La langue française

Haie

Sommaire

  • Définitions du mot haie
  • Étymologie de « haie »
  • Phonétique de « haie »
  • Citations contenant le mot « haie »
  • Images d'illustration du mot « haie »
  • Traductions du mot « haie »
  • Synonymes de « haie »
  • Antonymes de « haie »

Définitions du mot « haie »

Trésor de la Langue Française informatisé

HAIE1, subst. fém.

A. − Clôture végétale entourant ou limitant un domaine, une propriété, un champ, faite d'arbres ou d'arbustes généralement taillés ou de branchages entrelacés. Il retrouvait le pays de ses souvenirs d'enfance, les petits prés enclos de haies, où paissaient les jeunes taureaux (Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 67).Un jardinier taille la haie d'un jardin, et le bruit de ses grandes cisailles arrive jusqu'à moi (Green, Journal,1941, p. 128) :
1. Nous usions nos splendides jeunesses, attendant le bel avenir, et la route y menant ne paraissait jamais assez interminable, où nous marchions à grands pas, mordant les fleurs des haies qui remplissent la bouche d'un goût de miel et d'exquise amertume. Gide, Nourr. terr.,1897, p. 187.
Haie vive. Haie composée d'arbres (généralement des conifères), d'arbustes (épineux, feuillus) bien enracinés. Une courte haie, vive, verte, épaisse, taillée en un long bloc cubique, délimitait le cimetière (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 217) :
2. Ils en arrivèrent à parler des grands herbages entourés de haies vives, des sentiers couverts qui se perdent sous les ormes, des routes gazonnées comme des allées de parc. Zola, Bonh. dames,1883, p. 530.
Haie sèche (vieilli). Haie faite de branches de bois mort entrelacées. Une belle aubépine fleurie, qui apparaît seule dans une haie sèche (Taine, Notes Paris,1867, p. 84).
SYNT. Haie d'aubépines, d'ormeaux, de peupliers, de ronces, de roseaux, de rosiers, de saules, de thuyas, de troènes; haie compacte, épaisse, fleurie, mitoyenne, touffue; double, triple haie; franchir, longer, sauter, traverser la (les, une) haie(s).
P. métaph. La générosité (qui est la plus épaisse des barrières, la plus épineuse de toutes les haies (...)) (Giono, Chron., Noé, 1947, p. 128).
SPORTS. Course de haies
1. HIPPISME. Course d'obstacles consistant à franchir des haies naturelles ou artificielles. Négligente indifférence des jeunes gens à la mode pour tout ce qui n'est point chevaux de race ou courses de haies (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 466).
2. ATHLÉTISME. Épreuve de vitesse de longueur variée consistant à franchir des obstacles plus ou moins hauts (généralement des barrières de hauteur réglable). (Courir le) 80, 100, 110, 400 mètres haie(s). La petite infante de Castille inscrite à Fémina-sports et courant le 83 mètres haies (Montherl., Pte Inf. Castille,1929, p. 604) :
3. Les courses de haies − 110 m et 400 m haies − sont des courses de vitesse pure compliquées par le franchissement de 10 haies de 1,06 m dans le premier cas, de 0,914 m dans le second. Ces haies doivent être « absorbées » par le coureur dans sa foulée sans qu'il y ait saut, à proprement parler, et sans qu'il en résulte un ralentissement sensible! R. Vuillemin, Éduc. phys.,1941, p. 136.
B. − P. anal. et au fig. [Constr. usuelle une haie de + subst. plur.]
