.366.
Coup de partie (vx). Coup décisif; au fig., ce qui détermine le succès d'une entreprise. (Dict.xixeet xxes.).
D. − Divertissement pris en commun, sortie organisée.
1. [Le plus souvent suivi d'un compl. déterminatif désignant la nature de l'exercice pratiqué] Partie de chasse, de pêche:
27. Il était infatigable pour conduire les cotillons, organiser des fêtes, avaler des pièces de théâtre, sans compter les parties d'auto, le tout plein d'champagne. Barbusse,Feu,1916, p.135.
Partie de campagne. V. campagne I B 2 b.
Partie de plaisir. Il faut que j'emmène deux ou trois camarades, alors ce sera une partie de plaisir pour manger du pâté de veau et boire du petit vin blanc, une simple distraction à la monotonie de l'existence (Erckm.-Chatr.,Ami Fritz,1864, p.152):
28. C'était une partie de plaisir qu'il avait à me proposer, de l'espèce classée sous le nom de partouze, une belle débauche blonde, bien faite, me disais-je, pour changer mes idées... J. Bousquet,Trad. du sil.,1936, p.70.
Loc. fam. Ce n'est pas une partie de plaisir. C'est ennuyeux ou fastidieux. (Ds Dub.).
Partie de jambe(s) en l'air. V. jambe A 1 e.
Partie fine. V. fin2II B 1 b.
Partie carrée. V. carré1II A 1 c.
Absol. Organiser de bonnes parties; être de la partie, de toutes les parties; être en partie:
29. Hautebraye me mena chez Madame Olympe Berbier. Elle avait alors pour ami principal un immense Américain qu'on appelait Buffalo. Dieu! Que nous avons fait de bonnes parties dans cette maison! Gobineau,Pléiades,1874, p.80.
2. Abrév. fam. de surprise-partie. Synon. party (infra rem.).Les zazous donnaient des «parties» où ils se grisaient de musique «swing» (Beauvoir,La Force de l'âge,1960, p.528 ds Rey-Gagnon Anglic. 1980).
REM. 1.
Party, subst. fém. (masc. au Canada).Petite réception chez un particulier, notamment dans les pays anglo-saxons. Notre party était assez curieuse; il y avait quatre nations représentées, chacun pensant d'une manière différente (Mérimée,Lettres à une inconnue,1832, p.3).Elle était arrivée dans une party assez solennelle (Maurois,Le Côté de Chelsea,1932, p.82 ds Rey-Gagnon Anglic. 1980).Ma mère donne un party demain soir (...). Et on se demandait (...) si vous aimeriez pas venir (Roy, Bonheur occas.,1945, p.138).
2.
-party, -partie, élém. de compos. entrant dans la constr. de subst. fém.(anglicisme rejeté de certains puristes).a)
Baignades-parties. Ce ne sont que baignades-parties lugubres et soupers effarants (Le Point,30 mai 1977, p.114, col. 3).
b)
Crêpe-party. (Ds Femmes d'aujourd'hui, 19 janv. 1965, p.114, col. 3).
c)
Drogue-partie. L'histoire de ces drogues-parties (...) n'est pas pour enfants de choeur (Le Point,29 janv. 1976, p.68).
d)
Surprise-party. Var. de surprise-partie. Nous eûmes la surprise-party, forme grossière, et Dieu merci dangereuse, de l'exploration (Colette,Apprent.,1936, p.68).
e)
Télé-parties. Télé-parties à travers la France (Le Point,27 sept. 1976, p.68).
f)
T.V.-parties. (Ds Marie-Claire, 1ermars 1966 ds Rey-Gagnon Anglic. 1980).
Prononc. et Orth.: [paʀti]. Homon. parti. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.I. Élément d'un ensemble, d'un tout A. 1119 (Philippe de Thaon, Comput, éd. E. Mall, 1207: La primiere partie [des signes du zodiaque] Arietem numerent); 1130-40 (Wace, Conception N.-D., éd. W. R. Ashford, 199: Tot le gaaing que il faiseint En treis parties devisoent); 1155 (Id., Brut, éd. I. Arnold, 11483-84: En espeiz en out quit partie [de char de porc] E partie es charbuns rostie); p.ext. 1188 grant partie de «beaucoup de» (Guiot de Provins, Bible, 2281 ds OEuvres, éd. J. Orr, p.80); spéc. 1. en parlant d'un lieu, d'un espace a) 1155 (Wace, Brut, 43: De sa terre li ad duné Grant partie); ca 1160 (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 2247); b) ca 1165 «territoire, contrée, continent» (Benoît de Ste-Maure, Troie, 3202 ds T.-L.: Es granz partïes ds Pannoine); ca 1170 les quatre partïes del mund «les quatre points cardinaux» (Rois, I, II, 8, éd. E. R. Curtius, p.6); ca 1265 (Brunet Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, I, CXXI, 9, p.109: toute la terre est devisee en .III. parties, ce sont Aise, Aufrique et Europe); 2. ca 1160 en parlant d'un groupe de personnes (Eneas, 308: N'en i ot de sa compaignie Ne mais que la tierce partie); 1160-74 partie ... partie (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 694: Partie en est fuie et partie est tuee); ca 1170 (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 311: Au consoil grant partie cort Des mellors barons de la cort). B. Emplois spécialisés 1. en parlant d'une portion, d'un organe du corps humain a) 1119 (Philippe de Thaon, op. cit., 1551: ... en l'une partie Del piet); b) α)xves. parties honteuses (Eust. de La Fosse, Voyage, p.11 ds Gdf. Compl.); 1553 (Belon, Singularitez, III, XXXIII, ibid.); β) 1512 parties viriles (J. Lemaire de Belges, Illustrations, I, III ds OEuvres, éd. J. Stecher, t.1, p.24); γ) 1559 parties naturelles (Amyot, trad. Plutarque, Hommes illustres, Eumène, XIII, éd. G. Walter, t.2, p.151); δ) 1651 parties «id.» (Scarron, Virgile travesti, VI, éd. Lyon, La Rivière, 1664, p.493); c) 1611 parties nobles (Cotgr.); av. 1630 nobles parties (D'Aubigné, Tragiques, II, Princes ds OEuvres, éd. E. Réaume et F. de Caussade, t.4, p.85); 2. a) ca 1245 «part d'un travail revenant à quelqu'un, tâche» (Philippe Mousket, Chron., 31108 ds T.-L.); b) fin xives. «branche d'une activité, spécialité, lot» (Eustache Deschamps ds OEuvres, éd. Queux de Saint-Hilaire et G. Raynaud, DCCCXIII, t.4, p.331); c) 1819 «profession» (P.-L. Courier, Lettre à MM. de l'Académie des Inscriptions ds OEuvres, éd. M. Allem, p.280: Celui qui étudie ... néglige ses protecteurs et ne fera jamais rien dans la partie des lettres [en it.]); 3. fin., comm. [1262 contre partie «l'une des deux moitiés d'une charte-partie ou d'un chirographe», v. contre-partie] a) 1285 partie «article de compte» (ds Doc. relatifs aux comtés de Champagne et de Brie, éd. A. Longnon, t.3, 1914, p.27); 1317 parties singulières «id.» (ibid., p.149); b) 1508 «quantité de marchandise vendue ou achetée» (Comptes du château de Gaillon, éd. A. Deville, p.16: Item ... pour plusieurs parties de ficelle...); c) 1585 «mémoire, note à payer» (Cholières, 7eMatinée, p.257 ds Hug.); d) 1673, mars livres et registres à partie double et à partie simple (Ordonnance du Commerce ds Isambert, Rec. gén. anc. lois fr., t.19, p.93); 1675 [livres tenus] en partie mixte, en partie double (Savary, Parfait Négociant, I, 122 ds Kuhn, p.171); 4. gramm. xives. [ms.] parties d'oreson «parties du discours» (ds Thurot, p.51); 1550 parties du langaje (L. Meigret, Tretté de la grammere françoeze, éd. W. Foerster, p.28); 1754 parties du discours (Encyclop., s.v. discours, t.4, p.1033b); 5. 1381 «élément d'une oeuvre littéraire» (doc. A. Tournai ds Gdf. Compl.: escrips fais en trois parties); 6. «qualité» [xves. Mém. sur du G., ch. 18 ds Littré] 1544 (Amadis, V, 27 ds Hug.: L'empereur ... a ... toutes les parties que peult avoir un prince saige); 7. «rôle» a) 1520 d'un récitant, d'un acteur (G. Michel, trad. Suétone, IV, 162 vo, ibid.); b) ca 1580 mus. «rôle d'une voix, d'un instrument» fig. (Alcripe, p.98, ibid.: il renioit Dieu à quatre parties); 1643 faire bien sa partie fig. (Corneille, Menteur, IV, 9); 1651 chanter sa partie, id. (Scarron, Virgile travesti, VI, p.514). C. Emploi adv. 1. ca 1220 en partie loc. adv. (Gui de Cambrai, Barlaam et Josaphat, 3840 ds T.-L.); 1530 en partie ... en partie (Palsgr., p.840b); 2. ca 1245 partie «partiellement» (Philippe Mousket, Chron., 13051 ds T.-L.); ca 1250 partie ... partie (Règle cistercienne, 442, ibid.). II. Affaire, entreprise où chacun entre pour sa part A. Parti, côté, faction ca 1160 (Eneas, 7394, ibid.); ca 1165 (Benoît de Ste-Maure, Troie, 5613, ibid.). B. 1. a) Fin xiiies. «affaire, cause, projet communs» (Sone de Nansai, 11475, ibid.); spéc. 1682, 28 juill. (Sévigné, Lettres, éd. E. Gérard-Gailly, t.2, p.912: voilà la partie bien liée); av. 1704 avoir ses parties liées (Bossuet, Sermons. Paix par Jésus-Christ, 2 ds Littré); b) 1588 «complot» (Montaigne, Essais, I, XXIV, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p.131); 2. 1589 jeux «ensemble de coups à marquer pour l'emporter dans un jeu» (Lettre de Henri de Navarre ds Lettres missives de Henri IV, éd. Berger de Xivray, t.2, p.498); 1611 (Cotgr.: Partie ... A match or set at game); 3. «divertissement concerté à plusieurs» 1661 faire partie (Molière, Fâcheux, II, 6); 1665 estre d'une partie (Mém. de Maréchal de Bassompierre, éd. M. de Chanterac, t.1, p.197); 1786 partie fine (Rouvet de Couvray, Les Amours, I, 147 d'apr. B. Henschel ds Fr. mod. t.37, p.122). III. Chacun de ceux dont l'opposition engendre un différend A. 1248 «celui qui plaide contre quelqu'un» averse partie (doc. ds P. Varin, Arch. adm. de la ville de Reims, t. 1, 2epartie, 1839, p. 708) ; 1283 (Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1263); 1493 (Martial d'Auvergne, Vig. de Ch. VII, sign. Ecds Gdf. Compl.: Luy firent ung tel proces Dont les juges estoient parties); 1549 partie civile (Est.); 1690 partie publique (Fur.). B. Ca 1280 «partie adverse, adversaire» (Girart d'Amiens, Escanor, 20850 ds T.-L.); ca 1382 avoir afaire contre forte partie (Jean Cuvelier, Du Guesclin, éd. E. Charrière, 17119); id. adverse partie (Id., ibid., 19039); 1611 prins a partie (Cotgr.), v. aussi contre-partie au sens de «partie adverse». Part. passé fém. subst. de partir1. A servi à traduire le lat. pars aux sens de «rôle d'un acteur» (class. partes, plur.), de «parties sexuelles» (id.) et comme terme jur. (partis adversae judex, Quintilien; una parte audita, Sénèque). Fréq. abs. littér.: 24889. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 54677, b) 28610; xxes.: a) 24377, b) 29193. Bbg. Becker (K.). Sportanglizismen im modernen Französisch... Meisenheim, 1970, p.308, 332. _Gohin 1903, p.375. _Grafström (A.). Rem. sur qq. textes de Vadé. In: [Mél. Baldinger (K.)]. Tübingen, 1979, t.2, p.622. _Greive (A.). Französisch part, partie, parti. Bonn, 1961, pp.89-112. _Marceil (J.). Les Échecs. Banque Mots. 1980, no20, p.184. _Quem. DDL t.4, 10.

