Glacial : définition de glacial


Glacial : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GLACIAL, -ALE, -AUX, adj.

A. − Qui est glacé, froid comme la glace; qui pénètre d'un froid très vif. Anton. brûlant, chaud, torride.Vent glacial; l'eau glaciale du torrent. Une horrible délicatesse qu'entretient le climat, noir, humide et glacial de Besançon (Mallarmé, Corresp.,1867, p. 243) :
1. ... un jour gris, glacial, sali par une brume lourde, humide comme de la pluie, froide comme de la gelée... Maupass., Contes et nouv., t. 1, Épave, 1886, p. 717.
SYNT. Brouillard glacial; averse, pluie, température glaciale; il fait glacial.
GÉOGR. Zone glaciale. Zone située entre le cercle polaire et le pôle. Océan glacial arctique. L'entrée des mers glaciales qui commençaient là, dans lesquelles les pôles étaient compris (Proust, Fugit.,1922, p. 653).
P. méton. Où il fait très froid. Église, nuit glaciale. Mmede Coulaines et sa fille (...) restaient gelées et immobiles au milieu de la chambre verte. − Austère, glaciale, sans feu, sans tapis, sans bourrelets aux portes, (...) cette pièce leur faisait froid dans le dos (Theuriet, Mais. deux barbeaux,1879, p. 26).
Rem. Glacial se dit uniquement des choses, alors que glacé peut se dire aussi des personnes.
B. − Au fig.
1. Qui manque de chaleur, qui est très froid.
a) [Qualifie une pers. ou son comportement] Accueil, air, baiser glacial; correction, dignité, froideur, politesse, réserve, visage, voix glacial(e); congédier qqn d'un geste glacial :
2. J'ai vu chez elle, à ce dîner, un homme froid et glacial qu'elle m'a dit être un député (...). Ce député de province n'a pas dit trois mots pendant le repas... Champfl., Avent. MlleMariette,1853, p. 294.
b) [Qualifie une œuvre, une réunion, une atmosphère] Ambiance, soirée glaciale. Ce fut glacial, ce repas; parfois de grands silences tombaient (Estaunié, Simple,1891, p. 90).La glaciale épître sur l'Amour de Dieu (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1921, p. 306) :
3. J'en suis fâché, mais Saint-Pierre m'ennuie. Cela me semble un art dénué de but. C'est glacial d'ennui et de pompe. Flaub., Corresp.,1851, p. 312.
2. Qui affecte une indifférence extrême, qui déconcerte, paralyse. Ironie glaciale. Le coup d'œil glacial, hautain, méprisant que lui jeta la duchesse de Chaulieu (Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 278).Sa belle-mère (...) qui leur a dit un bonjour glacial, un bonjour bref à faire mal au cœur (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 256) :
4. ... cette malveillante susceptibilité qui entourait d'une ceinture aigre et glaciale sa vraie nature plus chaleureuse et meilleure. Proust, Prisonn.,1922, p. 60.
REM.
Glacialement, adv.D'une manière glaciale, froide. Être glacialement accueilli. Madame Gérard lui répondit alors de son air le plus glacialement hautain, un air blanc (Duranty, Malh. H. Gérard,1860, p. 47).
Prononc. et Orth. : [glasjal], masc. plur. [-o]. Ac. 1798-1932 : ,,Il n'a point de plur. au masc.`` Tous les dict. gén. s'accordent pour souligner que le plur. est rare. Certains d'entre eux se risquent cependant à en donner un : -als ds Lar. encyclop. (et antérieurement ds Besch. 1845 qui le juge plus euphonique que celui en -aux); -aux ds Littré, Nouv. Lar. ill. et Lar. 20e. D'autres dict. notent prudemment les 2 : -als ou -aux, c'est le cas de Rob. et Lar. Lang. fr. Mais pour les adj. en -al on peut fort bien admettre cette règle de Grev. 1964, § 358 : ,,Sauf bancal, fatal, final, naval, tribal, auxquels un usage à peu près établi donne un pluriel masculin en -als − tonal, dont le pluriel en -aux ne paraît pas possible, à cause de l'homonymie de tonneaux − et causal, dont le pluriel masculin ne semble pas usité, les adjectifs en -al forment leur pluriel masculin en -aux``. On écrira donc de préférence glaciaux. Étymol. et Hist. 1380-90 [ms. xves.] « cristallin » (Evrart de Conty, Probl. d'Aristote, Richel. 210, fol. 70b ds Gdf.), très rare; une autre fois au xvies. (Hug.); 1534 Mer Glaciale, l'Océan Arctique (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder et M.A. Screech XXXI, 105); 1611 « très froid » (Cotgr.); 1740 fig. (Boissy, Dehors trompeurs, II, 10 ds Littré : d'un homme froideur glaciale). Empr. au lat.glacialis « glacial, de glace ». Fréq. abs. littér. : 763. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 976, b) 1 119; xxes. : a) 1 328, b) 1 012. Bbg. Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1975, t. 39, p. 211. - Mat. Louis-Philippe. 1951, p. 136.

