La langue française

Miner

Sommaire

  • Définitions du mot miner
  • Étymologie de « miner »
  • Phonétique de « miner »
  • Citations contenant le mot « miner »
  • Traductions du mot « miner »
  • Synonymes de « miner »
  • Antonymes de « miner »

Définitions du mot miner

Trésor de la Langue Française informatisé

MINER, verbe trans.

I.
A. − Vx, ART MILIT. Creuser une galerie sous un ouvrage afin d'en saper les fondations et d'en provoquer l'effondrement. Les Français s'aperçurent que le boulevard était miné, c'est-à-dire que les Anglais avaient creusé en dessous des galeries dont ils avaient ensuite incendié les étais (A. France,J.d'Arc,t.1, 1908, p.144).
Absolument:
1. On tint un conseil de guerre, où l'on reconnut, un peu tard, qu'avant de donner un assaut il faut faire une brèche, et l'on jugea qu'on y parviendrait plus vite avec la mine qu'avec l'artillerie. Chaque corps d'armée dut miner devant ses approches... Mérimée,Hist. règne Pierre le Gdds Journal des Savants, 1867, p.680.
B. − P. anal.
1. [Le suj. désigne un animal ou un insecte] Creuser une galerie dans le sol, le bois ou les tissus végétaux. Dans la région de Rochefort, on trouve la termite (...) qui (...) ronge l'intérieur des pièces de bois sans en toucher la surface de sorte qu'on ne découvre parfois ses ravages qu'à la chute des ouvrages dont les parties internes sont minées et l'enveloppe extérieure intacte (Bourde,Trav. publ.,1929, p.214).Mouchette (...) commence à courir le plus vite qu'elle peut. Malheureusement, le sol, miné par les rongeurs, s'écroule sous elle presque à chaque pas (Bernanos,Mouchette,1937, p.1269).
2. [Le suj. désigne un phénomène naturel] Creuser (le sol) ou saper (les fondations d'un bâtiment) par une attaque lente et progressive. Synon. caver, éroder, ronger.Les ruisselets qui le creusent [le sol], le minent et le charrient (Pesquidoux,Livre raison,1925, p.179):
2. Là s'élevèrent autrefois les pylônes du temple de Koum-Oumbou (Ombos); mais le Nil rongeait chaque jour son rivage, il entraîna la terre, désagrégea les bancs de sable, déracina les rochers et mina sourdement les fondations du monument, qui s'abattit tout entier la face contre le sol et la tête près du fleuve. Du Camp,Nil,1854, p.192.
P. métaph. Saccard ne vivait plus que dans la fiction exagérée de son triomphe (...), assez fin cependant pour avoir la sensation du sol miné, crevassé, qui menaçait de s'effondrer sous lui (Zola,Argent,1891, p.314).
Emploi pronom. passif. La philosophie (...) ne veut connaître que les livres; hors de là, le monde finit pour elle. Cependant le sol se mine sous ses pas (Quinet,All. et Ital.,1836, p.116).
C. − Au fig.
1. [Le compl. désigne une pers.]
a) [Le suj. désigne une maladie] Affaiblir, ronger de manière lente et continue. L'anémie le minait; on craignait la phtisie (Maupass.,Contes et nouv.,t.1, Million, 1882, p.292).La petite fièvre continue qui lentement la minait s'était éteinte; un sang plus frais recolorait ses joues (Gide,Immor.,1902, p.458).
b) [Le suj. désigne un sentiment, une situation] Consumer sournoisement. La passion le mine. Il était avec cela miné par l'inquiétude (Huysmans,Marthe,1876, p.83).La solitude, cependant, continuait à me miner (Beauvoir,Mém. j. fille,1958, p.264).Le mariage me corrompra, il minera mon énergie (Camus,Possédés,1959, 1repart., 2, p.951).
