La langue française

Nullité

Sommaire

  • Définitions du mot nullité
  • Étymologie de « nullité »
  • Phonétique de « nullité »
  • Citations contenant le mot « nullité »
  • Traductions du mot « nullité »
  • Synonymes de « nullité »
  • Antonymes de « nullité »

Définitions du mot « nullité »

Trésor de la Langue Française informatisé

NULLITÉ, subst. fém.

A. − Au sing. Caractère de ce qui est nul (v. ce mot I B 2 a).
1. [En parlant d'une oeuvre, d'une activité hum.] Manque total de valeur. Dans la masse des oeuvres du passé, ce sont encore celles qui n'ont pas de valeur qui font la meilleure figure: leur nullité les protège contre la critique (Larbaud, Barnabooth, 1913, p.347):
. Comme gâtées par la nullité de la vie mondaine, l'intelligence et la sensibilité de Mmede Guermantes étaient trop vacillantes pour que le dégoût ne succédât pas assez vite chez elle à l'engouement... Proust, Guermantes 2, 1921, p.471.
2. [En parlant d'une pers.] Absence de toute qualité, et particulièrement d'intelligence. Synon. bêtise, stupidité, faiblesse, incapacité, incompétence.Et eux aussi!... Tout le monde est donc pour lui?... un homme qui est la nullité même!... (Scribe, Camaraderie, 1837, iii, 2, p.288).Il sait parfaitement mentir, mais a pleine confiance en sa nullité, en son rien (Goncourt, Journal, 1890, p.1269).
SYNT. Nullité intellectuelle, morale, de pensée; nullité complète, parfaite, profonde; nullité déplorable, lamentable, prétentieuse.
En partic. Nullité en + subst. désignant un domaine.Absence complète de compétence (dans ce domaine). Sa nullité en mathématiques est notoire (Lar. Lang. fr.). Je pense que vous ne vous faites pas d'illusions sur votre nullité en musique (Colette, Cl. école, 1900, p.65).
B. − P. méton., au sing. ou au plur.
1. Fam. Personne nulle (v. ce mot I B 2 b), dépourvue de toute capacité ou connaissance. Synon. nullard (fam. dér. s.v. nul), zéro.Ce sont des gens qui substituent mais en fonction de l'impression unique. Le terme substitué n'est quelconque que chez les nullités ou les faiseurs de réclame (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1906, p.360).Pour une fois d'ailleurs il donnait sa faveur à quelqu'un qui était loin d'être une nullité et qui pouvait retenir l'attention (Proust, Temps. retr., 1922, p.790).
2. Vieilli. Chose(s) nulle(s) (v. ce mot I B 2 a), sans aucune valeur. Synon. ineptie(s), stupidités.Mais que de nullités, que de non-sens dans ces phrases détachées (Vigny, Journal poète, 1852, p.1302).Elle pleure en rentrant, tant il lui a fallu digérer de bêtises et de nullités sous les formes distinguées de ce monde aristocratique (Goncourt, Journal, 1862, p.1087).
C. − DR. et DR. CANON., au sing. ou au plur. [Correspond à nul I B 1 c] Absence de validité d'un acte juridique résultant de l'absence de l'une des conditions de fond ou de forme requises. Nullité absolue, expresse, relative, virtuelle. Ne peuvent se rendre adjudicataires, sous peine de nullité, ni par eux-mêmes, ni par personnes interposées, les tuteurs des biens de ceux dont ils ont la tutelle (Code civil, 1804, art. 1596, p.294).
Acte entaché de nullité. Acte auquel s'attache une cause de nullité. La fameuse lettre sera entachée de nullité pour immoralité, et le tribunal refusera le divorce (Montherl., Démon bien, 1937, p.1281).
Frapper de nullité un acte. Condamner pour nullité un acte. La loi frappe de nullité tout jugement rendu par un tribunal composé d'autres magistrats que ceux ayant siégé à la première audience (Courteline, Client sér., 1897, 3, p.38).
Nullité(s) de mariage. Cause d'absence de validité juridique d'un mariage célébré légalement, mais en l'absence d'une des conditions essentielles de sa validité (défaut de consentement, bigamie, inceste, impuberté, clandestinité et incompétence de l'officier d'état-civil). J'ai supposé cette blessure pour ne point faire un faux, pour ne pas introduire de nullité dans les actes du mariage (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p.660).
Action en nullité. ,,Droit d'ester en justice pour obtenir la déclaration d'une nullité de plein droit`` (Foi t. 1 1968). L'action en nullité peut être intentée par tous ceux qui y ont intérêt (Code civil, 1804, art. 184, p. 37).
THÉOL. Absence de validité d'un sacrement qui l'empêche d'exister. Elles n'y virent que des causes de nullité [à une dernière sommation ou monition canonique], par l'omission de quelques formalités (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p.549).
D. − INFORMAT. ,,Guillemets utilisés dans des tableaux pour remplacer les chiffres absents`` (Comte-Pern. 1963, 1974).
REM.
Nullitude, subst. fém.,hapax. État, caractère de ce qui est nul. Nullitude du monde, cette fange éphémère (Suarès, Voy. Condottière, t.3, 1932, p.391).
Prononc. et Orth.: [nyl(l)ite]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1405 pronuncier de nullite «déclarer sans valeur légale» (Ann. de Bretagne, 4, 57 ds Fonds Barbier); 1747 «caractère de ce qui est nul, sans valeur» (Gresset, Le Méchant, IV, 4 ds Littré); 1812 «personne nulle» (Mozin-Biber). Empr. au lat. médiév. nullitas «nullité, invalidité» (1332 ds Latham). Fréq. abs. littér.: 336. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 802, b) 484; xxes.: a) 487, b)191. Bbg. Gohin 1903, p.302.

