La langue française

Justesse

Sommaire

  • Définitions du mot justesse
  • Étymologie de « justesse »
  • Phonétique de « justesse »
  • Citations contenant le mot « justesse »
  • Traductions du mot « justesse »
  • Synonymes de « justesse »
  • Antonymes de « justesse »

Définitions du mot justesse

Trésor de la Langue Française informatisé

JUSTESSE, subst. fém.

Fait d'être juste; qualité de ce qui est juste.
A. − [Correspond à juste I A 2 b] Rare. Qualité de ce qui est justement fondé. Elle était trop loyale pour ne pas reconnaître la justesse de ce reproche (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 321).
B. − [Correspond à juste I B 1] Conformité d'une réalisation à son objet, sans excès ni défaut.
1. [En parlant des manifestations de l'activité intellectuelle] Ce raisonnement (...) ne manquait pas de justesse! (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 470).M. Benjamin Crémieux a publié (...) sur le roman psychologique français (...) quelques pages qui sont une merveille de clarté, de justesse (Léautaud, Théâtre M. Boissard,1943, p. 354):
1. L'étonnant est de ressentir parfois l'impression de justesse et de consistance dans les constructions humaines − faites de l'agglomération d'objets apparemment irréductibles − comme si celui qui les a disposés leur eût connu de secrètes affinités. Valéry, Variété [I], 1924, p. 248.
SYNT. Justesse d'un adage, d'un argument, d'un axiome, d'une comparaison, d'une critique, d'un diagnostic, d'une définition, d'une doctrine, d'une explication, d'une hypothèse, d'une idée, d'un jugement, d'une objection, d'une observation, d'un principe, d'un pronostic, d'une remarque; justesse d'une expression, d'un mot, d'un terme; justesse de notation, de style, de ton, de touche; absence, manque de justesse.
a) Justesse + adj.
[L'adj. exprime une qualité] Grande, incontestable, profonde justesse; justesse absolue, aiguë, exquise, extrême, frappante, parfaite, relative, rigoureuse :
2. ... il y a chez Keats ce miracle que, surpassant toujours la justesse stricte − tel par exemple que le canon du grand art verbal français le pose, (...) toujours il rencontre ce que l'on pourrait appeler la justesse idéale. (...) chez lui le plus ne devient (...) jamais un trop... Du Bos, Journal,1923, p. 236.
[L'adj. exprime une relation] Justesse intellectuelle, psychologique. [Carrière] fait sortir la poésie de la vérité, l'éloquence de la justesse expressive (Séailles, E. Carrière,1911, p. 77).
b) Verbe + justesse.Contester, nier, prouver, reconnaître la justesse de qqc; convenir, être convaincu de la justesse de qqc. Cf. aussi infra D 1 :
3. ... si la philosophie hégélienne de l'histoire refuse de garantir la vérité (...) du dogme de la providence, elle s'engage à en démontrer la justesse... Gilson, Espr. philos. médiév.,1932, p. 192.
2. [En parlant des manifestations de l'affectivité, du comportement dans la vie ou sur la scène] Justesse de déclamation, de diction; justesse d'une inflexion de la voix. La vivacité, la force et la justesse des élans vers le but indiqué, sont les éléments qui (...) forment (...) le taux intrinsèque de l'homme, et déterminent sa valeur (Joubert, Pensées, t. 1, 1824, p. 161).Elle ne leur concédait qu'une amabilité fournie par un sens mondain d'une justesse ancestrale et parfaitement fondue à sa substance (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 64):
4. On aurait cru vraiment que la justice couchait avec moi tous les soirs. Je suis sûr que vous auriez admiré l'exactitude de mon ton, la justesse de mon émotion, la persuasion et la chaleur, l'indignation maîtrisée de mes plaidoiries. Camus, Chute,1956, p. 1482.
3. BEAUX-ARTS. Conformité à la nature, à une norme esthétique, à un modèle. Justesse du trait, de l'effet, de la perspective, des plans, des valeurs. Un coloriste proprement dit est un peintre qui sait conserver aux couleurs de sa gamme (...) leur principe, leur propriété, leur résonnance et leur justesse (Fromentin, Maîtres autrefois,1876, p. 310).Barye l'emporte sur Delacroix par la science anatomique et la justesse des attitudes (L. Réau, Art romant.,1930, p. 138):
5. ... une longue façade plate, sans autres ornements que l'ordonnance des lignes, la justesse des proportions, et le fronton central, dont le triangle clair se découpe sur le haut toit d'ardoises. Martin du G., Notes Gide,1951, p. 1384.
C. − [Correspond à juste I B 2; avec une idée de rigueur excluant l'approximation] Exactitude, précision. M. Bonneau recommença ses calculs (...), pour vérifier la justesse de ses mesures (Champfl., Bourgeois Molinch.,1855, p. 134).Au seizième siècle, observa Bossuet, on rayait les canons. − Oui, répondit Combeferre, cela augmente la puissance balistique, mais diminue la justesse de tir (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 439):
