La langue française

Stupide

Définitions du mot « stupide »

Trésor de la Langue Française informatisé

STUPIDE, adj.

A. − Vieilli ou littér. [En parlant d'une pers.] Frappé de stupeur, paralysé par un choc émotionnel. Synon. hébété.Stupide d'étonnement, d'admiration, de frayeur, de peur. Autour de ces quatre chefs de la famille, se tenaient à genoux deux sœurs mariées, accompagnées de leurs maris. Puis, trois fils stupides de douleur (Balzac, Curé vill., 1839, p. 96).Habille-toi, dit-il. Elle demeurait stupide devant lui.Habille-toi! répéta-t-il. Elle ne bougeait pas (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p. 185).
MÉD., vx. Qui présente un état d'hébétude, de stupeur profond. Toutes les fonctions animales sont dérangées, les petits malades sont stupides et hébétés, ils ont des convulsions, leurs membres engourdis finissent par devenir paralytiques (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 234).
B. − [En parlant d'une pers.]
1. Qui est habituellement dénué d'intelligence, qui présente une grande lourdeur d'esprit, une grande inertie. Synon. abruti, crétin, idiot.Rester encore à la merci d'un homme stupide, grossier, changeant, et sous la dépendance de mille circonstances fâcheuses et de mille préjugés (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 271).Il aimait beaucoup sa mère et comme il n'est lui-même pas très intelligent, il ne s'est jamais rendu compte que la pauvre femme était aussi stupide qu'insupportable (Aymé, Uranus, 1948, p. 216).
Empl. subst. Sans doute, jadis, les stupides abondaient-ils, mais avec plus de discrétion (Arnoux, Paris, 1939, p. 72).Valéry faisant la leçon à ces stupides qui ne s'étaient point avisés, avant lui, que, par exemple, l'apparition dans les foyers de l'éclairage électrique fut un (...) grand événement historique (L. Febvre, Vers une autre hist., [1949] ds Combats, 1953, p. 423).
Faire le stupide. Faire le sot, l'idiot, l'imbécile. Xanrof fait le stupide au piano (Renard, Journal, 1910, p. 101).
[En parlant d'un groupe, d'une collectivité] Qui est habituellement considéré comme sot, inintelligent. Enfin, j'ai cru devoir, par égard pour mon fils, donner satisfaction à ce monde stupide et méchant auquel je n'aurais point sacrifié, s'il ne se fût agi que de moi, un seul cheveu de votre tête (Sandeau, Mllede La Seiglière, 1848, p. 68).Les indigènes ont déployé d'immenses efforts pour élever ces digues et viennent régulièrement les réparer, prouvant ainsi qu'ils ne sont pas aussi stupides et imprévoyants qu'on se plaît à le dire (Lowie, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 32).
[Dans un cont. fam.] Qui est sot, sans jugeotte, dépourvu de bon sens. Dieu! que tu es stupide, mon pauvre ami!... Et puis non, tiens, j'adore quand tu es radieusement bête comme ça! (H. Bataille, Maman Colibri, 1904, i, 12, p. 12).Faut-il que ce garçon soit stupide...disait Alfred Caussade.Il paraît que tous les autres ont eu cette fille pour rien (Mauriac, Myst. Frontenac, 1933, p. 158).
P. anal. [En parlant d'un animal] Il arrivait que de grosses bêtes noirâtres, vaguement aperçues dans les ténèbres, nous barraient le passage: les buffles inoffensifs et stupides, qu'il fallait écarter à coups de fouet en poussant des cris (Loti, Inde sans Angl., 1903, p. 16).Le règne des Dinosauriens a donc été le règne de la puissance physique et de la force brutale. Mais ces énormes bêtes étaient lourdes et stupides (Boule, Conf. géol., 1907, p. 125).
2. Qui réagit avec sottise dans une circonstance particulière, qui fait preuve en cette occasion d'un manque de jugement, de vivacité. Je m'étais fait, comme j'avais pu, quelques idées sur la sottise des femmes. Près d'elle, ce soir-là, ce fut moi qui me parus gauche et stupide (Gide, Immor., 1902, p. 376).Il se rappelait combien il avait été stupide avec elle; et il se sentait contre elle une haine farouche; il ne lui pardonnait pas de l'avoir humilié (Rolland, J.-Chr., Aube, 1904, p. 40).
3. P. ext. Qui révèle un manque d'intelligence, de vivacité.
a) [En parlant de la physionomie d'une pers.] Des yeux stupides; une expression, un visage stupide. Il semblait fort âgé et faible. Il me considérait en dessous, avec un air humble, stupide et rusé (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Horrible, 1884, p. 242).J'ai passé un quart d'heure sur le quai de la gare avec ce bouquet de fleurs au bout des bras et un sourire stupide aux lèvres (Sagan, Bonjour tristesse, 1954, p. 29).
b) [En parlant du comportement, des sentiments d'une pers.] Entêtement, exaltation, joie, orgueil, rage stupide. L'obstination stupide du père Jacques était telle, qu'il fallait, coûte que coûte, prendre son mal en patience et laisser souffler les chevaux pendant que le vieux berger causait (Fromentin, Dominique, 1863, p. 24):
Chaque parole venait jusqu'à ses oreilles, intacte, entière, elle en pénétrait le sens, et néanmoins elle l'accueillait avec une indifférence stupide, ou pis encore: le sentiment d'une attente déçue. Bernanos, Joie, 1929, p. 611.
C. −
