La langue française

Os

Sommaire

  • Définitions du mot os
  • Étymologie de « os »
  • Phonétique de « os »
  • Citations contenant le mot « os »
  • Images d'illustration du mot « os »
  • Traductions du mot « os »
  • Synonymes de « os »
  • Antonymes de « os »

Définitions du mot « os »

Trésor de la Langue Française informatisé

OS1, subst. masc.

A. − ANAT. Élément de consistance dure et de couleur blanchâtre servant de soutien aux parties molles du corps de l'homme et des vertébrés (à l'exception de certains poissons). Les Mélanésiens et les Péruviens enlevaient avec beaucoup d'habileté les os fracturés du crâne afin de décongestionner le cerveau (Lowie,Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.362):
1. Les os sont les éléments du squelette des Vertébrés. On les divise en os longs (...) os plats (crâne, thorax) et os courts (...). Dans les os plats et dans les os courts, il n'y a pas de canal médullaire. Encyclop. Sc. Techn.t.81972, p.633b.
SYNT. Os courts, longs, plats; os frontal, maxillaire; os sacrum; os pubis; l'os de la pommette; les os du bassin, du crâne, du nez; os pointus; avoir de petits, de gros os; fracture d'un os.
P. métaph. ou au fig. La Seine (...) longeait une grande côte onduleuse boisée en haut et montrant par places ses os de pierre blanche (Maupass.,Bel-Ami, 1885, p.220).Il n'y avait plus d'arbres et plus d'herbe, plus que de grands sillons, et les coteaux n'étaient que des os de craie, tout décharnés (Giono,Gd troupeau, 1931, p.121).
B. − En partic.
1.
a) [L'os dans ses utilisations; l'os provient d'un animal de boucherie] Blanquette, rôti avec ou sans os; chien qui ronge un os. Il avait dîné d'un os où il restait un peu de viande et d'un morceau de pain (Hugo,Misér., t.2, 1862, p.60).J'ai fait une soupe aux herbes avec une couenne de lard et un gros os de boeuf. Il n'y a rien qui embaume un potage comme un os à moelle (A. France,Dieux ont soif, 1912, p.66).
Os verts. ,,Os de boucherie traités par la cuisson et ayant perdu leur graisse et leur gélatine`` (Clém. Alim. 1978).
Loc. fig.
Donner, (laisser) un os à ronger à qqn. Donner à quelqu'un une occupation qui l'absorbe afin de s'en débarrasser, de le détourner d'autre chose:
2. Ta jeunesse longue et ton calme inviolable feront la haine des yeux-cernés, si tu n'as pas soin de leur donner à l'occasion un os à ronger (par exemple, tous les dix-huit mois environ, tu pourras laisser entendre que tu as des ennuis d'argent). Montherl.,Olymp., 1924, p.320.
Jeter un os (à ronger) à qqn. Donner à quelqu'un un petit profit pour le satisfaire momentanément:
3. ... des âmes de domestiques, aplaties devant les titres, les galons, les décorations: pour les tenir, il n'y avait qu'à leur jeter en pâture un os à ronger, ou la légion d'honneur. Rolland,J.-Chr., Foire, 1908, p.765.
b) [L'os est utilisé, comme matière industrielle, à cause de sa composition]
Noir d'os. Synon. de noir* animal.Les noirs d'os possèdent en général un reflet rougeâtre qu'on croit dû au phosphate de chaux qu'ils renferment (Manuel du fabricant de couleurs, t.2, 1884, p.201).
[Os pulvérisés utilisés comme engrais] La poudre d'os constitue un très bon engrais phosphaté (Lar. agric.1981).
c) [L'os est utilisé à cause de sa forme] Dans des calebasses ils mangent avec des os plats le riz couleur de ciment (Renard,Journal, 1895, p.287).
d) [L'os est utilisé comme matériau] L'humanité a dû faire des centaines de millénaires d'apprentissage avant d'avoir son avenir bien en main. Pendant plus d'un demi-million d'années elle s'est contentée de perfectionner laborieusement la taille de ses outils de pierre, et l'utilisation de l'os et de l'ivoire lui a paru, sans doute, une nouveauté prodigieuse (P. Rousseau,Hist. transp., 1961, p.7).
Subst. désignant un objet + d'os ou en os.Aiguille, outil d'os; flûte, poignard, manche de couteau en os. Laissant tomber brusquement un coupe-papier d'os sur le noyer du bureau (Daniel-Rops,Mort, 1934, p.181):
4. Lorsqu'une australienne avait à coudre, elle faisait un trou avec un poinçon en os et y passait au travers un fil en tendon d'opossum ou de kangourou. De même, une couturière Ona perce avec son alène en os deux bandes de cuir, puis, humectant un tendon, elle le pousse à travers le trou. Lowie,Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.362.
2. [À propos d'une pers.]
a) [Dans des loc.] En chair* et en os; les os de mes os et la chair* de ma chair; n'avoir que la peau* sur les os; n'avoir que la peau* et les os.
Sac à os, sac d'os (fam.). ,,Personne très maigre`` (Rey-Chantr. Expr. 1979). V. aussi paquet* d'os.
P. ell. S'il ne l'a pas eue, il va l'avoir... Et il n'en aura pas l'étrenne, ah! non, il n'en aura pas l'étrenne (...). Il ajouta d'un air provocant: −Ceux qui aiment les os peuvent se la payer pour cent sous (Zola,Bonh. dames, 1883, p.667).
Être tout en os. Avoir des os saillants. Il est maigre et tout en os comme un cep de vigne (Giono,Regain, 1930, p.104).
Amener ses os (fam.). Venir (d'apr. Car. Argot 1977).
Ne pas faire de vieux os. Ne pas vivre longtemps. S'il guérit, ce ne sera pas pour faire de vieux os (Mérimée,Carmen, 1845, p.69).Je ne me vois pas faisant de vieux os! (Colette,Music-hall, 1913, p.63).
Ne pas donner cher des os de qqn. Estimer qu'il n'a pas longtemps à vivre. Synon. ne pas donner cher de la peau* de qqn:
5. ... si tu découvres cet autre-là, comme tu m'as découvert, un autre viendra, et un autre! et un autre! jusqu'à ce que ce Trébassof paie ses crimes! C'est tout ce que j'ai à te dire, Koupriane!... Quant à vous, mon petit, ajouta-t-il en se tournant vers Rouletabille, je ne donnerais pas cher de vos os! Nous ne valons guère mieux tous les deux. G. Leroux,Roul. tsar, 1912, p.79.
[Les os désignent la charpente du corps]
Casser* (rompre) les os de qqn.
Risquer ses os. Risquer sa vie. La grille était presque infranchissable et on risquait ses os pour l'escalader, ce qui n'empêcha pas quelques-unes d'entre nous d'y pénétrer par surprise deux ou trois fois (Sand,Hist. vie, t.3, 1855, p.88).Après avoir, en sa vie, sauvé de la mort une douzaine de camarades, risquant ses os dans le grisou et dans les éboulements, il cédait à des choses qu'il n'aurait pu dire (Zola,Germinal, 1885, p.1447).
Se rompre les os. Se tuer. Ceux qui ont un sang plus vif se jettent dans la chasse, la guerre ou les voyages périlleux. D'autres roulent en auto et attendent impatiemment l'occasion de se rompre les os en aéroplane (Alain,Propos, 1909, p.49).
Laisser ses os quelque part ou dans une action. Mourir quelque part ou en accomplissant quelque chose. Pour fricasser ta potbouille, faudra que tu en sues de l'ouvrage! et avec ça que tu es forte! tu y laisserais tes os à ce métier-là! (Huysmans,Soeurs Vatard, 1879, p.296).
[Signifiant la moelle et par conséquent la partie essentielle du corps, le noyau de l'être]
Jusqu'aux os, jusque dans les os (var. jusqu'à la moelle des os, jusqu'aux moelles des os, jusque dans la moelle des os). Au plus profond de soi; complètement. Avoir froid jusque dans les os; être glacé, percé jusqu'aux os. N'ayant plus d'univers, plus de chambre, plus de corps que menacé par les ennemis qui m'entouraient, qu'envahi jusque dans les os par la fièvre, j'étais seul, j'avais envie de mourir (Proust,J. filles en fleurs, 1918, p.667).Elle frissonna, claqua des dents, s'aperçut qu'elle était trempée jusqu'aux os. Sa robe collait à ses jambes, à ses cuisses, et à chaque mouvement des épaules un filet glacé coulait le long de ses reins (Bernanos,Mauv. rêve, 1948, p.1016).V. imbibé ex. de Courier.
Jusqu'à l'os. Complètement. Le peuple des pauvres (...) est un peuple errant parmi les nations, à la recherche de ses espérances charnelles, un peuple déçu, déçu jusqu'à l'os (Bernanos,Journal curé camp., 1936, p.1074).Ce n'était pas facile de l'aider; il ne levait pas une phalange pour s'aider lui-même, et il était usé jusqu'à l'os. Il mourut à quarante-six ans de misère physiologique (Beauvoir,Mém. j. fille, 1958, p.347).
Dans les os. Au plus profond de. L'antique crédulité passée dans les os de leur race, les secouait d'un frisson (Zola,Terre, 1887, p.445).
