La langue française

Lave

Sommaire

  • Définitions du mot lave
  • Étymologie de « lave »
  • Phonétique de « lave »
  • Citations contenant le mot « lave »
  • Traductions du mot « lave »
  • Synonymes de « lave »
  • Antonymes de « lave »

Définitions du mot « lave »

Trésor de la Langue Française informatisé

LAVE1, subst. fém.

A. − Matière en fusion qui s'écoule des volcans au moment des éruptions. Coulée, torrent de lave. Lorsque j'arrivai à Naples, le Vésuve était en pleine éruption. Pendant le jour, la lave roulait ses flots noirs du côté de l'Annonziata (Quinet, All. et Ital.,1836, p. 198).La fluidité de la lave dépend de sa température, de la quantité de gaz dissous et de la composition de sa fraction liquide (George1970) :
1. ... on courait sur un volcan, non pas celui dont quinze mois plus tôt les bombes avaient creusé les cratères, mais l'autre, celui dont la lave approchait sur la terre en fusion, coulant vers la capitale comme un fleuve irrésistible. Vialar, Éperon,1952, p. 302.
P. anal. Les coups redoublés et les pas rapides des ouvriers qui dirigent la lave brûlante de l'airain (Staël, Allemagne, t. 2, 1810, p. 179).
B. − Cette matière refroidie et solidifiée. Lave grise de Volvic. Les villes voisines des volcans sont souvent pavées de lave (Ac.). Les laves sont employées aussi, dans quelques régions, comme matériaux de couverture (Chabat t. 2 1876).La lave volcanique est un matériau absolument inattaquable aux acides (Catal. instrum. lab. (Jouan), 1933, p. 5):
2. ... à Saint-Amand, nous nous sommes arrêtés pour regarder le beffroi qui nous a paru extrêmement curieux (...). La pierre est d'un assez vilain gris de lave froide. Green, Journal,1938, p. 137.
En partic. ,,Pierre opaque, d'un ton gris verdâtre, tachetée et marquée d'accidents qui en varient les effets et ne s'opposent pas à son beau poli`` (Laborde 1872). Bracelet en lave (Littré).
C. − ,,Boue épaisse mêlée de blocs, qui s'écoule dans le lit des torrents à la manière d'une pâte`` (Plais.-Caill. 1958).
Prononc. et Orth. : [la:v]. Homon. : formes du verbe laver. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1739 (Ch. de Brosses, Lettres familières sur l'Italie, éd. Y. Bézard, t. 1, p. 465, 28 nov.). Empr. à l'ital.lava « matière volcanique en fusion » (av. 1712 ds Batt.), d'orig. napolitaine et sicilienne (cf. XIVes., Guido delle Colonne volgar., « coulée » au sens fig., ibid.), issu du lat. lābēs « éboulement », dér. de lābi « glisser, tomber ». Fréq. abs. littér. : 387. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 578, b) 960; xxes. : a) 438, b) 378.
DÉR.
Lavique, adj.Qui est de la nature de la lave. Roche lavique; coulées laviques. Il n'y a plus d'eau, Axel, mais une sorte de pâte lavique qui nous soulève avec elle jusqu'à l'orifice du cratère (Verne, Voy. centre terre,1864, p. 242).[lavik]. 1reattest. 1840 (Ac. Compl. 1842); de lave, suff. -ique*.
BBG.Hope 1971, p. 290.

LAVE2, subst. fém.

CONSTR. [Dans certaines régions, et notamment en Bourgogne] Pierre plate calcaire. C'était une sorte d'arrière-cour attenante à l'église romane, d'où l'on peut monter par un roide escalier en lave jusqu'aux ruines de l'église gothique (Hugo, Rhin,1842, p. 145).Le village au loin avec ses toits de laves (Pergaud, De Goupil,1910, p. 29).
Prononc. : [la:v]. Étymol. et Hist. 1312 layve (Compt. du dom. de Mahaut d'Artois, Richel. 8551 ds Gdf.); 1619 lave (d'apr. FEW t. 5, p. 170a). Du lat. médiév. lapida (Chartes de Cluny, 4, 421 d'apr. FEW t. 5, p. 171a), dér. du lat. lapis, lapidis « pierre ».