1. File, rangée, alignement (de choses ou de personnes).
a) [Le compl. désigne des choses] Une haie de chaises (Huysmans, À rebours,1884, p. 175).Deux haies de drapeaux claquant au vent (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 302).
b) [Le compl. (lorsqu'il est exprimé) désigne des pers.] Je suis passé entre une double haie de visages éclatants (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 202).Les Alsaciens défilent entre deux haies de curieux (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 260) :
4. Nous avions assisté, ma femme et moi, à l'arrivée à Paris du jeune roi d'Espagne. Tout le long du trajet de sa voiture, une haie s'était formée; nous étions dans les premiers rangs, de sorte que l'on ne peut arguer que peut-être nous ne l'avons pas bien vu. Gide, Ainsi soit-il,1951, p. 1207.
Locutions
Faire, former (la) haie; se mettre, se ranger en haie. [Le suj. désigne des pers.] Se disposer sur une ou plusieurs files au passage d'une personne, d'un cortège, d'un défilé. Une place sur laquelle les Indiens des deux sexes étaient rangés en haie (Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 261).La foule des spectateurs me fit haie (Mussetds Le Temps,1831, p. 68) :
5. Les assistants formaient la haie, se pressant pour voir défiler, derrière le fils Thibault, le sous-préfet, le maire de Compiègne, le général commandant la place, le directeur des haras, tout le conseil municipal de Crouy en redingote... Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1356.
Au fig. Ce tribunal qui fait une haie à la loi (Hugo, Fin Satan,1885, p. 862).
Faire une haie d'honneur (à qqn). Se ranger en file pour rendre hommage à un personnage important. La foule lui faisait une haie d'honneur (Radiguet, Bal,1923, p. 35).Au fig. Des femmes fugaces dont les yeux me faisaient une haie d'honneur (Éluard, Donner,1939, p. 200).
2. Domaine moral.Barrière, obstacle entravant une action ou empêchant une réussite. Une triple haie de préjugés religieux, moraux, sociaux, éloignait Israël de tout ce que les autres peuples regardaient comme le progrès (Renan, Hist. peuple Isr., t. 2, 1889, p. 267).
Prononc. et Orth. : [ε] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694; haye ds Ac. 1694, haie ds Ac. dep. 1740. Homon. : formes du verbe haïr. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1remoitié du xiies. « clôture faite d'arbres, d'arbustes, servant à limiter ou à protéger un champ ou un jardin » (Psautier Cambridge, 61, 3 ds T.-L. : maceria); b) 1859 sports course de haies (Ponson du Terr., loc. cit.); 2. a) 1306 p. anal. (Joinville, Saint Louis, éd. N. L. Corbett, § 208 : comme une grant haye [de flèches]); b) fin du xives. « file de personnes » (Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, t. 3, p. 177, 180). B. Ca 1280 « age d'une charrue » (G. de Bibbesworth, Traité, éd. A. Owen, 919). De l'a. b. frq. *hagja « haie (d'arbres, etc.) », cf. l'a. h. all. hegga « pieu, palissade » (Graff t. 4, col. 762), m. néerl. hegge « haie; clôture ». Au sens de « palissade », haja est attesté en lat. médiév. dès le ixes. (Nierm.). Pour l'évolution sém. de B, v. age. Fréq. abs. littér. : 1 546. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 554, b) 2 540; xxes. : a) 3 116, b) 2 012.

