Tranche : définition de tranche


Tranche : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TRANCHE1, subst. fém.

A. −
1. Morceau, d'épaisseur variable, prélevé avec un instrument tranchant, à la surface ou dans l'épaisseur d'une matière comestible. Tranche de jambon, de saucisson, de veau; tranche de melon; tranche de pain; cake vendu en tranches; tranche épaisse, mince; couper en tranches fines. Des restes de bœuf bouilli achetés chez un rôtisseur (...) et fricassés au beurre avec des oignons coupés en tranches minces (Balzac, Cous. Pons, 1847, p. 49).Un gâteau au chocolat, épais de cinq doigts, contenant des tranches d'ananas et des mangues écrasées (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 197).
ART CULIN. Tranche napolitaine. V. napolitain B 1 a.
2. P. ext.
a) Morceau coupé dans un corps dur selon deux surfaces planes parallèles. Tranche de pierre. La fameuse table de marbre, si longue, si large et si épaisse que jamais on ne vit (...) pareille tranche de marbre au monde (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 18).Pour étudier les cellules des organismes supérieurs, on débite les organes du corps en tranches suffisamment minces pour être translucides, et, après avoir traité ces « coupes » (...), on les examine sous le microscope (J. Rostand, La Vie et ses probl., 1939, p. 18).
b) Surface que présente un objet, une chose, coupé(e) dans le sens de l'épaisseur. Tranche d'un rondin; tranche d'une planche, d'une table. J'ai découpé et enlevé un jour, au centre d'un rayon, à un endroit où il y avait à la fois du couvain et des cellules pleines de miel, un disque de la grandeur d'une pièce de cent sous. Coupant ensuite le disque par le milieu de sa tranche ou de l'épaisseur de sa circonférence (Maeterl., Vie abeilles, 1901, p. 143).En râtelant on trouvait des pommes entamées par la faux, montrant leur tranche couleur de feuille morte (Pourrat, Gaspard, 1931, p. 263).
c) Section de certains objets, de certaines choses. Si l'ombre n'est pas épaisse ni l'obscurité profonde sous ces dômes de verdure, cela tient à ce que les arbres présentent une anomalie curieuse dans la disposition de leurs feuilles. Aucune n'offre sa face au soleil, mais bien sa tranche acérée (Verne, Enf. cap. Grant, 1868, p. 159).Et ne gâtez pas cette feuille de papier à tranche dorée, s'il vous plaît, la dernière qui me reste (Claudel, Pain dur, 1918, iii, 1, p. 457).
d) Partie, portion d'une chose qui est plus large que haute. Façade peinte par tranches horizontales. Louis le Débonnaire (...) [avait] déjà laissé reprendre aux sarrasins leur part, c'est-à-dire toute la tranche de l'Espagne comprise entre l'Èbre et le Llobregat (Hugo, Rhin, 1842, p. 123).La maison était mon domaine. Quand je dis la maison, j'entends une partie de la tranche de bâtisse formée par le quatrième étage (Duhamel, Jard. bêtes sauv., 1934, p. 56).
3. Spécialement
a) AGRIC. Terre que la charrue soulève et qu'elle déverse sur le côté en traçant le sillon (d'apr. Fén. 1970).
b) ARTILL. Section perpendiculaire à l'axe d'une bouche à feu et qui termine la volée (d'apr. Littré). Tranche de la bouche d'un canon (Rob. 1985).
c) BOUCH. Partie moyenne de la cuisse située au-dessus du gîte. Tranche grasse. Morceau de bœuf situé en avant de la cuisse et formé par les muscles cruraux antérieurs. La tranche grasse fournit aussi des morceaux à brochettes ou à fondue bourguignonne, ainsi que de la viande hachée (CourtineGastr.1984).Tende(-)de(-)tranche. Morceau de bœuf constitué par le muscle de la partie interne de la cuisse. On traite aussi le tende-de-tranche en rôti, sous le nom de rosbif (CourtineGastr.1984).
d) ÉLECTRON. Plaque de très faible épaisseur d'un monocristal sur laquelle sont réalisés des semiconducteurs (transistors, circuits intégrés, etc.) (d'apr. Industries 1986).
e) MÉTÉOR. Tranche (de précipitation). Couche d'eau liquide précipitée en un point du sol et mesurée au pluviomètre. (Dict. xxes.).
f) MINES ET CARR. Portion de gisement constituant une unité d'exploitation. Tranches montantes, descendantes. Après l'exploitation d'une tranche, une sole artificielle est laissée pour servir de couronne à la tranche suivante (Industries1986).
g) RELIURE. Surface unie qu'offre l'ensemble des feuillets d'un livre relié lorsqu'ils ont été rognés. Tranche de tête (partie supérieure); tranche de pied ou de queue (partie inférieure); tranche de côté ou tranche de gouttière (partie opposée au dos); tranche cramoisie, jaspée, marbrée; livre doré sur tranche (sur la tranche de tête). Barbet regarda les livres en en examinant les tranches et les couvertures avec soin (Balzac, Illus. perdues, 1839, p. 282):
