Garçon : définition de garçon


Garçon : définition du Wiktionnaire

Nom commun

garçon \ɡaʁ.sɔ̃\ masculin (pour une femme on dit : fille)

  1. Enfant ou adolescent mâle, par opposition à fille.
    • De ces cervelles fines, la plus fine était la petite Brulette, emmi les filles, et des plus épaisses, la plus épaisse paraissait celle de Joseph, emmi les garçons. — (George Sand, Les Maitres sonneurs, Londres : George Bell & Sons (Les Classiques Français Illustrés, publiés sous la direction de Daniel O’Connor), 1908, p.4)
    • Ses deux premières femmes n’avaient pas su lui donner de garçon : tant pis pour elles. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », Édition Corrêa, 1940)
    • Devant nous, sur la chaussée, une bande de jeunes garçons s’efforçaient de maîtriser un kérabau emballé. — (Kazuo Ishiguro, Quand nous étions orphelins, traduit par François Rosso, Éditions Gallimard, 2014)
    • Madame, les garçons sont les soucis des mères. — (Victor Hugo)
  2. (Par extension) Jeune homme, homme.
    • Pendant la fête, elle ne quittait pas mon bras et refusait de danser avec les autres garçons du village. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Ce qui tourmentait et désolait et retournait le curé de Melotte, c’était le dévergondage des filles et des garçons du pays. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les garçons revenus du service militaire ont trouvé de plus en plus ennuyeuses les soirées du Causse enténébré et silencieux. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Cette gentillesse qui abrégeait les formes et supprimait les fadaises ridicules que tout garçon se croit tenu de débiter à la belle fille dont il essaie de faire sa maîtresse, m’avait séduit. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • François Cadet, un bel homme, un beau garçon dont les filles s’éprennent d’abord, pour qui elles se jalousent et se déchirent. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 31)
    • Je me rappelai la soirée et la nuit. Il y avait donc un garçon dans le lit. Quelle stratégie adopter ? — (Amélie Nothomb, Ni d’Ève ni d’Adam, Albin Michel, Paris, 2007, p. 61)
  3. (Par extension) Homme célibataire.
    • Si ce grand seigneur restait encore garçon, il y avait moins de sa faute que de celle de sa tante, qui ne connaissait pas les fables de La Fontaine. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844 ; p. 252 de l’éd. Houssiaux de 1855)
    • […]; sans doute, ils ont, eux aussi, certains du moins, des ascendants névrosiques, mais la mysophobie atteint le plus souvent des gens minutieux ou méticuleux par tempérament, par exemple, des vieilles filles ou des garçons âgés, célibataires. — (Édouard Gélineau, Des peurs maladives ou phobies, Paris : Société d'éditions scientifiques, 1894, page 92)
    • Être vieux garçon, ça a ses avantages et ses inconvénients. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. XIII, Série noire, Gallimard, 1956, p. 113)
  4. (Travail) Employé subalterne affecté à un service particulier. Celui qui travaille sous les ordres d’un maître, d’un patron ou d’un chef.
    • Bert effleura successivement un bon nombre de métiers : il fut groom dans un magasin de nouveautés et chez un médecin, garçon de pharmacie, apprenti plombier. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 11 de l’éd. de 1921)
  5. (En particulier) Serveur d’un café, d’un restaurant ou d’un hôtel.
    • Nous nous mîmes à table. J’avais recommandé la carte au garçon : mes convives parurent contents. — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T. 1, 1833)
    • Garçon!… garçon!… des pieds de mouton à la poulette, et servez chaud… Allons, vivement. — (J. Gabriel & Charles Dupeuty, Fanfan le batonniste, act.1, sc.5, représentée au théâtre du Vaudeville le 30 août 1845 ; dans La France dramatique au dix-neuvième siècle : choix de pièces modernes, vol.13, Paris : C. Tresse)
    • Les bistros regorgeaient d’hommes, de femmes endormis, que parfois le garçon réveillait pour qu’ils cédassent la place à de nouveaux venus. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Il sollicita le garçon d’un timbre retentissant, en cognant bruyamment ses vastes pattes. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 11)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Garçon : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GARÇON. n. m.
Enfant mâle, par opposition à Fille. Il a des filles et des garçons de son mariage. Cette femme est accouchée d'un gros garçon. Il se dit, familièrement, d'un Jeune homme. C'est un garçon de talent. C'est un garçon discret. C'est un beau garçon, un joli garçon. Mon garçon, vous n'êtes pas assez prudent. Ce pauvre garçon me fait pitié. Un solide garçon. Garçons d'honneur, Les jeunes garçons qui sont chargés de faire les honneurs dans une cérémonie de mariage. Bon garçon, Homme serviable et d'humeur facile, conciliante, parfois même à l'excès. Brave garçon, se dit par éloge de Celui qui a fait une chose dont on est satisfait. C'est un brave garçon, je suis fort content de sa conduite. Fam., Faire le mauvais garçon, Faire l'indiscipliné, faire le méchant. Fig. et par ironie, Beau garçon, joli garçon, se disent de Celui qui, par quelque faute, s'est jeté dans un grand embarras, dans une position fâcheuse. Vous voilà beau garçon, joli garçon! Fig. et fam. Être bien petit garçon auprès de quelqu'un, Lui être fort inférieur. Il se croit un peintre fort habile, et n'est encore qu'un bien petit garçon auprès des grands maîtres de notre école. Traiter quelqu'un en petit garçon, Le traiter comme si on lui était supérieur. Il se dit aussi de Celui qui demeure dans le célibat. Rester garçon. C'est un vieux garçon. Ménage de garçon. Appartement de garçon. Fam., Mener la vie de garçon, Mener une vie libre, indépendante. Enterrer sa vie de garçon, Inviter ses amis, avant de se marier, à une dernière réjouissance.