Glacial : définition du Wiktionnaire

Adjectif

glacial

  1. Qui glace ; qui pénètre d’un froid vif.
    • Par cette matinée glaciale d’octobre, où tombait un mélange de pluie et de neige fondue, les deux enfants, faute de places dans l’intérieur et la rotonde, durent se blottir sous la bâche, derrière le conducteur. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, page 16)
    • Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la pêche dans les océans glaciaux est extrêmement productive pour des raison bien précises : […] — (Xavier Maniguet, Survivre, comment vaincre en milieu hostile, Paris, Albin Michel, 1988)
    • Ils s’enfoncèrent un peu plus profondément sous les courants d’air glacials. — (Dan Brown, Anges et Démons, 2000, traduction Daniel Roche, JC Lattès, 2005, page 492)
    • Mais la petite maison de bois se réchauffe rapidement – hormis les toilettes qui demeurent glaciales, car elles se trouvent à l’extérieur. — (Svenja Flaßpöhler, traduction Octave Larmagnac-Matheron, « Carnet de la drôle de guerre », dans la newsletter du 30/03/220 de Philosophie Magazine.)
  2. (Figuré) Qui est d’une extrême froideur, qui déconcerte ou qui paralyse.
    • Messieurs, dit Concini d'une voix glaciale, vous venez de tuer un homme ; faites-lui sa tombe ! — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Hors écran, les relations glaciales entre Charlize Theron et Sean Penn qui se sont séparés depuis le film ont achevé d’assombrir cet avant-dernier jour de la compétition. — (Rires et sifflets pour Sean Penn, Vosges Matin, 21 mai 2016)
    • Atteinte à la liberté d’expression, atteinte à la liberté du commerce, texte mal ficelé, « bancal », source importante de contentieux… L’accueil de la proposition de loi (PPL) contre les « fake news » a été une nouvelle fois glacial au Sénat. — (Marc Rees, Le Sénat rejette encore la proposition de loi contre les « fake news », 6 novembre 2018 → lire en ligne)
    • Cet acteur a un jeu glacial.

Adjectif

glacial \ɡleɪ.ʃ(ɪ)əl\

  1. Glacial.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Glacial : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GLACIAL, ALE. adj.
Qui glace, qui pénètre d'un froid vif. Vent, air glacial. Il n'a point de pluriel au masculin. Il s'emploie aussi figurément et signifie Qui est d'une extrême froideur, qui déconcerte, qui paralyse. Air glacial. Accueil glacial. Réponse glaciale. Cet acteur a un jeu glacial.

Glacial : définition du Littré (1872-1877)

GLACIAL (gla-si-al, a-l') adj.
  • 1Qui glace, qui est très froid. Vent, air glacial. Il eut d'abord à s'avancer sur une route glissante, encombrée de bagages et de fuyards, contre un vent violent soufflant en face et au travers d'une nuit obscure et glaciale, Ségur, Hist. de Nap. XI, 7.

    Mer glaciale, mer polaire couverte de glaces.