Guillaume Apollinaire (...) attrapait un bouquin comme un prestidigitateur, faisait courir la tranche entre le pouce et l'index comme un Grec un jeu de cartes biseautées, ne le feuilletait pas, le posait à plat devant soi... Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 392.
Au fig., fam., vieilli. [En parlant d'une pers.] Doré sur tranche. Très riche. Et puis, il y a la célèbre mystification par la continuité révolutionnaire. Comme chacun sait, les maréchaux dorés sur tranche sont les héritiers légitimes des compagnons de Lénine aux vestes de cuir (Malraux, Conquér., 1949, postf., p. 173).
h) Surface que présente l'épaisseur du flan d'une pièce de monnaie sur tout son pourtour. Tranche cannelée, striée; inscription en creux, en relief sur la tranche d'une pièce. Le Dieu protège la France inscrit sur la tranche de nos défuntes pièces de cinq francs (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 356).
B. − Au fig. Partie d'un ensemble.
1.
a) Chacune des phases successives d'une opération de longue haleine. Deuxième tranche de travaux; tranche d'un programme d'études; tranches de livraison de fournitures. C'était la nuit que Saint-Avit aimait à me conter par le menu sa prestigieuse histoire. Il me la débitait en petites tranches, rigoureuses et chronologiques (Benoit, Atlant., 1919, p. 222).Hier, il pensait que quatre années à vivre, c'était le temps d'achever au moins la tranche de travail où il est engagé actuellement (Montherl., Lépreuses, 1939, p. 1483).
b) Durée, plage de temps comprise entre des limites données. Enfants répartis par tranches d'âges; tranche horaire d'un programme de radio. Cette journée était pour lui une journée essentielle, une charnière; la porte retombait sur toute une tranche pénible de sa vie, s'ouvrait sur un avenir prestigieux (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 55).Nous avons retenu l'habitude, du temps où nous ignorions la paléontologie humaine, d'isoler dans une tranche spéciale les quelque six mille ans pour lesquels nous possédons des documents écrits ou datés (Teilhard de Ch., Phénom. hum., 1955, p. 229).
c) Partie d'une collectivité. Première tranche d'un contingent de soldats; candidats convoqués par tranches successives. La tranche principale de la population de l'île [la Sicile] est elle circonscrite entre 300 et 800 mètres (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 87).La construction (...) d'une équipe organique et dogmatique, d'une tranche compacte de public, par M. Maurras, représente une œuvre de journalisme réel bien supérieure à un article isolé (Thibaudet, Réflex. litt., 1936, p. 221).
d) Partie d'une émission financière, d'une loterie. Tranche de Pâques de la loterie nationale; crédits débloqués par tranches. Nous devions, comme vous le savez, toucher cet argent à la fin de l'année dernière (...). J'ai reçu, ce matin même, une première tranche, la moitié (Duhamel, Terre promise, 1934, p. 12).Le roi de Jérusalem comprit en effet que son entreprise était manquée. Il chercha seulement à se faire acheter sa retraite au prix d'une bonne indemnité de guerre. Dès le versement de la première tranche, il évacua le pays et rentra en Palestine (Grousset, Croisades, 1939, p. 202).
2. Spécialement
a) CH. DE FER. ,,Sous-ensemble d'un train, composé d'une ou de plusieurs voitures ayant une même destination`` (Tourisme Loisirs 1982).
b) DR. FISCAL. ,,Chacune des différentes strates du revenu des personnes physiques, soumises à des taux d'imposition différents, sur la base de la progressivité`` (GDEL). Les praticiens d'études de marché stratifient la population de préférence par tranches de revenu (Univers écon. et soc., 1960, p. 52-4).
c) MATH. Série de chiffres consécutifs dans l'écriture d'un nombre. Tranches de trois chiffres séparées par des points ou par des blancs. S'il se présente des points et des virgules séparant les tranches de chiffres et les décimales et qu'ils ne soient pas fondus sur demi-cadratin (...) on sera forcé de prendre une justification en conséquence (É. Leclerc, Nouv. manuel typogr., 1897, p. 396).Il est pratique de séparer les nombres binaires en tranches de 3 chiffres à partir de la droite (Berkeley, Cerveaux géants, 1957, p. 247).
3. Locutions