b) Toujours au plur. [En parlant d'un cadavre] Jurer par ou sur les os de ses ancêtres. Le malheureux! on va l'enterrer à Évreux! c'est cruel, pour des os aussi parisiens que les siens, d'attendre en province le jugement dernier (Goncourt,Journal, 1874, p.982):
6. ... l'archevêque de Paris, M. de Harlai, si décrié pour ses moeurs, le même qui persécutera Port-Royal, avait fait le rigide pour l'enterrement du comédien, et (...) les os de Molière, pour tout dire, avaient été en peine, comme ceux d'Arnauld le seront tout à l'heure, de trouver une fosse où reposer. Sainte-Beuve,Port-Royal, t.3, 1848, p.242.
C. − P. anal.
1. Os de seiche. Lamelle calcaire, provenant du corps de la seiche, que l'on place dans la cage des oiseaux afin de leur permettre de s'y aiguiser le bec et de trouver la chaux nécessaire à leur alimentation. C'est leur coquille interne que l'on donne aux oiseaux pour aiguiser leur bec, sous le nom d'os de seiche (Coupin,Animaux de nos pays, 1909, p.429).
P. métaph. V. aiguiser ex. 10.
2. Noyau d'un fruit. Jeannie a bien reçu vos dattes. C'est moi qui les mange. J'ai un immense faible pour ce fruit poisseux dont le sucre à demi liquide et presque charnu est pénétré d'une soie particulière autour d'un os prédestiné aux bouches (Valéry,Corresp.[avec Gide], 1903, p.402).
D. − Arg., pop.
1. Chose sans valeur. On ne lui a pas choisi un «os» pour l'occasion. On lui a «offert» Rusticali (Match, 12 févr. 1935, p.7 ds Grubb Sports, 1937, p.52).
Refiler un os. «Vendre une chose ou un objet n'ayant aucune valeur» (Sandry-Carr. 1963, p.161).
2. Argent. Et on va boire un coup ensemble. Justement, j'ai de l'os (Méténier,Lutte pour amour, 1891, p.84).
Ça vaut l'os. «Ça vaut la peine» (Sandry-Carr. 1963). ,,Ce n'est pas banal, il faut se le payer`` (Esn. 1965).
3. [Dans des loc.] Difficulté imprévue. Tomber sur un os; il y a un os! Rencontrer une difficulté imprévue. Dans ce casse qu'était prétenduement du mille-feuilles, on tombait sur un os d'entrée. Le gardien (...) nous flinguait à tout vu (Simonin,Pt Simonin ill., 1957, p.208).
Rem. À noter la loc. d'orig. inc. tourner en os de boudin*.
4. Vulg. Os à moelle
a) Nez. Faire juter l'os à moelle. Se moucher dans ses doigts (d'apr. France 1907).
b) Membre viril. Faire juter l'os à moelle. Se masturber (d'apr. France 1907).
5. Vulg. [Dans des loc.] Anus.
L'avoir dans l'os. Éprouver une vive déception. J'ouvris, ma porte, le coup de téléphone, que j'espérais, cessa son carillon. Je l'avais dans l'os (Simonin,Cave se rebiffe, 1954, p.146).
6. Autres loc. Cavaler, courir, taper sur l'os de qqn. Synon. courir sur le haricot*.Les embusqués «commencent à m'taper sur l'os» (Barbusse,Feu, [1916] ds Esn. Poilu1919, p.136).À la gare! Tu commences à m'cavaler sur l'os avec ton air d'avoir toujours raison (Esn.Poilu1919, p.377).
REM.
Ossi-, élém. formanttiré du lat. os, ossis, entrant dans la constr. de termes sav.; le 2eélém. est tiré du lat. V. ossifier, ossification et aussi:a)
Ossifère, adj.,paléont. Qui porte des os; qui en renferme. ,,Caverne ossifère. Celle dans laquelle on trouve des os fossiles, humains ou autres`` (Littré-Robin1865).Un limon rouge des cavernes, avec éclats anguleux de silex, souvent avec ossements de renne, parfois assez abondants pour transformer le dépôt en une brèche ossifère (Lapparent,Abr. géol., 1886, p.388).Les couches ossifères des cavernes sont de date plus récente (Déchelette,Manuel archéol. préhist. celt. et gallo-rom., t.1, 1914, p.96).
b)
Ossifluent, -ente, adj.,pathol. [En parlant d'un abcès] ,,Qui provoque une fonte osseuse`` (Man.-Man. Méd. 1980). L'examen décèle une douleur à la pression des apophyses épineuses des vertèbres malades et dans quelques cas des abcès ossifluents, qui guérissent en quelques mois, même lorsqu'ils sont gros, après ponction ou incision (Ravault, Vignon,Rhumatol., 1956, p.525).
c)
Ossiforme, adj.,anat. ,,Qui a la forme ou la structure de l'os`` (Méd. Biol. t.3 1972).
d) Empr. au lat., v. ossifrage et aussi Ossicule, subst. Ossicule. α) Subst. masc. ,,Petit noyau des fruits`` (Littré-Robin 1855). β) Subst. fém., entomol. ,,Petite pièce chitineuse placée dans l'articulation de l'aile avec le thorax`` (Séguy 1967).
Prononc. et Orth.: [ɔs], plur. [o]. xviiies. [o] au sing. comme au plur.; xixes. restitution de l's essentiellement au sing.; d'abord [o:s] puis selon la 1reloi de position [ɔs]; (v. G. Straka ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t.19 no1 1981, p.241) Fér. 1768, Fér. Crit. t.3 1788, Land. 1834, Gattel 1841 [o:s]; Besch. 1845: ,,pron. ô à la fin de la phrase et devant une consonne; oss devant une voyelle ou un h muet``; Littré [ô] mais ,,plusieurs font sentir l's au singulier comme au pluriel``; DG: [ɔs]; Passy 1914 [ɔs] ou [o:s]; à partir de Barbeau-Rodhe 1930 (Pt Rob., Warn. 1968, Lar. Lang. fr.) [ɔs]. Au plur. gén. [o] mais l's gagne également du terrain: v. Littré (rem. supra), Rob.: ,,ô au plur.; parfois des oss' ou des ôss' dans la langue fam.``; notamment dans la lang. des bouchers (Mart. Comment prononce 1913, p.102). Selon ce dernier: un paquet d'os [o:s], mais selon Pt Rob.: un paquet d'os, un sac d'os, en chair et en os [ɔs]. Pour les dér. Mart. Comment prononce 1913, p.109: ,,même sans accent circonflexe, l'o reste ordinairement fermé et long dans ossements ou désosser (...) mais non dans osseux, ossifier, où les deux s se prononcent le plus souvent, et oss(e)let, où l'e est suivi de sl, pour l'oreille``. Pt Rob. tous avec [ɔ]. V. chaque dér. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1100 «partie dure et solide qui forme le squelette» (Roland, éd. J. Bédier, 1200); 2. 1176 «os d'animal travaillé» (Chrétien de Troyes, Cligès, 4031 ds T.-L.); 2emoitié xiiies. os dou cuer «os de coeur de cerf: cartilages ossifiés du coeur du cerf très employés en médecine» (Chace dou cerf, éd. G. Tilander, 393); 3. 1188 Il n'avoit que la pel et l'os «il était maigre» (Florimont, 1760 ds T.-L.); 1668 n'avoir que les os et la peau (La Fontaine, Le Loup et le chien ds Fables, L. I, V); id. n'avoir que la peau sur les os (Racine, Les Plaideurs, I, 4); 4. 1606 rompre les os (Nicot); 5. 1640 il ne fera jamais vieux os (Oudin Ital.-Fr.); 1690 ne pas faire de vieux os (Mmede Sévigné, Lettres, éd. M. Monmerqué, 9, 545); 1823 faire de vieux os (Boiste); 1690 ses vieux os «pour désigner une personne âgée» (Mmede Sévigné, op. cit., 400); 1676 fig. ne pas faire vieux os quelque part «ne pas demeurer longtemps au même endroit» (Id., ibid., 5, 64); 6. 1640 ronger qqn jusqu'aux os «épuiser, ruiner» (Oudin, loc. cit.); 7. 1609 mouillé jusqu'à l'os (Régnier, Satires, XI, p.53); 1878 (avoir froid) jusqu'à la moelle des os (Ac.); 8. 1680 donner un os à ronger à qqn (Mmede Sévigné, op. cit., 6, 173); 1868 jeter un os à qqn (Littré); 9. 1851 avoir de l'os «de l'argent» (ds Esn.); 1895 ça vaut l'os (ibid.); 1914 tomber sur un os (ibid.); 1948 l'avoir dans l'os (ibid.); 10 ca 1200 subst. masc. plur. «restes d'un être vivant après sa mort» (Dialogues Grégoire, 49, 8 ds T.-L.). B. 1616 os de seiche (Crespin). Du lat. ossum, var. pop. du lat. os, ossis «os, ossement; fond de l'être humain». Fréq. abs. littér.: 4350. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 12209, b) 4247; xxes.: a) 4580, b) 3050.
DÉR. 1.
Osséine, subst. fém.,chim. organique. Protéine de consistance dure constituant la substance fondamentale de l'os adulte, représentant environ un tiers du poids de l'os (d'apr. Man.-Man. Méd. 1980). L'osséine, essentiellement constituée par du collagène (...) donnant de la gélatine par hydrolyse (coction ou chauffage en milieu acide) (Policard,Histol. physiol., 1922, p.236). [ɔsein]. Littré, Barbeau-Rodhe 1930: [-ss-]. 1reattest. 1865 (Littré-Robin); de os1, suff. -(e)ine*.
2.
Osseret, subst. masc.,,Espèce de couperet, dont les bouchers se servent pour trancher, sur le billot, les parties osseuses de la viande`` (Havard 1889). [ɔsʀ ε]. 1reattest. 1752 (Trév.); de os1, suff. -eret* d'apr. couperet*.
BBG. −Sculpt. 1978, p.609.