6. Il avait cinquante-deux ans (...). Sa force et la justesse de son coup de cognée étaient celles d'autrefois. Il bêchait comme un jeune. R. Bazin, Blé,1907, p. 92.
MUS. Conformité aux règles de l'harmonie musicale. Justesse harmonique; justesse d'un accord, d'une cadence, d'une intonation, d'un son, d'une voix; justesse des consonances, des intervalles; justesse d'exécution. La justesse d'une note ne se critique pas, on ouvre l'oreille et l'on en a de suite conscience (Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 252).Pour les tierces, nous débuterons (...) par le mouvement d'une voix sur deux; cela pour découvrir les « sensibles » ou « sons attractifs d'autres sons » et nous méfier plus que jamais de la justesse tempérée (Alexanian, Violoncelle,1914, p. 197):
7. De tout temps, Beethoven aurait eu des raisons d'envier cette justesse d'écriture, précise et ferme [de l'art ancien], lui dont le génie avait, nous le savons, tant de peine à forger son expression... Rolland, Beethoven, t. 1, 1937, p. 286.
D. − [Correspond à juste I B 3]
1. [En parlant d'une pers. ou des facultés humaines] Qualité qui permet d'appréhender la réalité, d'exécuter un geste, une tâche, selon la logique, selon la norme. Justesse du coup d'œil, de l'œil, de l'oreille; justesse d'esprit, d'intuition, d'observation; chanter, peindre avec justesse; déterminer, dire, discerner, observer, percevoir, raisonner, reconnaître, répondre avec justesse. Dans ses jugemens sur notre France du dix-neuvième siècle, M. Théry fait preuve d'une bienveillance tempérée de justesse (Mussetds Revue des Deux Mondes,1832, p. 609).Par sa dignité naturelle, sa justesse de sens et la pureté de son goût, il [Louis XIV] exerça, sans y prétendre, une véritable action sur elle [la littérature] (Thierry, Tiers État,1853, p. 274).On ne saura jamais jusqu'où allait la décence et la justesse d'âme de ce peuple; une telle finesse, une telle culture profonde ne se retrouvera plus (Péguy, Argent,1913, p. 1103).V. fausseté A 1 b mus., ex. de Arnoux :
8. Il pouvait bien, ce garçon, n'être qu'un mécanicien en ce moment, mais déjà elle ne doutait pas plus de sa réussite dans l'avenir (...) que de la justesse de l'instinct lui conseillant de s'en faire un allié. Roy, Bonheur occas.,1945, p. 23.
2. [En parlant d'un mécanisme] Qualité qui lui permet de fonctionner avec précision, conformément à sa destination. Une balance d'une justesse mathématique (Verne, Île myst.,1874, p. 6).La justesse d'une arme (...) est d'autant plus grande que le point moyen est plus rapproché du point visé (Paloque, Artill.,1909, p. 225).
Loc. adv. De justesse, d'extrême justesse. De très peu. Éviter de justesse une catastrophe; réussir de justesse; être sauvé, repêché de justesse. Un camion au grand trot frôla de justesse sa pèlerine longue, la souilla de boue (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 275).C'est Frédéric, présente Rodrigue. Il est arrivé ce matin de Toulouse où il a échappé de justesse à la Gestapo (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 8).M. Paul Reynaud l'emporta, quoique d'extrême justesse. Le ministère obtint la confiance à une voix de majorité (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 25).
[Dans une compétition sportive] Avec une courte avance, d'une courte longueur. Nous avons fait une course de bicyclettes où je me suis laissé battre de justesse (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 454).
Prononc. et Orth. : [ʒystεs]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1611 « qualité avec laquelle une chose est exactement adaptée ou appropriée à ce à quoi elle est destinée » (Cotgr.); 2. 1650 « qualité de ce qui est exact dans ses rapports, ses proportions; qui est conforme à une norme idéale ou un modèle » la justesse de l'architecture (Corneille, Andromède, IV, Décoration du quatrième acte ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. V, p. 365); 3. 1657-62 « qualité de l'esprit permettant de juger avec exactitude » (Pascal, Pensées, éd. L. Lafuma, Papiers non classés, 511, p. 576); 4. 1665 « qualité avec laquelle on exécute une action avec précision » (Retz, Mémoires, V, 573 ds IGLF : Il faut une grande justesse pour accorder l'heure des attaques et bien du bonheur pour qu'elles réussissent); 5. 1683, 5 mars « conformité au goût » (Sévigné, Corresp., éd. R. Duchène, t. 3, p. 104); 6. 1778 « qualité d'un organe sensoriel permettant d'apprécier très exactement les choses » justesse de l'oreille (Buffon, Oiseaux, V, p. 97). Dér. de juste* adj.; suff. -esse*. Fréq. abs. littér. : 738. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 579, b) 865; xxes. : a) 706, b) 901.