1. [En parlant d'un fait, d'un événement] Qui survient mal à propos, qu'on aurait pu ou voulu éviter. Un contretemps stupide. Elle n'aimait pas du tout ce Malignon, oh! elle le jurait! Mon Dieu! quelle aventure stupide! (Zola, Page amour, 1878, p. 1047).À propos du service il m'arrive une stupide histoire. Le ministre autorise cette année encore les étudiants à ne faire qu'un an, mais seulement ceux qui viennent d'avoir dix-huit ans et ceux qui ont été refusés à l'examen médical d'octobre. Ce qui fait que ça me passe sous le nez (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p. 81).
En partic.
Dont on n'a pas mesuré les conséquences. Faire une farce stupide. L'acte responsable se distingue de l'acte gratuit et mieux encore du pari stupidequi est pour rien, pour rire (Ricœur, Philos. volonté, 1949, p. 79).
Dont les conséquences sont hors de proportion avec les causes. Trouver une mort stupide. Michel Ortègue (...) mourra lui-même, pendant ce temps-là, de ce cancer absurde, causé par quoi? Par le plus stupide accident, un pneu d'automobile crevé, comme nous allions en consultation (Bourget, Sens mort, 1915, p. 70).
2. [En parlant d'actes, de propos] Qui manque de jugement, de réflexion. Explication, question stupide. Il fallut me résigner à faire un long trajet à pied, à traverser les bruits discordants des voitures, les conversations stupides des passants (Baudel., Paradis artif., 1860, p. 362).Sans cet aveu stupide qui nous a perdus, nous serions très heureux (Chardonne, Épithal., 1921, p. 281).
3. [En parlant d'une chose abstr. ou concr.] Absurde, dénué de sens. Jeu, mode stupide; loi stupide. Qui n'admire sa véhémence de polémiste, son art aigu de rechercher, sous les mensonges officiels, sous les stupides préjugés dont notre bourgeoisie gavée tente de nous abêtir, le grain de vérité cachée (...)? (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 299).Dès les premières tentatives, elle ne comprit même plus comment elle avait été capable de s'intéresser à des tâches aussi stupides: elle les écarta avec dégoût (Rolland, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1145).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. La Terreur commençait en effet par nous rappelercomme chose qui va de soique les clichés sont inutiles; car chacun les connaît déjà, et les pratique. À quoi s'ajoutait aussitôt que les hommes ne s'entendent si bien, à l'ordinaire, que sur le banal et le stupide (Paulhan, Fleurs Tarbes, 1941, p. 147).
Prononc. et Orth.: [stypid]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1377 méd. « privé de mouvement corporel » (Bernard de Gordon, Pratiq., IV, XI ds Gdf. Compl.); 2. 1534 « qui est atteint d'une sorte d'inertie mentale; engourdi » (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, p. 187); 3. 1588 « inintelligent, bête » (Montaigne, Essais, III, 11, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 1029); 1666 empl. subst. (Molière, Médecin malgré lui, VI, 106); 4. 1654 « absurde, insensé » (Balzac, Liv. V, lett. 12 ds Littré). Empr. au lat.stupidus « étourdi, interdit; immobile, en extase » dér. de stupere « être engourdi, demeurer immobile ». Fréq. abs. littér.: 2 164. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 257, b) 3 373; xxes.: a) 4 254, b) 3 335.
DÉR.
Stupidement, adv.a) D'une manière stupide, avec stupidité. Synon. bêtement, sottement. α) [En parlant de la manière dont se comporte une pers.] Synon. niaisement.Elle jeta par la fenêtre le manteau que j'avais apporté pour sa fille aînée, puis se mit, de nouveau, à rire stupidement (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 264).Elle écoutait ce que disait sa mère et me regardait stupidement (Carco, Voix basse, 1938, p. 111). β) [En parlant du caractère d'une action] Les vitraux, qui sont beaux, quoiqu'on les ait stupidement blanchis dans leur partie inférieure (Hugo, Rhin, 1842, p. 359). γ) [En parlant du caractère d'une chose, d'un événement, d'un phénomène] Au sens moral, à peu près éteint, succède une sorte de mouvement aveugle qui pousse stupidement des êtres dégradés vers tout ce qui promet quelque jouissance à leurs grossiers appétits (Lamennais, Religion, 1825, p. 83).Il existe certains coins comme ça dans les villes, si stupidement laids qu'on y est presque toujours seul (Céline, Voyage, 1932, p. 99).b) [En parlant du caractère d'un fait, d'un acte dénué de justification] D'une manière absurde, insensée. Synon. absurdement.Mais ton pays ne t'appelle pas, il t'indique en ne t'appelant pas qu'il n'a pas besoin de toi, et tu iras te faire tuer stupidement! (Montherl., Exil, 1929, I, 4, p. 43).Cet homme profondément religieux et d'une extrême sensibilité qui fut stupidement (par erreur) assassiné, est devenu le guide d'une époque (Samuel, Art mus. contemp., 1962, p. 228). [stypidmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1reattest. 1588 (Montaigne, Essais, III, 9, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 971); de stupide, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 194.
BBG.Baldinger (K.). Stupide bei Rabelais... In: Mél. Wandruszka (M.). Tübingen, 1981. − Hansén (I.). Les Adv. prédicatifs fr. en -ment... Göteborg, 1982, pp. 208-209 (s.v. stupidement). − Vaganay (H.). Pour l'hist. du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t. 32, p. 167. − Wind 1928, p. 41.