a) Une tranche de. Une certaine part de. S'offrir une tranche de pittoresque. Le soir, tam-tam, d'abord très distant, puis dont les sons se rapprochent. Après une bonne tranche des affinités et ma leçon de lecture à Adoum, nous nous y rendons (Gide, Voy. Congo, 1927, p. 787).Nous avons insisté exceptionnellement sur ce tableau d'une psychose parce qu'il éclaire dans ses moindres structures une large tranche de faits psychologiques situés dans la sphère du normal ou sur ses abords immédiats (Mounier, Traité caract., 1946, p. 363).
b) Pop. S'en payer une (bonne) tranche. V. payer I A 3 b.
c) [P. allus. littér. aux scènes réalistes du Théâtre libre d'Antoine] Tranche de vie. Œuvre de fiction d'un réalisme strict, s'en tenant à une reproduction fidèle de la réalité quotidienne. Un monsieur, auteur dramatique du pays, nous dit que c'était une belle tranche de vie, qu'il connaissait ça, que c'était du bon théâtre libre, mais que ça ne prendrait pas (Renard, Journal, 1895, p. 259).[Il] faudrait (...) sauver l'expression de tranche de vie, compromise par le pauvre usage qu'en firent les naturalistes français, et montrer que cette indicible sensation vitale donnée par Tchekhov réside dans le très lent écoulement étale de la vie elle-même (Du Bos, Journal, 1924, p. 127).
C. −
1. Ce qui tranche ou marque une coupure.
a) AGRIC. Pioche, houe à large côté aéré (d'apr. Fén. 1970). Dans un bois, espace séparant les coupes (d'apr. Fén. 1970). Dans toute l'Europe occidentale et centrale, la forêt est de toutes parts limitée par d'énormes bandes, tranches ou îlots de déboisements (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p. 50).
b) FOND. Instrument utilisé par les fondeurs pour tailler et réparer les moules en sable. (Dict. xixeet xxes.).
c) INDUSTR. DES MÉTAUX. Ciseau emmanché utilisé pour sectionner ou entailler les barres métalliques. Tranche à chaud, à froid. (Dict. xixes.).
d) INDUSTR. DU BOIS. Synon. de trancheuse (v. trancheur B 2).V. trancheur ex. de Campredon.
2. CARR. Entaille étroite et profonde, pratiquée dans la masse des pierres à extraire, pour délimiter les blocs que l'on veut en tirer (d'apr. Noël 1968).
Prononc. et Orth.: [tʀ ɑ ̃:ʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. tranche2. Étymol. et Hist. I. A. Sens concr. 1. 1213 « partie, subdivision d'un tout » (Faits des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 490, 3: chascune de ces ongles fu forchiee [d'un cheval] et devisee en .V. trenches); 2. a) 1394 « mince morceau prélevé avec un instrument tranchant » (Bibl. nat. ms. 5190 [anc. cote], fol. 110 rods Du Cange, s.v. trenchia); 1507, sept. une trenque de fromage (Coutume de Ficheux, I, 8 ds Nouv. Coutumier gén., t. 1, éd. Bourdot de Richebourg, p. 423); b) 1680 tranche de bœuf (Rich.); 1690 tranches maigres; grasses; à l'os ( Fur.); c) 1694 « corps dur, peu épais, ayant 2 surfaces planes parallèles » tranche de marbre (Corneille); 3. a) 1455 [livre] doré sur tranche (ds de Laborde, Notice des émaux [...] Louvre, Paris, 1853, p. 520); b) 1690 « circonférence d'une monnaie » (Fr. Le Blanc, Traité hist. des monnaies d'apr. Trév. 1752); c) 1749 « bord mince d'un objet » (Buffon, Théor. terre, Œuvres, t. 9, p. 195 ds Littré: l'anneau [de Saturne] ne nous présente [...] que sa tranche). B. Sens abstr. 1. a) xiiies. a trenche « en ligne, en file » (Chrétien de Troyes, Chevalier de la charrette, éd. W. Foerster, 2728, var. ms. T: estoient trestuit a trenche Venu); 1285 [ms.] a trence « l'un après l'autre, d'affilée » (Comput, ms. Bibl. nat. fr. 412, vers 19 ds B. Soc. anc. textes t. 9, 1883, p. 80: Dis jors entierins a trence); b) 1288 tout a tranche « l'un après l'autre, systématiquement » (doc. Arch. Indre-et-Loire ds Gdf.); 2. a) 1306 a droites tranches « par parties successives » (Guillaume Guiart, Royaux lignages, éd. N. de Wailly et L. Delisle, Prol., 469: par ordre ramènerai L'un après l'autre, a droites tranches, Tous les faiz des guerres flamanches); b) 1771 « série de chiffres » tranche des unités; des mille (Trév.); c) 1871, août larges tranches de temps (Rimbaud, Lettre à Paul Demeny ds Œuvres, Paris, éd. A. Adam, 1972, p. 259); d) 1880 fam. s'en promettre une rude tranche (V. Richard, Lettre à Vallès, 5 mai, p. 340 ds Quem. DDL t. 6, s.v. flapasse). II. a) 1416 « espèce de couteau » (Arch. nat. JJ 96, pièce 148 ds Du Cange, s.v. tranchetus); b) id. « espèce de bêche » trenque (doc. Arch. Mons ds Gdf.). Déverbal de trancher*. Bbg. Quem. DDL t. 5, 36, 39, 40.