Wiktionnaire

Nom commun 1

lave \lav\ féminin

  1. Roche en fusion rejetée par un volcan en éruption.
    • Faut-il étudier l'homme assagi, endormi sous la cendre, — ou, comme fit Pline l'Ancien pour le Vésuve, s'approcher de lui dans son jeune temps, alors qu'il jette sa lave et son feu ? — (Ernst Bendz, François Mauriac : ébauche d'une figure, Göteborg : Elanders Boktryckeri Aktiebolag, 1944, p. 108)
    • Des flots, des torrents, des coulées de lave.
    • Des villes ensevelies sous la lave.
  2. Cette roche après refroidissement.
    • Les villes voisines des volcans sont souvent pavées de lave.
    • La lave se solidifie rapidement par refroidissement au contact du sol, de l’atmosphère ou de l’eau et forme alors des roches volcaniques, comme par exemple les basaltes ou les rhyolites.

Nom commun 2

lave \lav\ féminin

  1. (Surtout au pluriel) (Régionalisme) Sorte de pierre plate calcaire qui servait à la couverture des toits en Bourgogne et en Franche-Comté.
    • Son pied touche à la rivière du Cousin, sur les bords de laquelle s'étend le village du Vault. Une calotte de laves arides (sorte de pierres calcaires à feuillets épais ) couronne son sommet. — (Notice historique : Découverte d'un temple romain, en 1822, à une lieue d'Avallon, en Bourgogne, dans « Dominique Romanelli, Voyage à Pompéi, Paris, Houdaille & Veniger, 1829 », p.4)
    • Les toitures en tuiles ou en laves sont seules propres à recueillir l'eau des citernes. — ((Frère Ogérien, Histoire naturelle du Jura - Tome 1 : Géologie, 1er fasc., 1865, p.46)
    • Au hameau de Fontette est une chapelle de Notre-Dame, couverte en lave, fondée en 1657 par maître François Ravet, lieutenant général au bailliage de Vézelay, suivant une inscription placée sur sa tombe. — (Maximilien Quantin, Répertoire archéologique du département de l'Yonne, Paris : Imprimerie impériale, 1868, p. 117)

Forme de verbe

lave \lav\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de laver.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de laver.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de laver.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de laver.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de laver.
    • Lave ta tignasse ou je te gifle ; fais-toi des locks, des tresses, rase-toi le crâne ; donne ta chemise ; cesse d’être ma honte, le soir, quand les voisines viennent, avec leur air de pimbêches, Fatoumata surtout, et qu’elles demandent : et ton frère ? où donc est-il, notre chéri ? où est-il, petit Abou ? — (Bernard-Marie Koltès, Tabataba, 1986, suivant Roberto Zucco, page 100)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LAVE. n. f.
Matière en fusion qui s'écoule en torrents des volcans pendant leur éruption. La lave, les laves du Vésuve, de l'Etna. Des flots, des torrents, des coulées de lave. Villes ensevelies sous la lave. Les villes voisines des volcans sont souvent pavées de lave. Constructions de lave.

Littré (1872-1877)

LAVE (la-v') s. f.
  • 1Toute matière en fusion coulant ou ayant coulé de soupiraux volcaniques. Comment la lave jaillit en s'ouvrant des issues au bas de ces monceaux, comment elle roule en torrents, ou se répand comme un déluge de feu, portant partout la dévastation et la mort, Buffon, Min. t. III, p. 69. La lave, si ardente de nuit, paraît sombre à la clarté du soleil, Staël, Corinne, XI, 4. C'est avec des morceaux de lave pétrifiée que sont bâties la plupart de ces maisons [d'Herculanum] qui ont été ensevelies par d'autres laves, Staël, ib.