Wiktionnaire

Nom commun - français

partie \paʁ.ti\ féminin

  1. Portion d’un tout, morceau d’un ensemble.
    • Souvent on voit la partie inférieure du nuage s’effranger en averses pour inonder de pluie les pentes basses. — (Élisée Reclus, La terre: description des phénomènes de la vie du globe, volume 1, 1868, page 219)
    • Les ouvriers ouvrirent la voiture et commencèrent à en tirer toutes les parties constitutives de la guillotine qu’on devait ériger, ici même. — (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Avant d'être envoyé au moulin, le blé est préalablement soumis chez les cultivateurs à un vannage qui en sépare une partie des corps les plus légers. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 107)
    • En ce jour, on installait à la place d'honneur de l'humble sanctuaire une nouvelle statue de Marie-Immaculée, belle et bien traitée dans toutes ses parties. — (Ch. de Beaumasset, « Sainte-Barbe et Notre-Dame-de-Bon-Secours à Saint-Étienne », dans L’Écho de Fourvière, chronique lyonnaise, n° 199 du 12 octobre 1867, Lyon, page 334)
  2. (Mathématiques) Sous-ensemble.
  3. Quantité, portion de.
    • Pour enlever une grande partie de ces traces utilisez une bombe nettoyante.
  4. (Sport) Affrontement ludique entre deux ou plusieurs personnes.
    • Les matches se disputaient au milieu d’un grand vacarme produit par les cris des parieurs comme les parties de chistera en Espagne. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Nous disputions une partie de jeu de dames.
  5. Profession ou spécialité.
    • C’est un médecin très compétent dans sa partie.
  6. (Musique) Ce que chaque voix ou instrument particulier doit faire dans un morceau d’ensemble, et la copie séparée de cela.
    • Le trio à cordes a été ajouté et la partie de flûte a été conservée.
    • Quelquefois il me disait de me promener devant lui avec Pierrette, et il nous faisait chanter ensemble, nous apprenant à chanter en partie. — (Alfred de Vigny, Servitude et grandeur militaires, 1835)
  7. Moment ou instant agréable.
    • Les parties de pêche au bord de la Cuisance lui plaisaient; il admirait les coups d’épervier lancés d'une main vigoureuse par Jules Vercel. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, page 12)
    • Ce n’était pas une partie de plaisir.
    • Il fit rapidement ses préparatifs, ramassa un aviron qu’il avait caché d’avance dans le fond, le fit glisser à l’arrière et se mit à « godailler » tout en continuant ses explications d’un ton joyeux, et comme s’il ne s’était rien passé de plus extraordinaire que ce qui se passe au cours d’une partie de plaisir. — (Maurice Leblanc, La Comtesse de Cagliostro, 1924)
  8. Réception, fête.
    • Étiez-vous à la partie qu’ils ont organisée ?
  9. Une partie de table.
      • Nous étions allés en partie à la maison de campagne de la señora ***. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
  10. (Droit) Personne qui est partie prenante.
    • Le Président donnera la parole aux parties dans l’ordre suivant : les victimes, le Procureur et enfin la défense.
    • Il est plus que certain que des transactions sont intervenues entre les deux parties, au grand dam du Trésor. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • L’amîn est celui dont l’écriture, dans les contrats, actes et autres documents, fait foi. Il doit donc bénéficier de la confiance de toutes les parties. — (Paul Bonnenfant, Sanaa: Architecture domestique et société, CNRS Éditions, 2014, page 92)
  11. Celui dont un avocat, ou un avoué, défend le droit ou les prétentions.
    • En cas de litiges, l’avocat assure le rôle de médiateur, cherchant à concilier les parties adverses.
  12. (Familier) (Au pluriel) Ellipse de parties sexuelles, génitales, testicule.
    • Il reçut un coup dans les parties.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PARTIE (par-tie) s. f.