justesse désigne la qualité qui rend une chose parfaitement appropriée à sa destination et au fig., la faculté d'appréciation de l'esprit (penser avec justesse que)

Wiktionnaire

Nom commun

justesse \ʒys.tɛs\ féminin

  1. Qualité de ce qui est juste, exact, convenable, tel qu’il doit être.
    • Existe-t-il un type de preuves incontournables qu’il suffirait d’évoquer pour persuader de la justesse de sa position ses opposants les plus tenaces ? — (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, p.5, automne 2008)
    • Cette balance est d’une extrême justesse.
    • La justesse d’une arme à feu.
    • La justesse de la voix.
    • La justesse d’une expression.
    • La justesse d’une idée, d’une observation, d’un raisonnement.
    • Des réflexions pleines de justesse.
  2. Manière de faire une chose avec exactitude, avec précision, sans faute ni écart.
    • Faisons aimer aux jeunes les justesses et délicatesses grammaticales en les initiant au grotesque et au ridicule des expressions incorrectes. — (Henri Pradel, Du plaisant au sérieux, Siloe, 1948, page 58)
    • Il joue du violon, il chante avec justesse.
    • Il écrit, il pense, il parle avec beaucoup de justesse.
    • Répondre avec justesse.
    • Ce récit a été fait avec une parfaite justesse d’inflexions. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. XXII, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
  3. Qualité qui fait apprécier les choses d’une manière exacte.
    • La justesse de l’oreille.
    • La justesse du coup d’œil.
    • La justesse de l’esprit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JUSTESSE. n. f.
Qualité de ce qui est juste, exact, convenable, tel qu'il doit être. Cette balance est d'une extrême justesse. La justesse d'une arme à feu. La justesse de la voix. La justesse d'une expression. La justesse d'une idée, d'une observation, d'un raisonnement. Des réflexions pleines de justesse. Il désigne encore la Manière de faire une chose avec exactitude, avec précision, sans faute ni écart. Il joue du violon, il chante avec justesse. Il écrit, il pense, il parle avec beaucoup de justesse. Répondre avec justesse. Il se dit aussi de la Qualité qui fait apprécier les choses d'une manière exacte. La justesse de l'oreille. La justesse du coup d'œil. La justesse de l'esprit.