Wiktionnaire

Adjectif

stupide \sty.pid\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est frappé de stupeur.
    • C’est alors que se produisit l’événement qui nous tint stupides. Vers le même lieu il se fit une explosion ou plutôt une éruption, avec le tapage de mille pièces, et un grand nuage cuivré dans lequel éclataient des projectiles innombrables ; tout cela au grand soleil. De telles choses laissent sans pensée ; et l’on se demande si l’on a rêvé […] — (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, p. 210)
  2. Qui est hébété, idiot, obtus ; qui est d’un esprit lourd et pesant.
    • À l’en croire, c’était lui qui dansait, qui levait la jambe, qui se dandinait, tellement il se donnait de mal pour communiquer à ces merveilleuses mais stupides créatures un peu du feu sacré dont il les prétendait dépourvues. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Vous ne pouvez rien me faire, mais je me sens idiote et stupide de ne pas avoir les bonnes réponses. — Qu’est-ce que ça vous fait d’être idiote et stupide ? — Je déteste ça lorsque je suis stupide. — (Jo Godefroid, Psychologie : Science humaine et science cognitive, De Boeck Supérieur, 2008, p. 894)
  3. (Par extension) Qualifie les productions d’un esprit lourd et pesant.
    • Pour le dire sans ambages, une personne brillante fait plus souvent des choses stupides qu’une personne stupide ne fait de choses intelligentes (Reeder & Brewer, 1979). — (Susan Fiske, Psychologie sociale, traduction de Valérie Provost et Sophie Huyghues Despointes, De Boeck Supérieur, 2008, p. 167)
    • Mais ma stupide timidité me retient toujours. — (Edgar Fruitier, Mémoires, propos recueillis par Jean Faucher, éd. Québec Amérique, 2009, p. 124)
    • À cet âge, les garçons inventent des jeux stupides, comme le chat-bite dont le but est de saisir les attributs d'un partenaire. — (Thomas Lélu, Perdu de vue, Éditions Léo Scheer, 2015)