Miner de + subst. désignant un état qui affaiblit.Elle prétendait qu'ils la minaient de fatigues et d'agitations, mais sans eux elle fût morte d'ennui (Sand,Valentine,1832, p.208).
c) Emploi pronom. réfl. (indir.). Se miner (la santé). Ruiner sa santé par des soucis. C'est un homme qui se mine (...). On dirait en effet qu'un chagrin le tourmente (Dorgelès,Croix bois,1919, p.130).
Se miner + subst. désignant une partie du corps hum.Mes parents (...) veulent me marier avec ce grand Suiret (...). Je dis non, tu penses, et je me mine les yeux à pleurer (Loti,Spahi,1881, p.269).
Se miner en + subst. désignant un sentiment qui détruit lentement.Elle s'affligeait de la voir ainsi se miner en mélancolie (Sainte-Beuve,Port-Royal,t.1, 1840, p.105).
2. [Le compl. désigne une instit., une classe soc., etc.] Détruire de manière sournoise. Chez les Grecs et les Romains, la vérité philosophique mina le culte national, et échoua contre l'ordre moral et l'ordre politique (Chateaubr.,Ét. ou Disc. hist.,t.1, 1831, pp.6-7).Depuis longtemps les excès de l'individualisme minaient la démocratie (Maurois,Mes songes,1933, p.66).Au XVIIIesiècle, faire un Dictionnaire philosophique, c'était miner sourdement la classe au pouvoir (Sartre,Sit. II,1948, p.301).
3. Arg., vieilli. Miner le pylône. Exagérer grossièrement. Le secteur [la banlieue nord-est de Paris] n'est pas des plus calmes. Les Boches, selon la nouvelle expression à la mode ici «minent le pylône» (Esn.Poilu1919, p.355).
II.
A. − GÉNIE CIVIL et MILIT. Poser (à la base d'un ouvrage, d'un amas de rochers) une charge d'explosif destinée à faire sauter. Miner un barrage, un pont. Quand le Louvre fut miné, Nietzsche a pleuré (Barrès,Cahiers,t.11, 1914, p.117):
3. ... récemment encore, la chute d'une montagne de glace, formant un lac, épouvanta tout le Valais. Les ingénieurs en minèrent doucement la digue et épanchèrent une partie des eaux. Michelet,Journal,1838, p.254.
B. − ART MILIT. [Correspond à mine2III C] Garnir de mines. Miner une route, un chenal, un port. Les sapeurs de Dromard (...) employaient toutes les heures de tous les jours et de toutes les nuits à rendre praticables les chemins coupés et minés (De Gaulle,Mém. guerre,1956, p.271).
P. métaph. Mais, à partir de ce moment, nous sûmes l'un et l'autre que nous vivions dans une zone minée et qu'il faudrait sauter un jour (Maurois,Climats,1928, p.116).
REM.
Mineux, adj. masc.,hapax. Soucieux. Devenir un quelque chose d'inouï? Oui! De miraculeux? D'adorable? De bien plus parfait encore?... Ah oui! Et bien plus hanté, tracassé, mineux dix mille fois!... Le saint issu d'économie et d'acharnement familial! (Céline, Mort à crédit, 1936, p.340).
Prononc. et Orth.: [mine], (il) mine [min]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1200 «creuser par dessous un terrain, un rocher, un mur pour provoquer un effondrement» (Aiol, 10859 ds T.-L.); b) xves. [éd. de 1528] «creuser, caver lentement (un rivage)» (Perceforest, vol. III, ch. XXX ds Gdf. Compl.); c) 1680 «creuser le terrain sous une muraille, etc., pour y placer une charge d'explosifs» (Rich.); 2. a) ca 1340 «détruire, ronger progressivement (en parlant de l'amour)» (Batard de Bouillon, 2548 ds T.-L.); b) ca 1350 se miner «être consumé, diminué (d'un mal)» (G. Le Muisit, Poésies, II, 10 ds T.-L.). Dér. de mine2*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 220 (mené: 168). Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 327, b) 372; xxes.: a) 346, b) 246.