Littré (1872-1877)

JUSTESSE (ju-stè-s') s. f.
  • 1Nom abstrait de juste pris dans le sens de remplissant ou s'adaptant exactement. La justesse d'une vis et de l'écrou dans lequel elle entre.
  • 2Qualité de choses qui se rapportent l'une à l'autre avec une grande exactitude. Je sais bien que la représentation raccourcit la durée de l'action, et qu'elle fait voir en deux heures, sans sortir de la règle, ce qui souvent a besoin d'un jour entier pour s'effectuer ; mais je voudrais que, pour mettre les choses dans leur justesse, ce raccourcissement se ménageât dans l'intervalle des actes, Corneille, Examen de Mélite. La nourrice parut en même temps que nous, Et se pâma soudain avec tant de justesse Que cette pâmoison nous livra sa maîtresse, Corneille, la Veuve, IV, 6. J'ai cru mettre la chose dans un peu plus de justesse par quelques précautions que j'y ai apportées, Corneille, Examen de Médée. Je lui envoyai [à mon fils] un carrosse au Bourget, et je vins avec un autre à six chevaux le trouver ici, où je ne croyais pas trop qu'il dût arriver si précisément ; cependant le hasard, qui est quelquefois plaisant, nous fit tous deux rencontrer au bout de l'avenue ; cette justesse nous fit rire, Sévigné, 23 oct. 1676.
  • 3 Fig. Exacte convenance. La justesse d'une expression, d'une métaphore, d'un raisonnement. Elle [Mlle de Scudéry] fut remercier [d'une pension] Sa Majesté un jour d'appartement ; elle fut reçue en toute perfection ; c'était une affaire que de recevoir cette merveilleuse Muse ; le roi lui parla, et l'embrassa pour l'empêcher d'embrasser ses genoux ; toute cette petite conversation fut d'une justesse admirable, Sévigné, 5 mars 1683. Sa vive imagination [de Chaulieu] Prodiguait dans sa douce ivresse Des beautés sans correction Qui choquaient un peu la justesse, Voltaire, Temple du goût.
  • 4Qualité de l'esprit, qui fait qu'on met dans les choses intellectuelles une exacte convenance. Il y a deux sortes de justesse : l'une paraît dans le bon tempérament qui se trouve entre l'excès et le défaut ; elle dépend moins de l'esprit et de l'intelligence que du goût et du sentiment ; et, quand l'esprit y contribue, on peut dire, si vous me permettez de le dire ainsi, que c'est un esprit de goût et de sentiment, Méré, De la justesse. L'autre justesse consiste dans le vrai rapport que doit avoir une chose avec une autre, soit qu'on les assemble ou qu'on les oppose ; et celle-ci vient du bon sens et de la droite raison ; pour peu qu'on y manque, ceux qui ont le sens net y prennent garde, ou du moins ils en sont persuadés sitôt qu'on les en avertit, ID. ib. Mais notre hôte surtout pour la justesse et l'art Élevait jusqu'au ciel Théophile et Ronsard, Boileau, Sat. III. Usant [Socrate] d'une sorte d'équivoque, pour dire vrai, sans pourtant s'attribuer à lui-même le mérite de sa justesse à conjecturer sur l'avenir, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 361, dans POUGENS. La justesse de l'esprit dépend de la droiture du cœur et du calme des passions, Duclos, Consid. mœurs, ch. 14. Je suis charmé de son esprit juste et délicat [de la duchesse de Choiseul] ; sans justesse d'esprit, il n'y a rien, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 30 juillet 1768. Parlant avec justesse et jamais savamment, Voltaire, Trois manières. Je sais qu'elle [la duchesse de Choiseul] a, outre les grâces, justesse dans l'esprit et justice dans le cœur, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 13 juill. 1768.
  • 5Qualité de ce qui offre exactitude dans les rapports, dans les proportions. Cette balance est d'une grande justesse. La justesse de la voix. La justesse des sons. Leurs bases, corniches, amortissements étalent tout ce que peut la justesse de l'architecture, Corneille, Andromède, décor du 4e acte. Cette bourrée, dansée, sautée, coulée naturellement et dans une justesse surprenante, vous divertirait assurément, Sévigné, 11 juin 1676.
  • 6Qualité qui fait apprécier les sons, les distances, etc. d'une manière exacte. Justesse du coup d'œil. On ne se douterait pas qu'un chant aussi varié que celui du rossignol est renfermé dans les bornes étroites d'une seule octave ; c'est cependant ce qui résulte d'une observation attentive d'un homme de goût, qui joint la justesse de l'oreille aux lumières de l'esprit, Buffon, Ois. t. IX, p. 137, dans POUGENS.
  • 7Manière de faire une chose avec exactitude, précision. La justesse du tir. Il joue du violon, il chante avec justesse. Il manie un cheval avec une justesse parfaite. Si vous aviez vu la violente contorsion que cet éclat de bombe fit à son épée [du fils de Mme de Grignan], et combien il s'en est peu fallu qu'il n'ait été tué, vous admireriez l'adresse et la justesse de la main [de la Providence] qui a mesuré ce coup, Sévigné, 19 déc. 1688. Qui est-ce qui a purifié avec tant de justesse cet air que nous respirons ? Fénelon, Exist. 14.