HAIE2, subst. fém.

TECHNOL. Synon. vieilli de age et de flèche.« L'age ou la haie », longue pièce de bois sur laquelle s'assemblent les divers accessoires, en est l'élément principal [de la charrue] (Menon-Lecotté, Vill. Fr., 1, 1954, p. 48).
Prononc. et Orth. : [ε] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1835. Homon. : formes du verbe haïr. Étymol. et Hist. V. haie1.

Wiktionnaire

Nom commun

haie (h aspiré) \ɛ\ féminin

  1. Clôture faite d’arbres, d’arbustes, d’épines ou de branchages et servant à limiter ou à protéger un champ, un jardin ou un terrain.
    • Cependant, tout de gris habillé pour être moins aisément distingué des choses, Kinkin longeait les murs et les haies, […]. — (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les Cactées pour la confection des clôtures. — Les Cactées, grâce aux épines dont elles sont garnies sont fréquemment usitées au Mexique, dans les territoires à sécheresses prolongées pour faire des haies; elles opposent aussi une barrière à la propagation des incendies. Ces haies se font par boutures.— (Les Cactacées utiles du Mexique, Bibliographie. In: Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale, 9ᵉ année, bulletin n°90, février 1929. p.146)
    • Selon Kaempfer, les camélias sauvages poussaient au Japon dans les haies et il existait également des variétés cultivées.— (WT. Stearn Les expéditions botaniques et les grands voyages d'explorations au XVIIIe siècle in, L'empire de flore : Histoire et représentation des fleurs en Europe du XVIème au XIXème siècle, 1996, p.69)
    • En régulant l’écoulement des eaux de pluie, la haie retient l’humidité dans le sol. Elle abrite et nourrit une faune variée : oiseaux (fauvettes et merles, notamment), insectes, petits animaux. — (Delahaye Thierry, Les petits fruitiers des haies, 93 p., page 87, 2008, Actes Sud, Le nom de l'arbre)
  2. (Athlétisme) Obstacle qui doit être franchi par le concurrent qui participe à une course.
    • Course du 110 mètres haies.
    • La haie est un obstacle difficile à franchir pour certains chevaux.
  3. (Marine) Se dit d’un obstacle empêchant le passage, comme un long banc d’écueils.
    • On trouve une haie de rochers non loin de la côte.
  4. (Technique) Disposition donnée aux briques que l’on souhaite faire sécher.
  5. File de personnes (soldats, gardes, curieux, etc.) bordant une voie pour laisser le passage à quelqu’un ou à un cortège.
    • Il y avait foule. Derrière la haie de soldats qui s’effrangeaient devant le carré réservé à l'échafaud commença à s'élever un brouhaha. — (Ivan Tourgueniev, L'Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Au lieu de combattre, elles allaient donc en être réduites à fournir des escortes d'apparat et à faire la haie ! C'est un véritable désenchantement. — (Bernard Brizay, Seconde guerre de l'opium : Le sac du Palais d’Été, Éditions du Rocher, 2003, 2009, 2011)
  6. (Vieilli)(Agriculture) Age de la charrue.
  7. (Héraldique) Meuble représentant une clôture avec ou sans arbustes dans les armoiries. Elle est composée de piquets reliés par des fils ou des branches. À rapprocher de barrière et palissade.
    • D’argent à la haie de sinople, les potelets et les liens d'or, soutenue par une champagne de gueules, qui est de la commune d’Hecken du Haut-Rhin → voir illustration « armoiries avec une haie »
    • D’azur à la haie circulaire d’or, au chef cousu de gueules semé d’étoiles aussi d’or, qui est de la commune de Le Plessis-Trévise du Val-de-Marne → voir illustration « armoiries avec une haie »

Forme de verbe

haie (h aspiré) \ɛ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe hayer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe hayer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe hayer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe hayer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe hayer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HAIE. (H est aspirée.) n. f.
Clôture faite d'arbustes taillés, ou seulement de branchages entrelacés. Une haie fort épaisse. Le long de la haie. Au travers de la haie. Derrière la haie. Haie vive, Haie formée d'arbustes, ordinairement épineux, qui ont pris racine et qui sont en pleine végétation, par opposition à Haie morte ou sèche, Celle qui est formée d'épines ou d'autres bois morts entrelacés. Course de haies, Course de chevaux où il faut franchir des haies naturelles ou factices. Il se dit figurément d'Une ou de plusieurs files de personnes qui marchent ou sont postées, rangées quelque part pour une cérémonie. Le cortège funèbre s'avançait entre deux épaisses haies de spectateurs. Former la haie. Faire la haie. Rompre la haie. En termes d'Agriculture, il se dit d'une Pièce de bois arrondie qui règne tout le long de la charrue et qu'on nomme aussi FLÈCHE.