Wiktionnaire

Nom commun

nullité \ny.li.te\ féminin

  1. Caractère de ce qui est nul ou sans valeur.
    • Elle trembla d'avoir à reconnaître en Julie un cœur désenchanté, une jeune femme à qui l'expérience d'un jour, d'une nuit peut-être, avait suffi pour apprécier la nullité de Victor. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Il n’avait pas l’air rébarbatif de ces graves personnages qui ne rient jamais, par principe, et dont la nullité se couvre d’un masque sérieux. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant - Partie 1 - Chapitre VI, 1868)
    • — […]. En fait elle est aussi nulle que toi.
      Bennett réfléchit quelques temps, en se demandant comment on quantifiait la nullité.
      — Peut-être même encore plus nulle, dit-il au bout d'un moment de réflexion.
      — (Gill Hornby, Tous en chœur, traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Denyse Beaulieu, Paris : JC Lattès, 2017 & Éditions France Loisirs, 2018)
  2. Celui qui est sans aucun mérite, sans aucun talent.
    • Je me dis que, passant une journée avec lui, je verrais bien s'il avait quelque chose dans le ventre. Il ne me fallu pas longtemps pour apercevoir que j'avais affaire à une nullité. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  3. Nature ou qualité intrinsèque d'une personne nulle ou dépourvue d'une quelconque valeur personnelle.
    • Et cette catastrophe en cours nous amène inévitablement aux mêmes conclusions : incompétence, inorganisation, absence de vision à long terme, improvisation. En résumé : nullité de nos dirigeants, et en particulier de ceux en charge du système de santé français. — (Riss, « Covid-19 : L’autre « étrange défaite » », le 27 mars 2020, sur le site de Charlie Hebdo (https:/charliehebdo.fr))
  4. (Droit) Vice, défaut qui rend un acte nul, de nul effet, sans valeur.
    • Dans tous les cas où l'action en nullité ou en rescision d'une convention n'est pas limitée à un moindre temps par une loi particulière, cette action dure cinq ans. — (Article 1304, Code civil, France, 2009)
    • La décision du juge qui prononce la nullité prend le nom d’annulation, elle est en principe rétroactive (…). Il importe de bien distinguer la nullité d'un acte de son annulation par le juge. — (Rafael Encinas de Munagorri, Introduction générale au droit, 3e édition, Flammarion, 2011, section IV-2)
    • Et en septembre 2011 un incident procédural se produisit : les aveux du principal suspect, S., mineur au moment des faits, ont été annulés du fait de l’absence d’avocats en garde à vue, et l’intéressé, détenu depuis deux ans, a été remis en liberté par la Cour de cassation à la suite d’une nullité de procédure. — (Maître Eolas, Eolas contre Institut pour la Justice : Episode 1. Le Compteur Fantôme., 14 janvier 2019 → lire en ligne)

Forme de verbe

nullité \ny.li.te\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe nulliter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NULLITÉ. n. f.
Caractère de ce qui est nul, sans valeur. La nullité de son esprit. Fig., Cet homme est d'une parfaite nullité, Il est sans aucun mérite, sans aucun talent. On dit aussi absolument Cet homme est une nullité. Il se dit, en termes de Jurisprudence, d'un Vice, d'un défaut qui rend un acte nul, de nul effet, sans valeur. J'établirai la nullité de cet acte. Moyens de nullité. Nullité essentielle. Nullité dans la forme. Nullité au fond. Nullité de droit. À peine de nullité. Nul de toute nullité.

