La langue française

Malaisé

Définitions du mot « malaisé »

Trésor de la Langue Française informatisé

MALAISÉ, -ÉE, adj.

A. − Vieilli. [Correspond à malaise A 1] Qui n'est pas dans l'aisance, qui est peu fortuné. Anton. aisé (v. ce mot B).Les deux choses alimentaires dont se soutiennent, s'alimentent, vivent les populations malaisées, − les pommes de terre et le fromage − (Goncourt,Journal, 1871, p. 712).À quelque classe aisée ou malaisée que nous appartenions (Sand,Impress. et souv., 1873, p. 321):
1. Par la vente d'Aymon il a réalisé De quoi pouvoir donner un tournoi, l'an passé, Et bien vivre, et jeter l'argent par la fenêtre; La grandeur veut le faste, il ne convient pas d'être À la fois duc superbe et prince malaisé... Hugo,Légende, t. 4, 1877, p. 623.
P. méton. Qui dénote le manque de fortune. Pourquoi y a-t-il des enfants qui ont l'air pauvre, qui ont sur le front, sur les joues, dans les yeux, le reflet de l'intérieur malaisé? On a l'air de les avoir emmaillotés dans une quittance du Mont-de-Piété (Goncourt,Journal, 1862, p. 1178).
B. − Qui est difficile, peu commode. Anton. aisé (v. ce mot A).
1. Rare. [En parlant d'une pers.] Qui n'est pas d'un caractère, d'un abord facile. Anton. aisé (v. ce mot A 1 b).Au moment où Henriet Cousin s'approcha de la loge, elle lui fit une figure tellement sauvage qu'il recula. − Monseigneur, dit-il en revenant au prévôt, laquelle faut-il prendre? − La jeune. − Tant mieux. Car la vieille paraît malaisée (Hugo,N.-D. Paris, 1832, p. 549).
2. Vieilli. [En parlant d'un lieu de passage] Où l'on ne peut passer sans peine, qui présente des obstacles. Escalier, côte, raidillon malaisé(e). P. méton. Trajet malaisé. Ce chemin de Vitré aux Rochers, qui était long, montueux et malaisé, a été refait à neuf, nous dit-on: «maintenant il est macadamisé et fort commode» (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t. 5, 1851-62, p. 178):
2. Elle savait qu'en descendant à Leyzieu, par le chemin raide, le long du ruisseau des moulins, elle gagnerait du temps. Elle s'y engagea. C'était un raccourci malaisé, aux gros blocs irréguliers. Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 43.
P. métaph. Il y a des jours montueux et malaisés qu'on met un temps infini à gravir et des jours en pente qui se laissent descendre à fond de train en chantant (Proust,Swann, 1913, p. 391).
3. Cour. [En parlant d'un acte, d'une opération de l'esprit] Qui ne se fait qu'avec peine, qui exige des efforts. Anton. aisé (v. ce mot A 2).Entreprise, exercice, travail, solution malaisé(e). Forger seul et sans aide est plus que malaisé (Hugo,Travaill. mer, 1866, p. 288).La constatation des faits par l'historien est toujours une opération malaisée et de succès incertain (A. France,Vie littér., 1890, p. 118).Siffler est un exercice assez malaisé d'ordinaire pour les personnes du sexe féminin (Duhamel,Passion J. Pasquier, 1945, p. 103).
Malaisé + subst. désignant la pers. qui accomplit l'action.Malaisé à, pour qqn. Ces aggravations dans la manoeuvre rendaient l'opération malaisée pour Gilliatt lui-même (Hugo,Travaill. mer, 1866, p. 306).Rien de plus difficile que d'être tout à fait vrai dans la société moderne (...). Cela est surtout malaisé aux gens ou aux peuples, qui ont la manie indiscrète de laisser parler leur coeur sans repos (Rolland,J.-Chr., Révolte, 1907, p. 396).Faire des connaissances féminines à Balbec me serait aussi facile que cela m'avait été malaisé autrefois (Proust,Sodome, 1922, p. 754).