Wiktionnaire

Verbe

miner \mi.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Creuser par-dessous un terrain, un rocher pour provoquer un effondrement ou pour y placer une mine.
    • Miner une tranchée, un pont.- Les ennemis avaient miné le terrain avant de l’abandonner.
  2. (Par analogie) Creuser, caver lentement.
    • L’eau mine la pierre. - Le courant de la rivière a miné les piles de ce pont. - Ce fleuve mine peu à peu ses bords.
  3. (Agriculture) Défoncer un sol pierreux[1].
  4. (Figuré) Consumer, détruire, ruiner peu à peu.
    • Même lorsqu’il évoque un sujet grave, cette jovialité ne quitte pas Bastien Moysan. Mais elle s’atténue parfois, et cela témoigne du trouble qui mine ce paysan breton depuis des mois. — (Nicolas Legendre, « Je ne pensais pas que d’autres agriculteurs essaieraient de me faire la peau » : le combat d’un paysan breton pour garder ses terres, Le Monde. Mis en ligne le 28 octobre 2019)
    • L’empereur est animé de l’amour du bien; il voudrait trouver un remède à une plaie qui mine sourdement l’état. — (Anonyme, Brésil. - situation financière, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Hutin minait sourdement le second, dont il voulait la place. Déjà, pour le blesser et le faire partir, le jour où la situation de premier qu’on lui avait promise, s’était trouvée libre, il avait imaginé d’amener Bouthemont du dehors. Cependant, Robineau tenait bon, et c’était maintenant une bataille de chaque heure. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883, chapitre II)
    • Et les camarades bien divers d'agir en sourdine, de miner peu à peu les résolutions les plus vaillantes, prêcheurs d'oubli, de laisser-courre, d'exutoires ! — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Mouley El-Hassan mourut le 4 juin 1894. Parti de Marrakech pour se rendre à Fez, il ne parvint que jusqu'à l'Oued El-Abid, au Tedla, où il succomba subitement à une maladie qui le minait sournoisement depuis longtemps. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 60)
  5. (Cryptomonnaies) Effectuer du minage.

Nom commun

miner

  1. Mineur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MINER. v. tr.
Creuser par-dessous un terrain, un rocher pour provoquer un effondrement ou pour y placer une mine. Miner une tranchée, un pont. Les ennemis avaient miné le terrain avant de l'abandonner. Il signifie, par analogie, Creuser, caver lentement. L'eau mine la pierre. Le courant de la rivière a miné les piles de ce pont. Ce fleuve mine peu à peu ses bords. Il signifie au figuré Consumer, détruire, ruiner peu à peu. Il est miné par la maladie. Le chagrin le mine. Miner la réputation, le crédit de quelqu'un.

Littré (1872-1877)

MINER (mi-né) v. a.
  • 1Anciennement, creuser le dessous d'une muraille pour la faire écrouler.

    Aujourd'hui, creuser le dessous d'une muraille, trouer un roc, pour y loger une mine. En cet instant, le bruit se répand que le Kremlin est miné ; des Russes l'ont dit, des écrits l'attestent, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 6.

  • 2Creuser, caver lentement. En supposant qu'elle [la mer] avance toujours également, elle minerait mille toises, ou une petite demi-lieue de moëllon en douze mille ans, Buffon, Hist. nat. Preuv. théor. de la terre, Œuv. t. II, p. 441.
  • 3 Fig. Consumer, ruiner peu à peu. Au lieu qu'on nous mange, on nous gruge, On nous mine par des longueurs, La Fontaine, Fabl. I, 21. Ce mal dont la peur vous mine et vous consume, La Fontaine, Coupe. Tel est le caractère de ce vice de laisser dans le cœur un fond de tristesse qui le mine, qui le suit partout, Massillon, Carême, Enf. prod. Elles [les petites fautes] minent peu à peu cette habitude de sainteté, Massillon, Carême, Fautes légères. Un chagrin qui nous mine et nous dessèche, Massillon, Panég. St Franç. de Paule. Une fièvre brûlante, attaquant tes ressorts, Vient à pas inégaux miner ton faible corps, Voltaire, Disc. 2. Tandis que les croisés fondaient sur la Syrie, les Turcs minaient les Arabes, Voltaire, Mœurs, 58.
  • 4 Terme d'agriculture. Défoncer un sol pierreux.
  • 5Se miner, v. réfl. Être miné, consumé. Souvent le vain orgueil par là se déracine, L'amour-propre se mine, Et fait place aux vertus avec facilité, Corneille, Imit. II, 2. Un joueur dont la fortune, exposée chaque jour aux coups du hasard, se mine peu à peu et se trouve enfin nécessairement détruite, n'attribue ces pertes qu'à ce même hasard qu'il accuse d'injustice, Buffon, Ess. arith. mor.