Adverbe

stupide \stu.ˈpi.dɛ\

  1. Stupidement, bêtement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

STUPIDE. adj. des deux genres
. Qui est frappé de stupeur. Devant cette accusation il demeura stupide. Il signifie plus ordinairement Qui est hébété, d'un esprit lourd et pesant. Il est si stupide qu'on ne peut rien faire de lui. Un homme stupide. Il se dit aussi des Choses, dans un sens analogue. Une réponse stupide. Un raisonnement stupide. Une objection stupide.

Littré (1872-1877)

STUPIDE (stu-pi-d') adj.
  • 1Frappé de stupeur. Je demeure stupide, Non que votre colère ou la mort m'intimide…, Corneille, Cinna, v, 1. Rien ne servit mieux Rome que le respect qu'elle inspira à la terre ; elle mit les rois dans le silence, et les rendit comme stupides, Montesquieu, Rom. 6. L'abbé Marini, quand je lui présentai cette inscription, demeura stupide comme le Cinna de Corneille, Courier, Lett. I, 33. Mon esprit… S'en revint… Ébloui, haletant, stupide, épouvanté, Car il avait au fond trouvé l'éternité, Hugo, Feuilles d'aut. la Pente de la rêverie.
  • 2 Par extension. D'un esprit lourd et pesant. Il n'y a point d'hommes si hébétés et si stupides, sans en excepter même les insensés, qu'ils ne soient capables d'arranger ensemble diverses paroles et d'en composer un discours, Descartes, Méth. v, 9. Horace, ne crois pas que le peuple stupide Soit le maître absolu d'un renom bien solide, Corneille, Hor. v, 3. Ils [les hommes] suivent en tous lieux, comme bêtes stupides, Leurs sens pour souverains, leurs passions pour guides, Corneille, Imit. III, 12. Cela est clair et si clair qu'il faut être ou stupide ou tout à fait mal intentionné pour n'en pas convenir, Vauban, Dîme, p. 153.

    Stupide à, hébété pour. L'amour de la gloire éternelle Les sait si pleinement saisir, Que leur âme est stupide à tout autre plaisir, Corneille, Imit. II, 6.

    Substantivement. Et la stupide au sien [son devoir] peut manquer d'ordinaire, Sans en avoir l'envie, et sans penser le faire, Molière, Éc. des f. I, 1. Ce nombre de stupides [gens bornés dans un petit cercle d'idées] comprend, dans le christianisme même, presque tous les gens de travail, presque tous les pauvres, la plupart des femmes de basse condition, tous les enfants, Nicole, Ess. mor. 1er traité, ch. 10. Le stupide est un sot qui ne parle point, en cela plus supportable que le sot qui parle, La Bruyère, XII.

  • 3Qui a le caractère de la stupidité. Un silence stupide. Une stupide insensibilité. Je vous promets que ma patience sera plus stupide que votre sentiment n'est délicat, Guez de Balzac, Liv. v, lett. 12. Alors ce ne fut plus que stupide ignorance, Boileau, Sat. XI.

HISTORIQUE

XVIe s. Nous voyons que porter patiemment la croix, n'est pas estre du tout stupide, et ne sentir douleur aucune, Calvin, Instit. 454. En aucunes [bronchocèles] est trouvé une chair stupide, c'est à dire avec peu de douleur, et souvent sans douleur, Paré, VI, 9. La tourbe de nos hommes, stupide, basse, servile, instable, Montaigne, I, 326.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « stupide »

(1599) Du latin stupidus, de stupere (« être en état de sidération » → voir stupeur et stupéfaction). (1377) « engourdi, paralysé ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De stupida et -e « adverbe ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. stupidus (voy. STUPEUR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « stupide »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
stupide stypid