GARÇON se dit encore de Celui qui travaille sous les ordres d'un maître ou d'un Homme de service dans une administration. Garçon épicier. Garçon de café. Garçon de magasin. Garçon de bureau. Donner quelque chose aux garçons. N'oubliez pas les garçons. Le féminin GARÇONNE se dit d'une Jeune fille de manières trop libres.

Garçon : définition du Littré (1872-1877)

GARÇON (gar-son) s. m.
  • 1Enfant mâle. Cette femme est accouchée d'un garçon. Il n'y a point de princesse de Cachemire ; son père n'a jamais eu que deux garçons qui sont actuellement au collége, Voltaire, Blanc et noir. Si l'on s'en rapporte sur cela au travail de M. l'abbé d'Expilly, il se trouve un treizième plus de garçons que de filles, et je ne serais pas éloigné de croire que ce résultat est assez juste, Buffon, Probab. de la vie.

    Familièrement. Il se dit pour fils. Mon garçon est au collége. Par malheur, c'est le plus brave qui y trouve le plus de dangers… et mon garçon est si hardi, si entreprenant ! Genlis, Théât. d'éduc. Tendr. matern. sc. 7.

  • 2 Familièrement. Un jeune homme, un homme. Ce garçon-là finira mal. Bon jour, mon garçon, dit-elle, quand je l'abordai ; hé bien, comment te trouves-tu à Paris ? Marivaux, Paysan parvenu, 1re part. C'est un garçon fort doux et de bonnes mœurs, Marivaux, Marianne, 7e part. Si vous saviez combien j'aime ce garçon-là, Piron, Métrom. v, 5. Je ne sais si la Borde est assez heureux pour être connu de vous ; c'est un bon garçon, complaisant et aimable, et dont le caractère mérite qu'on s'intéresse à lui, Voltaire, Lett. d'Argental, 10 août 1769. Elle aura le temps de faire donner, par le clergé qu'elle gouverne, un bon bénéfice à ce grand garçon de Varicourt, qui est un des plus beaux prêtres du royaume et un des plus pauvres, Voltaire, Lett. Mme de St-Julien, 20 déc. 1775.

    Un beau garçon, un enfant, un jeune homme de belle tournure et figure. On m'avait bien dit qu'il était beau garçon, et on avait raison, Marivaux, Pays. parv. 4e part. Joli garçon se dit dans le même sens.

    Ironiquement. Joli garçon, beau garçon, homme qui s'est mis dans un embarras quelconque, qui a fait quelque faute. Vous êtes de jolis garçons dans vos choix, Hamilton, Gramm. 11.

    On le dit aussi d'un homme qui s'est enivré. Il était bien beau garçon, joli garçon.

    Se faire beau garçon, manger son bien en débauches, et aussi s'embarrasser en de méchantes affaires.

    Bon garçon, homme serviable et facile à vivre. Il est bon garçon au dernier point, Sévigné, 316.

    Brave garçon, celui qui a fait une chose dont on est satisfait. Vous êtes un brave garçon d'être venu.