Résumé

  • 1° Portion d'un tout.
  • 2° Les petites parties, les atomes.
  • 3° Portion du corps.
  • 4° Dans le langage scolastique, certaines divisions de l'âme.
  • 5° En grammaire, parties du discours, parties des verbes, etc. ; en peinture, ce qui compose l'art de peindre.
  • 6° En musique, ce que chaque voix ou instrument particulier doit faire dans un morceau d'ensemble, et la copie séparée de cela.
  • 7° Partie secrète, bureau d'état-major d'une armée où se traitent les détails de l'espionnage.
  • 8° Dans le commerce, quantité plus ou moins grande de marchandises à vendre.
  • 9° Une somme d'argent qui est due (vieilli en ce sens).
  • 10° Article de compte (vieilli en ce sens).
  • 11° Au plur. Mémoire où sont énumérés les articles faits, fournis ou vendus.
  • 12° Tenue des livres en partie.
  • 13° Les parties casuelles.
  • 14° Au jeu, sorte de combat entre deux ou plusieurs personnes.
  • 15° Projet formé entre plusieurs personnes pour quelque affaire, pour quelque entreprise.
  • 16° Projet de divertissement ; le divertissement même.
  • 17° Celui qui plaide contre quelqu'un soit en demandant, soit en défendant.
  • 18° Celui dont un avocat ou un avoué défend le droit ou les prétentions.
  • 19° Au plur. Les personnes qui contractent ensemble.
  • 20° Agent, acteur.
  • 21° Il se dit quelquefois d'une profession.
  • 22° Bonne qualité naturelle ou acquise.
  • 23° En partie.
  • 1Portion d'un tout. Et que de ses sujets la meilleure partie… Ne tourne obstinément ses armes contre nous, Corneille, Sert. I, 2. Mais comme une grande partie des grâces qu'on y a trouvées dépendent de l'action et du ton de voix, Molière, Préc. préf. Première partie [du livre projeté par Pascal] : misère de l'homme sans Dieu ; seconde partie : félicité de l'homme avec Dieu ; autrement, première partie : que la nature est corrompue ; par la nature même ; seconde partie : qu'il y a un réparateur ; par l'Écriture, Pascal, Pens. XXII, 1, éd. HAVET. La gaieté fait une grande partie de son mérite, Sévigné, 582. Le bon abbé… est obligé de revenir promptement pour plusieurs affaires, dont les miennes font une partie, Sévigné, 4 mai 1676. Les zwingliens le [Luther] forçaient à reconnaître dans cette expression [ceci est mon corps] la figure grammaticale qui met ce qui contient pour ce qui est contenu, ou la partie pour le tout, Bossuet, Variat. II, 35. Que d'un art délicat les pièces assorties Ne fassent qu'un seul tout de diverses parties, Boileau, Art p. I. Nestor et Philoctète furent avertis qu'une partie du camp était déjà brûlée, Fénelon, Tél. XX. L'éloquence est au sublime ce que le tout est à sa partie, La Bruyère, I. Elmire ne croyait pas la moindre partie de toutes les folies que l'on disait que l'amour avait fait faire dans tous les temps, La Bruyère, III. On a vu que, chez les Germains, on n'allait point à l'assemblée avant la majorité ; on était partie de la famille, et non pas de la république, Montesquieu, Esp. XVIII, 27. J'aurais donné une partie de mon bien pour que Rousseau eût été un homme sage, mais cela n'est pas dans sa nature, Voltaire, Lett. Damilaville, 15 oct. 1766. Toutes les planètes avec les satellites ne font pas la 650e partie du soleil, Buffon, Hist. nat. Preuv. th. terr. Œuv. t. I, p. 198. Il est certain que nous qui sommes parties, ne nous sentons nullement dans le tout, Rousseau, Ém. IV. La partie du public qui enseigne, dicta à la partie qui écoute ce qu'elle devait penser et dire, D'Alembert, Éloges, Montesquieu.

    Parties intégrantes, voy. INTÉGRANT.

    Les cinq parties du monde, les cinq grands compartiments en lesquels se divise la terre habitée. La plus grande de toutes ces révolutions [du globe] serait la perte de la terre Atlantique, s'il était vrai que cette partie du monde eût existé, Voltaire, Mœurs, Introd.

    Terme de marine. Les vents sont de la partie de la terre, ils soufflent de la terre.

    Terme de mathématique. Parties semblables, celles qui ont la même raison avec leurs touts respectifs ; ainsi 6 et 9 sont des parties semblables de 36 et de 54.

    Parties aliquotes, voy. ALIQUOTE.

    Terme de librairie. Chacune des différentes divisions des feuilles d'un volume, assemblées, collationnées et pliées.

  • 2 Terme de philosophie. Les petites parties, les atomes. Il parle des petites parties avec cet évêque qui est cartésien, Sévigné, 81.
  • 3Portion du corps. Partie saine. Appliquer un topique sur la partie malade. Il est bon en cela d'imiter la nature, qui, en formant l'homme, n'a point exposé à la vue ces parties qu'il n'est pas honnête de nommer, et par où le corps se purge, mais, pour me servir des termes de Xénophon, a caché et détourné ces égouts le plus loin qu'il lui a été possible, Boileau, Longin, Sublime, ch. 34. Non seulement les mêmes parties du corps n'ont pas les mêmes dimensions proportionnelles dans deux personnes différentes, mais souvent dans la même personne une partie n'est pas exactement semblable à la partie correspondante, Buffon, Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 320.

    Parties nobles, organes nécessaires à la vie, le cœur, le poumon, le foie, le cerveau. Certains breuvages qui fortifiaient les parties nobles, Fénelon, Tél. XVII.

    Parties naturelles, parties honteuses, ou, simplement, parties, les organes de la génération. L'écuyer de Darius tint sa main cachée sous ses bragues, l'ayant frottée d'abord aux parties de la cavale, Courier, Trad. d'Hér.

