La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « majeur »

Majeur

Variantes Singulier Pluriel
Masculin majeur majeurs
Féminin majeure majeures

Définitions de « majeur »

Trésor de la Langue Française informatisé

MAJEUR, -EURE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. −
1. [Sert de compar. à grand] Plus grand, plus considérable, plus important. Anton. mineur.J'oubliais le second dixain des Drolatiques, pour lequel j'ai encore deux contes à faire, dont l'un est le majeur du volume (Balzac, Corresp., 1833, p. 252).
Expressions
La majeure partie. La plus grande partie, le plus grand nombre. La majeure partie du génie se compose de ces sortes de souvenirs (Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 135).
En majeure partie. Dans la plus grande partie, pour le plus grand nombre. Deux divisions du 6ecorps dont les éléments étaient en majeure partie stationnés sur la Meuse (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 184).
Domaines spéc.
JEUX. Tierce, quarte, quinte majeure. Suite des trois, quatre, cinq cartes les plus fortes d'une couleur. Synon. vieilli major.Une quinte majeure en trèfle, hein! elle est bonne, celle-là!... Trois rois, ils sont bons aussi (Zola, E. Rougon, 1876, p. 144).
LOG. Terme majeur (d'un syllogisme) et, subst., le majeur. Terme d'un syllogisme qui sert de prédicat à la conclusion (et qui a généralement la plus grande extension). Prémisse majeure et, subst., la majeure. Prémisse d'un syllogisme qui contient le majeur. Il [Grotius dans son livre de Jure Belli et Pacis] part d'ailleurs d'une majeure douteuse: la sociabilité de l'homme (Chateaubr., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 245).Le syllogisme renferme trois termes: une proposition mère ou génératrice qu'on appelle majeure; une proposition instrument (...) une proposition engendrée (Proudhon, Créat. ordre, 1843, p. 72):
1. Un animal est un être qui se meut sans cause extérieure. Un être qui se meut sans cause extérieure a des mouvements volontaires. Donc un être qui a des mouvemens volontaires est un animal. Et ensuite je puis prendre pour majeure cette proposition prouvée, et dire: Un être qui a des mouvemens volontaires est un animal. Destutt de Tr., Idéol. 3, 1805, p. 19.
MAR. Voile majeure. L'une des voiles principales d'un bateau. Je portai au large ayant les quatre voiles majeures, tous les ris pris (Voy. La Pérouse, t. 2, 1797, p. 374).
MUS. Accord parfait majeur. ,,Cet accord [de première espèce] dont la tierce est majeure et la quinte juste s'appelle communément accord parfait majeur`` (Réber, Harm., 1949, p.8). Ton, mode majeur. Celui où la tierce et la sixte au dessus de la tonique sont majeures. Le mode majeur, réalisé sur la note ut, prise comme tonique (...) a une importance considérable dans la musique moderne (Combarieu, Mus., 1910, p.128).On adoptera, pour toutes les Gammes et tous les Arpèges Diatoniques (...) l'enchaînement alterné des 24 tons Majeurs et Mineurs (Dupré, Improvis. orgue, 1925, p. 1).Emploi subst. masc. Jouer en majeur. Il [le 10eNocturne de Fauré] s'appuie sur le principe d'une lente montée pathétique qui aboutit à la sonorité magnifiée du majeur (Cortot, Mus. fr. piano, 1930, p. 167).
Tierce majeure. Tierce composée de deux tons. Ils ne parlaient plus que de sujet et de contre-sujet, d'harmoniques et de sons résultants, d'enchaînements de neuvièmes et de successions de tierces majeures (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 684).
RELIGION
Excommunication* majeure.
Ordres majeurs. Prêtrise, diaconat (et sous-diaconat avant le Concile Vatican II). Un jeune homme (...) qui (...) se destine à devenir bientôt prêtre des Missions étrangères, vient de m'adresser, au moment de recevoir les ordres majeurs et de prononcer le voeu suprême, une lettre qui m'a beaucoup ému (Coppée, Bonne souffr., 1898, p. 69).