    Déjeuner, dîner de garçons, déjeuner, dîner où il n'y a que des hommes.

    Les garçons de la noce, les jeunes gens chargés de faire les honneurs de la noce. L'homme du monde qui a le moins l'air d'un garçon de la noce, c'est moi, Voltaire, Lett. marquis de Florian, 3 août 1770.

    Garçons d'honneur, les deux jeunes gens qui, dans la cérémonie du mariage, tiennent le poêle sur la tête des mariés. Ce sont ordinairement les plus proches jeunes parents du marié et de la mariée.

    Familièrement. Mauvais garçon, méchant garçon, homme déterminé, brave, querelleur. Faire le mauvais garçon. Enfonce ton bonnet en méchant garçon, Molière, Scapin, I, 7. Autrement il viendra quelque méchant garçon Qui vous étrillera de la bonne façon, Th. Corneille, l'Amour à la mode, III, 9. Je me considérai avec cette épée à la main, et avec mon chapeau enfoncé en mauvais garçon, Marivaux, Pays. parv. 5e part.

    Être petit garçon, bien petit garçon auprès de quelqu'un, lui être fort inférieur. Cela humilierait les plus forts esprits, et Aristote ne paraîtrait plus qu'un petit garçon, Marivaux, Marianne, 1re part.

    Traiter quelqu'un en petit garçon, le traiter comme si on avait une grande supériorité sur lui. Mme de Bullion, aussi avare que riche et glorieuse, traitait son mari comme un petit garçon, Saint-Simon, 55, 175. M. le duc l'avait traité [le prince de Conti] un peu trop en petit garçon à sa première campagne, Saint-Simon, 220, 215.

  • 3Celui qui demeure dans le célibat, qui ne se marie pas. Il est encore garçon. …Je suis garçon ; le ciel m'a fait la grâce, De même qu'au phénix, d'être seul de ma race, Boursault, Ésope à la cour, IV, 5.

    Faire vie de garçon, mener une vie indépendante, s'affranchir de tout devoir, de toute réserve.

    Logement, appartement de garçon, logement, appartement qui ne convient qu'à un homme seul et non marié.

    Un mari garçon, un homme marié qui vit en garçon.

  • 4Ouvrier qui travaille pour le compte d'un maître. Il a plusieurs garçons. Garçon tailleur. Mon gentilhomme, donnez, s'il vous plaît, aux garçons quelque chose pour boire, Molière, Bourg. gent. II, 9. Suivant de Démocrite et garçon philosophe, Regnard, Démocrite, II, 7. Il est plaisant qu'un garçon horloger [J. J. Rousseau], avec un décret de prise de corps, soit à Paris, et que je n'y sois pas, Voltaire, Lett. Richelieu, 11 juillet 1770.
  • 5Il s'est dit pour domestique. Il n'est pas jusqu'au fat qui lui sert de garçon Qui ne se mêle aussi de nous faire leçon, Molière, Tart. I, 2. Les balles passèrent sur la tête [de moi], mais fort près à nos deux garçons qui se promenaient derrière la tente, Saint-Simon, 2, 39.

    Terme de marine. Domestique du patron d'une barque de commerce.

  • 6Nom donné en général à ceux qui servent les acheteurs chez certains marchands ; aux domestiques de collége, de restaurant, de café ; aux employés subalternes dans certains établissements, dans certaines administrations. Un garçon de café. Garçon de bain. Garçon épicier. Les garçons d'un collége, d'un hôtel. Garçon limonadier. Donner quelque chose aux garçons. N'oubliez pas le garçon. Un garçon de bureau. Un garçon de caisse. Garçon de théâtre. Il n'y a plus que des garçons de boutique à la comédie, Sévigné, 145. Laissez-moi vous donner un garçon qui me rapportera l'argent, Brueys, Avoc. Pat. I, 6. Duverney ayant été garçon cabaretier dans son enfance, Voltaire, Louis XV, 3.

    Garçons de pelle, manœuvres qui, avec de grandes pelles de bois ferrées, remplissent les mesures dont on se sert pour le charbon.

    Terme de pêche. Garçon de bord, jeune homme qui se loue pour aider à la pêche. Garçon de cour, ouvrier préposé aux salaisons des harengs.

  • 7 Anciennement. Garçons de la chambre, garçons de la garde-robe, petits officiers qui étaient dans la chambre du roi pour recevoir ses ordres.

    Garçon-major, officier qui faisait le détail du régiment sous le major et l'aide-major.