    Fig. Il est la partie honteuse de cette compagnie, c'est-à-dire il en fait le déshonneur. Toutes ces infamies nous déshonoreraient aux yeux de l'Europe et de la postérité, si l'Europe et la postérité pouvaient ignorer qu'elles ne sont pas l'ouvrage de la nation, mais de la partie honteuse de la nation, malheureusement accréditée, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 29 juin 1775.

  • 4En parlant de l'âme, dans le langage scolastique, la partie supérieure, la raison ; la partie inférieure, la partie animale, la partie irascible, la partie concupiscible, les appétits, la concupiscence. Hé, doucement, ma sœur ! où donc est la morale Qui sait si bien régir la partie animale Et retenir la bride aux efforts du courroux ? Molière, Femm. sav. I, 2. La partie brutale alors veut prendre empire Dessus la sensitive, Molière, Dép. am. IV, 3.
  • 5 Terme de grammaire. Parties du discours, ou parties d'oraison, toutes les espèces de mots.

    Parties des verbes, les temps primitifs des verbes qu'on appelle souvent ainsi dans les classes.

    Terme de classe. Faire les parties, expliquer pour chaque mot d'un texte, quel il est, à quel nombre, de quel genre, etc.

    En un autre sens. Parties du discours : l'exorde, la narration, la confirmation, la péroraison.

    Terme de peinture. Les parties de la peinture sont l'invention, la disposition, le dessin, le coloris et la touche.

    Dire qu'un tableau a de belles parties, c'est dire qu'il a des beautés qui le rendent estimable, mais qu'il y manque quelque chose pour la perfection.

  • 6 Terme de musique. Ce que chaque voix ou instrument particulier doit faire dans un morceau d'ensemble, et la copie séparée de cela. Un morceau à deux parties. La partie de ténor, la partie de basse-taille, de violon, de trompette, de timbale, etc. Dans la nouvelle orchestration du Devin du village, la partie de flûte est très chargée. Dans les chœurs de Gluck, il y a une partie de haute-contre trop basse pour le contralto et trop haute pour le ténor, qu'il est très difficile de faire chanter aujourd'hui.

    Par rapport à l'harmonie, les différentes notes ou suites de notes qui, chantées ou jouées ensemble, forment un tout harmonieux. On distingue quatre parties principales de voix, le dessus, la basse, la taille et la haute-contre ; on dit aujourd'hui soprano, contralto, ténor et basse. Vous exécuterez telle partie. Ces parties marchent bien ensemble. Il couvre sa stupidité, Ou témoigne sa modestie En ne chantant point sa partie, Scarron, Virg. VI.

    Chanter en partie, faire sa partie, se dit de plusieurs personnes dont chacune chante sa partie. Les Grecs n'ont laissé aucun monument par lequel on pût soupçonner qu'ils chantassent en parties, Voltaire, Mœurs, 121. Il s'est trouvé des duos, et il a fallu hasarder d'y faire une partie, Rousseau, Hél. I, 47.

    Fig. Faire bien sa partie, tenir bien sa partie, se bien acquitter de ce que l'on doit faire. Si tu l'aimes, du moins, étant bien avertie, Prends bien garde à ton fait, et fais bien ta partie, Corneille, Ment. IV, 9. La Mousse tient bien sa partie, Sévigné, 56.

    Faire des parties, ajouter des parties à un chant, écrire sous ce chant, conformément aux règles de l'harmonie, les parties qui doivent l'accompagner. Baptiste le très cher N'a point vu ma courante, et je le vais chercher : Nous avons pour les airs de grandes sympathies, Et je veux le prier d'y faire des parties, Molière, Fâch. I, 5.

    Partie récitante, celle qui exécute le sujet principal dont les autres font l'accompagnement.

    Parties réelles, celles qui sont essentielles à l'harmonie ; il n'y a jamais plus de quatre parties réelles.

    Parties de remplissage, celles qui n'augmentent pas l'harmonie, qui ne font que doubler une autre partie, et qu'on jette entre les parties réelles, soit pour renforcer le son, soit pour qu'il n'y ait pas trop de distance entre les basses et les dessus.

    Papier sur lequel est écrite la partie séparée de chaque musicien. Voilà votre partie ; et vous, voilà la vôtre, Regnard, Fol. amour. II, 7. J'eus la constance de travailler pendant quinze jours à ce bel ouvrage, de le mettre au net, d'en tirer les parties…, Rousseau, Confess. IV. M. Rolichon, que je rencontrai dans la rue, m'apprit que mes parties avaient rendu la musique inexécutable ; tant elles s'étaient trouvées pleines d'omissions, de duplications et de transpositions, Rousseau, ib.

    Les parties d'orchestre, les parties détachées de la grande partition et renfermant la partie, c'est-à-dire ce qui doit être exécuté par chaque instrument. À l'Opéra les parties d'orchestre sont manuscrites. Portion d'un grand morceau, d'une sonate, d'un concerto, d'une symphonie, d'une ouverture, d'un chœur, etc. Une symphonie, un quatuor ou tout autre morceau de musique de chambre renferme ordinairement quatre morceaux : la première partie, l'andante, le menuet ou le scherzo, le finale. La première partie est toujours divisée en deux parties, dont la première se répète seule.

  • 7Partie secrète, bureau d'état-major d'une armée, où se traitent les détails de l'espionnage.
  • 8 Terme de commerce, quantité plus ou moins grande de marchandises à vendre ou à acheter. Il a vendu une partie considérable de café.
  • 9Une somme d'argent qui est due (vieilli en ce sens). C'est [glaner] une petite consolation que la Providence donne aux pauvres, dont nous sommes l'exemple quand nous allons ramasser de petites parties égarées, Sévigné, 31 mai 1687.
  • 10En matière de comptabilité, article de compte (vieilli en ce sens). Cette partie a été allouée par la cour des comptes.
  • 11 Au plur. Un mémoire où sont énumérés tous les articles faits, fournis ou vendus (vieilli en ce sens). Ce qui me plaît de M. Fleurant, mon apothicaire, c'est que ses parties sont toujours fort civiles, Molière, Mal. imag. I, 1. Vous disiez, il y a quinze jours, que vous étiez bien [pour l'argent] ; c'est que vous aviez compté sans votre hôte, qui fait toujours ses parties bien hautes, sans qu'on en puisse rien rabattre, Sévigné, 4 août 1677. Votre marchand se plaint de vous et il a raison ; quand des parties sont arrêtées il n'y a qu'à payer, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, 15 mars 1678. Il ne se donne pas la peine de régler des parties, La Bruyère, Théophr. XXIV. L'une a soin de son équipage, l'autre lui fournit de quoi jouer, celle-ci arrête les parties de son tailleur, Dancourt, Chev. à la mode, III, 2. Voilà une brave dame : ne pas se donner seulement la peine de lire les parties, Dancourt, les Bourgeoises à la mode, I, 9. Un marchand qui entend son métier leur vend toujours si cher, qu'il se sauve en ne touchant même que le quart de ses parties, Lesage, Gil Blas, III, 3.

    Fig. et familièrement. Parties d'apothicaires, mémoires de dépenses enflés outre mesure. On dit plutôt aujourd'hui : mémoire d'apothicaire.