    Terme de manége. Donner les plus grandes justesses, perfectionner un cheval déjà dressé.

SYNONYME

JUSTESSE, PRÉCISION. Dans justesse, il n'y a que l'idée de juste ; dans précision, il y a étymologiquement l'idée de couper, retrancher (du latin praecidere). Par conséquent, ce qui a de la justesse convient parce qu'il s'adapte exactement ; ce qui a de la précision convient parce qu'il n'y a rien de superflu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

JUSTESSE, s. f. (Gramm.) ce mot qu’on emploie également au propre & au figuré, désigne en général l’exactitude, la régularité, la précision. Il se dit au figuré en matiere de langage, de pensées, d’esprit, de goût, & de sentiment.

La justesse du langage consiste à s’expliquer en termes propres, choisis & liés ensemble, qui ne disent ni trop ni trop peu. Cette justesse extreme dans le choix, l’union & l’arrangement des paroles, est essentielle aux sciences exactes ; mais dans celles de l’imagination, cette justesse trop rigoureuse affoiblit les pensées, amortit le feu de l’esprit, & desseche le discours. Il faut oser à propos, sur tout en Poésie, bannir cet esclavage scrupuleux, qui par attachement à la justesse servile ne laisse rien de libre, de naturel & de brillant. « Je l’aimois inconstant, qu’eussai-je fait fidele ! » est une inexactitude de langage à laquelle Racine devoit se livrer, dès que la justesse de la pensée s’y trouvoit énergiquement peinte.

La justesse de la pensée consiste dans la vérité & la parfaite convenance au sujet ; & c’est ce qui fait la solide beauté du discours. Les pensées sont plus ou moins belles, selon qu’elles sont plus ou moins conformes à leur objet. La conformité entiere fait la justesse de la pensée ; de sorte qu’une pensée juste est, à proprement parler, une pensée vraie de tous les côtés, & dans tous les jours qu’on la peut regarder. Le P. Bouhours n’a pas eu tort de donner pour exemple de cette justesse, l’épigramme d’Ausone sur Didon, & qui a été très-heureusement rendue dans notre langue.

Pauvre Didon où t’a réduite
De tes maris le triste sort ;
L’un en mourant cause ta fuite,
L’autre en fuyant cause ta mort.

Une pensée qui manque de justesse est fausse ; mais

quelquefois ce défaut de justesse vient plus de l’expression qui est vicieuse, que de la fausseté de l’idée. On est exposé à ce défaut dans les vers, parce que la servitude de la rime ôte souvent l’usage du ferme propre, pour en faire adopter un autre, qui ne rend pas exactement l’idée. Tous les mots qui passent pour synonimes, ne le sont pas dans toutes les occasions.

La justesse d’esprit sait démêler le juste rapport que les choses ont ensemble ; la justesse de goût & de sentiment, fait sentir tout ce qu’il y a de fin & d’exact dans le tour, dans le choix d’une pensée, & dans celui de l’expression ; voyez l’article Gout.

C’est un des plus beaux présens que la nature puisse faire à l’homme, que la justesse d’esprit & de goût ; c’est à elle seule qu’il en faut rendre graces. Cependant lorsque la nature ne nous a pas absolument refusé ce don, nous pouvons le faire germer & l’étendre beaucoup par l’entretien fréquent des personnes, & par la lecture assidue des auteurs, en qui domine cet heureux talent. (D. J.)