Littré (1872-1877)

NULLITÉ (nul-li-té) s. f.
  • 1 Terme de jurisprudence. Défaut qui rend un acte nul. Moyens de nullité. Nullité au fond. Nullité dans la forme. Quand il n'y aurait rien en cette bulle qui la rendît rejetable pour elle-même, au lieu qu'elle est toute pleine de nullités essentielles…, Pascal, Prov. XIX. Une autre nullité et qui nous touche de plus près, est que le pape y menace de peines ceux qui n'obéiront pas à sa bulle, Pascal, ib. Mais je n'y trouve, moi, qu'une difficulté, Le mariage est nul, de toute nullité, Destouches, Phil. marié, V, 7. Le roi de Prusse fit protester de nullité par ses ambassadeurs, Voltaire, Louis XV, 17.

    Terme de liturgie. Se dit de ce qui rend nul un sacrement.

  • 2 Fig. Défaut absolu de talent, de valeur. J'ai vu d'autres méchants d'un grave caractère, Gens laconiques, froids, à qui rien ne peut plaire ; Examinez-les bien : un ton sentencieux Cache leur nullité sous un air dédaigneux, Gresset, le Méchant, IV, 4. Vous opéreriez une révolution dans les habitudes d'une jeunesse qui passe de la frivolité à la corruption, et de la corruption à la nullité, Mirabeau, Collection, t. III, p. 22. Les hommes avaient confessé leur nullité dans ces grandes rencontres de la vie, Chateaubriand, Génie, IV, III, 6.

    Néologisme. Une nullité, un homme nul, dépourvu de facultés. Les nullités et les médiocrités.

  • 3 Terme de typographie. Espèce de guillemets qu'on pose dans les colonnes où il ne doit point y avoir de chiffres. Ce signe remplace les francs ou les centimes manquent.

HISTORIQUE

XVe s. Haa, terre très noble, de quelle nullité [anéantissement] et malheur estes vous maintenant tenue, comme de cheoir de si hault en bas ! Perceforest, t. IV, f° 119.

XVIe s. En France, en cour laie, les voies de nullité n'ont point lieu, Laurière, Gloss. du droit français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NULLITÉ, s. f. (Jurisprud.) signifie la qualité d’un acte qui est nul & comme non-avenu. On entend aussi par le terme de nullité, le vice qui empêche cet acte de produire son effet.

Il y a deux sortes de nullités : les unes touchent la forme des actes, les autres, le fond.

Les nullités de forme sont celles qui proviennent de quelque vice en la forme extérieure de l’acte ; par exemple, s’il manque quelque chose pour le rendre probant & authentique.

Les nullités des actes au fond sont celles qui viennent d’un vice intrinseque de l’acte ; par exemple, si celui qui s’oblige n’en a pas la capacité, ou si la disposition qu’il fait est prohibée par les lois.

On distingue encore les nullités en nullités de droit & nullités d’ordonnance ou de coutumes. Ces nullités de droit sont celles qui sont prononcées par les lois, comme la nullité de l’obligation d’un mineur qui est lésé.

Les nullités d’ordonnance sont celles qui résultent de quelque disposition d’ordonnance, qui ordonne de faire quelque chose à peine de nullité. Quelques-unes de ces nullités d’ordonnance regardent la forme de la procédure ; c’est pourquoi on les appelle aussi nullités de procédure, comme seroit dans un exploit le défaut de mention de la personne à qui l’huissier a parlé.

Il y a des nullités d’ordonnance qui regardent la forme ou le fond de certains actes, comme dans les donations le défaut de tradition & d’acceptation, le défaut d’insinuation.

Il en est de même des nullités de coutume : ce sont des peines prononcées par les coutumes pour l’omission de certaines formalités, comme la nullité du retrait lignager faute d’offres réelles à chaque journée de la cause, ou bien lorsqu’une disposition entre-vifs ou testamentaire est contraire à la coutume.

Les voies de nullité n’ont point lieu en France, c’est-à-dire, que les actes dont les lois prononcent la nullité ne sont pas nuls de plein droit, il faut les faire déclarer tels ; ce qui ne se peut faire sans obtenir à cet effet des lettres du prince. Mais cela n’a lieu que pour les nullités de droit, c’est-à-dire, celles qui résultent du droit romain, comme la nullité de l’obligation d’un mineur : il faut qu’il obtienne des lettres de rescision pour se faire restituer contre son obligation.