    Fig. Je sentais couler dans mon cœur comme des ruisseaux d'une lave ardente, Chateaubriand, René. Et la lave de mon génie Déborde en torrents d'harmonie, Et me consume en s'échappant, Lamartine, Méd. I, 11.

  • 2Pierre opaque, d'un ton gris verdâtre, tachetée et marquée d'accidents qui en varient les effets et ne s'opposent pas à son beau poli. Bracelet en lave. La lave du Vésuve, étant continuellement mise en œuvre par les bijoutiers italiens, est la plus connue, et on appelle toutes les laves, laves du Vésuve, De Laborde, Émaux, p. 357.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

LAVE. Ajoutez :
3Se dit des déjections des torrents. Le torrent, qui, creusant son lit, emporte dans la vallée des quantités prodigieuses de déjections auxquelles on a donné le nom justement appliqué de laves, leur marche, leur couleur, leurs effets, présentant une certaine analogie avec les laves des volcans, Reboisement des montagnes, Comptes rendus, 1869-74, 2e fasc. p. 33.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LAVE, s. f. (Hist. nat.) en italien lava, nom générique que l’on donne aux matieres liquides & vitrifiées que le Vésuve, l’Etna & les autres volcans vomissent dans le tems de leurs éruptions. Ce sont des torrens embrasés qui sortent alors, soit par le sommet, soit par des ouvertures latérales qui se forment dans les flancs de ces montagnes. Ces matieres devenues liquides par la violence du feu, coulent comme des ruisseaux le long de la pente du volcan ; elles consument & entraînent les arbres, les roches, le sable & tout ce qui se trouve sur leur passage, & vont quelquefois s’étendre jusqu’à la distance de plus d’une lieue de l’endroit d’où elles sont sorties ; elles couvrent des campagnes fertiles d’une croûte souvent fort épaisse, & produisent les ravages les plus grands.

Ces matieres fondues sont très-long-tems à se refroidir ; & quelquefois plusieurs mois après leur éruption, on voit encore qu’il en part de la fumée, ce qui vient de la chaleur excessive dont les laves ont été pénétrées, & de la grandeur énorme de leur masse, qui fait que la chaleur s’y est conservée. Plus d’un mois après la grande éruption du Vésuve, arrivée en 1737, on voulut dégager le grand chemin que la lave sortie de ce volcan avoit embarrassé ; mais les ouvriers furent bientôt forcés d’abandonner leur entreprise, parce qu’ils trouverent l’intérieur de la lave encore si embrasée, qu’elle rougissoit & amolissoit les outils de fer dont ils se servoient pour ce travail.

Quant à la masse des laves, elle est quelquefois d’une grandeur énorme. Dans l’éruption du mont Etna, de 1669, qui détruisit entierement la ville de Catane en Sicile, le torrent liquide alla si avant dans la mer, qu’il y forma un mole ou une jettée assez grande pour servir d’abri à un grand nombre de vaisseaux Voyez l’histoire du mont Vésuve. Suivant ce même ouvrage, qui est dû aux académiciens de Naples, la longueur du torrent principal de lave qui sortit du Vésuve en 1737, étoit de 3550 cannes napolitaines, dont chacune porte 8 palmes, c’est-à-dire 80 pouces de Paris. Ce même torrent dans l’espace occupé par les 750 premieres cannes, à compter depuis sa source, avoit aussi 750 cannes de largeur, & 8 palmes ou 80 pouces d’épaisseur. A l’égard des 2800 cannes restantes, elles avoient valeur commune 168 cannes de largeur, & environ 30 palmes d’épaisseur. De ce torrent énorme, il en partoit des rameaux, ou comme des ruisseaux plus petits, qui se répandirent dans la campagne. On calcula alors toutes les laves que le Vésuve vomit dans cette occasion, & l’on trouva que la somme totale de la matiere fondue alloit à 595948000 palmes cubiques, sans compter les cendres & les pierres détachées, vomies par ce volcan dans la même éruption. Cet exemple peut suffire pour donner une idée de la grandeur & de l’étendue des laves. Voyez l’hist. du Vésuve, pag. 135 & suiv.