Justesse, (Maréchallerie.) cheval bien ajusté ; finir un cheval, & lui donner les plus grandes justesses. Ces expressions désignent un cheval achevé dans tous les airs qu’on lui demande ; voyez Air. Toutes les justesses dépendent de celles de ferme à ferme. Voyez Ferme a ferme. Pour qu’un cheval soit parfaitement ajusté, il faut après les premieres leçons, le promener de pas sur les demi-voltes ; après l’avoir promené quelque peu, lui faire faire une demi-volte juste ; lorsqu’il y répond sans hésiter, lui en faire faire trois ou quatre tout d’une haleine ; lui apprendre ensuite à manier sur le côté, de-çà & de dela en avant : on le finit & on lui donne les justesses les plus parfaites, en lui apprenant à aller & à manier en arriere, & pour cet effet il n’y a rien de meilleur que les voltes bien rondes. Voyez Voltes.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « justesse »

(Date à préciser) Mot dérivé de juste avec le suffixe -esse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Juste, au sens de : qui s'adapte exactement. On a dit autrefois justeté.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « justesse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
justesse ʒystɛs

Citations contenant le mot « justesse »

  • Sans la justesse de l'expression, pas de poésie. Théodore de Banville, Petit Traité de poésie française
  • Les Justes meurent malgré leur justesse, les méchants survivent malgré leur méchanceté. De Jacques Attali / La vie éternelle
  • La réponse est rude, mais elle est juste : la justesse paraît d'abord rudesse. De Abu Shakour / Les Premiers Poètes persans
  • Celui qui ne veut agir et parler qu'avec justesse finit par ne rien faire du tout. De Friedrich Nietzsche
  • Comment juger un état avec le plus de justesse possible ? Tout simplement : d'après son système judiciaire. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • La jeunesse d'aujourd'hui se déshabille de ses complexes. C'est parfait. Il faut être nu pour prendre ses mesures avec justesse. De Roger Fournier / Journal d'un jeune marié
  • La magie de l'amour, c'est qu'il rend beau, et qu'au lieu de rendre la justice, il propose la justesse. De Francis Dannemark / La grève des archéologues
  • C'est probablement cela, le début de la sérénité ; s'accorder de nouveau avec son enfance pour éprouver avec plus de justesse et de sincérité ce qu'il reste à vivre. De Roseline Cardinal / Juliette et les autres
  • Etre actrice, c'est être une interprète. Véhiculer des émotions, celles d'un personnage et celles d'un metteur en scène, tout en apportant du naturel et de la justesse. De Virginie Ledoyen / Ciné Live - Avril 2001
  • Heureusement, l’enfant est rattrapé de justesse par un homme prénommé Li Dehai, avant de toucher le sol. Grâce à son geste, le garçonnet a eu la vie sauve. « Après avoir vu ce garçon accroché, j’ai pris une de mes couvertures et nous étions quatre à nous tenir en dessous de l’immeuble pour l’attraper. J’ai remarqué l’auvent en verre et j’ai eu peur qu’il ne se blesse en tombant dessus, donc je suis allé chercher une autre couverture plus épaisse et l’ai placée dessus », a expliqué par la suite le sauveur au Sun. Soirmag, Chine: un enfant de deux ans est rattrapé de justesse après une chute depuis le 4ème étage d’un immeuble (vidéo) - Soirmag
  • Ryan Palmer et Tony Finau pointaient en tête du Memorial Tournament à l'issue du 2e tour. Tiger Woods, cinq fois vainqueur, s'est qualifié de justesse pour la suite du tournoi. , Finau et Palmer en tête au 2e tour, Woods de justesse - RFJ votre radio régionale

Traductions du mot « justesse »

Langue Traduction
Anglais correctness
Espagnol exactitud
Italien correttezza
Allemand richtigkeit
Chinois 正确性
Arabe صواب
Portugais correção
Russe правильность
Japonais 正しさ
Basque zuzentasun
Corse correttezza
Source : Google Translate API

Synonymes de « justesse »

Source : synonymes de justesse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « justesse »

Partager