La langue française

Affectionner

Définitions du mot « affectionner »

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFECTIONNER, verbe trans.

I.− Vx. Attacher, s'attacher par le cœur.
A.− Emploi trans. [Le suj. est un inanimé] Affectionner qqn à qqn ou à qqc.Attacher quelqu'un (par le cœur) à quelqu'un ou à quelque chose :
1. Il semblait que mes paroles lui eussent enlevé le fruit de ses constants efforts à écarter de mes jeunes ans jusqu'à l'ombre de l'humiliation, et qu'atterré sous cette révélation soudaine, il déplorât avec une poignante amertume le sort d'un jeune homme auquel son humanité, et cette tendresse qui naît de la pratique des vertus difficiles, l'avaient affectionné dès longtemps. R. Toepffer, Nouvelles genevoises,1839, p. 40.
B.− Emploi pronom.
1. Réfl. indir. S'affectionner qqn.S'attacher quelqu'un (par le cœur). ,,S'affectionner des commis, des domestiques`` (Lar. 19e). ,,Gagner leur affection.`` (Lar. 19e).
2. Réfl. dir. S'affectionner à qqn ou à qqc.S'attacher (par le cœur) à quelqu'un ou à quelque chose :
2. Chaque auteur a son dictionnaire et sa manière. Il s'affectionne à des mots d'un certain son, d'une certaine couleur, d'une certaine forme, et à des tournures de style, à des coupes de phrase où l'on reconnaît sa main, et dont il s'est fait une habitude. Il a, en quelque sorte, sa grammaire particulière, sa prononciation, son genre, ses tics et ses manies. J. Joubert, Pensées,t. 2, 1824, pp. 61-62.
II.− Vx. [Le suj. désigne un inanimé] Affecter, toucher quelqu'un. Affectionner qqn :
3. ... je fus frappé d'un chapitre qui traitait à fond des amitiés, de celles prétendues solides, et de celles prétendues innocentes. À propos des dernières, des amitiés sensibles, qui font une impression si particulière sur le cœur, qui le touchent et qui l'affectionnent sans mesure, je lisais avec étonnement comme en un miroir ouvert devant moi... Ch.-A. Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 48.
III.− Éprouver, témoigner, marquer une grande prédilection pour quelqu'un ou quelque chose.
A.− [Le suj. désigne une pers.]
1. [L'obj. désigne une pers.] :
4. ... M. d'Aligre avait une fille, héritière immense : il vint à la pensée de l'Empereur de la marier à M. de Caulaincourt, duc de Vicence. L'Empereur l'affectionnait beaucoup, on le regardait comme une espèce de favori; ses qualités personnelles non moins que ses emplois en faisaient un des premiers personnages de l'Empire. E.-D. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 841.
5. M. Homais le considérait pour son instruction; Madame Homais l'affectionnait pour sa complaisance, ... G. Flaubert, Madame Bovary,t. 1, 1857, p. 98.
6. Petit Pierre est là avec nous. Il affectionne beaucoup, lui, cette chaumière, et cette vieille grand'mère, qui le gâte avec adoration. Il aime surtout la petite corbeille de chêne, œuvre d'un autre siècle, dans laquelle on l'avait mis quand il est né. P. Loti, Mon frère Yves,1883, p. 417.
Rem. Dans l'ex. 6, les compl. sont successivement un inanimé, puis un animé.
Emploi réciproque. ,,Ces deux frères s'affectionnent beaucoup.`` (Lar. 19e).
2. [L'obj. est un inanimé concr. ou abstr.] :
7. Il empruntait à Stephen sa démarche, sa mise, ses idées, ses inflexions de voix et jusqu'à ces tournures de phrases et ces mots que l'on affectionne sans le savoir et dont on se sert habituellement. A. Karr, Sous les tilleuls,1832, p. 274.
8. ... il avait de l'excellent vin d'Arbois, et une de ses plaisanteries affectionnées était de gueuler que c'était un vin qu'il aimait, parce qu'il lui rappelait l'archevêque de ce nom, qui avait été fusillé par le peuple! E. et J. de Goncourt, Journal,févr. 1885, p. 420.
9. Vers le début du siècle, alors même qu'il commençait de monopoliser les fonctions para-scientifiques, M. Larminat avait jugé qu'il n'était pas trop tard pour se choisir un personnage, un type physique, une silhouette. Il avait, ingénument, choisi le propre type de Pasteur, mort depuis quelques années. Il avait taillé sa barbe en carré, laissé pendre sa moustache, adopté les lunettes étroites à grêle monture métallique. Il affectionnait les cols droits, ouverts et cassés, nouait largement sous son menton une cravate de satin noir et portait en évidence une grosse rosette de la Légion d'honneur. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Combat contre les ombres, 1939, p. 17.
10. Jeannie Simon prépare le pâté de prunes qu'affectionne le grand-oncle et une douzaine de fromages en jonc. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 235.
11. ... elle se bornait à me regarder sans détourner les yeux et ce ton distrait, léger, que j'affectionnais pour parler, me devenait difficile à garder. F. Sagan, Bonjour tristesse,1954, p. 156.
B.− [Le suj. et l'obj. sont des inanimés] :
12. ... dans la Borde de Magdebourg à l'ouest de l'Elbe, les villages se distribuent, semblables entre eux, comme sur un échiquier, à faible distance les uns des autres. La régularité de leur répartition est moins apparente en Champagne, où ils se serrent le long des rivières, sur le plateau lorrain où ils affectionnent les dépressions, dans le Soissonnais où ils sont au bord des plateaux calcaires. P. Vidal de La Blanche, Principes de géographie humaine,1921, p. 181.
Prononc. ET ORTH. : [afεksjɔne], j'affectionne [ʒafεksjɔn]. Besch. 1845 note la 2esyllabe avec [e] fermé. − Rem. Fér. Crit. t. 1 1787 écrit affectionner ou afectioner avec un seul f et n. Enq. : /afeksio2n/. Conjug. parler.
Étymol. ET HIST. − xives. affectionné à « (d'une personne) attaché à (qqn) » (Chron. de Flandre ds Delb. Rec. ds DG : Affectionnés au roy d'Angleterre), vieilli; 1580 emploi pronom. s'affectionner à « concevoir de l'affection pour (qqn) » (Montaigne, I, 4 ds Gdf. Compl. : Ceux qui s'affectionnent aux guenons et petits chiens). Dér. de affection*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 166.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bruant 1901. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 18, 19. − Dup. 1961. − Guizot 1864. − Hanse 1949. − Laf. 1878. − Thomas 1956.