    On l'a dit aussi au singulier. Est-ce que vous n'avez rien reçu, mon ami, sur votre partie ? Voltaire, Dial. XXIV, 6.

  • 12Tenue des livres en partie ou à partie simple, celle qui ne mentionne, dans chaque article que le doit ou l'avoir.

    On dit de même : tenir les livres en partie simple ou à partie simple. Passer un article en partie.

    Tenue des livres en ou à partie double, celle qui mentionne à la fois et dans chaque compte le doit et l'avoir.

    On dit de même : tenir les livres en partie ou à partie double. Comptes en partie double, etc.

  • 13Les parties casuelles, les droits et revenus éventuels perçus au profit de l'État.
  • 14Au jeu, sorte de combat entre deux ou plusieurs personnes, qui est soumis à certaines règles, et dont l'issue décide qui gagnera ou perdra. Jouer, perdre, gagner une partie. Une partie de piquet, de paume, de dames, d'échecs. Souvent avec des pions qu'on ménage bien, on va à dame, et l'on gagne la partie, La Bruyère, VIII. Les règles d'un jeu étant supposées, et deux joueurs de la même force, on peut, en quelque état que soit une partie, déterminer par l'avantage qu'un des joueurs a sur l'autre, combien il y a plus à parier qu'il gagnera, Fontenelle, Bernoulli. Je crois vous avoir mandé que le roi de Danemark venait de se mettre dans le rang de nos bienfaiteurs ; j'ai brelan de roi quatrième ; mais il faut que je gagne la partie, Voltaire, Lett. Damilaville, 9 fév. 1767. Mille pardons, mesdames ; mais il faut arranger les contredanses et les parties, Picard, Duhautc. II, 12.

    Faire la partie de quelqu'un, jouer habituellement avec lui. Par exemple les soirs, s'il est seul un moment Je lui lis, ou je cause, ou je fais sa partie, Collé, Dupuis et Des Ronais, I, 5.

    Partie liée, voy. LIÉ, n° 7.

    Marquer la partie, marquer les coups qui s'y font. Qu'importe que l'osselet de notre partie soit noir ou blanc ? nous jouons dans la vie assis sur une tombe ; à peine avons-nous tiré notre osselet heureux ou fatal, la mort, qui marque la partie, nous le redemande, Chateaubriand, Natch. 2e part. seconde moitié.

    La partie d'honneur, celle que l'on joue lorsque chacun des joueurs en a gagné un nombre égal.

    Partie carrée, au jeu de l'hombre, trois rois et une dame dans la même main.

    Partie simple, se dit, au trictrac, quand on fait douze trous à plusieurs reprises, par opposition à partie bredouille.

    Coup de partie, coup qui décide le gain ou la perte de la partie.

    Fig. Coup de partie, ce qui décide du succès. Vous voilà donc décidée, ma chère enfant, par la plus grande affaire et la plus avantageuse qui pût arriver à votre maison, c'est un coup de partie, Sévigné, 455. Si vous vendez votre terre, songez bien comme vous en emploierez l'argent ; ce sont des coups de partie, Sévigné, 21 juin 1671.

    Faire un coup de partie, faire quelque chose qui doit avoir des conséquences décisives.

    La partie est bien faite, elle est faite entre des joueurs de même force, de force égale.

    La partie est inégale, n'est pas égale, elle est faite entre des joueurs d'une force inégale.

    Fig. La partie n'est pas égale, se dit quand on lutte avec un homme plus fort, plus habile, plus audacieux qu'on ne l'est.

    Fig. Quoi ! toutes deux contre mon cœur en même temps !… la partie n'est pas égale, Molière, Préc. 10.

    Il se dit aussi de deux choses qui ne sont pas équivalentes. Je veux qu'il y ait [dans le christianisme] des obscurités qui soient aussi bizarres que celles de Mahomet ; mais il y a des clartés admirables et des prophéties manifestes et accomplies ; la partie n'est donc pas égale, Pascal, Jésus-Chr. 43, éd. FAUGÈRE.

    Fig. C'est une partie perdue, se dit lorsqu'on désespère de réussir dans ce qu'on a entrepris.

    Quitter la partie, convenir que celui contre qui l'on joue a gagné.

    Fig. Quitter la partie, se désister de quelque chose, y renoncer. Après la figure que nous avons faite, quitter la partie comme des sots…, Hamilton, Gramm. 2.

    Quitter la partie, signifie aussi se retirer d'un endroit, céder la place à quelqu'un. Mettez dans vos discours un peu de modestie, Ou je vais sur le champ vous quitter la partie, Molière, Tart. III, 2.

    Fig. Peloter en attendant partie, faire quelque chose de peu d'importance en attendant mieux.

    Au plur. Parties, ce qu'on met au jeu, et fig. ce qu'on expose en une affaire quelconque (vieilli en cet emploi). M. de Monaco y était ardent [à l'affaire du pas], sauf ses parties et sa bourse, Saint-Simon, 18, 210.

    Fig. Il fait bien ses parties, il sait prendre ses avantages.

    Au reversis, ce qu'on est obligé de payer au joueur qui, étant le plus près du panier, ne fait aucun point, ou n'en fait pas plus que celui qui en a fait le moins.

  • 15Projet formé entre plusieurs personnes, pour quelque affaire, pour quelque entreprise, par comparaison à une partie de jeu. Sans aller sur le pré, nous pouvons nous combattre, Nous montrant seulement de la plume ennemis ; En ce cas-là, du roi les duels sont permis ; Et faudra que bien fort ils fassent la partie, Si les plus fins d'entre eux s'en vont sans repartie, Régnier, Sat. XI. La partie est rompue, et les dieux la renouent, Corneille, Hor. IV, 4. La partie entre eux deux serait bientôt nouée, Corneille, Attila, IV, 4. Anselme étant parti, tout aussitôt Argie S'en alla demeurer aux champs ; Et tout aussitôt les amants De l'aller voir firent partie, La Fontaine, Pet. ch. Je vous en déferai [d'un lièvre qui faisait du dégât dans un jardin], bon homme, sur ma vie. - Et quand ? - Et dès demain, sans tarder plus longtemps. La partie ainsi faite, il vient avec ses gens, La Fontaine, Fabl. IV, 4. Si cette partie est rompue, j'irai chez Mme de Chaulnes, Sévigné, 186. Vous savez avec quelle facilité le roi vous a accordé ce que vous demandiez pour Avignon ; ainsi, ma chère enfant, il faut remettre à une autre fois la partie que vous aviez faite de vous pendre, Sévigné, 30 nov. 1688. Je suis de la partie, m'écriai-je ; ne pensez pas que j'ai moins d'envie que vous de parler à un si rare personnage, Lesage, Estev. Gonz. ch. 20.

    Lier partie, s'entendre avec d'autres pour quelque projet. Que signifie ce commerce [avec le monde] ? il est bien aisé de s'entendre… c'est y entretenir ses intelligences, c'est y avoir ses parties liées, c'est être de ces intrigues malicieuses, de ces cabales de libertinage, Bossuet, Sermons, Paix par Jésus-Christ, 2. Deux fois Sully était allé à Londres, la partie était liée avec le roi Jacques, et le roi de Suède était engagé de son côté, Rousseau, Paix perp.

    C'est une partie faite à la main, se dit de quelque chose de concerté.