    Zone glaciale, la zone qui enferme le pôle arctique ou le pôle antarctique.

  • 2 Fig. Qui repousse par un froid mal accueillant. Un accueil glacial. Faire à quelqu'un une réception glaciale. Tu me fais cet aveu d'un air bien glacial, Boissy, Deh. tromp. II, 10. Roquelaure nous écouta avec une froideur glaciale, Genlis, Mlle de la Fayette, p. 73, dans POUGENS.

    Un homme glacial, un homme qui ne manifeste aucune chaleur d'âme.

    Un style glacial, un ouvrage glacial, style, ouvrage qui ennuie.

REMARQUE

Cet adjectif n'a pas de pluriel masculin ; du moins l'usage a répugné jusqu'ici à lui en donner un. Aussi quelques-uns ont dit glacials : des vents glacials, dans Bailly, Hist. de l'astronomie. Mais vraiment le pluriel régulier glaciaux n'a rien autre de choquant que de n'être pas employé.

HISTORIQUE

XVIe s. En certaines contrées glaciales, Montaigne, II, 201.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Glacial : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

GLACIAL, adj. (Physiq.) se dit de ce qui a rapport à la glace, & sur-tout d’un lieu qui abonde en glace ; ainsi nous appellons mer glaciale la partie de la mer du nord qui est pleine de glace. Les zones glacées ou froides sont appellées aussi quelquefois zones glaciales. Voyez Froid, Glace & Glacé.

Plusieurs anciens n’ont pas cru que la mer pût se geler ; mais la mer Baltique & la mer Blanche se gelent presque tous les ans, & les mers plus septentrionales se gelent tous les hyvers, Le Zuiderzée même se gele souvent en Hollande.

Les fleuves du nord transportent dans les mers une prodigieuse quantité de glaçons, qui venant à s’accumuler, forment ces masses énormes de glace si funestes aux voyageurs ; un des endroits de la mer glaciale où elles sont le plus abondantes, est le détroit de Waigats qui est gelé en entier pendant la plus grande partie de l’année ; ces glaces sont formées des glaçons que le fleuve Oby transporte presque continuellement. Elles s’attachent le long des côtes, & s’élevent à une hauteur considérable des deux côtes du détroit : le milieu du détroit est l’endroit qui gele le dernier, & où la glace est la moins élevée ; lorsque le vent cesse de venir du nord, & qu’il souffle dans la direction du détroit, la glace commence à fondre & à se rompre dans le milieu ; ensuite il s’en détache des côtes de grandes masses qui voyagent dans la haute mer.

Les vaisseaux qui vont au Spitzberg pour la pêche de la baleine, y arrivent au mois de Juillet, & en partent vers le 15 d’Août. On y trouve des morceaux prodigieux de glaces épaisses de 60, 70 & 80 brasses ; il y a des endroits où il semble que la mer soit glacée jusqu’au fond ; ces glaces qui sont élevées au-dessus du niveau de la mer, sont claires & luisantes comme du verre.

Il y a aussi beaucoup de glaces dans les mers du Nord, de l’Amérique, &c. Robert Lade nous assûre que les montagnes de Frisland sont entierement couvertes de neige, & toutes les côtes de glace, comme d’un boulevard qui ne permet pas d’en approcher. « Il est, dit-il, fort remarquable que dans cette mer on trouve des îles de glace de plus d’une demi-lieue de tour extrèmement élevées, & qui ont 70 ou 80 brasses de profondeur dans la mer ; cette glace qui est douce est peut-être formée dans les détroits des terres voisines, &c. Ces îles ou montagnes de glace sont si mobiles, que dans les tems orageux elles suivent la course d’un vaisseau comme si elles étoient entraînées dans le même sillon ; il y en a de si grosses que leur superficie au-dessus de l’eau surpasse l’extrémité des mâts des plus gros navires, &c. » Voyez la traduction des voyages de Lade, par M. l’abbé Prevost, tome. II. page 305 & suivant.