Wiktionnaire

Verbe

affectionner \a.fɛk.sjɔ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’affectionner)

  1. Aimer avec attachement.
    • Elles paraissent aussi affectionner certains arbustes. — (Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, 1907)
    • Un Zygène, Zygaena filipendulae L., semble affectionner les dépressions les plus humides. Les adultes volent peu et butinent sur les fleurs d’Armeria, de Vicia cracca ou de Chardon. — (Henri Chevin, « Les insectes des dépressions humides dunaires du Cotentin », dans Insectes: les cahiers de liaison de l'Office pour l'information éco-entomologique, n° 104, OPIE, 1997)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFECTIONNER. v. tr.
Aimer avec attachement. C'est une personne que j'affectionne. C'est un genre d'étude qu'il affectionne beaucoup. Affectionner quelque chose signifie quelquefois S'y intéresser avec affection, avec chaleur. C'est l'affaire du monde que j'affectionne le plus. S'affectionner à une chose, S'y attacher, s'y appliquer avec affection. Dans les formules de politesse par lesquelles on termine les lettres, le participe passé

AFFECTIONNÉ s'emploie comme adjectif pour signifier Qui a de l'affection pour... Votre très humble et très affectionné serviteur. Votre affectionné serviteur. Votre affectionné.

Littré (1872-1877)

AFFECTIONNER (a-fè-ksi-o-né) v. a.
  • 1Avoir de l'affection pour. Il affectionne singulièrement cette personne. Un singe que le prince affectionnait. Il affectionne sa maison de campagne. Les Grecs affectionnaient cette étude.
  • 2Produire l'affection, attacher, intéresser. Vous souhaiteriez de gagner les cœurs et de vous affectionner la maison, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 475. Est-on maître de recueillir son esprit et d'affectionner son cœur ? Bourdaloue, ib. p. 28. Ces usages auront l'avantage d'affectionner les Polonais à leur pays, Rousseau, Pol. 3.
  • 3S'affectionner, v. réfl. S'attacher à, se passionner pour. Le peuple s'affectionne à l'argent ; il ne s'affectionne plus aux affaires, Montesquieu, Esp. II, 2. Nous nous affectionnons de plus en plus aux personnes à qui nous faisons du bien, La Bruyère, 4. Les citoyens s'affectionnaient à leur pays, Bossuet, Hist. III, 5. Que je suis édifié de voir Mme votre sœur s'affectionner à son office de chantre ! Bossuet, Lett. abb. 197. Il s'affectionne tout entier à cet ouvrage, Bossuet, Nativ. 1. Toutes s'affectionneront au chant, Bossuet, Ord. Elles s'affectionneront à la sainte pauvreté, Bossuet, Règl. Les enfants se moquent du corbeau et s'affectionnent tous au renard, Rousseau, Ém. II. Certaines dispositions où il s'affectionnait à ses devoirs, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 441. Je ne veux pas faire entendre par là que nous vivions dans une indolence qui ne s'affectionne à rien et que rien n'émeut, Bourdaloue, ib. t. I, p. 49.

SYNONYME

S'AFFECTIONNER à, S'AFFECTIONNER POUR. S'affectionner à, dit Marmontel, c'est s'attacher ; s'affectionner pour, c'est s'intéresser vivement, se passionner.