La lave ne peut être regardée que comme un mélange de pierres, de sable, de terres, de substances métalliques, de sels, &c. que l’action du feu des volcans a calcinées, mises en fusion & changées en verre : mais comme toutes les matieres qui éprouvent l’action du feu ne sont point également propres à se vitrifier, les combinaisons qui résultent de cette action du feu ne sont point les mêmes ; voilà pourquoi la lave, après avoir été refroidie, se montre sous tant de formes différentes, & présente une infinité de nuances de couleurs & de variétés. La lave la plus pure ressemble parfaitement à du verre noir, tel que celui des bouteilles ; de cette espece est la pierre que l’on trouve en plusieurs endroits du Pérou, & que les Espagnols nomment pedra di Callinaço. C’est un verre dur, noir, homogène & compact ; on ne peut être embarrassé de deviner l’origine de cette pierre, quand on sait que le Pérou est exposé à de fréquentes éruptions des volcans, dont il n’est point surprenant de rencontrer par-tout des traces.

Une autre espece de lave est dure, pesante, compacte comme du marbre, & susceptible comme lui de prendre un très-beau poli. Telle est la lave décrite par M. de la Condamine, dans la relation curieuse de son voyage d’Italie, que cet illustre académicien a lûe en 1757 à l’académie des Sciences de Paris. Cette lave est d’un gris sale, parsemée de taches noires comme quelques especes de serpentine ; on y remarque quelques particules talqueuses & brillantes. On on fait à Naples des tables, des chambranles. & même des tabatieres, &c. Ce curieux voyageur dit en avoir vû des tables d’un pouce d’épaisseur, qui s’étoient voilées & déjettées comme feroit une planche ; ce qui vient, suivant les apparences, des sels contenus dans cette lave, sur lesquels l’air est venu à agir.

Il y a de la lave qui, sans être aussi compacte que la précédente, & sans être susceptible de prendre le poli comme elle, ne laisse point d’avoir beaucoup de consistence & de solidité ; celle-là ressemble à une pierre grossiere, elle est communément d’un gris de cendre, quelquefois elle est rougeâtre. Elle est très-bonne pour bâtir ; c’est d’une lave de cette espece que la ville de Naples est pavée.

Enfin, il y a une espece de lave encore plus grossiere, qui se trouve ordinairement à la surface des torrens liquides d’une lave plus dense ; elle est inégale, raboteuse, spongieuse, & semblable aux scories qui se forment à la surface des métaux qu’on traite dans les fourneaux des fonderies. Cette espece de lave prend toutes sortes de formes bisarres & de couleurs différentes ; les inégalités qu’elle forme font que les endroits couverts de cette lave présentent le coup-d’œil d’une mer agitée, ou d’un champ profondément sillonné. Souvent cette lave contient du soufre, de l’alun, du sel ammoniac, &c.

Entre les différentes especes de laves qui viennent d’être décrites, il y a encore un grand nombre de nuances & d’états sous lesquels cette matiere se présente ; & l’on y remarque des différences presque infinies pour la couleur, la consistence, la forme & les accidens qui les accompagnent.

La ville d’Herculaneum, ensevelie depuis environ dix-sept siecles sous les cendres & les laves du Vésuve, est un monument effrayant des ravages que peuvent causer ces inondations embrasées. Mais une observation remarquable est celle qu’a fait M. de la Condamine, qui assurent que les fondemens de plusieurs maisons de cette ville infortunée ont eux-mêmes été bâtis avec de la lave, ce qui prouve l’antiquité des éruptions du Vésuve. A ce fait on en peut joindre un autre, c’est que M. le marquis de Curtis, seigneur napolitain, qui avoit une maison de campagne à quelque distance du Vésuve, voulant faire creuser un puits, fut plusieurs années avant que de réussir, & on rencontra jusqu’à trois couches très-épaisses de lave, séparées par des lits de terre & de sable intermédiaires qu’il fallut percer avant que de trouver de l’eau.