OS2, subst. masc. plur.

VÉN. ,,Ergots situés au-dessus du talon des cerfs et des chevreuils`` (Vén. 1974).
Prononc. et Orth. V. os1. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 2emoitié du xiiies. «ergot du cerf sur lequel celui-ci ne porte que lorsqu'il court» (Chace dou cerf, éd. G. Tilander, 91, 220). V. os1.

OS3, ÔS, subst. masc.; plur.OSER -

GÉOL. Long ruban formé d'alluvions faisant saillie sur une plaine. Ces «vallées tunnels» (...) se remplissent alors d'alluvions torrentielles et, après la fonte de la glace qui les emprisonnait, on retrouve ces remplissages alluviaux, plus ou moins sinueux, et qui bien que formés d'alluvions, dominent les plaines environnantes: on les appelle des «Oser» (ou «Asar»; singulier, «os») (M. Gignoux,Géol. stratigraphique,Paris, Masson, 1960, p.653).
Prononc. et Orth.: [ɔs], plur. [ɔzε:ʀ]. Rob. Suppl. 1970: os ou ôs; Lar. Lang. fr.: os; Lexis 1975: os ou ôs. Étymol. et Hist. 1960 (M. Gignoux, loc. cit.). Empr. au suédois ås même sens, (cf. 1828, Al. Brongniart, Notice sur les blocs de roches... ds Ann. des sc. nat., t.XIV, p.13 et 14: ces amas de débris de montagnes [...] s'y élèvent en collines [...] auxquelles les géographes suédois ont donné le nom de ôse).