REMARQUE

Bouhours dit dans ses Remarques : Des personnes très polies disent affectionner en un sens particulier : " Les faiseurs de comédie doivent affectionner les spectateurs. " Ce sens n'a pas prévalu. On a créé, en place, impressionner.

HISTORIQUE

XVIe s. Ceux qui s'affectionnent aux guenons et petits chiens, Montaigne, I, 21. Il s'y affectionne et s'y embesogne [à ces exercices], Montaigne, II, 358. Conservant tant de nations si esloignées, si mal affectionnées, Montaigne, IV, 85. L'avocat estant affectionné [animé] va dire : Monsieur le president, un mot, Despériers, Contes, XIX. Le plus affectionné serviteur et ami qu'elle ait, Marguerite de Navarre, Nouv. IX. Si quelque beau pere affectionné au couvent, vient à lire ceci…, Lanoue, 63. La concorde, qui nous rend affectionnez au bien les uns des autres, Lanoue, 66. Le tout representé si vivement, qu'en le lisant nous nous sentons affectionnez, comme si les choses n'avoient pas esté faictes par le passé, ains se faisoient presentement, Amyot, Préf. XIV, 42. Il estoit si fort affectionné à l'estude, qu'il en oublioit toute autre chose, Amyot, ib. XXIV, 52. Et qu'il soit vrai que Martius fust ainsi alors affectionné, il le monstra bien tanstost après evidemment par ses effets, Amyot, Cor. 33. Ilz n'ozerent jamais se mettre aux champs pour les aller secourir : tant estoient leurs cueurs espris de deffiance, et mal affectionnez à la guerre, Amyot, ib. 49. Sa majesté affectionnait beaucoup M. le mareschal, Carloix, IX, 22. Un bon historien doit escrire la verité, sans s'affectionner à l'une ou à l'autre part, Du Bellay, M. Préf. Mon ami, je vous convie suivant vos juremens à venir mourir avec votre affectionné, D'Aubigné, Vie, CX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « affectionner »

(XIVe siècle) Dérivé de affection.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « affectionner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affectionner afɛksjɔne

Citations contenant le mot « affectionner »

  • Le Marché Montcroix, c'est un peu l'île au trésor : il faut fouiller pour trouver son bonheur, et l'on repart parfois bredouille. Mais pour Roman, civiliste depuis le mois d'août au magasin, l'achat n'est pas la seule motivation des clients : « Les gens cherchent du contact, et ici, c’est un peu comme un lieu de rencontre entre habitués. On voit parfois des liens qui se créent.» Roman dit apprécier le fait de pouvoir côtoyer, parmi ses collègues, des personnes de tout horizon. En effet, le magasin de Caritas est aussi un lieu qui oeuvre à la réinsertion professionnelle des personnes en difficulté en matière d'emploi. Nicolas, un autre employé, confie affectionner le contact avec la clientèle : « Je me souviens d’un monsieur qui est revenu tous les jours de la semaine. Il ramenait ce qu’il avait acheté la veille, parce qu’il n’était pas sûr de son choix. Alors on l’a conseillé, on l’a aidé. Ca nous a fait rire : ce genre d’expériences, on ne le vit pas dans un autre magasin. » Les employés et bénévoles sont unanimes :  plus que les beaux ou vieux objets, ce sont les rencontres qui relèvent du véritable trésor, au Marché Montcroix. /cto , Au Marché Montcroix, l'art de la chine - RJB votre radio régionale
  • Et il semble tout particulièrement affectionner le personnage de Rocky Balboa. Le chanteur s’est d’ailleurs inspiré de lui pour son nouveau clip « Anyone ». MCE TV, Justin Bieber en mode Rocky Balboa «Rocky Balbieber» sur Instagram ! | MCE TV
  • C’est dire, somme toute, que l’année 2020 aura largué les amarres des mauvais souvenirs électoraux en Côte d’Ivoire dont les cadors de la scène politique semblent d’ores et déjà affectionner le dialogue et la concertation. MAP Express, En Côte d'Ivoire, 2020 a sonné le glas des longs tourments électoraux | MAP Express MAP Express
  • Malgré un essor sans précédent du e-commerce, les Français continuent d'affectionner les points de vente physiques, selon un nouveau sondage OpinionWay*. C'est notamment le cas pour les produits alimentaires ou ceux associés au bien-être, que plus d'un Français sur deux déclare acheter exclusivement en magasin.  FashionNetwork.com, Les Français restent attachés aux points de vente physiques, d'après OpinionWay - Actualité : distribution (#1266644)

Images d'illustration du mot « affectionner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « affectionner »

Langue Traduction
Anglais like
Source : Google Translate API

Synonymes de « affectionner »

Source : synonymes de affectionner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affectionner »

Affectionner

Retour au sommaire ➦

Partager