Littré (1872-1877)

HAIE (hê) s. f.
  • 1Clôture faite d'arbres ou d'arbustes ou d'épines entrelacées, et destinée à protéger ou à limiter un champ, un jardin. Couper une haie. Les haies de citronnier épaisses et tirées au cordeau, plus importantes et moins pénétrables que les clôtures de nos champs ; c'est là ce qui fait la plus grande différence de perspective, entre les campagnes de l'Amérique et celles de l'Europe, Raynal, Hist. phil. XIII, 49.

    Fig. Si elle mit une garde de prudence sur ses lèvres pour les fermer à la médisance, elle mit aussi, selon le conseil du sage, une haie d'épines autour de ses oreilles pour arrêter et pour piquer les médisants, Fléchier, Dauphine.

    Haie vive, haie formée d'arbustes épineux en pleine végétation.

    Haie sèche ou haie morte, haie faite avec des branches de bois mort ou des morceaux de bois fendu.

    Terme de sport. Course de haies, course de chevaux où il faut franchir des haies.

    Fig. Trouver quelqu'un entre la haie et le blé, le trouver dans un endroit peu fréquenté.

    Anciennement, chasse à la haie, procédé de chasse dans lequel, formant entre des haies une voie qui conduisait à des filets, on forçait le gibier à l'aide de batteurs à s'engager entre ces haies.

  • 2 Fig. Ce qui fait un obstacle comparé à une haie. L'inégalité du terrain, et la grande étendue du front de la bataille, ne permettant pas à l'ennemi de continuer partout cette haie de boucliers et de piques, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IX, p. 129, dans POUGENS. Ses frontières ne furent plus qu'une haie de places fortes, Raynal, Hist. phil. XIII, 58.
  • 3 Fig. File de personnes ou de soldats, rangés comme l'est une haie. Entre deux haies de troupes victorieuses, Fléchier, Mar.-Thér. Il est en haie quand ils [les ambassadeurs] reviennent de leur audience, La Bruyère, VII. Apparemment que mon histoire avait éclaté dans la maison ; car j'y trouvai tous les domestiques assemblés qui me reçurent en haie sur l'escalier, Marivaux, Pays. parv. 3e part. En sorte que Sémiramis éperdue et l'ombre de Ninus sortant du tombeau étaient obligées de traverser une épaisse haie de petits maîtres, Marmontel, Mém. IV.

    Border la haie et aussi former ou faire la haie, être rangé en haie, en parlant de troupes qui forment une longue ligne d'un seul côté ou de deux côtés sur le passage d'un personnage important, d'un cortége, etc. Quand le prince passe, les troupes bordent la haie.

  • 4Corvée qui consistait à réparer les haies du seigneur.
  • 5La disposition donnée aux briques qu'on veut faire sécher.
  • 6 Terme de marine. Long banc d'écueil. Une haie de rochers.

    PROVERBE

    Plus la haie est basse, plus on y passe, c'est-à-dire une humeur trop facile encourage les gens malintentionnés.

HISTORIQUE

XIIIe s. En de sa li heughes [les haies] des fossés tout entour là ù li castiaus [château] fu jadis…, Tailliar, Recueil, p. 114. Les Sarrazins ont tant trait de leurs pyles [javelots] que il a aussi comme une grant haye qui vient ardant [brûlant] vers nostre chastel, Joinville, 223.

XIVe s. Pourra la comtesse de Roucy haier et faire haies pour la chasse desdits bois, Peigné de la Court, Chasse à la haie, p. 15.

XVe s. Comme il et ses gens chevauchoient entre haies et buissons, Froissart, II, II, 235.