Wiktionnaire

Nom commun

os \ɔs\ masculin singulier et pluriel identiques

  1. (Anatomie) (Indénombrable) Tissu dur et calcifié du squelette des animaux vertébrés, consistant en très grande partie en carbonate de calcium, phosphate de calcium et gélatine.
    • Comment donc, avec la crue de l’os en longueur par couches juxtaposées, l'éloignement des têtes de l’os peut-il se produire ? — (Pierre Flourens, Théorie expérimentale de la formation des os, Paris, Baillière, 1847, page 27)
    • Au niveau du siège du dépôt tuberculeux, le périoste se détache de l’os, s’injecte, s’enflamme et fournit de l’exsudation plastique, qui peut s'organiser en substance osseuse. — (Pierre-J. Haan, Abrégé de pathologie chirurgicale, 1863, page 77)
    • L’ouvrier se sert d'une lame courte et tranchante, engagée dans un manche d’os, avec laquelle il pratique, au bas de l’arbre, une entaille circulaire et assez profonde pour arriver jusqu'à l’aubier. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 174)
  2. (Dénombrable) Élément du squelette des animaux vertébrés, fait de ce tissu dur et calcifié.
    • Les os du métacarpe ont la structure des os longs en général, c'est-à-dire, que leur corps est compacte & que leurs extrémités sont celluleuses. Ils sont creusés par un canal médullaire prononcé. — (Hippolyte Cloquet, Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières : système anatomique, tome 1, Paris : chez la veuve Agasse, 1823, page 452)
    • Le chien s’était mis à rôder dans les environs, fouillant avidement les tas d’ordures, sans doute pour y déterrer un os ou quelque régal de ce genre. — (Octave Mirbeau, « La Mort du chien » dans Lettres de ma chaumière, 1886)
    • Mais elle était si chancelante, ses os paraissaient si minces qu’on craignit d’abord d’aller à Braux, au pèlerinage de Saint Vincent pour la faire passer sous le châsse miraculeuse qui délie les petits pas et chasse les podagres. — (Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, page 28)
    • Avec les restes de l’industrie aurignacienne, on rencontre les os de tous les animaux dont l’homme faisait alors sa nourriture, et dont il employait les dents et les os pour fabriquer les ustensiles nécessaires à sa vie. — (Jacques de Morgan, L’Humanité préhistorique : esquisse de préhistoire générale, Paris : La Renaissance du Livre, 1924, page 60)
  3. (Familier) Problème, difficulté, obstacle ou imprévu.
    • — Y’a pas d’hélices, hélas !
      — C’est là qu’est l’os ! — (La Grande Vadrouille, 1966)
    • Quand il ne laboure pas, Sésame vit sa petite vie de cheval, dans un champ. En face d’un gîte rural. C’est là qu’est l’os, hélas ! Les voisins n’aiment pas Sésame. — (Ophélie Neiman, Dans les vignes aussi, la guerre des voisins fait rage, Le Monde. Mis en ligne le 19 octobre 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OS. (L'S ne se prononce pas au pluriel.) n. m.
Partie dure et solide qui forme la charpente du corps de l'homme et des animaux vertébrés. La jointure, l'emboîture de l'os. La moelle des os. Les os de la jambe, du bras, de la tête. L'os de la hanche. La fracture d'un os. On extrait la gélatine des os par des procédés chimiques. Un couteau à manche d'os. En termes de Boucherie, Viande vendue avec os, sans os. Os à moelle, Os que l'on fait cuire avec la viande dans le pot-au-feu et qui contient de la moelle. Fig. et fam., En chair et en os, En propre personne. C'est lui-même en chair et en os. Fig. et fam., Il n'a que la peau et les os, il a la peau collée sur les os, les os lui percent la peau, Il est très maigre. Fam. et par exagération, Il est transpercé, mouillé jusqu'aux os, Il est extrêmement mouillé par l'eau qui est tombée sur lui. Fam. et par exagération, Casser, rompre, briser les os à quelqu'un, Le battre cruellement. Fig. et fam., Cet homme ne fera pas de vieux os, Il mourra jeune ou Il ne tardera pas à mourir. Fig. et fam., Il y laissera ses os se dit de Quelqu'un qui va ou qui est allé dans un pays d'où l'on croit qu'il ne reviendra pas. Fig. et fam., Donner un os à ronger à quelqu'un, Lui concéder quelque léger avantage, afin de se délivrer de ses importunités. Il avait des prétentions exagérées; on lui a donné un petit emploi : c'est un os à ronger. Fig. et fam., Voilà bien des chiens après un os, Il y a beaucoup de personnes pour se disputer le même profit. Fig., Extraire la moelle de l'os, Tirer d'une chose ce qu'elle contient de plus important, de plus avantageux. Jusqu'à la moelle des os, Profondément. Le froid l'a pénétré jusqu'à la moelle des os. Il s'emploie figurément et familièrement, dans la même signification, au sens moral. Avare jusqu'à la moelle des os. Par analogie, Os de seiche, Partie calcaire qui forme l'armature du corps de la seiche et sur laquelle les oiseaux en cage aiguisent leur bec.

Littré (1872-1877)

OS (ô ; au pluriel, l's se lie : des ô-z épais ; plusieurs font sentir l's au singulier comme au pluriel : un ôs', des ôs' ; Bèze, au XVIe siècle, dit que os se prononce comme vaux) s. m.
  • 1Partie dure et solide qui forme la charpente du corps des animaux des classes supérieures. Au pied du roc affreux semé d'os blanchissants, Corneille, Œdipe, I, 4. Un os lui demeura bien avant au gosier ; De bonheur pour ce loup, qui ne pouvait crier, Près de là passe une cigogne ; Il lui fait signe, elle accourt ; Voilà l'opératrice aussitôt en besogne ; Elle retira l'os…, La Fontaine, Fabl. III, 9. Et les os dispersés du géant d'Épidaure, Racine, Phèdre, I, 1. Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange D'os et de chairs meurtris et traînés dans la fange, Racine, Athal. II, 5. Les malheureux citoyens [à Paris, durant la Ligue et le siége], pressés par la famine, essayèrent de faire une espèce de pain avec les os des morts, lesquels, étant brisés et bouillis, formaient une sorte de gelée ; mais cette nourriture si peu naturelle ne servit qu'à les faire mourir plus promptement, Voltaire, Ess. guerres civ. France. Les os et les autres parties solides du corps, ayant pris toute leur extension en longueur et en grosseur, continuent d'augmenter en solidité, Buffon, Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 338. Il établit d'après une suite d'expériences que les os s'augmentent par l'ossification des lames du périoste, comme les arbres par l'endurcissement des couches corticales, Condorcet, Duhamel. Hérissant, pour découvrir la nature des os, les mit dans l'acide nitreux fort étendu d'eau ; après la dissolution des parties calcaires, il trouva le réseau animal dont les mailles, remplies par cette matière, avaient formé l'os, Sennebier, Ess. sur l'observ. t. I, p. 265, dans POUGENS. Une belle expérience démontre que les os doivent leur dureté et leur fragilité à un tartre osseux, à une substance crétacée ou terreuse, qui pénètre dans les mailles du cartilage et s'y incorpore, Bonnet, Consid. corps organ. Œuv. t. V, p. 401. Un jour le laboureur, dans ces mêmes sillons, Où dorment les débris de tant de bataillons, Heurtant avec le soc leur antique dépouille, Trouvera sous ses pas des dards rongés de rouille, Entendra retentir les casques des héros, Et d'un œil effrayé contemplera leurs os, Delille, Géorg. I. La découverte du phosphate de chaux dans les os date de 1771 ; elle est due à Scheele et à Gahn, Thenard, Traité de chimie, t. III, p. 692, dans POUGENS.