Voici un petit journal historique au sujet des glaces de la nouvelle Zemble. « Au Cap de Troost le tems fut si embrumé, qu’il fallut amarrer le vaisseau à un banc de glace qui avoit 36 brasses de profondeur dans l’eau, & environ 16 brasses au-dessus, si bien qu’il avoit 52 brasses d’épaisseur.

» Le 10 Août les glaces s’étant séparées, les glaçons commencerent à flotter ; & alors on remarqua que le gros banc de glace auquel le vaisseau avoit été amarré, touchoit au fond, parce que tous les autres passoient au long, & le heurtoient sans l’ébranler ; on craignit donc de demeurer pris dans les glaces, & on tâcha de sortir de ce parage, quoiqu’en passant on trouvât déjà l’eau prise, le vaisseau faisant craquer la glace bien loin autour de lui : enfin on aborda un autre banc où l’on porta vîte l’ancre de toüe, & l’on s’y amarra jusqu’au soir.

» Après le repas pendant le premier quart, les glaces commencerent à se rompre avec un bruit si terrible, qu’il n’est pas possible de l’exprimer. Le vaisseau avoit le cap au courant qui charrioit les glaçons, si bien qu’il fallut filer du cable pour se retirer ; on compta plus de quatre cents gros bancs de glace qui enfonçoient de dix brasses dans l’eau, & paroissoient de la hauteur de deux brasses au-dessus.

» Ensuite on amarra le vaisseau à un autre banc qui enfonçoit de six grandes brasses, & l’on y mouilla en croupiere. Dès qu’on y fut établi, on vit encore un autre banc peu éloigné de cet endroit-là, dont le haut s’élevoit en pointe tout de même que la pointe d’un clocher, & il touchoit le fond de la mer ; on s’avança vers ce banc, & l’on trouva qu’il avoit 20 brasses de haut dans l’eau, & à-peu-près 12 brasses au-dessus.

» Le 11 Août on nagea encore vers un autre banc qui avoit 18 brasses de profondeur, & 10 brasses au-dessus de l’eau.

» Le 21 les Hollandois entrerent assez avant dans le port des glaces, & y demeurerent à l’ancre pendant la nuit ; le lendemain matin ils se retirerent, & allerent amarrer leur bâtiment à un banc de glace sur lequel ils monterent, & dont ils admirerent la figure comme une chose très-singuliere ; ce banc étoit couvert de terre sur le haut, & on y trouva près de quarante œufs ; la couleur n’en étoit pas non plus comme celle de la glace, elle étoit d’un bleu céleste. Ceux qui étoient là raisonnerent beaucoup sur cet objet ; les uns disoient que c’étoit un effet de la glace, & les autres soûtenoient que c’étoit une terre gelée. Quoi qu’il en fût, ce banc étoit extrèmement haut ; il avoit environ dix-huit brasses sous l’eau, & dix brasses au-dessus. » Pag. 46. &c. tom. I. Voyage des Hollandois par le Nord.

Wafer rapporte que près de la terre de Feu il a rencontré plusieurs glaces flottantes très-élevées, qu’il prit d’abord pour des îles : quelques-unes, dit-il, paroissoient avoir une lieue ou deux de long, & la plus grosse de toutes lui parut avoir quatre ou cinq cents piés de haut. Voyez le voyage de Wafer imprimé à la suite de ceux de Dampier, tom. IV. pag. 304. Tout ceci est tiré de l’Hist. naturelle, générale & particuliere, tome I.

Nous terminerons cet article par deux réflexions sur les mers glaciales du nord & sur les mers glaciales du midi ; ces observations pourront être utiles aux navigateurs.

On a cherché long-tems, & l’on cherche encore un passage aux Indes par les mers du nord ; mais dans la crainte d’un trop grand froid si on s’approchoit trop du pole, on ne s’est pas assez éloigné des terres, & on a trouvé les mers fermées par les glaces. Il y a cependant apparence qu’il y a moins de glace en plaine mer que près des côtes, parce que les glaces sont apportées principalement par les fleuves. Quelques relations assûrent d’ailleurs que des Hollandois s’étant fort approchés du pole, y avoient trouvé une mer ouverte & tranquille, & un air tempéré ; ce qui n’est peut-être pas impossible en été, à cause de la présence continuelle du soleil au pole boréal pendant six mois.