Il n’est point surprenant que les endroits voisins du Vésuve soient remplis de laves ; mais l’Italie presque entiere, suivant la remarque de M. de la Condamine, en renferme dans son sein, dans les endroits même les plus éloignés de ce volcan ; ce qui semble prouver que dans des tems de l’antiquité la plus reculée, l’Apennin a été une chaîne de volcans dont les éruptions ont cessé. Suivant ce savant voyageur, la pierre qu’on tire des carrieres du voisinage de Rome est une véritable lave, que l’on prend communément pour une pierre ordinaire. La fameuse voie appienne, à en juger par ce qui en reste, paroît avoir été faite de lave. La prison tullienne, que l’on regarde comme le plus ancien édifice de Rome, est bâtie d’une pierre qui, ainsi que le tevertino ou la pierre de Tivoli, semble être une vraie lave ou pierre formée par les volcans. De toutes ces observations, M. de la Condamine conclut que « ces plaines aujourd’hui riantes & fertiles, couvertes d’oliviers, de mûriers & de vignobles, ont été comme les côteaux du Vésuve, inondées de flots brûlans, & portent comme eux dans leur sein, non seulement les traces de ces torrens de feu, mais leurs flots mêmes refroidis & condensés, témoins irrécusables de vastes embrasemens antérieurs à tous les monumens historiques. »

Ce n’est point seulement pour l’Italie que ces réflexions doivent avoir lieu, plusieurs autres pays sont dans le même cas, & l’on y bâtit avec de la lave, sans se douter de la cause qui a produit les pierres que l’on employe à cet usage, & sans savoir qu’il y ait eu anciennement des volcans dans le pays ou ces pierres se trouvent. En effet, il y a bien des pierres à qui la lave ressemble ; & il est aisé, suivant ce qu’on a dit, de la prendre quelquefois pour du marbre, ou pour de la serpentine, ou pour quelques pierres poreuses assez communes. M. Guétard, de l’académie des Sciences, a reconnu que des pierres trouvées en Auvergne sur le Puits de Dome & sur le Mont-d’or, étoit de la vraie lave, semblable à celle du Vésuve & de l’Etna. M. de la Condamine présume que la pierre dont on bâtit à Clermont en Auvergne est de la même nature que celle de Tivoli dont on a parlé. Voyez le Mercure du mois de Septembre 1757, & les mémoires de l’académie royale des Sciences, ann. 1752 & 1757. (—)

Ces découvertes doivent exciter l’attention des Naturalistes, & les engager à considérer plus soigneusement certaines pierres qu’ils ne soupçonnent point d’être de la lave ou des produits des volcans, parce que l’histoire ne nous a quelquefois point appris qu’il y ait eu jamais de volcans dans les cantons où on les trouve. Voyez Volcans.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lave »

(Nom 1) (1739)[1] De l’italien lava (« matière volcanique en fusion »)[2], issu du latin labes (« éboulement »).
(Nom 2) (1619)[1] Du latin lapis (« pierre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ital. lava ; d'après Diez, du napolitain lava, qui veut dire averse, et qui vient du verbe lavare, laver, l'averse d'eau ayant été transportée à l'averse de matière enflammée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lave »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lave lav

Citations contenant le mot « lave »