TRANCHE2, subst. fém.

Argot
A. − Tête. Synon. bouille4(pop.), tronche (v. ce mot B).Faire une drôle de tranche. La viocque la loqua [Cendrillon] comme une Reine, de la tranche aux panards (Stollé, Contes, Cendrillon, 1947, p. 1).
B. − Imbécile. Quelle tranche, ce mec! Il se débat la pauvre tranche... Il trouve moyen de se remettre à genoux... Il pleurniche... Il nous implore (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 529).Si parmi les voyous il y a une bande de tranches, il y a aussi une élite de types extraordinaires d'intelligence et d'esprit (Trignol, Pantruche, 1946, p. 82).
C. − Loc. En tranche. En tête (d'une file). Descendre en tranche. Tony siffla du côté d'une file de taxis. Le bahut, qui était en tranche (...) vint s'aligner (Le Breton, Rififi, 1953, p. 46).
Prononc.: [tʀ ɑ ̃:ʃ]. Homon. tranche1. Étymol. et Hist. I. a) 1878 arg. de soldats « tête » (Rigaud, Dict. jargon paris., p. 316); b) 1935 arg. taxi « tête de station » (Simonin, J. Bazin, Voilà taxi! p. 222). II. 1928 tranche de céleri « niais » (Lacassagne, Devaux, Arg. « milieu », p. 263). I altér. de tronche*. II issu p. métaph. de tranche1*.
STAT. Tranche1 et 2. Fréq. abs. littér.: 535. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 383, b) 809; xxes.: a) 954, b) 935.