    Par extension. La grande chaîne de hautes montagnes qui couronnent la terre en tout sens m'a toujours paru aussi ancienne que le monde ; ce sont les os de ce grand animal, Voltaire, Lett. Hamilton, 17 juin 1773.

    Ronger un os, en enlever avec les dents toute la chair qui y tient.

    Fig. Ronger, manger quelqu'un jusqu'aux os, vivre à ses dépens, lui dépenser le plus clair de son avoir. L'adresse que vous donnez pour écrire à mon grand cousin de Toulongeon à Toulongeon est inutile ; car, puisqu'il ne m'a point fait de réponse, je ne veux plus de commerce avec lui que pour le manger jusqu'aux os quand j'irai en Bourgogne, Sévigné, à Bussy, 5 oct. 1685.

    Fig. Donner un os à ronger à quelqu'un, lui donner quelque chose qui l'occupe, qui lui soit utile ou agréable. Quand vous dites que c'est [le jeu] un os que vous donnez à ronger à votre compagnie, Sévigné, à Mme de Grignan, 3, janv. 1680. Je m'amuse beaucoup à la poésie, que j'aime toujours, quand ce ne serait que pour donner un os à ronger à Clément et à Sabatier, Voltaire, Lett. Condorcet, 16 nov. 1773.

    En un sens contraire, donner un os à ronger à quelqu'un, lui susciter une affaire embarrassante, une difficulté qui l'occupe. Ils n'ont plus à craindre ses intrigues, ils lui ont donné adroitement un os à ronger.

    On dit d'une façon analogue : C'est un os bien dur à ronger.

    Fig. Jeter un os à quelqu'un, donner une part à quelque personnage dans les profits d'une entreprise, afin de se le rendre favorable.

    Familièrement. Rompre, briser, casser les os, battre cruellement. Depuis plus d'une semaine Je n'ai trouvé personne à qui rompre les os, Molière, Amph. I, 2.

    En chair et en os, en propre personne. C'est lui-même en chair et en os.

    Fig. En chair et en os, signifie aussi réellement. Il se maintient cocu, du moins de la pensée, S'il ne l'est en chair et en os, La Fontaine, Coupe.

    N'avoir que la peau et les os, que la peau sur les os, se dit d'une personne très maigre. Un loup n'avait que les os et la peau, Tant les chiens faisaient bonne garde, La Fontaine, Fabl. I, 5. Vous n'avez tantôt plus que la peau sur les os, Racine, Plaid. I, 4.

    Les os lui percent la peau, même signification. Les os lui percent la peau ; elle est entièrement étique et desséchée ; elle n'avale qu'avec des difficultés extrêmes, Sévigné, 149.

    On dit dans un sens analogue : on lui compterait les os. De son maigre visage on eût compté les os, Boursault, le Mort vivant, I, 3.

    Familièrement et par exagération. Percé jusqu'aux os, mouillé jusqu'aux os, extrêmement mouillé. Moi, crotté jusqu'au cul, et mouillé jusqu'à l'os, Régnier, Sat. X.

    Jusqu'à la moelle des os, profondément. Il est scrofuleux jusqu'à la moelle des os.

    Il ne fera pas de vieux os, voy. VIEUX.

    Fig. Vieux os, se dit d'une personne âgée. Ah ! que j'aimerais à faire un voyage à Rome, comme vous me le proposez ! mais… il ne faut point remuer ses vieux os, surtout des femmes, à moins que d'être ambassadrice, Sévigné, à Coulanges, 8 janv. 1690.

    Il y laissera ses os, il y mourra.

    On dit dans le même sens : il est allé là porter ses os.

  • 2On travaille les os d'animaux pour en faire certains ustensiles. Manches de couteau en os.
  • 3Os, en termes de boucherie, réjouissance. Les bouchers mettent toujours des os avec la viande qu'ils vendent, c'est-à-dire des os qui n'appartiennent pas au morceau.

    Os à moelle ou à la moelle, os qui contient de la moelle et qu'on met dans le pot au feu, et fig. chose utile, chose de valeur.

    Os de l'avocat, nom donné anciennement à un des os (on ne sait lequel) de l'éclanche ou gigot (c'était la même chose). Est-il un plus grand plaisir au monde que de commander dans son petit empire, d'y être maître de son plat, et d'y recevoir, au sortir de la broche, une éclanche de mouton encore toute brûlante ?… est-il quelque capilotade de perdrix, qui, sans compter l'os de l'avocat, vaille les précieux ragoûts qu'un sage friand comme moi y rencontre ? Dassoucy, Aventures, ch. V, cité par CH. NISARD, Revue de l'instruction publique, 21e année, n° 1.

  • 4 Au plur. Dans le langage relevé et poétique, dépouilles mortelles. Ensevelissez-moi dans le même sépulcre où repose l'homme de Dieu, mettez mes os auprès de ses os, Sacy, Bible, Rois, III, XIII, 31. Ces bronzes, ces tambours qui, pleurant les héros, D'un dernier bruit de gloire accompagnent leurs os, Lamartine, Harold, 24.
  • 5 Fig. Les os, se dit pour l'intérieur de la personne. La frayeur de la mort dans mes os a couru, Mairet, Soliman, II, 1. Quelle soudaine ardeur jusqu'aux os me consume ? Rotrou, Herc. mour. III, 1. Elle [notre amitié] est d'une bonne trempe, et le fond en tient à nos os, Sévigné, à Bussy, 23 janv. 1671.

    Jusque dans la moelle des os, jusqu'au fond de l'âme. Il est avare jusque dans la moelle des os.

  • 6Dans le langage biblique, les os de mes os, ma femme, mes enfants, une personne qui m'est extrêmement chère. Alors Adam dit : voilà maintenant l'os de mes os et la chair de ma chair, Sacy, Bible, Gen. II, 23.

    Les os humiliés, l'intérieur des personnes humbles. Il [Jésus-Christ] lui fit sentir tout à coup par une vive confiance, avec la rémission de ses péchés, cette paix qui surpasse toute intelligence ; alors une joie céleste saisit tous ses sens, et les os humiliés tressaillirent, Bossuet, Anne de Gonz.

  • 7 En termes de vénerie, se dit des ergots du cerf sur lesquels cet animal ne porte que lorsqu'il court. Dès que le cerf fuit, il donne des os en terre.

    Os du cœur des cerfs, os qui se trouve dans le cœur de beaucoup de ruminants et de pachydermes, dans la cloison des ventricules, et auquel on attribuait des vertus dans les maladies du cœur. Os de cœur de cerf, le cent payera 5 livres, Tarif, 18 sept. 1664.