    PROVERBE

    Vieux garçons, vieux coquins, c'est-à-dire il arrive souvent que les gens qui passent leur vie dans le célibat ont de mauvaises mœurs.

HISTORIQUE

XIe s. Ne n'i adeist escuyer ne garçun, Ch. de Rol. CLXXIV.

XIIe s. Tuit le regardent et serjant et garzon, Ronc. p. 183. À la cort le manda l'hostes par un garçon, Sax. XXII. Li malveis… quidierent [crurent] le rei servir à gré, E garçuns et putains unt saint Thomas hué, Th. le mart. 46. Li arcevesques est encontre lui levez ; Cum s'il fust uns garçuns, li est al piez alez, ib. 34. Voir, dist Berniers, or oi [j'entends] parler bricon ; Del manecier te taign-je por garçon, Raoul de C. 156. E li garz cuillid [ramassa] les sajetes, portad les à son seignur, Rois, p. 82.

XIIIe s. Fol est et gars qui à dame se done, Quesnes, Romanc. p. 86. Il n'avoit pris de nule part Nului fors solement Lietard Et un gars qui avec lui fu Qui les buez [bœufs] chaçoit de vertu, Ren. 15465. Ices [ces] deus ars tint DousRegars, Qui ne sembloit mie estre gars, Avec dix des floiches son mestre, la Rose, 924. Fi ! or ai je trop vescu, quant li garchons de France, fius [fils] au mauvais roi, m'est venu courre sus, Chr. de Rains, p. 16. Ne furent pas ce jour garcon [lâches], Car vuidier firent maint arçon, Roman d'Athis, dans DU CANGE, garcio. Et dont s'en veit à tel eure parmi tel ville come Paris est, toute seule entre li et son garçon ou sa garce … parmi rues foraines, dessi à son ostel, Liv. des mét. 204. Quant Renart cil rous, cil puanz, Cil viz lechierres, cil garçons, Ren. 503.

XIVe s. Et avec ce lui dist plusieurs injures et villenies, en l'appellant garçon, Du Cange, garcio.

XVe s. …Il ne peut estre que en un tel ost que le roi d'Angleterre menoit, qu'il n'y ait des vilains garçons et des malfaiteurs assez, Froissart, I, I, 272. Et firent demeurer tous les garçons en leurs logis pour garder les chevaux, Froissart, I, I, 3. Ainçois en souffrirons nous telle mesaise que oncques gens n'endurerent ne souffrirent la pareille, que nous consentissions que le plus petit garçon ou varlet de la ville eust autre mal que le plus grand de nous, Froissart, I, I, 320. Si tira l'espée, et embrassa l'escu, et s'appareilla de monstrer la graigneur proesse qu'il onques pourra ; car il sçavoit bien que celluy à qui il a jousté n'est pas garçon, Lancelot du lac, t. III, f° 59, dans LACURNE. Dieu garde des chevaliers qui vont à pied parmi les forests estranges, comme garçons trottereaulx, ib. f° 14.

XVIe s. J'ay un bon garcon de tailleur à qui…, Montaigne, I, 37. L'une travestie en garson, coiffée d'un morion luisant, Montaigne, I, 177. Lefit de Montauban, qui estoit katholique, descouvrit l'affaire et y fit tuer plusieurs mauvais garçons [braves soldats], D'Aubigné, Hist. II, 62. Mais Besmes, aiant crié : tu sçais que je suis mauvais garçon, tire son coup de pistolet, D'Aubigné, ib. II, 169.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Garçon : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

GARÇON, s. m. (Gramm. & Comm.) enfant mâle à qui cette dénomination demeure tant qu’il reste dans le célibat ; ainsi il y a des garçons de tout âge.

On appelle chez les Marchands garçons de boutique, ou garçons de magasin, ou simplement garçons, des apprentis qui ayant fait le tems de leur apprentissage servent encore chez les Marchands le tems marqué par les statuts de chaque corps, avant que de pouvoir être reçûs à la maîtrise & de faire le commerce pour eux-mêmes. Il y a des apprentis qui, quoique reçûs maîtres, se fixent à la qualité de garçons, & qui par leur intelligence sont très-utiles aux maîtres qui les employent & qui les gagent, au lieu que les apprentis payent à leurs maîtres.