Il n’en est pas de même des nullités d’ordonnance & de coutume, il ne faut point de lettres pour les opposer : elles sont encourues de plein droit par la contravention à la disposition de l’ordonnance ou de la coutume qui prononce la peine de nullité.

Les moyens de nullité sont ceux que l’on tire de la nullité de quelque procédure.

L’ordonnance de 1667, tit. 5, veut que dans les défenses on emploie les fins de non-recevoir, nullité des exploits ou autres exceptions péremptoires, si aucunes y a, pour y être préalablement fait droit.

On appelle nullité péremptoire celle qui anéantit toute une procédure, & où la forme emporte le fond.

Lorsqu’on procede purement & simplement sur un exploit ou autre procédure, sans en demander d’abord la nullité, en ce cas les nullités sont couvertes, c’est-à-dire, que l’on n’est plus recevable dans la suite à les opposer.

Celui qui requiert quelque préalable, proteste ordinairement de nullité au cas que l’on passe outre, avant d’avoir satisfait à ce qu’il requiert.

Les juges qui évoquent ou qui accordent des défenses d’exécuter un jugement rendu par quelque juge inférieur, font en même tems défenses de faire des poursuites, au préjudice de leur jugement, à peine de nullité. Voyez Actes, Forme, Formalités, Procédure. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « nullité »

Du latin nullitas. De nullus (« nul ») et suffixe substantivant « -itas ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Nul ; provenc. nullitad ; espagn. nulidad ; ital. nullità. On trouve aussi nulece : XIIe s. La nulece de la charneil corruption, Job, p. 497.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « nullité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nullité nylite

Citations contenant le mot « nullité »

  • Nous avons le cœur étrangement léger quand, de bonne foi, nous acceptons notre nullité dans un domaine quelconque. William James, Principles of Psychology, XII
  • L’anecdote est à double fin. Aux gens de valeur elle permet de dissimuler leur pensée, aux autres leur nullité. De Alfred Capus / Les Pensées
  • Moins on parle plus on se sent insignifiant. Le silence confronte l'être à sa nullité. De Marc Gendron / Louise ou la nouvelle Julie
  • Le côté déprimant des temps modernes est la fâcheuse nécessité qu'ils impliquent de la nullité des temps anciens. De Boris Vian
  • Marguerite Duras est d’une inimaginable et consternante nullité. De Françoise Hardy / une interview au Figaro littéraire du 5 mars 2015
  • On anéantit son propre caractère dans la crainte d’attirer les regards et l’attention, et on se précipite dans la nullité pour échapper au danger d’être peint. De Chamfort / Maximes et pensées
  • Après l’analyse à huis clos, la Cour a rejeté la nullité de la procédure évoquée par la défense. Le procès se poursuit. , Procès Christian Roger Okemba : la Cour rejette la nullité de la procédure évoquée par la défense | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo
  • Le bailleur doit délivrer un congé 18 mois avant l’expiration du bail, par exploit d’huissier. Cet acte doit comporter de nombreuses mentions (nom, prénom, âge, domicile, profession du bénéficiaire…) qui, si elles ne sont pas précisées, peuvent aboutir à la nullité du congé, sous réserve que ces omissions créent un préjudice au preneur (Article L. 411-47 CR et article 648 du code de procédure civile). Ce formalisme est à prendre d’autant plus au sérieux que ces dernières années, les tribunaux sont enclins à annuler des congés n’ayant pas porté les mentions obligatoires. Terre-net, Notification d'un congé pour reprise, une étape à ne pas négliger
  • En décembre dernier, les avocats de Miri Tatarata et de Francis Stein, Me Gaultier et Me Usang, avaient déposé des recours en nullités suite à la mise en examen, pour « meurtre », de leurs clients dans l’affaire de la disparition de l’ancien journaliste JPK en 1997. Pour eux, aucun fait nouveau dans cette affaire ne justifiait leur mise en examen dans cette affaire. Radio1 Tahiti, Nullité des mises en examen dans l'affaire JPK : décision le 29 septembre | Radio1 Tahiti

Traductions du mot « nullité »

Langue Traduction
Anglais nullity
Espagnol nulidad
Italien nullità
Allemand nichtigkeit
Chinois 无效性
Arabe بطلان
Portugais nulidade
Russe недействительность
Japonais 無効
Basque deuseztasun
Corse nulla
Source : Google Translate API

Synonymes de « nullité »

Source : synonymes de nullité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « nullité »

Partager