  • 8Os de seiche, grande coquille intérieure, dure et friable, qui soutient le dos de la seiche. Os de seiches, le cent payera 15 sous, Tarif, 18 sept. 1664.

PROVERBES

Jamais belle chair ne fut près des os, se dit pour exprimer qu'une femme trop maigre n'est jamais belle.

Jamais à un bon chien il ne vient un bon os, l'occasion de travailler ne s'offre pas à ceux qui en ont bonne envie, les bonnes affaires n'arrivent pas à ceux qui en seraient dignes.

Voilà bien des chiens après un os, c'est-à-dire il y a bien des gens après une même affaire, après un même profit.

Les os sont pour les absents, ceux qui viennent trop tard n'ont que les restes.

Il n'y a point de viande sans os, il n'y a point d'avantage sans quelque déduction ; locution prise de la boucherie, où le marchand donne toujours des os avec la viande.

Si j'avais de l'argent dans les os, je les casserais pour vous satisfaire, se dit pour témoigner la bonne envie qu'on a de payer une dette.

SYNONYME

OS, OSSEMENTS. Les os prennent le nom d'ossements lorsque, desséchés, dépouillés de chair et de tout ce qui sert à les unir, ils ne composent plus aucun ensemble. Cette dénomination générique, qui ne s'emploie qu'au pluriel, n'a plus lieu dès qu'on désigne les os par leur nom ou leur caractère propre, et la place qu'ils occupaient dans le corps dont ils faisaient partie : ainsi on a trouvé un champ rempli d'ossements, parmi lesquels on a distingué les os de la tête d'un cheval, et ceux des bras d'un homme, F. GUIZOT.

HISTORIQUE

XIe s. Et de tans os cum hom trarrad [tirera] de la plaie, al os tote veie [de toute façon] quatre deners, Lois de Guill. 12. [Il] Tranche le pis [la poitrine], si li brise les os, Ch. de Rol. CXI.

XIIe s. Desus la hanche est li cop apoié, Que del charnail li abat plus d'un pié ; Toz remest nus li os sus le braier, Li coronemens Looys, v. 2566. Paürs moi tinuet et tremblors [peur et tremblement me tint], et totes mes osses furent espaüries, Job, p. 481. Il non ot sor les os fors cuir et ners, Gérard de Ross. p. 360.

XIIIe s. Dont je vos monstre par l'escrit, Que li uns est membres de l'autre, Et nos sons [nous sommes] ausi com li viautre [les chiens] Qui se combatent pour un os, Rutebeuf, 111. Dites me dont, che dist li rois, Par quel maniere estes si os [si osé], Qu'entour vos cols portés ces os [reliques], Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 138. N'estuet, distil, autre sens querre ; Nostre grant mere, c'est la terre ; Les pierres… Certainement ce sunt les os, la Rose, 17834.

XIVe s. Un hault coffret, carré, ouvré d'os, noir et blanc, en façon de quoy on faict les selles, De Laborde, Émaux, p. 419.

XVe s. Le coup descend sur la dextre espaulle si en parfond, qu'il luy couppe le maistre os, si que celluy ne se peut ayder du bras, Perceforest, t. I, f° 89. Treuvent un os qu'il vont rongant ; Dont entre eulx mut [s'éleva] trop grant rios [querelle], Et se combatent rudement ; Deux chiens sont mauvais à un os, Deschamps, Poésies mss. f. 367.

XVIe s. Commença à escrier à voix forte France, France, victoire, victoire ; ce qui met un tel froid aus os des Anglois que…, Beaugué, Guerre d'Escosse, III, 7. Les dents sont du nembre des os, Paré, IV, 2. Qui a mangé le lard ronge l'os, Cotgrave Et la bouteille se cassant, elles disoient l'oyant casser : les ous se cassent, Beroalde de Verville, Moyen de parvenir, dans JAUBERT, Gloss. S'il advient d'avoir mal rencontré… et que l'on aye prins plus d'os que de chair, l'on demoure miserable toute sa vie, Charron, Sagesse, I, 48. Par os en bouche se tait qui grouche [gronde], Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 205.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

OS. Ajoutez :
9Os verts, os provenant des boucheries et qu'on soumet à la cuisson pour en retirer la gélatine et la graisse.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OS, s. m. (Anatomie.) c’est une des parties solides du corps, la plus dure, la plus cassante, laquelle est faite pour la défense des parties molles. & pour le support de toute la machine. Voyez Corps, Partie.

Tous les os sont couverts d’une membrane particuliere que l’on appelle le périoste ; & plusieurs d’entre eux sont creux & remplis d’une substance huileuse, que l’on appelle la moëlle. Voyez Périoste & Moëlle. Le docteur Havers dans sa description des os, remarque qu’ils consistent en petites bandes placées les unes sur les autres, qui ont des fibres qui courent en long d’un bout des os jusqu’à l’autre, & qui dans quelques-uns d’entre eux, ne vont pas si loin ; quoique quelques-uns n’aient point leur fin absolument marquée comme elles semblent l’avoir : mais au lieu de cela, elles continuent transversalement, & selon que les os sont couchés, les fibres d’un côté se rencontrant & s’unissant avec celles de l’autre à chaque extrémité ; de sorte que chaque fibre est une continuation l’une de l’autre, quoique cette continuation ne se fasse point uniformément, mais en ellipses très-longues, puisqu’elles ne sont pas toutes d’une même longueur continue, mais qu’elles sont placées par bandes plus courtes les unes que les autres. Ces petites bandes sont différemment disposées selon les différens os : par exemple, dans ceux qui ont une grande cavité, elles sont contiguës les unes aux autres de chaque côté, & très-serrées les unes contre les autres. Dans les os dont les cavités sont plus petites, ou dont l’intérieur est spongieux, plusieurs des bandes internes sont placées à quelque distance les unes des autres, & ont entre elles de petites cellules osseuses ; & même dans les os dont la cavité est grande, on trouve quelques-unes de ces petites cellules à leurs extrémités. Les os dont les bandes sont contigues, ont des pores à-travers & entre ces mêmes bandes, outre ceux qui servent au passage des vaisseaux sanguins : les premiers pores pénétrent transversalement les bandes, & sont sur la cavité de la surface extérieure de l’os. Les seconds couvrent longitudinalement les bandes. Les premiers sont situées entre chaque bande, quoique le plus grand nombre en soit plus proche de la cavité ; mais ils ne sont pas directement les uns sur les autres, en sorte qu’ils forment un passage continué de la cavité à la surface. Les seconds s’apperçoivent à l’aide de bons microscopes. C’est par leur moyen que l’huile médullaire coule à-travers les bandes ; & les pores de la premiere sorte semblent leur être subordonnés en ce qu’ils servent à leur porter l’huile.

M. Morgagni, adv. ij. page 55. observe que le docteur Havers ne parle point des fibres perpendiculaires qui se détachent de chaque lame, & que Malpighy avoit dejà observées, comme Gagliard en convient lui-même, d’où il conjecture que les pores que Clopton Havers dit avoir observés dans les lames les plus compactes, peuvent bien avoir été fermés, parce que c’est dans un filet perpendiculaire qu’il ne connoissoit pas, qu’ils s’étoient rompus ; & cela est d’autant plus probable, continue notre auteur, que Gagliard dans sa préface, avertit que cela lui est arrivé dans ses premieres recherches lorsqu’il y faisoit moins d’attention, mais qu’il avoit enfin découvert que ces filets passoient par ces trous.