  • 16Projet de divertissement ; le divertissement même. Faire une partie de promenade. Cette partie a été fort agréable. La partie se fit, l'on convint qu'il n'y aurait que Mme et Mlle de Vendôme, Mme de Choisi, M. de Turenne, M. de Brion, Voiture et moi, Retz, Mém. t. I, liv. I, p. 64, dans POUGENS. L'intimité de son fils et de lui portait toute sur des mœurs communes et des parties secrètes qu'ils faisaient ensemble avec des filles, Saint-Simon, 26, 42. Plutarque nous fait la description d'une magnifique partie de pêche à la ligne entre Antoine et Cléopatre, dans laquelle la vanité du triumvir reçut un affront, Ameilhon, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. v, p. 406.

    Être d'une partie, être du nombre de ceux qui font la partie. La Murinette beauté était de la partie, Sévigné, 70. Il était de toutes les parties et de toutes les assemblées, Hamilton, Gramm. 10. Le baron de Beauvais avait été élevé, au subalterne près, avec le roi ; il avait été de ses ballets et de ses parties, Saint-Simon, 14, 159.

    Fig. Être de la partie, faire quelque chose en commun avec d'autres. Si bien qu'un jour qu'ils étaient en devis, Minutolo, pour lors de la partie, Comme en passant mit dessus le tapis Certains propos de certaines coquettes, La Fontaine, Richard. Les Muses ont été de la partie et y ont mis beaucoup d'agrément, Fontenelle, Sapho, Laure. Se mettre de la partie, prendre part à quelque chose. Je vois votre chagrin, et que, par modestie, Vous ne vous mettez point, Monsieur, de la partie, Molière, Femm. sav. IV, 3. Heureux, si leur cœur [des quiétistes] ne se met pas de la partie ! Montesquieu, Lett. pers. 134.

    Partie carrée, partie de plaisir faite entre deux hommes et deux femmes. Il enlèverait ta maîtresse ; je t'enlèverais, moi ; ce serait justement partie carrée, Dancourt, Maison de camp. SC. 1. Et j'y trouve ma femme en partie carrée, Dancourt, Moul. Jav. SC. 17.

    Au théâtre, partie carrée se dit de toute combinaison où deux couples de personnages y sont dans la même situation et font la même chose ; c'est presque toujours un reproche à l'auteur de manquer d'invention. Il est temps de tirer la tragédie de la fadeur : je pétille d'indignation quand je vois une partie carrée dans Électre [de Crébillon], Voltaire, Lett. d'Argent. 21 août 1749.

    Partie fine, partie de plaisir où l'on met quelque mystère.

    C'est partie remise, se dit de quelque chose qui a manqué une fois, mais que l'on recommencera. Ce qu'elle me dit marquait que ce n'était que partie remise, Marivaux, Paysan parvenu, 2e partie.

  • 17 Terme de palais. Celui qui plaide contre quelqu'un, soit en demandant, soit en défendant. Sa partie l'a fait condamner aux dépens. Partie intervenante. Partie défaillante. Parties plaidantes. Parties assignées. Parties ouïes. Se porter partie contre quelqu'un. Un loup disait que l'on l'avait volé : Un renard, son voisin, d'assez mauvaise vie, Pour ce prétendu vol par lui fut appelé ; Devant le singe il fut plaidé, Non point par avocats, mais par chaque partie, La Fontaine, Fabl. II, 3. C'est vous qui devez vous rendre partie contre lui, et faire toutes les poursuites de la justice à vos dépens, Molière, l'Avare, v, 5. Ma partie est puissante et j'ai tout lieu de craindre, Racine, Plaid. I, 7. Ces plébéiens perdaient toujours leurs procès, parce que leurs parties étaient leurs juges, Vertot, Révol. rom. II, 154.

    Par extension. Va, je suis ta partie et non pas ton bourreau, Corneille, Cid, III, 4.

    Forte partie, se dit d'un homme puissant, en crédit, contre qui l'on plaide. Votre partie est forte, Et peut, par sa cabale, entraîner…, Molière, Misanthr. I, 1.

    Fig. Avoir affaire à forte partie, avoir un adversaire redoutable. Jugez à quelles fortes parties j'avais à faire, Marivaux, Marianne, part. VI.

    En matière criminelle, partie civile, celui qui poursuit en son nom contre un accusé pour des intérêts civils.

    Partie publique, le procureur général ou ses substituts. La partie publique veille pour les citoyens ; elle agit et ils sont tranquilles, Montesquieu, Esp. VI, 8.

    Être juge et partie, être à la fois celui qui fait un procès et celui qui le juge. La Syrie à vos lois est-elle assujettie, Pour souffrir qu'une femme y soit juge et partie ? Corneille, Théod. v, 7. Il est tout ensemble le juge, la partie et le bourreau, Pascal, Prov. XI.

    Prendre quelqu'un à partie, attaquer un homme en justice. Je vous prends à partie pour me payer dix mille écus qu'il m'a volés, Molière, l'Avare, v, 5.

    Prendre son juge à partie, se rendre partie contre le juge, l'accusant d'avoir prévariqué. Vous ne parlez point de Calas ; n'avez-vous pas été un peu surprise qu'une famille obscure et huguenote ait prévalu contre un parlement, que le roi lui ait donné trente-six mille livres, et qu'elle ait la permission de prendre un parlement à partie ? Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 22 avr. 1764.

    Prise à partie, acte par lequel on prend son juge à partie. Il a craint la prise à partie.

    Par extension, prendre à partie, imputer à quelqu'un le mal qui est arrivé. L'on le prend à partie, Et chacun de son tort cherche la garantie, Régnier, Sat. XI. Il n'a point pris le ciel, ni le sort à partie, Corneille, Héracl. III, 3. Que voulez-vous dire, de me prendre à partie sur le livre de la sainte Virginité ? Pascal, Prov. XVII. Et de ma mort enfin le prenant à partie, Racine, Bajaz. v, 6.

    Fig. Il n'est pas partie capable, il n'est pas en état de tenir tête à ses adversaires.

  • 18Celui dont un avocat ou un avoué défend le droit ou les prétentions. La partie de maître un tel a été condamnée.
  • 19 Au plur. Les personnes qui contractent ensemble. Toutes les parties intéressées sont d'accord. Pour contracter une société, toutes les parties doivent sans doute la consentir, mais ils peuvent tous donner leur consentement de différente manière, Patru, Plaidoyer 6, dans RICHELET.

    Au sing. La partie lésée, celle qui a souffert un dommage.

    Parties belligérantes, les puissances qui sont en guerre les unes contre les autres.

    Parties prenantes, créanciers de l'État dont le payement a été assigné sur un fonds particulier. Enfin ce mode [de payement des rentes de l'hôtel de ville] ne sert qu'à multiplier les parties prenantes qui s'élèvent à douze cent mille, Cambon, 14 août 1793, p. 61, Rapport.

    Parties prenantes, créanciers qui viennent en ordre utile dans une distribution de fonds provenant de leur débiteur.

    Parties prenantes, ceux qui participent à une distribution de vivres, d'habits, etc.

  • 20Agent, acteur. Notre religion, à nous, c'est notre histoire… nous sommes parties dans les scènes que le pinceau nous étale, Chateaubriand, Génie, I, III, 4.

    Rôle. La comédie ne serait pas moins bien jouée, quand je serais demeuré derrière le théâtre [quand je ne serais pas né] ; ma partie est bien petite en ce monde, Bossuet, Serm. Fragm. sur la brièv. de la vie.