Ces garçons aident à ranger, à plier, à remuer & à vendre les marchandises dans la boutique ou dans le magasin ; ils les portent même en ville lorsqu’il en est besoin. Ce sont eux qui vont recevoir & faire accepter les lettres & billets de change, qui tiennent les livres, en tirent des extraits pour dresser les mémoires & parties des débiteurs, &c.

Les Banquiers donnent toûjours à ceux qui les aident dans leur commerce le nom de commis, & jamais celui de garçons. Les Marchands donnent quelquefois à leurs garçons le nom de facteurs & commis, mais improprement.

Garçons, se dit aussi des compagnons ou apprentis qui travaillent chez les artisans ; un garçon menuisier, un garçon perruquier, &c. Dict. de Comm.

Garçons de bord, (Marine.) ce sont de jeunes garçons au-dessous de dix-huit ans, mais plus grands & plus âgés que les mousses, qui servent sur les vaisseaux & commencent de travailler à la manœuvre ; les garçons de bord qui ont servi sur les marchands ou les pêcheurs, sont réputés matelots à l’âge de dix-huit ans, & les maîtres ne peuvent plus les retenir comme garçons de bord : les garçons de bord ne gagnent que peu au-dessus des mousses. (Z)

Garçons de pelle, sont des manouvriers ou gagnes-deniers qui se tiennent sur le port de la Greve ou autres ports de Paris où arrivent les bateaux de charbon. Ce sont eux qui avec de grandes pelles de bois ferrées remplissent les mines & minots dans lesquels on mesure & distribue cette marchandise. Voyez Gagne-Denier. Dictionn. de Commerce.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Garçon : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « garçon » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « garçon »

Étymologie de garçon - Littré

Picard, guerchon ; franc-comtois, gaichon ; bourg. gaçon ; prov. gart, guart, garsi, garso, gasso, guarzon ; catal. garsó ; esp. garzon ; ital. garzone ; bas-lat. garcio. Mot très difficile. On remarquera d'abord qu'en vieux français le nominatif est gars, et le régime garçon ; au pluriel, le nominatif est li garçon, et le régime les garçons ; de même en provençal le nominatif est gart, et le régime garson. Il faut donc que ce mot vienne d'un bas-latin garcio, où l'accent se déplace par l'effet de la déclinaison : gércio, garciónem. Diez en a donné une étymologie fort ingénieuse : il a remarqué que dans le patois milanais garzon signifie à la fois garçon et une espèce de chardon ; il en a conclu que c'était le même mot, et qu'il répondait à un dérivé du latin carduus, chardon. Pour la forme du mot, il rapproche l'italien guarzuolo, cœur de chou, milanais garzoeu, bouton, qui, tenant à carduus, témoignent du changement de c en g. Pour le sens, il suppose qu'un jeune garçon a été dit, par métaphore, un bouton, un cœur de chou, quelque chose de non développé. Cette dérivation ne porte pas dans l'esprit une conviction complète, vu que les intermédiaires manquent pour montrer le passage du sens de cœur de plante à celui de jeune garçon. Aussi, dans l'état de la question, ne peut-on abandonner absolument la dérivation celtique : bas-bret. gwerc'h, jeune fille ; le gu se trouve dans quelques formes provençales et dans le picard. Mais cela aussi est incertain ; et l'étymologie reste en suspens. Garçon n'a pas plus que garce, par soi, un mauvais sens ; pourtant il y eut un temps dans le moyen âge où il prit une acception très défavorable, et devint une grosse injure, signifiant coquin, lâche. Aujourd'hui il ne s'y attache plus rien de pareil, et c'est garce qui seul est tombé très bas.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de garçon - Wiktionnaire

(Date à préciser) De l’ancien français garçon, cas régime[1] de gars (« valet, misérable »), de l’ancien bas vieux-francique *wrakkjo (« banni, vagabond »), apparenté[2] à l’allemand Recke (« guerrier »), à l’anglais wretch (« scélérat ») → voir gars et garce.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « garçon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
garçon garsɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « garçon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « garçon »