XVIe s. Les hayes d'Allemaigne [sorte de danse], frisques, Passe pieds, bransles, tourdions, Marot, I, 189. On luy dressoit des sentiers au travers des hayes de leurs bois, Montaigne, I, 247. On est surprins entre la haie et le fossé ; il fault tenter fortune…, Montaigne, III, 16. L'esquadron ne pourra au plus renverser que quinze ou seize chevaux de la troupe qui est en haye, Lanoue, 288. Il n'y avoit ni haye ni buisson qui donnast empeschement, Lanoue, 569. Tout le monde estoit logé à l'estoille, et campoit à la haye, à faulte de trouver villaiges, Carloix, IV, 25. Par le moien d'une haie morte faite auprès de la vifve, on preservera les aubespins de la morsure des bestes, De Serres, 743.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HAIE (la) Géog.) lieu charmant des Provinces-Unies dans la province d’Hollande, autrefois résidence des comtes de Hollande, d’où lui vient son nom flamand de S’Gravenhagen, que l’on exprime en latin par Haga Comitum.

C’est aujourd’hui le centre du gouvernement de la république, la demeure des membres des Etats-généraux, des ambassadeurs & ministres étrangers. Quoique la Haie n’ait point encore de rang marqué parmi les villes de la Hollande, elle a par son étendue, par le nombre & la beauté de ses palais, par la dignité de ses habitans, par les prérogatives de ses magistrats, & par la magnificence de ses promenades, de quoi tenir rang entre les plus belles villes de l’Europe.

C’est d’une petite maison de chasse dans un bois où les comtes de Hollande venoient quelquefois, que s’est formé ce beau lieu ; mais l’éclat où nous le voyons aujourd’hui, n’existoit pas encore au treizieme siecle ; il arriva seulement qu’alors Guillaume II. comte de Hollande, élu & couronné empereur en 1248, transporta de tems en tems son séjour à la Haie, où il commença le palais qui est aujourd’hui la cour. En 1291 la Haie devint le chef-lieu d’un bailliage ; avec le tems il prit le nom de village, & même en 1557, il ne passoit point encore pour être une ville. Voyez Altingius & Boxhornius sur tous les autres détails.

La Haie est située à une petite lieue de la mer, à environ autant de Delft, au N. O. à trois lieues S. O. de Leyde, quatre N. O. de Rotterdam, & douze S. O. d’Amsterdam. Long. 21. 45. lat. 52. 4. 10.

Puisque la Hollande est si féconde en gens de lettres du premier ordre, il ne faut pas s’étonner que la Haie participe à cette gloire ; mais entre un grand nombre de savans dont elle est la patrie, je me contenterai de citer ici Golius, Huyghens, Meursius, Ruysch, Sallengre, & Second.

Golius (Jacques) fut un des plus habiles hommes de son siecle dans les langues orientales ; nous lui devons deux excellens dictionnaires, l’un arabe & l’autre persan ; l’histoire des Sarrasins par Elmacin, & les élémens astronomiques d’Alfergan avec des commentaires : il voyagea tant en Asie qu’en Afrique, & mourut à Leyde en 1667 à l’âge de 71 ans.

Huyghens (Chrétien), en latin Hugenius, se montra l’un des plus grands mathématiciens & des meilleurs astronomes du dix-septieme siecle. Il apperçut le premier un anneau & un troisieme satellite dans Saturne ; il trouva le secret de donner de la justesse aux horloges, en y appliquant un pendule, & en rendant toutes les vibrations égales par la cycloïde ; il perfectionna les télescopes, & fit un grand nombre de découvertes utiles. Il mourut dans sa patrie en 1695 à 66 ans : on peut voir son éloge dans le journal de M. de Beauval, Août 1695 ; mais il faut le lire dans l’hist. de l’Acad. des Sciences, dont il étoit associé étranger. Ses ouvrages ont été recueillis, & forment trois volumes in-4°.