La seconde observation regarde les mers glaciales de l’hémisphere austral. Les glaces, comme l’on sait, commencent à paroître dans ces mers beaucoup plus près de l’équateur ; il y en a vers le cinquantieme degré de latitude, même au solstice d’été, qui arrive en Décembre pour cette partie de la terre : on en a donné la raison au mot Chaleur. Ce sont ces glaces qui empêcherent en 1739 M. Lozier envoyé par la compagnie des Indes, de trouver les terres australes qu’il cherchoit ; il y a apparence que six semaines ou deux mois plus tard elles ne lui auroient point fait d’obstacle : car comme le plus grand chaud n’arrive presque jamais dans nos climats au solstice d’été, mais six semaines ou deux mois après (Voyez Chaleur), il y a apparence qu’il en est de même dans l’autre hémisphere, & qu’en Février la plus grande partie des glaces de Janvier est fondue. Voyez lettre sur le progrès des sciences par M. de Maupertuis. (O)

Glaciale, (mer) Géog. partie de l’Océan septentrional, entre le Groenland à l’oüest, & le Cap glacé à l’est. Par les nouvelles cartes de la Russie, les côtes de cette mer sont connues ; elle est bornée ouest par le Groënland, sud par la mer du Nord, par la Moscovie, la Laponie, la mer Blanche & la Sibérie, est par l’île de Puchochotsch, au-delà de laquelle elle se joint avec la mer du Japon qui tient à la mer du sud. Il y a long-tems que les Anglois & les Hollandois cherchent vainement un passage par cette mer pour aller à la Chine & au Japon ; cependant la nation angloise n’a point encore abandonné ce projet : mais la quantité de montagnes de glaces qu’on rencontre en tout tems dans cette mer, met au succès d’une si grande entreprise des obstacles difficiles à vaincre. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « glacial »

Étymologie de glacial - Littré

Lat. glacialis, de glacies, glace.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de glacial - Wiktionnaire

Du latin glacialis ou du français glacial[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de glacial - Wiktionnaire

Du latin glacialis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « glacial »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
glacial gleiʃiœl play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « glacial »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « glacial »

  • Voir le visiteur glacial lors de sa visite du système solaire central est une opportunité unique. Il ne reviendra pas devant la Terre avant environ 7 000 ans. News 24, Gardez un œil sur la comète Neowise, qui ne reviendra pas avant 7 000 ans - News 24
  • La dessinatrice strasbourgeoise Camille Burger, qui collabore avec la revue Fluide glacial, et l’auteure Sylvie Albou-Tabart se sont inspirées de leur propre vécu. Franceinfo, "Du prince charmant au chacal puant", les sites de rencontre passés au crible dans une BD
  • Scharf souligne son caractère à la fois hot et glacial à travers une bouteille jouant sur un mélange audacieux entre les éléments classique et plus moderne. Tout en conservant, la tête de cerf, emblème de la marque, la bouteille originale arbore une typographie épurée en rouge très chaud et blanc polaire. Kiss My Chef, Scharf, la version hot ginger de Jägermeister - Kiss My Chef
  • Pluton, un petit monde glacial habitant les confins du système solaire, est peut-être né comme un endroit plus chaud abritant un océan souterrain qui existe encore aujourd’hui, ont déclaré lundi des chercheurs. Laminute.info, laminute.info, toute l'actualité en France et dans le monde
  • C’est avec les salles glaciales qu’on fait les fours. De Marcel Achard

Images d'illustration du mot « glacial »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « glacial »

Langue Traduction
Corse glaciale
Basque glaziar
Japonais 氷河
Russe ледниковый
Portugais glacial
Arabe جليدية
Chinois 冰河
Allemand gletscher
Italien glaciale
Espagnol glacial
Anglais glacial
Source : Google Translate API

Synonymes de « glacial »

Source : synonymes de glacial sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « glacial »



mots du mois

Mots similaires