  • 21Il se dit quelquefois d'une profession. Son père est marchand de vins, il le mettra dans la partie. Celui qui étudie néglige ses protecteurs, et ne fera jamais rien dans la partie des lettres, Courier, Lett. à l'Acad. des inscr.
  • 22Bonne qualité, naturelle ou acquise. La première partie d'un homme qui étudie les vérités saintes, c'est de savoir discerner…, Bossuet, Cornet. La principale partie de l'orateur, c'est la probité, La Bruyère, XIV.

    Au plur. Je m'étonne comment tant de belles parties En cet illustre amant sont si mal assorties, Qu'il a si mauvais cœur avec de si bons yeux, Corneille, Suivante, IV, 7. Ce cas m'a obligé de vous dire que, quoiqu'il ait eu de très grandes parties, je doute qu'il ait été aussi capable qu'on l'a cru des grandes choses qu'il n'a pas faites, Retz, Mém. t. I, liv. II, p. 415, dans POUGENS. À dire le vrai, où trouvera-t-on un poëte qui ait possédé à la fois tant de grands talents, tant d'excellentes parties [que Corneille], l'art, la force, le jugement, l'esprit ? Racine, Disc. pron. à la réc. de Th. Corn. Tu as été sans doute un orateur célèbre ; tu avais de grandes parties ; mais souvent tu t'es écarté du point en quoi consiste la perfection, Fénelon, Dial. des morts, I, 30 (Démosth. Cicéron). Parmi tant et de tels défauts [de Villars], il ne serait pas juste de lui nier des parties ; il en avait de capitaine, Saint-Simon, 111, 206. Cicéron, avec des parties admirables pour un second rôle, était incapable du premier, Montesquieu, Rom. 12. Un orateur peut avoir toutes les parties d'un poëte, et il n'y a même que l'harmonie qui en fasse la différence, Vauvenargues, Dial. Boss. Rac. Le caractère incomplet de ce jeune homme, qui ne régna que onze mois et qui avait quelques parties royales, est fort bien rendu ou du moins très vraisemblablement par l'historien, Sainte-Beuve, Causeries, 7 févr. 1853.

    Avoir des parties, avoir de l'esprit (locution vieillie). Le mot partie se trouve encore dans les comédies de Corneille pour esprit : cet homme a des parties, c'est ce que les Anglais appellent parts ; ce terme était excellent ; car c'est le propre de l'homme de n'avoir que des parties : on a une sorte d'esprit, une sorte de talent, mais on ne les a pas tous ; le mot esprit est trop vague ; et, quand on vous dit, cet homme a de l'esprit, vous avez raison de demander duquel, Voltaire, Mél. litt. Lett. d'Olivet, 20 août 1761. En Angleterre, pour dire qu'un homme a de l'esprit, on dit qu'il a de grandes parties (great parts) ; d'où cette manière de parler qui étonne aujourd'hui les Français peut-elle venir ? d'eux-mêmes ; autrefois nous nous servions de ce mot parties très communément dans ce sens-là, Voltaire, Dict. phil. Esprit.

  • 23En partie, loc. adv. Non entièrement, non en totalité. Il n'est héritier qu'en partie. C'est ce qui fait en partie que les plus beaux siècles dégénèrent si promptement, Vauvenargues, Max. CCXX.

    On omet quelquefois en. Elle peut passer toute ou partie dans un corps, Descartes, Monde, 3.

    Quand cette locution est répétée, elle a le sens de moitié, à peu près. Un corps de troupes composé en partie de Français, en partie de Suisses ; ou, en omettant en, composé partie de Français, partie de Suisses. Cette pièce est en partie traduite, en partie imitée de l'espagnol, Corneille, le Ment. Examen. Les Mamertins ayant, partie par menaces, partie par surprise, chassé de la citadelle l'officier qui y commandait de la part des Carthaginois, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. x, p. 8, dans POUGENS. Molière fit un petit ouvrage [l'Impromptu de Versailles] en partie pour se justifier devant le roi de plusieurs calomnies, et en partie pour répondre à la pièce de Boursault, Voltaire, Vie de Molière.

PROVERBES

Qui n'entend qu'une partie n'entend rien.

Il ne faut pas remettre la partie au lendemain, il ne faut point différer ce qu'on peut faire dans le moment.

Qui quitte la partie la perd, se dit non-seulement quand on quitte le jeu, mais aussi quand on abandonne un emploi, une position, une entreprise.

REMARQUE

Doit-on écrire la partie du pain mangé ou mangée ? Si tout le pain est mangé, on accorde l'adjectif avec pain, tandis que c'est avec partie si une partie seule était mangée. Une partie du pain mangé à notre déjeuné aurait sustenté ce malheureux pendant plusieurs jours. Une partie du pain mangée avant le dîner a empêché que le reste nous ait suffi. C'est ainsi qu'on écrira : Une partie du pain destiné aux pauvres a été distribuée ce matin. Quant aux phrases du genre de celle-ci : La partie du pain mangée par les souris est d'un demi-kilogramme, on voit facilement qu'il y est question d'une partie mangée, Legoarant

SYNONYME

PARTIE, PART. La partie est ce qu'on détache du tout ; la part est ce qui en doit revenir. Le premier de ces mots a rapport à l'assemblage ; le second au droit de propriété. On dit une partie d'un livre et une partie du corps humain ; une part de gâteau et une part d'enfant dans la succession, GIRARD.

HISTORIQUE

XIIe s. Cil vienent et chevauchent de chascune partie [contrée], Sax. VII. Al Seignur sunt les quatre parties del mund [les quatre quarts du monde connu], Rois, p. 7.

XIIIe s. Atant se fiert en l'estour, et mervelles faisoit d'armes et il et se [sa] partie, Chr. de Rains, 28. Lors fu li jours assignés devant le roi pour dire droit as parties, ib. 240. Et li quens [comte] Looys de Blois, et li marchis de Montferrat, et li quens Hues de Saint-Pol, et tuit cil qui à leur partie se tenoient, Villehardouin, XXXVII. Toute la terre est divisée en trois parties ; ce sont Asie, Aufrique et Europe, Latini, Trés. p. 152. [Il n'y avait abbaye] Dont la serve n'eüst outrageuse [exorbitante] partie, Berte, LX. Constance l' [Berte] en remene en une autre partie [autre part], ib. CXIX. Li aucun dient que certaines parties [partages] ne se poent fere entre les sousaagiés [mineurs], Beaumanoir, XVI, 18. Et lors il lor demandoit de sa bouche : a yl ci nullui [y a-t-il ici quelqu'un] qui ait partie ? Joinville, 199.

XIVe s. Toute chose qui a partie est plus grande que sa partie, Oresme, Eth. XI, 17. Car souvent ot affaire contre forte partie, Guesclin. 17119. Et se nous attendons la bataille fournie, Main à main, en un plain, en val ou en chaussie, Nous ne pourrons durer contre adverse partie ; Trois cent contre cinquante, c'est chose mal partie, ib. 19037. Aucun ne doit ressortir en nostre parlement, ne estre trait à instance de partie à partie hors du païs en laissant les assises, se ce n'est en cas d'appel, Ord. des rois, t. II, p. 162.