HISTORIQUE

XIIe s. Tant ont miné souz terre chascun à son cisel, Que des murs de Cologne ont trait maint grant carrel, Saxons, IX.

XIIIe s. En la fin lor fu rendue [une ville], et la fisent miner et bouterent le feu dedens, Chr. de Rains, 184.

XIVe s. Helas, dame, je vous ay tant chieri, En desirant de merci la douçour, Que je n'ay mais sens ne pooir en mi, Tant m'ont miné mi soupir et mi plour, Machaut, p. 56. Quand elle [la femme] a fait de l'homme tout ce qu'elle vorra, Et elle l'a miné si bien que rien n'i a, Dont lui tourne le dos, à un autre s'en va, Baud. de Seb. VI, 606.

XVe s. Voirement, il n'est nul sire chretien… qui hors de leur pays puissent trois ni quatre ans tenir tel peuple de gens d'armes… que il ne fust tout usé et miné de chevance et de finance, Froissart, II, II, 136.

XVIe s. Je voy que l'eau par temps le marbre myne, Marot, J. V, 263. Il pouvoit miner ses ennemis, indiscretement advancez en ses terres, Montaigne, III, 93.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « miner »

Provenç. espagn. et portug. minar ; ital. minare. On a indiqué le celtique : gaél. mein, meiun, meun, mine ; kymri, mwn ; irl. minn. Diez pense qu'il n'y a pas lieu de s'écarter ici du latin ; miner est minare, qui a donné mener, et qui a pris ici un sens spécial : mener un travail, une fouille. À la vérité il y a une difficulté dans la voyelle, et on devrait dire mener, non miner ; mais on trouve en effet dans le provençal mena, mine, à côté de mina, et meniera pour minière ; et les deux formations mener et miner ont pu coexister. Au contraire, Rossignol pense que le mot primitif est minière, du latin miniaria, mine de minium, puis généralisé pour signifier toute espèce de mine. Il est en effet très tentant de dériver minière de miniaria ; d'autant plus que minium se disait mine dans l'ancienne langue (voy. MINIUM). Cela paraît plus probable que minare. Mine [minium] se sera généralisé en toute espèce de métal ; d'où miner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dénominal de mine et -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « miner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
miner mine

Citations contenant le mot « miner »

  • L'enseignement obligatoire semble miner la volonté personnelle d'apprendre. De Ivan Illich / Une société sans école
  • On porte son passé, tout son passé dans sa chair et son âme, et il continue de nous miner jusqu'à la ruine. De Andrée Maillet / Le lendemain n'est pas sans amour
  • En revanche, investir la même somme dans du matériel de minage, c’est la garantie de miner du Bitcoin chaque jour jusqu’à atteindre le seuil d’ 1 Bitcoin…..puis de continuer à en miner jour après jour, potentiellement pendant une période plus conséquente (les machines ont des garanties constructeurs de 6 mois, mais les Antminer S9 mis en place il y a plus de 3 ans continuent par exemple à remplir bravement leur office). TheCoinTribune, "Objectif : 1 Bitcoin entier !" - Acheter ou Miner, quelle est la meilleure stratégie ? – TheCoinTribune
  • Il sera peut-être bientôt rentable de louer un groupe électrogène à essence… et de brancher ses Antminers dessus. TheCoinTribune, Minage de Bitcoin : va-t-il devenir rentable de miner à l'essence avec un Antminer S9 ? – TheCoinTribune
  • La récompense pour miner du Bitcoin sera divisée par deux en mai 2020, passant de 12,5 à seulement 6,25 BTC. C'est le halving. , Une centrale électrique mine 5,5 bitcoins par jour

Traductions du mot « miner »

Langue Traduction
Anglais undermine
Espagnol socavar
Italien minare
Allemand untergraben
Chinois 破坏
Arabe تقويض
Portugais minar
Russe подрывать
Japonais 弱体化
Basque ahuldu
Corse minà
Source : Google Translate API

Synonymes de « miner »

Source : synonymes de miner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « miner »

Partager