Tranche : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

tranche \tʁɑ̃ʃ\ féminin

  1. Morceau coupé un peu mince de divers objets et particulièrement de choses comestibles.
    • Faites une pâte à koulibiac, puis garnissez l’intérieur de tranches de saumon épluché et débarrassé des arêtes. — (Tante Marie, La véritable Cuisine de Famille, A. Taride, Paris, s.d., 30e éd., page 339)
    • Mme Chappaz jeta dans la poêle pleine d’huile bouillante les pommes de terre coupées en tranches minces […] — (Charles Ferdinand Ramuz, Adam et Ève, L’Âge d’Homme, 1978, page 9)
    • Faites raidir les tranches de bacon dans une poêle antiadhésive. Ôtez du feu et laissez refroidir. — (Anne Garnier Carole Dufour, Le nouveau régime booster métabolique : Brûler plus de graisses sans effort, Éditions Leduc.s, 2019)
    • Elle tira du réfrigérateur une assiette de fromage. Il coupa une tranche d’emmental et la mâcha lentement, alternant une bouchée de fromage et une de pain. — (Gerald Messadie, Un espoir aussi fort , tome 3 : Les années d'or, Éditions de L'Archipel, 2009, chapitre 4)
  2. (Par extension) Parties successives d’une chose, de taille égale.
    • On écrit les grands nombres en les séparant en tranches de trois chiffres.
    1. (Finance) Partie d’une émission financière, d’une loterie.
      • La première, la deuxième tranche d’une loterie.
      • Tranche de Pâques de la loterie nationale.
      • Les crédits sont débloqués par tranches.
      • Nous devions, comme vous le savez, toucher cet argent à la fin de l’année dernière […] J’ai reçu, ce matin même, une première tranche, la moitié. — (Georges Duhamel, Chronique des Pasquier : III. Vue de la Terre promise, 1934, page 12)
      • Le roi de Jérusalem comprit en effet que son entreprise était manquée. Il chercha seulement à se faire acheter sa retraite au prix d’une bonne indemnité de guerre. Dès le versement de la première tranche, il évacua le pays et rentra en Palestine. — (René Grousset, Histoire des Croisades et du Royaume Franc de Jérusalem, 1939, page 202)
  3. Bord mince, de faible épaisseur, d’un objet.
    • Cette table porte sur la tranche de nombreuses traces de canif.
  4. (Agriculture) Terre que le soc d’une charrue rejette sur le côté du sillon qu’il ouvre.
  5. (Militaire) Section plane, perpendiculaire à l’axe du canon ou de la bouche à feu.
    • Tranche de culasse.
  6. (Bibliotechnique) Surface unie que présente l’épaisseur de tous les feuillets d’un livre du côté où on les a rognés.
    • La bibliothèque de l’Escurial présente cette particularité que les livres sont rangés sur le rayon le dos contre le mur et la tranche du côté du spectateur ; j’ignore la raison de cette bizarrerie. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Il me semble que j’ai marché dans la chose de la sainte religion, comme […] dans mes bouquins de contes de fées à tranches dorées. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 247)
    • Un livre doré sur tranche. — Brunir la tranche d’un livre. — Des tranches marbrées.
  7. (Boucherie) Morceau de l’intérieur de la cuisse de bœuf et du bassin avoisinant, aussi appelé tende de tranche. La tranche grasse en est la partie supérieure avant.
    • La viande, qui doit se révéler un peu ferme, provient souvent de tranche grasse, de rond de gîte, de gîte à la noix, mais les rosbifs aristocratiques peuvent être taillés dans le filet, le faux-filet ou le romsteck. — (Jacques-Louis Delpal, Comment marier les mets et les vins, Éditions Artemis, 2007, page 110)
  8. (Électronique) Disque de faible épaisseur découpé dans un lingot monocristallin de matériau semiconducteur et utilisé comme matériau de base pour réaliser un ou plusieurs circuits ou composants en une seule fois.
  9. (Marine) Ensemble des compartiments compris entre deux cloisons transversales étanches.
  10. (Numismatique) Circonférence des monnaies modernes, où l’on met la légende ou le cordonnet.
    • Faire rouler une pièce sur sa tranche.
  11. (Technique) Espèce de marteau tranchant.
    • Chaque refuge comprend l’équipement de base : hache, pelle, tranche à glace, bouilloire…
  12. (Technique) Ciseau acéré servant à couper le fil de fer.
  13. (Technique) Fort ciseau en acier rapide pour couper le fer.
  14. (Technique) Sorte de bêche.
  15. (Nucléaire) Unité de production d’électricité.
    • À chaque arrêt de tranche, on vide les circuits et on vérifie les surfaces d’échange pour prévenir les fuites radioactives primaire-secondaire —c’est le travail de Jean-Yves et de son équipe, contrôle des microfissures par gammagraphie. — (Élisabeth Filhol, La Centrale, 2010, page 53)
    • On y construit une centrale nucléaire de quatre tranches, autrement dit quatre réacteurs.
  16. Côté tranchant de la lame d'une arme blanche.
    • Les soldats frappèrent de tranche en criant comme des rats mais Angelo leur releva vertement les lames et en quelques voltes fort habiles les plaça tous les deux à sa main. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, pages 305-306)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tranche : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRANCHE. n. f.
Morceau coupé un peu mince de divers objets et particulièrement de choses comestibles. Tranche d'aloyau, de jambon, de pâté. Une tranche de melon. Coupez-en une tranche. Couper par tranches. Couper du jambon en tranches minces. En termes de Boucherie, De la tranche, Un morceau de cuisse de bœuf.