Les os sont en général plus gros à leurs extrémités que dans le milieu, afin que leurs articulations soient plus fermes, & qu’ils ne puissent pas se disloquer si facilement : mais que ce milieu, qui est le plus mince, soit néanmoins assez fort pour porter sa charge, & pour être en état de résister aux accidens. Les fibres de cet endroit sont plus serrées les unes contre les autres, & elle se soutiennent réciproquement. On peut remarquer aussi que l’os étant creux n’est pas si facile à être brisé que s’il eût été plein & plus petit : car de deux os de longueur égale, & qui ont le même nombre de fibres la force de l’un est à celle de l’autre en raison de leur diametre. Voyez Géant.

Les os sont différemment liés & attachés ensemble, selon leurs différens usages. Quelques-uns sont formés pour être mis en mouvement, & d’autres pour le repos, & pour supporter seulement les parties qui y sont attachées. Les os sont unis & articulés. L’articulation est de deux sortes, la diarthrose & synarthrose ; & chacune de ces sortes se subdivise en plusieurs autres. Voyez Articulation, Diarthrose. Il y a trois sortes d’union ou de simphise, la syssarcose, la synchondrose, la synévrose. Voyez Simphise, &c.

Le nombre des os est ordinairement de 242, quelques-uns disent 300, d’autres 307, d’autres 318 ; mais les Anatomistes modernes le fixent à 248 environ. Il y en a 62 dans la tête, 56 dans le tronc, 64 dans les bras & les mains, & 62 dans les jambes & les piés. Les différences des nombres des os, sont dans les sésamoïdes, les dents & le sternum. Nous allons donner les noms des différens os, voyez leur figure & le lieu où ils sont placés dans nos Planches d’Anat. & leur description sous leur article. Le coronal ou l’os du front 1 ; l’occipital 1 ; les os pariétaux 2 ; les os des tempes 2 ; les petits os de l’ouie 8 ; l’os ethmoïde 1 ; l’os sphénoïde 1 ; les os des joues 2 ; les os maxillaires 2 ; les os unguis 2 ; les os du nez 2 ; les cornets inférieurs du nez 2 ; les os du palais 2 ; le vomer 1 ; l’os de la machoire inférieure 1 ; les dents incisives 8 ; canines 4, molaires 20 ; l’os hyoïde 1 ; les vertebres du col 7 ; du dos 12 ; des lombes 5 ; l’os sacrum 1 ; le coccix 1 ; les omoplates 2 ; les clavicules 2 ; les côtes 24 ; le sternum 1 ; les pieces des os des hanches 6 ; les clavicules 2 ; les omoplates 2 ; les radius 2 ; les cubitus 2 ; les os du carpe 16 ; du métacarpe 18 ; des doigts 30 ; les os de la cuisse 2 ; les rotules 2 ; les tibia 2 ; les péronés 2 ; les os du tarse 14 ; du métatarse 10 ; des doigts 28 : 248. Voyez-en la description à leur article particulier.

Outre les os sésamoïdes, que l’on dit être au nombre de 48, le moindre de tous les os est l’orbiculaire, & le plus gros est le fémur. Quant à la maniere dont les os s’ossifient, voyez Ossification.

On remarque sur les os outre leurs cavités internes, des cavités externes, qui servent à leur articulation ; telles sont la cavité cotyloïde des os des isles, la cavité glénoïde de l’omoplate, &c. D’autres servent à défendre les parties molles, comme sont les fosses orbitaires, dans lesquelles les yeux sont placés, le crâne qui contient le cerveau. Voyez Cavité, Cotiloïde, Glénoïde, &c.

Il y a aussi sur les os différentes éminences qui, en donnant attache aux muscles, servent à étendre leur action en les éloignant du centre du mouvement. Entre ces éminences les unes sont contiguës à l’os, & s’appellent épiphises ; les autres sont continues, & on les nomme apophyse. Voyez Éminence, Apophyse & Épiphise.

Os surnuméraires, (Anatomie.) les os nommés surnuméraires, clefs ou ossa Wormiana, suivent, quand ils se trouvent, la même analogie que les autres os du crâne. Comme ils font partie de la voûte du crâne, ils semblent plus grands au dehors qu’au dedans ; & plus le crâne où ils se trouvent est épais, plus leur surface interne est petite à l’égard de l’externe. Les dents qu’ils avoient d’abord gravées dans les deux tables, disparoissent peu-à-peu de la table interne ; & leur union, avec les autres os, ne s’y remarque que comme une ligne. Il leur arrive encore avec l’âge, ce qui arrive aux autres os du crâne, c’est de s’unir avec eux en dedans, pendant qu’à la surface convexe ils en paroissent distingués, de sorte qu’on jugeroit d’abord qu’ils ne pénétrent pas, & qu’ils n’ont jamais pénétré dans la concavité du crâne.

Je ne nie point pour cela qu’il n’y ait de petits os surnuméraires, qui ne s’étendent jusqu’au dedans du crâne. M. Hunauld dit avoir vu des os surnuméraires tout-à-fait différens de ces derniers. Ils étoient à l’intérieur du crâne, ne s’étendoient pas jusqu’à la table externe, & étoient à l’endroit des sutures. Ils tombent ordinairement quand on démonte les pieces du crâne ; & lorsqu’on remonte ces pieces, on croit sans faire trop d’attention, que le vuide qu’ils ont laissé en se détachant, est causé par la rupture d’une dent. (D. J.)

Os, (Chimie.) Voyez Substances animales.

Os, (Critiq. sacrée.) la loi de l’Exode, xij. 46. défendoit de rompre les os de l’agneau que l’on mangeoit à Pâques. Os signifie les forces du corps : dispersa sunt omnia ossa mea, Ps. xxj. 15. mes forces se sont dispersées. Il se prend pour un corps mort : adsportate ossa mea vobiscum, Gen. l. 24. Jacob & Joseph ordonnerent qu’on transportât leurs corps pour être ensévelis dans la terre de Chanaan, avec ceux de leurs peres. Ce mot veut dire aussi parenté, os meum es, & caro mea, II. Reg. xix. 13. je vous suis étroitement uni par la naissance. (D. J.)

Os de Cerf, Dain & Chevreuil, (Vénerie.) ce sont les ergots des bêtes privées, & ce qui forme la jambe aux bêtes fauves ; d’abord que le cerf fuit, il donne des os en terre.