Malaisé à + inf.[L'inf. exprime l'action, l'opération de l'esprit, le subst. qualifié est objet de l'inf.] Qqc. est malaisé à établir, à faire, à organiser, à définir, à saisir. Une femme qui a un amant peut en avoir deux, comme dit la chanson, mais une femme qui a un amour est impossible ou du moins fort malaisée à vaincre (Gautier,Fracasse, 1863, p. 200).Durtal se butait (...) contre des théories confuses, des postulations incertaines, difficiles à se figurer, malaisées à délimiter, impossibles à clore. Il ne parvenait pas à se définir ce qu'il sentait (Huysmans,Là-bas, t. 1, 1891, p. 10).Furieux de ce truc de la montagne, de cacher derrière un premier sommet un autre plus malaisé à atteindre (Gide,Journal, 1935, p. 1230).
[Avec ell. du compl. inf.] L'avocat donc avait commencé par s'expliquer sur le vol des pommes, − chose malaisée en beau style (Hugo,Misér., t. 1, 1862, p. 325).
[Tournure impers.] C'est, il est malaisé (à, pour qqn) de + inf.Ce n'est pas bien malaisé de troubler un coeur de seize ans (Tharaud,Trag. de Ravaillac, 1913, p. 89).Il eût été malaisé, même à un observateur attentif, de discerner l'espèce de révolution qui s'était accomplie en moi (Duhamel,Confess. min., 1920, p. 193).Repris la Barcarolle de Chopin, qu'il n'est pas si malaisé que je croyais de jouer plus vite (Gide,Journal, 1921, p. 695).
Rare, emploi subst. masc. sing. avec valeur de neutre. Ce qui est malaisé (à faire). Mon dieu! C'est bien facile d'être bon, le malaisé c'est d'être juste (Hugo,Misér., t. 1, 1862, p. 259).
C. − Rare. [En parlant du comportement d'une pers.]
1. Qui manque d'aisance, de facilité naturelle. Anton. aisé (v. ce mot C).Un jour que je suivais une vallée où s'engagent peu les centaures, je découvris un homme qui côtoyait le fleuve sur la rive contraire. C'était le premier qui s'offrît à ma vue, je le méprisai. Voilà tout au plus, me dis-je, la moitié de mon être! Que ses pas sont courts et sa démarche malaisée! (M. de Guérin,Poèmes, 1839, p. 6).
2. [Correspond à malaise C] Qui manifeste de la gêne, de l'embarras. MmeCartuywels était là qui attendait. Quand elle vit entrer Edmond, elle eut un soupir malaisé. Qu'allait-elle lui dire? Quelle horreur! (...) Qu'avait-elle fait contre ce beau garçon en menant sa maîtresse à ce monstre? (Aragon,Beaux quart., 1936, p. 448).
Prononc. et Orth.: [malεze] ou [-le-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Début xiiies. malaisié «incommode, désagréable» (Gautier de Coinci, Vie Ste Christine, éd. A. C. Ott, 2634); 2. ca 1260 «qui présente des obstacles difficiles à surmonter» porz... malaisiez a penre (Menestrel Reims, 374 ds T.-L.); 1538 chemin malaisé (Est., s.v. perplexus); 3. 1530 «qui ne se fait pas facilement» mal aisé à croire (Diodore, trad. Cl. de Seyssel, 88b ds Rom. Forsch. t. 32, p. 100). Comp. de mal2* et de aisé*. Fréq. abs. littér.: 291. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 189, b) 341; xxes.: a) 487, b)599. Bbg. Lew. 1968, p. 147. _ Rice (C.). Romance etymologies and other studies. Chapel Hill, 1946, p. 26. _ Sain. Sources t.3 1972 [1930], p. 67.