XVe s. [Ceux qu'on soupçonnait du meurtre du sire de Mauny] en furent arrestés ; mais ils estoient adonc là si forts qu'ils s'en passerent et excuserent ; ni nul n'en fit partie pour le sire de Mauny, Froissart, I, I, 240. Et pour ce qu'il savoit bien qu'il n'avoit pas tant de gens de la huitieme partie que le roi de France avoit, Froissart, I, I, 282. Soit faite satisfaction raisonnable à la partie blessée, Froissart, II, II, 241. Et pour ce, de vostre partie Acquittez vous pareillement, Orléans, Ball. 14. Car resister n'est pas de ma partie [n'est pas mon lot], Deschamps, Poésies mss. f° 213. Pour ce du cuer humblement luy supply, Que mon amour ne soit point sans partie [sans retour], Deschamps, ib. f° 166. Se jeunes est et a jeune partie [femme], Deschamps, ib. f° 363. Je suis le plus malheureux chevalier qui soit dessoubz la chappe du ciel ; car j'ay aimé et encores aime sans partie, et si sçay bien que je ne suis point aimé, Percefor. t. v, f° 74. À tant se releverent les deux chevaliers honteux de leur chute ; mais Atram, qui fut le premier sur pieds, demanda à sa partie qui il estoit, et que congnoistre le vouloit, pour ce qu'il l'avoit ainsi abattu, ib. t. v, f° 24. Le tournoy fut à celle fois ordonné sans faire parties ; mais qui chevalerie vouloit faire, si la faisoit sur qui il trouvast mieulx en sa voye, ib. t. VI, f° 74. Lesquelles estoient escriptes partie de la main de ladicte damoyselle et partie de la main de la duchesse de Bourgongne, Commines, V, 16. Il seroit à son choix de se declairer de la partie du roy ou de la leur, Commines, III, 11. C'estoit un prince qui n'avoit aucune des parties necessaires pour bien gouverner…, Mém. sur du G. ch. 18.

XVIe s. Je recongnoys en eulx tous une proprieté pantagruelique, moyennant laquelle jamais en maulvaise partye [part] ne prendront choses quelconques, Rabelais, Pant. III, prol. Si vostre bonne partie [femme, moitié] veoit la fin de ceste lettre, elle y trouvera mes recommandacions, Marguerite de Navarre, Lett. 151. Il veit fourrager bonne partie de la ville, Montaigne, I, 27. Les responses improuveues de sa partie adverse, Montaigne, I, 40. Enfin je diray pour ma partie [mon client] que…, Montaigne, I, 99. Les parties honteuses, Montaigne, I, 111. Une partie des femmes s'amusent à…, Montaigne, I, 237. Une partie, à mon opinion, ne pensent pas faire le mal qu'ils font, Lanoue, 10. Partie des principaux [vices] tirent leur origine des principales personnes, Lanoue, 34. Pour tous les autres qui ont escrit, ils sont recusables, comme s'estans monstrez parties, et sur tout le Mercure Gallo-belgique, D'Aubigné, Hist. Préf. 5. Il fut enjoinct aux susdits tresoriers, quand ung marchand apporteroit une cedule, ou des parties arrestées par le soldat, de les prendre, et d'en deduire la somme sur sa monstre, Carloix, V, 32. Ils se rangeoient aucune fois du costé des roys, et fortifioient aucune fois la partie du peuple à l'encontre des roys, Amyot, Lyc. 9. La partie est liée, il n'y a plus rien à faire que laisser aller les vaillans combatans, Beroald de Verville, le Cab. de Minerve, p. 283. Qui laboure vigne à partie, il n'est tenu que de laisser la partie du seigneur en la vigne, en signifiant audit seigneur la despouille, Coust. gén. t. I, p. 883. Il plaidoye beau qui plaidoye sans partie, Cotgrave Une partie n'est point le tout, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « partie »

Parti 1 ; wall. pârteie, poûrteie : bourg. patie ; provenç. partida, partia ; espagn. partida ; ital. partita.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Participe passé substantivé de partir au sens étymologique de « répartir, partager » → voir parti. Comparez avec l’occitan partida, partia, l'espagnol partida, l'italien partita.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « partie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
partie parti

Évolution historique de l’usage du mot « partie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « partie »

  • Car, on avait bien vu dernièrement un lieutenant de louveterie (il était venu avec l’ingénieur des mines de La Mûre et un chocolatier de Grenoble, soi-disant pour une battue aux sangliers qui s’était transformée finalement en partie de miroir aux alouettes suivie d’un dîner de garçon) mais on n’avait jamais vu de commandant.
    Jean Giono — Un roi sans divertissement
  • Mon père avait, dans sa bibliothèque, le Littré, qui a une si grande importance pour moi, où j’ai trouvé un autre monde, celui des vocables, des mots, mots français bien sûr, un monde aussi réel pour moi, aussi faisant partie du monde extérieur, du monde sensible, aussi physique pour moi que la nature, […].
    Francis Ponge — Entretiens de Francis Ponge avec Philippe Sollers
  • [Pyrrhus] avait perdu une grande partie des forces qu’il avait amenées, et presque tous ses amis et principaux commandants ; il n’avait aucun moyen d’avoir de nouvelles recrues (…). Tandis que, comme une fontaine s’écoulant continuellement de la ville, le camp romain se remplissait rapidement et abondamment d’hommes frais, pas du tout abattus par la défaite, mais gagnant dans leur colère une nouvelle force et résolution pour continuer la guerre.
    Plutarque — Apophtegmes de rois et de généraux
  • Une femme est auditionnée depuis ce mardi 11 juillet au matin par les gendarmes de la brigade territoriale autonome de Portet-sur-Garonne (Haute-Garonne). Elle aurait arraché une partie du sexe et de l'oreille de son époux pendant une dispute.
    CNEWS — Haute-Garonne : une femme placée en garde à vue après avoir coupé une partie du sexe de son mari lors d’une dispute | CNEWS
  • Son mépris de l’humanité s’accrut ; il comprit enfin que le monde est, en majeure partie, composé de sacripants et d’imbéciles. Décidément, il n’avait aucun espoir de découvrir chez autrui les mêmes aspirations et les mêmes haines, aucun espoir de s’accoupler avec une intelligence qui se complût, ainsi que la sienne, dans une studieuse décrépitude, aucun espoir d’adjoindre un esprit pointu et chantourné tel que le sien, à celui d’un écrivain ou d’un lettré.
    Joris-Karl Huysmans — À Rebours
  • En outre, ses dons en faisaient un compagnon hors pair et nous n’eussions pu concevoir de partie fine ou de scandale nocturne dont il n’eût pas été la principale figure. Musicien avant tout, il jouait en virtuose de plusieurs instruments, variant selon l’occasion le style et les effets, passant des œuvres les plus élaborées au chant populaire accompagné de guitare dans une libre improvisation.
    Noël Devaulx — La Dame de Murcie

Traductions du mot « partie »

Langue Traduction
Anglais part
Espagnol parte
Italien parte
Allemand teil
Chinois 部分
Arabe جزء
Portugais papel
Russe часть
Japonais
Basque zatia
Corse parte
Source : Google Translate API

Synonymes de « partie »

Source : synonymes de partie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « partie »

Combien de points fait le mot partie au Scrabble ?

Nombre de points du mot partie au scrabble : 8 points

Partie

Retour au sommaire ➦