TRANCHE se dit, par extension, des Parties successives d'une chose. La première, la deuxième tranche d'une loterie. Il désigne aussi la Surface unie que présente l'épaisseur de tous les feuillets d'un livre du côté où on les a rognés. Un livre doré sur tranche. Brunir la tranche d'un livre. Des tranches marbrées. Il se dit encore de la Circonférence des monnaies modernes, où l'on met la légende ou le cordonnet.

Tranche : définition du Littré (1872-1877)

TRANCHE (tran-ch') s. f.
  • 1Morceau coupé un peu mince d'un objet quelconque. Une tranche de melon. Ne trouvant plus de poulets coupés, elle fut réduite à lui servir des tranches de gigot de mouton, Scarron, Rom. com. II, 8. Le père saisit un jambon qui pendait au plancher, en coupe une tranche et se retire, Courier, Lett. I, 215.

    Il se dit aussi de morceaux de corps durs qui sont plus longs et larges qu'épais. M. l'abbé de Rochon a démontré cette inégalité de dureté dans les tranches du cristal de roche, en mettant sur la surface polie de ce cristal un verre objectif d'un long foyer, Buffon, Min. t. VI, p. 117. La fameuse table de marbre d'un seul morceau [au palais de Justice de Paris], si longue, si large et si épaisse que jamais on ne vit, disent les vieux papiers terriers, dans un style qui eût donné appétit à Gargantua, pareille tranche de marbre au monde, Hugo, Notre-Dame de Paris, I, 1.

  • 2 Terme de cuisine. Un morceau de tranche, un morceau de cuisse de bœuf.

    Terme de boucherie. Tranche grasse, partie de la cuisse du bœuf qui s'étend, de la longueur du tendre de tranche, en pointe comme le tendre, jusqu'à la culotte et au gîte.

    Tranche au petit os, le milieu du gîte à la noix.

  • 3Tranche de marbre, plaque mince de marbre, qu'on insère dans un compartiment de maçonnerie, pour décorer une façade, etc.
  • 4 Terme de géométrie. Se dit des solides qui résultent de la section d'un prisme, d'un cylindre, etc. par des plans parallèles.

    Terme d'hydrostatique. Tranche d'un liquide, portion d'un liquide qu'on suppose partagé en sections infiniment minces. L'hypothèse du parallélisme des tranches, établie par Daniel Bernoulli, Navier, Instit. Mém. scienc. t. IX, p. 311.

  • 5 Terme d'arithmétique. Division qu'on fait des chiffres d'un nombre de trois en trois, afin de l'énoncer plus facilement.
  • 6 Terme de marine. Division de la cale.
  • 7 Terme de reliure. Surface unie que présente l'épaisseur d'un livre rogné. Tranche marbrée, dorée. Un volume de Cicéron doré sur tranche, et relié de maroquin de Levant, Guez de Balzac, Dissert. crit. 7. Il faut donner aux enfants un livre bien relié, doré même sur tranche, avec de belles images et des caractères bien formés, Fénelon, t. XVII, p. 29. Que la tranche soit lisse, exempte d'aucun saut ; Car c'est dans la rognure un bien vilain défaut, Lesné, la Reliure, p. 60. Quelquefois sur la tranche on peint des paysages, Des miniatures même, et mille autres objets, Qui ne sont apparents qu'en courbant les feuillets, Lesné, ib. p. 63.

    Faire la tranche, couvrir cette tranche d'une couleur unie, ou jaspée, ou marbrée, ou même la couvrir de feuilles d'or, Manuel du relieur.

    Petite bande d'or pour faire des bords de livres.

    Tranche-peigne, tranche de livre marbrée au peigne.

  • 8Circonférence des monnaies modernes, où l'on met la légende ou le cordonnet, pour empêcher qu'elles ne soient rognées. Un ingénieur français nommé Casting avait inventé la machine à marquer sur la tranche, qui opposait une digue à la cupidité des rogneurs des monnaies, Mongez, Instit. Mém. acad. inscr. t. IX, p. 229.
  • 9 Terme d'artillerie. Surface perpendiculaire à l'axe d'une bouche à feu et qui termine la volée. Tranche de la bouche d'un canon. Tranche des tourillons.
  • 10Surface plane qui termine un objet. Je fus frappé d'un site d'où l'on avait une vue superbe du Mont-Blanc, de ses grandes tranches pyramidales et de sa pointe, Saussure, Voy. Alpes, t. III, p. 440, dans POUGENS.
  • 11Terre que la charrue enlève de la raie qu'elle ouvre.
  • 12Le côté mince d'un objet. Lorsque l'anneau [de Saturne] ne nous présente exactement que sa tranche, il ne réfléchit pas assez de lumière pour qu'on puisse l'apercevoir avec les meilleures lunettes, Buffon, Théor. terr. Œuv. t. IX, p. 195.
  • 13Synonyme de houe bident, voy. HOUE.