Wiktionnaire

Adjectif

malaisé \ma.le.ze\

  1. Qui est difficile.
    • Les mauvaises herbes sont pour l’agriculture de tous les pays un fléau dont il est malaisé de chiffrer l’importance. — (Les mauvaises herbes et leur destruction, dans Almanach de l’Agriculteur français - 1932, éditions La Terre nationale, page 82)
  2. Qui est incommode, dont on ne peut se servir avec facilité.
    • Cet escalier est malaisé.
    • Un chemin malaisé.
  3. (Québec) Être mal à l’aise.

Forme de verbe

malaisé \ma.lɛ.ze\

  1. Participe passé masculin singulier de malaiser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MALAISÉ, ÉE. adj.
Qui est difficile. Cela n'est pas si malaisé que vous croyez. Il est aisé de critiquer cet ouvrage, mais malaisé de faire mieux. Il signifie aussi Qui est incommode, dont on ne peut se servir avec facilité. Cet escalier est malaisé. Un chemin malaisé.

Littré (1872-1877)

MALAISÉ (ma-lê-zé, zée) adj.
  • 1Qui n est pas aisé, facile. Bien est-il malaisé que l'injuste licence Qu'ils prennent chaque jour d'affliger l'innocence, En quelqu'un de leurs vœux ne puisse prospérer, Malherbe, I, 2. Dites, dites, seigneur, qu'il est bien malaisé De céder ce qu'adore un cœur bien embrasé, Corneille, Tite et Bér. II, 2. Il est malaisé de parler de vous, quand ce serait à vous-même, sans vous donner des louanges ; malaisé de vous en donner sans vous déplaire, et plus malaisé encore de s'empêcher de vous en donner, Scarron, Lett. Œuv. t. I, p. 220, dans POUGENS. S'il en faut faire autant afin que l'on me flatte, Cela n'est pas bien malaisé, La Fontaine, Fabl. IV, 5.

    Malaisé à, avec un infinitif. Pourquoi comptent-ils [les calvinistes] pour rien les doutes des autres aussi malaisés à résoudre que ceux des luthériens ? Bossuet, 6e avert. III, 43. L'auteur ne veut que de la vertu et de la probité qui sont si malaisées à rencontrer, Voltaire, Lett. Damilaville, 27 mars 1767.

  • 2Incommode, dont on ne peut user avec facilité. Un escalier malaisé. Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé, Et de tous les côtés au soleil exposé, La Fontaine, Fabl. VII, 9.
  • 3Qui est à l'étroit dans sa fortune. Un riche malaisé. À ce discours, je sentis à merveille que j'étais avec une de ces beautés malaisées dont le meilleur revenu consiste en un joli visage, Marivaux, Pays. parv. part. 5.

    Substantivement. Malaisé, si jamais il fut des malaisés : Il a mangé son fait, Th. Corneille, D. César d'Avalos, II, 1.

HISTORIQUE

XVe s. Bien quinze semaines il fut au lict d'une course de cheval, dont il eut la jambe malement malaisée, Froissart, liv. II, p. 278, dans LACURNE.

XVIe s. Et me semble plus miserable un riche malaysé, necessiteux, affaireux, que…, Montaigne, I, 344. L'aysé et le malaysé lui sont un [à Dieu], Montaigne, II, 151. Il estoit vieux et malaisé de sa personne, Despériers, Contes, XXVI. Quand ceste opinion est une fois logée en l'entendement, elle est mal-aisée d'arracher, Lanoue, 69.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « malaisé »

Mal, et aisé ; bourguig. maulaisé. Le Berry a un verbe malaiser, mettre mal à l'aise, verbe d'ailleurs usité dans l'ancienne langue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Composé de mal et de aisé.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « malaisé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
malaisé malɛse

Images d'illustration du mot « malaisé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « malaisé »

Langue Traduction
Anglais discomfort
Espagnol malestar
Italien malessere
Allemand leichte schmerzen
Chinois 不适
Arabe عدم ارتياح
Portugais desconforto
Russe дискомфорт
Japonais 不快感
Basque deserosotasuna
Corse scunfortu
Source : Google Translate API

Synonymes de « malaisé »

Source : synonymes de malaisé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « malaisé »

Malaisé

Retour au sommaire ➦

Partager