Citations contenant le mot « stupide »

  • Je demeure stupide. Pierre Corneille, Cinna, V, 1, Cinna
  • La femme excelle à ne pas paraître stupide. Jules Huot de GoncourtEdmond Huot de Goncourt, Journal, Fasquelle
  • N’est stupide que la stupidité. De Robert Zemeckis / Forrest Gump
  • Le consommateur n’est pas stupide, c’est votre femme. De David M. Ogilvy
  • Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. De Proverbe ourdou
  • Rien n'est pire qu'un rire stupide. De Graham Greene / L'autre et son double
  • La foi stupide ne peut que déplaire à Dieu. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Dieu a fait la femme belle et stupide. Belle pour plaire à l'homme et stupide pour l'aimer. De Anonyme
  • Une trop longue souffrance rend stupide, mais celui que la souffrance a rendu stupide peut encore connaître la joie. De Yukio Mishima / Une soif d'amour
  • On peut être intelligent toute sa vie et stupide un instant. De Proverbe chinois
  • Je ne demande que trois choses à un homme : être beau, brutal et stupide. De Dorothy Parker
  • Il était né stupide et avait considérablement développé ses dons naturels. De Samuel Butler
  • L’amour, s’il donne de l’esprit aux filles, rend stupide les garçons. De Alexandra David-Néel
  • À force de ne jamais réfléchir, on a un bonheur stupide. De Jean Cocteau / Les monstres sacrés
  • On devient stupide dès que l'on cesse d'être passionné. De Claude Adrien Helvétius
  • Quand on aime on a tort, on est stupide, on est sourd. De Jean-Jacques Goldman / Les Murailles
  • Hier, le député, Jean-Hugues Ratenon a interpellé le Ministre de l’économie, des finances et de la relance, Mr Bruno Le Maire, ainsi que ses ministres délégués lors de la commission des affaires économiques sur le dossier de la NRL. Sa réponse a été cinglante : "Il n'y arien de plus stupide que ces routes qui ne mènent nulle part", a-t-il répondu. Clicanoo.re, [Economie] NRL : "Il n'y a rien de plus stupide que ces routes qui ne mènent nulle part…." selon Bruno Le Maire | Clicanoo.re
  • La course Michelin Le Mans Cup a vite été interrompue suite à un stupide contact entre deux LMP3. Alors qu’il était déjà dans une fâcheuse situation au milieu de la piste, Steven Parrow (Ligier JS P320/Rinaldi Racing) est reparti au moment où arrivait la Ligier JS P320/Cool Racing de Nicolas Maulini. , Le Mans Cup : Parrow provoque un stupide accrochage | Endurance info
  • Assez amusé par les comms sur le retour du PSG au Havre. Qui est assez stupide pour tirer des conclusions de cet aimable galop d’entraînement. C’était le premier match depuis 4 mois. Le reste c’est du bavardage PSG Canal Supporters, Ménès : "Qui est assez stupide pour tirer des conclusions ?"
  • «Je ne me soucie pas de la raison pour laquelle je suis arrivé ici, car ce n’est pas un secret pour moi. Je pense seulement que c’est un peu stupide. Pour être franc, je crois qu’on aurait dû attendre comment le font le reste des ligues sportives en s’entraînant avant d’être prêt à jouer. Et c’est tout», a-t-il déclaré durant la baladodiffusion «The Sports Bubble». TVA Sports, «C'est une idée stupide!» - TVA Sports
  • C’est stupide? Bon sang c’est stupide, mais ça ne m’a jamais arrêté avant. Vivez l'actualité avec Repha.fr, Voici un graphique stupide sur la haine du stylet de Steve Jobs et les versions d'Apple Pencil - Vivez l'actualité avec Repha.fr

Images d'illustration du mot « stupide »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « stupide »

Langue Traduction
Anglais stupid
Espagnol estúpido
Italien stupido
Allemand blöd
Chinois
Arabe غبي
Portugais estúpido
Russe тупой
Japonais 愚か
Basque ergelak
Corse stupidu
Source : Google Translate API

Synonymes de « stupide »

Source : synonymes de stupide sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « stupide »

Stupide

Retour au sommaire ➦

Partager