2. P. ext. D'une grande importance. Synon. capital, essentiel, exceptionnel, primordial.Empêchement, souci majeur; objection, raison majeure. Il est un intérêt majeur pour l'empereur et en même temps pour l'Europe, c'est d'établir la Pologne (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 215):
2. ... les races du nord plus proches de la sauvagerie barbare et qui avaient besoin pour se maîtriser de contraintes majeures, composèrent avec le protestantisme une religion nouvelle... Gaultier, Bovarysme, 1902, p. 122.
(Cas de) force* majeure.
B. −
1. [À propos d'une pers.] Qui a atteint l'âge de la majorité légale (18 ans depuis 1974, 21 ans auparavant) ou qui est considéré comme majeur du fait de son mariage. Anton. mineur.Privation des Droits civils. 727. Sont indignes de succéder, et comme tels exclus des successions (...) L'héritier majeur qui, instruit du meurtre du défunt, ne l'aura pas dénoncé à la justice (Code civil,1804, p. 133).Isabelle (...) étant, du fait de son mariage, considérée comme majeure, la royauté revenait à la jeune femme, c'est-à-dire à son mari (Grousset, Croisades, 1939, p. 308).
2. P. anal. [À propos d'un peuple] Qui est capable de se diriger lui-même parce qu'il est parvenu à un degré d'évolution suffisant:
3. ... il est certain que les nations possèdent très inégalement la capacité d'user de cette arme [l'investissement et l'innovation]. Pour l'atome, c'est d'une évidence éclatante et gênante; un président du Conseil a pu parler de nations majeures et de nations mineures à cet égard. Perroux, Écon. XXes., 1964, p. 505.
II. − Subst. masc. Le troisième et le plus grand des doigts de la main. Synon. médius.Des taches noires sur l'index et le majeur de la main droite (Butor, Modif., 1957, p. 68).
Prononc. et Orth.: [maʒoe:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1354 philos. subst. fém. majour (Modus et Ratio, éd. G. Tilander, § 118, vers 299; v. aussi Gace de La Buigne, Romans des deduis, éd. Åke Blomqvist, 6110: majeur); 1680 majeure (Rich.); 2. 1377 mus. adj. majeur (Gace de La Buigne, op. cit., 8090); 3. a) 1540 adj. substantivé «supérieur, plus grand» (Amadis de Gaule, éd. H.Vaganay, livre I, Prologue du traducteur, t. 1, XII, 25); 1564 la maieur partie «la plus grande partie» (Thierry); 1596 la majeure partie (Hulsius); 1636 excommunication maieure (Monet, s.v. excommunication); 1701 relig. ordres majeurs (Fur.); b) 1690 jeu tierce majeure (Fur.); 1907 subst. masc. majeur «doigt du milieu ou médius» (Nouv. Lar. ill. Suppl.); 4. 1690 adj. «d'une importance exceptionnelle» force majeure (Fur.). II. 1549 dr. adj. et subst. maieur «(celui) qui par son âge atteint la plénitude de ses droits» (Est.). Empr. au latmājŏr, comparatif de magnus «grand par la quantité, la force ou l'âge», «important», att. en lat. médiév. comme adj. «qui a atteint l'âge de la majorité» (1225 ds Latham), subst. terme de philos. (av. 1250, ibid.). Il est difficile de préciser le moment où la consonne intermédiaire a été prononcée car le i consonantique est écrit i jusqu'au xvies. (v. Brunot t.1, p. 486 et t. 2, p. 122) et le fr. du Moyen Âge a une forme maieur, v. maire et maïeur, qui possède à côté du sens principal «plus grand» des sens du lat. tels que «les anciens» majores (vies. ds Blaise Lat. chrét.); 3 b att. sous la forme (tierce) major (de 1661: Molière, Fâcheux, II, 2, 318 à 1878 Ac.) serait un empr. à l'esp. (tercera) mayor (ds Al., s.v. tercera, s.d.). Fréq. abs. littér.: 802. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1021, b) 587; xxes.: a) 1279, b) 1454. Bbg. Reinh. 1963, p.303.

Wiktionnaire

Nom commun 1 - français

majeur \ma.ʒœʁ\ masculin

  1. (Anatomie) Doigt du milieu de la main.
    • La cuiller à café se prendra entre le pouce, l’index et le majeur. — (Patricia de Prelle, Marlène de Wouters et Robert A. Remy, Le guide de l’étiquette & du savoir-vivre, Bruxelles, éditions Racine, 2001, page 258)
  2. (Musique) Tonalité occidentale.
    • Un air en majeur ; passer du majeur au mineur, du mineur au majeur.

Adjectif - français

majeur \ma.ʒœʁ\ masculin

  1. Très grand ; très important.
    • Cette zone forestière correspond à la région humide des nuages qui ceignent les flancs du pic pendant la majeure partie de l'année et qui se dissipent généralement le soir pour reparaître peu après le lever du soleil. — (Frédéric Weisgerber, Huit jours à Ténériffe, dans la Revue générale des sciences pures et appliquées, Paris : Doin, 1905, vol.16, pp. 1041)
    • La petite carte hypsométrique se base sur une centaine d’altitudes, dont nous avons relevé la majeure partie à l’aide d’un anéroïde et d’un thermomètre ordinaires. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 162)
    • Le lac des Settons est un pôle touristique majeur du Morvan. A cheval sur les communes de Montsauche et de Moux, ce site sait allier divertissements et dépaysement. — (Le Petit Futé Bourgogne 2009, page 322)
  2. (Droit) Qui a atteint la majorité légale, et qui peut donc jouir de ses droits civiques et qui est responsable devant la loi.
    • Ne sont éligibles que les personnes de nationalité allemande et qui sont majeures. — (Statut de la Caisse locale générale de secours en cas de maladie pour l’arrondissement de Metz-campagne - Valable à partir du 1er janvier 1914, § 97, imp. H. Jauch, Metz, 1914, page 45)
  3. (Musique) De la tonalité occidentale.
    • Ut mi est une tierce majeure.
    • Ton ou Mode majeur, celui où la tierce et la sixte au-dessus de la tonique sont majeures.
  4. (Logique) Attribut de la conclusion, qui a plus d’extension que le sujet.
    • Terme majeur d’un syllogisme.
    • La proposition majeure, la première des prémisses, formée du terme majeur de la conclusion et du terme moyen.
    • Je vous accorde la majeure et vous nie la mineure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAJEUR, EURE. adj. comparatif
. Qui est plus grand, plus important, plus considérable. La majeure partie. Il a perdu dans cette affaire la majeure partie de sa fortune. En termes de Théologie, Ordres majeurs, La prêtrise, le diaconat, le sous-diaconat, par opposition aux quatre ordres mineurs. Causes majeures, Grandes affaires de l'Église, concernant la foi, les points douteux et importants de la discipline ou la personne même des évêques. Excommunication majeure, Excommunication qui retranche entièrement de l'Église et de toute communion avec les fidèles, par opposition à Excommunication mineure. En termes de Musique, Tierce majeure, Tierce composée de deux tons. Ut mi est une tierce majeure. Sixte majeure, Intervalle tel que celui de sol à mi, et Septième majeure, Intervalle tel que celui d'ut à si. On appelle aussi Ton ou mode majeur Celui où la tierce et la sixte au-dessus de la tonique sont majeures. Ton d'ut, mode majeur. On dit dans le même sens Un air en majeur; passer du majeur au mineur, du mineur au majeur, et alors Majeur est pris substantivement. En termes de jeux de Cartes, Tierce majeure, L'as, le roi et la dame de la même couleur. Quarte majeure ou quatrième majeure, quinte majeure, Les quatre, les cinq cartes de suite, à commencer par l'as. En termes de Logique, Terme majeur d'un syllogisme, L'attribut de la conclusion, qui a plus d'extension que le sujet. La proposition majeure, et substantivement La majeure, La première des prémisses, formée du terme majeur de la conclusion et du terme moyen. Je vous accorde la majeure et vous nie la mineure.

MAJEUR signifie aussi Qui a atteint l'âge prescrit par les lois, pour user et jouir de ses droits et pour pouvoir contracter valablement. Il ne fallait avoir que vingt ans pour être majeur en Normandie. On n'était majeur dans la coutume de Paris qu'à vingt-cinq ans. Actuellement on est majeur à vingt et un ans.

MAJEUR signifie quelquefois Qui est grand, important, considérable, absolument et sans comparaison. Une affaire majeure. Un intérêt majeur. Cet événement tient à des causes majeures. Force majeure, Force à laquelle on ne peut résister, événement qu'on ne peut empêcher et dont on n'est pas responsable. C'est un cas de force majeure.

Littré (1872-1877)

MAJEUR (ma-jeur, jeu-r') adj.
  • 1Plus grand. La majeure partie.
  • 2En matière ecclésiastique, ordres majeurs, la prêtrise, le diaconat, le sous-diaconat, par opposition aux quatre ordres mineurs.

    Causes majeures, celles dont le pape doit être le seul juge ; il y en a de trois espèces : les premières regardent la foi ; les secondes, la discipline ; et les troisièmes, les évêques.

    Excommunication majeure, excommunication qui retranche entièrement de l'Église ; par opposition à excommunication mineure.

  • 3 Terme de musique. Tierce majeure, tierce composée de deux tons, par opposition à la tierce mineure qui ne comprend qu'un ton et demi. Ut, mi est une tierce majeure.

    Sixte majeure, intervalle de six notes, contenant quatre tons et un demi-ton, ut, la.

    Septième majeure, intervalle de sept notes, contenant cinq tons et un demi-ton, ut, si.

    Ton ou mode majeur, celui où la tierce et la sixte au-dessus de la tonique sont majeures. Substantivement et dans le même sens, un air en majeur. Passer du majeur au mineur.

    Le majeur se dit aussi de la partie d'un duo, d'une sonate, d'une symphonie qui se trouve traitée en mode majeur.

    Seconde majeure, intervalle composé d'un ton entier, par opposition à la seconde mineure qui n'a qu'un demi-ton.

  • 4 Terme du jeu de piquet. Tierce, quarte, quinte, seizième, dix-septième majeure, séquence des trois, quatre, cinq, six, sept plus fortes cartes.

    On disait autrefois tierce major, etc. Sur mes cinq cœurs portés la dame arrive encor, Qui me fait justement une quinte major, Molière, Fâch. II, 2.

  • 5 Terme de marine. Manœuvres majeures, les manœuvres principales.

    Mâts majeurs, le grand mât, le mât de misaine, le grand mât de hune et le petit mât de hune. Les voiles établies sur ces mâts sont dites les quatre voiles majeures.

    Lieues majeures et milles majeurs, lieues et milles que l'on parcourt sur un grand cercle du globe.

  • 6Grand, important, considérable (sans aucune idée de comparaison). [L'abbé de Tencin] fit une étourderie majeure dans ce procès, où il assista en personne à la plaidoirie, Duclos, Mém. rég. Œuvr. t. V, p. 420, dans POUGENS.

    Force majeure, voy. FORCE, n° 6.

  • 7Qui est à l'âge prescrit par les lois pour user et jouir de ses droits, et pour pouvoir contracter valablement. Les rois de France sont majeurs à quatorze ans par l'édit de l'an 1375. M. le Prince lui envoya voir son armée ; eh bien qu'en dites-vous ? dit M. le Prince : Monseigneur, dit Despréaux, je crois qu'elle sera fort bonne quand elle sera majeure ; c'est que le plus âgé n'a pas dix-huit ans, Sévigné, 166. Quand on considère de plus près l'histoire de ce grand royaume [l'Angleterre] et particulièrement les derniers règnes, où l'on voit non-seulement les rois majeurs, mais encore les pupilles et les reines mêmes si absolues et si redoutées, Bossuet, Reine d'Anglet. Ceux qui avaient des fiefs et qui par conséquent devaient faire le service militaire, ne furent plus majeurs qu'à vingt-un ans, Montesquieu, Esp. XVIII, 26.
  • 8 S. m. pl. Les majeurs, les ancêtres ou les prédécesseurs (vieilli en ce sens).
  • 9 S. f. Terme de logique. La majeure, la proposition d'un syllogisme qui contient le grand terme ou l'attribut de la conclusion. La majeure en est inepte, la mineure est impertinente, et la conclusion ridicule, Molière, Mar. for. 6.
  • 10La majeure, la pluralité des voix (vieilli en ce sens). Dans ce tribunal on prend les voix à la majeure ; mais on dit qu'on a reconnu par expérience qu'il vaudrait mieux les recueillir à la mineure, Montesquieu, Lett. pers. 86.
  • 11L'un des plus grands actes des bacheliers de théologie dans l'ancienne faculté de Paris, qui, commençant à huit heures du matin, finissait à six heures du soir. Faire sa majeure.