Meursius (Jean) l’un des plus érudits & des plus laborieux écrivains du siecle passé, méritoit bien son emploi de professeur en histoire & en langue greque à Leyden. Il a tellement développé l’état de l’ancienne Grece par ses divers ouvrages, insérés ensuite dans le trésor de Grævius, qu’il n’a rien laissé à glaner après lui ; voyez-en la liste étonnante dans Morery, ou dans le P. Niceron, tome XII. page 181. Il mourut de la pierre à Sora en 1639, à 60 ans ; son fils Jean (car il se nommoit comme son pere) qui marchoit sur ses traces, mourut à la fleur de son âge, ayant déjà publié quelques écrits très estimés.

Ruysch (Fréderic) paroît encore un homme plus rare en son genre. Les gens de l’art savent avant moi, qu’il n’y a personne au monde à qui la fine Anatomie soit plus redevable, qu’au talent supérieur de ses injections. Ses ouvrages si curieux sont entre les mains de tous ceux qui cultivent la Medecine & l’Anatomie. Il mourut à Amsterdam en 1731, comblé de gloire pour ses admirables découvertes, âgé presque de 93 ans. Le docteur Schreiber a donné sa vie, en medecin vraiment éclairé ; M. de Fontenelle a fait son éloge dans l’hist. de l’académie des Sciences, dont il étoit membre.

M. de Sallengre (Albert Henri) n’avoit que 30 ans, quand la petite vérole trancha ses jours en 1723 ; cependant il avoit déjà publié des ouvrages pleins d’érudition. On connoît son grand recueil latin d’antiquités romaines, en 3 vol. in-fol. & ses mémoires de littérature en 2 vol. in-12.

Second, (Jean) Secundus, a donné des poésies latines où regnent la fécondité & l’agrément ; ses élégies & ses pieces funebres sont touchantes ; ses sylves sont bucoliques ; ses poésies intitulées Basia, réunissent la délicatesse & la galanterie trop licentieuse. Il les auroit condamné lui-même dans un âge mûr, mais il n’y parvint pas ; il mourut tout jeune, à 25 ans, en 1536.

Je ne sais si je dois nommer à la suite des savans qu’a produit la Haie, ce monarque célebre du dernier siecle, qu’on appelloit le stathouder des Anglois, & le roi des Hollandois. Il fut, dit M. de Voltaire, simple & modeste dans ses mœurs, méprisa toutes les superstitions humaines, ne persécuta personne pour la Religion, eut les ressources d’un général & la valeur d’un soldat, devint l’ame & le chef de la moitié de l’Europe, gouverna souverainement la Hollande sans la subjuguer, acquit un royaume contre les droits de la nature, & s’y maintint sans être aimé. Il termina sa carriere en 1702, à l’âge de 52 ans. (D. J.)

Haie (la) Haga, Géog. petite ville de France en Touraine sur la Creuse, aux frontieres du Poitou, à deux lieues de Guierche, quatre de Châtelleraut, dix de Tours, 54 S. O. de Paris ; long. 18. 20. latit. 47. 2.

Cette petite ville peut se glorifier d’avoir donné le jour à Descartes, un des plus beaux génies du siecle passé, & le plus grand mathématicien de son tems ; il résolvoit des problèmes au milieu des siéges ; car il embrassa dans sa jeunesse le parti des armes, & servit avec beaucoup d’honneur en Allemagne & en Hongrie ; mais l’envie de philosopher tranquillement en liberté, lui fit chercher le repos dont il avoit besoin dans la solitude de la Hollande, & qu’il auroit dû y trouver sans mélange. Ce fut au village d’Egmont sur mer, Egmont-opzec, qu’il ouvrit la carriere d’étudier la nature, & qu’il s’y égara ; cependant ses Méditations & son discours sur la méthode, sont toûjours estimés, tandis que sa physique n’a plus de sectateurs, parce qu’elle n’est pas fondée sur l’expérience. Il passa presque toute sa vie hors du royaume ; & ce ne fut qu’après bien des sollicitations, qu’il vint à Paris en 1647. Le cardinal Mazarin lui obtint du roi une pension de trois mille livres, dont il paya le brevet sans en rien toucher ; ce qui lui fit dire en riant, que jamais parchemin ne lui avoit tant coûté. La reine Christine le prioit avec instance depuis plusieurs années de se rendre auprès d’elle, il obéit ; mais il mourut à Stockolm peu de tems après, en 1650, âgé seulement de 54 ans. Lisez dans le discours préliminaire de l’Encyclopédie, pages 25 & 26 le jugement qu’on y porte du mérite de cet homme rare. Baillet a écrit sa vie, & M. Perrault ne pouvoit pas oublier son éloge dans les hommes illustres du xvij. siecle. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « haie »