    Ciseau acéré, fixé dans un bloc, avec lequel les faiseurs d'hameçons coupent le fil de fer.

    Ciseau d'acier emmanché, servant à trancher le fer, quand il est chaud.

    Couteau et espèce de coin à l'usage des fondeurs.

    Sorte de marteau tranchant.

    Outil du maréchal pour rogner ou couper un fer.

    Double crochet dont se servent les ardoisiers.

  • 14Nom donné, dans certaines provinces, à une sorte de bêche. Il a essayé de lui assener sur la tête un coup d'un instrument en fer dit tranche de jardinier, le National de 1869, 14 févr. 1869.

HISTORIQUE

XIVe s. Ils scierent les pieux dont je vous vois [vais] parlant, En terre rez à rez ; mais je vous acreant Qu'on ne les alla pas trestous outre sciant ; Puis alerent la trenche de terre recouvrant, Guesclin. 19455.

XVe s. Le suppliant print une tranche et se mist à becher, Du Cange, trancheia. Fort deffait et deffiguré par la tranche qu'il avoit au visage, Math. de Coucy, Hist. de Charles VII, p. 646, dans LACURNE. Unes heures couvertes de cuir vermeil empraint et doré sur tranche, De Laborde, Émaux, p. 520.

XVIe s. Deux charretes où estoient les forges, trois chargées de pelles, picques et tranches, Jean D'Auton, Ann. de Louis XII, p. 183, dans LACURNE. Marteaulx, pelles, picqz, tranches et hoyaulx, desquels nosditz salpestriers seront tenus se meubler et fournir, Ordonn. 13 févr. 1543. Se servant d'instrumens bien trenchans pour faire la trenche bien unie, De Serres, 469. J'ay un livre toscan dont la tranche est garnie richement d'or battu de l'une et l'autre part, La Boétie, 515.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TRANCHE. Ajoutez :
15Se dit de lignes séparant les coupes dans un bois.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Tranche : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRANCHE, s. f. (Géom.) quand on conçoit qu’un prisme, un cylindre, une pyramide, un cône, &c. sont coupés par des plans paralleles à la base, les sections qui en naissent s’appellent des tranches : on donne même quelquefois ce nom aux portions solides comprises entre deux coupes. (E)

Tranche de marbre, (Arehitect.) morceau de marbre mince, qu’on incruste dans un compartiment, ou qui sert de table pour recevoir une inscription. (D. J.)

Tranche, en terme d’Eperonnier, est un outil en forme de ciseau, logé dans un morceau de bois rond & fendu, dans lequel la tranche est retenue par deux liens de fer ; ce bâton se nomme bois de la tranche. Voyez les fig. Pl. de lÉperonnier.

Tranche, en terme de Doreur sur cuir, est une petite bande d’or pour faire les bords des livres qu’on relie en veau & qu’on dore.

Tranche, terme de Ferranderie, outil dont les Serruriers & les autres ouvriers en fer se servent pour couper & fendre les barres de fer à chaud. Cet outil est d’acier ou de fer bien acéré en forme d’un coin ou gros ciseau, de cinq ou six pouces de long, avec un long manche de bois. (D. J.)

Tranche, sorte de coûteau dont les Fondeurs en sable se servent pour réparer & tailler les moules qu’ils construisent ; c’est une lame de fer roulée par un bout & aiguisée en langue de carpe tranchante des deux cotes par l’autre. Voyez les fig. Pl. du Fondeur en sable.

Tranche, terme de Laboureur ; c’est un outil de fer qui coupe la terre, lequel a divers noms, selon la diversité des contrées ; les uns l’appellent pioche, les autres ouille, quelques uns ouillant. Dict. économiq.