Os de seche, (Commerce.) Ce qu’on appelle os de seche, n’est autre chose qu’une espece d’os qui se rencontre sur le dos d’un poisson qui porte ce nom. Cet os est fort en usage chez les Orfevres & chez les Fondeurs, pour faire des moules.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « os »

Du latin os, ossis (« os »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, ous ; wallon, ohai ; namur. oucha ; Hainaut, oche ; provenç. os ; espagn. hueso ; ital. osso ; du lat. os, ossis (ossis, par assimilation, pour ostis) ; sanscrit, asthi. L'ancien français osses représente le pluriel ossa, et est du féminin comme c'est l'usage pour les noms formés de noms latins au neutre pluriel. L'espagnol et l'italien représentent une forme ossum. Enfin le wallon ohai représente un diminutif ossiculum.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « os »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
os ɔs

Citations contenant le mot « os »

  • La maison était « inoccupée depuis les années 1990 », précisent également les autorités. Le nouveau propriétaire serait tombé nez à nez avec ces os lors de travaux de terrassement. Il les a alors directement amenés aux autorités de la ville. , Faits divers : des os humains ont été retrouvés sur le chantier d’une maison en réfection
  • En politique, il faut toujours laisser un os à ronger aux frondeurs. Joseph Joubert, Carnets
  • Chien qui marche, os qui trouve. De Proverbe québécois
  • Jamais à un bon chien, il ne vient un bon os. De Proverbe français
  • Ceux qui viennent tard à table ne trouvent que des os. De Proverbe latin
  • Le bâton atteint les os, mais n’atteint pas les vices. De Proverbe rundi
  • Le mariage est comme la chair, La mort seule la sépare de l'os. De Flavien Ranaivo / Epithalame
  • Le jour est proche où nous n’aurons plus que l’impôt sur les os. De Michel Audiard
  • Un homme porte son âge dans ses os, une femme sur son visage. De Proverbe allemand
  • Un bon os ne tombe jamais dans la gueule d'un bon chien. De Proverbe québécois
  • Jette un os au chien méchant pour l'empêcher de te mordre. De Proverbe africain
  • Les parents sont des os sur lesquels les enfants font leurs dents. De Peter Ustinov
  • On a beau manger sa viande jusqu'aux os, la gourmandise ne disparaît jamais. De Proverbe téké
  • Un chien dans un jardin trop grand ne retrouvera pas son os. De Proverbe jamaïcain
  • Le mal que font les hommes leur survit, le bien est souvent enterré avec leurs os. De William Shakespeare / Jules César
  • Que le chien prenne au sérieux l'os qui a résisté à l'hyène. De Massa Makan Diabaté / Kala Jata
  • On attend encore la nomination des secrétaires d'Etat du gouvernement. Pour Jean Castex, le Premier ministre, c'est évidemment une préoccupation importante. A moins que ce ne soit qu'une affaire d'"os à ronger" à répartir ? , Politique | "Un os à ronger" pour Gabriel Attal : la bourde de Jean Castex
  • C'est l'une des rares certitudes de la période : pendant le confinement, le monde entier s'est mis aux fourneaux. Le déconfinement, et ses contrastes dans la célérité du redémarrage, pays par pays, garderont longtemps les investisseurs dans la cuisine des comptes trimestriels. Des os à ronger, eux n'en manquent pas, contrairement aux allées du pouvoir. Pour le fond de sauce du passé, SEB leur a présenté la recette qu'ils retrouveront presque partout car reflétant la désynchronisation des continents en fonction de la vague virale et de la vigueur des réponses gouvernementales : un trou profond en Asie en début d'année, suivi d'un énergique rebond au deuxième trimestre qui promet de se prolonger, une Europe tombée dans l'ornière au premier trimestre et qui repart assez poussivement hormis sa partie orientale plus allante, et des Amériques divisées entre un Nord en croissance malgré la persistance du Covid-19 et un Sud en perdition dans l'ouragan épidémique. Ce qui n'exclut pas les divines surprises comme les gains de parts de marché et de budgets aux Etats-Unis par Publicis, et une consommation outre-Atlantique et sur le Vieux continent plus solide qu'escompté pour Pernod Ricard. Le plat de résistance demeure l'omelette du second semestre qui, à moins de disposer de débouchés aux petits oignons comme STMicroelectronics ou Dassault Systèmes, dépendra des nouveaux oeufs cassés par la crise sanitaire. « On ne sait pas à quoi ressemblera la rentrée dans aucune géographie », résume le patron de SEB Thierry de La Tour d'Artaise. La machine à pains risque de fonctionner en Bourse… Les Echos, Résultats trimestriels : Des os à ronger | Les Echos
  • C'est un vol étonnant qui a eu lieu en pleine journée. Quatre reliquaires de l'église St Léonard de Honfleur ont été démontés et les os de cinq saints qu'ils contenaient, ont été dérobés. Les objets sacerdotaux de valeur ont été laissés sur place. Un fait divers qui interroge. France 3 Normandie, Faits divers : Les os de cinq saints ont été volés dans l'église St Léonard à Honfleur
  • Côté mensurations, l’outil mesure environ 13 cm dont un bord tranchant de 5 cm, et selon les chercheurs, il témoigne d’un excellent travail artisanal. Son propriétaire a visiblement écaillé, petit à petit, un gros morceau d’os plat prélevé à l’extrémité du fémur de l’animal, de manière à façonner le produit fini. Sciencepost, Découverte d'un hachereau de 1,4 million d'années en os d'hippopotame
  • Dans le sud de l'Éthiopie se trouve la formation de Konso, une zone recelant de pierres taillées intentionnellement pour diverses fonctions. L'ensemble de ces outils lithiques atteste de la progression technologique des humains entre -1,75 et -1 million d'années. Au cœur de ce beau lieu de la Préhistoire, une équipe de chercheurs a découvert une hache. Une hache en os d'hippopotame, de 13 centimètres de long, qui nous éclaire sur les pratiques de nos ancêtres. Futura, Brève | Cette hache en os d'hippopotame date de 1,4 million d'années
  • L’OS 64 bits, toujours en phase bêta, rend la lecture des vidéos plus fluide. Tom’s Hardware : actualités matériels et jeux vidéo, Raspberry Pi OS 64 bits améliore la lecture des vidéos YouTube en 1080p
  • Vous trouverez nos propres aperçus des différents OS ici : MacGeneration, Apple traduit en français les aperçus de ses nouveaux OS 🆕 | MacGeneration
  • Depuis quelques semaines, des microspectacles prennent place dans le décor intimiste de jardins ou de terrasses, mis à disposition de monsieur et de madame Tout-le-Monde. Des organismes culturels se tournent ainsi vers le terrain des particuliers pour offrir des spectacles en tout respect des règles sanitaires en vigueur. Radio-Canada.ca, Des artistes et un public en chair et en os, dans une cour près de chez vous | Radio-Canada.ca
  • Microsoft Windows EdgeOS ? Frandroid, Windows 10X serait devenu un clone de Chrome OS : au revoir win32

Images d'illustration du mot « os »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « os »

Langue Traduction
Anglais the
Espagnol el
Italien il
Allemand das
Chinois
Arabe ال
Portugais os
Japonais
La quod
He ה
Basque du
Corse u
El ο
Ko 그만큼
Sv de
No de
Sw the
Source : Google Translate API

Synonymes de « os »

Source : synonymes de os sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « os »

Partager