Du vieux-francique *hagja[1].
(c. 1155) haie (Le Psautier de Cambridge).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, hâie ; bas-lat. haia, haga, de l'anc. h. allem. haga, haie ; allem. Hag ; angl. hedge ; flamand, haeghe. Ce mot n'a pas pénétré dans les autres langues romanes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « haie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
haie ɛ

Citations contenant le mot « haie »

  • Une haie entre voisins préserve l'amitié. De Proverbe français
  • Une haie de séparation garde verte l’amitié. De Proverbe allemand
  • A qui te cache qu'il te haie cache que tu le sais. De Badarou Fridaos
  • Nul n’arrose plates-bandes pelouse taillis myosotis et haies sans songer aux délys de l’amour. De Marc Gendron / Jérémie ou le bal des pupilles
  • Faites comme les petits enfants qui de l'une des mains se tiennent à leur père, et de l'autre cueillent des fraises ou des mûres le long des haies […]. saint François de Sales, Introduction à la vie dévote
  • Environ un hectare de chaume et une haie ont brûlé. , Faits-divers - Justice | Un hectare de chaume et une haie ont brûlé
  • Le programme de plantation de haies écologiques du Collectif alternatives aux pesticides a terminé 28e sur 300 dans le cadre de l'appel à projets de la Région baptisé Ma solution pour le climat. Avec, à la clé, un financement de 6350 euros pour aménager des haies à vocation pédagogique dans cinq ou six communes du département. lindependant.fr, P.-O. : "Ma solution pour le climat ? Planter des haies !" - lindependant.fr
  • Dans le plus grand secret, tous les enfants ont apporté une fleur de leur jardin, et lui ont fait une longue haie d’honneur de la cour des maternelles jusqu’à son bureau, le tout en reprenant le chant « sauvons la planète », appris lors du spectacle de l’école donné au printemps 2017. Moment très émouvant pour tous qui est venu clôturer cette année scolaire si particulière. Les Infos du Pays Gallo, Questembert. Ecole Notre-Dame: une haie de fleurs pour le départ du directeur - Les Infos du Pays Gallo
  • Ce 4 juillet, environ 5 mètres de haie, composée de deux couches d’arbustes, étaient donc une nouvelle fois en feu, rue Croquet du Bosc, près du portail motorisé donnant accès au logement de fonction. , Gournay-en-Bray : une même haie incendiée à deux reprises près du collège Rollon | L'Éclaireur - La Dépêche
  • Ce jeudi soir, vers 17 h 40, les pompiers de Montceau sont intervenus pour un feu de haies, rue Jules-Védrine. Les flammes ont consumé la haie sur 30 mètres. L’incendie s’est ensuite propagé à trois sapins. Il y avait un risque de propagation des flammes dans une maison, mais seule de la fumée est entrée. , Edition Montceau-les-Mines | 30 mètres de haie d'habitation partent en fumée

Images d'illustration du mot « haie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « haie »

Langue Traduction
Anglais hedge
Espagnol cobertura
Italien siepe
Allemand hecke
Chinois 树篱
Arabe التحوط أو طوق
Portugais cerca
Russe живая изгородь
Japonais ヘッジ
Basque estaltzea
Corse hedge
Source : Google Translate API

Synonymes de « haie »

Source : synonymes de haie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « haie »

Partager