Tranche, (Monnoie.) ce terme de monnoie signifie la circonférence des especes, autour de laquelle on imprime une légende ou un cordonnet, pour empêcher que les faux-monnoyeurs ne les puissent rogner ; on ne peut marquer que les écus de la légende, Domine salvum fac regem, parce que le volume peut porter des lettres sur la tranche ; mais le volume des autres especes, tant d’or que d’argent, ne sauroit porter sur la tranche qu’un cordonnet avec un grenetis des deux côtés, ou seulement une hachure. L’usage de mettre une légende sur la tranche des monnoies, a commencé en Angleterre. François le Blanc dans son traité des monnoies de France, dit qu’il faut esperer qu’un jour on protégera la nouvelle invention qui marque les monnoies sur la tranche, en même tems que la tête & la pile. Ce souhait qu’il faisoit en 1690, ne fut pas long-tems à être accompli dans ce royaume. (D. J.)

Tranche, terme de Relieur ; ce mot s’entend de l’endroit du livre par où il a été rogné sur la presse, c’est-à-dire, de l’extrémité des feuillets que l’on dore, ou que l’on met en couleur. On dit dorer, noircir, rougir & marger sur tranche, selon que c’est de l’or, ou de quelqu’une de ces couleurs que l’on met sur la tranche. (D. J.)

Tranche, (Coutelier, Tailland. Serrur.) & autres ouvriers en fer. Ils en ont de deux sortes ; l’une en forme de coin, prise dans un gros morceau de bois, fendu par le bout, & retenu dans cette fente par deux cercles de fer. Elle sert à ouvrir les grosses barres de fer. L’autre à queue, qu’on place dans un trou pratiqué vers la base de la bigorne de l’enclume. Elle sert à couper de petits morceaux de fer, à séparer des petits ouvrages, de la barre dont on les a faits. La premiere de ces tranches se pose sur le morceau de fer à trancher ou à ouvrir ; un ouvrier tient le morceau de fer, pose dessus la tranche, dont il tient le manche, & un autre ouvrier avec un gros marteau frappe sur la tête de la tranche. Pour se servir de la seconde au contraire un seul ouvrier suffit. Il pose le fer sur cette tranche fixée dans le trou de la bigorne ; & il frappe sur la piece à séparer de la barre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tranche »

Étymologie de tranche - Littré

Nom verbal de trancher ; wallon, treing ; picard, tringue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tranche - Wiktionnaire

(Date à préciser) Déverbal sans suffixe de trancher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tranche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tranche trɑ̃ʃ play_arrow

Citations contenant le mot « tranche »

  • Parmi tous les argumentaires livrés, celui du Shaq est certainement le plus notable. Pour trancher entre les deux superstars, le Big Diesel s’est basé sur leur bilan collectif, comme cela avait été le cas lorsque Steve Nash avait été sacré en 2005 et 2006 malgré des stats individuelles peu flamboyantes. Mais ne croyez pas pour autant que cela le réjouit… Parlons Basket, NBA - Giannis ou LeBron ? Shaq tranche en rageant... sur son propre cas
  • Il est plus efficace de trancher les têtes que de fendre les cheveux en quatre. De Arthur Koestler / Les Call-girls
  • Les affaires de l’Etat sont faciles à trancher, les affaires de famille sont difficiles à tirer au clair. De Proverbe chinois
  • La France a toujours cru que l'égalité consiste à trancher ce qui dépasse. De Jean Cocteau
  • Quiconque tranche avec un couteau la gorge d'un boeuf et reste sourd aux meuglements d'effroi, quiconque est capable d'abattre de sang-froid le chevreau hurlant et mange l'oiseau qu'il a lui-même nourri, est-il encore très éloigné du crime ? De Pythagore
  • La non-violence est une arme puissante et juste, qui tranche sans blesser et ennoblit l’homme qui la manie. C’est une épée qui guérit. De Martin Luther King / Why we can’t wait
  • Si la solitude sépare, elle tranche bien des liens qu'on ne coupe qu'à regret, mais elle permet de plonger des racines dans ce qui est essentiel. De Eugène Delacroix
  • Le problème avec la réduction des impôts sur le revenu c’est que ça stimule suffisamment l’économie pour que tout le monde rentre dans la tranche supérieure. De Harold Coffin
  • Un film n’est pas une tranche de vie, c’est une tranche de gâteau. De Alfred Hitchcock

Images d'illustration du mot « tranche »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tranche »

Langue Traduction
Corse fetta
Basque xerra
Japonais スライス
Russe ломтик
Portugais fatia
Arabe شريحة
Chinois
Allemand scheibe
Italien fetta
Espagnol rebanada
Anglais slice
Source : Google Translate API

Synonymes de « tranche »

Source : synonymes de tranche sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires