La langue française

Longtemps

Sommaire

  • Définitions du mot longtemps
  • Étymologie de « longtemps »
  • Phonétique de « longtemps »
  • Citations contenant le mot « longtemps »
  • Images d'illustration du mot « longtemps »
  • Traductions du mot « longtemps »
  • Synonymes de « longtemps »
  • Antonymes de « longtemps »

Définitions du mot longtemps

Trésor de la Langue Française informatisé

LONGTEMPS, adv.

A. − Pendant un long espace de temps. Très, fort longtemps; plus ou moins longtemps; suffisamment longtemps pour...; pas (très) longtemps.
1. [Avec le passé simple, le fut., le cond., le prés. hist., les temps composés, les temps du subj., l'inf.]
[Avec des verbes non perfectifs] Marianne : À quoi servirait de vous le cacher plus longtemps? (Mauriac, Mal Aimés,1945, III, 7, p. 248):
1. « ... je n'y connais qu'un remède : partir assez vite, aller assez loin, et demeurer assez longtemps pour que le mal ne puisse vous atteindre ». Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 397.
[Avec un part., un adj., un groupe subst., le verbe être étant effacé] Longtemps fille unique et seul objet des soins de sa famille, elle avoit eu une éducation brillante (Nodier, J. Sbogar,1818, p. 95).Rare. Combien longtemps. Combien longtemps j'eus à me débattre! (Gide, Journal,1929, p. 934).
[Avec des verbes perfectifs, l'effet de sens étant itér.] Une vie que les circonstances, les passions, le diable enfin, ont tordue et retordue longtemps comme un tire-bouchon anglais (Barb.-D'Aurev., Memor. 3,1856, p. 34).
2. [Avec le prés., l'imp. ou le passé simple]
[L'effet de sens est itér. ou bien le prés. est un prés. de généralité ou un prés. hypothétique] Et longtemps nous nous amusons à imaginer la panique provoquée par l'arrivée de Dieu dans l'église (Gide, Journal,1917, p. 639).
[Avec les verbes perfectifs] Synon. de davantage :
2. ... je m'échappai, lorsque Bonaparte était près d'entrer en Russie, craignant de ne plus trouver d'issue en Europe, si j'eusse différé plus longtemps. Staël, Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 138.
Région. (notamment Belgique). [Avec les verbes non perfectifs] Synon. de depuis longtemps.,,Ne dites pas [Il est longtemps ici]. Dites : Il est ici depuis longtemps. Il y a longtemps qu'il est ici`` (Hanse 1949).
3. Longtemps + compl. adv.
Longtemps avant. Ce qu'il y a de certain, c'est qu'ils étaient établis en Syrie longtemps avant la conquête des Ottomans (Lamart., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 120).
Longtemps après. Les représentations surannées subsistent par inertie longtemps après la disparition des situations auxquelles elles étaient appropriées (Perroux, Écon. xxes., 1964, p. 89).
Longtemps plus tard. La littérature d'observation (...) ne vient que longtemps plus tard (Benda, Fr. byz.,1945, p. 153).
Longtemps d'avance. Les opérations publiques, et presque tous les genres d'affaires, ont leur moment réglé long-temps d'avance (Senancour, Obermann, t. 2, 1840, p. 214).
Longtemps ensuite (rare). V. ensuite A 2 a ex. 5.
Rem. 1. Longtemps/longuement. Le 1erest un adv. de temps signifiant que la durée pendant laquelle le procès a lieu est longue; le 2eest un adv. de manière qui laisse entendre que l'on consacre au procès tout le temps nécessaire − ou trop de temps. Parler longuement et parler longtemps ne sont pas synon.; ,,dans l'un est exprimée seulement l'idée que le discours a duré longtemps, l'autre indique que le discours a fatigué, ennuyé les auditeurs`` (Littré). 2. Rare. Construit en coordination avec de toujours (ex. unique). C'est l'aventure de toujours et de longtemps (Régnier, Poèmes anc., 1890, p. 89).
B. − Dans une loc. conj. Aussi longtemps que. Tant que. Aussi longtemps que Mathilde vécut, la vigilance maternelle dressa son rempart entre le père et le fils (Guèvremont, Survenant,1945, p. 23).
C. − Dans des loc. adv. (prép. + longtemps)
1. Depuis longtemps. Les autorités, les valeurs traditionnelles, depuis longtemps n'ont plus de sens pour un grand nombre (G. Bataille, Exp. int.,1943, p. 24).Cf. depuis I B 2 c.
Dès longtemps (vx). Mais, comme l'a remarqué dès longtemps le sage, mieux vaut encore une passion éperdument manifeste qu'un amour caché (Sainte-Beuve, Volupté, t. 1, 1834, p. 172).Cf. dès II B 2.
2. Pendant longtemps. Les militaires étaient et sont encore ce qu'il y a de plus énergique dans un pays où, pendant longtemps, il n'a pu briller qu'une vertu, la bravoure (Staël, Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 219).
Rare. Durant longtemps :
3. Parfois j'en viens à penser que l'absence d'écho, durant longtemps, de mes écrits, a permis à ceux-ci tout ce qui faisait leur valeur. Il importait d'assurer à mes phrases une survie qui leur permît d'atteindre des lecteurs futurs. Gide, Journal,1936, p. 1251.
3. Pour longtemps. En avoir, ne pas en avoir pour longtemps. Les vents sont en panne et le ciel est vide! Nous allons nous taire pour longtemps (Camus, État de siège,1948, p. 227).
4. Fam. Avant longtemps. [Surtout en prop. négative] Bientôt, dans peu de temps. T'en trouveras pas une si solide avant longtemps! (Céline, Voyage,1932, p. 277).
Fam. D'ici longtemps. Avant longtemps. Le couvercle devient plus pesant et l'on doute si nous connaîtrons d'ici longtemps la délivrance (Gide, Journal,1943, p. 196).
Vieilli. De longtemps. [Surtout en prop. négative] Avant longtemps :
4. Si l'affaire ne réussissait pas, on ne pourrait, en effet, la renouveler de longtemps, étant donné les difficultés inouïes qu'impliquaient la formation, l'équipement, le ravitaillement, de la colonne du Tchad. De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 249.
5. Fam. Dans (pas) longtemps. Dans un avenir (non) éloigné. Mais je reviendrai dans longtemps, et ce sera pour repartir (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 353):
5. Tout va s'écrouler, Ferdinand, tout s'écroule, je vous le prédis, moi le vieux Baryton et pour dans pas longtemps encore!... Céline, Voyage,1932, p. 522.
D. − En loc. verb.
(En) avoir longtemps à. Avoir beaucoup de temps pour. Je n'ai plus longtemps à vivre (Du Camp, Mém. suic.,1853, p. 126).
Mettre longtemps à. Mettre beaucoup de temps à. Tu te rappelles? Sa femme l'avait plaqué pour une femme! − On avait mis longtemps à comprendre ça (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 180).
Il faut longtemps pour. Il faut beaucoup de temps pour. Il me fallut longtemps pour comprendre d'où il venait (Saint-Exup., Pt Prince,1943, p. 417).
Il y a longtemps (que...). Il y a beaucoup de temps que; à un moment passé éloigné du présent. On aurait dû se rencontrer il y a longtemps, Florentine (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 409).
Il y avait longtemps (que...). Il y avait beaucoup de temps que; à un moment nettement antérieur au moment dont on parle. Il y avait longtemps que l'empereur avait interrompu le travail régulier de ses mémoires (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 736).
Voilà/voici longtemps (que...). Synon. de il y a longtemps (que...).Voilà déjà longtemps, voilà déjà plusieurs mois que Philippe nous annonce votre visite (Duhamel, Suzanne,1941, p. 55).
Avant qu'il soit longtemps (vieilli et littér.). Avant que beaucoup de temps soit passé; dans peu de temps. Ces ratiocinations pourront bien être, avant qu'il soit longtemps, balayées avec tout le reste (Gide, Ainsi soit-il,1951, p. 1227).
Prononc. et Orth. : [lɔ ̃tɑ ̃]. Dans le lang. cour. pas de liaison entre longtemps et le mot suiv. Dans le lang. soutenu on peut entendre la liaison devant un adj. longtempsassis) et devant les prép. à, en (longtempsà Paris, longtempsen France). Ac. 1694-1798 : long-temps; dep. 1835 : longtemps. Étymol. et Hist. A. Adv. fin xes. long temps « pendant une longue durée de temps » (Passion, éd. A. S. Avalle, 211 : De lui long temps mult a audit); 1498-1515 longtemps (P. Gringoire, Vie Ms. S. Loys, 6173 ds Œuvres, éd. Ch. d'Héricault et A. de Montaiglon, II, 300). B. Subst. 1. ca 1145 de lonc tens « pendant une longue durée » (Wace, Conception N.D., 300); 2. 1563 « une longue durée de temps » il y a longtemps que (B. Palissy, Disc. admir., p. 319 ds IGLF). Composé de long* adj. et de temps*. Fréq. abs. littér. : 19 404. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 22 245, b) 30 475; xxes. : a) 27 169, b) 30 873. Bbg. Galet (Y.). Les Corrélations verbo-adverbiales... Fr. mod. 1975, t. 43, pp. 342-343.

Wiktionnaire

Adverbe

longtemps \lɔ̃.tɑ̃\

  1. Pendant un long temps.
    • Viens-tu à la fin, Hans ? demanda Tonio Kröger qui avait attendu longtemps sur la chaussée. — (Thomas Mann, Tonio Kröger, 1903, traduit par Geneviève Maury, 1921)
    • Les foules annamites endureront-elles longtemps les assassins payés par la Démocratie ? — (Paul Nizan, Les chiens de garde, 1932)
    • Elle était demeurée longtemps debout devant ces hautes coques dont les hublots laissaient voir l’intérieur des cabines éclairées. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 52)
  2. Un long temps. — Note d’usage : Utilisé après une préposition, avant un adverbe ou après certains verbes comme être ou y avoir.
    • Longtemps auparavant, les Insectes avaient paru, débarras­sés, eux aussi, de la cuirasse qui avait protégé leurs ancêtres. — (Henri Bergson, L’Évolution créatrice, Chapitre II, 1908)
    • La Conspiration des Poudres consomma pour longtemps la ruine du catholicisme en Angleterre. Le papisme devint lié, dans les esprits, à de sombres images de complot contre la sûreté de l’État, […]. — (André Maurois, Histoire d’Angleterre, Fayard, 1937, p. 392)
    • D’après une étude réalisée en Côte d’Ivoire, dans les lieux où les éléphants avaient disparu depuis longtemps on ne trouvait plus de plants de certaines espèces forestières qu’ils ont coutume de disséminer […]. — (Yaa Ntiamoa Baidu, La faune sauvage et la sécurité alimentaire en Afrique, p. 52, FAO, 1998)
    • Mouley El-Hassan […] ne parvint que jusqu’à l’Oued El-Abid, au Tedla, où il succomba subitement à une maladie qui le minait sournoisement depuis longtemps. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 60)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LONGTEMPS. adv.
Pendant un long espace de temps. Ce spectacle dure longtemps, assez longtemps. Il a négligé trop longtemps ses études. Il y a longtemps qu'il est revenu. Sa fortune est faite depuis longtemps. Il en a pour longtemps. Nous nous connaissons dès longtemps. Il a demeuré pendant longtemps dans cette ville. Je ne le verrai pas de longtemps.

Littré (1872-1877)

LONGTEMPS (lon-tan) adv.
  • 1Pendant un long espace de temps. Le bruit dura longtemps. Seigneur, le roi s'ennuie, et vous tardez longtemps, Corneille, Nicom. III, 7. N'a pas longtemps, de Rome revenait Certain cadet…, La Fontaine, Coc. Iphigénie encor n'y sera pas longtemps, Racine, Iphig. II, 6.

    Dès longtemps. Dès longtemps elle hait cette fermeté rare Qui rehausse en Joad l'éclat de la tiare ; Dès longtemps votre amour pour la religion Est traité de révolte et de sédition, Racine, Ath. I, 1. Tu n'as point appris à connaître Dès longtemps, quels sont les Français ; Tu veux encor faire renaître Et tes malheurs et leurs succès, Malfilâtre, le Fort de Saint-Philippe.

    Depuis longtemps. Je ne l'ai pas vu depuis longtemps. Les dieux depuis longtemps me sont cruels et sourds, Racine, Iphig. II, 2.

    De longtemps. Je ne le verrai de longtemps. Le juge, instruit de leur malice, Leur dit : je vous connais de longtemps, mes amis, La Fontaine, Fabl. II, 3.

    Pendant longtemps. Ils ont parlé pendant longtemps.

    Pour longtemps. Les voilà séparés pour longtemps.

  • 2Substantivement, longtemps, un longtemps. Un longtemps, sans parler, je regorgeais d'ennui, Régnier, Sat. X. Qu'on doit se regarder soi-même un fort longtemps, Avant que de songer à condamner les gens, Molière, Mis. III, 4. J'ai passé longtemps de ma vie à croire qu'il y avait une justice, Pascal, Vrai bien, 6, édit. FAUGÈRE.

    Aujourd'hui, dans cet emploi, on écrit long temps en deux mots. Et en effet longtemps n'est pas autre chose qu'un substantif avec son adjectif écrit en un seul mot, et employé adverbialement avec les verbes et les adjectifs.

HISTORIQUE

XIe s. Mult bons vassals vous a long tens tenue [Durandal], Ch. de Rol. CLXVIII.

XIIe s. Où il a guerroié ton lignage long tanz, Sax. V.

XIIIe s. Comment pourrions-nous estre si lonc temps departi [séparés] ? Berte, LXXI.

XIVe s. Et nul ne puet [peut] demourer par long temps avecques home triste, Oresme, Eth. 237.

XVe s. Et en demeura un long temps en grand danger, Froissart, II, II, 2.

XVIe s. Nous voyons qu'il n'y a rien eu de long temps plus commun que ceste outrecuidance, Calvin, Instit. 1008. Il laissa une posterité qui depuis a flory longtemps au païs, Amyot, Cimon, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « longtemps »

(Xe siècle) Composé de long et de temps.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Long, et temps.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « longtemps »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
longtemps lɔ̃tɑ̃

Citations contenant le mot « longtemps »

  • Quand on est mort, c'est pour longtemps. Marc Antoine Désaugiers, Chansons
  • Boire peu pour boire longtemps. De Guy Bedos / Revue de presse - 1995
  • On met longtemps à devenir simple. De Christophe Chenebault
  • Ferveur de novice ne dure pas longtemps. De Proverbe français
  • Age : ne reste pas longtemps ingrat. De Tristan Bernard / Mots-croisés
  • Personne ne peut porter longtemps le masque. De Sénèque
  • Si vous voulez vivre longtemps, vivez vieux. De Erik Satie / Cahiers d’un mammifère
  • La comète de l’amour ne frôle notre coeur qu’une fois par éternité. Il faut veiller pour la voir. Il faut attendre longtemps, longtemps, longtemps. De Christian Bobin / Une Petite Robe de fête
  • On met longtemps à devenir jeune. De Pablo Picasso
  • Suis ton coeur aussi longtemps que tu vis. De Ptahhotep
  • Quand on est mort, c’est pour longtemps. De Eugène Chavette
  • Les exemples durent plus longtemps que les caractères. De Tacite
  • Bois qui flambe vite ne dure pas longtemps. De Proverbe français
  • Longtemps, longtemps, longtemps Après que les poètes ont disparu Leurs chansons courent encore dans les rues. De Charles Trenet / L'âme des poètes
  • La médecine fait mourir plus longtemps. De Plutarque
  • Coeur insouciant vit longtemps. De William Shakespeare
  • Il existe de nombreuses idées pour faire durer les batteries le plus longtemps possible. Mais la croyance selon laquelle il faudrait vider entièrement une batterie pour la préserver n'est plus vraie pour les dispositifs actuels. Science-et-vie.com, Batteries : faut-il les vider intégralement pour qu'elles durent plus longtemps ? - Science & Vie

Images d'illustration du mot « longtemps »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « longtemps »

Langue Traduction
Anglais long time
Espagnol mucho tiempo
Italien a lungo
Allemand lange zeit
Chinois 很久
Arabe وقت طويل
Portugais muito tempo
Russe много времени
Japonais 長い時間
Basque denbora luze
Corse longu tempu
Source : Google Translate API

Synonymes de « longtemps »

Source : synonymes de longtemps sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « longtemps »

Partager