  • Un nouveau drame s’est produit près d’une plage égyptienne connue pour ses nombreuses noyades à cause de la force des courants. Dix personnes y sont mortes presque simultanément en tentant de sauver un garçon, ont annoncé le 10 juillet les autorités locales. L’enfant a aussi perdu la vie. , Dix personnes se noient presque simultanément en tentant de sauver un garçon - Sputnik France
  • Le garçon de 12 ans a été transporté en hélicoptère Dragon 76 au centre hospitalier de Rouen (Seine-Maritime) pour une fracture importante au bras. Son pronostic vital n’est pas engagé. www.paris-normandie.fr, À Menneval, dans l’Eure, un garçon de 12 ans transporté par hélicoptère après un accident de la route
  • Un homme a été arrêté pour suspicion d’agression après qu’un garçon de 10 ans a été poignardé. News 24, Un homme arrêté pour suspicion d'agression après avoir poignardé un garçon de 10 ans - News 24
  • Ce mercredi, un jeune garçon né en 2006 a été mis en examen et placé en détention provisoire pour viol. Les faits se seraient produits lundi, dans une habitation de la rue Thiers à Dunkerque. LA VDN, Dunkerque : un garçon de 14 ans mis en examen et incarcéré pour viol
  • Un jeune garçon de 11 ans est mort à Mulhouse après être tombé du balcon de l'appartement familial, rapporte notre confrère des Dernières nouvelles d'Alsace. , Faits-divers - Justice | Mulhouse : la rambarde cède, un garçon se tue en chutant du 2e étage
  • La police anglaise a annoncé dimanche avoir arrêté un garçon de 12 ans soupçonné d’être l’auteur des messages racistes adressés à Wilfried Zaha, l’attaquant star de Crystal Palace. , Sport | Un garçon de 12 ans arrêté pour injures racistes envers Wilfried Zaha
  • Un drame en Vendée, ce samedi 11 juillet à midi, un garçon de 9 ans s'est noyé dans la piscine du camping Moncalm situé à Angles. Sa mère et son beau-père sont à l’hôpital de la Roche-sur-Yon en état de choc. France Bleu, Vendée : un garçon de 9 ans se noie dans la piscine d'un camping
  • D’après nos confrères du journal Ouest-France, un garçon de 9 ans originaire du Valenciennois s’est noyé dans la piscine d’un camping d’Angles, en Vendée, samedi en tout début d’après-midi. La Voix du Nord, Un garçon de 9 ans originaire du Valenciennois décède en Vendée
  • L’adolescence est une période où un jeune garçon se refuse à croire qu’un jour il sera aussi idiot que son père. De Anonyme
  • Le printemps est la saison où les garçons commencent à comprendre ce que les filles ont su tout l'hiver. De O. Henry
  • Les filles sont des roses, les garçons des papillons et les parents les épines qui empêchent les papillons de se poser sur les roses. De Anonyme
  • En mélangeant un garçon rouge d'excitation avec une fille bleue de peur vous obtenez du violé. De Régis Hauser / Les Murs se marrent
  • Quand j’étais jeune, je voulais être ministre ou clown. J’ai choisi la deuxième option car je suis un garçon sérieux. De Sim
  • Dieu ne peut pas répondre à tous ceux qui l'appellent. Il est comme un garçon dans un restaurant. Il a trop de tables à servir. De Mel Brooks
  • Avant de choisir le prénom d'un garçon pensez à la femme qui aura à le murmurer plus tard. De Jules Barbey d’Aurevilly
  • Un jeune garçon est une théorie, un vieil homme est un fait. De Anonyme
  • L’amour, s’il donne de l’esprit aux filles, rend stupide les garçons. De Alexandra David-Néel
  • Les jolies filles ne sont pas toujours heureuses et les garçons intelligents sont rarement beaux. De Proverbe chinois
  • Les petite filles aiment les poupées Les petits garçons aiment les soldats Les grandes filles aiment les soldats Les grands garçons aiment les poupées. De Anonyme
  • Les garçons seront toujours des garçons. Et cela n’aurait pas d’importance si l’on pouvait empêcher les filles de rester des filles. De Anthony Hope
  • On peut sortir le garçon de la rue, mais on ne peut pas sortir la rue du garçon. De Fatboy Slim
  • Habituellement, les gens ont tendance à dire que l’amitié garçon-fille est impossible, car souvent ambigüe. Pour moi, c’est l’amitié garçon-garçon qui m’a toujours paru délicate, beaucoup trop intéressée pour émettre des gestes désintéressés constituant, avec la confiance, une des bases de l’amitié.

Images d'illustration du mot « garçon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « garçon »

Langue Traduction
Corse zitellu
Basque mutil
Japonais 男の子
Russe мальчик
Portugais garoto
Arabe صبي
Chinois 男孩
Allemand junge
Italien ragazzo
Espagnol niño
Anglais boy
Source : Google Translate API

Synonymes de « garçon »

Source : synonymes de garçon sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « garçon »


Mots similaires