  • La saleté de l’âme se lave quand on parle. De Proverbe kirghiz
  • Le savon est gris, mais il lave blanc. De Proverbe russe
  • La mort lave tout... et ne nettoie rien. De Alfred Capus / Les Pensées
  • On ne lave pas du sang avec du sang mais avec de l'eau. De William Shakespeare
  • Pourquoi lave-t-on une injure alors qu'on essuie un affront ? De Alphonse Allais
  • Le fataliste est celui qui lave son âme dans son urine. De Achille Chavée / Décoctions II
  • Le sang se lave avec des larmes et non avec du sang. De Victor Hugo
  • La meilleure des douches ne vous lave pas de toutes nos humeurs. De Daniel Pennac / Monsieur Malaussène
  • Le sexe n'est sale que quand on ne se lave pas. De Madonna
  • Lave ton coeur comme on lave un vêtement. De Proverbe arabe
  • Une main lave l’autre. De Sénèque
  • Comme ça lave, un bon rire ! De Daniel Picouly / L'Enfant léopard
  • Rien ne tache et rien ne lave comme le sang. De Joseph Roux
  • L’art lave notre âme de la poussière du quotidien. De Pablo Picasso
  • L'Institut d'études géologiques américain (USGS) a publié une nouvelle vidéo de l'éruption du volcan Kilauea qui s'est réveillé le 20 décembre dernier à Hawaii. On peut y voir une fontaine de lave spectaculaire jaillir au niveau du cratère Halema'uma'u. Geo.fr, Hawaii : les images spectaculaires d'une fontaine de lave du volcan Kilauea - Geo.fr
  • La bonne lavandière lave sa blouse d’abord. De Proverbe espagnol
  • Le Kilauea est le plus jeune volcan de l'île d'Hawaï et il est souvent en activité. Il possède l'un des rares lacs de lave quasi-permanents au monde, dans le cratère Halema'uma'u, et celui-ci se remplit de nouveau avec une éruption qui a débuté le 20 décembre et qui se poursuit à ce jour avec un nouveau lac de lave dont la profondeur atteint les 190 mètres. Futura, Le lac de lave de l'éruption du volcan Kilauea en images
  • Le volcan sicilien est entré en éruption ce dimanche. Crachant d'épaisses colonnes de fumée et une impressionnante fontaine de lave. Ponctuant un week-end au cours duquel une forte activité sismique a été enregistrée en Méditerranée comme dans les Pyrénées.  lindependant.fr, VIDEO - L'Etna crache une colonne de lave de 100 m de hauteur : les fantastiques images du volcan en éruption - lindependant.fr
  • L'Etna est entré éruption dimanche soir. Le volcan sicilien a craché d'épaisses colonnes de fumée et une fontaine de lave spectaculaire a jailli de son cratère. Aucun blessé n'a été signalé. , L'Etna a craché une impressionnante colonne de lave
  • L’entreprise Cloudflare, basée en Californie, est spécialisée dans la cybersécurité. Elle couvre environ 10% du trafic international d’Internet et propose à des millions de sites un algorithme capable de repousser les pirates. Et son fonctionnement à de quoi surprendre ! En effet, afin de trouver un algorithme le plus aléatoire possible et donc presque imprévisible, la société américaine a eu l’idée de le baser sur des lampes à lave. Ces objets de décoration ne sont pas forcément très high-tech, mais le liquide qu’ils renferment présente l’énorme avantage d’avoir des changements d’apparences (couleurs et de formes) impossibles à prédire. Concrètement, une caméra installée au plafond analyse en permanence leurs mouvements et relie les images à un ordinateur qui convertit le caractère aléatoire en un code chiffré. Cette suite de chiffre ne correspond à aucune logique mais seulement au hasard, elle est donc très compliquée à décrypter et à anticiper, ce qui la rend quasiment inattaquable. Demotivateur, Ce mur de lampes à lave est l'une des meilleures solutions pour lutter contre le piratage sur Internet

Traductions du mot « lave »

Langue Traduction
Anglais wash
Espagnol lavar
Italien lavare
Allemand waschen
Chinois
Arabe غسل
Portugais lavar
Russe мыть
Japonais 洗う
Basque garbitu
Corse lavà
Source : Google Translate API

Synonymes de « lave »

Source : synonymes de lave sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « lave »

Partager