HISTORIQUE

XIe s. Terre major [la France] remeindroit en repos, Ch. de Rol. XLIV.

XIIe s. Uns siens niés [neveu] après ot l'onour [le fief], Fils de son frere le majour [l'aîné], Brut, f° 28, dans LACURNE. Quant il approchent vers la terre major, Roncis. 37.

XIIIe s. Se nos fuson [fussions] major ou per, Ren. t. I, p. 121. Bien a cent ans passés disrent no ancissour, Que uns pules [peuple] venroit devers terrc majour, Qui conquerroit ce reigne à force et à vigour, Ch. d'Ant. VIII, 220.

XIVe s. Et ceste majeure prouveray Tantost le mieulx que je porrai, Modus, f° CVII, verso.

XVe s. Le roy de Thunes sarrazin majeur en Barbarie, Hist. de Loys 3, duc de Bourbon, p. 293, dans LACURNE.

XVIe s. Jusques au golfe de la mer majour [mer Noire], Montaigne, I, 213. Mena Panurge au temple major, Rabelais, V, 44. En cela peuvent ils bien encore aujourd'hui ensuivre leurs majeurs [ancêtres], et se rendre semblables à eulx, Amyot, Morales, t. III, p. 165, dans RAYNOUARD, Lexique.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MAJEUR. 6° Ajoutez : L'autruche, le casoar, le condor, le cygne, tous les oiseaux majeurs n'ont que peu ou point de variétés dans leurs espèces, Buffon, Ois. t. XVI, p. 36.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « majeur »

Provenç. majer, major ; espag mayor ; ital. maggiore ; du lat. majorem, qui vient d'un radical mag, qui se trouve dans magnus, grand. Májor avec l'accent sur má a donné maire, et majórem avec l'accent sur jó, majeur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « majeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
majeur maʒœr

Fréquence d'apparition du mot « majeur » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « majeur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « majeur »

  • La télévision deviendra majeure lorsque l'on établira les programmes en fonction des idées et non des moyens.
    André Brincourt — La télévision
  • La méditation est l’art majeur de l’être humain.
    Jiddu Krishnamurti
  • La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit.
    Eric Tabarly — Mémoires du large
  • La passivité est l'attribut majeur de la féminité.
    Helene Deutsch
  • L'écueil majeur de l'occidental, c'est moins la raison que la personne.
    Marie-Madeleine Davy — Un itinéraire à la découverte de l'intériorité
  • Une révolution est une fatale lumière qui découvre la hideuse nudité de la majeure partie des hommes.
    Gabriel Sénac de Meilhan — L'Emigré
  • Le problème majeur, demain, sera d'apprendre à gérer la mondialité des problèmes.
    Jacques Attali — Lignes d'horizon
  • Toutes les époques ont leurs lacunes et leurs erreurs. Si l'on me demandait quel est le défaut majeur de la nôtre, je répondrais que c'est la confusion et le renversement des valeurs.
    Jean Guitton
  • Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir.
    Pierre Dac
  • La télévision est un instrument majeur de pouvoir. Elle doit demeurer une arme essentielle de la citoyenneté.
    Laure Adler — Les Dossiers de l’audiovisuel
Voir toutes les citations du mot « majeur » →

Traductions du mot « majeur »

Langue Traduction
Anglais major
Espagnol mayor
Italien maggiore
Allemand haupt
Chinois 重大的
Arabe رائد
Portugais principal
Russe крупный
Japonais メジャー
Basque garrantzitsu
Corse maiò
Source : Google Translate API

Synonymes de « majeur »

Source : synonymes de majeur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « majeur »

Combien de points fait le mot majeur au Scrabble ?

Nombre de points du mot majeur au scrabble : 15 points

Majeur

Retour au sommaire ➦